L

L'argent me désire!

-

Livres
55 pages

Description

Enfin en français, un classique du début du siècle dernier sur la façon d'acquérir et de faire fructifier une fortune.
L'argent me désire! Présente le principe qui contrôle l'expression de la vie sous toutes ses formes, incluant l'abondance. Les affirmations que ce livret propose et la vision de la vie qu'il offre vous permettront de développer vos capacités innés d'attirer à vous ce que vous désirez et de faire en sorte que l'argent vous désire, vous cherche et soit attiré vers vous.
Publié pour la première fois en 1903, le livret a rapidement atteint une renommée internationale et fut maintes fois réimprimé. C'est maintenant à votre tour d'adopter la méthode qu'il propose et de vous libérer des dettes, des limitations et du travail à la sueur de votre front.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 juin 2014
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9782894364840
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Henry Harrison Brown
L’ARGENT me désire ! La nouvelle voie vers la prospérité
Traduit de l’anglais par Alain Williamson
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationalesdu Québec et Bibliothèque et Archives Canada Brown, Henry Harrison, 1840-1918  [Dollars want me. Français]  L’argent me désire ! : la nouvelle voie vers la prospérité  Traduction de : Dollars want me.  ISBN 978-2-89436-438-3  1. Succès. 2. Richesse - Miscellanées. I. Titre. II. Titre : Dollars want me. Français. BF637.S8B7614 2014 158 C2013-942350-8 Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Nous remercions la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) pour son appui à notre programme de publication. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC. Publié originalement sous le titreDollars Want me. Traduction : Alain Williamson Infographie de la couverture et mise en pages : Marjorie Patry Révision linguistique : Amélie Lapierre Conversion au format ePub :Studio C1C4 Éditeur : Les Éditions Le Dauphin Blanc inc.  Complexe Lebourgneuf, bureau 125  825, boulevard Lebourgneuf  Québec (Québec) G2J 0B9 CANADA  Tél. : 418 845-4045 Téléc. : 418 845-1933  Courriel :info@dauphinblanc.com  Site Web :www.dauphinblanc.com ISBN format papier : 978-2-89436-438-3 ISBN format numérique pdf : 978-2-89436-483-3 ISBN format numérique epub : 978-2-89436-484-0 ISBN format numérique mobi : 978-2-89436-485-7 er Dépôt légal : 1 trimestre 2014  Bibliothèque nationale du Québec  Bibliothèque et Archives Canada Données de catalogage disponibles auprès de Bibliothèque et Archives nationales du Québec. © 2014 par Les Éditions Le Dauphin Blanc inc. pour la présente version. Toute reproduction ou utilisation de la présente version est interdite sans l’accord écrit de la
maison d’édition et de la traducteur. Limites de responsabilité Le traducteur et la maison d’édition ne revendiquent ni ne garantissent l’exactitude, le caractère applicable et approprié ou l’exhaustivité du contenu de ce programme. Ils déclinent toute responsabilité, expresse ou implicite, quelle qu’elle soit.
À tous ceux qui aimeraient être libérés du fardeau du labeur
Cher lecteur,
Préface de la première édition
Cet essai sur l’argent fut publié dans la revueNOWparmi une série de douze leçons sur le thème du succès et de la façon de l’atteindre par l’affirmation. L’essai retint l’attention des lecteurs qui témoignèrent leur « appréciation » par un courrier abondant à la revue. Cette appréciation motiva la décision des dirigeants de la revue à publier l’essai en livre et à le mettre en circulation à une plus grande échelle. Et c’est exactement le but que j’avais en le rédigeant. Je souhaite éveiller mes contemporains à ce qu’ils ont déjà et les aider à prendre conscience du principe qui contrôle l’expression de la vie. Ainsi, leur vie sera une œuvre d’art. Ils cesseront de chercher le bonheur dans un lointain paradis pour profiter de celui qu’ils créent ici et maintenant. Il est reconnu que ce livret est la première véritable déclaration spécifiant que chaque individu possède la capacité de diffuser ses forces mentales pour faire en sorte que l’argent le ressente, l’aime et le recherche. Ainsi, l’individu peut, à volonté, puiser tout ce dont il a besoin pour son épanouissement dans la Réserve universelle.
Ce livret vous aidera à vous élever au-dessus du fardeau du labeur éreintant et vous permettra de goûter à la vie, à la joie et à la spontanéité de l’enfance.
C’est ce que je vous souhaite avec ma leçon sur le succès.
Henry Harrison Brown San Francisco, Californie Mars 1903
Préface de latrentième édition
La demande en constante croissance pour ce petit livre et les effets bénéfiques qu’il a eus jusqu’ici sur des milliers de lecteurs semble justifier sa réédition sous une forme renouvelée. Puisse-t-il avoir une influence encore plus grande sur les lecteurs et libérer leur esprit de la tyrannie du monde matériel.
Henry Harrison Brown San Francisco, Californie Mars 1917
Chapitre 1
Les ressources
«Celui qui veut bien affirmer leJEpeut attendre calmement pendant que le destin activé comble ses demandes avec abondance. » Helen Williams
Harmonie
Il n’y a pas de bien-être ni de prospérité sans harmonie. Il n’y a pas de paix ni d’aisance lorsque l’on veut quelque chose, que ce soit la sagesse ou l’amour. L’amour, la vérité et l’argent sont nécessaires au bien-être de l’être humain. L’esprit, le corps et les biens matériels exigent que l’on prenne soin d’eux. Pour connaître la santé, le bonheur et la prospérité, il doit y avoir l’harmonie. Cette harmonie s’obtient en laissant le Soi – ou l’âme – suivre sa propre voie. L’harmonie, c’est vivre selon la loi de l’esprit. Elle survient avec la pensée juste.
Le fléau de la pauvreté
La pauvreté est la cause principale de l’épuisement et du malaise affligeant l’humanité. Éliminez la pauvreté en pensant correctement et toute trace du mal disparaîtra. Penser correctement exige que l’individu change son attitude envers l’argent.
L’attitude mentale
L’attitude qui prévaut est le désir d’argent, la croyance que l’argent est le pouvoir. Cette attitude et cette croyance doivent être déracinées et remplacées par la certitude que le seul pouvoir véritable est dans l’homme. L’argent a le pouvoir que l’homme lui délègue. Sans l’homme, l’argent est inutile. « L’argent me désire ! » doit être la pensée de l’homme à venir. Quelques personnes pensent actuellement ainsi et ont obtenu la maîtrise de la manifestation.
L’offre et la demande
Il est légitime, pour chaque être humain, de demander d’avoir tout ce dont il a besoin. Combler les besoins humains est la fonction de l’Univers. Tout est prévu pour l’être humain. Le soleil brille pour lui ; l’eau ruisselle pour lui ; les fleurs s’épanouissent pour lui ; les graines germent pour lui ; et la terre se fait belle pour lui. Sans lui, tout serait inutile et sans raison d’être. Lorsque l’être humain cesse d’exister, l’Univers et tout ce qu’il
contient n’ont plus d’utilité. Sans l’être humain, tout est réellement inexistant. Seul l’homme donne un sens, une utilité, une valeur et un but à l’Univers.
Il y a suffisamment de réserves dans l’Unité universelle, d’où toute chose se matérialise, pour que chacun voie ses désirs comblés sans rien voler à autrui. Les ressources infinies sont à notre disposition, prêtes à répondre à nos demandes. Pourtant, l’homme reste accroché à la pensée devouloir, au besoin. À qui la faute ? Pas à l’Univers. La faute nous est imputable. Nous n’avons pas su comment réclamer, comment affirmer ce que nous demandons.
La loi de l’approvisionnement
Cette loi est simple. Elle fut instaurée par le plus grand économiste politique et le plus grand utilisateur de la force du mental que le monde ait connu. Il n’était pas un théologien et il n’a pas discouru sur les questions de l’après-vie comme plusieurs le croient. Il était un sociologue et un socialiste. Il s’est attardé sur la vie, maintenant et ici. Il s’appelait « Jésus ». C’est lui qui nous a donné cette loi : « Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout sera donné par la suite. »
L’étude de la loi
Attardons-nous un instant aux paroles de Jésus. Il a parlé du royaume de Dieu qui se trouvait en nous. Il a aussi dit que Dieu était esprit. Le royaume de Dieu est donc dans votre âme. C’est l’ego ou l’âme de l’homme. Reconnaissez-vous en tant qu’âme, en tant qu’esprit. Voilà la loi. La justice du royaume de Dieu, c’est vivre avec rectitude, vivre en accord avec votre perception du bien et de la justice. Suivez votre propre conscience. Ainsi, toute chose viendra à vous. Tout, absolument tout est la manifestation de la substance Un. Les choses, comme vous, sont la manifestation du Dieu unique. L’argent est une chose. L’argent est la manifestation du Dieu unique.
La loi est simple
Voici des instructions simples et utiles : vivez en accord avec vous-même ; vivez spirituellement ; dans vos pensées, donnez la priorité à l’Éternel de qui toute chose provient. Ainsi, tout ce dont vous avez besoin viendra à vous. La priorité ? Oui ! Ne placez pas les choses en premier, car c’est la condition mentale qui contrôle les choses. Ne placez pas l’argent en premier ; donnez la priorité à l’attitude mentale qui attire l’argent.
Faites-vous confiance
L’attitude mentale en question est la foi en vous, car vous êtes la manifestation de l’omnipotence ; foi en vous, car vous êtes la manifestation de tout bien ; foi en l’Univers et
en sa justice ; foi en l’universel Un et en sa bonté ; foi en la vie que vous êtes. C’est l’attitude mentale nécessaire pour obtenir tout ce que vous demandez pour votre plus grand bien. Puis, laissez venir les choses. C’est tout, mais c’est Dieu. C’est le portail de tout. Peu y pénètrent, mais tous le peuvent.
Les choses viennent en deuxième
Peu de gens donnent la seconde place aux choses. Dans la pensée populaire, l’argent, la position sociale, l’influence, l’apparence viennent en premier. Cependant, ces choses ne sont que les résultats du pouvoir. Faites d’abord Un avec le pouvoir, devenez le pouvoir, et ce que vous désirez suivra. La façon ordinaire de faire des affaires et la manière habituelle de penser doivent être renversées. Pensez selon le pouvoir intérieur. Pensez au niveau de l’Être.
Être le maître
C’est ainsi que vous serez le maître et que les choses occuperont leur juste place. Devenez Un avec Dieu en le reconnaissant comme le roi de votre âme. Écoutez-le dans le silence de votre âme. Lorsque vous vous sentez sombrer dans la négativité, dites ceci : « D’accord, Dieu ! Fais ton œuvre à ta façon et j’en serai satisfait. » Personne ne peut échouer avec cette attitude d’amour et de confiance. Seul un Dieu impotent – donc un non-Dieu – ne serait pas à l’œuvre dans de telles conditions.
Guérir la pauvreté
La pauvreté est une condition mentale. Elle peut être guérie uniquement par l’affirmation du pouvoir de guérison : « Je suis une partie du Un, et dans ce Un, je possède tout. Je possède tout ! » Affirmez cela et attendez-en patiemment la manifestation. Vous avez semé la graine de la pensée ; maintenant, à l’image du fermier, attendez-vous à voir pousser votre semence et à en récolter les fruits qui doivent en résulter si, comme le fermier, vous avez la certitude que le procédé n’échoue jamais.
Répétez l’affirmation suivante, peu importe les apparences. Que vous soyez affamé, sans abri ou seul, affirmez : « Dieu est mon pourvoyeur. Mes ressources sont infinies. L’argent me désire ! »
Faites confiance à la loi de cause à effet. Vous êtes la cause ; les choses sont les effets qui doivent suivre votre affirmation.
« Vous récolterez ce que vous aurez semé. »
Dans le passé, vous avez semé des graines de pauvreté. Maintenant, vous récoltez le manque. Vous n’appréciez pas cette récolte. Sans vous soucier des résultats des semences