Le Figaro du 28-05-2019

Presse
39 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

2,80€ mardi 28 mai 2019 LE FIGARO - N° 23 260 - www.lefigaro.fr - France métropolitaine uniquement Dernière édition lefigaro.fr « Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » Beaumarchais AUTOMOBILE LÉONARD DE VINCI LA FRANCE ET L’ITALIE MYTHES ET MYSTÈRES BÉNISSENT LE MARIAGE AUTOUR DE LA MORT DE FIAT ET RENAULT PAGES 24 ET 25 D’UN GÉNIE PAGE 32 Macron veut profiter de l’élan des européennes Au lendemain d’un scrutin qui lui a été favorable, le président de la République veut relancer son quinquennat. PAGES 2 À 12, 20, 21 ET L’ÉDITORIAL Au Parlement européen, Sous le feu des critiques, LREM-RN : une donne inédite qui Wauquiez refuse la nouvelle géographie complique les alliances de démissionner politique de la France Au lendemain d’une déroute historique des Républicains La liste de Jordan Bardella arrive en tête dans 69 Après un scrutin qui a considérablement modifié les rapports (LR) aux élections européennes, Laurent Wauquiez est départements et celle de Nathalie Loiseau dans 32. La liste de force à Strasbourg, les tractations commencent entre sur la sellette. Plusieurs ténors demandent sa démission. macroniste domine dans 33 des 42 villes de plus de 100 000 dirigeants européens. Ils se retrouvent ce mardi soir à Bruxelles Lui a proposé « des états généraux » du parti à la habitants, la liste lepéniste est en tête à Marseille. Nos cartes pour discuter des candidats aux postes clés de l’Union, rentrée, afin de « tout remettre à plat ».

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 28 mai 2019
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0000 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

2,80€ mardi 28 mai 2019 LE FIGARO - N° 23 260 - www.lefigaro.fr - France métropolitaine uniquement Dernière édition
lefigaro.fr
« Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » Beaumarchais
AUTOMOBILE LÉONARD DE VINCI
LA FRANCE ET L’ITALIE MYTHES ET MYSTÈRES
BÉNISSENT LE MARIAGE AUTOUR DE LA MORT
DE FIAT ET RENAULT PAGES 24 ET 25 D’UN GÉNIE PAGE 32
Macron veut
profiter
de l’élan des
européennes
Au lendemain d’un scrutin qui lui a été
favorable, le président de la République
veut relancer son quinquennat.
PAGES 2 À 12, 20, 21 ET L’ÉDITORIAL

Au Parlement européen, Sous le feu des critiques, LREM-RN :
une donne inédite qui Wauquiez refuse la nouvelle géographie
complique les alliances de démissionner politique de la France
Au lendemain d’une déroute historique des Républicains La liste de Jordan Bardella arrive en tête dans 69 Après un scrutin qui a considérablement modifié les rapports
(LR) aux élections européennes, Laurent Wauquiez est départements et celle de Nathalie Loiseau dans 32. La liste de force à Strasbourg, les tractations commencent entre
sur la sellette. Plusieurs ténors demandent sa démission. macroniste domine dans 33 des 42 villes de plus de 100 000 dirigeants européens. Ils se retrouvent ce mardi soir à Bruxelles
Lui a proposé « des états généraux » du parti à la habitants, la liste lepéniste est en tête à Marseille. Nos cartes pour discuter des candidats aux postes clés de l’Union,
rentrée, afin de « tout remettre à plat ». PAGES 4 ET 5 pour comprendre le scrutin. PAGES 8 ET 9 notamment le président de la Commission. PAGES 10 ET 11
AUTRICHE
ÉDITORIAL par Vincent Trémolet de Villers vtremolet@lefigaro.frKurz destitué au
Logicieldegestiond’entrepôtlendemain de son
succès européen
InnovationtechnologiquePAGE 12 Les jours d’après
pourunentrepôtperformant
e vaincu ressemble à s’y méprendre autrement son cours. Il serait téméraire de lan-TERRORISME •Éliminationdes err eursà un vainqueur. Emmanuel Macron a cer la cavalcade comme aux premiers jours,
Attaque de Lyon, •Contrôledu stockentempsréelperdu une première place symboli- malvenu de prolonger l’interminable faux plat
• Pr épar at io ndecommandesautomatiséeque, mais il a gagné beaucoup plus. du grand débat. Si l’analyse électorale nous la piste de
Un adversaire idéal, d’abord : le Ras- confirme qu’il existe désormais une force cen- •Baissedes coûtslogistiquesCl’« ingénieur » PAGE 15
semblement national. Inquiétant à trale structurée avec laquelle nul, sauf le RN, ne •Adaptableàl’ e-commer ce
souhait, mais, faute d’allié, le scrutin majoritai- peut rivaliser, elle nous rappelle que cette force FIGARO OUI re le rend, pour le moment, inoffensif. Un hori- reste en deçà des 25 %. Caractérisée par une so- FIGARO NON@ zon politique dégagé, ensuite, où l’on distingue ciologie (celle des catégories aisées), une
géode plus en plus difficilement les citadelles en graphie (l’Ouest et les métropoles), elle contras-Réponses à la question
ruine de la gauche et de la droite. Un cousin te avec les catégoriesde lundi : La droite écologiste, enfin, adversaire de premier tour, populaires qui elles aussiÊtes-vous satisfait
probable allié du second, qui permet au macro- sont « en train d’imposerdu résultat des élections du Louvre
nisme d’ajouter un supplément d’âme à la froi- une vaste recomposition po-européennes ?
deur réformiste, de compenser le gris des ta- rit quand litique » (Christophe
GuilOUI NON bleaux budgétaires par le vert des prés d’herbe luy). La crise des « giletscelle du 42 % 58 % fraîche. Édouard Philippe, qui, disait-on, ris- jaunes » en a été la
premièquait gros, peut se féliciter d’avoir ramené à lui re étape, et, si les ronds-Trocadéro TOTAL DE VOTANTS : 43 466
un grand nombre d’électeurs de François Fillon points se vident enfin, lapleure(plus d’un sur cinq). La droite du Louvre rit réalité politique qui s’y estVotez aujourd’hui
quand celle du Trocadéro pleure : l’année terri- cristallisée n’est pas près de disparaître. C’est sur lefigaro.fr
ble, ouverte par l’affaire Benalla et couverte du l’immense défi qui se présente à Emmanuel Ma-Élections européennes :
jaune fluorescent des gilets en colère, se termine cron : poursuivre l’application de son program-en France, les partis
aussi bien qu’elle avait mal commencé. Cha- me de réformes en faisant la preuve qu’il n’est traditionnels de la droite
peau, l’artiste ! pas destiné à son seul électorat. Il lui faudra
et de la gauche sont-ils
La victoire en perdant, donc, lui ouvre la barriè- autant d’énergie que de tact pour guérir le corps condamnés ?
re. Le quinquennat cependant doit reprendre social sans réveiller ses vieilles douleurs. ■
REENAUL T-FIAT-BNF
0160119292 mecalux.frAND : 3,00 € - BEL : 2,80 € - CH : 4,10 FS - CAN : 5,50 $C - D : 3,40 € - A : 3,50 € - ESP : 3,10 € - Canaries : 3,20 € - GB : 2,80 £ - GR : 3,30 € - DOM : 3,10 € - ITA : 3,20 €
LUX : 2,80 € - NL : 3,30 € - PORT.CONT : 3,20 € - MAR : 22 DH - TUN : 4,20 DT - ZONE CFA : 2.300 CFA ISSN 0182.5852
M 00108 - 528 - F: 2,80 E
3’:HIKKLA=]UW]U\:?k@f@c@i@k";
STEPHANE LEMOUTON / BESTIMAGE
Cmardi 28 mai 2019 LE FIGARO
É L E C T I N S«
2 L'ÉVÉNEMENT E U R P É E N N E S«
Macron s’appuie sur sa
demiEmmanuel Macron
s’apprête à voter
dimanche au Touquet.
Le président de la République victoire pour se relancer
a retrouvé dans les urnes
la légitimité que les « gilets
jaunes » lui contestaient dans Fort du score de LREM, le président veut enclencher l’acte II de son quinquennat.la rue depuis six mois.
POOL/REUTERS
au Parlement européen un groupe pivot demi qui restent si des axes forts sont
poFRANÇOIS-XAVIER BOURMAUD sans lequel il serait impossible d’obtenir sés. En tout cas, c’est là que se situe le ET MARCELO WESFREID
la majorité. Une sorte de « faiseur de dernier réservoir de voix car on ne pourra £@fxbourmaud £@mwesfreid
roi » en somme. « Aucune majorité pas siphonner davantage la droite et le
proeuropéenne n’est possible sans le nou- PS. » La convention citoyenne, avec
tiÀ SA GAUCHE, plus rien. À sa droite, veau groupe que Renaissance, l’ALDE et rage au sort des participants, doit avoir
plus rien. En face de lui, l’extrême droite. USR Plus formeront avec d’autres forma- lieu en juin. Le gouvernement envisage
À son côté, les écologistes. Enfin, pas tout tions politiques réformistes », ont affirmé aussi de pousser les feux sur la
rénovaà fait encore. Mais il y travaille. Lorsqu’il ces dernières dans un communiqué. tion énergétique des bâtiments et sur
contemple le paysage politique dévasté l’économie circulaire. Il devrait aussi
qu’il a façonné, Emmanuel Macron peut communiquer sur les chiffres consolidés
Il y a une masse se réjouir. Certes, la liste de la majorité des émissions de CO2 de la France, qui
présidentielle est arrivée en deuxième s’annoncent bons. Un deuxième conseil “de personnes qui peuvent
position derrière le Rassemblement na- de défense écologique est prévu en être retournées danstional de Marine Le Pen. Avec un écart de juillet.
les deux ans et demi moins d’un point, le pire est toutefois évi- Sur le papier, le positionnement de
té. Si bien qu’à l’issue des élections euro- Yannick Jadot, qui a refusé de faire une qui restent si des axes
péennes, le président de la République a liste avec les autres partis de gauche et seforts sont posés
retrouvé dans les urnes la légitimité que dit ouvert à « l’économie de marché » et à
UN CONSEILLER GOUVERNEMENTALles « gilets jaunes » lui contestaient dans ” la « libre entreprise », rend possible des
la rue depuis six mois. La scène politique passerelles. Si un accord d’appareil avec
intérieure étant dégagée pour enclencher Dans cette entreprise, Emmanuel Ma- EELV est toutefois improbable, un
tral’acte II de son quinquennat, Emmanuel cron a également lancé les manœuvres vail de sape est envisageable pour le chef
Macron s’est très vite replongé dans les d’approche des écologistes. Pascal Can- de l’État. D’autant que de nombreux
grandes manœuvres. D’abord en France. fin a déjà ouvert la porte. Le groupe sera transfuges verts l’ont rejoint ces
derLundi, le chef de l’État a réuni à l’Ély- au cœur d’« une majorité à trois avec le niers mois, de Daniel Cohn-Bendit à
sée les responsables de la majorité pour PPE sans Orban, et avec les socialistes », Pascal Durand en passant par Pascal
« faire le point sur les prochaines éta- ou à quatre « si les Verts veulent la rejoin- Canfin et François de Rugy.
pes », selon son entourage. Parmi les dre » a expliqué le numéro 2 de la liste Dans cette perspective, les
municipaconvives, figuraient notamment le pre- Renaissance. les de 2020 pourront se traduire par une
mier ministre Édouard Philippe, les « 2022 va peut-être se jouer sur l’éco- nouvelle étape de recomposition
politideux têtes de liste de la majorité prési- logie, glisse un conseiller gouvernemen- que. Une première salve de candidats,
dentielle, l’ancienne secrétaire d’État tal. Il y a une masse de personnes qui peu- « entre quinze et trente », sera investie
Nathalie Loiseau et l’écologiste Pascal vent être retournées dans les deux ans et par La République en marche, en juin. ■
Canfin, le chef de LREM Stanislas
Guérini, le président de l’Assemblée nationale
Richard Ferrand ainsi que le chef du
MoDem François Bayrou et sa vice-prési- CONTRE-POINT
dente Marielle de Sarnez. PAR GUILLAUME TABARD£@GTabard
Il s’agissait notamment de préparer la
reprise des réformes mises en suspens
pendant la crise des « gilets jaunes », à Une droite désormaiscommencer par celles de
l’assurancechômage et des retraites. « Le
gouvernement est solide » et ne changera pas de sans domicile fixe
cap, a rappelé Richard Ferrand avant la
réunion. Seule concession à la crise,
l’exécutif va désormais mettre « plus de E FUSIL macronien était Une dernière nébuleuse est ailleurs
proximité, plus d’humanité » dans sa une arme à deux coups. en attente, qui d’une recomposition
gouvernance, promet-il. En 2017, il a tué le Parti libérale autour du chef de l’État,
Deuxième objet de la réunion : le Par- L socialiste et blessé la droite. qui d’une hypothétique « fusion des
lement européen et la construction Ce 26 mai, il a atteint droites ». L’erreur de la plupart
d’une nouvelle majorité. Dès lundi soir, Les Républicains en plein cœur. des figures de LR a été d’espérer que
le président de la République a reçu le Il faut évidemment se méfier l’impopularité venant pour le chef
premier ministre espagnol Pedro San- d’extrapoler les européennes. de l’État, ces électeurs-là allaient
chez pour tenter de dessiner les contours L’humiliation de Michel Rocard revenir dans le giron naturel
d’un groupe « progressiste » au Parle- en 1994 n’a pas empêché le PS de la droite. C’est cet espoir qui est
ment européen. Avant le scrutin, il de gagner les législatives suivantes ; aujourd’hui déçu. Le fleuve
s’était entretenu avec le premier minis- la claque subie par Nicolas Sarkozy de la droite est sorti de son lit ;
tre portugais Antonio Costa et le prési- en 1999 ne l’a pas disqualifié pour il n’y reviendra pas comme par
dent du Conseil Donald Tusk. Mardi, il devenir président de la République enchantement. Et il n’est pas sûr
doit poursuivre ses tractations lors de en 2007 ; les 16,28 % des Verts en que la stratégie du recours
déjeuners à Bruxelles avec plusieurs 2009 - trois points de plus que Jadot (Xavier Bertrand) ou du retour
chefs d’État et de gouvernement, no- dimanche - ont été dilapidés trois (François Baroin) suffise à effacer
tamment ceux du groupe de Visegrad : ans plus tard par Eva Joly. le traumatisme du 26 mai.
Slovaquie, République tchèque, Pologne Mais ce qui est en cause ici n’est pas Cette situation est une aubaine
et Hongrie. la spécifité des européennes mais pour Emmanuel Macron qui ne va
Objectif d’Emmanuel Macron : créer la spécificité du macronisme. pas tant chercher à organiser son
En clair : la droite est-elle victime flanc droit - « le macronisme n’est
d’un accident dont elle pourra pas une addition de chapelles », dit un
se relever à plus ou moins long de ses ministres -, qu’à convaincre
terme ? Ou Emmanuel Macron ces électeurs de droite qu’ils sont
est-il parvenu à installer un courant chez eux avec lui. Et dans cette Pourquoi les sondages n’ont vu venir
politique pérenne qui intègre de stratégie, Édouard Philippe est une
manière stable, sinon définitive, une pièce maîtresse pour lui. Pour LR, ni la montée des Verts ni la chute de LR frange suffisante de cet électorat ? une course contre la montre est
En dessous de 10 %, engagée pour convaincre
fait remarquer lundi Brice Teinturier, di- dages plaçaient ainsi EELV entre 9 et Les Républicains perdent leur statut ses derniers électeurs qu’ils ne sont
ALEXIS FEERTCHAK £@Feertchak recteur général délégué d’Ipsos, sur 9,5 %. Une augmentation qui permettait de formation d’alternance capable pas condamnés, s’ils veulent
France Inter. Ce dernier chiffre est néan- certes d’observer le croisement des d’être le pivot d’une majorité. compter à l’avenir, à rejoindre soit
SURPRISE électorale ou erreur sonda- moins supérieur à la moyenne des son- courbes avec La France insoumise, en Le risque pour eux est d’être réduit LREM, soit le RN. ■
gière ? Les résultats tombés dimanche dages, montrant, globalement, que la baisse, mais pas avec LR, dont la liste au rang de force supplétive. La peur
soir et les chiffres publiés par les instituts dynamique a été sous-estimée. « Il sem- conservait 3 à 4 points d’avance. étant mauvaise conseillère, élus
de sondage divergent. Lors de ces élec- ble que la dramatisation du scrutin, par Brice Teinturier a fait son « mea menacés et dirigeants inquiets Le fleuve tions européennes, la participation a été LREM ait fonctionné. Elle a dû s’accélérer culpa » pour le score de la droite et a re- partent déjà à la recherche de boucs
plus élevée que prévu pour atteindre les dans les derniers jours », suppose le son- connu un « pas très bon cru » pour celui émissaires. Avec un coupable tout de la droite
50,12 %, un record depuis 1994. Quant deur contacté par Le Figaro. des écologistes. « On a bien mesuré qu’il y désigné : Laurent Wauquiez ; et une
est sorti au tiercé gagnant, aucun institut de son- avait beaucoup de fluidité entre les hési- ligne par avance condamnée,
« Mea culpa »dage n’avait placé les écologistes (EELV) tants de LREM. 37 % d’entre eux nous di- résumée par les étiquettes de son lit ; il n’y en troisième position devant Les Répu- Parallèlement, « la colère sociale incarnée saient qu’ils pourraient voter en second « identitaire » ou « conservatrice ».
blicains, avec finalement un écart de par les “gilets jaunes” a conduit l’électorat choix pour EELV ou Place publique », pré- Le drame existentiel de la droite reviendra pas
cinq points entre les deux. « Quand il y a populaire aux urnes », note Mathieu Gal- cise le sondeur qui évoque un « double dépasse cependant le choix
comme par de tels décalages, on peut considérer soit lard, de l’Ipsos, qui remarque que le taux transfert » pour expliquer le faible score des personnes et le simple
que les résultats se sont joués au dernier de participation des ouvriers a augmenté de LR. Par la droite, LREM a siphonné LR, déplacement du curseur idéologique. enchantement
moment, soit que les sondages se sont de 10 % par rapport aux européennes de déjà siphonné en partie par le RN. Mais ce Elle doit affronter un dépècement »
trompés en amont. Il n’est pas exclu qu’il y 2014, ce qui a pu bénéficier au RN. n’est pas tout : par la gauche, les écolo- continu depuis dix ans. Ce score
ait une part de vérité dans les deux », Mais l’interrogation principale gistes ont siphonné LREM. Des vases résiduel montre que les électeurs
confie un sondeur, anonymement, au concerne l’effondrement de LR et la per- communicants qui expliqueraient ainsi le de droite sont aujourd’hui sans
Figaro. cée d’EELV. Là encore, des dynamiques maintien des listes LREM et RN à des ni- domicile fixe. Son courant
Pour la participation, les sondages étaient perceptibles, mais pas dans de veaux prévus, l’effondrement de la droi- sécuritaire et souverainiste est parti
montraient depuis un mois sa progres- telles proportions. Dans son agrégateur te et la poussée écologiste. Au fond, les depuis longtemps au Front national.
sion constante, celle-là passant de 40 % de sondages, Le Figaro notait depuis dé- sondeurs ont réussi à identifier des dyna- Son courant libéral et européen
environ fin avril à plus de 45 %. « Dans but mai la légère perte de vitesse de la lis- miques liées au duopole entre LREM et a donné sa chance à Emmanuel
notre dernière enquête, nous indiquions te de François-Xavier Bellamy de 14 à RN, sans mesurer que, dans ce cadre, le Macron aux législatives de 2017, pour
une participation de 49 %. Franchement, 13 %, de même que la poussée de la liste réflexe du « vote utile » avait été beau- lui permettre de réformer le pays.
la dynamique, nous l’avions annoncée », a écologiste. Vendredi dernier, deux son- coup plus fort à droite qu’à gauche. ■ Certains sont restés fidèles à LR.
A 1