//img.uscri.be/pth/6ebc10817c320daac4b0befaca639cc170746772

Challenges du 11-10-2018

-

Presse
108 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Signaler un abus
ConIdentiel
Après avoir recruté Benjamin Smith à la tête d’Air France-KLM, Heidrick & Struggles est en chasse pour trouver un directeur général à Air France.
Huaweîveut împlanter sonlagshipparîsîen dans le quartîer de l’Opéra, près de celuî d’Apple.
Fnac Dartya noué un accord avec Google Shoppîng, pour être présent sur cette plateforme avant les fêtes.
Jean-Claude Trîchet(ex-BCE) devîent conférencîer professîonnel. Sa dernîère prestatîon étaît pour les clîents de l’amérîcaîn Western Unîon Busîness Solutîons.
Emmanuel Macrondevraît se rendre en Israël et au Lîban, puîs au Kenya et en Ethîopîe en 2019.
Oranone lîvrera pas de combustîble nucléaîre au Japon durant la Coupe du monde de rugby 2019 et les JO 2020. Questîon de sécurîté împosée par Tokyo.
CybelAngel(cybersécurîté) lève 10 mîllîons d’euros auprès de Bpîfrance et de Serena pour vîser les Etats-Unîs.
Alpîne(Renault) commence à exporter au Japon et en Australîe.
Dans une lettre à Edouard Phîlîppe, Chrîstîan Nîbourel (Groupement des professîons de servîce) crîtîque les projets de taxatîon des contrats courts et la in du CICE.
Nouvelles tensions entre le Quai d’Orsay et Bercy
Dans un rapport encore provîsoîre et conidentîel,les magistrats de la Cour des comptes déplorent les« doublons manifestes »entre la Direction générale de la mondialisation (DGM) du Quai d’Orsay et la direction du Trésor. Elle propose de transférer à la DGM« les compétences et les moyens relatifs au suivi géogra-phique et sectoriel », assuré aujourd’hui par le service des affaires bilatérales du Trésor. Au grand dam de Bercy, qui avait déjà mal vécu le transfert au Quai du commerce extérieur et du tourisme en 2014.
Leclerc s’întéresse aux hypers de Casîno Les Centres E.Leclerc s’intéressent aux hypermarchésGéantde Casino, alors que celui-ci s’apprête à en céder ou fer-mer une vingtaine. Les revenus des acti-vités hypermarchés du groupe – 110 ma-gasins en France – ont fondu de 6,1 à 4 milliards d’euros entre 2008 et 2017.
S. Audras/Réa Les patrouîlleurs azérîs attendront Principale victime de l’annulation de la visite d’Emmanuel Macron en Azer-baïdjan, mal vécue par le président Ilham Aliyev : Naval Group, avec son contrat de trois patrouilleurs Gowind (300 millions d’euros). Les projets de Bouygues, Thales, Alstom et Rothschild & Co ne seraient pas menacés.
Sébastîen Sorîano approché pour Bruxelles L’Elysée, qui rééchit à d i f f é r e n t e s o p t i o n s pour le poste de com-missaire européen fran-çais qui sera attribué en EPS/TLR/AFP2019, a pris contact avecSébastîen Sorîano,le président de l’Arcep. Notamment pour le fauteuil de commissaire à la Concurrence.
Amélîe de Montchalîn au secours des CCI L a v i c e - p r é s i -dente du groupe LREM à l’Assem-bléeAmélîe de Montchalînveut AFP adoucir la cure d’austérité inigée aux chambres de commerce et d’in-dustrie (CCI) par Bercy, qui va leur réduire les crédits de 400 millions d’euros. D’après elle, cette baisse est trop brutale et les réductions d’ef-fectifs compliquées car les CCI n’ad-hèrent pas à l’assurance-chômage.
Mullîez prêt à relocalîser Fashion3 (« Fashion cube »), qui re-groupe les marques de textile du groupe Mulliez (Bizzbee, Brice, Jules, Pimkie, Orsay, Rouge Gorge), envisage de rapa-trier dans une usine ultra-robotisée des Hauts-de-France une bonne part de sa production aujourd’hui localisée dans les pays émergents. Mais, pour« gom-mer le Bangladesh », il faudra des aides de la région.
Des heures supplémentaîres plafonnées en montant Durant la prochaine discussion du bud-get de la Sécurité sociale, des députés LREM vont proposer de plafonner le montant des heures supplémentaires exonérées de cotisations sociales. Ob-jectif : éviter les fausses heures sup’ pour verser des primes aux cadres.
S o m m a i r e e n p a g e s 1 8 e t 1 9
L’enquête judîcîaîre pour fraude iscale vîsantPatrîck Mullîez,le fondateur de Kîabî, a été délocalîsée de Lîlle à Parîs. Elle sera menée par la juge inancîère Patrîcîa Sîmon.
L’exécutîf compte présenter un candîdat à la dîrectîon générale de l’Organîsatîon des Natîons unîes pour l’alîmentatîon et l’agrîculture (FAO).
L’Ofice natîonal des forêtsdéménagera en 2021 dans un nouveau sîège à ossature en boîs, à Maîsons-Alfort (Val-de-Marne).
Alors que le parquet îtalîen mène une enquête depuîs huît moîs sur une évasîon iscale en Suîsse,Kerîngva transférer 150 salarîés de Suîsse en Italîe.
HECfaît appel au cabînet Jones Lang LaSalle pour l’aîder dans son projet d’antenne à Parîs, la HEC Factory.
Laurent Glépîn, ex-dîrcom de Carrefour, rejoîntPublîcîs Consultants.
11 OCTOBRE 2018 - CHALLENGES N°5817
Politique Par Ghislaine Ottenheimer
Deux députés européens RN, Sylvie Goddyn et Philippe Loiseau, appellent Marine Le Pen à faire une liste commune avec Nicolas Dupont-Aignan.
EDITORIAL Has been
Marine Le Pen était visiblement ravie d’enfin se montrer avec Matteo Salvini pour lancer leur campagne européenne. Cela faisait des mois que ce dernier la faisait lanterner. La présidente du Rassemblement national espère restaurer son image en s’affichant avec les leaders d’extrême droite. Mais ce n’est pas forcément à son avantage. Aux côtés des figures qui ont surgi ces dernières années et accédé au pouvoir, elle apparaît usée, has been. On dirait une redoublante, besogneuse, incapable de franchir l’épreuve finale. En dépit de ce handicap, elle pourrait effectivement profiter, lors du scrutin de mai prochain, du tourbillon antieuropéen. C. Lebedinsky/Challenges
Edouard Philippe s’est mué en chef de guerre
C ’ e s t u n e é v id e n c e :Edouard Philippe a pris de l’épaisseur et du poids poli-tique, servi par une forme d’aisance et une grande capacité de travail. Simple prise de guerre, l’ancien maire du Havre, qui n’avait jamais été ministre et ne faisait pas partie du pre-mier cercle d’Emmanuel Macron, s’est mué en chef de guerre. On est loin du J Pachoud/AFP temps où le président lui grillait la politesse en s’exprimant devant le Congrès la veille de son discours de politique générale. Le chef de l’Etat lui manifeste désormais de nombreux signes de confiance, lui lais-sant la conduite des affaires inté-rieures. Tout en marquant ses dis-tances : l’Etat, c’est lui. A l’heure où Macron s’est égaré dans les petites phrases et autres selfies, a fait preuve d’un certainhubris– pour reprendre le mot de Gérard Col-lomb –, Philippe incarne une forme de solidité, sobre et rassurante. Il a tou-jours su garder une distance. Mais pas question de se laisser aller à une quel-conque ivresse. De rêver à l’autre rive, c’est-à-dire à l’Elysée. De s’autonomi-
ser. Le chef du gouvernement tient à rappeler à toute occasion qu’il se tient à sa place.« Il n’y a pas une dyarchie, mais une hiérarchie », glisse même un de ses proches. Et il martèle que l’Ely-sée ne le tente pas. Aujourd’hui, la difficulté pour Philippe est de préserver l’équilibre droite-gauche qui a inspiré la campagne de Macron. Ne pas donner prise au senti-ment que la politique gouvernementale est sur une pente glissante… libé-rale. Lui qui allait répétant qu’il est là pour réparer la France s’efforce désor-mais de coller au discours du chef de l’Etat, qui met en avant sa politique d’émancipation afin de s’attaquer aux injustices.
LE CHIFFRE % 81 des militants LREM ont un diplôme du supérieur…
… contre 28% des Français. Parmi eux, 66% ont un diplôme égal ou supérieur à la licence; 44% au niveau master. En outre, 40% déclarent des revenus mensuels entre 3000 et 6000 euros; seuls 8% étant à moins de 1500 euros – le salaire médian. Enfin, 76% affirment ne s’être jamais engagés politiquement avant. C’est ce que révèle une étude réalisée par le think tank Terra Nova en collaboration avec le Cevipof à partir d’un échantillon d’adhérents à LREM. Surdiplômés, jeunes, urbains, europhiles, tolérants, plutôt aisés : tel est le profil type du Marcheur.
Pierre Laurent paye l’effacement du parti communiste
C’est un camouet pour Pierre Laurent :lors d’un vote des adhérents, samedi 6 octobre, le texte d’orientation défendu par le secrétaire national du PCF a été mis en minorité. Une première. Il n’a recueilli que 37,99 % des suffrages, contre 42,15 % pour celui porté par le patron des députés communistes André Chassaigne. Lui qui avait été réélu à la tête du parti en 2016 avec 81 % des voix !
J.-F. Monier/AFP
Pur apparatchik, fils de Paul Laurent (numéro deux du PCF du temps de Georges Marchais), secrétaire national de l’Union des étudiants communistes à l’âge de 25 ans,
directeur deL’Humanitépuis patron du parti en 2010, il n’a pas réussi à endiguer son déclin (2 % aux dernières législatives). Ses adversaires dénoncent une direction inaudible. Mais c’est surtout son soutien à Jean-Luc Mélenchon lors de la présidentielle de 2017 qui lui est reproché.« Ce vote, c’est une forme de refus de l’effacement du PC », affirme Chassaigne, qui veut restaurer l’identité
communiste et« revenir aux fondamentaux ». A un peu plus d’un mois du congrès extraordinaire du PCF, qui se tiendra du 23 au 26 novembre, ce vote signe la fin d’une époque. Même si Laurent ne démissionne pas immédiatement, ses jours sont comptés. Mais il n’est pas certain qu’un changement de chef suffise à revivifier le Parti communiste français, seul survivant de toute l’Europe.
11 OCTOBRE 2018 - CHALLENGES N°5819
SERVICE DES ABONNÉS Tél. : 03-28-38-47-68 Pour joindre la rédaction Tél. : 01-58-65-03-03 Pour avoir un poste en direct : 01-58-65 suivi du numéro de poste. Fax : 01-58-65-03-04. Challenges, 41 bis, avenue Bosquet, 75007 Paris. E-mail : redaction@challenges.fr ou, directement, tapez l’initiale du prénom, le nom puis @challenges.fr DIRECTION-RÉDACTION DirecteurClaude PERDRIEL. Directeur de la rédaction Vincent BEAUFILS (03-01). Directeur délégué de la rédaction Pierre-Henri de MENTHON (03-08). Rédacteurs en chef Ghislaine OTTENHEIMER (09-74), Laurent UBERTIN-VALLERON - édition (03-48). Rédacteur en chef délégué Gilles FONTAINE (03-52). Rédacteurs en chef adjoints Thierry FABRE (03-12), Kira MITROFANOFF (03-24), Thuy-Diep NGUYEN (03-25), Grégoire PINSON (03-13). Directeur artistiqueThierry VERRET (03-56). CouvertureDominique PASQUET. Conseillers de la rédactionPatrick FAUCONNIER, Airy ROUTIER, Nicolas DOMENACH. RÉDACTION Anne-Marie ROCCO - grand reporter (03-30). FranceDavid BENSOUSSAN (09-76), Laurent FARGUES (03-21), Florian FAYOLLE (09-96), Alice MÉRIEUX (03-23). InternationalSabine SYFUSS-ARNAUD - chef de rubrique (03-15), Jean-Pierre DE LA ROCQUE - grand reporter (09-91). Industrie - Finance Vincent LAMIGEON - grand reporter (03-19), Nicolas STIEL - grand reporter (03-32), Alain-Gabriel VERDEVOYE - grand reporter (03-31). High-tech - MédiasMarc BAUDRILLER - chef de rubrique (03-51), Véronique GROUSSARD - chef de rubrique (01-44-88-35-95), Delphine DÉCHAUX (03-20), Léa LEJEUNE (09-97), Paul LOUBIÈRE - grand reporter (03-22). Services - Grande consommation Jean-François ARNAUD - grand reporter (09-72), Claire BOULEAU (03-28), Pauline DAMOUR (03-11). Finances privéesEric TRÉGUIER - chef de rubrique (03-34), Virginie GROLLEAU (03-27), Damien PELÉ (03-26). Affaires privées Bertrand FRAYSSE - chef de rubrique (03-18). CorrespondantPhilippe BOULET-GERCOURT (New York). Assistantes Isabelle JOUANNY (03-01), Marina RÉGENT (03-06). CHALLENGES.FRThiébault DROMARD - rédacteur en chef (03-07), Isabelle DE FOUCAUD - rédactrice en chef adjointe (09-78), Marion PERROUD - responsable d’édition (03-09), Rémi CLÉMENT (01-55-35-56-71), Laure CROISET (01-55-35-56-74), Antoine IZAMBARD (09-98), Héloïse DE NEUVILLE (03-10), Adrien SCHWYTER (09-92), Valérie XANDRY (01-55-35-56-72) et la rédaction deChallenges. Automobile : Eric BERGEROLLE (01-55-35-56-68) et Nicolas MEUNIER (01-55-35-56-69). Vidéo : Nolwenn MOUSSET (09-90). EDITION Secrétariat de rédaction Stéphanie IONNIKOFF - secrétaire générale de rédaction, Christophe BAZIRE - premier secrétaire de rédaction, Emmanuelle HAMOU. Chef de studioDominique CONTENT. MaquetteIsabelle ATLAN, Armelle DUBREIL, Arthur KNOR, Corine POULARD. PhotoIsabelle PACOREL (03-57), Laurent VERDIER (03-50). NUMÉRIQUE Directrice numérique déléguéeMarion WYSS (09-71). Chef de projetClémence BAUDOUIN (03-17). Responsable marketingAurélien JESSON (03-49). DéveloppeuseAnne-Flore CABANIS (03-37). Community managerDamien CHEDEVILLE (01-55-35-56-70). PUBLICITÉ Mediaobs, 44, rue Notre-Dame-des-Victoires, 75002 Paris. Tél. : 01-44-88-97-70. Fax : 01-44-88-97-79. Poste en direct : 01-44-88 + numéro de poste. E-mail : initiale du prénom + nom@mediaobs.com. Directeur généralCorinne ROUGÉ (93-70). Directeur déléguéPhilippe LÉONARD (89-18). Directeur de publicité Benjamin COURCHAURE (97-50), avec Céline CLAMAGIRAND (89-17), assistés de Séverine LECLERC (89-11). Directrice de publicité digitale Mathilde GIRARDEAU (93-75). ImmobilierYves LE GRIX (36-29). LittérairePauline DUVAL (97-54). Marketing directXavier PERSONNAZ (97-76). Studio/ExécutionCédric AUBRY (89-05). GestionCatherine FERNANDES (89-20). www.mediaobs.com DIRECTEUR DÉLÉGUÉElisabeth DESCOMBES. ADMINISTRATIONSecrétaire généralJean-Claude ROSSIGNOL. Directeur commercial et numérique Valéry SOURIEAU. Direction administrative et RHJaye REIG. AbonnementsLuc BONARDI - directeur. Ventes aux entreprisesJoëlle HEZARD. FabricationChristophe PERRUSSON, Thibault QUÉRÉ. ImprimerieRoto France, Lognes.
Confidentiel
Les lois françaises sur le blanchiment et le financement du terrorisme vont être réévaluées par le Gafi.
En toute indiscrétion Par Nicolas Domenach
Griveaux bénécie d’un« microclimat parisien » Si les Marcheurs ont souvent mal aux pieds au point de se faire porter pâles en régions, les dirigeants macronistes sont tout surpris de compter encore 52 000 adhérents à Paris, dont 15 000 en marche pour leur « opération dia-gnostic ». Benjamin Griveaux, aujourd’hui en pole position pour affronter Anne Hidalgo aux élections municipales de 2020, s’en émer-veille :« Il y a un microclimat très favorable dans la capitale. Il faut simplement le faire vivre et grandir. »n’empêche qu’à Il « En marche Paris ! »,il a préféré comme slogan « Paris et moi ».
Ciotti attend la parole de Wauquiez « Il faudrait quand même que Laurent parle davantage. »député LR des Alpes-Mari- Le timesEric Ciotti, soutien affirmé de Laurent Wauquiez, a bien compris que ce dernier ne s’exprimait qu’avec parcimonie, puisqu’il souhaitait« attendre que le charme Ma-cron se dissipe ». « On ne pouvait pas imprimer avant,re-connaît le rival du J. Schmidt-Whitley/Nurphoto/AFP maire de Nice Christian Estrosi.Mais le mo-ment est venu de se faire entendre, même si ne pas s’exprimer évite de dire des bêtises ! »
Schiappa trouve le président « christique » Marlène Schiappa, qui a suivi le président de la République lors de son dernier déplace-ment, l’a trouvé« christique, comme en cam-pagne ».« Les gens le ressentent comme moi, assurait juste avant le remaniement la secré-taire d’Etat chargée de l’égalité entre les hommes et les femmes.Ils aiment qu’il les touche, les prenne par les épaules, les em-brasse. Il faut assumer ce côté-là. Tant pis pour ceux qui ricanent. »
Danièle Obono@Deputee_Obono(8 octobre). Avec la#Macronieles mots deviennent n’importe quoi. Un#lobby& une#ONGce ne sont pas les même choses.
10CHALLENGES N°581 - 11 OCTOBRE 2018
Rugy gère ses ours avec sérénité François de Rugyétait sans doute un des rares ministres à être serein pendant les discussions sur le remaniement ministériel. Car il ne crai-gnait pas d’être remercié ni de voir son do-maine de l’écologie élargi à l’agriculture, comme il a pu en être question un temps, ce qui aurait suscité des conflits. Et quand Emma-nuel Macron lui avait demandé de succéder à Nicolas Hulot, il lui avait garanti une« péren-nité de l’emploi ».« Malgré les menaces de mort », c’est donc en toute sérénité qu’il gère son dossier chaud du moment : la réintroduc-tion des ours dans les Pyrénées. Et les loups ? Rien à voir, ils ne cessent de progresser :« On comptait une quarantaine de sites où ils se déplaçaient il y a quelque temps, or il y a en au moins 75 maintenant. »
Péchenard décortique sa rumeur Vice-président du conseil régional d’Ile-de-France chargé de la sécurité, proche à la fois de Valérie Pécresse et de Nicolas Sarkozy, Fré-déric Péchenard faisait mine de s’amuser de la « rumeur »le donnant ministre de l’Intérieur à la place de Gérard Collomb. Selon l’ex-direc-teur général de la Police nationale,« elle était alimentée, à profusion, par ceux qui juste-ment voulaient que je ne sois pas ministre ! ». Lui se voit juste comme un« ex-flic ».
Jacques Attali@jattali(7 octobre). L’avenir d’un ministre, c’est d’être ancien ministre.
AFP