New African, Le magazine de l'Afrique du 01-08-2019

-

Presse
76 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Date de parution 01 août 2019
Langue Français
Signaler un problème
Août - Septembre - Octobre 2019N°63
Nîger-Unîon arîcaîneLa ZLEC sur les onts baptîsmaux Sénégal-Côte d’IvoîreUne cordîale rîvalîté •RD CongoL’après-Kabîla MarocRéînventer le modèle économîque •FootballL’Algérîe champîonne d’Arîque
Grands entretîens Mabingue Ngom Yasmina Khadra
Tunisie UNEPAGEBSéjiECaïdTEsseObsiU(192R6-20N19)E
n Zone CFA : 2 700 F.CFAn n France : 4,00 €Zone euro : 4,50 €n n Suisse : 8 FSRoyaume-Uni : £3,50Canada : 7 $ CANUSA : 6 $ USn n n n n Algérie : 260 DATunisie : 4,500 DTMaroc : 35 DH
M 09134- 63 -F:4,00E- RD 3:HIKTLD=YUYUU^:?a@a@q@n@a";
FRANCE IC PUBLICATIONS 609 Bât. A 77, RUE BAYEN 75017 PARIS Tél.: + 33 1 44308100 Fax: + 33 1 44308111 Courriel: info@icpublications.com www.magazinedelafrique.com
GRANDE-BRETAGNE IC PUBLICATIONS 7 COLDBATH SQUARE LONDON EC1R 4LQ Tél.: + 44 20 7841 32 10 Fax: + 44 20 7713 78 98 E.mail: icpubs@icpublications.com www.newafricanmagazine.com DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Afif Ben Yedder ÉDITEUR Omar Ben Yedder RÉDACTEUR EN CHEF Hichem Ben Yaïche h.benyaiche@icpublications.com COORDONNATEUR DE LA RÉDACTION Junior Ouattara SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Laurent Soucaille RÉDACTION Christian d’Alayer, J.J. Arthur Malu-Malu, Mélissa Chemam, Djamila Colleu, Olivier Deau, Beaugas-Orain Djoyum, Tokpanan Doré, Bruno Fanucchi, Mathieu Galtier, Christine Holzbauer, Ridha Kefi, Yasmina Lahlou, Marc Lavergne, Regina Jere-Malanda, Samia Lokmane-Khelil, Moncef Mahroug, Babacar Justin Ndiaye, Frédéric Nonos, Inès Oueslati, Marie-France Réveillard, Rodrigue Arnaud Tagnan, Tiégo Tiemtoré, Antonin Tisseron, Geoffroy Touroumbaye, Guillaume Weill-Raynal, Dov Zerah DIRECTION ARTISTIQUE Daniel Benharrosh V.P. DÉVELOPPEMENT Saliba Manneh s.manneh@icpublications.com DIRECTEURS DE COMMUNICATION Cécile Louédec c.louedec@icpublications.com Youssef Najjar, Medrine Chitty, Baytir Samba BUREAU MAGHREB Nejib Ben Yedder n.benyedder@icpublications.com Mohamed Ali Aboudi m.aboudi@icpublications.com PRODUCTION Richard Briggs r.briggs@icpublications.com DIFFUSION Valentin Moreau ABONNEMENTS Lauren Devan l.devan@icpublications.com 1 an: 30€ (4 numéros) www.icpublications.com IMPRIMEUR Roularta Media Group Meensesteenweg 300 8800 Roeselare CRÉDITS PHOTOS AFP (sauf mention particulière) NUMÉRO DE COMMISSION PARITAIRE 0123 I 89310 Dépôt légal : août 2019 ISSN: 1960-730X © 2019 IC PUBLICATIONS Ltd
ÉDITORIAL 4 Le Sahel, zone de fractures KALÉIDOSCOPE 6font bouger l’Afrique Ils GRANDS ENTRETIENS 8 Mabingue Ngom “Nous devons agir ensemble face aux maux du Sahel” 14 Yasmina Khadra “Les Algériens sont à la croisée des chemins” AFRIQUE SUBSAHARIENNE NIGER 18réussie pour Issoufou Mahamadou Mission SÉNÉGAL - CÔTE D’IVOIRE 20cordiale rivalité Une GUINÉE 22doute se dissipe, le débat s’accentue Le CAMEROUN 24dialogue se fait attendre Le RD CONGO 26Tshisekedi parviendra-t-il à trancher Félix le nœud gordien ? BURKINA FASO 30 Code pénal, dis-moi qui es-tu ? BÉNIN 31nouvelle méthode, Une des hommes nouveaux GHANA 34 La folie des mines illégales ÉTHIOPIE 36 Comment apaiser les tensions ?
Août - Septembre - Octobre 2019 • N°63
EN COUVERTURE TUNISIE 40Une démocratie à l’épreuve
MAGHREB MAROC 44le modèle économique Réinventer ALGÉRIE 46 La faiblesse de l’opposition LIBYE 48 La bataille de Tripoli ou la division des puissants UNFPA 52ans après Le Caire, cap sur les ODD 25 FOOTBALL 60 L’Algérie sacrée championne d’Afrique 64choix de la FIFA secoue le foot africain Le CULTURE NOTES DE LECTURE 66ces idées qui nous gâchent la vie Toutes 67 Un vent de violence 68 Un diplomate mange et boit pour son pays 69 Des Passeurs de mémoire 69Mots de la beauté Les 70Passion des Chrétiens du Liban La MUSIQUE 70 Egoli Nouveau langage musical OPINION 72un prix plancher pour le cacao ? Vers
Édîto
Le Sahel, zone de ractures
Par Hichem Ben Yaïche Rédacteur en chef
n ne peut se permettre d’ignorer les crises de basse intensité en se contentant de les pourOagir autrement et rompre avec nos habitudes. gérer à court et moyen terme. Ce qui se passe au Sahel doit éveiller nos réflexes 2 Cette immense étendue de 5 millions de km , regroupant quelque 100 millions de personnes, est au cœur d’enjeux gigantesques : terrorisme, trafics en tous genres, pauvreté, violences intercommu nautaires…, le tout aggravé par le changement climatique qui pousse les populations à quitter leurs villages. Êtreembeddedaux côtés des directeurs régionaux des Nations unies – quelque 19 agences – pour une visite de terrain à Mopti, au centre du Mali, est la meilleure manière de constater in vivo la réalité et d’avoir des éléments pour comprendre,Si l’ONU pallie la faiblesse ce qui se passe dans cette région,dramatique des États, il lui faudra élaborer une autre meurtrie et déstabilisée par le djihadisme. Lequel utilise l’arme de la terreur pour semer les divisionsstratégie pour anticiper les crises et répondre à une entre les communautés, auprès d’une population qui, pourtant, bénéficiait d’un vivreensemble multiséculaire.situation qui ne cesse de Tout son équs’aggraver. ilibre s’en trouve mis en péril. Nous savons qu’aujourd’hui le Mali va mal, mais les sept pays voisins sont affectés, par un effet domino. Clairement, tout le schéma des Nations unies sur place est à revoir. S’il est vrai que l’ONU pallie la faiblesse dramatique des États, il lui faudra élaborer une autre stratégie pour anticiper les crises et répondre à une situation qui ne cesse de s’aggraver. Sauraton agir à temps avant que le feu ne brûle tout sur son passage ?n
4NEWAFRICANAoût - Septembre - Octobre 2019
Ils ont aît l’événementSommet de l’Union africaine
Pour le Niger, c’est un motif de fierté nationale que d’organiser le Sommet de l’Union africaine, le 4 juillet 2019, qui a été marqué par le lancement de la Zone de libre-échange continentale africaine. L’implication personnelle du président Issoufou Mahamadou dans la réussite de cette opération a été saluée par ses pairs.
Profitant de cet événement pan africain et de son exposition médiatique, le pays hôte a organisé, en marge du Sommet, plusieurs panels sur la place des femmes en Afrique (autonomisation des femmes, éducation, etc.) en présence de nombreuses Premières dames africaines.
Kaléîdoscope
Ils ont bouger l’Arîque
Notre continent, ce sont aussi des femmes et des hommes au service de l’Afrique et des Africains, qu’il s’agisse de personnalités ou de bénévoles. Petite sélection de ceux qui ont été honorés, ou qui se font remarquer, parce qu’ils font bouger les lignes.
Le Cameroun remporte le Trophée WWF 2019
Monique Ntumngia, fondatrice de Green Girls au Cameroun, qui forme les jeunes femmes des communautés rurales à l’utilisation des énergies renouve lables, a remporté cette année le WWF International President’s Youth Award. Ce prix rend hommage aux jeunes gens de moins de trente ans qui jouent un rôle important dans la préservation de l’environnement. Depuis sa création en 2015, Green Girls a formé près de 800 femmes issues de 23 communautés à travers le Cameroun à la production d’énergie solaire et de biogaz, à partir de déchets produits par les humains. Plus de 3 000 foyers sont à présent alimentés en biogaz et plus de 100 logements sont équipés d’installations solaires. D’autre part, les jeunes femmes apprennent à promouvoir le développement durable et à devenir financièrement indépendantes. En plus de sa contribution à la promotion du développement dans le pays, ce prix est une reconnaissance des efforts de Monique Ntumngia pour défendre l’inclusion des femmes et des filles dans le secteur des énergies renouvelables au Cameroun et en Afrique. «C’est une chance que Green Girls me permette de combiner deux de mes grandes passions : le développement durable et l’autonomisation des femmes. L’énergie renouvelable est un élément essentiel de toute solution si nous voulons répondre à la fois aux futurs besoins énergétiques de l’Afrique et aux défis environ nementaux à venir. Les jeunes d’aujourd’hui seront au premier plan pour relever ces défis et les femmes auront un rôle central à jouer», a déclaré la lauréate, en recevant son prix. «Grâce au travail inlassable de mon équipe et à l’enthousiasme sans bornes d’innombrables jeunes femmes, nous avons réussi à faire d’importants progrès et il est très encourageant d’être reconnus pour notre travail», s’estelle réjouie.
6NEWAFRICANAoût - Septembre - Octobre 2019
En soutien aux éléphants des forêts du Nigeria
Les éléphants de la côte ouest de l’Afrique sont beaucoup plus difficiles à voir que leurs cousins d’Afrique australe et de l’Est, du fait qu’ils vivent surtout en forêt. La forêt d’Omo au Nigeria, à une centaine de kilomètres de la capitale économique de Lagos, abrite une centaine d’éléphants qui vivent dans une végétation dense et qui sont extrêmement méfiants. Une équipe de jeunes femmes et hommes ont dédié leur vie à la protection des grands mammifères menacés par l’activité humaine dans le cadre de la Forest Elephant Initiative. «La déforestation conduit les éléphants à quitter leur habitat pour aller ailleurs», regrette Emmanuel Olabode, coordonnateur de cette opération. La zone est reconnue «réserve de biosphère» par l’Unesco mais les villageois sont autorisés à exercer une activité commerciale dans une partie de la forêt. Bien que cette acti vité humaine constitue une menace pour les animaux, elle est l’unique moyen de subsistance des résidents. Certains, fuyant le chômage en ville, sont venus s’installer là pour y cultiver le cacao et peuvent ainsi subvenir aux besoins de leur famille.
Des instruments de musique à partir de déchets
Un groupe de musiciens congolais, Fulu Miziki, utilise des déchets pour fabriquer des instruments de musique à Kinshasa, la capitale de la RD Congo. Régulièrement, Piscko Crane, le fondateur du groupe, fait le tour des décharges pour y récupérer des déchets et les transformer en objets qui produisent de la musique. «Par exemple, je trouve une bouteille qui fera un joli son et donc un bon instrument pour notre musique. Je vais dans les décharges pour trouver de quoi fabriquer des instruments de musique mais aussi pour attirer l’attention sur le problème de la gestion des déchets dans cette ville.» Il constate que «Kinshasa est devenue très sale». C’est pourquoi «je récupère des déchets pour créer des instruments de musique et nos costumes. Je recherche des manières de réutiliser ce qui a été jeté car les déchets sont nuisibles à notre santé», conclutil.
Naomi Campbell appelle à plus de diversité dans la mode
La Topmodèle britannique Naomi Campbell recevra, le 2 décembre, le titre d’«Icône de la mode», vient de déci der le British Fashion Council. Premier mannequin noir à avoir fait la couverture du magazine Vogue, elle estime qu’il devrait y avoir davantage de diversité raciale dans le milieu de la mode. «; c’est évident. Mais l’on peut faire mieux.On a progressé Il faut toujours viser plus haut, être plus ambitieux.» Naomi Campbell s’est toujours efforcée de promou voir la mode africaine et de créer des liens entre le continent et les pays occidentaux. «La situation s’améliore mais il reste du chemin à parcourir. Il est plus facile aujourd’hui pour les créateurs de présenter leurs collections et ils sont mieux reconnus. Ils ont aussi l’opportunité d’acquérir de nouvelles compétences et de travailler avec de grandes marques. Mais, quand des marques affirment qu’elles s o n t i n t e r n a t i o n a l e s alors qu’elles ne sont pas présentes en Afrique, je considère qu’elles ne sont pas internationales», jugetelle.
Le rap éthiopien défie la police israélienne
Dans les années 1980, un grand nombre d’Éthiopiens ont émigré en Israël. Aujourd’hui, les 150 000 personnes originaires de ce pays représentent 2 % de la population totale d’Israël. Depuis, l’intégration est difficile et beaucoup ont été confrontés au racisme et à la discrimination. Les Éthiopiens sont récemment descendus dans les rues, en Israël, pour protester contre le meurtre d’un adolescent israéloéthiopien par un policier qui n’était pas de service. C’est dans ce contexte que des artistes israéliens d’origine éthiopienne expriment leurs difficultés à travers la musique, en particulier dans le hiphop et le dancehall. Une chanson,Handcuffed, du rappeur Teddy Neguse, a rencontré un immense succès après que l’artiste a chanté en direct sur le site Web d’actualités Ynet. Dans son clip vidéo, Teddy Neguse fait du vélo, habillé en soldat, quand il rencontre deux policiers. Sans provocation de sa part, il est violemment frappé par les deux policiers. Le clip relate un incident qui a eu lieu en 2015, au cours duquel deux policiers ont été filmés en train de frapper un soldat israéloéthiopien en uniforme. L’incident avait entraîné des manifestations importantes. De nouvelles manifestations ont éclaté après la mort de Solomon Teka, abattu par la police alors qu’il n’était pas armé, dans un quartier de Haïfa. Au plus fort des émeutes, les manifestants ont insulté des policiers, lancé des bombes incendiaires, vandalisé des véhicules et mis le feu à une voiture au cœur de Tel Aviv. La police a fait état de 110 policiers blessés et 150 arrestations. Le policier en question, qui a affirmé que le jeune avait été touché accidentellement par une balle alors qu’il visait le sol, fait l’objet d’une enquête et a été placé en détention préventive.
Août - Septembre - Octobre 2019NEWAFRICAN7