Partition complète, Les Troyens, The Trojans, Berlioz, Hector par Hector Berlioz

Partition complète, Les Troyens, The Trojans, Berlioz, Hector par Hector Berlioz

-

Partitions
456 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Obtenez la partition de musique Les Troyens partition complète, Grand opéras, fruit du travail de Berlioz, Hector , H 133. La partition de musique romantique dédiée aux instruments comme: 2 ténor Saxhorns, Priam, 2 trompettes, Tam-Tam, Didon, Nymphes, et Anna. Solo ténors: Énée, Carthaginians, Narbal, et Hécube. Solo Mezzo-sopranos et Altos: Cassandre, et Hélénus. Solo Basses: Chorèbe (baryton), tambourin, Sylvains, Satyrs, 3 + 3 Trombones, 2 Cornets, Tyrrenians, 2 contrebasse SaxhornsTimpani, Triangle, Piccolo, 4 bassons 4 cornes, Panthée, et Ghosts, Greeks, et StringsSolo sopranos: Ascagne, 2 flûtes (1 doubling Piccolo), Crotales, Hylas, le Dieu Mercure, Iopas, cymbales + More cymbales, et un Prêtre de Pluton. chœur mixtes of Trojans, un Chef Grec, Polyxène, Tarbuka6–8 harpes, Fauna, l’Ombre d’Hector, 2 clarinettes (1 doubling basse clarinette), ophicléide (ou Tuba)Sopranino Saxhorn, basse tambour, 2 Soprano Saxhorns, 2 Alto Saxhorns, 2 + 3 hautbois (1 doubling anglais cor)
La partition compte une sélection de mouvements: Grand opéra en 5 acts et est classée dans les genres pour voix et chœur avec orchestre, opéras, partitions pour voix, Stage travaux, Grand opéras, partitions chœur mixte, pour voix, chœur mixte, orchestre, langue française, partitions pour orchestre
Visualisez encore une sélection de musique pour 2 ténor Saxhorns, Priam, 2 trompettes, Tam-Tam, Didon, Nymphes, et Anna. Solo ténors: Énée, Carthaginians, Narbal, et Hécube. Solo Mezzo-sopranos et Altos: Cassandre, et Hélénus. Solo Basses: Chorèbe (baryton), tambourin, Sylvains, Satyrs, 3 + 3 Trombones, 2 Cornets, Tyrrenians, 2 contrebasse SaxhornsTimpani, Triangle, Piccolo, 4 bassons 4 cornes, Panthée, et Ghosts, Greeks, et StringsSolo sopranos: Ascagne, 2 flûtes (1 doubling Piccolo), Crotales, Hylas, le Dieu Mercure, Iopas, cymbales + More cymbales, et un Prêtre de Pluton. chœur mixtes of Trojans, un Chef Grec, Polyxène, Tarbuka6–8 harpes, Fauna, l’Ombre d’Hector, 2 clarinettes (1 doubling basse clarinette), ophicléide (ou Tuba)Sopranino Saxhorn, basse tambour, 2 Soprano Saxhorns, 2 Alto Saxhorns, 2 + 3 hautbois (1 doubling anglais cor) sur YouScribe, dans la catégorie Partitions de musique romantique.
Date composition: A: 1856–58, with additions 1859–60, 1863B: 1864 (Marche troyenne)
Edition: Paris: Choudens, 1889. Plates A. C. 987–988.
Durée / duration: 4 hours
Libbretiste: Hector Berlioz, after Virgil’s Aeneid, Book II and IV
Dédicace: à Princess Carolyne Sayn-Wittgenstein (1819–87)

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 21 mars 2012
Nombre de lectures 380
Langue Français
Signaler un problème

Edition confornae à la ParlitiOD maoascrile
déposée à la BiblioUièqae (la Cor2servatoire
• 1889
Poëme Lyriqae ce5 actes et8 tableatix
et MaslqaePoërae
ED
4-«
Partition Cbaotet Piano
f25Prix: net.MUSIC LIBRARY
UNC--CHAPEL HILC
T7b'
ROYENS
LaPrise DE Troie
-Actesrets
•1,.
a CarthaoeLes Troyens
3^4-^ et 5'Actes
-xe
"-^Wry)
A .. .
/yi ^
^r/7/r rû'/l^ //l€^ ^tj7Ç77â^. /6
72^ /'^/t^^?(/^^/^ /'{//77/7/j /. .
TPERSOMVAGES:
Jr Hrmm ,1 jinim'-v dr Chorihe (MEZ/.0-SOPBA^OOCASSANDRE. l•^o|)lléle-^-e trovi-uiio, JilU'
h- —Shhi'r de TyrDIDON. Ri'iiie di' Caithage, vcim' dr prince . ( )
A.
(conthalto.)ANNA. Si.-iii- df Oidod
A.B.
Véiiiit. et d'Anehibe (TÉNOR.)ÉNÉE. Ilrl'dS llMiNfM, fih de
A.
.liMlUM |,j1iki' iCAsie, ile Cnssandre (BARYTON.)CHOREBE. fianré
*.H A.B
.Ifiaïc t'iU (SOIFANO) PANTHEE Pièhe liovi-ii, ami d'Eiiée. (BASSE.)ASCAGNE. d'Riiée
B.
—l'cMi' tvi-ii-n (TÉNOR.) NARBAL Miin>ti.- di- Diddii ( )lOPAS.
HYLAS, .Iriiiic niali'l..! |ilii-vicii. (thnor)
A- A. A.B.
_
Cii~-ac:die._ H''rii* tinvcii._HÉCUBE, lii'ini' des Irnvcii- POLYXÈNE, Sii-iii- de L'Ombre d'Hectob,
'
A A, A, B-
_ _
PRIAM, Uni dfstrojens._ HÉLÉNUS, Prêlre tnivcii._ Un Chef grec— Ceux Chefs trovens._
B. B.
Deux Soldats troyens.— Le Dieu Mercure.
A A
Son fil?. (PERSONNAGES MUET^)ANDROMAQUE, Vfuve d'Hcc-Inr. _ ASTYANAX, (8 an^).
fi Carthaginois.Troyens, Grecs, Tyriens
Priae de Trme.N lî, A iiiHi.|it,^ [.-s p.TsonnMses df La
IP5 Carthaffe.B illdir^iir ptîrsonnage"; dfs Troyenx a
il Garthaije.la Prise de Troie i-l des TruyrnxA Pl K in(iir|Uoiil quo les perisoiinaKes sojil domTES POIR LA REPRÉSENTATION.
Les Mipprcssiiiiit el coiipurf", ci-HeBsou* sont iiutic{iiv('s (lai- Hcctdi- Derlinz ri K's nu'i'oi'H'^
{l"oiclir>.li'u se lr(Hi\eiit Hiiiis Sun maimsciit :
ACTE III, scène 3^
2lACTK III, t.ibleau.
\^'-'.\i:TK IV, sfin.-
\CTK IV, sc-i-iip 4^
\CTh: V, «.ei-no .r.
7'.\(:TK V, soène
tronNcra à la fin la partitinn !.'S raccoj'ds pour la Mipprossion des scènes indH|Meés ei-dessus.On de
lierlio/ a>ail pi'is suin de minuter les"Tro\ens"
:
1"'' Acte 52 miniilpv.
,|nalre e„lr-.des deA^ee1' - -Si les monvemenls sont 22
"''"^ '''^""" '^''^- ''T''''*''"-bien pris el l„en soutenus, S" - 40
eltalion durer;, h. 2(> m.;4_la durée clK„|ue Aete j.-de -47
commencée 7 elle de-à 1,,^,,.sera la suivante: -,
MM tniir iiM pt'ii ;iv;iitl niMuiil.
tfitdii 206 minutes.
Nuip dv H. RFm.K^Z.
(HiiaiilEn roniplf de» sin>pi'essio(is in(ii(|uées ci-H»SMis on ;tri-i\t' \\ liO tuliuitrr de musititie
î«oit, avff li'b fiili-'iirtPïi, uit speotîK'N- diii-;iiit environ.^li.J;.
IM
ANALYTIQUETABLE
ACTE I A Troie
dei'ant la citadelle.Le camp abandonné des Grecs
Piges.
uu soldat, enfants,I. — Le peuple troyen se répand joyeusement dans la 1 Le peuple troyen,SCÈNE
de sièse, il se réjouit du départ desplaine. Après dix ans ;. ^\ ^ , , , , jpurboilh; ir lU respner I air deschevalGrecs. 11 court admirer, !,ur lé bord du Scamandre. le G'"'
champs ibois laissé par les Grecs comme offrande à Pallas. 1de
Cassandre.II. — Cassandre, fille de Priam, parait. La prophétesse 1SCÈNE
onl disparufondre sur Troie et déplore > Les Gras l8prévoit les malheurs qui vont
' VHernelU nuit,l'aveuglement du roi Priam et de son peuple. Malhmrcux Roi! dans 20
Chorèbe.— Cassandre,SCÈNE Chorèbe, son fiancé, qu'elle supplie de quitter 1III.
Chorcbc il qu il parte 24dissiper ses funestes pressen- ! fautTroie, essaie inutilement de \
adoréetiments. ) Reviens à toi, vierge 26
lesSCÈNE IV.— Le roi Priam, Hécube sa femme, les princes et
Priam, Hèoube, Énèe, Ascagne.
viennent prendre place sur le trône. Processionprincesses
offrandesautoiir de l'autel champêtre surlequel on dépose des 1 ^^.^„^. p,-^tec,eurs-dc la ville éternelle 4'J
^aux dieux protecteurs de la ville. I
56SCÈNE V»— Danses et jeiax populaires; Combat de ceste.
I
— veuve d'Hector, tenant p.ir la main Cassandre, Audromaque, Astyanax.SCÈNE VI. Andiomaque,
cor-Astyanax, tous les deux vêtus de deail, vient déposer une
An îromaqiie et son pis! 5Sbeille fleurs au pied de l'autel. Le roi bénit son petit-fils.de
— accourt. 11 annonce la mort du prêtre Énée. Priam, Hëcube, Cassandre,SCÈNE \'1I. Énée
excitait peuple à Ascagne, Chorèbe, Panthée, Hé-Laocoon que deux serpents ont dévoré. Il le
troyen.brûler le cheval de bois. Pallas s'est vengée. Pour apaiser la lënus, le peuple
conduire en grande pompe ledéesse, Priam donne l'ordre de Du peuple et des soldais O4
placée milieu decheval de bois vers le Palladium, statue au
Châtiment effroyablela citadelle. 69
SCENE VIII.— La marche troyenne retentit. Désespoir de Cas- 1 Cassandre.
du colosse dins Usandre qui assiste à l'entrée triomphale
Non, je ne verrai pas la déplorable fête. 104citadelle. )
SCÈNE IX. — Elle essaie, inutilement, de faire entendre sa
' Cassandre, le peuple troyen.
voix :
» proie,le destin tient sa Du Roi des Dieux, ô fille aimée , . . iog
I
» Sœur d'Hector, va mourir sous les débris de Troie!
(1^^ACTE II Tableau)
Intérieur du palais cTEuée.
SCENE I. — Rumeurs de combats duigncs. Éniie, demiâ arme,
' i3oÉnée, l'ombre d'Hector.dort sur son lit. L'ombre d'Hector s'avance \ers Énée qui se
réveille en sursaut. Hector lui ordonne de fuir. Troie est aux
mains de l'ennemi. C'est en Italie qu'Knee doit aller pour himicre de Troie . . . i33y I
fonder un empire nouveau.
—SCENE II. Panthée, Ascagne et Chorèbe viennent successi-
vement confirmer nouvellela du désastre. Troie est en feu, Chorèbe, Ascagne,Énèe, Panthée,
mais la citadelle tient encore. Enée sort à la t<^te de ses soldats troyens.
soldats pour tâcher d'y parvenir:
Quelle espérattce encore est permise . . i36M Le salut des vaincus est de n'en plus attendre,
» Mars, Erinnys, conduisez-nous!
[on&5
tp«
2* Tableau
L'autel de Vesta dans le palais de Priam.
—SCÈNE III. Polyxène, fille de Priam, et les femmes troyennes Polyzèoe, les femmes troyennes.
sont prosternées autour de l'autel de V'esta-Cybèle qu'elles
Puissante Cyhèle, déesse immortelle . 149invoquent.
SCÈNE IV. — Ciissandre survient. Elle annonce qu'Énée et ses Cassandre, Polyxène, les femmes
citadelle, sauvercompagnons ont pu gagner la le trésor de
troyennes.
Priam et fuir vers l'Italie. Son tîancé, Chorèbe, est mort et
elle est prête à le suivre dans la tombe. Elle exhorte ses Tous ne périront pas i53
compagnes à mourir comme elle, plutôt que d'appartenir aux
Mais vous, colombes effarées i58vainqueurs.
—SCÈNE V. Toutes sont décidées à mourir. Quelques femmes
thessaliennes qui hésitent et tremblent sont chassées par
Grecs, rechercheCassandre. Les à la du trésor de Priam, font
Cassandre, femmes troyennes, sol-irruption dans le palais; Cassandre et Polyxène se frappent;
dats grecs.d'autres se précipitent du haut du parapet de la galerie. On
voit au loin Énée et ses compagnons gravir le mont Ida.
Complices de sa gloire
1< nous bravçns votre furie, 64Oui.
» Sauve nos fils, Énée! Italie! Italie!
La ville est en flammes et le palais s'écroule.
ACTE III (i*^^ Tableau) A Carthage
Une salle perdure du palais de Didon.de
—SCÈNE I. On célèbre la fête de Carthage. Un trône entouré \ Une partie du peuple carthaginois.
des trophées de l'Agriculture, du Commerce des estet Arts
• Carthage, Us semblentDe deux bénirdressé pour Didon, reine de Carthage. Le peuple carthaginois
est placé sur un amphitéàtre en gradins. lafête i8o
)
—SCÈNE II. Didon entre avec sa suite. Elle rappelle au peuple Didon, Anna, Narbal, le peuple.
que depuis sa fuite de Tyr à la rive africaine, Carthage s'est
Chant national : Gloire^ gloire à
élevée et a vu son commerce prospérer, mais le farouche Î
Didon 186
larbas veut lui imposer un hymen odieux. Elle se confie à
peuple le soin de sa Chers Tyriens, tant de nobles travaux.son pour défense. 192
SCENE m. — Didon reçoit successivement députations des Cortège des ouvriers constructeurs,les
ouvriers constructeurs, des matelots et des laboureurs et matelots et laboureurs.
remet à leurs chefs divers présents, emblèmes ds leur profes- Entrée des constructeurs 204
sion : une equerre et une hache gou-aux constructeurs, un des matelots 206
vernail et un aviron aux matelots et une faucille d'or aux
laboureurs. Entrée des laboureurs ....... 208
—SCÈNE tV. Restée seule avec Anna, sa sœur, Didon est tout
Didon, Anna.
hcvircuse d'avoir retrouvé le calme et la sérénité. Anna lui
Les chants joyeuxfait entendre qu'un nouvel hymen lui fera oublier ses mal- 2 1
heurs; Carthage veut un roi, mais Didon restera éternelle-
1 Sa voix naître dans mon sein . , 222fait
fidèle souvenirment au de Sichée, son malheureux époux.
SCÈNE V. — lopas vient annoncer à la reine députésque les Didon, lopas.
d'une flotte inconnue échappée au naufrage, demandent la
Échappés à grand"peine 228
faveur d'être admis devant elle. Didon accueille favorablement
Errante sur les mers 22gdemande.leur i
SCÈNE VI. — On entend la marche troyenne dans un mode
triste. Enée se présente sous un déguisement de matelot. 11 Énée, Ascagne, Pan-Didon, Anna,
est suivi de Panthee. Ascagne et les chefs troyens qui portent thee, lopas, chefs troyens.
des présents. Ascagne dépose aux pieds de la reine le sceptre
d'ilionc. fille du roi Priam, la couronne d'Hécube et le voile éprouve une soudaine et vive impatience 232
1 f
d'Hélène: n Nous sommes Troyens, ajoute-t-il, et notre chef
\ Auguste Reine, un peuple errant. . .Didon 234est Enée ». est heureuse d'accueillir un tel héros que
Carthage connaît et admire.
—SCÈNE Vil. Narbal, ministre de Didon, accourt annoncer à
la reine que le farouche larbas s'avance vers Carthage à la
Ascagne, Énée.Narbal, Didon, Anna,d'innombrables Itête soldats. Le peuple demande des armes. troyens,lopas, Panthée, chefs
Enée laisse tomber son déguisement. Jl porte un brillant
peuple.lecostume et la cuirasse. îl o^re de combattre à la tête de ses
Troyens. Didon accepte avec joie le secours d'Enée et tous,
' annoncer la terrible nouvelle]'osê àpeintTroyens et Carthaginois, jurent d'exterminer les rebelles. Enée
confie Ascagne aux soins généreux de reine:la suis ÉnéeJe
« Ext-rminons la noire armée imtnondeSur cette horde
» Et que demain la renommée
" Proclame la honte et la mort d'Iarbas!2'' Tableau
Une viers;'e aux environsforet de Carthage.
l'ages.SCÈNE VIII. — Au matin. Une grotte au pied d'un rocher, le
valong duquel coule un ruisseau qui se perdre dans un
bassin naturel, borde de joncs et de roseaux.
Deux Naïades se laissent entrevoir un instant et disparais-
on les voit nager duns bassin.sent; puis, le
Des fanfares de trompe retentissent au loin dans la fortit.
Les Naïades, effrayées, se cachent dans les roseaux. On voit
chasseurs lyriens.des Ascagne traverse le iheàtre àf'asser
a course. Le ciel s'obscurcit, la pluie tombe. Orage gran-
dissant. Bientôt la tcmpcte devient terrible : torrents de pluie,
éclairs, tonnerre.grêle, Appels réitères des trompes de chasse
au milieu du tumuhe des éléments. Les chasseurs se disper-
sent dans toutes les directions; en dernier voitlieu, on
Didon, Énèe, Ascagne, chasseurs
paraître Didon vêtue en Diane chasseresse, l'arc à la main,
le carquois sur l'épaule et Enée en costume demi-guerrier. lyriens, Naïades, Satyres, Faunes,
Ils entrent dans la grotte. Aussitôt les Nymphes des bois Sylvains 273
paraissent, les cheveux épars, au sommet du rocher, et vont
et viennent en courant, en poussant des cris et faisant des
gestes désordonnés. Au milieu de leurs clameurs, on distingue
mot Italie!de temps en temps le :
Le ruisseau grossit et devient une bruyante cascade. Plu-
sieurs autres chutes ti'eau se forment sur divers points du
mêlentrocher et leur bruit au fracas de la tempête. Les
Satyres et les Sylvains exécutent avec les Faunes des danses
dans l'obscurité. La foudre frappe un arbre, lefrotesques
rise et l'enllamme. Les débris de l'arbre tombent. Les Satyres,
Faunes et Sylvains ramassent les branches entlammées, dan-
sent en les tenant à la main, avecpuis disparaissent les
Nymphes dans les profondeurs de la forêt. La tempête se calme.
ACTE IV
Les jardins de Didon au bord de la mer.
—SCÈNE L Anna et Narbal s'entretiennent des derniers événe-
Anna, Narbal.
ments survenus à Carthage. larbas et ses Numides ont été
Dites, Narbal, qui cause vos alarnws.taillés en pièces par Énée" Didon oublie ses plus chers souve- 286
nirs pour ne s'occuper que du héros troyen qu'elle aime.
quels reversDe 291Ce ne sont que chasses et festins donnes en l'honneurd'Énée.
— On fête le retour d'Énée, vainqueurSCÈNE II. d'Iarbas, en
jetant des Heurs sur ses pas. Le cortège royal fait son entrée
Panlhée, lopas,Didon, Anna, Énée,dans les jardins préparés pour la fête. Ascagne reçoit des
Ascagne. Narbal, courlisansde son père armes vamains les et les suspendre sur la colon-
tyriens, chefs troyens ^97nade du temple de Minerve. Didon est tout absorbée par sa
passion naissante pour Enee qui est entré à ses côtés.
SCENE 111. — Didon assiste à la fête assise avec Anna sur une
' Danses 299ayantestrade Enée et Narbal auprès d'elle.
—SCÈNE IV. Les danseurs se retirent sur l'invitation de la Reine,
lopas fait entendre son poème des champs, mais ses strophes Didon, lopas, Énée,j
parviennent pas â la captiver.ne Elle demande à Enée le récit
, Assci, ma sœur, je ne souffre qu'àpeine. 314de ses aventures et apprend ainsi que l'amour obstiné de
Pyrrhus a pu faire oublier à Andromaque le souvenir \ O blonde Cèrès 3i6
d'Hector.
V.— Enée est piedsSCÈNE assis aux de Didon ; Ascagne appuyé
sur son arc et semblable à une statue de l'Amour, se tient
debout aux côtés de la reine. Anna, inclinée, Anna, Énée, lopas, Narbal.appuie son Didon,
lecoude sur dossier du lit de repos où Didon s'est assise.
Ascagne, tout en jouant, a enlevé de la main de Didon l'an- Tout conspire à vaincre mes remords .
neau de Sichée. Le récit d'Enée a \aincu les derniers scru-
pules de la Reine.
—SCÈNE \'L Didon s'est levée pour parcourir les jardins et Didon, Ascagne, Anna, Énèe, lopas,j
respirer l'air pur et caressant de cette nuit splendide. Tous Narbal, Panthée, courtisans
(sont groupes autour d'elle et sont commese en extase devant lyriens, chefs troyens.
la sérénité, la paix et le charme de cette fête. Peu à peu, tout
Tout n'est que paix
le monde sort, excepté Didon et Enée.
VII. — Clair de lune. Didon et Enée sont restésSCÈNE seuls. Ils
se rappellent que par une telle nuit Vénus suivit le bel Anchise
aux bosquets de l'Ida, que Troïlus vint attendre la belle
Cressida au pied desmurs de Troie. Ils échangent les serments
Didon, Énée.
les plus tendres, et se tenant embrassés, gagnent lentement
les jardins et disparaissent. Au même moment Mercure paraît
Nuit d'ivresse et d'extase infinie 341dans un rayon lumineux. S'approchant de la colonne sontoù
armesappendues les d'Enée, il frappe de son caducée le bou-
clier qui rend un son lugubre et prolongé, et repète d'une voix
grave: « Italie! Italie! Italie! >ACTE V (i^^ Tableau)
La troyenne au port.flotte
— la mer est couvert de tentesSCÈNE 1. Le bord de troyennes.
Hylas, deux sentinelles.
vaisseaux sont amarrés au port. Deux sentinelles montentLes
un jeune matelot, Hylas, en vigie au haut du mâtla garde;
Vallon sonore 33opays.d'un navire, chante son
— donne aux chefs troyens l'ordre de préparerSCÈNE n. Panthée
le départ. Chaque jour des signes e&rayants avertissent Enée Panthée, chefs troyens, les ombres
des Dieux. La mer, les monts, les bois gémissent.de la colère invisibles.
sous d'invisibles coups. HectorLes armes résonnent est
apparu l'œil courroucé, suivi d'un chœur d'Ombres répétant Pn-pareitou!, il faut partir 357
fatidique: Italie! Italie!le mot
— Les deux sentinelles, restées seules, parlent des / Deux soldats troyens.SCÈNE III.
Carthage. Parplaisirs qu'elles trouvent à \ Bacchtis ! ils sont fous 368
— Énëe.SCÈNE IV. Énée entre, il est décidé à quitter Carthage, mai-
désespoir de Didon. Il tremble à l'idée des suprêmes > Inutiles regretsgré le 3-72
adieux! Ah! quand
] viendra l'insiant .... 376
V. — Au même moment, il s'entend appeler par des voix \ Énée, les spectres deSCÈNE Cassandre,
successivement Hector,invisibles, puis apparaissent Priam, Chorèbe, f Chorèbe et Priam. les
Hector et Cassandre, qui tous lui répètent : Il faut partir, i Ombres invisibles.
ton empire! Ence!...vaincre et fonder ) eiicor ce: voix 383
— cède aux ordres de ces spectres inexorablesSCÈNE VI. Énée
devantcl passant rapidement les tentes, il donne les ordres / Énée, chefs et matelots troyens.
de départ. L'alerte est dans le camp, tous se précipitent vers
qui bientôt commencent à se mettre en mou- t Debout, Troyens!les vaisseaux 387
vement.
— Didon, Énée.SCÈNE VII. Didon surprend Énée dans sa fuite. Elle le sup-
retarder son départ; mais ni ses supplications, ni saplie de
surErrante tes pascolère ne parviennent à fléchir Enée... 394
Enée a résisté aux prières de Didon, il monte sur un vais-
chant de triomphequitte le port aux crisde : Italie! Italie! A ce 401seau et la flotte
2*^ Tableau
Un appartement de Didon ^i).
—SCÈNE \ III. Didon espère qu'Énée a cédé à ses désirs et a Narbal.Didon, Anna,
retardé son départ. Elle charge Anna et Narbal d'aller le
de retenir,trouver et d'essayer le ne fût-ce que quelques jours
l'implorerFa, ma sœur, 405
seulement.
—SCÈNE iX. lopas vient annoncer à la Reine le départ détinitif
Narbal, lopas.Didon veut qu'on les poursuive et qu'on brûle Didon, Anna,des Troyens.
leurs \aisseaux. Mais devant l'impuissance de sa fureur, elle
En mer, t'oy^^se résigne et se décide à mourir. Elle donne l'ordre d'élever 409
un bûcher.
Didon.— Reine livre plus violentSCÈNE X. Restée seule, la se au
]i vais mourir 417désespoir; décidée à mourir, elle adresse ses derniers adieux à
florissante, à sa soeur et à son peuple. Adieu, cité 420sa cité fiète
mer.(Tableau final) Une terrasse dominant la
— Narbal, prêtres deSCÈNE XL Les prêtres de Pluton viennent processionnellement i Didon, Anna,
se grouper autour de deux autels où brillent des flammes f Pluton.
voile et couronnée deverdâtres. Didon est couverte d'un
(
' Dieux de l'oubli 422feuillage.
SCÈNE XII. — Elle monte rapidement les degrés du bûcher, , Mort de Didon.
l'avenir de son peuple, lasaisit l'épee d'Enee et prophétise { 43iD'un malheureux amour
destruction de Carthage et la naissance d Annibal, qui sera 1
•r, > r i
y Au secours! la Reim; s est frappée. . . 4^4son vengeur, puis elle se frappe.
SCÈNE DERNIÈRE.—On voit dans une gloire le Capitole romain romain,La aloire du Capitule
brille ROMA. Didun s est relevée J ^au fronton duquel ce mot:
une dernière fois pour s'écrier : Rome! Rome immortelle ! f
^ j^ immortelle
'
Elle retombe et meurt. Pendant que les sons éclatants de la i
jettemarchetroyennesefontentendre, le peuple carthaginois
race d'Enéi . . .] Haine éternelle à la 440^
sa malédiction a Enee et a sa race. /
FIN"
peut supprimer ce tableau passer à la scène XII du tableau lînal.(il A la scène on et
IMPRIMERIE CHAIX, 20. RUE BERGERE, P.\RIS.— 13726-6-91.TROYENSLES
A Troie .
ACTE 1
la citadelliLe CTinp iihnndonné des Grecs Hevaiil
Ikmsi'c Hi'Tiu' |Kii*h<' ht |iliitiit> (\v
Trciif. Siii- un (Ils cùIrs, un lii'nic,
RUl- l\uill'f,un iinli'l rll;im|irlre.
ISCENE
l,K PKI l'I.K TROYKN, U^ SlII.DAT,
.IKUNES CAKCOISS <! KNFANTS.
= «i-)AH" vivo. (i:^8
trtnjrii HP répami tlmi^/j, Lf /tniplt' jot/vitaement la plaine, Sofiht\
1""Sdl'KAM
Sul'K.2' p COMHAI.Tl »
c/f«t/f/ïs, fvmmvH pt fiipiiiis. iPnnseSy jrti-i' riivf/'s. Trois hprqiTs joiirnt
TKNORI l""'
2''" mTENORl
f/c Ift dnithlt' Jfiitt^ fin muninel du towhvnti {fAfbi'flr.
1""'BASSI
ag^2'"ItASSl
Air vivo.
8
fw^mmmjmjm
-^HARO. xentInsir. à,J ^*r
f^ ^^
:ïîîit^m^ ^
/
|lJoubl.fl pldr*^es sur
jl
• \i' looibfau d*'Arhil|p