//img.uscri.be/pth/4f5ce9a6a39362233f4234780a68cf3aee618604
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Week-end à Gardez

De
99 pages
Cela fait maintenant trois mois , les Américains bombardent l’Afghanistan, et l’affaire fait toujours la une des médias. Comme si, depuis le 11 septembre, ce pays semblait être tenu pour seul responsable des maux de la planète. Même si les télévisions françaises sont moins catégoriques que CNN, on a déjà déterminé de quel côté se trouvent les gentils et les méchants. Je continue pourtant à suivre avec passion, via le satellite, le déroulement des événements sans réellement les comprendre. Et puis d’un coup, en regardant un ramassis de conneries sur la FOX, vient l’overdose. Je n’en peux plus d’entendre que les héros américains emplis de mansuétude font de l’humanitaire en soignant les méchants Afghans à coup de B52 dans la gueule.
Voir plus Voir moins

Week-end à Gardez
Eric Thauvin
Week-end à Gardez
Afghanistan




ACTUALITE











Le Manuscrit
www.manuscrit.com












© Éditions Le Manuscrit, 2003.
5bis, rue de l’Asile Popincourt
75011 Paris
Téléphone : 01 48 07 50 00
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.com

ISBN : 2-7481-3161-4 (fichier numérique)
IS-7481-3160-6 (livre imprimé)



Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls
qui partent Pour partir ; cœurs légers, sem-
blables aux ballons, De leur fatalité jamais ils
ne s’écartent, Et, sans savoir pourquoi, disent
toujours : Allons ! Ceux-là dont les désirs ont
la forme des nues, Et qui rêvent, ainsi qu’un
conscrit le canon, De vastes voluptés, chan-
geantes, inconnues, Et dont l’esprit humain n’a
jamais su le nom !
Charles Baudelaire.«Alô!Eric?«Damned» …Un avion vient de
cartonner le « World Trade Center » ! »
Mon visage s’illumine d’un sourire amusé. En ef-
fet, ma sœur et moi, nous amusons régulièrement à se
bluffer sur la catastrophe ou le décès d’une éminente
personnalité. Notre classique étant : Le pape est
mort!S’ensuitalorstoujoursunparide10balles,et
une chasse effrénée aux renseignements, pour celui
qui vient d’apprendre la nouvelle. Inconditionnel de
poker, ma pauvre petite sœur est bien souvent trahie
par la simple intonation de sa voix.
Cette fois pourtant, l’appel émane de ma fiancée.
Je relève donc allègrement bien qu’à tort, le pari. A
peine raccroché, je sors d’un placard un petit télévi-
seur que nous conservons au bureau, et le branche
à la hâte. Tout juste le canal trouvé, j’assiste incré-
dule à la scène. Un avion s’encastre sous mes yeux
dans l’une des tours, alors que la seconde ayant subi
le même sort est déjà en feu. Bordel à cul de pompe
à merde ! J’y crois pas…
Nous sommes le 11 septembre 2001, et les kami-
kazes d’Al-Qaïda viennent bel et bien de taquiner les
toursjumellesdeNewYork.
C’est le classique des classiques du film d’action
made in US. Le genre de scénario à deux balles, dans
lequel Bruce Willis désamorce toujours la bombe
9