Vieillir la paix au coeur

Vieillir la paix au coeur

-

Français
170 pages

Description

Sous la plume attentive de l’auteure, Adeline, Huguette, Paul, Patrick, Antoinette et tant d’autres nous partagent les diverses facettes de leur vie d’aîné. Cette dernière est parfois l’occasion d’expérimenter une grande plénitude, mais elle n’est pas exempte non plus de moments plus angoissants. Peur de souffrir, de perdre la tête, d’être à charge de ses proches… La spiritualité de cette étape bien particulière de la vie assume ces interrogations et les tourne vers l’espérance.
S’appuyant sur de multiples témoignages, Joëlle Chabert nous livre une réflexion lucide et confiante sur la vieillesse. Avec humour et sensibilité, elle nous introduit dans l’aventure intérieure que l’âge d’or a comme vocation d’être.

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2016
Nombre de lectures 11
EAN13 9782896883769
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

JOËLLE C HABER T
+
Sous la plume attentive de l’auteure, Vieillir
Adeline, Huguette, Paul, Patrick, Antoinette
et tant d’autres nous partagent les diverses facettes
de leur vie d’aînés. Des vies qui reflètent une grande la paix au cœurplénitude, une sage sérénité mais aussi des moments
plus âpres et angoissants : peur de la solitude, de perdre
la tête, d’être à la charge de ses proches… La spiritualité
de cette étape bien particulière de la vie assume ces
interrogations et les tourne vers l’espérance.
S’appuyant sur de multiples témoignages,
Joëlle Chabert nous livre une réflexion lucide et
confiante sur la vieillesse. Avec humour et sensibilité,
elle nous introduit dans l’aventure intérieure
que l’âge d’or a comme vocation d’être.
½
Journaliste, Joëlle Chabert a été rédactrice en chef de trois
magazines destinés aux retraités et dirige actuellement
l’agence Atouts presse sénior. Chez Novalis, elle a écrit
La foi des chrétiens expliquée à tous (2007) et Lexique
sympathique de l’Église (2014).
21924_NOVALIS_Vieillir_C1C4_HR02.indd 1 2016-08-09 15:43
p JOËLLE CHABERT
Vieillir la aix au cœurVieillir
la paix au cœur
Format : 4,875" x 7,25"
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 1 2016-08-11 10:14Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec
etBibliothèque et Archives Canada
Chabert, Joëlle, 1946-
Vieillir la paix au cœur
(Dé s d’aujourd’hui)
Comprend des références bibliographiques. Vieillir
ISBN 978-2-89688-275-5
1. Vieillissement - Aspect religieux - Christianisme. 2. Personnes âgées -
Vie religieuse. 3. Vie spirituelle - Christianisme. I. Titre. II. Collection : Dé s
d’aujourd’hui. la paix au cœur
BV4580.C42 2016 248.8’5 C2016-940961-9
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2016
Bibliothèque et Archives Canada, 2016
Direction éditoriale: Jonathan Guilbault, Jean-Léon La tte
Révision: Pierre Guénette
Mise en pages et couverture: Mardigrafe
Photo de la couverture: © istock.com
La traduction des textes bibliques est celle de l’auteur.
© Les Éditions Novalis inc. 2016
Nous reconnaissons l’appui nancier du gouvernement du Canada.
Cet ouvrage aété publié avec le soutien de la SODEC. Gouvernement du Québec –
Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.
4475, rue Frontenac
Montréal (Québec) H2H 2S2
sac@novalis.ca novalis.ca
Imprimé au Canada
Diffusion pour la France et l’Europe francophone :
Les Éditions du Cerf
editionsducerf.fr
24, rue des Tanneries
75013 Paris
978-2-89688-376-9
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 2 2016-08-11 10:14JOËLLE C HABER T
Vieillir
la paix au cœur
Propos sur la
spiritualité des
personnes
âgées
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 3 2016-08-11 10:1421924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 4 2016-08-11 10:14Patience : avec du temps,
l’herbe devient du lait.
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 5 2016-08-11 10:1421924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 6 2016-08-11 10:14Introduction
Dans la vallée de Fibbianello, en Italie, il y avait
un olivier. La rumeur assurait qu’il était le plus vieux
d’Europe, planté au temps de l’empereur romain
Tibère. Il était fort malgré son tronc éventré. Il était
noble avec son fanc déchiré. Ses branches les plus
noueuses produisaient encore un feuillage argenté et
de bonnes olives. On accourait de loin pour voir cette
merveille, la toucher. Par un jour d’été caniculaire, le
feu l’a réduit en cendres. Un drame.
Dans nos sociétés, il y a de plus en plus de
personnes âgées. La rumeur assure qu’elles sont un
poids, et beaucoup s’interrogent sur le sens de la
vieillesse quand elle s’accompagne de maladies physiques
ou psychiques. Qui admire une vieille dame
chancelante comme un vieil arbre courbé par les tempêtes ?
Qui caresse les jambes nouées d’un vieil homme
comme on tâte les racines aériennes d’un très vieux
chêne ? On sait déchiffrer l’écriture du monde dans
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 7 2016-08-11 10:148 Vieillir la paix au cœur
les stries concentriques d’un tronc. On ne comprend
pas les émotions cachées derrière le visage ridé d’une
personne désorientée.
Pourtant, les aînés d’aujourd’hui sont les vrais
aventuriers du monde contemporain, les premiers à vivre
si longtemps, si nombreux.
Septuagénaire, je fais partie des vieux pas encore
si vieux, mais, avec le temps, ça ne va pas s’arranger.
Parmi nous, il y a des hommes et des femmes très
divers.
On trouve des actifs aux agendas bourrés. Des
paisibles, entourés de leur famille et de leurs amis et
des isolés, coupés du monde, qui passent inaperçus.
Des pauvres et des plus aisés. Des sages et des
excentriques. Des malheureux et d’infatigables
chercheurs de bonheur qui éprouvent du plaisir à vivre.
Des grands-parents qui fédèrent leur famille souvent
éclatée ou reconstituée. Certains trouvent diffcile de
vieillir dans une société qui cultive à outrance les
seules valeurs liées à la jeunesse, d’autres travaillent
à casser les images négatives du vieillissement et se
montrent heureux dans leur âge. Certains se projettent
dans l’avenir, d’autres se sentent dans la dernière
ligne droite. Plusieurs sont atteints de handicaps et
dépendent de leur entourage. La plupart vivent chez
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 8 2016-08-11 10:14Introduction 9
eux, d’autres habitent en centres d’accueil. Certains
croient au ciel, d’autres n’y croient pas, certains
recommencent à croire et aucun ne croit sans jamais douter.
Tous sont des vivants qui, au fl des années, ont
gagné une familiarité avec la vie. Ce sont des personnes
dont le temps a enrichi l’humanité, des hommes et
des femmes qui ont une vie intérieure. Des humains
riches d’une vie spirituelle puisqu’est spirituel ce qui
est propre à la respiration dont on a besoin pour vivre.
Puisqu’est spirituelle cette puissance vitale qui est en
nous, le souffe qui nous anime.
Ce sont leurs témoignages que ce livre présente,
leurs phrases, leurs mots sur le vieillissement. Ils
révèlent leur peur d’être à la charge de leurs proches,
leur crainte de la solitude, leur angoisse de « perdre
la tête ». Ils affrment leur désir d’être utiles, de
transmettre leurs valeurs, de proclamer leur amour de la
vie. Il y a beaucoup à entendre et à apprendre de nos
aînés. Ce livre est conçu pour nous faire du bien à
nous, les quinquas, les sexas, les septuas, les octaux,
les nonagénaires et plus. Ce livre parle de Dieu. Parce
que la « question de Dieu » revient souvent quand on
arrive dans la dernière partie de sa vie ; parce que,
aussi, on n’a jamais de réponses défnitives et, à tout
âge, on s’interroge.
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 9 2016-08-11 10:1410 Vieillir la paix au cœur
Il parle du Dieu de Jésus. Parce que plusieurs des
personnes qui y prennent la parole sont des chrétiens.
Parce que je suis chrétienne.
Le christianisme a-t-il quelque chose de spécifque
à dire sur le vieillissement ?
Le Dieu des chrétiens s’intéresse aux humains.
Il s’y intéresse tellement qu’il va jusqu’à faire de son
propre fls un homme comme chacun d’entre nous.
Mais Jésus, lui, n’a pas vieilli.
Vous le savez bien, dit Dieu, si j’ai envoyé mon Fils
sur la terre, c’est pour être plus proche de vous,
humain parmi les humains. Je l’ai envoyé pour
partager votre pain humain, vos regards humains,
vos gestes et vos cœurs humains. C’est très différent,
dit Dieu, de voir les choses de loin et de les vivre
avec tout le monde… Mon Fils a vécu votre vie.
Il a eu froid, chaud, soif, faim, il a pleuré, il a ri,
il a eu mal. Il n’y a que la vieillesse qu’il n’a pas
connue parce qu’il a été assassiné avant. Il n’a pas
eu de cheveux blancs, sa vue n’a pas baissé, il n’a
pas eu d’arthrose, il est mort avant. Tout ce que
mon Fils n’a pas eu le droit de vivre, c’est vous qui
le vivez. Tout cet amour que mon Fils n’a pas eu
le temps de planter en vieillissant, c’est vous qui
l’inventez. Toute cette espérance qu’il n’a pas eu le
temps de semer, c’est sur vous que je compte pour
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 10 2016-08-11 10:14Introduction 1 1
la faire pousser. J’ai beau être Dieu, je ne peux pas
vieillir à votre place, par contre, vous, vous pouvez
vieillir à la place de mon Fils qui n’a pas eu le
droit d’aller jusqu’à votre âge. N’ayez pas peur, le
vieillissement n’est pas une maladie. Vieillir, c’est
vivre. Il n’y a que dans les cimetières qu’on ne
vieillit plus. Ne me demandez pas comment il faut
faire, c’est vous qui allez l’inventer. Il faut bien
que vous vous y mettiez, puisque mon Fils n’a pas
1eu le droit de vieillir .
Le Dieu de Jésus est aussi le Dieu de la première
partie de la Bible, l’Ancien Testament. Et celui-ci
affrme que la vie est le plus grand des biens en dépit
de ses misères. Le chapitre V du livre de la Genèse
donne une liste de patriarches dont la durée de vie est
extraordinaire, très loin de la réelle fnitude humaine.
Adam, nous raconte-t-on, vécut 930 ans, Seth 912 ans,
Énosh 905 ans. Celui qui meurt le plus jeune, Hénoch,
rend son dernier souffe à 365 ans. Mathusalem, le
champion toute catégorie, s’éteint à 969 ans ! Et tous
engendrent à des âges avancés. Évidemment, ces
récits ne refètent pas la réalité. Si les auteurs de la
Bible se donnent la peine de citer ces exemples, ce
n’est pas qu’ils nous prennent pour des naïfs prêts à
avaler n’importe quoi. C’est façon d’affrmer que vivre
o1. Jean Debruynne, Vermeil, n  216, mars 2001, Paris, Bayard Presse.
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 11 2016-08-11 10:1412 Vieillir la paix au cœur
longtemps est bon, de présenter la longévité comme
une bénédiction de Dieu, d’assurer que Dieu fait
vivre. Soutenir que les hommes et les femmes chargés
d’années sont féconds, c’est dire qu’ils donnent de
quoi se nourrir pour vivre comme on nourrit des
désirs ou des espoirs. C’est dire qu’ils sont
indispensables pour humaniser la vie.
Et le livre de la Genèse continue avec les histoires
d’Abraham.
C’est lorsqu’Abraham atteint soixante-quinze ans
que Dieu promet de faire de lui une grande nation, un
ensemble de peuples. C’est à cet âge qu’il quitte son
village avec sa femme et son neveu pour partir dans
le pays de Canaan, qui deviendra la « terre promise ».
Un peu plus tard, Abraham rappelle à Dieu qu’il est
vieux, qu’il va mourir sans enfants. Dieu lui répond :
« regarde le ciel, compte les étoiles si tu le peux. Tes
descendants seront aussi nombreux que les étoiles
dans le ciel. » (Gn 15, 5).
C’est donc à deux personnes âgées, Abraham et
son épouse Sara, que Dieu confe son avenir avec
l’humanité.
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 12 2016-08-11 10:14Adeline a peur de la vieillesse
ou
Question de confiance
Vieillir n’est pas simple. Nous nous sommes
longtemps crus organisateurs, décideurs, capables
d’affronter les batailles de la vie, immortels même,
alors que chacun sait bien que tout ce qui vit meurt. Et
voilà que le temps qui s’étalait devant nous diminue.
Voilà que le vieillissement nous surprend avec ses
petites misères ou ses gros ennuis. Et l’inquiétude
s’installe.
Adeline a soixante-quinze ans. Sa mère, atteinte
de la maladie d’Alzheimer, est morte il y a six ans.
Adeline a donc vu de près les risques d’un
vieillissement abîmé :
Moi, je voudrais mourir la nuit, dans mon
sommeil, ou d’une crise cardiaque brutale. Mais
devenir gâteuse, non ! Quand j’allais dans la
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 13 2016-08-11 10:1414 Vieillir la paix au cœur
maison de retraite où maman a fini ses jours,
que je voyais tous ces fauteuils roulants alignés,
je me disais : « Auquel vais-je ressembler dans
dix, douze, quinze ans ? » Et l’angoisse me serrait
le cœur. Je voyais certains résidents passer le
plus clair de leur temps assis dans des fauteuils,
incapables de pourvoir seuls à leurs besoins les
plus élémentaires. Tout cela est bien triste. Comme
le chantait Jacques Brel : mourir n’est rien, mais,
vieillir… Car il y a vieillesse et vieillesse. Heureux
sont ceux qui prennent de l’âge en bonne santé.
Pour profter de la vie d’un bout à l’autre, il faut
avoir la santé mentale et celle du corps. Lorsque
la maladie devient trop dure, je pense que si le
Seigneur existe, il devrait nous rappeler à lui dans
un monde que l’on suppose meilleur.
Maintenant, c’est mon tour. Soit parce que j’étais
trop occupée avec maman, soit parce qu’ils sont
décédés eux aussi, j’ai perdu presque tous mes
amis. Quand j’arrive quelque part, en voyant ma
canne, tout le monde se précipite pour avancer une
chaise. C’est ridicule ! Mais, c’est vrai, alors que
j’étais très indépendante, j’arrive à une période où
je deviens plus dépendante des autres, notamment
de mes proches. Il n’est pas facile d’envisager cela.
Je n’ai pas très envie d’en parler, je crains d’être
maladroite. Comme je me sens plus fragile, j’ai
souvent peur. Peur de tout et de rien. La nuit,
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 14 2016-08-11 10:14Adeline a peur de la vieillesse ou Question de confiance 1 5
je ressens de terribles palpitations. Mon cœur
bat si fort que j’ai l’impression qu’il va lâcher.
À chaque crise, je consulte mon cardiologue qui
m’affrme que mon cœur se porte bien. Parfois,
je pense m’installer dans une maison de retraite,
je me sentirais rassurée, mais… est-ce normal de
s’inquiéter de l’avenir ?
Nous avons tous été enfants et nous pensons savoir,
par expérience, ce que sont les joies et les chagrins de
l’enfance. Mais aucun de nous n’a déjà été vieux. Nous
n’en avons qu’une expérience indirecte, à travers ceux
qui nous précèdent et qui ont parfois « mal » vieilli.
La vieillesse inquiète, comme tout ce qui est inconnu.
Nous craignons pour notre santé physique, car les
risques de maladie semblent croître : ostéoporose,
cancers, arthrose, cœur qui bat la breloque, vue qui
baisse, ouïe défciente, etc. Des phrases perçues au
détour de conversations nous font froid dans le dos :
« Elle ne se lève plus du lit, elle fait pipi sous elle,
elle ne reconnaît plus sa flle. Je ne comprends pas
pourquoi les médecins ne lui donnent pas quelque
chose pour accélérer son départ. » Le « mauvais »
vieillissement fait peur à tout le monde. C’est raisonnable :
s’inquiéter de sa santé physique est un des ressorts de
la prévention.
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 15 2016-08-11 10:1416 Vieillir la paix au cœur
Nous sommes nombreux à éprouver une vraie peur
pour notre santé psychique, ne serait-ce que parce que
les deuils répétés, fréquents quand on prend de l’âge,
suscitent des dépressions. Sans parler de l’angoisse
qu’inspire cette maudite maladie d’Alzheimer dès que
l’on a le moindre trou de mémoire ou que le mot qu’on
a sur le bout de la langue refuse de passer nos lèvres.
Certains, dont les familles sont éloignées ou
divisées, dont les amis ont disparu, ont peur de se
retrouver seuls. D’autres éprouvent de l’angoisse à
l’idée de peser sur leurs enfants. Mes parents étaient
ainsi. Bêtement, je leur disais : « Aucun de vos enfants
n’est chômeur. Ne vous faites pas de soucis. En cas de
problème, nous vous aiderons, on s’arrangera. » Mais
voilà, c’est une question de dignité avant d’être une
affaire d’argent.
L’argent ! Dès la retraite et bien plus à l’âge de
la haute vieillesse, beaucoup ont peur pour leur
« santé fnancière ». C’est tout le problème des petites
retraites, des gens dont la vie professionnelle a été
égrenée de périodes de chômage, de ceux qui n’ont
jamais eu la chance de pouvoir mettre de l’argent de
côté, des femmes qui ont travaillé dans la ferme ou
le commerce familial, sans toujours être déclarées
en tant qu’employées, de celles qui n’ont exercé
aucune profession. Pour les plus pauvres, il y a, dans
la plupart de nos pays, des aides de l’État, mais il
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 16 2016-08-11 10:14Adeline a peur de la vieillesse ou Question de confiance 1 7
arrive que ces allocations soient ensuite récupérées
sur l’héritage, ce qui augmente l’anxiété et conduit
même des personnes désireuses de laisser quelque
chose à leurs descendants à refuser toute aide. Et nos
sociétés en remettent une couche en prétendant que
les personnes âgées coûtent cher.
La vieillesse fait peur, car l’horizon, c’est la mort.
Le temps de la vieillesse – mais est-ce le seul ? – fait
vivre des petites morts partielles, fragmentaires,
parfois à peine sensibles, mais inéluctables. C’est un
temps du « jamais plus ». Dès la retraite, on n’est plus
jamais le miroitier, le professeur, l’infrmière… Quand
survient la ménopause, les femmes ne peuvent jamais
plus enfanter. Avec le temps, on n’est jamais plus celui
qui grimpait si facilement au sommet des montagnes,
nageait si longtemps, celui ou celle qui peut prendre
le volant.
Quand nous prenons de l’âge, l’anxiété est un
trouble fréquent, car nous nous sentons plus fragiles,
plus vulnérables devant les aléas de la vie. Une
discussion un peu brutale en famille et l’on craint un confit
irrémédiable ; le déménagement d’un enfant vers une
autre ville et l’on imagine que les rencontres se
raréferont ; un faux pas, une chute sans gravité et l’on n’ose
plus sortir seul. L’anxiété engendrant palpitations
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 17 2016-08-11 10:1418 Vieillir la paix au cœur
cardiaques, gêne respiratoire, pertes de mémoire, on
se croit gravement atteint et c’est le cercle vicieux : la
peur enferme ; c’est un enfer.
Pour conjurer la peur, on peut toujours rêver
sinon d’un rajeunissement magique, au moins d’une
jeunesse prolongée. La publicité nous y incite qui
donne à croire que la vieillesse n’existe plus et nous
pousse à nous jouer la comédie. On refuse d’employer
le mot « vieux ». On parle de retraités, de maturité, de
l’automne de la vie, de bien vieillir, voire de vieillir
en pleine forme, vieillir jeunes. Et qui ne se surprend
pas, un jour ou l’autre, à acheter crème antirides à la
publicité prometteuse, yaourts miracles, médicaments
régénérants… ?
Jeanne, une montagnarde qui franchissait des cols
pour observer les marmottes, s’est construit une tout
autre philosophie :
Si je ne crains pas de vieillir, serait-ce parce que je
ne redoute pas la mort puisque, croyante, je sais
que lorsque j’aurai passé « les portes d’or », comme
on disait au Moyen Âge, Dieu m’accueillera en
son infnie bonté ? Pas seulement. Je ne crains pas
de vieillir parce que je suis en train de découvrir
que la vieillesse est le chemin vers la sagesse. Je ne
dis pas que je l’ai atteinte, mais j’y tends et je suis
heureuse d’y tendre… Tendre à être meilleure,
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 18 2016-08-11 10:14Adeline a peur de la vieillesse ou Question de confiance 1 9
moins susceptible, plus généreuse, plus simple…
Peu à peu, je consens de mieux en mieux à ce que
la vie m’a appris : faire avec. Faire avec soi. Faire
avec les autres. Avec les événements. Accepter de
s’accommoder de ce qui nous est donné, et non de
ce qu’on aurait voulu. Et en être heureux. Je crois
en la vie et je la vis avec détermination. Dans mon
esprit, ça a quelque chose de majestueux. C’est
tellement à l’inverse de ce qu’on peut imaginer de
la vieillesse !
J’ai plein de projets avec mes proches. Faire des
projets, c’est indispensable pour vivre. J’espère
pouvoir en faire jusqu’à la fn, même quand il ne
me restera qu’un peu de vie et un peu de force.
Jusqu’au bout, je veux vivre comme si j’étais
éternelle. Mon père qui, lui, ne croyait pas en
Dieu, répétait cela. Il avait raison : il faut vivre
comme si on était éternel.
Devant la vieillesse, rien ne sert de faire l’autruche.
Il n’y a qu’un seul moyen d’échapper au vieillissement,
c’est de mourir jeune. Et c’est un effroyable drame.
Pour conjurer nos inquiétudes, parlons-en. Avouons
nos craintes, mettons des mots sur nos fragilités. Ce
n’est pas facile. Le risque est d’agacer nos proches.
Pourtant, aborder avec eux la question de notre
avenir, c’est leur montrer qu’on a confance en eux.
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 19 2016-08-11 10:14168 Vieillir la paix au cœur
Roger se sent un fardeau pour Pauline
ou Dans le bonheur et dans les épreuves ..................... 1 19
Francine connaît les secrets des arbres
ou Grandeur nature .......................................................................... 135
Félix ressent l’angoisse de la mort
ou Adieu la vie, à Dieu la vie................................................... 145
Remerciements ...................................................................................... 165
21924_NOVALIS_Vieillir_INT_HR01.indd 168 2016-08-11 10:14JOËLLE C HABER T
+
Sous la plume attentive de l’auteure, Vieillir
Adeline, Huguette, Paul, Patrick, Antoinette
et tant d’autres nous partagent les diverses facettes
de leur vie d’aînés. Des vies qui reflètent une grande la paix au cœurplénitude, une sage sérénité mais aussi des moments
plus âpres et angoissants : peur de la solitude, de perdre
la tête, d’être à la charge de ses proches… La spiritualité
de cette étape bien particulière de la vie assume ces
interrogations et les tourne vers l’espérance.
S’appuyant sur de multiples témoignages,
Joëlle Chabert nous livre une réflexion lucide et
confiante sur la vieillesse. Avec humour et sensibilité,
elle nous introduit dans l’aventure intérieure
que l’âge d’or a comme vocation d’être.
½
Journaliste, Joëlle Chabert a été rédactrice en chef de trois
magazines destinés aux retraités et dirige actuellement
l’agence Atouts presse sénior. Chez Novalis, elle a écrit
La foi des chrétiens expliquée à tous (2007) et Lexique
sympathique de l’Église (2014).
21924_NOVALIS_Vieillir_C1C4_HR02.indd 1 2016-08-09 15:43
p JOËLLE CHABERT
Vieillir la aix au cœur