Votre épargne est-elle en sécurité ?

-

Livres
135 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Un livre pour poser les bonnes questions



Régulièrement fleurissent dans les journaux des histoires d'escroqueries qui paraissent rocambolesques à première vue, mais au sujet desquelles on ne peut s'empêcher de penser : "Suis-je à l'abri d'une telle catastrophe ?"



Si les arnaques à l'assurance-vie de type Madoff se sont multipliées en France ces dernières années, il aurait le plus souvent suffi de quelques questions et de rapides vérifications pour éviter de tomber dans le piège. C'est ce bon sens financier, cette culture juridique de base, que vous apporte cet ouvrage :




  • les "recettes" mises en oeuvre par les escrocs ;


  • les précautions à prendre avant, pendant et après la signature du contrat ;


  • les conseils d'un expert.



En mettant en pratique ces quelques recommandations, vous aurez très sensiblement réduit vos risques de faire partie de ceux qui se diront un jour : "Mais pourquoi n'ai-je pas pensé à vérifier cela ?"




  • Une recette d'escroquerie pluri-séculaire


  • Comprendre les principales notions


  • Précautions à prendre avant de souscrire un contrat


  • Précautions utiles après la signature


  • Et quand la catastrophe est arrivée ?


  • Si vous ne deviez retenir qu'un conseil


  • Evaluez votre risque en quelques minutes


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 mars 2013
Nombre de visites sur la page 46
EAN13 9782212194159
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0082 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

PHILIPPE ALLIAUME

VOTRE
ÉPAEST-ELLE EGNNE
SÉCURITÉ ?

Comment se protéger
des Madoff de l’assurance-vie

Un livre pour poser
les bonnes questions

Régulièrement fleurissent dans les journaux des histoires
d’escroqueries qui paraissent rocambolesques à première
vue, mais au sujet desquelles on ne peut s’empêcher de
penser : « Suis-je à l’abri d’une telle catastrophe ? »
Si les arnaques à l’assurance-vie de type Madoff se sont
multipliées en France ces dernières années, il aurait le
plus souvent suffi de quelques questions et de rapides
vérifications pour éviter de tomber dans le piège.
C’est ce bon sens financier, cette culture juridique de base,
que vous apporte cet ouvrage :

les « recettes » mises en œuvre par les escrocs ;
les précautions à prendre avant, pendant et après la

signature du contrat ;

les conseils d’un expert.
En mettant en pratique ces quelques recommandations, vous
aurez très sensiblement réduit vos risques de faire partie de
ceux qui se diront un jour : « Mais pourquoi n’ai-je pas pensé
à vérifier cela ? »

PHILIPPE ALLIAUMEest ingénieur, directeur
de banque et de SSII, consultant et auditeur,
journaliste, magistrat et enseignant, Suisse et
Français. Son parcours éclectique l’a conduit
notamment à contrôler ou diriger, redresser
ou liquider des organismes financiers et/ou
d’assurance pour le compte de l’autorité de contrôle.


www.editions-eyrolles.com

couverture : www.loaloa.net — photo en première de couverture : © Fotolia

:978-2-212-55587-5

:G55587•ISBN

Codeéditeur

Votre épargne
est-elle en sécurité ?

Groupe Eyrolles
61, bd Saint-Germain
75240 PARIS Cedex 05

www.editions-eyrolles.com

En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire
intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque
support que ce soit, sans l’autorisation de l’Éditeur ou du Centre
Français d’exploitation du droit de copie, 20, rue des Grands
Augustins, 75006 Paris.

© Groupe Eyrolles, 2013
ISBN : 978-2-212-55587-5

Philippe ALLIAUME

Votre épargne
est-elle en sécurité ?

Comment se protéger
des Madoff de l’assurance-vie

Sommaire

PRÉFACE......................................................... 9

AVANT-PROPOS ..............................................13

C 1.U ’
HAPITRENE RECETTE D ESCROQUERIE
.............................. 15
PLURISÉCULAIRE

Charles Ponzi, le «père fondateur» .......................... 15
Bernard Madoff, un digne successeur....................... 20
Comprendre le schéma pyramidal dit «de Ponzi»
ou «à la Madoff»................................................. 22
Quelques émules célèbres de Ponzi......................... 23
Quelques Ponzi non financiers................................ 38
Comment ce type d’escroquerie peut-il marcher?........ 43
Ce qui a été entrepris pour les freiner....................... 45

C 2.C ....47
HAPITREOMPRENDRE LES PRINCIPALES NOTIONS

Définir un contrat d’assurance................................. 47
Identifier les intervenants ........................................ 49
Connaître les rémunérations que vous payez ............. 52
S’y retrouver dans les règles, lois, agréments ............. 54
© GrouCpoe Emyrporlleesndre les limites de la performance financière... 58

6

VOTRE ÉPARGNE EST-ELLE EN SÉCURITÉ?

CHAPITRE3.PRÉCAUTIONS À PRENDRE
NT DE USCRIRE UN CONTRAT..56.... .
AVA SO

Identifier votre interlocuteur, son statut et son rôle......... 65
Reconnaître le type de contrat proposé..................... 67
Évaluer le sérieux de votre conseiller ........................ 69
Conserver des écrits:Verba volant, scripta manent......76
Valider les frais qui vous sont prélevés ...................... 76

Contrôler les agréments et les assurances
qui vous protègent................................................ 77

Vérifier les garanties.............................................. 80
Respecter les bons circuits de versement.................... 81
Confier un mandat de gestion en connaissance
de cause ............................................................ 83
Faire utilement jouer la concurrence ......................... 86

CHAPITRE4.PRÉCAUTIONS UTILES
APRÈS LA SIGNATURE....................... 89

Vérifier les mouvements sur vos comptes.................... 89
Rester attentif aux changements d’interlocuteur............ 93
Intégrer les implications fiscales............................... 94
Chercher à comprendre, toujours chercher
à comprendre...................................................... 94
S’étonner et ne pas faire taire son bon sens............... 95
Réagir quand on a trop de doutes........................... 96
Se garder de croire aux miracles............................. 98
Oublier les précautions qui ne servent à rien.............. 99

© Groupe Eyrolles

7

C 5.E
HAPITRET QUAND LA CATASTROPHE
EST ARRIVÉE?.............................. 103

Ne pas chercher à remonter la flèche du temps ....... 103
Ne pas sous-estimer la valeur de l’information
et la nécessité d’une association de victimes efficace.. 104
Redoubler de prudence ....................................... 105
Identifier le problème .......................................... 106
Faire jouer les assurances et le fonds de garantie ..... 106
Déclarer sa créance............................................ 107
Récupérer son dossier.......................................... 108
« Prendre »un avocat........................................... 108
S’intéresser au volet pénal.................................... 110
Bien identifier ce qui relève du pénal
et ce qui relève du civil........................................ 112
Négocier.......................................................... 114
Garder le moral et se battre ................................. 116
Quelques éléments de psychologie........................ 116

C 6.S
HAPITREI VOUS NE DEVIEZ RETENIR
QU’UN CONSEIL… ....................... 119

É .......121
VALUER VOTRE RISQUE EN QUELQUES MINUTES

ANNEXES................................................... 123

Le CIF .............................................................. 123
© GroLuuptet eE yrcololenstre le blanchiment.................................... 128

8

VOTRE ÉPARGNE EST-ELLE EN SÉCURITÉ?

Glossaire de quelques sigles ................................ 130
Sites des organismes de contrôle........................... 133
Sites d’associations de consommateurs................... 133

© Groupe Eyrolles

Préface

Dans toute escroquerie commerciale, il y a une
corrélation entre l’escroc et sa victime dans la relation de
confiance. D’un côté, l’escroc et son apparente
assurance, de l’autre, la victime et son apparente ignorance,
ce qui se traduit la plupart du temps (de la part de cette
dernière) par la formulation d’une ou de plusieurs
questions du type : «Je vais vous poser une question
qui va vous paraître idiote, mais…»

Quand, par la suite, les témoins de l’escroquerie se
disent choqués par la naïveté des victimes, celles-ci
doivent-elles culpabiliser de l’avoir été à ce point ? Je
dis «non » !Et voilà pourquoi…
Avec cette question, la plupart des victimes « habillent »
inconsciemment l’escroc de l’habit du grand spécialiste
qu’elles ne sont pas. Et ce grand «spécialiste
»respectable (!) n’attend que cela pour mieux ferrer sa proie,
en général avec le sourire satisfait et rassurant de celui
qui sait des choses que, bien évidemment, le novice que
vous êtes censé être, ne pourra jamais comprendre. Ce
qui fait de vous une future victime toute désignée. Il n’y a
plus qu’à noyer le poisson avec une réponse que vous ne
comprendrez pas, ou que vous ne pourrez pas vérifier ;
chaque escroc a sa propre méthode!
Les victimes se préparent à ce statut de victimes dès
© Grolu’épec oEylreo.ll esCombien d’enfants n’osent pas dire qu’ils n’ont

10

VOTRE ÉPARGNE EST-ELLE EN SÉCURITÉ?

pas compris! Pourquoi?! Timidité? Pas forcément, la
réponse est plutôt dans l’attitude de l’enseignant qui
accepte de répondre une fois, deux fois, mais à la
troisième interrogation, un regard réprobateur ou une
réflexion agacée mettront l’enfant sous l’éteignoir. Et
souvent, la réaction moqueuse des autres accentue le
phénomène qui se reproduit d’ailleurs chaque fois que,
en grandissant, nous rencontrerons des formateurs, des
conseillers, des techniciens, etc.

Pourtant la question essentielle qui devrait venir à
l’esprit devrait être: «Suis-je incapable de comprendre ou
est-ce mon interlocuteur qui n’a pas la compétence pour
me faire comprendre? »Dans ce genre de situation, un
pourcentage écrasant de réponses valide la seconde
hypothèse !Et pourtant, presque systématiquement, c’est
la première que nous allons accepter d’emblée!

Le principe de Ponzi repris par Madoff (ou les
« Madoffs »)repose sur l’incrédulité des victimes qui
n’ont pas su, ou osé, poser les bonnes questions, attirées,
en même temps, par de super-profits… Pourtant, que
les victimes ne culpabilisent pas. D’autres qu’eux, bardés
de diplômes, se sont fait avoir avec le même principe.
Ainsi, un escroc, dénommé Villegas, a escroqué plus d’un
milliard de francs entre 1979 et 1983 à la société ELF,
donc à ses patrons et aux spécialistes de très haut niveau
qui les conseillaient. En effet, l’escroc faisait croire que
ses connaissances étaient bien supérieures à celles de ses
interlocuteurs ; il se présentait comme un génie, ce qui
lui évitait d’avoir à répondre aux questions (en réalité à
apporter des preuves irréfutables de sa découverte). Ses
interlocuteurs, scientifiques et dirigeants, se croyaient
incapables de comprendre sa fabuleuse découverte (une
machine à détecter les gisements de pétrole grâce au

© Groupe Eyrolles

PRÉFACE

11

simple survol d’une région par un avion). L’appât
exponentiel que constituaient les gains espérés, là encore, a
poussé les victimes à accepter des réponses qui n’étaient
ni claire, ni précises. Comme d’habitude, le supposé
« génie »considérait leurs questions comme béotiennes!
C’est donc l’assurance de l’escroc, ses apparentes
certitudes, qui ont annihilé les interrogations. Et c’est
souvent… contagieux ! D’où le nombre de victimes…
Dans le conte d’Andersen, «Les Habits neufs de
l’empereur »,un petit garçon assiste au défilé du roi nu devant
ses sujets; il dit alors à haute voix ce que personne n’ose
reconnaître par peur de passer pour un ignorant (le roi est
censé être revêtu d’habits magiques): «Le roi est nu! »La
moralité de cette histoire rejoint la réalité des
escroqueries de ce livre. De la même façon que l’on n’ose pas poser
une question qui remet en cause une explication
insatisfaisante, on n’ose pas exprimer à haute voix certaines
inquiétudes, en se disant que, de toute façon, si les autres
ne s’en inquiètent pas, alors pourquoi risquer de paraître
idiot en étant celui ou celle qui ne comprend rien! Ainsi
lorsque l’on vous parle d’une rentabilité de 10%, 20 %, ou
30 % et plus, et que l’on vous donne une réponse du genre :
« Carles placements sont alignés sur des warrants et des
marchés dérivés», ne vous résignez plus à accepter cette
réponse au nom de votre soi-disant incompétence, sous
peine de devenir un des moutons du groupe de victimes.
Bien entendu,certaines vérifications demandent un effort
supplémentaire pour être en mesure de poser des
questions remettant en cause la dernière réponse qui vous a
été faite. Il faut du courage. Surtout face à ces «grands
sépulcres blanchis», soi-disant grands professionnels
parés de leur couronne de «spécialistes ».Pourtant
vous verrez que dire que l’on n’a pas compris peut, au
© Groupe Eyrolles