Marianne du 14-02-2022
88 pages
Français

Marianne du 14-02-2022 , magazine presse

-

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
88 pages
Français
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Informations

Publié par
Date de parution 14 février 2022
Langue Français
Poids de l'ouvrage 28 Mo

Exrait

La pierre écrase votre pouvoir d’achat 50 villes passées au crible
o N 1300 Du 10 au 16 février 2022
www.marianne.net
En finir avecleCovid
NOUS SOMMES CES VIEILLARDS GRABATAIRES ls urent proesseurs, pharmacîennes, cheschagrin/ Traverser le présent/ En s’excusant déjà/ De n’être pas d’entreprîse ou boulangers. Quelques-uns,plus loin… » encore, ont été résîstants, très jeunes, d’autres Le rîsque est désormaîs que, passé ce moment de culpabîlîté un peu comIme sî le temps et la atîgue des corps avaîent efacé ont pu parcourîr le monde. ïls ont été doux et collectîve, nous reermîons très vîte les yeux sur ce sujet désa-généreux, ou Ielleux et arrogants. Pourtant, c’est gréable. Le propre de nos socîétés contemporaînes est d’înventer des dîvertîssements sophîstîqués pour nous maîntenîr dans le les îndîvîdus, arasé les dîférences. Tout ce qu’îls urent, tout ce dénî înantîle de notre Inîtude.« Qui apprendrait aux hommes à qu’îls Irent, les actes d’hérosme ou sîmplement la vîe – aîmer,mourir leur apprendrait à vivre »,écrît Montaîgne dans lesEssais. élever des enants, espérer, rêver, être soî-même enant… –, tout Le moîns que l’on puîsse dîre est que les socîétés occîdentales ont a dîsparu dans l’anonymat de couloîrs blancs et de chambres prîs le chemîn înverse. Elles en sont désormaîs à învîter chacun à sans âme. Dans les mots gentîment maladroîts pour le « petît tîrer sa révérence quand îl se sent înutîle, pour évîter à la collectîvîté papy » ou la « petîte mamîe » à quî l’on doît aîre la toîlette en un le poîds de son exîstence. temps compté. Et nous détournons le regard, gênés, trîmbalant chacun le poîdsIl ne s’agit pas, bien entendu, de de notre hîstoîre amîlîale, de cet amourLE PROBLÈMEnous flageller pour des évolutions ou de ce manque quî rendent sî dîicîlequi sont irréversibles.Quî îmagîne DE LA DÉPENDANCE EST le renversement du lîen de dépendance. que chaque amîlle pourraît se charger POLITIQUE MAIS RELÈVE Pourquoîles Fossoyeurs,de ses personnes âgées à domîcîle ? Lale lîvre du journalîste Vîctor Castanet quî dénonce taîlle des logements ne le permet pas. AUSSI DES MENTALITÉS. les pratîques du plus grand groupe de Surtout, l’îndîvîdualîsme, plus mar-maîsons de retraîte prîvé, a-t-îl un tel qué en France qu’aîlleurs, ne rendraît retentîssement ? Le constat qu’îl dresse,NOUS AVONS FAITpas – sau exceptîons – la cohabîtatîon les accusatîons qu’îl porte sont connus. possîble. C’est d’aîlleurs ce même îndî-DE LA VIEILLESSEDes rapports, des artîcles, des docu- vîdualîsme quî nous pousse à demander UNE INDIGNITÉ. mentaîres ont déjà décrît ces horreurs. de pouvoîr choîsîr la In. Et la génératîon Pourtant, rîen. Depuîs vîngt ans, depuîs du baby-boom, celle quî a porté à son le précédent traumatîsme collectî, la canîcule de 2003 et ses acmé cet îndîvîdualîsme, celle quî, la premîère, s’est vécue comme 19 500 morts, rîen. Les commentateurs avaîent évoqué l’explo- încarnant la In de l’hîstoîre, ne voudra certaînement pas vîvre la sîon des amîlles, les modes de vîe modernes… Puîs, le sîlence et même vîeîllesse que les génératîons précédentes. Or, justement, l’oublî. Le dénî, plutôt. Non, nous ne vîeîllîrons pas. Non, nous ne c’est elle quî n’a pas voulu voîr. C’est elle quî a înventé la vîeîllesse devîendrons pas ces êtres ragîles au regard quî paroîs s’enuît, quî ne se vît pas comme telle. au sourîre quî semble toujours au bord d’une larme. Le problème relève des polîtîques publîques, bîen sûr. ïl s’agît d’organîser le Inancement, de penser les aménagements, de don-Le coronavirus nous a réveillés. L’horreur de voir enfermerner les moyens, jusqu’au bout, de l’autonomîe, tout en préparant nos parents, nos grands-parents, l’absurdité de ces règlesl’éventuelle dépendance. Maîs le problème relève également des qui, pour « protéger » les personnes âgées,les emprîson- mentalîtés. Nos socîétés contemporaînes sont sans doute les naîent et les laîssaîent mourîr abandonnées, le sentîment, tout seules dans l’hîstoîre de l’humanîté à avoîr renversé les rapports à coup, de notre propre ragîlîté ont ébranlé notre tranquîllîté. entre génératîons. À avoîr aît de la vîeîllesse une îndîgnîté plutôt Ce n’est pas seulement parce que ce vîrus touche en prîorîté qu’un chemînement vers la sagesse. Le culte du progrès nous a les plus âgés. Dans cette épîdémîe, ce n’est pas la peur pour les laîssé croîre que les vîeux n’ont rîen à nous apprendre. Cours, jeune autres, les plus ragîles, les plus malades, quî a détermîné les homme, le vîeux monde est derrîère toî… Et, désormaîs que ce choîx de chacun, maîs la peur pour soî-même. Depuîs deux ans, vîeux monde est assocîé à la mîsogynîe, aux dîscrîmînatîons et à nous nous souvenons enIn que nous sommes mortels. Le lîvre la destructîon de la planète, qu’îl crève ! ïl ne nous vîendraît pas de Vîctor Castanet arrîve après ce grand moment d’efroî, ce à l’esprît, en Occîdent, de déclarer un îndîvîdu « trésor natîonal « retour du tragîque », pour reprendre l’expressîon de ceux vîvant », comme au Japon. Une telle dîstînctîon sîgnîIe qu’on quî veulent se donner des aîrs de sage. Ce lîvre vîent percuter respecte et honore les vîeux pour la masse de savoîr qu’îls ont notre angoîsse de mort. Puîs nous revîennent les mots de amoncelée. Nous croyons, nous, qu’une technîque moderne Jacques Brel« mourir, cela n’est rien, mourir, la belle afaire,maisque troîs quarts de sîècle à se conronter à la vîe et àvaut mîeux vieillir… ».accumuler de l’expérîence. C’est bîen de cela qu’îl nous audraîtNul poète n’a chanté mîeux que luî ce basculement progressî, cette açon, înexorablement, de se « racrapoter ». guérîr pour nous évîter la honte de nous débarrasser de ce quî « Vous le verrez peut-être/ Vous la verrez parois/ En pluie et ennous semble înutîle. n
10 au 16 février 2022/ Marianne /3
LA LUNE+ 10 % ontînuer de commenter au jour e jour c’est-à-dîre ce qu’î est convenu de açon générae d’appeer e es întentîons de vote en aveur de a « régaîen » : însécurîté, îmmîgratîon, communauté natîonae. gauche pour a présîdentîee d’avrî et, Icî, c’est e sîence quî est de mîse : pas questîon d’en parer vmeanîCedoeuuenca,rîpmvîeamaedsé-menethtcaahnr à pus orte raîson, es entrechats des ou d’en aîsser parer. Pour ’économîe, c’étaît open bar. Pour candîdats – comme ceux de a dernîère e régaîen, c’est macache bono. Comme dîsaît e présîdent obabe Taubîra – reèveraît désor- du trîbuna au procès de Zoa : a questîon ne sera pas posée. rapeutîque. Je ne m’étonne donc pus de a aîbesse des? Parce que le peuple, quiEt pourquoi cela, s’il vous plaît candîdats, maîs je contînue de m’étonner un peu qu’îs neest parfaitement dans son rôlesur a questîon du pouvoîr s’en étonnent pas davantage eux-mêmes. Autrement dît, d’achat et du nîveau de vîe, est maheureusement d’une încom-qu’îs ne s’înterrogent jamaîs, pour rîen au monde, sur es pétence totae en matîère de sécurîté, même de a sîenne. Pîs causes de eur propre aîbesse. que cea : e danger est grand de e voîr aîre mauvaîs usage des Pîs que cea. Is ne manquent jamaîs d’aggraver eur propre înormatîons et des poînts de vue que ’on seraît amené à uî cas en souîgnant comme à paîsîr combîen a sîtuatîon eur est ournîr. Dîsons e mot : î a une tendance naturee au racîsme. avorabe, parce que, sondage après sondage, î apparaït que C’est avant tout, dans a îgne d’un marxîsme un peu rustîque, a préoccupatîon prîncîpae des Françaîs, avant ’însécurîté et un anîma économîque, maîs non une espèce înteectuee. ’îmmîgratîon, c’est e pouvoîr d’achat, et tout ce quî va avec. Un être capabe de se aîsser înluencer, Dîeu saît pourquoî, par es îdées es pus mauvaîses, émanant notamment de Or le pouvoir d’achat, c’est traditionnellement le point fort’extrême droîte. Pour évîter qu’î étabîsse une corréatîon de la gaucheentre déînquance et îmmîgratîon, e mîeux estînopportune , du moîns quand ee est dans ’opposîtîon. C’est pourquoî sa péîade de candî- de ne parer que e moîns possîbe de dats rîvaîsent de proposîtîons hardîes ces sujets scabreux. I seraît pourtant IL FAUT QUE LA GAUCHE concernant non seuement es saaîres, aîsé de aîre comprendre que, sî une à commencer par e smîc, maîs aussî tee corréatîon apparaîssaît, ee ne METTE À PROFITes aocatîons aux jeunes, aux vîeux, seraît pas due à a nature întrînsèque aux travaîeurs, aux chômeurs, aux des întéressés, maîs à ’extrême pré-handîcapés, et même aux bîen-por-LES ANNÉES DE JEÛNEcarîté produîte par e déracînement. tants. Et, bîen entendu, pus înimes Maîs non. Trop rîsqué. POLITIQUE QUI RISQUENT sont eurs chances de es appîquer DE LUI ÊTRE INFLIGÉES en parvenant au pouvoîr, pus grandeLe résultat est que le traitement est eur hardîesse. C’est Noë en peînpolitique des sujets régaliens est PAR LE CORPSabandonné– par excès de précau-carême, c’est a ête à Neuneu de ’as-sîstance socîae généraîsée. Et, pour- tîon et par une vîsîon ranchement tant, a courbe de eurs espérances deÉLECTORALcondescendante, pour ne pas dîre vote reste désespérément pate. dîscrîmînante, de ce que Proudhon POUR RECOUVRER SA appeaît a« capacité politique des LIBERTÉ DE PENSER. Pour une raison bien simple : c’estclasses ouvrières » –à ’extrême que, dans cette voie, le gouvernedroîte. I en va de ce comportement ment les a précédés.I s’est produît en efet, depuîs e début à ’égard des casses popuaîres comme déjà hîer du « grand de a crîse du Covîd, une sorte de révoutîon mentae, quand rempacement », ourdî par une note céèbre de Terra Nova, edît gouvernement, sous ’împusîon de Bruno Le Maîre, a de ces casses popuaîres par es bobos et es mînorîtés décîdé que a crîse seraît payée sur onds d’État. Ce n’étaît émergentes comme cîbe éectorae de a gauche. pas exactement dans a ogîque des rôes, et ce keynésîanîsme I ne aut pas aîsser s’opérer un te dîvorce. Sî a gauche de crîse a aîssé a gauche déconcertée, es quatre ers en ne devaît pus être demaîn ’aîance du progrès scîentîique ’aîr. On seraît tenté de dîre : e peupe demande a une ; à sa et de a justîce socîae, autrement dît de a pensée progres-grande surprîse, e pouvoîr a uî accorde, et ’opposîtîon en sîste et des casses popuaîres, ee ne vaudraît pas un quart est réduîte à demander a une + 10 %. Cea ne aît pas a rue d’heure de peîne. I aut qu’ee mette à proit es années de Mîche, et voîà, quoî qu’ee en dîse, ’opposîtîon prîvée de jeûne poîtîque quî rîsquent de uî être înlîgées par e corps son arme prîncîpae. Sous a dîrectîon de a droîte, a France éectora pour se ressaîsîr, recouvrer sa ierté, sa îberté de est devenue e dernîer pays socîaîste au monde, et a gauche pensée, sa raîson d’être et son pacte ondamenta avec es n’en a rîen su. Reste ’autre grand thème de a campagne, casses popuaîres. n
4/ Marianne /10 au 16 février 2022
INVESTISSEZ DANS LA PIERRE
PAULE ET JACQUES
Bientôt 20 millions de seniors. Pour un investissement durable, choisissez les résidences seniors Senioriales.
05 62 47 94 95 www.senioriales.com
hotos GettyImages © p
8
o N 1300DU 10 AU 16 FÉVRIER 2022
24
3
4
NOTREOPINIONPar Natacha Polony Nous sommes ces vieillards grabataires
L’ÉDITOde Jacques Julliard La lune + 10 %
Événement 8Et maintenant, sortir de la psychose COVID. Par Margot Brunet et Natacha Polony e 11vague. La der des der ? 5 Par Margot Brunet 12 Quand tombera-t-on (enfin) le masque ? Par Margot Brunet 13 Au Royaume-Uni, les mesures anti-Covid, ça se discute !Par Tristan de Bourbon, à Londres 14?ou précautionnisme  Précautions Par Sébastien Grob 16 Chez les reclus, le trouillomètre à zéro…  Chez les antivax, la défiance au plus haut Par MarieEstelle Pech et Violaine des Courières 18désamour du risque Le Propos recueillis par la rédaction de “Marianne”
20
CEQUEMARIANNEENPENSEUkraine : l’Europe dans le piège de l’OtanPar Jack Dion
Actu 22DESSINÉE TRIBUNE !Il n’y a pas de zones interdites 24 PUBLIC-PRIVÉScandale des autoroutes. La preuve d’un État sous emprisePar Emmanuel Lévy 28 DÉSERTS MÉDICAUX Des médecins “made by Croatie” ? La querelle d’OrléansPar Anthony Cortes 30 PRÉSIDENTIELLEQuel ticket d’entrée pour le second tour ?Par le service politique de “Marianne” 32PRÉSIDENTIELLELa Grand-Combe, la commune  la plus… pauvre de FrancePar Anthony Cortes 34 MOYEN-ORIENTKurdes d’Irak : “Qu’est-ce qui  me retient ici ?”Par Édith Bouvier, envoyée spéciale 38POLOGNELes singulières sympathies de SolidarnoscPar Anne Dastakian
40
MIEUX VAUT EN RIRE !
Le dossier 44 Spécial immobilier. La pierre écrase votre pouvoir d’achatPar Mathias Thépot
Agora 54ENQUÊTEMesurerons-nous un jour tous 2 mètres ?Par Margot Brunet 58CHRONIQUEÔ vieillesse ennemie ! Par Simon Olivennes
6/ Marianne /10 au 16 février 2022
60
6061
64
MISE AU POINTPar Rachel KhanLa culture en rase campagne… et pourtant À LA VOLÉE !Par Jack DionFaut qu’ça crache ! ÇA VA MIEUX EN LE DISANTPar Guy KonopnickiLe pic de l’insanité HISTOIREEdmond Bloch, un juif devenu antisémitePar Pierre Feydel
Découvrir 68hpnaerBzi.éLnitretienavecStéCnEAMÉNIndotaille patronPropos recueillis par Olivier de Bruyn 72enavecThéodoraÉTARUTEREtneritITL.avomiDVoyage au pays de la peur Propos recueillis par Alain Léauthier 76 QUELLE ÉPOQUE ! Art de vivre Canapé mon amourPar Julie de Los Rios 79?MONDE MEILLEUR  UN L’humain, dégage !Par Nicolas Carreau 82FRANCE DE PÉRICO LA La fourme de Charlotte SalatPar Périco Légasse
68 86HCECAERTANBLà Abel QuentinLa gauche Cyrano
En couverture : Wabeno / Getty  Batuhan Toker / Getty. Sommaire : Zuma / Abaca  Batard Patrick / Abaca  Ernesto Ruscio / Getty Images
AVEC : NATACHA POLONY, KEVIN BOUCAUDVICTOIRE, FRANCK DEDIEU, JACQUES JULLIARD, ALAIN LÉAUTHIER, JOSEPH MACÉSCARON ET JEANMICHEL QUATREPOINT.
Enoctobre 2022, embarquez avecMarianne, pour unesuperbe croisièresur le Rhin. Vous aurez la chance de découvrir les paysages pittoresques de la vallée du Rhin romantique et apprécierez de pouvoiréchangeretdébattreavec les intervenants deMarianneautour des relations franco allemandes, de lélection présidentielle en France et de la place de notre pays au sein de lUnion européenne.
Demandez la brochure au01 75 77 87 48, par mail àcontact@voyagesexception.fr, surwww.voyagesexception.fr/marianneou dans votre agence de voyage habituelle.
Renvoyez ce coupon à Voyages d’exception  77 rue de Charonne  75011 Paris Nom : ...................................................................... Prénom :.................................................................................. Adresse :.................................................................................................................................................................... Code postal : Ville :........................................................................................................................ Tél. : Email :...................................................................................................
Conformément à la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, nous vous informons que les renseignements cidessus sont indispensables au traitement de votre commande et que vous disposez dun droit daccès, de modification et de rectification des données vous concernant.Se référer à la brochure pour le détail des prestations et les conditions générales de vente. Licence n° IM075150063. Les conférenciers seront présents sauf cas de force majeure. Crédits photos : © Shutterstock, © Voyages dexception, © Hannah Assouline.
Du3au9 octobre 2022 à bord duMS Gérard Schmitter
STRASBOURG  FRANCFORT COCHEM  COBLENCE RÜDESHEIM  MANNHEIM
par personne pour toute réservation avant le 28 février 2022
Marianne2210RHINMAR
Château de Cochem  Allemagne
Jacques Julliard
Natacha Polony
Scannez pour recevoir la brochure !
Covid
ET MAINTENANT,SORTIR DE LAPSYCHOSE
Alors que le risque d’une reprise épidémique semble éloigné, certains se plaisent à entretenir un climat de peur. Il est temps de questionner les restrictions encore en vigueur, notamment celles qui concernent les plus jeunes, et que l’État restaurenos libertés malmenées. Pour enfin réconcilierles Français… PAR MARGOT BRUNETET NATACHA POLONY
ET MAINTENANT,TIR DE LAPSYCOHES
Une délîvrance. Nous en sommes sîgnUdu renouveau et de l’électîone venus à consîdérer que la In des jauges et du port du masque en extérîeur constîtue une délî-vrance… Olîvîer Véran et Jean Castex en Pères Noël tardîs, la hotte chargée de bonnes nouvelles pour préparer un prîntemps sous le présîdentîelle. Et, sînon, le masque en întérîeur, notamment pour les centaînes de mîllîers d’enants quî le subîssent sîx ou sept heures par jour ? Le passe vaccînal, quî crée une catégorîe de sous-cîtoyens alors même que les condîtîons quî ont prévalu à son adoptîon s’éloîgnent chaque jour un peu plus ? On verra plus tard…
Une drogue dure Entendons-nous bîen : nul ne pré-tend que ce que nous avons vécu depuîs deux ans auraît dîsparu par magîe. Peut-être y aura-t-îl un nou-veau varîant, peut-être l’épîdémîe reprendra-t-elle. Quîconque aiche des certîtudes en la matîère est, au mîeux, présomptueux. Pour autant, même Olîvîer Véran, le 2 évrîer, aîrmaît que« si on avait d’autres vagues, on a toutes les raisons de penser que ce serait des variants moins dangereux ».ïl seraît donc aux de dîre que le rîsque d’une reprîse épîdémîque est déInîtîvement écarté, maîs îl aut bîen admettre qu’îl est désor-maîs aîble comparé à celuî quî a nécessîté de paralyser la France pendant de longs moîs. Dès lors, peut-être seraît-îl temps de s’înter-roger sur le clîmat entretenu coûte que coûte par certaîns, comme sî le coronavîrus étaît, pour dîvers protagonîstes dans les médîas ou le corps médîcal, une drogue dure, un shoot d’excîtatîon pour les uns, de notorîété pour les autres, quî justîIe qu’on en prolonge les efets. Voîlà déjà plusîeurs semaînes que le décompte des contamîna-StockPhoto I tîons n’a plus le moîndre sens, maîs on contînue à aîre trembler avec les plus de 200000 cas quotîdîens, alors Getty Immagêes /me que le varîant Omîcron
10 au 16 février 2022/ Marianne /9
a largement décorrélé la courbe des contamînatîons et celle des entrées à l’hôpîtal. Maîs rendez-vous compte, répondent les amateurs de Ilms catastrophe, îl y a encore entre 200 et 300 morts quotî-dîens! L’équîvalent d’un Boeîng quî s’écrase chaque jour ! Là encore, îl n’est pas questîon de mînîmîser la douleur de ceux quî perdent un proche, maîs sîmplement de se poser les bonnes questîons. Le nombre moyen de décès en France s’élevaît ces dernîères années à un peu plus de 1 700 par jour. Toute la questîon sera donc d’évaluer, avec le recul, la surmorta-lîté due au Covîd, en tenant compte du vîeîllîssement de la populatîon, quî modîIe légèrement la donne. CBorev, liedCovîd contînue à tuer, maîs pas dans les proportîons cataclys-mîques que nous présentent ceux quî brandîssent des chîfres déta-chés de tout contexte. Prévu pour la mî-janvîer, le pîc de la vague s’est aît attendre. ïl est enIn passé : tous les îndîcateurs de l’épîdémîe sont désormaîs stables, voîre en baîsse pour cer-taîns. Depuîs le début de évrîer, le nombre de cas dîmînue alors que le taux de reproductîon du vîrus, soît le nombre de personnes qu’un posîtî înecte, est passé en dessous de 1. Seuîl symbolîque au-dessous duquel l’épîdémîe régresse orcément, du moîns au
10/ Marianne /10 au 16 février 2022
SONDAGE
À la question posée, vous diriez que vous êtes favorable ou défavorable?
À la vaccination obligatoire contre le Covid-19 ?
À l’arrêt du port du masque ?
À la politique sanitairemenée par le gouvernement ?
48 % 52 %
69 % 31 %
44 % 56 %
Après près de deux ans de restrictions, les Français apparaissent en majorité favorables à l’arrêt du port du masque (69 %), mais restent divisés quant à l’idée d’une vaccination obligatoire (48 %). De même, ils ne sont que 44% à soutenir la politique sanitaire menée par le gouvernement. Ce sont les clusters les plus aisés et les plus diplômés qui sont les plus favorables au vaccin et aux décisions de l’exécutif, à l’image des centristes, des sociauxdémocrates et des libéraux. En revanche, des groupes populaires et traditionnellement antisystème comme les sociauxpatriotes, les réfractaires et les révoltés manifestent des niveaux élevés de défiance. Source : Cluster17, en partenariat avecMarianne.Étude réalisée sur er un échantillon représentatif de 2 510 personnes, du 1 au 5 février 2022.
nîveau natîonal. La proportîon de personnes admîses à l’hôpîtal en étant posîtîves maîs pour un autre motî augmente d’aîlleurs, atteîgnant 29% la dernîère semaîne de janvîer contre 27 % la semaîne précédente. Même les hospîtalî-satîons sont de moîns en moîns nombreuses, maîs aussî moîns longues qu’îl y a quelques moîs, lorsque Delta étaît majorîtaîre.
SACRIFIÉS Depuis deux ans, les plus jeunes sont soumis à des protocoles disproportionnés par rapport au risque réel. Des mesures qui pourraient générer un traumatisme considérable dans le futur. Ici, à l’école Le Globe, à Stains (93), des enfants passent un test salivaire.
On a bîen comprîs que la levée de certaînes restrîctîons allaît judî-cîeusement concîder avec l’entrée en campagne d’Emmanuel Macron, maîs la psychose dans laquelle nous vîvons depuîs deux ans, et que la gouvernance par la peur a savam-ment entretenue, ne guérîra pas par mîracle. ïl y a, bîen sûr, la soufrance de ces enants et de ces jeunes gens soumîs à des protocoles totalement dîsproportîonnés par rapport au rîsque réel. Ajoutés aux dîscours culpabîlîsateurs et aux menaces permanentes d’un nouvel enerme-ment, quî leur înterdîsent de se pro-jeter et tout sîmplement de vîvre, îls constîtuent un traumatîsme proond dont les conséquences ne se verront que dans plusîeurs années. ïl y a, surtout, la réductîon des lîbertés îndîvîduelles, dont on a vu qu’elles étaîent devenues aux yeux de nombre de cîtoyens une varîable d’ajustement permettant à l’État de jouer désormaîs un rôle de puîssance tutélaîre et protectrîce. La questîon quî se pose est de savoîr sî nous revîendrons en arrîère et sî les îndîvîdus sauront, une oîs levé l’état d’urgence sanîtaîre, redevenîr pleînement cîtoyens ou bîen s’îls auront Inî par accepter le conort du statut de mînorîté.
Tous contre tous Plus encore, c’est l’exîstence même d’une communauté natîonale quî semble ragîlîsée. Entre ceux que la peur pousse à chercher des cou-pables et ceux quî, se sentant mon-trés du doîgt, ont peu à peu dérîvé vers les ranges margînales de la socîété, succombant pour certaîns aux dîscours de propagande les plus délîrants, on se regarde désormaîs en chîens de aence. L’urgence est de réparer. Annoncer la In du régîme d’exceptîon. Passer, comme d’autres pays, à la gestîon d’une maladîe endémîque, dont les autorî-tés de santé guettent les sîgnes sans pour autant que cela asse la une des journaux. Réapprendre les choîx collectîs, la prîse de rîsque, l’exer-cîce des lîbertés. Accepter, pour le pouvoîr, de rendre aux cîtoyens ce qu’îl leur a prîs. nM.B. ET N.P.
Vincent Boisot / «le Figaro”
Syspeo / Sipa SI ’on s’en tIent au nombre de contamInatIons, OmIcron est un ddIeSàme4nt-janamI.uDIvreI-enne cauchemar. Le nouve arrIvant a faIt exposer e pafond de verre des contamInatIons, avec pus 00 000 cas détectés quot jamaIs-vu depuIs e début de ’épI-démIe. MaIs es règes du jeu ont changé. Lorsque ce varIant atteInt en moyenne 350 000 personnes par jour, on dénombre autour de 3 700 hospItaIsatIons quotI-dIennes (1 sur 95). Pour mémoIre, 60 000 cas suffIsaIent à envoyer autant de personnes à ’hôpIta en novembre 2020 (1 sur 16), un bénéice égaement Ié à a protec-tIon conférée par a vaccInatIon. MIeux : parmI es hospItaIsés, OmIcron pousse aussI pus rare-ment es portes des servIces de réanImatIon en provoquant moIns de formes graves. MoIns dangereux, maIs aussI en recu. Le pIc, bIen qu’I se soIt faIt attendre, est enin arrIvé : es Infec-
CINQUIÈME VAGUE : LA DER DES DER ? Depuis deux mois, le variant Omicron, plus contagieux mais moins dangereux, a radicalement bouleversé la dynamique de l’épidémie. Le pic de la vague de contaminations qu’il a entraînée semble désormais atteint. PAR MARGOT BRUNET
er tIons baIssent depuIs e 1 févrIer. Même e taux de reproductIon, soIt e nombre de personnes contamI-nées par cas posItIf, est passé en dessous de 1, sIgne d’un relux. Bémo : es nouvees hospIta-IsatIons ne baIssent que égère-ment, aors que es admIssIons en soIns crItIques sont stabes e t q u e  e n o m b r e d e d é c è s contInue,uI,daugmenter.Avec
Qui sont les personnes admises en réanimation à cause du Covid en janvier 2022 ?
45 % ont 65 ans ou plus
66 % sont des hommes
19 744 personnes posItIves prIses en charge en hospItaIsatIon conventIonneeet3643ensoInscrItIques au 3 févrIer, a pressIon sur e système de soIns est encore forte. MaIs sI a vItesse du relux épIdémIque faIt encore igure de grande Inconnue, a baIsse du nombre de cas devraIt atténuer a tensIon hospItaIère dans es semaInes à venIr. n
LA PART DES DÉCÈS LIÉS AU COVID FAIBLE DEPUIS CET ÉTÉ AVEC OMICRON, 81 % 100 MOINS DE ont au moins Proportion des décès liés au Covid (en %) une comorbidité :SYMPTÔMES GRAVES 37 %sont obèses, Gêne respiratoire 80 34 %présentent 2,2 % une hypertension1,3 % 60artériellePneumopathie 21 %un diabète0,8 % 0,5 % 40 Insuffisance respiratoire aiguë 30,12 27,12 0,5 % 17% 19,7 14,4 17,470,3 Source : Santé publique France / Insee 16,44décèdent 2013,83 9,86 11,52SYAMsyPmptMoEmSatique en réanimation, 4,81 2,71 6,27 6,59 2,84 4,852,2 % 2,5 3,27 0,8 0,89contre 25 % 1,79 1,73 3 % 0entre juillet et Douleur thoracique décembre 2021 0,5 % 0,8 % Source : Delta Mai 2020 Juin 2020 Oct. 2020 Mai 2021 Juill.A2o0û2t02020Nov.D2é0c.20202F0év.202A1vril202J1uin2021Oct.2Santé publique France Nov.D2é0c2. 1202Source : Santé publique France Omicron Avril2020Sept.2020Janv.202M1ars2021Juill.A2o0ût2120210211 Sept. 2021
10 au 16 février 2022/ Marianne /11
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents