303 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Partition complète, La sorcière, Drame musical en quatre actes et cinq tableaux

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
303 pages
Français

Description

Retrouvez la partition de La sorcière partition complète, opéras, fruit du travail de Erlanger, Camille. Cette partition de musique early 20th century dédiée aux instruments comme:
  • solistes vocaux
  • chœur
  • orchestre

Cette partition aborde plusieurs mouvements: 4 Acts et est classée dans les genres partitions chœur mixte, langue française, pour voix, chœur mixte, orchestre, pour voix et chœur avec orchestre, Stage travaux, opéras, partitions pour orchestre, partitions pour voix
Visualisez encore tout un choix de musique pour chœur, orchestre, solistes vocaux sur YouScribe, dans la catégorie Partitions du début des années 20.
Edition: Paris: Office Musical, 1912. Plate O. 280 M.
Libbretiste: André Sardou (1881-?)
Dédicace: Pour Mademoiselle Anthelmine Marth Chenal

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 69
Langue Français
Poids de l'ouvrage 14 Mo

Exrait

m
LA SORCIÈRE(M
1"POUR M ANTHELMINE MARTHE CHENAL
(3F
£THEATRE NATIONAL DE L'OPERA-COMIQUE
© @ ®
L& SORCIERE
DRAME MUSICAL EN 4 ACTES ET 5 TABLEAUX
VICTORIENftpri* SARDOU
PAR
ANDRÉ SARDOU
Musique de
CAMILLE ERUNGER
Prix net : 20 fr.
OFFICE MUSICAL, 55, Rue de Chateaudun, Paris
à Bruxelles, chez ledent malay, et Galerie Bortier5 7,
Tous droits d'exécution, de traduction et de reproduction réservés pour tous pays.
Copyright Aubert et Matheissenby 1912
Imp. Delancby et Fils, Pans.
LA SORCIERE
Représentée pour la première fois à Paris sur le Théâtre National de l'Opéra-Comique
Décembre 1912
Direction de M. ALBERT CARRÉ
—Directeur de la Musique : M. Ruhlmann. Directeur de la Scène : M. Cafbonne.
Chef d'Orchestre : M. Ruhlmann.
—Chef du Chant : M. Viseur. Chef des Chœurs : M. Masson.
Danses réglées par M"' Mariquita
DISTRIBUTION
ZORAYA, soprano dramatique, M"" CHENAL
ténor BEYLE AFRIDA,DON ENRIQUE, MM. Léon soprano lyrique M™" ESPINASSE
Le Cardinal XIMÉNÈS, baryton . . . PÉRIER MANUELA, sopranoJean VALLIN
CARDENOS, basse chantante .... AZÉMA DONA JOANA, soprano. ... Nelly MARTYL
RAMIRO, baryton VAURS AISHA, contralto PHILIPPOT
LOPEZ DE PADILLA, basse chantante. DUPRÉ FATOUM, mezzo-soprano
. . . . ARNÉ
1"OLIVEIRA, baryton ANDAL MAURESQUE, soprano
. . . VILLETTE
eCALABAZAS 2 mezzo-soprano MARINI
j
! basse chantante. . . . PAYAN
LE SERENO \
ARIAS, ténor MM. CAZENEUVE
IBARRA, basse chantante CORBIÈRE
ZAGUIR, ténor PASQUIER
MOLINA
TORILLO, basseténor DE CREUS chantante .... BRUN
UN CHANTEUR (invisible)
ALBORNOS, basse chantante. BELHOMME
INQUISITEURS — SEIGNEURS — — —PAYSANS SOLDATS JEUNES KILLES SUIVANTES DE DONA JOANA
— —ACROBATES JONGLEURS BALLERINES
L'action à Tolède en 1507.
Décor', de MM. Jusseaume et Baillv.
Costumes de M. Multzer.INDEX
Piges
2DU TAGE)(LES BORDSI" ACTE
442° ZORAYA)(LA MAISON DEACTE
e 112PATIO)ACTE (LE3
e L'INQUISITION) ... 173TRIBUNAL DE(LE4 ACTE, I" tableau
e 244- (LE BUCHER)2 tableau—
1909-1912
LA SORCIÈRE
DRAME MUSICAL en Actes4 et 5 Tableaux
d'après Victorien SARDOU
Poème de Musique de
André Sardou Camille Erlanger
ACTE I
LESBORDSVU TAGB
Allegro non troppo
"fi
PIANO
rftimni i
3 *
i * km P- 3— B*. _ * *£ £
^1^5BE ^3 ^t
J^.e
fcfc^S st*SE m
3*3
3 *
EE
~3~5 5 ô ~
' 5 I I 1 I 1 1 1 '~3 ' ' ~~' '3 ' ? ' ' 3 ' '3
y|miiuUS ffi dl jTiSlg5=S S
E*
w w rw lr rwir w y ŒfEfftt
3 3 3
8'.'bassa_
Copyright byAubert et Mutheissen 1812
"Office Musical". 55 rue de Chaieaudun,Paris. Tous droits d'exécution réserves.1
ruuuPoeo mt-iiomeno allegroaiiegro —<—i « n 3 y
3 *hh r ê § £ £ & .. ^ *
fr^•" fUJ'WLU 'il! LLf—m 1^^nm j-j h
°1 Tempo

n inrm?
.? .?
—_—S i-^l-tLiurt r r r r —g - g :gg 1 , —
3333
8".bassa...
0. 280 M,.
Sur les hauteurs quidomintnt lt/ rivegauche t/uTage. Ciel très étoile, it rronu cla ire, issuht de lune
Ramiro et Arias ainsi que les archers entourent et entrainent des paysans, qui résistent et
s'arrêtent en suppliant.
RIDEAU
i
-m;rm:,j7]p\ mi
s t:~ m
RAMIRO
? r r tt=igfF^ i^m
Al . Ions! A.van-cez! Se cou. . ez moi ces traî
'
. 1 . —pm
-y
* * *tEr £tr tirtErïmï^^m^m
pï^ps ^F^ * &
K.^
. nards..
Ténors
kF7Ti
Gra ce! Pi . tié!
Basses
m E F lpf E p
Nous ne sorn. nies pas cou
1
mmÏÏTÏÏJ'UJtW" *ÛJ*bLI ^LU^EU*
a i 5
O. 880 M1 fe^^
f F ir f
Nous ne som.mes pas cou . pa . blés.
* â-i fe£h r t
bles
^.mar.tfr jgSSQOg;
ARIAS
S •
p r r ^
Le gou . ver . neur de To
A v F ^
Grà ce! Pi . tié!
^^
S ^^
de vous ju . ge ra.
P
f fS , F r £
Ay . ez pi . tié
)' '.1
, t r^ 1w^mï ?>„?
r*^. gror uj
h
1.9 W
O 280 M±hk
1 1h h h =¥=2
\> ^=^y J J
ezAy . pi . tie de nous! Gn
È#S t=fcËE
nous! Grâ ce!
;«^Lr»E-Lryrrrt rrrS j^a^i h
s 3=iÊ "*3
ENRIQUE (entrant)
.? '
g=
iri>^r mmmm
Eh là! Pourquoi cestristesge'mis-se . mentsl
QE i^EE
ce!
————P P P P P^ se ;e
.que, sei.C'est don En .ri le bon
iE^feJB g.g
B ^FfiP?R^
jjffl^?££
•• r O
I 15
1^ y P I r r
|J | Fg ^pp
Grâ ce.ce. monseigneur!monseig'neur!_ NousNoussommessommes irin _ no _ cents..
S P P F P IF ^rr
.gneur. nous.e
O. 380 M.('a, don Enrique'
i
=¥=
^ Fg i pf p rI P p p.
'Nous som.mes in . no. cents. Grà - ce mon.sei . gneur. f
=r n r teP F PT |i^ p ¥W
Il nousrendra la lLber.té. Grâ ce, pi .
fnm
r rV W * r r
ENRIQUE Plus lent
»y r ' », 1* .i1 i 1 i l j 11 im.|é p g i 1
Si.len ce!. De quel crime ê. tes - vous accu . se's?
3E ÉÉ^ smm
- tié!
^fep?ss ^
.tié!
Tempo
Moderato
RAMIRO
^^ r p ff fpm p" ir r ^ ¥
Mé . pri - sant lé . dit roy - al, Ka lem.. le Mau.re, lin.fi
mp
j
j4 ^«El3
O. 88(1 i,I1^'s f r
i r r rr^r ï
i s^FF :£I
-de le, sé-duit. u ne dire',. tien . ne PourcMii . er leur for-fait; 1.a cou .
=^=£:»n rr r HMH
-pa ble. pour. la vi e. , dans lin . pa . ce du Couvent de la Mer.ci fut je
g*. * r r r
lp r P-F-fU i It p jp j M P
Pour ser.vir d'ex.emple aux paLens mau . dits, le corps du sup-pli-cié au tronc de
0. 880 M.h"" r t r '*,^ f '
i
i i ^mm T7T
Par. bre de.meu.rait ga.rot.té La nuit der.niè le. re corps fut de. ro .
ENRIQUE
*=m^P
Par qui?
R.%m m
1
bé.
Lespaysans
-
kà—' *g r r r r
Ce n'est pas nous!
Ce n'est pas
5"
Quelques paysans
Hpîr-r^ I pH
; gF Ft P f
Nous som.mes bons chré. tiens. Ce chien de Mu . sul
Sg p^p^
nous! Nous som.mes bonschré.tiens.
ifrrirrflJT»^,
*SF=ji ES s
*
*7 I
O. 280 M. . i
lu
Nous som.mes bons c-hré. tiens d'autres (avec hésitation
Ph h
I
l M'fi'i !
. man
C'est la Maures.que:..
14» Fim r tm p p £l S
ce chien de Mu . sul . man! C'estlaMau.
1E
3p _
3= fnrtirh ft
rp iiebuiuuitîiii;
%s
' 'J
1 hJ J* i gjrr P r
C'est Zo.ra . ja C'est Zcra . ya. la sor^^ jyr-r-iZ"i/ Lg^^
'MM
! I
I I I I
i
|
|
resque! C'est Zo-raya C'est Zo.ra.ya la sor .
Iy 3E
;jfflffîflUË te
££££££££££:£:£ =
r 'r r jr |r k t»
Lrtif
O. 280 M.— i
11
p
, ES I K ' h |
, f^^£&m J l * «g d b
jp
- la dé - non - cez.Tai . sez vous si vous
P
SeherzanctoENRIQUE ad libitumOii^ Sœ& i i>y»» i j j ia
La sorcië . re?
RAMIRO
a^ ià ""ji « i? ?s
=F
Aux rayons de la
ggM.jq v~ng
seveuge_ra.el.le ^
i —ô
*3E=» feËÉë^Ë=* rai
el . le sevenofe.ra. Seherzando
iA» -, eàSE TV" :.« g W
&^^ eis ^m.
*w c
• È „
i
'5 4
hte±*. i tr r r- P^L
r r r fF P
auxcon.ju_ra.ti ons dé .voit la nuit fai . - re ses .lune on la
iiaa "!
' "^^ J _b:J" J i i eJ e___ !
I|i• JÉ^I FTTT
r>»i->ir r fg
0.280 M.12
ARIAS
y^i ij'j- m y yj i ip mftp ^m
On l'avu_ e vo . 1er dans les airs se rendant au Sab . bat !
:
K. v y i *=^h yj1 PB
_mons.
C'est u_ne femme niau.
m y P PP 7 ? Eigg
-dite. El.le vient deTEn. fer.
TÉNORS
&
?
BASSES
« *
*2=fc=^vSI ? y yt
ç g
El.le jet . te de mauvais sorts à
j^ jii j
i ^i p r r
Sa demeure estst prpro . cne.Ve.ne: nez Sei
-k*«^m
nous, à nos troupeaux.
v^T^p U3 i On13
5=^=$m mm
-fi-neur. C'est el . . le la cou pa _ ble..
*• ë=F5!I
i **mm * r r r
Ve. nez SeLgneur. C'est -el . le la cou.pa . . ble.
m^
-M ifW ^rt^Wm"5S
j : j ^ ^=± > j ;;a*
*-#—sn=
- i 7
F
O.J280 M.# —
14
imJ H>i |ï g g émmm 3r
Sa de.meure est pro . che, ve.nez Sei . gneur.
? F^'iP P ^^gj p F f r
ciereL Sa de.meure est pro _ che, ve_ nez Sei
^fA m -QrjQxj ^^
j\ j\, J\ ^_Jl y ^_JLJï ^ J\ ^ y j ^ ^_^S
* £ ' g. "£ g.
flF
7 M
7 ttfr
ENRIQUE (se dirigeant vers le Allegrofond)
i tfn >
i r- g|É 1
Nous verrons bien!
Quelques paysans
y y ymm$
Ah! la voi. là! C'est
Quelques paysans
m m£ S ^i==tm ±fc m
gneur! Lavoi.la! C'est el . le!
Allegr
^§É^ ^=V y -F?FTPT
i_SJ3K ^ife£ 7 y i ^^F^ S
**îï«13
#5
D'autres
t=*
# î i r— i
el . le! La voi _ là!. C'est el .
Tousi j-D'autres
=£=*
y t-tt-tm P P pg p
el . Fuy . ez ses sorts mau - ditsLa voi _ là! C'est le!
S
O 280 M.g
15
Quelques paysans
D'autres
-J—i i
i5
ÏEEE
•V f f r p g t r r
Fuy . ez ses sorts mau . dits. Crai-gnez sa
ven
i
' 'g

V V^=É
Crai.gnez sa ven . geari cel
y yi- i _L X
g* - I hÊ ^-? l^ggg l_
Tous
"5 1 r ~5 I i i5
" ' 'jf r if" ^g^EéPU r r r r
Al. lez!
bres
7 -^^ i^
ez!
Quelques paysans
'i » 4 y g^^ f f^
. ez! Ah! Mon . sei gneur,. mer .
L'istesso tempo
O. 280 M.îb
Quelques paysans D'autres
Ah! sei mer ci!Mon. -gneur. _ Ah! Mon .sei .gneur mer .ci!
. ,% I*F=t
7"**i ^ *y=r^ e±tUJ^ a/UJ
lU.
ENRIQUE
s^
Si . len ne!
RAMIRO
p^s
E . loi.gnez
Ete ^ 1
.gneur Mer . ci! Mon sei .. gneur !
-M «_
:i=t^yp^
Mer _ ci! mer . ci! Mon . sei . gneur!
àte E=^=T
•j m$ **
mOJ'UJ
&ztEEjEm
J*
O. 28Û M.17
'Les paysans se retirent'
ggp^
1
VOUS
fi^n^^nm^ rmrrr) s
33;
g j iij m
n-nfrr)S n7i JTTji^T*
f
*±a i« s frr ^fi ^,.—ï; w=^
« BRFTTimi
sz
^I
rfîVw. j»oro ff poeo
=:——O* » e>j m
?«Ff
ffwn
zo: ur
fVpf^
m
BT
r £
'S" ;5
Enrique,Ramiro et Arias se dissimulent derrière la roche et les broussailles.
Rit. C\
**^ S
^
UEa £3Ï~
0. 28»M.'
!8
Zoraya parait, surgissant peu k
Molto lento ri
J_±i É
221P »ff Xg| ^.,q ^p f ir>r Jr ^^^^
:vT?
£
j clicl lP cX^ cUc£g& immmêÊm
peu sur le sentier en pleine clarté' de lune.
ïnu sm
,\-pu. J- /^ip r tAr
rrl rrl rrl im mmm fflfrfri
a faucille d'argent a la main et dans les bras une gerbe de fleursElle une
' ' i iENRIÇjL'E r i g~~]3 3 ^
;
**
-r=^ f»
i ; > j p r pw-h
d'ar-gentVois dans sa main, cet tefaucil-le qui
4 i
J-J:*£ -.jTni g ^f
F
:i ri ri Tirn
i i i i ^SFPpT^
lentement le sentier,sauvages. Elle descend
l!
r p rr p r p r rP
luit comme ce croissantde lu . ne.
—3RAMIRO
r r rs j r rp"f p f f
herbes maudi . tesEl.le cueille les
j rmjSi—
f^rrr^
J J 1:J cJ ÎJ lI^Nm
O. 280 M.19
récoltant les plantes sur son passage
J o Li
"•»; 11mV"Ff pprrr
pour philtres et poisons.ses ses
^j^.rrjtf ^ ^fc.I3?^ ST"
jn„j7i,j7i,j^jfa43
ai 111
«• i^FPPP f ^
ENRIOUE
M
Elle est
J- I
r-i1 3i* -J.']."! .n jjJ *^* ' »#» » f=
_s g_ 3 3
tff
' immJ àU J T<ïïr*h?m W^=ï ! eu mmu^mm
1f f f
^n'^^rj:^^^
nHn
m \ mi\ \ ?m.
i f^FT-^
fflfPfm T''
tSO M.O.20
880 M.ZORAYA (s'avançant en pleine lumière)
3=^ iU t OJi
Quimappel . le? 5
I 1
ENRIOUE
y ! £ i" T'F.Fr i * ffI fr
chef archersdelaEn . - rique Pa.lalci.os, desZo.raya:'
AI1<?
We ^ SI i IfSuivez /P
SE^^ #
11*
Moderato > y
E ^f^" i«'rf f
Sei.gneu . ri e?Que dé.si.re de moi sa
corps Ka. lem?. té. C'est toi qui dé.tachas le de
Più ^allegro
: T==ÏE5E3,y i m^BW , l^ uj^m Suivez
•/j 4 ââ^ i g ^gn i *!
?^ P
0. 280 M.p
22
Tempo
^=^W
l V piF frF P g PP
moi, Seigneur. Parce.queje suismauresque et musul.ma . . ne?
Se J'J'J'JiJOmiiJ_J
Onteditmagici . en . ne?
Tempo
SE S J s*HI ^
5f~~ ^
-7? IpgSe S
%\ te;
fIji ?§SP
Quasi lento
rfm
I
Tà.meDe de ces
Se Vrr Ppppirf p p fFr^^g
Quasi lento «NEst-ce pourtessorti.lè . gescetteré. col . tenoc.tur. ne?
UL 7. ^
:
tt*t
n j' J'iiJUiJ^'JjjJj^Jjjj^ u }hi
f
fleurs, j'extrais des par . fums, desé.li.xirs et des poudres a.paisant lesmaux.

E S 7 yjI f
Ces
Dn
CTH^fit T rn ff
T
M* ^ isÉfcnÉÉ &^Vli ^i-' r :C
frTT
0.280 M.25
T \ f fffls i
i
p fr. pp p MM
Sa . lu . tai res aus.si et com.pa.tis
^p Pim
herbes vé.né-neu . ses!
i mi
:#*
te ç» »———*BÎ ^^ S^
f f
0.380 M.. i
24
KTempo
tèM 15
Z V^hvg§
A quoi
( ironique i
ENRIOUE
tf
iWV^J'' ^lS ftgfp pr
Tu possèdesdes philtresd'aniour?
I9Tempo
4^= ta&*t iu^rvfl&MMÏÈM §£=3F*3T^ T fSuivez
^ai $m1^ 1?;
•«
bon! L'a . mour naît plus VI te d'un sou. ri . re que d'un
u
*^*= ^
;:: r *tfcpi
phil . tre Ia . mais!... fau.te de trou
ENRIQUE
V rfji
'p p F prp p pê
ver!.n as tu fait souvent lé.preu .
^JT?
riT
O. 280 M.25
m
di.gnede moi!ver qui soit
Pour les
IE. 'i l„' ! 'r
rip ff
com.iiie nie uneune caca .. resres -- sese.estest douxdoux corn,bare
ipcft-fc W
i> «-B B ^ g Bv, *r r
k r^^
vo . quemiens il
0. 280 M.—
26
Dansma demeure au flanc delacolli ne, je
Anrlante
=5
« •
P
-é »—^
uJ^f UJiP^f kr !^ kif
O.280 M.