L'Express du 27-09-2019

-

Presse
116 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Date de parution 27 septembre 2019
Langue Français
Signaler un problème
JACQUES CHIRAC(19322019) NOTRE NUMÉRO SPÉCIAL
o lexpress.fr • n 3561 semaine du 28 septembre au 08 octobre 2019
UN PRÉSIDENTPARMI LES FRANÇAIS
M 01722 3561 F:4,90E 3:HIKLRC=WUY^U\:?n@f@q@b@a"; BELGIQUE : 5 € • AFRIQUE CFA : 3 500 CFA • TOM : 880 XPF • ANDORRE, DOM, ESPAGNE, FINLANDE, GRÈCE, ITALIE, PORTUGAL : 4,90 € • LUXEMBOURG, PAYS-BAS : 5,10 € • AUTRICHE : 5,30 € • ALLEMAGNE : 5,7
0 € • CANADA : 7,60 CAD • USA : 7,99 USD • MAROC : 42 MAD • TUNISIE : 5,50 TND • SUISSE : 6,90 CHF
Photographie retouchée
BARBARA PALVIN & DYLAN SPROUSE
Cette semaine dans
Ledossierdel’express 28Un président parmi les Français Le pouvoir et l’oubli Le conquérant L’album d’une vie Le Corrézien Bernadette, sa femme, jusqu’au bout Avec Sarkozy, des amis de quarante ans Sept piliers de sa mémoire Nos années Chirac
Culture 88confidentiel Houellebecq 92 « Le théâtre se meurt, mais… » 96librairie de L’Express La 102guide des arts et spectacles Le Idées 104mal aimés droits de l’homme Si 106Jouzel : « Nous ne pouvons Jean pas continuer à vivre comme sous les Trente Glorieuses »
Styles 108montre La 109 Bien dans leurs baskets 110 L’auto 111 Les tables de François-Régis Gaudry 114Le style de… C. PLATIAU/REUTERSGéP.rMaAlTSdAiS/nLeEEMNAaGEkache
Michel Houllebecq fascine. Et plus il se muredans le silence médiatique, plus le mystère autour de lui s’épaissit page 88
Ce numéro, toutes éditions confondues, a été tiré à 272 980 exemplaires. o L’Express :cahier n 1 (édition générale : 116 pages).
en ligne
Les éditions numériques de L’Express sont disponibles sur votre tablette ou votre smartphone.
28 SEPTEMBRE 2019L’EXPRESS5
ÉDITORI AL Eric Chol Directeur de la rédaction
LES MOTS JUSTES DE CHIRAC ’étaitl’époqueoùlapolitiqueétaitunechosesérieuse, comme disait MarieFrance Garaud, qui fut longtemps sa mentor. Jeune loup aux dents particulièrement aiguisées, le Chirac vaaciclleinsttCse«màalratifaraunxçraéivseeil»llaeileenntdleelmaanidne,rsnoenacuaractère sympathique faisait des années 1960 croquait la vie à la vitesse de l’éclair et sa soif depouvoirsemblaitalorsinextinguible. SansêtreJupiter, ses politique. Réac un jour, tra oublier ses trahisons et sa versatilité idéologique. Seule la case de l’Elysée semblait s’éloigner de lui, nourrissant chez l’homme de SaintFéréole la mélancolie d’une ambition insatisfaite. Les années 1990 sont passées par là, et le génie politique de Chirac se tra duisitparcettesplendide« remontada »danslacampagneélectoralede1995, surfonddefracturesociale :onsesouvientdecetteimprobablecoursepour suitedanslesruesdeParis,ausoirdel’électiondu7 mai1995,entrelesmotos des journalistes et la CX Prestige du vainqueur, immatriculée 19FLX75(19commelaCorrèze).Chirac,leprésidentaccessible,lafenêtreouverteetle brassaluantlafoule.Oubliées,lesmanifestationsétudiantesde1986,endeuil lées par la mort de Malik Oussekine, ou le massacre de la grotte d’Ouvéa. UnnouveauJacquesChiracvenaitdémerger,plusprofond,assagi,maispourcombiendetemps?Car,unenouvellefois,illuifallutchangerdecap et enfermer ses rêves gaulliens dans une rigueur maastrichtienne. Un pas en avant, un pas en arrière, et une France au ralenti. Son deuxième mandat sonnera comme une occasion manquée. Usé, malade, Jacques Chirac se laisse distancer par son ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, en 2005. JacquesChirac,lenouveauLouisXVId’uneFrancebucolique,atrouvéplus fortquelui,etsafemmeBernadetteapplauditleculotduprétendantautrône.Pour celui qui acommencésacarrièrepolitiquequaranteansplustôt, lafin est proche. Les lampions corréziens à peine éteints à l’Elysée, on s’inter roge.Queresteratil decettepenséechiraquienne?Desmots,hautsetforts, aux accents bravaches et souvent généreux. Un verbe qui claque comme le drapeau français à travers le monde, de Johannesburg à Jérusalem. Mais surtout ces paroles historiques prononcées à l’occasion de la commémora tiondelaraeduVeldHiv,quandJacquesChiraclèveennlevoilesurunedespageslesplussombresdel’Histoiredenotrepays.« LaFrance,patriedes Lumières et des Droits de l’Homme, terre d’accueil et d’asile, la France, ce jourlà,accomplissaitl’irréparable »,déclaretille16 juillet1995.Cejourlà, Jacques Chirac est devenu un grand président. Car, à défaut d’avoir réussi à réformer le pays, cet humaniste si secret, qui fut à l’origine du musée du Quai Branly, fut celui qui a su regarder le passé en face.
6 L’EXPRESSSEPTEMBRE 2019 28
Lieu de vie unique à MaisonsLaffitte
Franco Suisse Bâtiment  RCS Nanterre B 380 216 473  Document à caractère publicitaire. Illustration non contractuelle  2/10/19.
GRAND LANCEMENT samedi 12 octobre :Les Jardins du Prieuré  11, rue du Mesnil  78600 MaisonsLaffitte
20 adresses résidentielles à découvrir en IledeFrance 01 78 05 45 38 francosuisse.fr
8 L’EXPRESS
H. BUREAU/SYGMA/CORBIS/GETTY IMAGES
28 SEPTEBMRE 2019
Presséer Le 1 juin 1974, dans la campagne corrézienne, sa terre d’élection. Jacques Chirac vient d’être nommé Premier ministre par le nouveau président, Valéry Giscard d’Estaing.
JACQUES CHIRAC Un président parmi les Français
28 SEPTEMBRE 2019L’EXPRESS9
CHIRAC, PAR-DELÀ LES NUAGES
Avec les Français, une drôle d’histoire qui longtemps ne l’a pas fait rire : ils l’ont surtout aimé quand il est devenu un ex. Par Eric Mandonnet l ne fut pas le dernier grand préses concitoyens pour une allocution. sident, il fut le dernier long préCe ne sont pas tout à fait ses adieux, I sident. Douze ans à l’Elysée,puisqu’il parlera encore à la veille de certes moins que son prédéces son départ, mais c’est tout comme. seur, François Mitterrand (deux sepAvec, pour une fois, de l’émotion dans tennats), mais n’est pas né celui qui la voix – le sentimentalisme n’était battra ces deux hommes – le quin pas le genre de la maison –, il salue quennat est passé par là. L’un comme« cette France que j’aime autant que l’autreont fait partiedenotrevie. Dansje vous aime ». la revueZadig, Mona Ozouf, rappeLe moins que l’on puisse dire, c’est lant la réponse apportée par le socia que la réciproque ne fut pas vraie. liste charentais à ses conseillers quiChirac et les Français, c’est une drôle lui suggéraient de planter des arbresd’histoire, qui longtemps ne l’a pas de la liberté sur le chemin le menantfait rire. Il suffisait de voir ses scores jusqu’au Panthéon, au premier jourau premier tour de la présidentielle, de son « règne » (« On ne plante paschaque fois qu’il s’est présenté (quatre d’arbres en mai »), relève : « Unefois, imagineton encore cela, par les phrase définitive et qui, à sa manière,temps qui courent ?) : 18 % en 1981, dit tout. Celui qui aime la terre et les 19,9 % en 1988, 20,8 % en 1995 – il arbres sait qu’on plante à “la Sainte sera élu cette fois au second tour –, Catherine, où tout prend racine”, mais19,8 % en 2002, à l’issue de son pre pas au printemps. On sent que, dermier mandat élyséen. Les Français ne rière Mitterrand, il y avait un paysagelui ont accordé les plus hautes respon français. Comme derrière Chirac. »sabilités que du bout des doigts… et Ce n’est pas un hasard si l’on consiles lui ont en partie retirées dès qu’ils dère souvent que Jacques Chirac estont pu : c’est l’invention du septen vraiment devenu chef de l’Etat le soirnat de deux ans, avec la dissolution de son intervention télévisée consa crée à la mort de Mitterrand, le 8 jan vier 1996. Dans le « paysage fran çais », il n’y avait de la place que pour Il présida quand un seul président. Onze ans plus tard, le 11 mars 2007, l’homme de la fracture sociale, dénoncée à défautles institutions d’être résorbée, l’homme du non à étaient plus fortes la guerre en Irak, l’homme des pas que les opinions serelles entre les cultures s’adresse à
10 L’EXPRESS 28 SEPTEMBRE 2019
ratée de 1997, une manœuvre électo rale entrée dans les livres, mais pas dans la colonne des performances. Comme Mitterrand, il eut la chancedeprésideràuneépoqueoùles institutions étaient encore plus fortes que les opinions, où l’Elysée était une citadelle imprenable, où le chef de l’Etat ne se lançait pas dans un grand débat national pour prendre le pouls de la population moins de deux ans après avoir été élu. Il trouva face à lui les juges – l’un d’eux osa le convoquer comme témoin, avant qu’il ne lui soit réponduquelafonctionprésidentielle interdisait à Chirac de se rendre dans son bureau – et les humoristes, au pre mier rang desquels les Guignols, qui l’affublèrent d’un surnom a priori peu flatteur pour un responsable public, « Super Menteur ». A chacun, il aurait pu répondre, selon l’une de ses for mules fétiches : « Ça m’en touche une sans faire bouger l’autre. » Et de fait, cela ne l’empêcha pas d’aller jusqu’au dernier jour de son mandat.
À TF1, IL RÉCLAME DU SUMO PLUTÔT QUE DU FOOT Il ne fut pas davantage le plus fran çais des présidents. 1515, pour lui, ce n’était pas Marignan, mais la date à laquelle le premier rhinocéros pré sent en Occident depuis des siècles était apparu à Lisbonne. Il lui arriva, lorsqu’il était à l’Elysée, de profiter de la présence dans son bureau du PDG de TF1 pour se plaindre… des horairesderetransmissiondesmatchs de sumo sur une filiale de la chaîne ; en revanche, il ne fallait pas trop lui demander ce qu’était un penalty, et s’il fut « le premier président français champion du monde de football », en 1998, c’est uniquement parce que l’Histoire est moqueuse. Depuis qu’il avait disparu de la scène publique, il n’était quasi plus une référence dans le discours poli tique. Une fois depuis sa victoire, EmmanuelMacronévoquesonaction, sa trace. Le 23 novembre 2017, il s’ex prime devant la fondation qui porte son nom, pour saluer « cette volonté qu’il a constamment eue à travers sa