Nouvel Obs du 08-04-2021
116 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Nouvel Obs du 08-04-2021

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
116 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 08 avril 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 25 Mo

Exrait

Cahier numéro un de l’édition n° 2945 du 8 au 14 avril 2021 “SALVATOR MUNDI”, LA SAGALEDUEL MÉLENCHONNORA EAFRIQUEXCFA 380C0 F CFA,LALGÉRIEU410 DA, ASLLEMAIGNE 6,F20 €, ANDORRE 5,50 €, AUTRICHE 5,90 €, BELGIQUE 5,30 €, CANADA 8,35 $CAN, DOM 5,30 €, ESPAGNE 5,50 €, GRANDEBRETAGNE 4,90 £, GRÈCEH5,50 €,IITALIES5,50 €, LTUXEMBOOURG 5,5I0 €, MRAROC 45E€, PORTUGAL CONT. 5,50 €, SUISSE 7,20 CHF, TOM 950 XPF, TUNISIE 6,00 DTDH, PAYSBAS 5,60 DU VRAIFAUX LÉONARD DE VINCISUR LA COMMUNE
L’ULTIME PARI COMMENT MACRON JOUE DÉJÀ SA RÉÉLECTION
E 4,90 F:
 JACQUES WITT / SIPA - 2945 -
M 02228 3:H3I:KHMIMKCM=M]CU=Y]^UUYX^:U?X:c@?t@co@tf@o@aa";@f";
Àpartir de 199/ MOIS (1)
LIBÉREZ
HYBRID
VOTRE
(2) ENTRETIEN INCLUS er LLD 37 mois - 1 loyer 2 500 € PRIME À LA CONVERSION 1500 € DÉDUITE SOUS CONDITION DE REPRISE
ÂME
D
ENFANT
*Un style de vie !
Votre réunion téléphonique est terminée ? Il est temps de libérer l’enfant qui est en vous. Faites-vous plaisir aux commandes du Suzuki Vitara Hybrid avec son système exclusif 4 roues motrices ALLGRIP. Profitez du dynamisme du moteur BOOSTERJET HYBRIDet des dernières technologies Suzuki Safety System. Maintenant, c’est l’heure de la récréation !
Consommations mixtes gamme Suzuki Vitara (WLTP) : 5,4 à 6,5 l/100 km. ÉmissionsCO2cycle mixte (WLTP) : 121 à 146 g/km. er (1) Location Longue Durée pour 37 mois et 30 000 kilomètres pour un Suzuki Vitara 1.4 Boosterjet HybridAvantage,de 4 000 € couvert à hauteur de 1 500 €1 loyer si éligible à la prime à la conversion*,€. Offre réservée aux particuliers,puis 36 loyers de 199 valable jusqu’au 31/05/2021 inclus,dans le réseau participant. Sous réserve d’acceptation par Arval Service Lease - SA au capital de 66 412 800 € - n°352 256 424 RCS Paris. 1, bd Haussmann - 75009 Paris ORIAS n° 07 022 411 er (orias.fr).000 kilomètres, 1Modèle présenté : Suzuki Vitara 1.4 Boosterjet Hybrid Style option peinture métallisée So’Color, LLD pour 37 mois et 30 loyer de 4 040 € couvert à hauteur de 1 500 € si éligible à la prime à la conversion*, puis 36 loyers de249 €.(2) Les loyers comprennent les services associés suivants (en option et dans les limites et conditions prévues aux contrats de LLD et d’Assurance) : Entretien inclus • Assistance + : 24h/24 7j/7 auvéhicule et aux passagers • Assurance Perte Financière, souscrite auprès de Greenval Insurance DAC, compagnie d’assurance de droit irlandais, enregistrée sur le numéro 432783, siège social : Trinity Point, 10-11 Leinster Street South, Dublin 2, Irlande (info@greenval-insurance.ie) ; supervisée par la Banque Centrale en Irlande.Le détail du contenu des services associés est disponible auprès de Arval Service Lease. (*) Voir Conditions sur www.primealaconversion.gouv.fr.
er Garantie constructeur 3 ans ou 100 000 km au 1terme échu.
Fondateurs:JeanDaniel, ClaudePerdriel
67, avenue Pierre-Mendès-France, 75013 Paris TéléphoneStandard: 01.44.88.34.34
Pour joindre par téléphone votre correspondant, il suffit de composer 01.44.88 puis les quatre chiffres qui figurent entre parenthèses à la suite de son nom. Pour adresser un e-mail à votre correspondant, il suffit de taper l’initiale de son prénom puis son nom suivi de @nouvelobs.com
DIREC T ION Conseildesurveillance:Catherine Sueur (présidente), LouisDreyfus (vice-président), Frédéric Curtet, UrsulaGauthier, Jacques-AntoineGranjon, Fanny Letier, XavierNiel, ClaudePerdriel, MatthieuPigasse, Edouard Tetreau. Directoire:Grégoire de Vaissière(président), Cécile Prieur(directricede larédaction)
REDAC T ION Directrice:Cécile Prieur. Directeursadjoints:Clément Lacombe (35.48), GrégoireLeménager(35.98), . Rédacteursenchef:SylvainCourage(40.16), NolwennLeBlevennec(35.86), GéraldineMailles(37.80), FrançoisSionneau(34.22). Directeurdu numérique:Alexandre Phalippou(34.61). Directeurdelacréationetdirecteurartistique:SergeRicco(35.43). Assistantesderédaction:CatherineRode(34.26), CatherineCoimet(34.17), StéphanieTerreau(Planning : 36.60). Courrier des lecteurs : courrier@nouvelobs.com Chroniqueurs:Daniel Cohen, Mara Goyet, Pierre Haski (34.26). Dessinateur:RiadSattouf (34.26). France: MaëlThierry(37.35), JulienMartin(chefadj 35.20), CécileAmar(37.66), EmmanuelleAnizon(34.52), Charlotte Cieslinski (40.35), CécileDeffontaines(36.56), RémyDodet(34.16), MarieGuichoux(40.39), PaulLaubacher(35.89), AlexandreLeDrollec(37.77), SergeRaffy(40.20). Dissensus: ArnaudGonzague(34.60), RenaudFévrier(34.42), ThierryNoisette(35.10). Etranger: UrsulaGauthier(35.35), NathalieFunès(chefadj.35.75), DoanBui(35.82), Sara Daniel(35.14), SarahDiffalah(36.31), SarahHalifa-Legrand(36.02), Vincent Jauvert(35.81), CélineLussato(37.94), Jean-BaptisteNaudet(40.68). Correspondants:PhilippeBoulet Gercourt(NewYork), MarcellePadovani(Rome). Economie: ClaudeSoula(34.57),BorisManenti(chefadj.36.01), Morgane Bertrand(36.05), SophieFay(36.46), BaptisteLegrand(40.69), Dominique Nora (34.86) Affaires: CarolineMichel-Aguirre(35.30), VincentMonnier(chefadj. 35.97), MatthieuAron(34.01), LucasBurel(36.27), MathieuDelahousse(34.33), VioletteLazard(35.22), DavidLeBailly(40.88), CélineRastello(36.08), ElsaVigoureux(34.69). Société / Rue 89: ArnaudSagnard(36.95), LouiseAuvitu(35.27), SébastienBillard(40.81), EmilieBrouze(34.49), RenéeGreusard(36.09), BarbaraKrief(36.23), ElodieLepage(37.15), GurvanLeGuellec(35.61), Agathe Ranc (35.25), BéréniceRocfort-Giovanni(37.07), HenriRouillier(35.23), NatachaTatu(35.73), MarieVaton(36.71). Idées: FrançoisArmanet(40.11), MarieLemonnier(chefadj.37.25), EricAeschimann(34.67), , Rémi Noyon (34.74), XavierdeLaPorte(34.24), VéroniqueRadier(37.36), FrançoisReynaert(35.90), PascalRiché(34.35). Culture: JérômeGarcin(35.13), DavidCaviglioli(35.24), AnneCrignon(37.89), SophieDelassein(36.17), FrançoisForestier(34.71), DidierJacob(35.13), JacquesNerson(35.13), Elisabeth Philippe(34.95) FabricePliskin(35.29), NicolasSchaller(34.45), AmandineSchmitt(36.22). Assistante: VéroniqueCassarin-Grand(34.71). Grand reporter:CaroleBarjon(34.64). Supplémentsetrégionaux:NathalieBensahel(34.87). Tendances: Anna Topaloff(4053), CorinneBouchouchi(chef. adj. 34.99), Clémence Belin(40.57), ChristelBrion(35.46), ClaireFleury(34.58), DoraneVignando(40.71). Assistante: MagaliMoulinet(36.63). Médias / TéléObs: SophieGrassin(37.70), VéroniqueGroussard(chefadj. 35.95), NebiaBendjebbour(35.44), Marjolaine Jarry(36.58), GuillaumeLoison(36.14), HélèneRiffaudeau(37.92), AnneSogno(36.74). Assistante: Marie-LaureMichelon(35.60). Web:TimothéeVilars(35.32), Geoffrey Bonnefoy Édition web : Bertrand Courrège(34.77) MoéAngeleri(37.72), Emmanuelle Bonneau(37.73), VéroniqueMacon(40.03) Pôle visuel : MélodyLocard(35.72), CyrilBonnet(36.18), Julien Bouisset (34.82), EmmanuelleHirschauer(35.58), LouisMorice(34.23), Mahaut Landaz (37.18) Maquette:XavierLucas(DAadj.37.83), YanGuillemette(37.31), CaroleMullot(40.28), ElisabethRascol(34.46), Jean-MichelRobinet(37.74), Caroline Dupont Bonnefoy(37.37), MehdiBenyezzar(infographie: 35.78). Réalisation:VéroniqueBelluz(37.50), MiloudBentebria(36.84), Jean-LucChyzy(36.83). Secrétariatderédaction-révision: Marie-LouMorin(chef d’édition: 37.28), PaulineChopin(40.55), Marie-HélèneClavel-Catteau(34.20), PascaleFiori(40.34), MarinaHammoutène(40.70), ChristineMordret(40.23), LaurentMorvan(34.47), SylvieRaymond(40.51), IsabelleTrévinal(36.57). Photo: VéroniqueRautenberg(36.04), SylvieDuyck(1re rédac.photo: 40.93), MiloudBentebria(36.84), FrantzHoez(35.18), NathalieLourdez(36.94), VincentMigeat(34.43), CamilleSimon(34.41). Documentation: FlorenceMalleron(40.86), GaëlleNoujaim(35.45), LiseTiano(35.04). Immobilier :Yves Le Grix (ylegrix@nouvelobs.com, 36 29).
A DMINIS T R AT ION Directeurgénéral:Grégoire de Vaissière. ServiceRH:Anne-Sophie Gourdon (responsable : 36.64), Lucie Lardeux(36.11). Relationsextérieures:MarieRiber(35.64). Ventes au numéro:Sabine Gude(01.57.28.32.79), EmilyNautin-Dulieu(01.57.28.33.17). Abonnements:DominiqueChasseré(directrice :37.63), LaurenLaïk(40.73), SophieMariez(35.34). ServiceAbonnements:01.40.26.86.13 Fabrication:Nathalie Communeau (directrice), Nathalie Mounié (36.40). Contrôle de gestion:Paul Jacob-Mathon(35.56) Comptabilité:BlandineLeostic(directrice: 40.77), LydieBruni(36.99), NicoleMahé(40.10), SinatTin(34.94), Laetitia Videgrain
REGIE PUBLICI TA IRE MPublicité, 67, avenue Pierre-Mendès-France – 75013 Paris. Standard:01-57-28-20-00 Présidente:LaurenceBonicalzi Bridier. Directrice générale adjointe - Marketing & études :Élisabeth Cialdella (elisabeth.cialdella@mpublicite.fr, 39 68). Directeur délégué - Directeur de marque Obs : David Eskenazy (david.eskenazy@mpublicite.fr, 38 63). Directeur délégué – Pôle Numérique :Sébastien Noël (sebastien.noel@mpublicite.fr, 37 00). Directeur délégué - Pôle agences : François de Ren (francois.deren@mpublicite.fr, 30 21). Directeur délégué - Pôle opérations spéciales : Steeve Dablin (steeve.dablin@mpublicite.fr, 38 84).
Numéro d’enregistrementàlacommissionparitaire:0115C85929 (éditionmétropolitaine)Diffusion:France Messagerie Directeurdelapublication:Grégoire de Vaissière. REL ATIONS ABONNES : 0 1.4 0.26.86.13, ABONNEMENT@NOU VELOBS.COM 67, avenue PierreMendèsFrance – 75013 Paris. MODIFICATION DE SERVICE VENTE AU NUMERO ET RE ASSORTS : 08.05.05.0 1.47
STÉPHANE MANEL
L’ÉDITO Le Covid en solitaire Par CÉCI LE PR I EU R,directrice de la rédaction n le saît, Emmanuel Problème, ce scénarîo est plus qu’în-Macron aîme les certaîn. La dynamîque de l’épîdémîe est parîs. L’ex-mînîstre telle qu’îl n’est pas exclu que cette prévî-de l’Economîe desîon,jugéeoptîmîsteparnombred’épîdé-Françoîs Hollandemîogolteîsss,tîoonàaevuocurenttedîanttàetlarapvrîésssîaOagmîsd,elleîtnedntalatrmataunrtleelejseupuprooênlîtîesqaouneudCéaralencveenverslacrédîbîlîtédupolîtîque. en avaît aît un ma-elledépenddeacteursîndépendantsdela gîstral, fin 2016, en se déclarant candîdat volontépolîtîque.Aulîeud’assumercette încertîtude, Emmanuel Macron encourt ancîenmentor,bousculantdoncunnouveaudésaveudelaparolepré-sîdentîelle quî ne pourra qu’accentuer la nez et à la barbe des ancîennes logîques partîsanes.Leprésîdentaensuîtejouésonolontarîsme du présîdent et son va-tout à plusîeurs reprîses pour se sortîrîndénîableengagementdanslagestîonde demauvaîsespasses,commelorsque,ra-lacrîsepourraîent nepassuireàl’heure gîlîsé par la crîse des « gîlets jaunes », îl des comptes. Au contraîre, à un an de la lança le grand débat natîonal. La mîse en remîse en jeu de son mandat, la person-scène du pouvoîr personnel et d’une cer- nalîsatîon à outrance du pouvoîr auquel taîneormed’audaceestaînsîdevenueunîl se prête pourraît accroïtre le rîsque de style, une marque de abrîque du macro- la sanctîon électorale. nîsme. Maîs la méthode, quî prend appuî La gestîon du Covîd pousse en efet à ee sur la logîque de la V Républîque poursonparoxysmelesdéautsdelaV Répu-décîderseuletleaîresavoîr,pourraîtbîenblîque où un homme seul semble tenîr avoîrtrouvésalîmîteaceàl’întermînablele destîn de tous entre ses maîns. Cette crîse du Covîd et à la carîcature înstîtu- logîque înstîtutîonnelle est aînsî utîlî-tîonnelle qu’elle révèle aujourd’huî. sée à l’extrême par Emmanuel Macron Mercredî 31 mars, Emmanuel Macron quî s’îngénîe à endosser l’ensemble des sestlancéunnouveaudéaceauxFran-responsabîlîtés (jusqu’à laîsser dîre qu’îl çaîs : celuî de battre enfin de vîtesse l’épî- seraît« le meilleur épidémiologiste de démîeenconnantlaFrancepourlatroî-France»), mettant enscènelasolîtudede sîèmeoîsetenparîantsurlamplîcatîonsaprîsededécîsîonaprèsdesconseîlsde delacampagnedevaccînatîon.Alorsqu’îldéense couverts par le secret. Le Parle-avaît repoussé l’hypothèse d’un confine-quantàment,elluntsen,îuléltsuoncntme ment fin janvîer, rappant les esprîts par en amont maîs bîen sommé d’entérîner ce nouveau coup de dés (îl reusaît aînsî la prîse de décîsîon, reléguant les repré-deseplîerauxappelspressantsdesméde-senattnsedlaanîtrôuaongedle.stnaru cîns),puîsaichésaconfiancedansl’ave- Nous sommes loîn de la modestîe, du er nîr (le 1 mars, îl appelaît à être patîent débat ouvert et de la délîbératîon collec-encore« quatre à six semaines »tîve que nécessîteraît la gestîon de cette), le voîlà contraînt à un retour au réel. Maîs celuîcrîse, aussî systémîquequ’încertaîne. S’îl quî n’admet avoîr« commis des erreurs » en étaît encore besoîn, la crîse du Covîd que du bout des lèvres n’a pas échappé à et la manîère toute personnelle d’Em-latentatîond’unultîmeparî:soucîeuxde manuel Macron de la gérer démontrent tracer une perspectîve à une populatîon une nouvelle oîs l’urgence de réormer lasse et désemparée, îl a esquîssé un scé-enproondeur notrevîeînstîtutîonnelle. narîo de déconfinement quî a surprîs parIl seraît temps quenous nous vaccînîons saprécîsîon,nhésîtantpasàairmerquecollectîvementcontrecettemaladîetypî-le pays pourraît rouvrîr progressîvement quement rançaîse de l’extrême person-dès la mî-maî. nalîsatîon du pouvoîr.C.P.
L’OB S/N ° 29 4 5- 08/0 4/2021
3
Y
’est le nouveau mot à la mode: « gouvernance ». Si vous gérez activement votre épargne et que entreprCises respectant un minimum d’exigences: E comme vous la placez en actions, votre banque, votre conseiller financier vous auront sans doute vanté les mérites des fonds ESG. Des placements qui favorisent les environnementales, S comme sociales et G comme gouvernance. Mais que recouvre ce fameux G? La gouvernance, c’est la répartition du pouvoir dans l’entreprise. Ce pouvoir émane de ceux qui la possèdent : les sociétaires ou membres de la coopérative lorsqu’elle est mutualiste (Crédit mutuel, Crédit agricole, Maif…), les actionnaires pour les autres. Lors des assemblées générales d’actionnaires – dont la saison com-mence –, ils nomment des administrateurs qui forment le conseil d’administration. Ce conseil – qui, depuis la loi Pacte de 2019, inclut aussi deux représentants des salariés lorsque l’entreprise en compte plus de cinquante – désigne les dirigeants de l’entreprise, avec lesquels il définit une stratégie, dont il surveille ensuite l’application. C’est donc un organe essentiel. Mais pendant des années, on l’avait oublié tant les conseils d’administration français, souvent composés à la main des dirigeants, étaient assoupis et semblaient peu décisifs. Pas un mot, par exemple, pendant longtemps chez Renault, pour contrarier l’empereur Carlos Ghosn. Ces derniers temps, tout a changé. Les conseils se sont réveillés et les grandes batailles se jouent en leur sein. A l’automne 2019, exit Thierry Bolloré, le directeur général de Renault – devenu depuis patron de Jaguar Range Rover. En février 2020, le conseil d’Engie renvoie sa directrice générale, Isabelle Kocher. En mars 2021, sortie d’Emmanuel Faber, le PDG de Danone. Et Christel Bories, la PDG du groupe minier et industriel Eramet, premier employeur de Nou-velle-Calédonie, l’une des rares patronnes de l’indice SBF 120, vient tout juste de sauver son poste. Cette reprise enmaindu pouvoir par les conseils d’administration a une traductionconcrète : ils demandent souvent la dissociationdes fonctions de président et de directeur général, comme le veut la
A
F
E
PDGUNJOUR,PRÉPSarIDUOSR!NETOTJU S
L E S
4
STÉPHANE MANEL
L’OB S/N ° 29 4 5- 08/0 4/2021
H
I
P
O
tradition au Royaume-Uni. La Banque de France l’exige dans les banques et les compagnies d’assu-rances. De plus en plus de PDG s’exécutent. Sur le papier, c’est évidemment de la très bonne gouvernance. Cela permet d’éviter la concentration des pouvoirs entre les mains d’un PDG omnipotent. Cela favorise un meilleur équilibre. Mais en France, la pratique dérive. La dissociation des fonctions est une manière, pour le PDG approchant de la limite d’âge, de prolonger le plaisir en devenant président. On le voit chez Saint-Gobain, où Pierre-André de Chalendar passe la main à Benoît Bazin, son direc-teur général délégué depuis janvier 2019, mais pas complètement. Idem chez L’Oréal, où Jean-Paul Agon se réserve la présidence en laissant la direction générale à Nicolas Hieronimus. Ou encore chez Valeo. C’est aussi ce que Denis Kessler à la Scor ou Stéphane Richard chez Orange préparent, pour ne pas décrocher. Cela laisse un arrière-goût bizarre: soit les nouveaux directeurs généraux ne sont pas prêts, soit l’ancien président veut garder le pouvoir et ses attributs (rémunération, secrétariat, voiture de fonc-tion…). Selon le dernier rapport du cabinet Spencer Stuart, un pré-sident non exécutif du CAC 40 ou du SBF 120 à temps plein gagne plus de 620000 euros par an, en moyenne. Et certains beaucoup plus. L’ex-PDG devenu président ne risque-t-il pas d’entraver l’ac-tion de son successeur, comme on a pu le constater chez Engie quand Gérard Mestrallet était président et qu’Isabelle Kocher, direc-trice générale, voulait faire du groupe un leader de la « décarbona-tion » ? Ne vaudrait-il pas mieux appliquer la règle anglaise, comme aujourd’hui chez Renault après la crise Ghosn? Jean-Dominique Senard, le président, vient de chez Michelin et apporte au directeur général, Luca de Meo, un autre regard sur le secteur. En France, les grandes entreprises ont un code de bonne gouver-nance, le Code Afep-Medef, dont elles écrivent elles-mêmes les règles. Lors de sa rédaction, il avait été question de préciser qu’en cas de dissociation, l’ancien directeur général ou PDG ne devait pas devenir président. Cette contrainte a finalement été écartée. Elle aurait sans doute trop dérangé les fins de carrière de ces messieurs. Peut-être faudrait-il à nouveau y réfléchir. Ou, tout au moins, limi-ter la transition dans le temps.S. F.
LES MOTS CROISÉS ParY V E SCU NOW
Horizontalement 1.Un peu, encore un peu, encore… indice de consommation.2.Brûletil d'envie d'allumer une gitane ?3.Est sec et mat… quel tableau ! • Se consomme comme du radis ou du trèfle.4.Font partie des inconnus • Le mont chauve. 5.Annonce un crâne d'œuf, pas le précédent ! • Championne du monde sur les tatamis à Paris.6.Une escale pour la navette • Elle ne savait pas porter un masque début 2020 ! (Initiales.)7.Parfaitement comprise. 8.Chéri, sa maîtresse • Un peu bouffi, ce gendarme.9.C'est la ouate pour Caroline, le rallye pour Sébastien • Muse de l'amour et du mariage, reine des Ases. 10.Elles n'ont toujours pas lâché le paquet.
Verticalement 1.Depuis la semaine dernière, elle ne semble pas avoir grossi !2.Tony à Manhattan, plutôt à l’ouest • Il brille dans les aquariums.3.A fait le plein • Essayiste franco-suisse ou peintre francorusse, sans particule.4.Toute en creux et en relief • Adepte de tous genres.5.Pour une friandise, il faut y insérer des anecdotes • I love you because et Just because, « because » en v.o. par Elvis.6.Écoute, pas vraiment là, maintenant • Dans les cordes pour le H2.7.Un brin de causette les ravit.8.On peut le prendre dans le sens interdit • Siège de son canton sur son lac, une centaine de milliers d’âmes.9.Doivent se sentir toutes penaudes • Anticorps des atopiques présent chez les indigènes. 10.Leçons en distanciel.
6
Solution du n° 2944
yvescunow.obs@gmail.com L’OB SN ° 29 4 5 080 42021
LES CHRONIQUES M O N A R N A Q U E U R B I E N  A I M É
Par DAV I D CAV I G L I O L I
es tentatives d’arnaques qui arrivent sur ma boîte bas »,saLns espace, depuis l’adresse « udemy-e-mail sont de piètre fac-ture.« Votre comte en baque a ete pirate! »,m’écrit, sans accents, mon« conseiller »à la« BNPPari-5576gop4@nox.tu » – qui ne ressemble pas à l’adresse mail professionnelle d’un conseil-ler de BNP Paribas.« Connecter vous de toute urgence à notre plateforme securisee. »Non merci.« Cher Amazon client ! », me dit un autre, qui se fait passer pour Amazon et uti-lise visiblement un traducteur automatique: « Participez à une enquête anonyme et vous serez présenté avec plusieurs récompenses exclusives !! » Lemoisdernier, jereçusl’e-mail d’unecer-taine Clémence.« Coucou David. Trois ans déjà. Je ne sais pas si tu te souviens. C’était en juin 2018, dans l’appart de quelqu’un qu’on ne connaissait je crois ni toi ni moi, à un quel-conque anniversaire oùje m’étais incrustée (et toi aussi, non?), du côté de Gambetta.[…]Je venais de lâcher monCDI, jene savais pas trop quoi faire et je parlais beaucoup. On avait pas mal rigolé, un peu bu… résultat, à 2h du mat dans la salle de bains on avait un peu comaté devant la carte du monde gondolée au-dessus des toilettes. »Dans la suite du message, Clé-mence m’explique qu’elle se trouve en Mau-ritanie, oùelletravailledans«unesorted’hor-rible start-up », et, mouvement final typique des arnaques en ligne, m’explique qu’elle a de gros problèmes.« Maintenant je veux ren-trer, mais je ne suis pas censée le faire. Tant pis. Je vais rentrer. »Elle me demande de l’aide. Jen’étaispasàParisenjuin2018, maisquel chef-d’œuvre. Quel sens du détail. Le planis-
phère gondolé au-dessus des toi-lettes. Les soirées àGambettadans les-quelles on s’incruste. Le mot« comaté », le CDI lâché: on s’y croirait. Le texte est très discrètement érotique. Ondevineles regards que Clémence et David ont échangés dans cette salle de bains. En le lisant, j’ai regretté que cette belle rencontre n’ait jamais eu lieu. J’ai été amoureux de Clémence. Cet arna-queur est un romancier, un sociologue, un linguiste. Je l’imagine en Afrique de l’Ouest, où l’arnaque en ligne est une industrie. Il a certainement vécu à Paris. Ou alors il a embauché un consultant, un écrivain sans succès qui vend sa connaissance des mœurs parisiennes auxarnaqueurs. Dix jours plus tard, Clémence m’a réécrit. Son message commençait sèchement : « Wow. Je ne m’attendais pas à un tel silence. Ça fait mal, je te l’avoue. »Moncœur a bondi. J’avais blessé Clémence, et peut-être même l’arnaqueur qui se cache derrière. (On note avec quelle maestria ce maître psychologue active émotionnellement son lecteur.) Puis elle donnait quelques détails sur la machina-tion dont elle était victime, et me demandait de financer son retour en France –« sachant que je n’ai plus d’argent, plus de carte d’iden-tité et pas d’autre moyen pour te joindre que l’espèce d’épicerie/cybercafé où je suis actuel-lement et d’oùil faut d’ailleurs que je sorte vite, car mon absence va paraître suspecte. Si tu voyais le luxe de précautions que je prends pour t’écrire. Ne me laisse pas tomber. Je t’em-brasse. Clémence. »Je me surprends aujourd’hui, quand j’ouvre ma boîte mail, à espérer ytrouver unnouveaumessagedecet écrivain anonyme qui a élevé l’arnaque en ligne au rang de littérature. D. C.
STÉPHANE MANEL
RIENQUESURLEWEB Les articles de « l’Obs » ne sont pas seulement dans le journal. Reportages, analyses, enquêtes, interviews, débats... découvrez tous les jours des inédits réservés aux abonnés surwww.nouvelobs.com
“JE N’EN PARLE PAS POUR NE PAS ATTISER DE JALOUSIES” Dans la course au vaccin, ils ne partaient pas en pole position. Pourtant, ces Français âgés de 22 à 67 ans ont réussi à se faire piquer. PAR ALICE FERBER http://bit.ly/priovax
“LE SÉNÉGAL EST UN VERROU, S’IL CÈDE, CE SERAIT UNE CATASTROPHE” Secoué début mars par des émeutes d’une ampleur inédite, le Sénégal a retrouvé son calme. Mais la longue liste des griefs n’a pas disparu. PAR SARAH DIFFALAH http://bit.ly/3Senegal
“IL Y A TOUJOURS PLUS RURAL QUE SOI” La sociologue Yaëlle Amsellem-Mainguy fait entendre une parole rare : celle des jeunes filles et des femmes de milieu populaire qui vivent dans des territoires ruraux. PAR AGATHE RANC http://bit.ly/FilleCoin
8
VOUS ÊTES ABONNÉ(E) ? Activez dès maintenant votre compte sur www.nouvelobs.com/activationpour pouvoir accéder aux articles du site en illimité et profiter de tous les avantages qui vous sont réservés.
L’OB S/N ° 29 4 5- 08/0 4/2021
LES CHRONIQUES N o t r e a m i l e P r e m i e r m i N i s t r e i N d i e N Par P I E R R E H A S K I
ans l’émer-gence d’un blocpouraîre mînîstreîDîcîtrapa,îdoMnepéndraNareen,ndî ace à la Chîne, les Etats-Unîs comptent sur un pays clé : l’Inde, l’autre géant d’Asîe. Le Premîer mars, à l’învîtatîon de Joe Bîden, au premîer sommet en vîsîoconérence du « Quad », une structure régîonale de la zone pacîfique, regroupantlesEtats-Unîs,l’Australîe,leJapon et donc l’Inde. Le « Quad » (abrévîatîon de QuadrîlateralSecurîtyDîalogue)exîstedepuîsde nombreuses années, maîs NewDelhî avaît toujoursrechîgnéàs’împlîquercomplètement dans cette structure essentîellement antî-Pékîn : cette réserve a dîsparu. La cautîon de l’Inde est împortante aux yeux de Washîng-ton:ellepermetdechasserl’împressîonqu’on est en présence d’un combat d’arrîère-garde du vîeîl « Occîdent ». LesEtats-Unîsnesontpaslesseulsà«cultî-ver » le soutîen de la puîssance émergente îndîenne. La France joue elle aussî la carte d’un pays devenu, ces dernîères années, l’un desprîncîpauxclîentsdesonîndustrîedarme-mentavec,enpartîculîer,l’achatd’avîonsRaale. Lesraîsonsdecetengagementîndîennesont pasdîicîlesàcomprendre:l’Indeaîtaceàla Chîne sur une longue rontîère de 3 500 kîlo-mètresdanslHîmalaya.Unerontîèrecontes-tée et quî a donné lîeu, en juîn 2020, au plus graveaccrochagemîlîtaîredepuîsunquartde sîècle entre ces deux puîssances nucléaîres, aîsant plus de 20 morts. Depuîs, la tensîon reste palpable, et l’Inde n’a pas apprécîé les cyberattaques attrîbuées à la Chîne, quî ont prîvé la mégapole de Bombay d’électrîcîté en octobre. Longtemps obsédée par la Chîne en raîson du succès de son décollage écono-mîque, quand elle-même peînaît à se « réveîl-ler », l’Inde s’estîme désormaîs menacée non
STÉPHANE MANEL
seulementàl’est,surlarontîère, maîs aussî au nord, en raîson de l’allîance chînoîse avec le Pakîs-tan, sans parler de l’actîvîsme de Pékîn dans l’océan Indîen. L’Inde a ormellement toute sa place dans l’« allîance des démocratîes » dont rêve Joe Bîden pour contrer la dîctature chînoîse. Maîsla«plusgrandedémocratîedumonde», comme elle aîme à se présenter, a ses zones d’ombre quî înquîètent aussî bîen une partîe de la socîété îndîenne que les déenseurs des droîts humaîns dans le monde. Admînîstratîon mîlîtaîre de choc împosée depuîs 2019 au Cachemîre à majorîté musul-mane ; mîse sous pressîon de sa propre mîno-rîté musulmane ; menaces sur la lîberté de la presse;érosîondel’îndépendancedelajustîce… Sîl’Indeesttoujoursunedémocratîeavecune opposîtîon parlementaîre et des électîons en bonne et due orme, c’est une démocratîe de plus en plus « îllîbérale » sous la dîrectîon du PremîermînîstrenatîonalîstehîndouNarendra Modî,un«national-populiste»,commeledécrît le spécîalîste de l’Inde Chrîstophe Jafrelot. La realpolîtîk s’arrange de cette sîtuatîon. Après tout, ace à Pékîn, les autres allîés or-mels ou înormels de Washîngton en Asîe sontbîenmoînsdémocratîquesquel’Inde: îls vont des toujours communîstes dîrîgeants du Vîetnam au dangereux démagogue Rodrîgo DuterteauxPhîlîppînes.Tousontencommun decraîndrel’«hégémonîe»chînoîse,etvoîent danslaprésenceamérîcaînedanslazoneîndo-pacîfique le seul contrepoîds possîble. Alors, pour paraphraser le présîdent amérîcaînFranklîn D. Roosevelt quî dîsaît, à propos du dîctateurnîcaraguayen,«AnastasioSomozaest un salaud, mais c’est le nôtre », la constîtutîon d’unblocaceàlaChînes’accommodebîende touteslesentorsesàladémocratîe,tantqu’elles sont commîses par « les nôtres ». P. H.
 JEANCHRISTOPHE MILHET/HANS LUCAS VIA AFPJOHN WESSELS/AFPMINT IMAGES VIA AFP
COURRIER DES LEC T EURS EcriMAl àIcourrieNr@nouvelTobs.comEou par letNtre à :L’ObOs / MaintNenons leSlien– 67,Lavenue PEierre-MenLdès-FrIance –E75013 PNaris! vez-nous par mai
“CHOISIR” Merci à vous pour ce numéro consacré au cinquantième anniversaire du « Manifeste des 343 ». En parcourant la chronologie des événements, je n’ai pu m’empêcher de penser : « Il était temps, je l’ai échappé belle ! » En juin 1973, c’est en traversant le jardin des Plantes que je suis « tombée » sur un groupe du MLAC (Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception) : des voyages étaient organisés pour des avortements par la méthode Karman à Amsterdam. J’avais 25 ans, un contrat pour un poste à l’étranger en septembre et une grossesse de quelques semaines. J’étais à la croisée des chemins entre une vie de famille en banlieue parisienne et la découverte d’autres horizons. Ce mouvement, s’il ne m’a pas sauvé la vie, m’a permis de vivre celle dont j’avais envie, celle que j’ai pu choisir. D’ailleurs, « Choisir », pouvait-il y avoir plus beau nom pour cette cause ?MICHÈLE GOUSSET
CAPITAINE MASIERO
Votre article sur Corinne Masiero, dans « l’Obs » du 25 mars, le confirme : quand « Capitaine Marleau » fait du « Masiero », on sort d’une bonne série originale mais équilibrée pour tomber dans un numéro d’acteur. Dommage que cette série disruptive doive subir les travers américains, où les acteurs prennent la main. Josée Dayan, reprenez le pouvoir et obligez votre vedette à respecter les auteurs, la cohérence et finalement les téléspectateurs ! GERRY BOUILLAUT
HOMICIDE CONSCIENT Le verdict récent dans l’aaire du Mediator conduit les citoyens à s’interroger sur ce qui apparaît comme une faille dans l’arsenal juridique de notre pays. En eet, le verdict fait état, entre autres, d’« homicides et blessures involontaires »de la part des laboratoires Servier : tout esprit curieux ne manquera pas d’aller rechercher ce qu’on entend par« involontaires »et les conséquences de cette qualification en matière de
10
L’OB SN ° 29 4 5 080 42021
jugement et de peine encourue. Dans notre système juridique, il n’y a rien entre l’homicide involontaire, atteinte non intentionnelle à la vie des personnes, et l’homicide volontaire, le fait de tuer une personne de manière volontaire, intentionnelle, délibérée. Et pourtant… Lorsque, ce qui semble être le cas pour le Mediator, on prend la décision de laisser sur le marché un médicament dont on connaît la dangerosité, lorsqu’on sait que cette décision se traduira inéluctablement
par un certain nombre de morts, peut-on se contenter de parler d’atteintes non intentionnelles à la vie des personnes? Certes, au travers de cette décision, on ne cherche pas à tuer de manière volontaire, délibérée, mais on sait qu’on va tuer! N’y a-t-il pas la place pour introduire un nouveau type d’homicide dans notre arsenal juridique, entre l’homicide volontaire et l’homicide involontaire, un homicide qu’on pourrait appeler homicide conscient? JEANJACQUES CORRIO
“LE BAL DES GRIMACES” Il y a presque exactement cinq ans, Benoît Hamon annonçait « le bal des grimaces et des promesses »en parlant de l’élection présidentielle de 2017. Il voulait signifier que l’élection du président de la République au surage universel déclenchait une véritable entreprise de séduction pour s’attirer les faveurs de la majorité des électeurs et ne surtout pas les earoucher. Un seul objectif : la conquête du pouvoir. Une fois la victoire acquise, l’exercice de ce pouvoir se révèle si délicat que les discours et les promesses sont oubliés, ou au mieux adaptés aux conditions de la réalité. Vient alors, comme le dit Claude Nougaro,« le moment fatal où le vilain mari tue le prince charmant ». Cette année, la déclaration de candidature de Xavier Bertrand a lancé le « bal des grimaces et des promesses » avec un objectif : attirer la droite dure et le Rassemblement national. Les jeux de séduction ont commencé. Le temps des désillusions, ce sera dans un an ou deux. PATRICK SAUVARD
Retrouvez l’ensemble des interventions sur bit.ly/CourrierObs
Les informés de franceinfo du lundi au vendredi de 20h à 21h
chaque mercredi avec
 ALINE DE PAZZIS