Telerama du 05-01-2022
148 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Telerama du 05-01-2022 , magazine presse

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
148 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Date de parution 05 janvier 2022
Langue Français
Poids de l'ouvrage 18 Mo

Extrait

M 02773 - 3756 - F: F: 3,803,80E
3’:HIKMRH=XUX]UW:?n@h@p@g@a";
MERCREDI 5 JANVIER 2022
HEBDOMADAIREFR 3,80€
BEL, LUX 4,40€DOM 5,70€
CH 5,90 CHFMAR 47 MAD
CPPAP Nº 0621C80864
Nº 3756
DU 8 AU 14 JANVIER 2022
DE RETOUR AU THÉÂTRE
LAETITIA
CASTA,
L’INSOUMISE
SPÉCIAL RÉCITS
UATRE ÉCRIVAINS
RACONTENT LEUR FRANCE
codes 8000Des femmes et des hommes qui partagentLA NOUVELLE
des idées et des projets qui réussissent. ICI, ON PA RLE D’ ICI .
7h15 • 7h30 du lundi au vendrediÉCO
FB_Telerama_NouvEco_2FB_Telerama_NouvEco_2 09X272_NEWS.indd09X272_NEWS.indd 11 16/12/202116/12/2021 10:4810:48
LE RÉ VEIL
DE L’ÉCONO MIE
LOC ALE
A SONN É.L’invitée
1978
Naissance
à Pont-Audemer
(Eure).
1993
Défilé de
haute couture
Jean Paul Gaultier.
2004
Ondine, de Jean
Giraudoux, mise
en scène de
Jacques Weber.
2006
Le Grand
Appartement,
de Pascal Thomas.
2009
Visage, de Tsai
Ming-liang.
2015
Des apaches,
de Nassim
Amaouche.
2017
Scènes de
la vie conjugale,
d’Ingmar
Bergman,
mise en scène
de Safy Nebbou.
Propos recueillis par Jacques Morice
Photos Patrick Swirc pour Télérama
Laetitia Muse malgré elle, mère, Marianne…
Toujours là où on ne l’attend pas,
la comédienne n’a jamais eu peur
de casser les codes. Seule sur scène, Casta elle nous blufe encore une fois.
3a
a
v
a
a
l
s
à
l
t
a
l
r
s
a
s
o
e
L’invitée L’actrice Laetitia c asta
On se souvient du moment précis où Laetitia Casta s’est ré- À voir piano n’est pas un Pleyel. Elle vit les concerts comme une
vélée à nos yeux une actrice de talent. C’était dans The Is- épreuve épouvantable. Au début, le piano est du jeu, elle
land, du Bulgare Kamen Kalev (2011), flm méconnu où, iso- reproduit dès l’âge de 3 ans n’importe quel morceau. Mais n
lée sur une île, angoissée et désarmée, elle assistait à la La Croisade, dès que ce don est remarqué et qu’on l’oblige à travailler,
folie progressive de son compagnon. Le rôle était ardu et de Louis Garrel, elle soufre. Clara avait une scoliose très paralysante,
elle l’assurait en étant solide, juste, sensible. Après avoir en salles. qu’un médecin de Berck a voulu guérir en lui faisant subir
été mannequin d’élite et modèle pour incarner notre Ma- un calvaire. Elle n’a pas eu de vie sociale. Des hommes
rianne nationale, Laetitia Casta n’a pas choisi la facilité. d’orchestre lui ont tourné autour, mais son oncle veillait Y
Elle s’est vite lancée dans l’épreuve de feu qu’est le théâtre, Clara Haskil, au grain. On suppose juste qu’elle a eu des relations avec
interprétant Ondine, mis en scène par Jacques Weber. Plus prélude et fugue, des femmes, au moment où la princesse de Polignac, une
prévisible était son rôle de Falbala dans Astérix et Obélix de serge Kribus, mécène, l’a prise sous son aile. Cette vie à part, le contexte
contre César (1999), mais elle a bifurqué par la suite vers des mise en scène safy historique, l’émigration m’ont passionnée. J’y ai trouvé
fctions plus confdentielles, signées Raoul Ruiz, Pascal Nebbou, jusqu’au des résonances avec ma propre histoire.
Thomas, Damien Odoul, Tsai Ming-liang. Elle est actuelle- 23 janvier, théâtre
ment à l’afche de La Croisade, fable écologique aussi drôle du r ond-Point, C’est-à-dire ?
eque responsable, de Louis Garrel. Paris 8 , Dans la séparation précoce d’avec la famille. À 7 ans pour
Nouvelle étape : un seul-en-scène. Dans Clara Haskil, theatredurond- Clara Haskil. À 14 ans pour moi, l’âge où j’ai commencé à
prélude et fugue, elle interprète cette pianiste juive rou- point.fr. travailler en étant moi aussi en représentation. Je suis
pasmaine prodige, spécialiste de Mozart, au destin contrarié, sée directement de l’enfance à l’âge adulte, sans ce
laboradisparue en 1960. Une pièce et une héroïne a priori à des toire qu’est l’adolescence, où l’on expérimente. Après mon
années-lumière d’elle. Déjouer les préjugés, surgir là où premier déflé Jean Paul Gaultier avec tatouages et
pieron ne l’attend pas, semble être justement la vocation de cings, qui a fait un buzz énorme, tout s’est enchaîné très
cette comédienne. Qui témoigne d’une force de caractère vite. J’avais 15 ans. Gaultier a été le premier à me faire jouer,
peu commune. il fait de la mise en scène sur le podium. Ensuite Herb Ritts
« Je suis passée de l’enfance à l’âge
adulte, sans ce laboratoire qu’est
l’adolescence, où l’on expérimente. »
Dans Clara Haskil, prélude et fugue, vous êtes seule m’appelle, je pars aux États-Unis. Je parcours le monde,
sur scène. Un défi ? j’acquiers une étrange maturité. Et je me souviens de ce
Cela répond surtout à un besoin d’espace de liberté. Je ne jour où, après Milan, New York, Tokyo, je dors vingt-quatre
suis pas tout à fait seule : Isil Bengi m’accompagne au piano. heures d’aflée, ma mère vient me voir dans ma chambre
Mais je ne dépends plus d’un partenaire de jeu. Je goûte au et me dit : je ne te connais plus.
plaisir d’être le maître à bord. C’est très égoïste.
Comment cela s’est-il passé ensuite avec vos parents ?
D’où est venue votre envie d’incarner Clara Haskil ? Il y a toujours eu un décalage. Ils sont très pudiques. Tout ce
Safy Nebbou m’avait mise en scène avec Raphaël Person- qui est du domaine des sentiments n’est jamais exprimé. J’ai
naz dans Scènes de la vie conjugale, adapté d’Ingmar Berg- de bons rapports avec eux, même si cela n’a pas toujours été
man, et on cherchait à retravailler ensemble. J’ignorais facile. Mon père est corse, avec ce côté patriarcal, impérieux,
tout de Clara Haskil et je ne suis pas une grande connais- que j’ai du mal à supporter. Ma mère, normande, elle, s’est
seuse de la musique classique. J’ai découvert le livre de beaucoup sacrifée pour mon frère, ma sœur et moi, elle m’a
Serge Kribus grâce à une jeune femme qui m’a un jour donné l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Cela a compté
abordée dans une boutique. J’ai été très touchée par son dans mes choix, dans mon refus d’être corsetée.
écriture particulière, simple, presque enfantine, qui
éclaire le destin de cette pianiste hors du commun. Son hy- vous l’étiez, dans le mannequinat ?
persensibilité, ses doutes, son obstination à ne pas vouloir Je n’étais pas grande, j’étais un peu ronde. Il est même
archanger de cap malgré les vexations reçues, tout cela m’a rivé qu’on me traite de « grosse vache ». On a voulu me
parlé secrètement. Lors de ses récitals, le public était saisi transformer, changer ma dentition. Claude Zidi, plus tard,
par ce bout de femme qui arrivait toute courbée sur scène sur Astérix et Obélix contre César, m’a dit que j’avais les
caet se métamorphosait dès qu’elle touchait le clavier. Son nines trop pointues et m’a même demandé si on pouvait
jeu était pur, fulgurant, d’une maturité exceptionnelle. les limer ! Peut-être avait-il peur que je morde ! J’ai résisté,
je n’ai jamais voulu changer quoi que ce soit. Je tiens ce
caComment expliquez-vous qu’elle ne soit pas davantage ractère fort de mon éducation, qui n’avait pas que des
déconnue ? fauts. À la maison, il n’était pas question de se laisser
Elle a gardé son âme d’enfant. Sa vie est une suite de ren- abattre, ni de se plaindre. J’ai toujours vu mes parents
tradez-vous manqués, par sa faute souvent. Lorsqu’elle peut vailler beaucoup, mon père sur ses chantiers, ma mère
décrocher des contrats, elle refuse, sous prétexte que le comme comptable ou femme au foyer

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents