//img.uscri.be/pth/1e93646df8410dfcc07dfe5d9861bfba15644435

Mieux vivre votre argent du 08-10-2018

-

Presse
108 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Signaler un abus
mieuxvivre.Fr OCTOBRE 2018/ 40È ANNÉE / N°43/4,90 €
Travail Retraite
EI BL L R E O S C
Sicav Le palmarès 2018 des meilleurs établissements
RETRAïTE COMMENTS'ASSURER UNEBONNEPENSION
ïnternet Reprenez la main sur vos données
Finances d'une famille Organiser son patrimoine après un héritage
- RD E 4,90 F: 37 -- 4 2033 :HI:KHMIK^YXU?:@a=DUXo@d@h@kY^XUD=MK@o@a?:XUk@h@d M 0
ïmmobilier Réduire ses charges de copropriété
OCTOBRE 2018 437
EdIto 4 Mieux Vivre Vos pLacements 6 MIeux vIvre & vous 8 Automobile Sur MIeux vIvre.r 9 Les bonnes afaIres du MondIal 2018 ActualitésVie pratique Reprenez la maIn IscaLIté & droIt 10 sur vos données numérIques PLacements inancIers 12 ïmmobIlIer 14Marchéde l’art VIe pratIque 15 Le vIntage, une mode Assurance vIe 16 pleIne d’avenIr Marchéde l’art 17 Consommation Bourse 18 Obsolescence programmée: Vos actIons 19 démêlez le vraI du Faux Vos SIcav 23 High-tech Les prIx du moIs 24 Le charme dIscret des lIseuses Votre argentCollection DanIèle Kapel-MarcovIcI, Notre dossier 27 passeuse d’art et mIlItante Sicav Qui gère le mieux Vos droits vos fonds ? Vos questIons Immobilier44 RéduIsez vos charges Repères de coproprIété ïmmobIlIer Retraite48 IscalIté Comment s’assurer VIe pratIque une bonne pensIon Assurance vIe Placements56 SIcav aut-Il sauver Bourse le contrat de capItalIsatIon ? La météo de votre argent Les Finances d’une famille58 OrganIser son patrImoIne après un hérItage Un encart Fondation de France est broché encentral sur la totalité de la difusion. Un encartMarIanne, une invitation auSalon national del’immobilierParis Comexposiumet une invitation aux Rendez-vous de l’investisseur individuelàBiarritz sont déposés sur des difusions partielles d’abonnés.
OCTOBRE 2018MïEUX VïVRE N7
64
67
70
74
78
80
85 90
94 96 98 100 102 104
106
DE bEllEs noUEVaUtésà décoUVRIR aU ondIal 64
PHOTOS COUVERTURE : ïSTOCK-PHOTOMONTAGE, CïTROËN
Nos Corbeilles, e 33édition : retrouvez tous les gestionnaires de fonds récompensés 27 Les industriels réduisent-ils délibérément la durée de vie de leur produits? Pas sûr. En revanche, ils limitent leur réparabilité 74
Le mois prochain dans Mieux Vivre : Assurance vie Un placement toujours incontournable A paraître le 25 octobre 2018
3
Editorial Par Aurélie Fardeau Rédactrice en chef Espoir fugace
e 3 septembre dernier, les députés Amélie de Montchalin et Joël Giraud ont déposé plusieurs amendements au projet de loi Pacte, qui viseàsimpliier et améliorer la vie des PME. Derrière ces textes, une ledbesieslti,gteeénrafnretceedsaLnauxescaintocenvosru,dnemtnipnrinscnaaum.oUetsriastscontratuerrpnietu,anéqailpairoivyvsnéitugvaégliobneruoppesnadtitiaovriuorecnanno même idée : autoriser le transfert d’un contrat d’assurance vie d’une compagnie vers une autre tout en conservant son antériorité iscale. L’assurance vie mendement portait sur une transféra-prétransfert et le dernier imposait d’investir autendre au moins 30% de ses avoirs en unités de compte, c’est-à-dire sur des supports sans garantie en capital. L’espace d’un instant, devant cette belle audace, le microcosme de l’assurance vie a frémi. Car voilàun sujet qui aeure depuis belle lurette. En 2009 et 2013, déjà, une incursion de députés sur ce terrain hostile s’était soldée par un échec. Sans grande surprise, cette fois, les députés ont fait marche arrière après débat en commission des Finances, alors que Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances, a indiquéqu’il n’était« pas Favorable à une transFérabIlItédes contrats d’assurance vIe comme ce quI peut déjàexIster pour les contrats d’épargne retraIte ».
Pourquoi le sujet est-il si explosif ? Du côtédesépar-gnants, l’intérêt d’une telle mesure est pourtantévident. En efet, surtout dans le monde bancaire, l’assurance vie est pilotée par génération. Chaque nouvelle salve de
4
contrats chasse l’autre. Et les vieilles générations, qui ne sont plus commercialisées, sont délaissées et généralement très mal traitées par les assureurs. Résultats, les clients se retrouvent coincés avec des produits peu compétitifs. Grâce au dispositif de transfert, il leur suîrait de prendre leurs cliques et leurs claques et de partir vers une concur-rence mieux-disante. Proitant ainsi de contrats plus modernes, d’un choix de supports plus vaste et d’un fonds en euros plus performant. La transférabilitéMais les professionnels ne des assurancesl’entendent pas de cette oreille. vie n’aura pas lieu,A l’heure actuelle, une dizaine les professionnelsde compagnies tiennent s’y opposentl’essentiel des 1 700 milliards d’euros d’encours que pèse l’assurance vie. Elles ne comptent pas abandonner ce pactole. Principal argument avancépour justiier leur opposition : les risques associésàdes mouvements massifs de capitaux sur les fonds en euros.
Quelle solution reste-t-il auxépargnants ? Attendre que la transférabilitéde l’assurance vieinisse pas s’imposer ? Certainement pas. Mais se montrer exigeants vis-à-vis des professionnels en charge de gérer leur épargne, oui. Et, en cas d’insatisfaction, ne pas se laisser gagner par le fatalisme. Pour nombre de particuliers, il est possible de racheter son contrat, progressivement, pour reverser sur un nouveau produit soigneusement sélectionné. Et de montrer ainsi que les pratiques évoluent plus vite que les règles.
MïEUX VïVRE N° 7OCTOBRE 2018
UZÉ
RÉMY DÉL
ÉPARGNE - RETRAITE
AVECAGIPI, DYNAMISEZET DONNEZ DUSENS ÀVOTRERETRAITE !
DesREVENUS COMPLÉMENTAIRES dans un cadre fiscal favorable Madelin, Madelin agricole ou PERP : anticipez dès AUJOURD’HUI pour percevoir des revenus réguliers à la retraite
Des possibilités de placementsDURABLES pour une épargneRESPONSABLE Soutenez des entreprises de taille intermédiaire en REGIONS avec un support d’investissement dédié Conciliez performance et responsabilité en optant pour l’ESG – Environnement, Social, Gouvernance – en GESTION PILOTEE*
Pour en savoir plus, rencontrez un conseiller AXA
* L’investissement sur les supports en unités de compte supporte un risque de perte en capital.
AGIPI est une association d’assurés pour la retraite, l’épargne, la prévoyance et la santé, partenaire d’AXA.En rejoignant AGIPI,vous bénéficiez de l’expertise des conseillers AXA et de solutions personnalisées et adaptées à vos besoins. Au 31 décembre 2017 : plus de 525 000 adhérents, 17,4 Md€ d’épargne confiée en gestion. AGIPI - 12 avenue Pierre Mendès France - 67 300 Schiltigheim
Suivez-nous sur
Retrouvez-nous sur agipi.com
ock St o : i
Crédit phot
IPI AG
mmunication co
Direction de la
6
Vosplacements par Jean-François Filliatre
La criseinancière de 2008 aurait dûnous apprendre à surveiller la dette
Madame, Monsieur, Chers investisseurs, ’étaIt Il y a dIx ans : le 15 septembre 2008, la banque américaine Lehman Brothers faisait C faillite. Mais la terre avait déjàcommencé àtrembler avant… Dès 2007 avec la crise dessubprImes. Souvenons-nous. Eluàla présidence des Etats-Unis en 1992, Bill Clinton avait fait de l’accession généraliséeàla propriétéun axe de sa politique. De 64%, le taux de propriétaires a ainsi crûjusqu’à69% au milieu des années 2000. Uneévolutioninancée àcrédit. Des prêts de plus en plus souvent accordés àdes ménages peu solvables, les fameuxsubprImes.
CoMMEn t lEs banqUIE dEs pRodUIts
Rs ont pRopagé toxiques
Pour bien comprendre, il faut savoir que le système américain se distingue du nôtre sur deux points. D’une part, le montant deinancement est plus dépendant de la valeur du bien que de la capacitéde remboursement du client. D’autre part, le taux d’intérêt est variable, et non pasixe. Tombésà1% en 2004le pourcentage de propriétaires est alors au plus haut, les taux directeurs de la Réserve fédérale se tendent fortement pour atteindre plus de 5% en 2006. Les taux d’intérêt des crédits immobiliers suivent. Les ménages les plus faibles se trouventétranglés par leur crédit, incapables de rembourser des mensualités revuesàla hausse. Dans le même temps, les prix de l’immobilier ont cesséleur inexorable progression pour se retourner. Sale temps pour les banquiers, vous dites-vous en toute logique ! En réalité, il n’en est rien. Car les prêteurs ont sagement reiléle risqueàd’autres. Principe de la titrisation : vous regroupez plein de prêts accordés ensemble dans un produitinancier. Pour séduire les investisseurs, expliquez que le produit aîche un intérêtélevéet qu’il est peu risqué, car diversiiéavec une multitude de crédits. Ajoutez le blanc-seing d’une agence de notation et vous avez un joli paquet cadeau avec du bolduc autour ! Par l’efet conjuguéde lainanciarisation et de la globalisation,
le poison s’est propagé àtravers le monde. La crise aurait dûtoucher les seuls prêteurs immobiliers américains. N’en soyons pasiers, mais elleéclatera en fait chez nous.
Il y avait de l’explosif dans les si tranquilles Sicav monétaires
Avant la délagration Lehman Brothers, la mèche auraétéallumée dans l’Hexagone en août 2007. Le 3, Oddo suspend de la cotation trois fonds moné-taires. Le 10, BNP Paribas en fait de même. Rendez-vous compte : les Sicav monétaires ! Notre placement fétiche des années 90, le plus sûr de tous, celui qui ne baisse jamais, dont on peut disposerdu jour au lendemain ! Pour doper leur performance après la baisse des taux, les gestionnaires y ont mis de l’explosif, c’est-à-dire des subprimes. La coniance est brutalement rompue : tout le monde doute de ses partenaires. L’argent cesse progressivement de circuler. Le 15 septembre 2008, Lehman Brothers tombe et ampliie le mouvement. Pourquoi ce rappel historique ? Parce qu’il faut tirer de cette décennie des leçons patrimoniales. Le leitmotiv pour justiier que la crise n’aurait pas lieu, c’était le « Too bIg to FaIl ».Trop grand pour chuter. Avec une idée sous-jacente : jamais les autorités ne laisseront tomber unétablissement dont la faillite aurait des répercussions désastreuse sur l’économie mondiale. Il n’en a rienété.
Nos assurances vie ont servi àreinancer les banques
Il existe ainsi 30 banques d’importance systémique. Trois sont françaises : BNP Paribas, Crédit Agricole et SociétéGénérale. Même si la réglementation aétédurcie, notre modèle bancaire n’a pasévolué. L’annonce récente du rapprochement entre La Banque Postale et CNP Assurances témoigne de la volonté de poursuivre sur la voie de la banque universelle, exerçant tous les métiers de la banque et de lainance.
MIEUX VIVRE N° 437OCTOBRE 2018
Chaque moIs, retrouvez le regard averti de notre chroniqueur, expert en gestion de patrimoine etin observateur de l’actualitédes placements.
Malheureusement, la situation a peu évoluéet s’est même dégradée
MaIs pourquoI se plaIndre ? La inance rançaIse n’a-t-elle-pas démontré sa capacIté à résIster à travers la crIse de 2008 ? J’aI toujours écouté les vérItés oîcIelles, je leur accorde rarementbeaucoup de crédIt. Comment les bancaIres ont-elles traversé la crIse de lIquIdIté ? En se reinançant massIvement sur les ilIales assurance vIe. Bre, en mal d’argent raIs, votre banquIer a prIs jusqu’à 10% (le maxImum autorIsé à l’époque) de l’argent que vous avIez InvestI sur le onds en euros de votre assurance vIe pour traverser cette passe dIîcIle. Que se seraIt-Il passé sI labanqueétaIttombée quand même ? Son assureurtombait avec ! Si les autorités ne veulent pas faire le ménage, faites le vous-même. Dans un monde oùle risque sur le systèmeinancier reste réel, il existe des solutions simples, non pas pour l’annuleril y a toujours des risques partout, mais pour le limiter. Cloisonnez vos comptes. Ne mettez pas vos investissements dans la banque oùse trouvent vos dépôts. Ne souscrivez pas l’assurance vie de votre banque. N’investissez pas dans les actions ou les parts sociales de votre banque. D’autant que depuis 2008, la réglementation aété précisée en Europe : désormais les dépôts bancaires ne sont plus garantis que jusqu’à100 000 euros. Bref, votre banque vous fait courir un risque.
L’En dEttEMEnt ba t dEs RE coRds aUjoUR d’hUI dans lE MondE
La crise de 2008, c’est aussi l’explosion d’une bulle de crédit. Sur le sujet, la situation ne s’est pas améliorée, elle s’est même dégradée. Selon les chifres du Fonds monétaire international (FMI), l’endettement mondial s’est gonléde 12% depuis son précédent record de 2009. La Chine est largement responsable de la situation, mais ne jouons pas les Gaulois, non pas réfractaires mais arrogants ! Chez nous,également, le crédit s’accrot et pas seulement du côtéde la galaxie publique (Etats, collectivités locales et régimes sociaux). L’endettement des entreprises (horsinancières) et des
OCTOBRE 2018MIEUX VIVRE N° 437
ménages a atteint 130% du produit intérieur brut, contre moins de 100% avant la crise. En cause, notam-ment, le développement du crédit immobilier. L’idée est communément admise : les banquiers français sont plus vigilants que leurs homologues américains, prêtant en fonction de la capacitéde remboursement des ménages. Et voilàque des cour-tiers en crédit s’interrogent : la baisse de laiche de paie ne provoquera-t-elle pas une baisse de la capacité d’emprunt des ménages ? Que nenni, leur répondent les professionnels, « nous continueronsàtravailler sur le salaire net imposable». Bref, le si raisonnable 33% d’endettement maximal est en pratique largement dépassé. Avec le risque d’étrangler des ménages.
LEbonsEns:dIEVRsIiEsREctsas,IMaIsaUssIsEsIntREMédIaIREs Le recours au crédit augmente toujours la prise de risque. Comme il permet un espoir de gain accru grâceàl’efet de levier. Si l’immobilier achetécomptant porte un risque limité, l’achat d’un bienàcrédit est, lui, nettement plus spéculatif. Morale de l’histoire : dix ans après la crise de 2008, le monde continue de vivre sur la poudrière de la dette. Et tout un chacun y contribue. Un peu comme pour le réchaufement de la planète. La solution n’est pas dans la technique, elle est dans le bon sens. Penserà diversiier ses risques aussi bien en termes de place-ments que d’intermédiaires, avoir un recours raisonné au crédit, veilleràce que l’ambition d’un rendement accru ne vous mène pasàmanier des explosifs. N’hésitez pasàme faire part de vos commentaires par courrielà: vosplacements@mieuxvivre.fr.
Bien fidèlement à vous.
7
MIeux vIvre & vous Courrier des lecteurs
Les SCPï, pas sI rentables Le rendement des SCPI est présenté comme étant très intéressant, en moyenne autour de 4,5% par an. Je voudrais préciser que ce chifre ne tient pas compte des très importants frais de souscription, de l’ordre de 10 à 12% de la valeur de la part selon les organismes. Cela change le rendement par exemple de SCPI conservées dix ans, qui est alors plutôt de 3%. Après iscalité, le rendement net ne dépasse pas les 2%! De Jean-Pierr e C., Camphin-en-Pévèle
De l’Intérêt du PEA à la retraIte Assez régulièrement, il vous arrive de recommander aux personnes âgées de clore leur plan d’épargne en actions(PEA). Or, j’estIme que dans une perspectIve de dIversIicatIon des revenusàla retraIte, Il peut être utIle de dIsposer àla FoIs de capItal et de rentes vIagères. Le PEA permet une rente vIagère déiscalIsée, contraIrement àl’assurance vIe. D’autant qu’Il est toutàFaIt possIble, dans les années précédant la conversIon en rente, de lImIter le rIsque en ne gardant que des lIquIdItés ou des produIts structurés. De Gilbert P., par courriel
8
!
DéiscalIser n’est pas trIcher Je m’étonne de la Formula-tIon utIlIsée dans l’artIcle consacréau prélèvement àla source de votre numéro de juIllet-août, les« Fana-tiques de la déiscalisation», pourévoquer des cItoyens quI, comme moI, ont des charges d’employé de maison ou d’entreprises de services à la personne, et qui ont investi dans l’immobilier en zone tendue avec les dispositifs Scellier ou Pinel… Un peu réducteur ! De Sylvain G., par courriel
Des dIîcultés à obtenIr une InformatIon J’ai ouvert en avril 2017 une assurance vie en euros, AmpliGrain 9. En début d’année 2018,j’aI demandé un relevéde sItuatIon. A quoI Il m’aétérépondu qu’Il n’y en avaIt qu’un seul par an et qu’IlétaIt envoyé début avrIl, soIt juste avant ma souscrIptIon. A ce jour, je n’aI toujours rIen reçu. Le servIce clIent me dIt que le problème vIent de l’assureur CNP Assurances. Cela n’est guère rassurant… De Renée K., par courriel
Un GuIde Assurance vIe bIen pratique Lecteur assIdu de votre magazIne, j’aI été étonné de ne pas trouver, à l’Instar des années précédentes, leGuIde Assurance vIeInséré dans le numéro de juIllet-août. Ce dossIer permettaIt, à chaque oIs, de présenter les nouveaux contrats et de aIre le poInt sur les évolutIons des contrats exIstants. Sa parutIon auraIt-elle été repoussée oubien alors serait-il passédéinitivementàla trappe ? De Laurent B., par courrIel
Réponse de la rédaction.Cher lecteur, nous élaborons avec le plus grand soin nos guides et hors-séries, et sommes ravis de lire qu’ils vous sont utiles. Un guide dédié àl’assurance vie sera publiécourant 2019.
AGENDA
Conférences & échanges à 18 h 00
AïR LïQUïDE & EDF le mardi 16 octobre 2018 à MONTPELLïER
ARKEMA & ORANGE le mardi 27 novembre 2018 à BïARRïTZ
Inscriptions : evenements@mieuxvivre.fr Plus d’info : mieuxvivre.fr/evenements
MIEUX VIVRE N° 437OCTOBRE 2018
@
Sur le sIte de mIeux vIvre
mieuxvivre.Fr
Du luxe dans votre portefeuille boursier La France réplique aux Gafam (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) avec ses Kohpel: Kering, L’Oréal, Hermès, Pernod RIcard, EssIlor et LVMH. Comme les tycoons dIgItaux amérIcaIns, les françaIses alIgnent certaInes des plus grandes marques mondIales dans leur secteur, le luxe. ïdem en termes de poIds dans leur IndIce de référence: elles reven dIquent plus du tIers de la capItalIsatIon cumulée du CAC 40. Malgrédes hausses de cours et des valorIsatIons stratosphérIques, Il reste Intéressant de les Intégrer dans un portefeuIlle. Tout OCK replI mérItera d’être mIsà ST ; I proit pour revenIr sur ces NANSKI valeurs, IndIque une gérante OZ . P ; RactIons. Retrouvez notre analyse dans la rubrIque Bourse sur mIeuxvIvre.fr. ONLYFRANCE
ARRY  ; J
TRIPELON
OCTOBRE 2018MIEUX VIVRE N° 437
Recevez nos alertes infos par mail Dans les semaInesàvenIr, des mesures seront votées dans le cadre du projet de loI Pacte et du projet de loI de inances 2019. Elles auront un Impact sur votre budget et vous amènerontàprendre de nouvelles posItIons quantàla gestIon de votre patrImoIne. Pour rester Informé, InscrIvezvous àla newsletter deMIeux VIvre Votre Argent(en bas de la page d’accueil du site mieuxvivre.fr).
La blockchain, c’est quoi au juste ? Sur mieuxvivre.fr, la rédaction s’attache à expliquer sans jargon des termes qui se répandent dans les médias et les conversations sans que personne ne sache précisément ce qu’ils recouvrent. Ce moisci, nous décryptons la techno logie de la blockchain. Rendezvous dans la rubrique Vie Pratique.
A la Une sur le Web Pour débattre de La mIse en place du utur système unIversel de retraIte, des atelIers partIcIpatIs auxquels sont convIés les cItoyens sont organIsés jusqu’à la in d’octobre. JournalIste, spécIalIste de la retraIte, Roselyne PoznanskI a partIcIpé au premIer atelIer du 6 septembre. AuPalaIs des congrès de ParIs Est MontreuIl, une centaIne de partIculIers étaIent réunIs. Retrouvez notre reportage dans larubrique Retraite sur mieuxvivre.fr.
C’est votre opinion Le prélèvement à la source de l’Impôt sur le revenu sera efectIF en janvIer 2019. En amont, l’admInIstratIon iscale a déinI pour vous le taux de cette ponctIon. Vous avIez la possIbIlIté d’opter pour un taux neutre. L’avez-vouschoisi? Oui7 %
Non93 %
Cette année, après avoir reçu votre déclaration des revenus, leisc vous a communiquésur votre avis d’imposition le taux de prélèvement qui sera pratiquésur er les revenus que vous percevrezàjanvier.compter du 1 Informé, l’employeur qui va gérer le prélèvement peut prendre note d’un tauxélevéet décalépar rapportàvotre salaire. Ce décalage indiquerait que vous percevez d’autres revenus. Pouréviter les interprétations qui pourraient avoir un impact sur une demande d’augmentation, Bercy autorise le contribuableàopter pour un taux neutre.
Lesarticles les plus lus sur mieuxvivre.Fr Vie pratique.RSA, prIme d’actIvIté…Ces prestatIons socIales coûtent-elles vraIment « un pognon de dIngue » ? Assurance vie.LoI Pacte : mauvaIse nouvelle pour les épargnants, le Gouvernement s’opposeàla transFérabIlIté des contrats d’assurance vIe.Consommation.oIre aux vIns LIdl : les 10 bouteIllesàne pas manquer.Impôts. PourquoI les contrIbuables doIvent-Ils s’InquIéter de la mIse en place du prélèvementàla source.Budget.Le nIveau de vIe des rançaIs les plus rIches pourraIt vousétonner.
9
FIscalIté & droIt La base immobilière duIsc libre d’accès La loI « pour un Etat au servIce d’une socIétéde coniance » du 10 août 2018 facIlItera le travaIl de recherche des prIx des bIens ImmobIlIers. Pour connaître la valeur d’un bIen, vous pouvez faIre appel au système PatrIm quI recense les données du isc. Jusqu’à présent, vous devIez IndIquer vos coordonnées iscales et justIier d’une L’égalitésalarialeraIson valable (Impôt sur homme-femmela fortune, successIon, obligatoiredonatIon…). DésormaIs, s éAvec la loI sur « la lIbertéde vous y accéderez sans choIsIr son avenIr profes IdentIicatIon nI justIicatIon sIonnel » du 5 septembre préalables. Un décret doIt tualit 2018, toutes les entreprIses précIser les modalItés d’au moIns 50 salarIéd’applIcatIon.s sont Ac tenues de publIer chaque année lesécarts deDes pénalités de retard rémunératIon entre hommesréduites de moitié et femmes. Lorsqu’Ils serontSI vous oublIez de déclarer trop Importants (un décretdes revenus, le isc vous devant en précIser lesredressera et demandera un contours), les employeurscomplément d’Impôt majoré devront prévoIr un rattrad’un Intérêt de retard de page. A défaut d’une mIse0,20% par moIs. Grâceàla en conformItédans les troIsloI«pour un Etat au servIce ans, Ils pourront être soumIsd’une socIétéde coniance », àune pénalItéd’un montantvous pouvez obtenIr une maxImal de 1% de leurdImInutIon de moItIé masse salarIale.de cette majoratIon. ïl faut prendre les devants et rectIier spontanément vos 120 000 déclaratIons avant l’expIra tIon des troIs ans pendant C’est le nombre delesquels le isc peut vous contribuables quicontrôler. BIen sûr, cette ont déposé en 2018tolérance ne s’applIque une déclarationqu’aux omIssIons commIses d’impôt sur lade bonne foI. fortune immobi-lière. L’an dernier, ils étaient 358 000 à payer l’ISF.
10
Un acompte sera versépar leisc pour les réductions et crédits d’impôt
Après bIen des hésItatIons, le prélèvement à la source (le PAS) de l’Impôt sur le revenu entrerabeL etbien en er vigueur le 1 janvier prochain. Mais le taux de prélèvement 2019 reçu avec votre avis d’imposition 2018 ne tient aucun compte des réductions et crédits d’impôt récurrents obtenus les années précédentes. Autrement dit, si vous faites tous les ans des dons, si vous avez un employé à domicile ou si vous avez droitàune réduction annualisée d’impôt en raison d’un placement immobilier, l’avantage iscal est oublié. Vous payez ainsi plus que le montant réel exigible. C’est seulement en consultant vos déclarations de revenus 2018, remplies en mai-juin 2019, que leisc ajustera ces taux enin d’année 2019 et vous remboursera l’éventuel trop-perçu. Pouréviter la fronde du contri-buable, Bercy s’est donc engagé àce que ce dernier ne soit pas contraintàconsentir une avance de recettes au Trésor. Il touchera un acompte de 60% en janvier, calculé àpartir de ses crédits d’impôt des années antérieures. Cette avance ne se limitera pas, comme prévu initiale-ment, au crédit d’impôt emploiàdomicile et concernera aussi les dons, les dépenses Un dispositiffamiliales (crèche…), les complexe, surtoutcotisations syndicales, mais si les montantségalement les réductions varient d’uned’impôt récurrentes,étalées sur année à l’autreplusieurs années pour l’investis-sement immobilier locatif (Pinel, Dulot, Scellier, Censi-Bouvard…). Cette mesure, favorable au contribuable, ne lui simpliiera pas la vie pour autant. Car si le prélèvementàla source de 2019 portera bien sur les revenus de 2019, le remboursement partiel ne pouvant pas se faire sur les dépenses 2019, dont leisc n’a pas connaissance, il sera calculésur la base des déclarations de revenus 2017établies en mai-juin 2018. Ce décalage va donner la migraine au contribuable. Si, d’une année sur l’autre, le montant de vos crédits et réductions ne change pas, la situation est idéale. En revanche, si vous avez des avantagesiscaux plus impor-tants cette année, les 60% versés n’en tiendront pas compte. Il faudra attendre lain de l’année 2019 pour récupérer votre dû. A l’inverse, s’ils sont moindres, vous devrez reverser auisc une partie de l’avance. Enin, dernier cas dans lequel l’acompte ne sertàrien, celui du contribuable qui pour la première fois en 2018 a fait des dons, pris un employé àdomicile ou réaliséun investisse-ment Pinel. Il ne touchera rien. Il lui faudra attendre janvier 2020 pour bénéicier du système. Bercyévoque pourtant un choc de simpliication !ROBIN MASSONNAUD
MïEUX VïVRE N° 7OCTOBRE 2018
AGE
MONT TO
CK - PHO TO ïS