African Business, Le magazine des dirigeants africains du 02-12-2019

-

Presse
76 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Date de parution 02 décembre 2019
Langue Français
Signaler un problème
Le mensuel des dirigeants africainsN 6 6 º African ÉdiBtion fraUnçaiseSINESS
ALIOUNE NDIAYE Orange, un investissement de long terme
BURKINA FASO LA RELANCE DES INVESTISSEMENTS
SÉNÉGAL Tour de vis budgétaire
CAMEROUN Rebondissement au port de Douala
ALGÉRIE Le montage automobile attire toujours`
ENTRETIENSKarim Senhadji Didier Acouetey Pascal Lamy
OPINION Arrêtons de vouloir formaliser l’informel
ISSN : 1759-1945 M 06509- 66 -F:4,50E- RD Décembre 2019 - Février 2020 France : 4,50• Zone euro : 4,90 €• Zone CFA : 2 900 F. CFA3:HIKQPA=^UYZUX:?k@a@g@q@a"; • Algérie 500 DA • Tunisie 5DT• Maroc 40Dh Suisse SFr 8USA $6Canada $ 7
FRANCE IC PUBLICATIONS 609 BÂT. A 77, RUE BAYEN 75017 PARIS Tél : + 33 1 44 30 81 00 Courriel : info@icpublications.com Site Internet : www.icpublications.com http://magazinedelafrique.com GRANDE-BRETAGNE IC PUBLICATIONS 7 COLDBATH SQUARE LONDON EC1R 4LQ Tél : + 44 20 7841 32 10 Fax : + 44 20 7713 78 98 E.mail : icpubs@icpublications.com DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Afif Ben Yedder ÉDITEUR Omar Ben Yedder RÉDACTEUR EN CHEF Hichem Ben Yaïche h.benyaiche@icpublications.com COORDONNATEUR DE LA RÉDACTION Junior Ouattara SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Laurent Soucaille RÉDACTION Christian d’Alayer, Nicolas Bouchet, Max-Savi Carmel, Djamila Colleu, Tokpanan Doré, Dounia Ben Mohamed, Mathieu Galtier, Seydou Ka, Ridha Kefi, Yasmina Lahlou, Carole Lambert, Moncef Mahroug, J.J Arthur Malu-Malu, Jean-Michel Meyer, Samia Lokmane-Khelil, Frédéric Nonos, Inès Oueslati, Tiego Tiemtore, Marie-France Réveillard, Geoffroy Touroumbaye, Guillaume Weill-Raynal DIRECTION ARTISTIQUE Daniel Benharrosh V.P. - DÉVELOPPEMENT Saliba Manneh s.manneh@icpublications.com COMMUNICATION / PUBLICITÉ Cécile Louédec c.louedec@icpublications.com Tél : + 33 9 61 31 35 55 Medrine Chitty, Baytir Samba BUREAU MAGHREB Nejib Ben Yedder n.benyedder@icpublications.com Mohamed Ali Aboudi m.aboudi@icpublications.com PRODUCTION Sophie Dillon s.dillon@icpublications.com DIFFUSION Eric Boscher e.boscher@pagurepresse.fr ABONNEMENTS FRANCE http://magazinedelafrique.com/subscribe/ 1 an 8 numéros : 45€(55 €*) 2 ans 16 numéros : 85€(96 €*) 3 ans 24 numéros : 125€(144 €*)* Reste du monde www.icpublications.com IMPRIMEUR Roularta Printing Meiboomlaan 33, 8800 Roeselare CRÉDITS PHOTOS AFP (sauf mention particulière)
ISSN: 1759-1945
N° DE COMMISSION PARITAIRE 0419 K 89806 Mensuel Dépôt légal : décembre 2019 © 2019 - IC Publications
African Business Le mensuel des dirigeants africains
Décembre 2019 - Février 2020
4
BURKINA FASO LA RELANCE DES INVESTISSEMENTS LE SECTEUR PRIVÉ 34 Au cœur de la dynamique CLIMAT DES AFFAIRES 38 Les principales réformes CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE 40plan stratégique ambitieux Un INVESTISSEMENTS 42 Séduire les investisseurs
Calendrier et nominations
DÉCIDEURS 6Alioune Ndiaye Un investisseur de long terme
12
16
21
24
28
Pascal Lamy Le moment est venu pour l’Afrique de choisir, non d’être choisie
Didier Acouetey L’Afrique doit transformer son capital humain
Karim Senhadji Un immense défi de sécurité alimentaire
Patrice Fonlladosa Répondre aux schémas voulus par les Africains
Francesco De Musso Le relais international d’une banque africaine
30
Gilles Boëtsch La Muraille verte, de Dakar à Djibouti
44
46
48
5052
53
5456
ENTREPRISES ET MARCHÉS Économie EUROPE-AFRIQUE 58PME, clés Les d’une relation inclusive 59 Banque & Finance RÉGIONAL 59guichets uniques à l’épreuve Les de l’intégration SÉNÉGAL 61de vis Tour budgétaire Conjoncture BÉNIN 62résiste malgré les L’économie tensions avec le Nigeria Banque & Finance LIBYE 64BSIC en quête La d’un nouveau souffle
NUMÉRO 66WWW.ICPUBLICATIONS.COM
WHO’S WHO Les acteurs clés
PARTENARIATS Nouer des alliances internationales
ANALYSE Secteurs cherchent investisseurs
INDUSTRIE Une feuille de route pour l’action
Mares: l’approvisionnement en Afrique et au-delà
Un tissu centrésur deux métropoles
FINANCE Une diversification bien engagée
Diakarya Ouattara “Nous améliorons l’accès aux services bancaires pour tous”
66
68
70
Transports CAMEROUN Bolloré se repositionne au port de Douala Industrie ALGÉRIE Le montage automobile attire toujours Forum RÉGIONAL L’Afrique, une destination d’affaires
OPINIONS 72Patrick SevaistreArrêtons de vouloir formaliser l’informel
73
Christian d’AlayerFacebook et l’Afrique le désamour?
ÉVÉNEMENTCALENDRIER Par Laurent Soucaille Conférence économique africaine IADE Tunisia 2020En bref Du 2 au 4 décembre Du 4 au 8 mars Abidjan accueillera la première édition duForum Charm elCheikh (Égypte) Djerba (Tunisie) Indimaj Africa, le 24 janvier 2020. Cette plate La CEA 2019, L’aéroport interna forme dédiée aux jeunes entrepreneurs entend principale plate tional de Djerba réunir plus de 400 participants venus de toute forme de mise en Zarzis abritera la l’Afrique, dans le but de développer leur activité réseau, de dialogue première édition du et de partager leurs expériences, sous un thème et de partage des salon international central : «L'entrepreneuriat, un levier de croissance connaissances de l’Aérospatialeéconomique. » En prélude au Forum, se tiendra sur les problèmes et de la Défense la deuxième édition du concours du Meilleur auxquels l’Afrique (Internationalbusiness plan. est confrontée, Aerospace & Defense Exhibition) dédié au daarysconseils.com se déroulera du 2 au 4 décembre à Charm marché africain. IADE Tunisia attend plus elCheikh. La Conférence est coorganisée par de 200 exposants, 100 délégations officielles Toujours dans la capitale ivoirienne, se tiendra la BAD, la Commission de Nations unies pour et plus de 40 000 visiteurs. Les trois premiers les 13 et 14 février, leSalon international des l’Afrique et le PNUD, sur le thème «Emplois,jours seront réservés aux professionnels quimaires et des acteurs du développement entrepreneuriat et développement des capacitésauront accès à des démonstrations et à des(Simad). Une rencontre originale entre les élus pour la jeunesse africainelocaux, les associations et les entrepreneurs,», qui s’aligne sur les présentations statiques et dynamiques, et qui e Objectifs de développement durable. Cette 14 pourront se familiariser avec les évolutions du investisseurs, institutions publiques et struc édition de la Conférence réunira plus de 500 secteur. Les 7 et 8 mars, les sections aérospa tures financières. Plusieurs thématiques seront parties prenantes africaines, dont des repré tiales du salon ouvriront leurs portes au grand proposées (Infrastructure et environnement, sentants de la jeunesse, des dirigeants d’entre public. L’occasion de découvrir les expositions entrepreneuriat des femmes, interconnexions prises, des décideurs et des représentants des d’avions et d’assister à des spectacles aériens villes et villages, climat des affaires, ouverture des médias africains et du monde entier. spectaculaires. entreprises à l’international… www.uneca.org/fr/aec2019 www.expomediatunisia.com Ifrane Forum Africa CEO Forum Du 4 au 6 décembre Les 9 et 10 mars 2020 Ifrance (Maroc) Abidjan (Côte d’Ivoire) L’Ifrane Forum, dont le point d’orgue se situe dans cette ville du Moyen Atlas, se S’adresser à: contact@zdeconsulting.com présente comme e une plateforme La44 assemblée générale annuelle de la d’échanges, deFanaf(Fédération des sociétés d’assurances) se débats et de tiendra à Libreville (Gabon), du 17 au 20 février partage en faveur 2020. L’occasion pour les professionnels de de la croissance l’assurance de débattre de leur métier ; l’occasion économique de Chaque année, l’Africa CEO Forum réunit aussi pour les professionnels gabonais de faire l’Afrique et de la quelque 1 500 participants : dirigeants et connaître les opportunités et les potentiels de coopération Sud Sud. Sous le haut patronage actionnaires d’entreprises africaines, investis leur marché. La Fanaf revendique 214 sociétés du roi Mohammed VI, cette quatrième édition seurs internationaux, dirigeants de multinatio membres dont 53 sociétés vie, 137 sociétés réunira près de 200 opérateurs économiques, nales, chefs d’État, ministres, représentants des nonvie, 19 sociétés de réassurances, quatre Fonds investisseurs, acteurs politiques et jeunes principales institutions financières actives sur de garantie automobile (FGA) et une société de entrepreneurs, issus de 30 pays d’Afrique et le continent se donnent rendezvous. crédits. d’ailleurs. Rencontres d’affaires, partage d’expériences, www.fanaf.org Le thème de l’événement, «Entreprendre etanalyses du climat des affaires… le Forum innover pour transformer l'Afrique» répond entend aussi proposer des solutions concrètes LeNAPEC, le plus grand salon professionnel des à un objectif, celui de mettre l'accent sur et innovantes. À travers ses initiatives Women hydrocarbures et de l’énergie en Afrique et en l’importance de l'entrepreneuriat pour le in Business et Family Business, il vise égale Méditerranée, dédié au marché nordafricain, développement économique de l’Afrique ment à accroître la représentation des femmes se tiendra du 15 au 18 mars au Centre des et identifier des pistes et mécanismes pour aux postes de décision sur le continent et à conférences d’Oran (Algérie). Il sera consacré à soutenir l’innovation et intensifier son impact. accompagner la transformation des entre l’ensemble des activités de la filière, réunissant Sont attendus des politiques tels Prisca Nlend prises familiales africaines. Sont attendues des les fournisseurs de produits, les services et les Koho (Gabon) ou Thierry Moungalla (Congo), personnalités diverses comme Paul Kagame, technologies qui gravitent autour de l’activité des représentants d’agences d’investissements président du Rwanda, SahleWork Zwede, pétrolière et gazière. Les organisateurs attendent comme Haoua Mamoudou (Niger), Anthony présidente de l’Éthiopie, Philippe Le Houérou la venue de 650 opérateurs, sociétés de technolo Nkinzo (RD Congo), Libassi Ka (Sénégal), (IFC), Naguib Sawiris (Orascom Investment), gies et de services, venant de 45 pays, pour plus de Issam Benyoussef (Tunisie), etc. Abdulsamad Rabiu (BUA Group). 29 000 visiteurs. ifraneforum.com www.theafricaceoforum.com Renseignements sur www.napecdz.com 4 African Business |Décembre 2019 - Février 2020
À 32 ans,Jacques Rodrigue Guiguemdea été élu viceprésident du comité consultatif des Gouvernements de l’Internet Corporation (GAC) for Assigned Names and Numbers e (ICANN), à l’issue des travaux du 66 congrès de l’organisation, achevés le 3 novembre 2019 à Montréal. Le directeur général du dévelop pement de l’industrie numérique du Burkina Faso entamera son mandat début 2020. Expert dans le domaine technologique, notamment auprès de l’OIF (Organisation internationale de la francophonie), il coordonne, depuis 2018, le développement de la stratégie Smart Africa ; point focal pour la mise en œuvre du projet One Africa Network de Smart Africa.
Le comité Afrique de Medef International est désormais présidé parMomar Nguer, directeur général de la branche Marketing & Services de Total. À ce poste, il donnera la priorité au soutien à l’implantation des PME françaises sur le continent, et entend également favoriser les partenariats entre les entreprises françaises et africaines. Il remplace Patrice Fonlladosa, ancien PDG de Veolia Africa & Middle East, qui prend la tête de la commission Afrique du Centre d’étude et de la prospective straté gique (CEPS).
Le conseil de gestion de la Facilité africaine de soutien juridique (ALSF) de la Banque africaine de développement a nommé un nouveau président. Une fonction attribuée àGaston Kenfack Douajni(Cameroun), conseiller juridique senior au ministère de la Justice du Cameroun, également président de l’Asso ciation pour la promotion de l’arbitrage en Afrique (APAA). Deux autres membres du conseil de gestion de l’ALSF ont été nommés pour un mandat de trois années : Eva Jhala (Zambie), conseillère juridique, ancienne conseillère ministé rielle. Et Nimatou D. Feliho (Bénin), conseil lère juridique senior, conseillère juridique générale de la BOAD à Lomé.
African Business |Décembre 2019 - Février 2020
MOUVEMENTS ET NOMINATIONSCARNET
Nommé ambassadeur de France en Ouganda, JulesArmand Aniam bossou cède son rôle de coordonateur du Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA) à un autre franco béninois,Wilfrid Lauriano do Rego. Cet expert dans les domaines de l’énergie et des infrastructures animera le laboratoire d’idées et de propositions voulu par le président Emmanuel Macron. Composé de six membres, le CPA jouera un rôle important ces prochains mois dans la préparation du Sommet AfriqueFrance de 2020 (à Paris et Bordeaux). Ainsi que dans l’organisation de la Saison des cultures africaines « Africa 2020 » qui se tiendra, au second semestre 2020, un peu partout en France.
Rakiatou Idé Issakadevient directrice générale de Coris Bank au Niger. La nouvelle responsable totalise quinze ans d’expérience professionnelle dont treize dans le secteur bancaire et deux dans le management d’un fonds de garantie. Elle compte dix ans de management d’équipes commerciales et d’une triple compétence en management bancaire, business développement et manage ment d’équipes. Rakiatou Idé Issaka devient ainsi la première patronne de Coris Bank Niger. Jusqu’avant sa nomination, elle occupait le prestigieux poste de directrice régionale à African Guarantee Fund au Kenya. De 2010 à 2017, elle a évolué au sein du groupe Ecobank, notamment au Gabon.
Candidat de l’Afrique,Mohamed Boudra, maire d’Al Hoceima (Maroc), a été élu président de Cités et Gouvernements locaux unis (CGLU) le 15 novembre 2019 à Durban (Afrique du Sud). Le nouveau président de l’organisation a présenté l’équipe d’union, représentant toutes les sensibilités de l’organi sation, qui constituera l’équipe dirigeante de CGLU durant son mandat de trois ans. «Le choix du candidat de l’Afrique a été fait suivant un processus très démocratique et tout le monde a été derrière Mohamed Boudra,
car nous pensions qu’il était le meilleur candidat pour l’Afrique. Aujourd’hui, le résultat est là. C’est l’Afrique qui est honorée, c’est le Gabon qui est honoré», a commenté Léandre Nzué, président de CGLU Afrique.
La filiale ivoirienne du groupe sudafricain de télécom MTN Group a, er depuis le 1 novembre, un nouveau direc teur général,Djibril Ouattara. Il remplace à ce poste Freddy Tchala, qui a démissionné pour convenances person nelles. Titulaire d’un MBA de la MITSloan School of Management (ÉtatsUnis) et d’un diplôme d’Ingénieur de l’ENSIA INSET obtenu en Côte d’Ivoire, Djibril Ouattara, justifie de plus de quinze ans d’expérience dans le secteur des télécommunications, chez Canal+ Côte d’Ivoire et EtisalatAtlantique Telecom Togo, puis NTM Congo.
En Bref La présidence du Réseau des femmes ministres et hauts fonctionnaires de l’environnement pour l’Afrique (Afwmle) est confiée à une Marocaine, la secrétaire d’État chargée du Développement durable,Nezha El Ouafi. Le réseau de l’Afwmle, créé en 2015 se veut «un outil pour garantir une prise de décision équilibrée en matière d’intégra tion de l’aspect genre dans le processus de mise en œuvre des politiques de l’environnement et du développement durable au niveau local, régional et global pour faire face aux défis environnementaux émergents». HenriClaude Oyimaa été élu président du conseil d’administration de la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC), issue de la fusion des places de marché de Libreville et de Douala. Dans la foulée de la fusion des Bourses de Libreville et de Douala, actée fin mai, le PDG du groupe BGFI Bank a été choisi présider le conseil d’administration de la nouvelle entité, pour un mandat de six ans. Il sera accompagné dans sa mission par le directeur général Jean Claude Ngbwa (Cameroun), ancien secrétaire général de la Commission interafricaine des marchés d’assurances (Cima). Au Sénégal, l’Autorité de régulation des télécom munications et des postes (Artp) a un nouveau directeur, en la personne deAbdoul Doudou Ly. Il succède à Abdou Karim Sall, devenu ministre de l’Environnement et du développement durable. Abdoul Doudou Ly, ingénieur en Génie électrique était jusquelà directeur général de ABM Technologies.
5
DÉCIDEURSENTRETIEN
Alioune Ndiaye Directeur exécutif d’Orange Middle East and Africa Un investisseur de long terme En charge de la filiale africaine d’Orange depuis plus de 18 mois, Alioune Ndiaye décrypte les spécificités du marché africain des télécoms, ses besoins, la concurrence, ses difficultés et son potentiel. Une stratégie de long terme ancrée dans la réalité de chaque pays. Entretien avec Hichem Ben Yaïche
Vous êtes à la tête d’Orange Afrique depuis plus d’un an et demi. Comment avezvous pris vos marques ? J’ai été très heureux d’avoir été nommé par Stéphane Richard à ce poste. C’est un métier que je connais bien, depuis plusieurs décennies. Je sais qu’en Afrique, il y a beaucoup à apporter en matière d’inclusion numérique, financière et sociale. Ce secteur industriel dans lequel nous sommes a un rôle éminent à jouer pour les pays africains.
Quels sont vos grands chantiers à la tête d’Orange ? Votre prédécesseur avait déjà lancé certaines initiatives, comment avez vous redéfini la stratégie du groupe ? La transition avec Bruno Mettling s’est très bien passée. Nous partagions déjà un certain nombre de convictions sur l’apport du groupe Orange au continent africain. Il ne m’a donc été pas difficile de lui succéder à ce poste. En matière de stratégie, il me paraît de la plus haute importance qu’Orange Afrique et MoyenOrient soit d’abord perçue et comprise par les Africains comme la filiale africaine – j’insiste sur ce caractère africain – d’un grand groupe international. Il ne s’agit pas d’une simple subdivision d’une multinationale qui vient faire du profit, pour repartir ensuite quand ce profit se tarit. Nous sommes un investisseur de long terme, un acteur en Afrique, et nous voulons que les Africains préfèrent Orange, parce que nous sommes une entreprise, une filiale africaine. 6
Comment cette volonté de se placer dans une logique africaine se traduitelle concrètement ? Nous avons lancé plusieurs chantiers. Le premier, qui doit se terminer en septembre 2020, a consisté à installer un siège opérationnel d’Orange Afrique MoyenOrient en terre africaine, à Casablanca. Je suis moimême basé à Casablanca, entouré de certaines de nos équipes, d’où nous pilotons nos opérations en Afrique. Certains de nos effectifs sont demeurés à Paris, en charge de ce que j’appellerais nos « fonctions régaliennes ». Le deuxième chantier porte sur la transfor mation qu’il nous a été nécessaire de réaliser. Depuis trois ans, le secteur connaît une forte mutation du modèle d’affaires. Nous avons d’abord connu l’arrivée des OTT (fournisseurs non traditionnels de services Internet) tels que WhatsApp ou autres, qui dominent le traficvoix et les SMS. Aujourd’hui, très peu de gens continuent à utiliser la « voix classique ». La plupart utilisent WhatsApp parce que le procédé est quasiment gratuit et que le parcours client est intéressant…
Cette gratuité, qui change totalement la donne, pèse lourdement sur vos comptes… Elle aurait pu peser encore plus lourd si nous n’avions pas nousmêmes anticipé la transformation de nos propres modèles. Notre métier de base, au départ, est la connectivité, c’estàdire fournir
au client un accès pour téléphoner, échanger des messages texte ou vidéo, et se connecter à l’Internet, ce qui passe par le développement, le maintien et l’exploitation de réseaux Télécoms. Dès lors que les revenus que nous tirons de la voix et des SMS diminuaient, du fait des OTT, nous avons dû investir massivement pour que l’usage des données – ladata– et d’Orange Money puisse compenser ces pertes. Aujourd’hui, dans nos pays, WhatsApp pèse environ 30 % du trafic. Nous avons réussi, en investissant chaque année un milliard d’euros sur les 18 pays du continent où nous sommes présents, à déployer d’abord nos réseaux 3G, puis nos réseaux 4G – 17 pays sur 18 en sont aujourd’hui pourvus – à un rythme de croissance annuel de 50 %. Ces investissements sur les réseaux de données nous ont donc permis de générer des revenus qui, associés à ceux d’Orange Money, compensent le manque à gagner subi du fait de la concurrence des OTT. Nous avons lancé ce service Orange Money il y a dix ans pour permettre à tous nos clients de transférer de l’argent, de payer leurs factures d’eau et d’électricité, de payer chez les commerçants, etc. Aujourd’hui, dans nos 18 pays, ce service est offert à 45 millions d’Africains qui étaient auparavant exclus de toute possibilité d’ouvrir un compte bancaire et d’utiliser un service financier. Ces 45 millions inscrits à Orange Money représentent plus du tiers du potentiel
African Business |Décembre 2019 - Février 2020
African Business |Décembre 2019 - Février 2020
African Business
7