L

L'essentiel du Cameroun numéro 245

Presse
12 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

www.essentielcameroun.com -https://www.facebook.com/EssentielCameroun 400Fcfa DU CAMEROUN Directeur de la publication: Antoine WONGO AHANDA Bi hebdomadaire d’information et d’analyseN°245 lundi 06 mai 2019 Recépissé de déclaration N° 083/RDPOP/JO5/SAAJP ONU / DROITS DE L’HOMME Le Cameroun n’est pas un enfer La Haut-Commissaire des Nations Unies pour les droits de l’Homme en visite au Cameroun a rencontré divers acteurs de la société camerounaise : ministres, acteurs de la société civile et leaders politiques. L’idée que Michelle Bachelet avait du Cameroun à son arrivée ne sera certainement plus la même tant l’écart est grand entre les rapports insidieux qui parviennent aux organisations internationales et aux grandes puissances et la réalité sur le terrain. Des Camerounais ont rencontré la fonctionnaire onusienne pour charger le gouvernement et d’autres pour rétablir la vérité des faits. Au bout du compte, on retient au terme de cette visite que l’ONU est pour un Cameroun uni et en paix. Pp. 2-4 SMIGMIDA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE P. 8 Mgr ABRAHAM LES SOUSCRIPTEURS KOMELES36 250FRS CONSTESTENT NOUVEAU À PROBLÈME LA LISTE PUBLIÉE PRÉSIDENTP. 8P. 9 ENAM9 CONCOURS LANCÉS POUR 480 PLACESPp. 10-11 DOSSIER POLITIQUE/ ÉCONOMIE/ MONDE/ SOCIAL DROITS DE L’HOMME : LE CAMEROUN EN NOIR ET BLANC BIYA ET BACHELET Audience au sommet Les deux hautes personnalités ont évoqué des questions de paix, de sécurité et de droit de l’homme au Cameroun.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 mai 2019
Langue Français
Signaler un problème
www.essentielcameroun.com -https://www.facebook.com/EssentielCameroun
400Fcfa
DU CAMEROUN
Directeur de la publication: Antoine WONGO AHANDA Bi hebdomadaire d’information et d’analyseN°245 lundi 06 mai 2019 Recépissé de déclaration N° 083/RDPOP/JO5/SAAJP ONU / DROITS DE L’HOMME Le Cameroun n’est pas un enfer La Haut-Commissaire des Nations Unies pour les droits de l’Homme en visite au Cameroun a rencontré divers acteurs de la société camerounaise : ministres, acteurs de la société civile et leaders politiques. L’idée que Michelle Bachelet avait du Cameroun à son arri-vée ne sera certainement plus la même tant l’écart est grand entre les rapports insidieux qui parviennent aux organisa-tions internationales et aux grandes puissances et la réalité sur le terrain. Des Camerounais ont rencontré la fonc-tionnaire onusienne pour charger le gouvernement et d’autres pour rétablir la vérité des faits. Au bout du compte, on retient au terme de cette visite que l’ONU est pour un Cameroun uni et en paix. Pp. 2-4 SMIGMIDA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE P. 8 Mgr ABRAHAM LES SOUSCRIPTEURS KOMELES36 250FRS CONSTESTENT NOUVEAU À PROBLÈME LA LISTE PUBLIÉE PRÉSIDENTP. 8P. 9 ENAM9 CONCOURS LANCÉS POUR 480 PLACESPp. 10-11
DOSSIER POLITIQUE/ ÉCONOMIE/ MONDE/ SOCIAL DROITS DE L’HOMME : LE CAMEROUN EN NOIR ET BLANC BIYA ET BACHELET Audience au sommet
Les deux hautes personnalités ont évoqué des questions de paix, de sécurité et de droit de l’homme au Cameroun. Arnaud Evinafait face le Cameroun au plan de la sécurité, du développement et des droits de l'homme. Nous avons aussi discuté à la manière dont les Nations Unies peuvent apporter leur aide en a Haut-Commissaire des Nationsmatière de respect et protection des droits de Unies pour les droits de l’homme, al'homme »,avait affirmé Michelle Bachelet. L été reçue en audience par le prési- Il faut noter que la visite de l'ambassadrice dent de la République le 3 mai dernier au onusienne intervient après plusieurs rap-Palais de l'Unité. Arrivée au Cameroun le ports accablants d'ONG pointant les viola-1er mai dans le cadre d'une visite officielle tions des droits de l'homme par l'armée à l'invitation du président de la camerounaise, notamment dans le cadre République Paul Biya, Michelle Bachelet, de la crise dite anglophone. Pendant son Haut-Commissaire des Nations Unies séjour, elle a évalué la situation par elle-pour les droits de l'homme s'est entrete- même. Elle a ainsi eu des entretiens avec le nue le 3 mai avec le chef de l'État au Palais ministre de la Promotion de la Femme et de l'Unité. Un entretien qualifié de cordial de la Famille, le ministre des Relations et très fructueux par l'ancienne présidente Extérieures, le ministre des du Chili. Enseignements secondaires, le ministre de Dans un tweet publié après l'audience, le l'Administration territoriale et le ministre président de la République a dévoilé les délégué à la présidence en charge de la Michelle Bachelet et moi-même avons évoquéNations Unies pour les droits de l'homme sujets de discussion ayant meublé son Défense. Et c'est au troisième jour de sa les questions de paix et de sécurité, de dévelop-a révélé avoir proposé au président came-échange avec son hôte.« Ravi d'avoir reçuvisite en terre camerounaise qu'elle a été pement et des droits de l'homme au Cameroundes Nations Unies dans lerounais l'aide ce jour le Haut-Commissaire des Nationsreçue en audience par le président Paul »,cadre du respect des droits de l'homme.avait posté Paul Biya. « Unies pour les droits de l'homme. MadameBiya. Face à la presse, le Haut-Commissaire desNotre entretien a porté sur les défis auxquels
2
PORTRAIT Qui est Michelle Bachelet ?
Née le 29 septembre 1951 à Santiago, Chili, elle obtient son baccalauréat en 1969 et débute ses études de médecine à l’Université du Chili. Son père, le général Alberto Bachelet, fut jeté en prison par la dictature de Pinochet et y a laissé sa vie en 1974. Michelle Bachelet et sa mère Angela Jeria, furent aussi victimes d’emprisonne-ment et libérées en 1975, elles ont dû se réfugier en Australie. Michelle Bachelet continuera ses études de médecine en Allemagne. Elle retournera au Chili en 1979 et finira de se spécialiser en pédiatrie et en santé publique en 1986. Elle s’oriente vers des études stratégiques militaires au Chili, puis aux États-Unis en 1997 et obtient dans son pays natal un diplôme de l’Académie de Guerre de l’Armée chi-lienne en 1998. Michelle Bachelet est divor-cée et mère de trois enfants. Vers les années 1970, Michelle Bachelet entre au parti socialiste et devient membre du bureau vers la fin des années 1990. Fervente militante pour la restauration de
la démocratie au Chili au milieu des années 1980, elle s’engage également pour la protection et l’aide aux gens victimes de la période dictatoriale du Général Pinochet. part dans le secteur public, au sein du ministère de la Santé et d’autre part, dans des organisations d’actions humanitaires comme l’OMS, la GTZ, l’OPS (Organisation Panaméricaine de la Santé). Après son poste de conseillère au sein du cabinet du secrétaire d’État à la Santé en 1997, elle obtient le poste de conseillère au sein du ministère de la Défense en 1998. Ministre de la Santé en 2000, elle devient ministre de la Défense en 2002, un porte-feuille ministériel jamais tenu par une femme au Chili et en Amérique latine. Appuyée par le président Ricardo Lagos encore en exercice en 2004 et forte de sa notoriété politique, Michelle Bachelet vise et brigue le poste de président du Chili le 11 mars 2006, et ce, jusqu’en 2010. Pendant son mandat présidentiel, elle a formé un
CAMERS.A.R.LMEDIAS DirDeircetcetuerudredlaelpaupbulibclaitciaotino:n : AnAtnoitnoieneWoWnognogAohAahnadnada CoCoordoordnonnanteatuerudredlealRaéRdéacdtaicotnio:n : IMMEUBLE SOCIETE GENERALE CAMEROUNChrCihsrtiostpohpeheMvMovnodnodo Carrefour des carreauxRdéadcatcetureuerneCnhCefheIfnfInorfomramtiaotinosngségnénraélreasle:s : B.P : 1260 YaoundéAbrAabhrahmamNdNjadnjanaMoMdodo Contact : 655 76 80 94RdéacdtaecutreuerneCnhCefheEfnEqnuqêtueêsteestedtosdsoisesrise:rs : essentielducameroun@yahoo.comBlaBilsaeisNenNanagng www.camermedias.comChCrohrnoiqniuqeuersur:s : AlpAlhpohnosnesAetAetbeabNadNoduomuomuo,uB,aBrtahrtohAomAumgugu Rdéadcaticotnion::ChCahrlaerlsesNNwawnaoncohci,hi,ReRneénéNoNoëlëlAAttaanngaganna,a, ArAnranuaduJdo JsoespehphEtEotuonudni,di,MaMracrcMMouonugnag,a,AAbboouubbaakkararYYeerro,o, Ahmed Abdou-Aziz, Rodolph Tanga, Mathieu Nathanaël N°245 lundi 06 mai 2019 - L’ESSENTIEL DU CAMEROUN
gouvernement de tendance gauche tout en étant consciente de son appartenance à la Concertation pour la Démocratie. Elle a fait une grande réforme des retraites. Sur le plan économique, Michelle Bachelet a misé sur la croissance. Dès son entrée, elle nomme dix femmes ministres dans son gouvernement. En septembre 2010, Michelle Bachelet est nommée à la tête de l’ONU Femmes parmi les 26 candidates en lice. Cette branche de l’ONU sera axée sur les droits et l’autono-misation des femmes. Depuis son appari-tion sur le devant de la scène politique, Michelle Bachelet fait la rencontre de femmes puissantes et célèbres surtout sur le plan politique comme Angela Merkel, Hillary Clinton, Ségolène Royal. Elle est Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme depuis 2018. Elle est Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme depuis 2018.
Ahmed Abdou-Aziz, Rodolph Tanga, Mathieu Nathanaël Njog, Nomo Modo, Francis Nguélé, Mercedes Beleheka, Njog, Nomo Modo, Francis Nguélé, Nathalie Ahanda Annette Olinga, Bélise Hiol, Nathalie Ahanda, Nadège Relecture: Lionel Owona Nyemeck W bmastercis Ahanda: Jean-Fra Relecture: Lionel Owona Commercial et Marketing: Roger Ngonda Yusi Webmaster: Jean-Francis Ahanda Souti n techniqueNdas bou: Thomas Aurélie Commercial et Marketing: Roger Ngonda Yusi et Boris Manda Nkodo Soutien technique: Thomas Aurélien Ndassibou, Boris Stagiaires: Mercedes Belehek , Alice Thècle Balla, Manda Nkodo et Alice Thècle BallaDésiré Trés r Mbouné, S miratou Hamadou, Ros Stagiaires: Rose Bertille Mbang, Arnaud Evina, Camille Bertille Mbang Olivia Ayissi Conception Graphique: Conception Graphique: Laurent ABAH © CREATIVE THINK (+ 3760 2 25) Laurent ABAH © CREATIVE THINK (+33783195537) Production: Eric Azegue Production: Eric Azegue Impre sion: SOPECAM Impresssion: SOPECAM Tirage0 exemplaires: 4 Tirage: 4000exemplaires Distribution: Eric AzegueDistribution: Eric Azegue, Joseph Nkomedoh tps://www.faceb ok.com/E sentielCameroun https://www.facebook.com/EssentielCameroun
DOSSIER POLITIQUE/ ÉCONOMIE/ MONDE/ SOCIAL DROITS DE L’HOMME : LE CAMEROUN EN NOIR ET BLANC
RENCONTRE AU MINDEF L’armée travaille avec légalité, humanité et professionnalisme Michelle Bachelet a rencontré le ministre en charge de la Défense qui lui a fait un état de lieux des actions des forces de défense et de sécurité sur les différents théâtres d’opérations.
Christophe Mvondo
a fonctionnaire onusienne était L accompagnée à cette audience avec le ministre de la Défense par Allegra Maria Del Pilar Baiocchi, la Coordinatrice résidente du Système des Nations Unies au Cameroun, et d’une forte délégation de représentants de l’ONU. Au cours de cette rencontre, Michelle Bachelet a évalué, avec le MINDEF la volonté et la capacité du Cameroun à préserver les droits de l’homme, et de s’informer de la situa-tion sécuritaire dans les régions du Nord-ouest, du Sud-ouest et de l’Extrême-nord où des bandes armées sèment la mort à la pelle et s’en pren-nent systématiquement aux éléments de forces de défense et de sécurité. Le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense Joseph Beti Assomo en a profité pour présenter les actions des militaires sur les différents théâtres d’opérations en dépeignant les actes de barbarie commis par les bandes terroristes et pseudo-sécessionnistes. Il a parlé des actions de cette armée
pressée par les éléments de la secte ter-roriste Boko Haram, et les bandes armées qui sévissent en zone anglo-phone, refugiés derrière la cause anglo-phone. Les Forces de Défense et de Sécurité sont pointées du doigt à maintes reprises par quelques organismes inter-nationaux, qui les accusent d’être auteurs de présumées atteintes aux droits de l’homme. Or tout le monde a vu ces rebelle prendre des armes, tuer des enfants, les empêchant d’aller à l’école depuis trois ans, ils incendient écoles et dortoirs d’élèves, attaques des hôpitaux, des prisons et autres bâti-ments publics. Rusés comme des singes, ils filment leurs exactions, arborant des uniformes des forces de défense qu’ils volent où prennent aux militaires qu’ils assassi-nent, les envoient aux ONG et autres organisations internationales pour les attribuer à l’armée régulière. Ces faux rapports sont malheureusement pris en compte au point de mobiliser de hauts responsables des institutions internatio-nales qui viennent à prendre des résolu-tions en totale méconnaissance de la situation réelle sur le terrain.
La démarche de M i c h e l l e Bachelet est finalement salu-taire pour le Cameroun qui a eu enfin une oreille attentive pour décrire la réalité des faits. Au ministère de la Défense, M i c h e l l e Bachelet est repartie avec en tête les propos r a s s u r a n t e s indiquant que,« en dépit de toutes ces délations, c’est avec un courage inébranlable, un professionnalisme à nul autre pareil et dans le respect rigoureux des lois et règlements de la République, que les valeureux soldats camerounais continuent de défendre avec abnégation et patriotisme la souveraineté du pays. » En clair l’armée camerounaise empêche dans la mesure du possible, les enlève-
ments d’enseignants et élèves, l’incen-die des écoles, des hôpitaux et bâti-ments administratifs. Ses interventions se font alors dans la légitimé, la légalité et l’humanisme.
CRISE ANGLOPHONE Ce que l’opposition et la société civile ont dit à Michelle Bachelet La mise en place d’une commission d’information sur la situation dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, le déclen-chement d’un dialogue inclusif, constructif et sincère dans des meilleures conditions, la libération des détenus et plus spécifi-quement des leaders légitimes tels Ngalim Felix et Mancho Bibixy, etc.
B. N
a rencontre entre Michelle Bachelet, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les droits l’oLpposition camerounaise et de la société civile, de de l’Homme et certains leaders des partis de samedi dernier, a été fort prolifique en contributions en rapport avec la crise socio-politique qui sévit dans les régions du Nord-ouest et du Sud-Ouest. De l’avis de Kah Walla du CPP par exemple, les Camerounais ne font pas confiance à leur armée qui a commis de graves atteintes aux droits humains, notamment des villages en feu, des meurtres extrajudiciaires, brutali-tés, viols et plus. Elle exige par conséquent une com-mission d’information neutre comprenant des mem-bres d’organes internationaux, que les acteurs Camerounais de la société civile puissent visiter le
Nord-Ouest et le Sud-Ouest et d’établir certains faits irréfutables. Mais aussi poursuit-elle, déclencher le processus de sanctions individuelles contre les mem-bres du Cameroun gouvernement responsable de la violence et du chaos actuels dans le pays. Pour sa part un activiste pense qu’il vaut mieux créer, de part et d'autre, des conditions favorables au déclenchement d’un dialogue inclusif, constructif et sincère dans des meilleures conditions de confiance mutuelle. Sinon, on est dans la radicalisation, l'extré-misme violent, et après le départ de la mission des Nations-Unies, la situation risque d'être pire qu'avant. Ce dernier affirme avoir appelé les séces-sionnistes à lâcher prise, et Mme Bachelet à ne sur-tout pas tomber dans le piège de certains partenaires qui n'ont orienté leurs recommandations que vers les Institutions étatiques, laissant ainsi observer une par-tialité apparente de l'intervention.
N°245 lundi 06 mai 2019 - L’ESSENTIEL DU CAMEROUN
De l’avis de Cabral LIBII du Mouvement Onze mil-lions de citoyens, l’escalade de la crise anglophone est encouragée de manière ponctuelle par le refus des pouvoirs publics de laisser la société civile participer à la résolution de ce conflit, à travers un dialogue inclusif. Cette crise anglophone trouve un champ fer-tile aussi du fait de la centralisation et la conservation excessives du pouvoir. D'où son appel une fois de plus, à la libération des détenus et plus spécifique-ment des leaders légitimes tels Ngalim Felix et Mancho Bibixy disposés à travailler pour la sortie de crise, à une véritable régionalisation donnant une vraie autonomie de gestion aux populations dans des domaines spécifiques. Néanmoins, il a rappelé que toute démarche de paix commandait que les groupes armés dans le bush, déposent également les armes.
3
DOSSIER POLITIQUE/ ÉCONOMIE/ MONDE/ SOCIAL DROITS DE L’HOMME : LE CAMEROUN EN NOIR ET BLANC COMMUNICATION Le Cameroun réel mal vendu L’écart est grand entre des rapports que des anonymes envoient aux institutions internationales et la réalité sur le terrain. A cause d’une communication souvent peu audible.
Arnaud Evina
l aura fallu que Michelle Bachelet arrive au Cameroun sur invitation du prési-toIucher du doigt les réalités du pays et dent de la République Paul Biya, pour mettre un terme à la propagande négative sur le Cameroun et que le Conseil de Sécurité des Nations Unies annule sa réu-nion du 13 mai prochain sur le Cameroun. Le refus d’accepter les erreurs commises par certains militaires indisciplinés, le silence comme moyen de communication et de riposte face aux ennemis et leurs postes sur les réseaux sociaux et autres abus sur le pays, ont laissé croire à la com-munauté nationale et internationale que le gouvernement camerounais était auteur et complice des exactions faites dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. La propagande faite sur le réseau social Facebook par ses abonnés camerounais
nationaux et ceux de la diaspora en mal de notoriété a pendant longtemps donné une image différente du Cameroun sur la scène nationale et internationale, mettant en péril sa crédibilité. Les journalistes du « Hilton » comme on les appelle au Cameroun et les fauteurs de trouble vou-lant voir le pays à feu et à sang ont passé plus d’une année à mettre sur le dos de l’armée républicaine, professionnelle et responsable toutes les atrocités perpétrées par les terroristes séparatistes se réclamant de l’État fantôme de l’Ambazonie. Suite à cela, plusieurs ONG ont, sans enquêtes préalables, consommé sans modération ses fake-news et ont incriminé, accusé, insulté, dénigré et allé jusqu’à engager des procès contre l’armée camerounaise et le gouver-nement. Les faux documents envoyés aux Nations Unies par certains partis de l’opposition camerounaise ainsi que certaines per-sonnes se revendiquant frauduleusement de la société civile, viennent donc d’être
rangés dans la corbeille des Nations Unies. Michelle Bachelet a enfin découvert la vérité sur la crise sociopolitique qui anime les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest du pays. Le rétablissement de la communi-cation parfaite par le gouvernement came-rounais et l’invitation du Haut-
Commissaire des Nations Unies pour les droits de l’homme viennent ainsi mettre fin à la longue épisode de fausses propa-gandes faites par les agitateurs et autres hors-la-loi.
FÊTE DU TRAVAIL 2019 Les syndicats pour l’augmentation du SMIG Fixé aujourd’hui à 36 270 FCFA, le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) inquiète toujours les syndicats des travailleurs qui revendiquent son augmentation au moins 60 000FCFA. Arnaud Joseph Etoundipour l’instant une préoccupation pour le gouvernement. Invité la veille de la célébration sur le pla-teau du journal télévisé de la CRTV, le ’État du Cameroun doit jouer sa par- ministre du Travail et de la Sécurité sociale tition pour que la justice sociale soit Grégoire Owona a d’abord soutenu « toiLre national. De ce fait, le travail décent sentant le SMIG au Cameroun », avant de une réalité sur l’ensemble du terri- qu’on peut vivre avec les 36 270 F repré-étant une affaire de tous, le gouvernement nuancer que,« le SMIG n’est pas si on peut est davantage déterminé à contribuer àou pas vivre avec 36 270 F. Je veux vous dire l’amélioration de la situation profession-qu’à l’heure où je vous parle, aucune des entre-nelle des travailleurs afin de permettre àprises qui ont participé à la négociation du ceux-ci de sortir peu à peu de la précaritéSMIG ne paye 36 270F. On s’est retrouvé à des dans laquelle ils vivent aujourd’hui avecdiscussions où les uns proposaient 60 000 un salaire minimum interprofessionneld’autres proposaient moins. On ne peut pas garanti (SMIG) fixé à 36 270 FCFA. C’estadopter plusieurs SMIG pour le même pays. pourquoi, lors de la célébration de laMais les discussions sont relancées. », a-t-il 133ème édition de la journée internatio- ajouté. L’an dernier déjà, la polémique nale du travail le 1er mai dernier, les res- autour du SMIG au Cameroun jugé très ponsables syndicaux ont pris la parole au bas par un bon nombre de travailleurs est peut pas valablement dire qu’on peut satisfaire social », a ajouté la présidente de la CCT. boulevard du 20 mai à Yaoundé, pour revenue sur la table des revendications même les besoins élémentaires. Quand la sécu-Préoccupation du gouvernement dénoncer à travers des discours les condi- lors des échanges entre les syndicats des rité sociale continue de laisser au bord de laPour sa part, le président de l’Union des tions des travailleurs au Cameroun.«travailleurs, les employeurs et le gouver-route 80% des travailleurs, on comprend que,syndicats libres du Cameroun (USLC), Protection du travailleur : Vecteur de justicenement. L’on se souvient encore qu’en le travailleur n’est pas toujours protégé »André Seme Seme a estimé dans son dis-, a-t- sociale et de travail décent au Cameroun »2014, le Premier ministre avait signé un, tel elle soutenu. Elle a par la suite formulé une cours que l’une des solutions d’améliora-était le thème retenu pour la célébration de arrêté faisant passer le SMIG camerounais doléance à l’endroit du gouvernement tion des conditions de vie du travailleur de la fête du travail cette année. de 28 000 FCFA à 36 270 FCFA. Toutefois, camerounais, demandant à celui-ci de«camerounais serait une nouvelle revalori-Dans sa déclaration le 1er mai dernier, les syndicats des travailleurs estiment que revoir les salaires des travailleurs. Le salaire asation du salaire minimum interprofes-Antoinette Tangono épouse Ekoan, qui est malgré cette légère augmentation du un caractère alimentaire. Quand un salairesionnel garanti (SMIG).« Nous demandons à la présidente de la Confédération came- SMIG, il est impossible de vivre au n’arrive pas à vous satisfaire, vous nourrir et l’État de revaloriser le SMIG qui est de 36 rounaise du travail (CCT) a fait remarquer Cameroun avec un tel salaire, d’où la résoudre les problèmes basiques d’un travail- 000FCFA à 60 000FCFA au moins », a-t-il que« le travailleur vit de plus en plus dansrevendication de sa valorisation à 60 000 leur, alors ça devient compliqué. Et nous pen-toutes ces revendicationsindiqué. Malgré une précarité. Une situation qui s’explique parFCFA au moins. sons que le gouvernement doit vraiment avoirde la part des syndicats, la question de la plusieurs facteurs. Quand le SMIG au une volonté affirmée de faire avancer le monderevalorisation du SMIG ne semble pas être Cameroun continue à être à 36 270 F, on ne 44 N°245 lundi 06 mai 2019 - L’ESSENTIEL DU CAMEROUN
INFOS DE LA SEMAINE POLITIQUE/ ÉCONOMIE/ MONDE/ SOCIAL MINFOPRA Maintenir le cap Le 1er mai 2019 a donné l’occasion au ministre de Fonction publique de communier avec son personnel et de se parler en toute convivialité. Christophe Mvondopour une finalisationune finalisation rapide de celle-ci, de même que celles liée au cadre de travail ; surtout les aspects e personnel du ministère de larelatifs à l’hygiène. J’ajoute ici et mainte-Fonction publique et de lanant, à son cahier de charges, la question L Réforme administrative avait ledes gratifications des personnels en font cœur à la fête le 1er mai dernier.office, ensemble les récompenses pour tous Après avoir pris part au défilé au bou-ceux qui se dévouent à la tâche et s’illus-levard du 20 mai, où ce départementtrent par une bonne conduite », a-t-il ministériel a fait partie du carré du indiqué. centenaire de l’Organisation Le MINFOPRA a engagé son person-Internationale du Travail (OIT), ils se nel à maintenir le cap dans l’option sont retrouvés en fin d’après-midi à prise de rapprocher la Fonction l’esplanade du MINFOPRA, autour publique des usagers. Il y est ques-du ministre Joseph Le, pour un repas tion, a rappelé Joseph Le d’opération-et une cérémonie en toute convivia- naliser davantage les concepts de « lité. Fonction publique de proximité et Les prises de parole en cette circons- d’amélioration de l’image de notre tance particulière étaient empreintes administration ». Pour que le MINFO-de convivialité mais aussi de fran- PRA, la réfection des toilettes, la direction la plus propre dans le cadre PRA puisse relever les défis qui l’in-chise. nomination des personnels contrac- de l’hygiène des locaux, la nomina- terpellent, le chef de département a Par la voix de l’un des délégués du tuels à des postes de responsabilité, tion du meilleur employé du mois ou rappelé les vertus qui doivent habiter personnel, le ministre a été félicité etc. Mais beaucoup de choses restent de l’année, entre autres propositions. les personnels à tous les niveaux de pour les avancées enregistrées dans également à faire pour la promotion En réponse, le chef de département responsabilité :« humilité-dévouement-le cadre de l’amélioration du cadre et des personnels dévoués et encourager Joseph Le adhère entièrement :loyauté ». Ce tryptique consiste pour le des conditions de vie des personnels la saine émulation, la mise à la dispo-«…c’est pourquoi je vais interpeller lepersonnel, à placer l’usager au cœur du ministère de la Fonction publique sition du personnel du MINFOPRAsecrétaire général qui a amorcé dans ledes activités car ici, apprend-on, si et de la réforme administrative : la d’un car Coaster comme les autrescadre de la coordination des activités dul’usager et roi, les personnels revendi-sécurisation et la modernisation de départements ministériels. Ils ont parMINFOPRA, la réflexion sur la questionquent les titres de princes et de prin-l’accès à l’immeuble siège du MINFO- exemple suggéré le concours de laspécifique des primes trimestrielles, pourcesses.
CNPBM Interpellation en faveur de la paix C’est dans ce contexte que le personnel de l’Institution s’est retrouvé autour du vice-président Ouamrou Djika, à l’occasion de la célébration de la fête du travail.
Marc Mounga
peine deux ans d’existence, la Commission A nationale pour le Bilinguisme et le Multiculturalisme (CNPBM) marque déjà des points. Aujourd’hui, elle se trouve dans un contexte de fortes sollicitations socio-politiques, s’agissant de l’œuvre de construction nationale. Elle a été créée le 27 janvier 2017 au moment où le pays était déjà confronté à des remous sociaux sus-ceptibles de mettre en péril son identité et son unité nationale. C’est donc sous le signe d’une interpella-tion en faveur de la paix, de la fraternité, de la soli-darité nationale pour un vivre-ensemble effectif que la Commission Musonge a participé au défilé marquant la 133ème édition de la fête internatio-nale du travail. Après le défilé, l’ensemble du personnel de la CNPBM s’est retrouvé autour du vice-président Oumarou Djika, de certains membres parmi les-quels, le Pr Samuel Effoua Mbozo’o, le Pr abbé Jean-Marie Bodo, David Abouem A Tchoyi, Marc Asefi Mbafor et du secrétaire général, le Dr Chi Asafor Cornelius. Par la voix de Mme Amkangne épouse Hamkoe Rita Nadège, le personnel de la CNPBM a exprimé
leur gratitude à l’endroit de la hié-rarchie, quant à l’organisation de la fête du travail au sein de l’institu-tion I. La représen-tante du per-son-nel a fort bien rap-pelé le séminaire tenu à Mbalmayo du 02 au 04 avril 2019 sur rédaction a d m i n i s t r a t i v e , l’éthique et la déontologie, en attendant la pour-suite d’une seconde vague de la formation promise par le secrétaire général. Mme Amkangne a par ailleurs présenté à la hiérar-chie les préoccupations du personnel pour amélio-rer le cadre de vie et des meilleures conditions de travail au sein de la CNPBM. On peut citer entre autres : l’assurance maladie pour tous les person-nels et leurs familles, la poursuite du renforcement des capacités des personnels et l’accès à l’informa-
N°245 lundi 06 mai 2019 - L’ESSENTIEL DU CAMEROUN
tion pour tous dans le respect de la confidentialité et le respect du respect socio-professionnel. Avant l’ouverture du buffet, le vice-président de la Commission, au nom du pré-sident Peter Mafany Musonge empêché, a souhaité une bonne fête à tout le per-sonnel, non sans remercier et encoura-ger les uns et les autres à plus d’ardeur au travail.
5
INFOS DE LA SEMAINE POLITIQUE/ ÉCONOMIE/ MONDE/SOCIAL MINDCAF Sous le signe de l’éthique du service public A l’occasion de la fête du travail, le ministre Henri Eyebe Ayissi a invité ses collaborateurs à la protection de la fortune publique qui passe par la sécurisation des ressources publiques.
Abraham Ndjana
omme dans les autres administrations, la grande famille du ministère des Domaines, du C Cadastre et des Affaires foncières, s’est retrou-vée le 1er mai dernier autour du ministre Henri Eyebe Ayissi, pour une communion des énergies, afin de redorer le blason de cette administration. Au confluent des multiples attentes de la part des administrations, des opérateurs économiques et des usagers, le minis-tère des Domaines, du Cadastre et des Affaires fon-cières est appelé à se mettre à la hauteur des exigences d’efficacité, d’efficience en vue d’atteindre des objectifs escompté en termes de rendement. A l’occasion de la 133ème édition de la fête internationale du travail, c’est à ce challenge que le ministre Henri Eyebe Ayissi convie ses collaborateurs qui se doivent par ailleurs de protéger la fortune publique par la sécurisation des recettes publiques. C’était au terme d’une semaine riche en activités spor-tives, autour du thème choisi pour cette édition :« Protection du travailleur : Vecteur de justice sociale et de travail décent au Cameroun »titre de rappel, au sens. A de l’Organisation internationale du travail (OIT), le travail décent est« la possibilité pour les hommes et les femmes d’accéder à un travail productif des conditions de liberté, d’équité, de sécurité et de dignité. »
Comme l’a déclaré Djamen Modeste, délégué du per-sonnel qui a pris la parole à cette occa-sion,«ce thème exprime à souhait le souci et la volonté des autorités came-rounaises, de veiller à la protection du travailleur dans l’environnement où il exerce au quoti-dien sa tâche. La protection du tra-vailleur vue sous cet angle, apparaît comme un vecteur de justice sociale et de travail décent dans notre pays ». Ce der-nier a présenté un chapelet de doléances au chef du dépar-tement, au rang desquels, la mise sur pied effec-tive d’une véritable mutuelle au MINDCAF, la construction de nouveaux locaux pouvant abriter les archives dans les conservations foncières pour mieux sécuriser les livres fonciers, l’augmentation des diffé-rentes primes étendues à l’ensemble du personnel et la création des guichets dans les services du ministère. En réponse aux préoccupations de son personnel, le ministre Henri Eyebe Ayissi a déclaré :« Je vous ai
entendus, je vous ai compris ; je veillerai à l’amélioration des conditions de travail et même d’épanouissement multiforme des personnels de ce ministère dont la charge ». Cela en fonction de la conjoncture économique et des moyens de l’Etat. Le ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires a par ailleurs adressé ses félicitations aux membres du comité d’organisation de la fête du tra-vail, aux sportifs ayant participé à la marche sportive, au match de football et aux personnels qui ont battu le macadam avec brio, sous un temps pas très clément, au défilé organisé au boulevard du 20 mai.
CONCOURS D’ENTRÉE À L’IFORD De faux candidats démasqués Huit candidats ont été sortis des salles alors qu’ils passaient les épreuves du concours d’entrée à l’IFORD. Trahis par les pho-tos sur leurs pièces identités. Ils composaient pour d’autres personnes. Deux ont pris la fuite et les six autres ont été remis aux forces de l’ordre.
Christophe Mvondo
ls étaient 318 candidats sur la ligne de départ le 29 avril dernier, date du concours d’entrée à l’Institut de I Formation et de Recherche démographique (IFORD). Ce concours donne accès à la Fonction publique. Mais 08 parmi eux composaient pour des tierces personnes, mani-festement incapables de passer les épreuves. Alors qu’ils avaient bien entamé les épreuves, le pot-aux-roses a été découvert par des surveillants de salles qui ont remarqué que les photos figurant dans les dossiers n’étaient celles figurant sur les cartes d’identités présen-tées par ces candidats usurpateurs. Didier Nganawaran, directeur des études et formations à l’IFORD, en répon-dant aux questions de la presse qui s’est précipitée à l’IFORD au sein du campus de l’université de Yaoundé I, a confié que ce sont les photos qui ont trahi les faussaires :« les photos qui figurent sur le dossier d’examen ne sont pas les mêmes que celles sur les différentes cartes nationales d’identité. En vérifiant les visages au moment où ils étaient en train de pas-ser l’épreuve de culture générale, on s’est rendu compte qu’ils ne borateurs et les responsables de l’IFORD qui nous ont permis de correspondent pas. »Alerte est donnée. démasquer ces faux candidats. Ils sont venus concourir à la Informé, le ministre de la Fonction publique et de la place des autres. C’est une situation déplorable, d’autant plus Réforme administratives s’est déporté sur les lieux pour qu’il s’agit d’un concours international et sur 22 Etats mem-s’enquérir de la situation. Sur les huit usurpateurs décou-bres, 15 ont présenté des candidats et la formation est faites à verts, deux ont pris la fuite et les six autres maitrisés. Ils Yaoundé. » faisaient partie des 318 candidats inscrits à ce concours. Et le ministre de la Fonction publique et de la Réformes Le ministre Joseph Le a tenu à féliciter les responsables de administrative en a profité pour vanter le dispositif de lIFORDpour ce coup de filet :«… je vais féliciter mes colla-66 N°245 lundi 06 mai 2019 - L’ESSENTIEL DU CAMEROUN
détection de faux candidats dans les concours administra-tifs au Cameroun.« De nouvelles méthodes sont mises en place pour débusquer ces faux candidats. Ceux-ci encourent des peines tout comme les candidats pour lesquels ils sont venus composer. Toutes ces mesures prévues par la réglementation en vigueur vont être appliquées avec toute la rigueur nécessaire parce qu’il faudrait que ces pratiques cessent », a martelé le MINFOPRA. La Fonction publique de qualité voulue par le président de la République s’accommodera mal des personnels mal formés ou sans niveau requis. La présence de ces profils dans les administrations publiques coûte parfois très cher à l’Etat, plusieurs fois obligé de payer des consultants pour faire le travail que des cadres sortis des instituts de formation de haut niveau pouvaient faire pour les qualifi-cations qu’ils revendiquent. Visiblement, la fraude se modernise et s’adapte ; avec la sophistication des techniques de détection de faux diplômes, des candidats aux diplômes font composer de jeunes étudiants assoiffés d’argent en leur lieu en place et obtiennent ainsi des diplômes authentiques. Ils rééditent cet exploit au niveau des concours où la même technique est utilisée. A l’arrivée, on a des cadres sans diplôme, sans niveau, et qui n’ont jamais réussi au moindre concours. Des collaborateurs subalternes, sous la responsabilité de ces cadres bidon, se tapent souvent tout le boulot, résignés et tenus par le droit de réserve.
INFOS DE LA SEMAINE POLITIQUE/ ÉCONOMIE/ MONDE/SOCIAL TRANSPORT CLANDESTIN COUVERTURE La phase répressive dès le 08 juillet MÉDIATIQUE DES ÉLECTIONS C’est ce qui ressort d’une concertation qui a eu lieu au ministère des Transport le 29 avril der-nier, et cours de laquelle les syndicats se sont engagés à lever leur mot d’ordre de grève proje-L’UNESCO tée le 25 mai 2019. Abraham Ndjanad’exercice des activités des opé-organise un rateurs de trans-urbain et péri-furum sur le port routier u Cameroun, le transport clandes-A tin est un mal endémique qui prive urbain, en ce qui l’Etat des ressources financières importantes en termes de fiscalité. Face àsujet concerne les villes de la montée fulgurante de ce phénomène, les Yaoundé (20 présidents des syndicats nationaux des Marc Mounga sites) et de transports routiers ont exprimé leurs Douala (14 sites). attentes au gouvernement, assorties d’un Le ministre des préavis de grève piquée projetée le 25 mai Transports invi- e bureau régional multisecto-2019 devant les services du Premier minis-tait alors les riel de l’UNESCO de Yaoundé KrLibi , un forum de brainstorming tre. occupants illé- organise les 8 et 9 mai 2019 à A l’issue d’une concertation tenue le 29 gaux desdits sites avril, instruction du président de la communiqué du ministre des Transports à se conformer à la réglementation en sur la couverture des élections en République, relayé par le Premier minis- rappelant à tous les automobilistes de res-vigueur. A cet effet, il leur accordait un vue d’un processus électoral paci-tre, et qui a réuni le ministre des pecter la limitation des zones d’exercice de délai de trois mois, à compter du 08 avril fique en 2019. L’objectif de ses Transports, Jean Ernest Masséna Ngalle leurs activités telle que prévue par la pour régulariser leur situation administra- importantes assises qui intervien-Bibehe, le ministre du Travail et de la réglementation ; la prise en compte des tive ou alors cesser toute activité de trans- nent après la journée internationale Sécurité sociale, Grégoire Owona, ceci en attentes relatives à la mise sur pied d’une port illégale. A peine un mois dans la de la liberté de la presse est de présence des représentants du secrétaire équipe mixte effective, permanente et phase de sensibilisation, les syndicats sont mener une reflexion éditoriale d’Etat à la gendarmerie nationale et du fonctionnelle de lutte contre le transport montés au créneau pour projeter une rétrospective sur la dernière élec-délégué nationale à la sûreté nationale routier clandestin et la reprise du pouvoir grève piquée devant les services du tion prisidentielle et de jeter un (police), la voie du dialogue et de la de répression du ministère des Transports, Premier ministre, ignorant ainsi le chrono- regard prospectif sur les élections concertation a prévalu et le préavis de en liaison avec les forces de maintien de gramme arrêté. loacles à venir. grève a finalement été levé. l’ordre, en vue de trouver une satisfaction Dans une déclaration signée par tous les Il s’agira pour les médias de procé-On se rappelle que le 08 avril dernier, dans dans les meilleurs délais et reprise du acteurs et lue par Guy Olivier Ndie Fotie, der à la couverture et de la consoli-le cadre de la lutte contre la pratique du contrôle répressif le 08 juillet 2019. Les président du SYNTRACAM, d’impor- dation des processus électorales et transport clandestin, des sites avaient été modalités pratiques de lancement de la tantes résolutions ont été prises. Entre post électorales pacifiques, dans identifiés comme point d’embarquement phase répressive restent attendues. autres, on peut citer la publication d’un une contexte marqué par la propa-gation des discours haineux et d’in-citation à la violence. MINTRANSPORTS Le forum va réunir une trentaire de rédacteurs en chef et de chef de rubriques politique des médias et Les nouveaux responsables installés va porter sur trois principaux axes : les principes de base pour les médias et les élections ; le regard Les mutations de personnels au sein de cette administration procèdent d’une gestion pré-rétrospectif sur les élections et pers-visionnelle de la ressource et de la recherche permanente de l’efficience.pectives pour les futures échéances électorales et enfin, les medias, A.Nsent tenir, dans internet et propagation des discours les brefs délais, haineux et manipulatoires. Le Pr un état des Daniel Anicet Noah, le directeur de la faveur du décret présidentiel lieux des maux publication de «Le Jour», Haman du 22 avril 2019 portant nomi- qui minent le Ateurs de ces assises, aux côtés du Mana seront les principaux anima-nation d’un inspecteur général secteur des et le décret du Premier ministre relatif transports, cela Conseil national de la communica-à la nomination des conseillers tech- assorti des pro-tion (CNC) et de l’UNESCO. niques, inspecteurs et directeurs, le p o s i t i o n s Les échanges et discussions porte-ministre des Transports Jean Ernest concrètes. Laront entre autres sur les aspects tels Masséna Ngalle Bibehe a procédé à finalité estque les normes médiatiques pen-l’installation de ces responsables le 30 d’améliorer ladant les élections, la régulation de la avril à Yaoundé. mauvaise per-couverture médiatique de la A 55 ans, Moussa Djafarou remplace à ception que lespériode électorale, les formations l’inspection générale Ngoumbe usagers ont deinitiées en vue des processus électo-Zacharie désormais secrétaire général ministère des raux et le rôle des médias lors des prochains scrutins. du Conseil économique et social. Il Transports. voies navigables, Belinga Etoundi L’on va suivre certainement avec était jusque-là directeur des ressources Quant au décret du Premier ministre, e la division de Laurent, chef d beaucoup d’attention, le thème por-humaines au ministère des il met en exergue, selon le ministre l’Aviation civile, Misse Ntone, direc-tant sur la propagation des discours Enseignements secondaires. Le minis- Ngalle Bibehe, des responsables dont teur des Transports ferroviaires et haineux dans les médias au tre des Transports l’a présenté« commeTchinda Tazo Simplice, directeur de lales capacités intellectuelles, profes- Cameroun, l’état des lieux et pistes serviteur de l’Etat consciencieux, métho-Météorologie nationale. A tous, lesionnelles et morales ont fait leurs de solutions par le Conseil nationale dique de par sa formation, intègre de parpreuves dans divers domaines. On ministre attend de chacun dans son de la Communication et surtout le ses qualités morales, compétent et pétridomaine de compétence, de lapeut citer entre autre Mme Ongolo rôle des médias à côté des réseaux d’expérience ».On en veut pour preuve, rigueur, de la pertinence et de l’impar-Zogo Valérie, conseiller technique n°1, sociaux face aux dérives et à la pré-les états de services de ce professeur Dikanda Eric Bénoit, directeur des tialité dans le traitement des dossiers. vention des violences par le Pr de mathématiques à l’inspection des Affaires générales, Nlend Jean, direc-Daniel Anicet Noah. services du MINESEC. Il doit à pré- teur des Affaires maritimes et des
N°245 lundi 06 mai 2019 - L’ESSENTIEL DU CAMEROUN
7