African Banker, Le Magazine de la banque et la finance du 07-11-2018

African Banker, Le Magazine de la banque et la finance du 07-11-2018

-

Presse
68 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Signaler un abus
L E M A G A Z I N E D E L A B A N Q U E E T D E L A F I N A N C E E N A F R I Q U E
Édition AFRICAN française ANKER BANNKER AFRICA DÉCIDEURS Paulo Gomes Simon Tiemtoré Boutheïna Ben Yaghlane
MAURITANIE La banque en mutation
BIDC Une présence (trop) discrète
Donald Kaberuka DE BANQUIER DE DÉVELOPPEMENT À BANQUIER D’AFFAIRES
N°35 | Quatrième trimestre 2018 • Zone CFA 5 000 F.CFA • France et zone Euro 8€ • Algérie 600 DA • Tunisie 7 000 TD • Maroc 60 Dh • États-Unis $9,95 • Maurice 300 MR • Royaume-Uni £5,50 • Suisse 15 FS
M 02210- 35 -F:8,00E- RD 3BMU=IHMK:Za?]UUU"n@k@:a@f@;
OPINIONS Chasser le dollarhors d’Afrique L’intégration,une fausse panacée
IC PUBLICATIONS FRANCE 609 BAT A 77 RUE BAYEN 75 017 PARIS Tél. : + 33 1 44 30 81 00 Fax : + 33 1 44 30 81 11 E.mail : info@icpublications.com Website : www.icpublications.com GRANDEBRETAGNE IC PUBLICATIONS 7 COLDBATH SQUARE LONDON EC1R 4LQ Tél. : + 44 20 7841 32 10 Fax : + 44 20 7713 7898 E.mail : icpubs@africasia.com Website : www.africasia.com
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Afif Ben Yedder ÉDITEUR Omar Ben Yedder RÉDACTEUR EN CHEF Hichem Ben Yaïche h.benyaiche@icpublications.com COORDONNATEUR DE LA RÉDACTION Junior Ouattara SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Laurent Soucaille RÉDACTION Gérard Choisnet, Ridha Kefi, Anver Versi COLLABORATEURS EXTÉRIEURS Estelle Brack, Djamila Colleu, Olivier Deau, Mathieu Galtier, Christine Holzbauer, Seydou Ka, Alain Le Noir, Inès Oueslati Dhafer Saïdane, Tiego Tiemtoré, Geoffroy Touroumbaye, Samia Lokmane Khelil. DIRECTION ARTISTIQUE Daniel Benharrosh V.P. DÉVELOPPEMENT Leïla Ben Hassen l.benhassen@icpublications.com Saliba Manneh DIRECTEURS DE COMMUNICATION Cécile Louédec, Medrine Chitty, Baytir Samba BUREAU MAGHREB Nejib Ben Yedder, n.benyedder@icpublications.com Mohamed Ali Aboudi m.aboudi@icpublications.com
PRODUCTION Richard Briggs DIFFUSION JeanClaude Bétard ABONNEMENTS Lauren Devan l.devan@icpublications.com www.icpublications.com IMPRIMEUR Stones Ashford Ltd The Invicta Press Ashford  Kent CRÉDITS PHOTOS AFP (Sauf mention particulière) N° DE COMMISSION PARITAIRE 0120 T 90333 ISSN 17571413 Trimestriel Dépôt légal : octobre 2018 © 2017  IC Publications
4
10
14
18
22
24
26
32
AFRICAN BANKER NOVEMBRE  DÉCEMBRE 2018O CTOBRE SOMMAIRE
DonaldKaberukaDEBANQUIERDE DEVELOPPEMENTÀBANQUIERD’AFFAIRES
DÉCIDEURS Simon Tiemtoré Nous voulons devenir l’une des trois premières banques sur nos marchés Boutheïna Ben Yaghlane Un modèle neuf pour l’Afrique Paulo Gomes Les fonds souverains ont beaucoup de projets à financer ! Karim SidiSaïd Un comparateur pour choisir sa banque Brehima Amadou Haïdara Nous avons les moyens de notre stratégie
FOCUS MAURITANIE Abdel Aziz Ould Dahi La démonétisation n’est pas une dévaluation déguisée Hanchi Mohamed Saleh Heureux comme un banquier en Mauritanie !
34
38
40
41
44
46
48 52
54
56
66
ACTIVITÉS BANCAIRES Afreximbank Dessiner l’avenir du commerce africain BIDC Une présence trop discrète Cameroun L’outil méconnu du créditbail Togo Les banques disposées à financer l’agriculture Maroc Africa50 inaugure son siège à Casablanca Le rôle des banques africaines dans l’intégration économique
ANALYSES Chasser le dollar hors d’Afrique L’inclusion financière peutelle réduire les inégalités ? L’intégration régionale du continent : une fausse panacée ?
ÉVÉNEMENT es 12 Trophées African Banker
Nomminations et agenda
3
4
AFRICAN BANKERO CTOBRE  NOVEMBRE  DÉCEMBRE 2 018
DÉCIDEURS
Donald Kaberuka Partenaire exécutif de Southbridge DEBANQUIERDEDEVELOPPEMENT ÀBANQUIER D’AFFAIRES Président de la BAD pendant dix ans, Donald Kaberuka revient en force avec Southbridge, une banque d’affaires fondée avec Lionel Zinsou. Il se livre, ici, sur sa nouvelle vie professionnelle et son retour d’expérience. Entretien avec Hichem Ben Yaïche et Guillaume WeillRaynal
Pourquoî ranchîr e pas pour devenîr banquîer dans e prîvé ? En at, c’ést uné contnuaton dé més actvtÈs prÈcÈdéntés. Dé banquér dé dÈvéoppémént à banquér d’afarés,  s’agt toujours dé mobsér dés captauX pour é dÈvéoppémént dé ’Arqué ét dé sés éntréprsés ! Aujourd’u, ’éssénté dés captauX sé trouvé dans é prvÈ. Lorsqué jé drgéas a BAD, nous avons at ’éfort d’augméntér sénsbémént ’éspacé dé înancémént du séctéur prvÈ, passÈ dé  mons à , mards dé doars par an.
Comment îvrez-vous votre expertîse en dîrectîon de ’unîvers de ’entreprîse et des acteurs économîques ? Nous avons éstmÈ qué ’Arqué, au stadé dé dÈvéoppémént où éé sé trouvé aujourd’u, a béson d’un groupé commé é nôtré – campon du panarcansmé Èconomqué – auss bén sur é pan du consé nancér cassqué, du consé stratÈgqué, du capta-nvéstssémént qu’Èvéntuéémént sur céu dé a céncé d’uné banqué
d’aarés. Cés quatré objécts dovént toujours êtré énvsagÈs sous ’angé dé ’éspacé panarcan. Lés éntréprsés arcanés qu travérsént és rontèrés ou és éntréprsés ntérnatonaés qu s’mpantént én Arqué nous ntÈréssént, qué cé sot én matèré dé évÈé dés onds ou dé structuraton. Nous vénons dé passér notré prémèré annÈé d’éXsténcé ét nous voyons dÈjà qué ’Arqué avat ééctvémént béson d’un groupé commé é nôtré, qu assocé uné éXcééncé gobaé à uné très grandé connassancé dés rÈatÈs ocaés arcanés.
Quees sont vos cîbes ? Les États, es entreprîses ? En matèré dé promoton dé ’nvéstssémént én Arqué,  n’a jamas ÈtÈ approprÈ dé dstnguér és États ét és éntréprsés. Lés déuX dovént toujours êtré énvsagÈs à a os, car tout passé é pus souvént par dés parténarats pubc-prvÈ ou dés Buîd Operae Transers. Lés actéurs du séctéur prvÈ ont béson d’États capabés d’éXÈcutér cés pans. Nous avons Ègaémént béson d’organsmés
para-Ètatqués, pour pouvor atténdré nos objécts. Par éXémpé, béaucoup dé nos pays ont dés pans sur dX, vngt ou trénté ans qu sont én gÈnÈra éXcéénts. ïs conténnént cé dont ’État a béson pour arrvér auX objécts dé révénus ntérmÈdarés à ’orzon dé  annÈés. Mas é vÈrtabé probèmé ést mons a vson du pan qué sa msé én œuvré ét son éXÈcuton. C’ést auss dé trouvér é moyén d’assstér és pays qu é souatént dé combér céhîauséntré cétté éXcéénté vson ét son éXÈcuton.
Précîsément, en Arîque, cette exécutîon se heurte à un probème d’expertîse et de suîvî… Vous avéz rason, mas cé probèmé n’ést pas nsurmontabé. Et nous comptons bén é surmontér.
De quee manîère ? Nous nous éurtons é pus souvént à déuX typés dé probèmé. Tout d’abord un manqué rÈé dé capactÈs qu né pourra sé rÈgér qué dans é témps. Mas nous soufrons auss d’un manqué d’organsaton ét d’artcuatons dés compÈténcés éntré és dfÈrénts
organés pubcs ét prvÈs. C’ést à cés déuX typés dé probèmé qué nous comptons nous attaquér.
Les compagnîes mutînatîonaes sont très en poînte sur ’Arîque. Qu’est-ce quî vous dîférencîe d’ees ? Jé comméncéra par vous rÈpondré qué cés mutnatonaés sont és bénvénués, car ’Arqué a béson dé captauX, dé técnoogés… Pour é résté,  y a dé ’éspacé pour tout é mondé ! La spÈcîctÈ dé cé qué nous apportons, ést cé qué j’appéé a combnason dé ’éXcééncé gobaé ét dé a connassancé dés rÈatÈs arcanés acqusés par ’éXpÈréncé dé géston sur é térran arcan, qué céa sot au nvéau gouvérnéménta ou au nvéau dés éntréprsés ét dés organsmés panarcans. Més assocÈs ét mo-mêmé consdÈrons modéstémént qué nous avons acqus uné éXpÈréncé én a matèré, qu combné prÈcsÈmént cétté éXcééncé gobaé au nvéau dé a géston ét dé ’organsaton ét cétté connassancé dés rÈatÈs ocaés. Tout é mondé né possèdé pas cétté éXpÈréncé. C’ést pourquo nous avons éstmÈ qu’ sérat bon dé a méttré à dsposton dé nos éntréprsés ét dé nos gouvérnéménts.
Cette expérîence et a vîsîon qu’ee vous donne des réaîtés arîcaînes vous permettent-ees de vous trouver au cœur de ’émergence des « Aro-Champîons » ? La mêmé quéston aurat pu êtré posÈé,  y a  ans, sur és Campons asatqués. L’Arqué sé trouvé à un tournant mportant. Dépus é dÈbut dés annÈés , quéqué cosé a cangÈ sur é contnént, qué mêmé a crsé Èconomqué dé  n’a pas stoppÈ: uné Ènérgé nouvéé conduté par és dynamqués dÈmograpqués, par és nouvéés técnoogés, uné jéunéssé méuX ormÈé, dés dasporas qu s’ntègrént dé pus én pus dans é mondé dés afarés én Arqué. Lés Campons né sont pas nÈcéssarémént, à mon séns, dé très grandés socÈtÈs. Cértanés grandés socÈtÈs né sont pas dés Campons panarcans.
O CTOBRE  NOVEMBRE  DÉCEMBRE 2 018AFRICAN BANKER
5
6
AFRICAN BANKER018 NOVEMBRE  DÉCEMBRE 2 O CTOBRE
DÉCIDEURS
En révancé, dé péttés socÈtÈs, dés sar-up, ont a vocaton dé jouér déman éur partton à ’Ècéé du contnént ét ntérnatonaé. Nous avons a capactÈ dé és accompagnér sur é pan du înancémént, dé a structuraton, dé ’accès auX técnoogés ét auX compÈténcés.
Ces Aro-Champîons peuvent-îs aîre ’împasse sur ’îndustrîaîsatîon de ’Arîque ? Sur quoî aut-î s’appuyer aujourd’huî ? Jé pénsé qué nous dévons sortr progréssvémént dé cétté gré d’anaysé, qu daté dés annÈés . L’Arqué connat aujourd’u dé proondés mutatons. La stuaton ést nÈgaé séon és rÈgons, mas cértans pays ont dés avancÈés consdÈrabés. Lés Aro-Campons Èmérgént ; é dÈîct d’nrastructurés sé rÈsorbé pétt à pétt. Et magrÈ tous és obstacés qu ont émpêcÈ cértans Aro-Campons d’Èmérgér, nous dévons sortr dé cét aro-péssmsmé qu a at son témps. Lé mondé éntér – ’Europé, ’Asé, és États-Uns, ’AmÈrqué atné – ést aujourd’u conrontÈ à dés dÈîs spÈcîqués. Nous avons és nôtrés… Et aucun n’ést nsurmontabé.
Pour autant ’Arîque est encore oîn d’une organîsatîon et d’une actîon cohérentes pour pouvoîr émerger et entrer dans un cerce vertueux. Comment expîquez-vous cette împuîssance arîcaîne ? Lorsqué j’a prs més onctons à a BAD én , un ancén Prémér mnstré brtannqué avat prononcÈ un dscours dans équé  quaîat ’Arqué dé «paîe sur e monde». À ’Èpoqué, tout é mondé s’ntérrogéat sur és nombréusés ntatvés qu pouvaént êtré prsés én avéur dé cé contnént. Jé n’a jamas souscrt à cé typé dé dscours, dont nous avons prs é contré-péd avéc més coègués. Nous nous sommés posÈ és quéstons sur és contrantés qu dévaént êtré dÈpassÈés én matèré d’nras-tructurés, dé ormaton, d’ntÈgraton Èconomqué, étc. ét nous nous sommés attéÈs à uné autré vson, à un autré dscours qu dt «c’es possîbe». À
a condton qué és barrèrés soént évÈés. Aujourd’u, j’énténds éncoré cértans dÈporér qué é tauX du commércé ntra-arcan né sot qué dé  %. C’ést un cfré qu ést souvént ctÈ. Mas  suIt dé régardér és cnq rÈgons dé ’Arqué sÈparÈmént pour constatér qué és cfrés, én rÈatÈ, sont dfÈrénts. En Arqué dé ’Est, cé tauX réprÈsénté  % à  % du commércé tota. C’ést é mêmé tauX qu’én Asé du Sud-Est. La stuaton ést déntqué pour a zoné Cédéao ét céé dé a Comésa. En Arqué céntraé ét én Arqué du Nord,  ést vra qué és Ècangés sont pus mtÈs, cé qu éXpqué qué é tauX moyén sot s abé. Mas nous constatons nÈanmons dés cangéménts majéurs dans ’augméntaton du commércé, dus ésséntéémént à ’accrossémént dé a démandé ntérné ét dé a crossancé dés nvéstsséménts.
La créatîon d’une zone de îbre-échange n’est-ee pas une açon de mettre a charrue avant es bœus ? Que peut-ee apporter concrètement à ’Arîque ? Ma rÈponsé séra pus nuancÈé. En , orsqué és EuropÈéns ont sgnÈ é tratÈ dé Romé, s souataént apportér uné souton à dés probèmés rÈés auXqués ’Europé asat acé : probèmés sÈcurtarés, dé crossancé, probèmés socauX, étc. ïs sé sont ms énsémbé commé nous é asons aujourd’u céz nous. Cétté éntréprsé n’a pas ÈtÈ acé pour és EuropÈéns, ét éé a ÈtÈ jaonnÈé dé mutpés Ètapés : tratÈ dé Lsbonné, dé Maastrct, dé Scéngén… Et dé nouvéés dIcutÈs apparassént aujourd’u avéc é BréXt. NÈanmons, s vous comparéz ’Europé d’aujourd’u avéc céé dé , é cangémént a ÈtÈ radca ! La quéston n’ést pas séuémént céé dé ’Ècangé dés marcandsés, mas auss céé dés sérvcés qu éntrané touté sorté dé probèmés én matèré dé ogstqué, dé sérvcés înancérs, dé ormaton, dés donnÈés… Toutés cosés qu nous pérméttént aujourd’u d’augméntér és Ècangés ntra-arcans.
Maîs c’est encore sur e papîer… ï aut comméncér par cétté Ètapé! Et dérrèré é papér, vous avéz ’ésprt qu a nsprÈ a nÈgocaton dé ’accord. La crÈaton dé cétté zoné dé bré-Ècangé suscté un grand éntousasmé céz ’Arcan moyén. Et s nous parvénons jusqu’à ’Ètapé dé a ratîcaton, qu dévra êtré suvé par és mésurés nÈcéssarés én matèré dé barrèrés non-tararés – és barrèrés tararés né sont pus rÈéémént un probèmé aujourd’u pour ’Arqué –, nous parvéndrons à réévér és mutpés dÈîs qué réprÈséntént a quéston dé a bré crcuaton dés pérsonnés, céé dé ’armonsaton dés règés én matèré d’nvéstsséménts communs, étc. Toutés cés quéstons ont dÈjà ÈtÈ énvsagÈés ors dés nÈgocatons. J’éspèré avant touté cosé qué a sgnaturé dés ratîcatons par és  États concérnÈs ntérvéndra avant a în dé ’annÈé.
L’Arîque a-t-ee a capacîté de dépasser e stade de a rhétorîque pour atteîndre ceuî de ’opératîonna-îsatîon des îdées ? ï y a dÈjà tros rÈgons sur é contnént où és progrès én térmés d’ntÈgraton Èconomqué sont vramént mpréssonnants : ’Arqué dé ’Est, a Cédéao ét a Comésa. Nous dévons travaér avéc és rÈgons qu sont déméurÈés én arrèré pour és aré réjondré cé mouvémént. Cé qu a ÈtÈ possbé dans és tros rÈgons qué jé véns dé vous ctér ’ést auss
Il s’agit toujours de mobiliser des capitaux pour le développement de l’Afrique et de ses entreprises ! Aujourd’hui, l’essentiel des capitaux se trouve dans le privé. Notre groupe a une excellente connaisance des réalités africaines.
dans é résté du contnént. Tout ést uné quéston dé voontÈ potqué. Nous asons conîancé à cét Ègard auX nouvéauX drgéants arcans pour aér dé ’avant commé s ’ont at én sgnant ’accord dé Kga.
Vous avez été assocîé, ces dernîères années, à ce que ’on appee ’autono-mîsatîon de ’Arîque, notamment à travers e Inancement de ’Unîon arîcaîne. L’Arîque a-t-ee atteînt a maturîté nécessaîre pour être peînement autonome ? Touté organsaton qu né s’autoînancé pas ét qu résté dÈpéndanté dé ’éXtÈréur ést condamnÈé à déméurér afabé. C’ést én partant dé cé constat qué nos drgéants ont dÈcdÈ, én , au sommét dé Joannésbourg ét à
O CTOBRE  NOVEMBRE  DÉCEMBRE 2 018AFRICAN BANKER
céu dé Kga én , qué ’Arqué dévrat, dans cnq ans, înancér % dé son budgét admnstrat, és tros quarts dé sés programmés ét dé sés actvtÈs ét au mons % dé sés actvtÈs Èés au mantén dé a paX ét dé a sÈcurtÈ. C’ést dans cé cadré qué é prÈsdént Obasanjo ét mo-mêmé avons Èms dvérsés propostons qué nous éstmons rÈastés, pour rÈgér dÈîntvémént a quéston du înancémént dé ’organsaton. Cé trava ést toujours én cours. Nous én vérrons és avancÈés ors du procan sommét d’Adds-Abéba, én novémbré, qu séra consacrÈ à a rÈormé dé ’UA. Jé péuX vous dré dès à prÈsént qu’én cé qu concérné é înancémént dés opÈratons dé paX ét dé sÈcurtÈ, pour a prémèré os dépus  ans, é Fonds dÈdÈ à cés sujéts dsposé énîn dé moyéns qu nous
7
pérméttént d’atténdré sés objécts. La voontÈ potqué ést à. En cé qu concérné ’éXÈcuton, cértans pays ont dé ’avancé, mas d’autrés né sont pas au mêmé nvéau. Céa Ètant, jé né douté pas qué tous és pays dé ’UA souatént qué ’organsaton sot autoînancÈé.
L’Arîque est-ee bîen préparée pour afronter a bataîe du savoîr, de a connaîssance et de ’éducatîon ? Les chîfres montrent un écart vertîgîneux… La quéston qué vous poséz ést unvérséé. Cé qu’on appéé «a quatrèmé rÈvouton ndustréé» ntérpéé tout é mondé. L’Arqué connat énîn uné mutaton dÈmograpqué, qu péut consttuér, pour éé, uné cancé. ï aut dés nvéstsséménts suIsants én avéur dé
8
AFRICAN BANKER NOVEMBRE  DÉCEMBRE 2 O CTOBRE 018
DÉCIDEURS
’Èducaton, mas uné Èducaton qué jé quaîéras dé «nouvéé», c’ést-à-dré qu s’adréssé auX bésons du utur. Lé constat a ÈtÈ dréssÈ par nos drgéants: nous dévons à prÈsént pénsér au trava én ajustant nos apparés Èducats. Lés cfrés sont connus: nous avons aujourd’u  mons dé jéunés sur é marcÈ du trava pour séuémént tros mons d’émpos oférts. Et cértans dé cés émpos vont dsparatré. Nous dévons donc travaér sur ’adÈquaton du marcÈ du trava ét dé ’Èducaton, mas én pénsant auX bésons dé ’avénr.
Maîs est-on aujourd’huî dans cette phase de rélexîon et d’actîon ? Ou, nous y sommés.
L’Arîque tîre-t-ee suisamment es eçons de ses échecs et de ses erreurs ? Prénons a crsé dé : tout é mondé, à ’Èpoqué, consdÈrat qué ’Arqué sérat é contnént qu én pâtrat é pus. Jé né partagéas pas cét avs car dé par més onctons ét d’où jé mé trouvas, jé pouvas obsérvér és rÈatÈs dfÈrémmént. Nous avons donc rÈun à Tuns és mnstrés dés Fnancés, és drgéants dés Banqués céntraés ét tous és drgéants Èconomqués du contnént ét nous
avons at é constat dés mésurés qu dévaént êtré msés én œuvré pour mnmsér ’mpact dé a crsé. Tros ans pus tard, j’a pu consdÈrér qu’éféctvémént, cétté crsé n’avat pas ÈtÈ sans consÈquéncé pour cé qu’on appéé ’mpact sécondaré, c’ést-à-dré pour cé qu toucé a démandé dé nos produts. En révancé, j’a ÈtÈ surprs dé constatér qu’aucuné banqué arcané n’avat connu dé até ét qué és Èconomés dés pays avaént rétrouvÈ éur dynamsmé. On sous-éstmé trop souvént és capactÈs dé rÈséncé du contnént arcan. Jé résté du mêmé avs, aujourd’u : magrÈ tous és cocs éXtÈréurs ét és dysonctonnéménts du mutatÈrasmé, magrÈ a guérré commércaé qu s’annoncé ét tous és dÈîs sÈcurtarés, nous dsposons tout dé mêmé d’uné béé Ènérgé ét dé mutpés taénts. En travaant énsémbé, nous pouvons aré acé.
Vous êtes ancîen mînîstre et vous avez présîdé a BAD pendant dîx ans : qu’est-ce quî vous a e pus transormé ? Comment capîtaîsez-vous sur cette expérîence ? Jé né as pas parté dé céuX qu sé assént mpréssonnér par és postés ét par és onctons. Cé qu m’a toujours
C’est au sommet de Johannesbourg en 2015 et à celui de Kigali en 2016, qu’a été décidé que l’Afrique devrait, dans cinq ans, financer 100 % de son budget administratif, les trois quarts de ses programmes et de ses activités et au moins 25 % de ses activités liées au maintien de la paix et de la sécurité.
ntÈréssÈ, c’ést cé qué jé pouvas aré au posté qué j’occupas, ét non é posté u-mêmé. Péndant és dX annÈés qué j’a occupÈés à a têté dé a BAD, j’a béaucoup parcouru é contnént. J’y a réncontrÈ és ommés potqués, és ommés d’afarés, a jéunéssé. Et j’a pu vor é dynamsmé d’un contnént qu atténd séuémént cé momént. C’ést dé à qué j’a trÈ a voontÈ dé aré tout cé qué jé péuX pour avorsér cé rÈvé arcan. Héuréusémént, nous sommés puséurs, dans tous és pays, à pénsér dans é mêmé séns : nous voyons a jéunéssé qu monté ét dé nombréuX drgéants qu partagént cétté vson. ï aut bén un dÈbut au cangémént. Cé cangémént a comméncÈ au dÈbut dés annÈés  ét jé pénsé qu’ va contnuér.
Aez-vous rédîger vos Mémoîres ? C’ést én cours ! Jé sus adÈ par cértanés pérsonnés, autour dé mo. C’ést un partagé d’éXpÈréncé, uné artcuaton dé cé qué jé vs dans é mondé, ét dés réatons du mondé avéc ’Arqué. n
10
AFRICAN BANKERO CTOBRE  NOVEMBRE  DÉCEMBRE 2 018
DÉCIDEURS
Simon Tiemtoré Président du Groupe Vista Bank NOUSVOULONSDEVENIRLUNEDESTROISPREMIÈRESBANQUESSURNOSMARCHÉS és atouts pour é aré. Nous vouons Après avoir quitté Afreximbank, Simon Tiemtoré, durécaptasér a banqué, consodér sés dfÈrénts pôés – crÈdt, Burkina Faso, a créé le fonds d’investissement basé à éXpotaton, récouvrémént, capta New York, Lilium Capital. En 2015, le fonds a acquis uman – ét u donnér és moyéns le groupe bancaire First International, en difficulté, dé rémpr sa msson dans és pays qu’il a transformé en Vista Bank. Par Stephen Williamsoù éé ést prÈsénté. Comment avez-vous Inancé ’acquîsîtîon ? Lîîum Capîta a partîcîpé à Quee est votre vîsîon ? Nous avons utsÈ un înancémént pusîeurs transactîons dans e secteur Nous asprons à dévénr un groupé structurÈ, qu nous a Ègaémént pérms tourîstîque et, pus récemment, dans dé sérvcés înancérs arcans, pus dé récaptasér a banqué. Nous es servîces Inancîers. Pourquoî cette aXÈ sur és sérvcés bancarés qué sommés énsuté parvénus à coaborér stratégîe ? sur és assurancés. Nous méttrons avéc d’autrés nsttutons, commé Lum Capta ést uné socÈtÈ dé ’accént sur és produts nnovants ét AréXmbank, pour qué a banqué sot consé ét d’nvéstssémént, dont é a récércé normatqué, pour êtré én mésuré dé proposér dés gnés dé sègé soca sé trouvé auX États-Uns. à a ponté dé ’nnovaton, proposér înancémént du commércé dans és Dans é séctéur ôtéér, nous avons d’éXcéénts sérvcés bancarés très pays où nous sommés prÈsénts. Et proposÈ dés sérvcés dé consé auX accéssbés à nos cénts ét promouvor nous nÈgocons toujours dés gnés dé socÈtÈs, y comprs é montagé dé ’ncuson înancèré. înancémént du commércé avéc dés înancéménts, dans cértans cas én nsttutons commé a BAD ét ’Ovérséas Vous optez donc pour un modèe ort parténarat avéc AréXmbank. Prvaté ïnvéstmént Corporaton. voume et aîbes marges ? Dans és sérvcés înancérs, Quee croîssance prévoyez-vous nous avons éu uné approcé Ou,mas nous nous ntÈréssérons et souhaîtez-vous atteîndre ? dfÈrénté :  y a tros ans, nous avons auss à dés séctéurs qu ont un mpact acqus un groupé bancaré, Frst sur é dÈvéoppémént. Là où nos Nous avons pour objéct ïntérnatona Bankng Group, qué sérvcés dé consé ét dé înancémént d’accrotré notré tauX dé dÈpôt dé nous avons rénommÈ Vsta Bank. Lé séront très utés ét où nous pourrons  %. Nous ambtonnons dé dévénr groupé ést prÈsént én Sérra Léoné, contrbuér à ’Èconomé dés pays où ’uné dés tros prémèrés banqués dans én GunÈé ét én Gambé ; nous avons nous sommés prÈsénts. caqué pays où nous sommés prÈsénts. pour objéct dé nous Èténdré dans é Aujourd’u, nous occupons é Qu’est-ce quî vous a séduîts e pus résté dé ’Arqué. quatrèmé, sXèmé ét séptèmé rangs. chez Fîrst ïnternatîona ? Aujourd’u, nous éXérçons dés Nous vouons amÈorér é actvtÈs dans a Zoné monÈtaré dé Tout d’abord, nous né récouvrémént ét é înancémént dés ’Arqué dé ’Ouést (ZMAO). Nous récércons pas uné banqué Ètabé PME. Lésquéés réprÈséntént % dé vouons rÈasér uné éXpanson dans mas uné banqué én dIcutÈ qué notré Èconomé. S nous înançons ’Unon monÈtaré ouést-arcané ét nous pourrons rédréssér, réstructurér au mons % à % dés PME, nous ’Arqué céntraé. ét récaptasér. Nous éstmons avor aurons apportÈ uné contrbuton
O CTOBRE  NOVEMBRE  DÉCEMBRE 2 018AFRICAN BANKER
On sousestime les capacités de résilience de l’Afrique. Malgré tous les chocs extérieurs et les dysfonctionnements du multilatéralisme, malgré la guerre commerciale qui s’annonce et tous les défis sécuritaires, nous disposons d’une énergie et de multiples talents.
11