Telerama du 20-11-2019

-

Presse
160 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Date de parution 20 novembre 2019
Langue Français
Signaler un problème

M 02773 - 3645 - F: F: 3,303,30E
3’:HIKMRH=XUXXU\:?n@q@e@f@a";
MERCREDI 20 NOVEMBRE 2019
HEBDOMADAIREFR 3,30€
BEL, LUX 3,90€DOM 5,50€
CH 5,70 CHFMAR 43 MAD
CPPAP Nº 0621C80864
Nº 3645
DU 23 AU 29 NOVEMBRE 2019
Nouvel
événement
Télérama
AVEC LES MISÉRABLES
LADJ LY
DYNAMITE
LE CINÉMA
Le
samedi

novembre
Plus
d’infos
sur
Télérama.fr
codes 00/80L’invitée
é prise de couleur, de liberté et de littérature,
l’autrice de BD qui a fait ses classes
à Charlie Hebdo raconte comment la beauté
de l’art l’a sauvée de la violence du monde.
Catherine
Meurisse
Propos recueillis par Laurence Le Saux La peinture et la littérature ne l’inti- Quel rapport Je fréquente Eugène depuis que je suis
Photo Jérôme Bonnet pour Télérama mident pas : elle les voit comme un avez-vous ado. Je me souviens de visites au Louvre,
vivier, une source joyeuse d’émerveil- à Delacroix ? initiées par mes parents [un père
ingélements. Reprenant un travail de jeu- nieur dans l’industrie du bois et une
nesse, Catherine Meurisse, 39 ans, accompagne les mots mère au foyer, ndlr], où j’étais happée par sa Barque de
posés sur Eugène Delacroix par Alexandre Dumas, l’un de Dante. C’est facile de s’intéresser à lui quand on est jeune : il
ses grands soutiens. Elle poursuit ainsi une veine creusée, peignait des chevaux et des félins extraordinaires. Les
suavec humour et pertinence, par Mes hommes de lettres ou Le jets historiques m’étaient moins accessibles, mais la
compoPont des arts. Embauchée toute jeune à Charlie Hebdo, l’au- sition énigmatique de ses tableaux m’attirait. Aujourd’hui,
trice de BD a bénéfcié d’un apprentissage auprès de Cabu, j’aime particulièrement ses esquisses, révolutionnaires, qui
Charb ou Wolinski, se façonnant une patte piquante, au lorgnent vers l’impressionnisme et donnent le sentiment
trait jeté, qui évoque celui de Sempé ou de Claire Bretécher. qu’il s’est bagarré avec la toile. S’il les avait afchées à
Elle qui sait se faire didactique en évitant l’ennui génère des l’époque, il aurait été pendu en place publique !
sourires (Moderne Olympia), voire de francs éclats de rire
(Savoir-vivre ou mourir, Scènes de la vie hormonale) chez ses A-t-il été Il m’accompagne depuis longtemps et
lecteurs. Qu’elle touche ensuite au cœur en racontant son pour vous un fait partie du décor, mais n’a pas été une
après-Charlie (La Légèreté). Rencontre avec une plume acé- « auxiliaire de vie », révélation comme Proust. Lorsque j’ai
rée, trempée dans une encre empathique. comme Proust ? découvert ce dernier sur le tard, à 29 ans,
j’ai ressenti comme une illumination,
Que ressent-on N’allez pas croire que j’ai la grosse tête ! une résonance dans tout le corps. J’ai été entièrement
séen voyant son C’était une facétie préméditée, un clin duite par la musique de son phrasé, son hypersensibilité.
À Lire nom jouxter d’œil à mes précédents livres, où je
faiDelacroix, celui d’Alexandre sais joyeusement descendre les peintres Quelle est l’origine À 24 ans, encore étudiante aux Arts
dééd. Dargaud, Dumas sur et écrivains de leur piédestal. Alexandre de ce Delacroix ? co, je tombe par hasard, dans une
librai140 p., 21 €. une couverture ? Dumas est pour moi un compagnon de rie, sur un petit livre. Je suis interpellée
Drôles de femmes route ; j’ai dévoré, adolescente, son par la couverture, qui reprend La Mort de Sardanapale, et
(réédition), Comte de Monte-Cristo, qui m’avait éblouie. Je m’en souviens le titre, Delacroix. Il s’agit d’un texte de Dumas, à la fois
avec Julie Birmant, précisément, c’était chez mes parents, à la campagne dans abordable et généreux, qui n’emprunte pas les mots d’un
éd. Dargaud, le Poitou, sous un pin dont l’odeur rappelait le sud de la esthète ou d’un critique d’art. J’ai immédiatement voulu
l’il96 p., 19,99 €. France. J’étais complètement amoureuse d’Edmond Dantès ! lustrer. Une première version est sortie discrètement en ☞
4 Télérama 3645 20 / 11 / 191980
Naissance à Niort.
2005
Embauchée
à Charlie Hebdo.
2008
Mes hommes
de lettres
(éd. Sarbacane).
2014
Moderne Olympia
(éd. Futuropolis).
2016
La Légèreté
(éd. Dargaud).a
c
a
a
c
d
a
g
L’invitée L’utrice de B therine Meurisse
☞ 2005. Je souhaitais rester fdèle à l’esthétique des grands ca- Comment Très naturellement, dans l’enfance. Avec
ericaturistes du xix  siècle, Cham, Daumier ou Grandville. êtes-vous venue ma sœur, nous faisions des pastiches du
C’était un parti pris esthétique radical : des illustrations en au dessin ? Journal de Mickey. Et je reproduisais des
noir et blanc, avec un dessin très nerveux, pointu, et un détails de Watteau ou de Poussin sur des
texte manuscrit. J’avais alors l’insouciance de la jeunesse, petits formats. Mes professeurs me poussaient à faire une
je ne savais même pas si j’aurais des lecteurs. Pour me do- école de dessin mais j’étais très timide, je me contentais de
cumenter, j’avais rencontré des spécialistes, assisté à une rougir en disant « oui, oui ». Entre 13 et 16 ans, j’ai gagné des
cérémonie au château d’If et fréquenté la Société des amis prix aux concours scolaires du festival d’Angoulême. J’ai
rend’Alexandre Dumas, dont Alain Decaux, qui la présidait. Ce- contré Jean Solé [dessinateur, notamment, de Superdupont,
la m’avait beaucoup amusée. ndlr] et ses collègues de Fluide glacial, qui m’ont encouragée.
Seulement, j’étais tellement anxieuse que j’ai préféré
De quelle façon Je le voulais aussi famboyant que De- m’orienter vers des études littéraires : j’aimais ça, et puis ça
avez-vous modifié lacroix. Alors j’ai ajouté de la couleur. me semblait un bagage plus concret. Mais je m’ennuyais à la
le livre pour L’ouvrage oscille entre illustration, fac, je trouvais qu’il n’y avait pas assez de cours — je sais, ce -
cette édition ? peinture, BD, dessin de presse et carica- la fait tête à claques de dire ça… Alors j’ai rejoint l’école
Esture ; je me suis ofert une grande liber- tienne, pour laquelle j’avais eu un coup de foudre.
té, et la peinture m’a apporté une joie intense. C’est la pre-Ci-dessous
et page suivante : mière fois que je montre ce savoir-faire. J’ai ressenti comme t rès vite, vous En gagnant des concours de dessin de
images extraites une libération en surveillant la progression des taches publiez dans presse, je croise Honoré, Jul, Tignous,
de Delacroix, dans
d’encre, seule face au papier. Le jeu avec les formes, les Charlie Hebdo, qui m’encouragent à passer au journal. laquelle Catherine
Meurisse alterne couleurs et les matières m’a enchantée. J’ai dû me faire avant d’y être En 2001, à 21 ans, je rencontre l’équipe. Je
planche de BD confance, marcher à l’instinct. Il n’y a pas eu de repentirs, salariée en 2005… suis rouge tomate… Eux m’invitent à
et réinterprétation
c’était comme un petit miracle. Merci aux peintres dont m’asseoir là et à me mettre à dessiner ! Je d’œuvres
du peintre. j’observe les tableaux depuis un long moment ! leur propose un reportage sur un voyage scolaire à la foire du
livre de Bologne. Je me revois, une fois revenue, avec Riss
dans un couloir, à découper mes dessins pour fabriquer une
colonne du journal… Il était heureux de transmettre ce
savoir-là. Je découvrais un métier. Mon reportage avait été
imprimé dans la foulée, c’était prodigieux. Je travaillais aussi
pour Les Échos, où j’avais été introduite par le dessinateur
Morchoisne. Cela faisait rire, à Charlie, que je fasse ainsi le
grand écart, mais c’était toléré, on comprenait que je devais
bosser. Il faut avouer que je ne comprenais rien à l’économie :
j’abordais les articles comme des dissertations littéraires.
Comment Je n’ai pas soufert d’être une nana. Il y
s’intègre-t-on avait bien le machisme historique,
dans une presque culturel, de Wolinski, mais
rédaction c’était très facile de lui rentrer dans le
exclusivement lard quand il dépassait les bornes. Pour
masculine quand gagner le respect de chacun, il fallait
on est une jeune bosser, faire le journal. C’était la seule
femme ? priorité. Philippe Val, alors directeur,
me répétait que j’étais « au même niveau
qu’eux ». Ma connaissance de la caricature et du dessin de
presse m’a aidée : je savais quelles étaient les infuences de
Cabu, l’histoire de Hara-Kiri m’était familière. Bien sûr,
j’étais terrifée. En conférence de rédaction, je suis long -
temps restée silencieuse, par trouille de passer pour une
idiote. Cela me gênait, et je m’en étais ouverte à Wolinski.
« Tu t’en fous ! Reiser ne parlait jamais en réunion ! » m’avait-il
répondu. Pendant un an, je n’ai pas réussi à afcher mes
dessins au mur, comme c’était l’usage. J’étais extrêmement
dure avec moi-même, je ne me trouvais pas à la hauteur. Et
puis je me suis assouplie. L’apprentissage s’est fait à vitesse
«  Apr ès l’attentat, j’ai eu besoin de grand V avec cette équipe de sales gosses, entre les parties
de rigolade et les engueulades. Moi qui venais d’un milieu lenteur. J’ai arrêté le dessin de presse,
écolo, plutôt de gauche mais pas militant, j’ai fait ma culture
je n’ai plus pu courir après l’actualité. politique à Charlie. Je ne pense pas idéaliser ces années,
très stimulantes mais aussi parfois déprimantes. Je me sou-Comme en réponse à la violence
viens d’avoir fni 2014 sur les genoux : nous bossions énor -
du monde, mon trait s’est arrondi. » mément, Charb vivait sous la menace d’une fatwa. ☞
6 Télérama 3645 20 / 11 / 19
therine meurisse/darud 2019Trimatic symbolise 3 inventions brevetées SEIKO,
elles garantissent le plus haut niveau de qualité
et de durabilité de nos montres automatiques.
SEIKO PRESAGE TELERAMA 209x272 DATE 09/10.indd 1 27/09/2019 12:28g
c
a
a
L’invitéE l’ AuTriCe de Bd CATHerine MeuriSSe
en réponse à la violence du monde, mon trait s’est arrondi. À
Charlie, j’ai appris à ne pas m’embarrasser du superfu. Mais
je réalise aujourd’hui que mon dessin tient aussi avec un
décor plus présent et des moments de rêverie. J’ose aller
désormais sur le terrain de la poésie — ce grand mot qui fait peur…
Pour une afiche Je n’ai lu que ça, enfant, avec Le Petit
Nidu prochain colas ! C’était un ravissement, je pleurais
Festival de rire aux jeux de mots de Goscinny et
d’Angoulême, aux caricatures d’Uderzo, qui parvenait
vous vous êtes à placer les visages de Pierre Tchernia
représentée, ou de Guy Lux. Astérix me donnait faim :
gamine, lisant on y croque des fromages, des
sauun Astérix… cisses… C’est tellement généreux, ça
met vraiment en appétit. Plus tard, je
suis passée à Gotlib, Reiser ou Bretécher. L’alliance de
Roald Dahl et de Quentin Blake m’a aussi marquée.
vous avez rejoint Je ne travaille plus beaucoup le sujet en
le Collectif dessin. Je l’ai beaucoup fait au moment
des créatrices de de l’afaire DSK, en 2011, qui m’avait
bande dessinée, mise en colère. Mais je sens depuis peu
Le 7 janvier 2015, Dans le livre qu’il vient de publier 2, Riss lancé en 2016. que la colère revient. Alors que, depuis
Charlie Hebdo parle du gris de cette matinée. Ce gris du Quel féminisme l’attentat, je ne voulais plus parler
poliest attaqué par ciel s’est transformé en plomb. Je me pratiquez-vous ? tique, je me sens davantage dans le
des terroristes 1. souviens d’une déambulation aveugle. monde, concernée à nouveau par ce qui
Ce n’est plus moi, mais une autre Cathe- s’y passe. Je suis contente de voir que des voix émergent, se
rine. Qui arrive en retard pour la conférence de rédaction, font entendre aussi concernant l’environnement. Ce sont
croise Luz et Angélique, la réceptionniste, dans la rue, et deux luttes conjointes et importantes. J’apprécie que Greta
n’entre pas dans le bâtiment. Un mécanisme psychologique Thunberg, cette jeune flle qui emmerde les vieux cons,
inde protection a rendu tout cela abstrait pour moi. On ne carne l’urgence écologique. Elle est teigneuse et c’est tant
peut pas vivre avec ça. Mon cerveau ne veut plus y aller, et mieux. Dire que l’on pointait déjà les dangers des pesticides
j’ai désormais peur de transformer les souvenirs. dans les années 1980 et qu’en 2019 le gouvernement
renonce à prendre les mesures pour nous en préserver…
Comment J’étais dans un état lamentable, je ne
concevez-vous mangeais pas, je répétais des phrases en En quoi consistera Avec mes collègues Florence Cestac et
ensuite La boucle. Un couple d’amis, les coloristes votre rôle Jul, nous avons été sollicités par le Centre
Légèreté, en 2016, Isabelle Merlet et Jean-Jacques Rouger, de « marraine » national du livre. Nous sommes chargés
où vous revenez m’ont emmenée sur la dune du Pilat. Je de l’Année de de représenter les auteurs de BD dans de
sur ce drame ? me rappelle un ciel extraordinaire, qui la bande dessinée, nombreux événements : des
exposim’a foudroyée. Je me sentais à la fois de - voulue en 2020 tions, des rencontres avec le public ou
vant et dans le paysage. J’étais le vent, j’étais la vague. J’étais par le ministère des conférences. Je suis très honorée
hébétée. Et j’ai eu la perception de l’importance de la beau- de la Culture ? d’avoir été chargée de cette mission.
À voir té. J’ai voulu aller la chercher en Italie, à la Villa Médicis. En
« Delacroix », passant l’oral pour y être accueillie en résidence, j’étais Quel regard Je partage avec mes confrères un constat
de Catherine dans une dépression totale, je regardais mes pieds, j’avais portez-vous sur inquiétant. Nous vivons un paradoxe :
Meurisse, peur de pleurer. Mes gardes du corps, l’un juif et l’autre mu- l’évolution du alors que le secteur se porte bien, les
auexposition-vente sulman, avaient chacun fait une prière pour que je sois ac- métier d’auteur ? teurs rament de plus en plus, la
majodes planches ceptée. Je n’ai pas été prise, et me suis de nouveau efon- rité peinent à gagner le smic, et une
de la Bd, galerie drée. Et puis il y a eu ce geste d’amitié d’une jeune femme partie d’entre eux arrêtent ce métier. Les conditions se
durBarbier-Mathon, qui travaille pour la Villa, et m’a informée de la possibilité cissent : le temps de création est très peu rémunéré, il faut
eParis 9 , d’un autre type de séjour, moins long. Je suis arrivée à Rome faire plus et plus vite. Par exemple, on fait régulièrement un
du 11 décembre complètement sonnée après les attentats de novembre. travail de photogravure, en scannant nos propres planches
au 13 janvier. Dans la Villa, il y avait des copies de Raphaël, des murs bri- — ce pour quoi l’éditeur ne nous paie pas. On a souvent
l’im« Catherine colés par Balthus… D’un coup, mon cœur s’est réchaufé, je pression, en tant qu’auteur, d’être la cinquième roue du
Meurisse, chemin me suis sentie à l’abri. J’ai entrevu une communauté d’ar- carrosse. Le système éditorial est à revoir. J’espère donc
de traverse », tistes qui fonctionnaient ensemble. J’ai recommencé à rire, que cette Année de la BD sera utile. Ce ne doit pas
seuleexposition à faire des blagues, à parler de mes copains. ment être une mise en avant d’un métier passion, en
ignoau festival rant les dossiers qui importent vraiment aux auteurs •
d’Angoulême (16), Comment votre Après janvier 2015, j’ai eu besoin de len- 1 Cabu, Wolinski, Charb, Tignous ou encore Honoré font partie
du 30 janvier style graphique teur. J’ai arrêté le dessin de presse, je n’ai des victimes de cet attentat.
au 2 février. a-t-il évolué ? plus pu courir après l’actualité. Comme 2 Une minute quarante-neuf secondes, éd. Actes Sud.
8 Télérama 3645 20 / 11 / 19
therine meurisse/darud 2019PUBLICITÉ
BUVEZ FRAIS, VRAI
Parmi toutes les offres du marché,
comment trouver LA boisson qui combine
plaisir et authenticité ?Grâce àune
citronnade bio inspirée du fait-maison avec
*du jus de citron ,del ’eau, des arômes
naturels et une touche de sucre de canne.
On fait le point !
PENSEZ AU CITRON
Quoi de plus authentique qu’un beau citron doré
pour donner du goût àl’eau ?Frais et acidulé,
ce fruit du Sud gor gé de soleil se transforme en une
citronnade désaltérante. Ajoutez quelques glaçons
ou encore des feuilles de menthe, vo us obtenez
MISEZ SUR LE BIOune boisson pleine de fraîcheur .
Cultivés sur des terres qui leur offrent
SI SIMPLE DE SE RAFRAÎCHIR naturellement les meilleures conditions,
les ingrédientsbio poussent àleur rythmeQuoi de plus authentique que le gout frais
dans une biodiversité préser vée et selonet acidulé du citron ?Cefruit du Sud gor gé de
des normes strictement contrôlées.soleil est l’atout désaltérant de la citronnade.
Les boissons Honest sont ainsi certiféesConformément àlaréglementation de l’agriculture
bio par la réglementation européennebiologique, ni colorants, ni conserv ateurs, et pas
de l’agriculture biologique.
d’édulcorants pour la recette de notre enf ance De quoi faire le choix de mieux
re visitée en bouteille, mais de l’eau, du jus de consommer en toute confance !
citron*, des arômes naturels et juste ce qu’il fa ut de
sucre de canne... bio. Du bio, du vrai, av ec un goût
lé ger et savo ureux, on dit oui !
*àb ase de co nc entr é LE SA VIEZ -V OUS ?
Reine des boissons désaltérantes,
la citronnade est aussi prisée au
MoyenOrient qu’en Asie, au Ve nezuela qu’enLA RESPONSABILITÉ VERSIONH ON ES T
Inde, et ce depuis le qatarmizat égyptien
Parce que sincérité et authenticité sont l’ADN même des edu VII siècle, une boisson àbase
boissons Honest depuis la création de la première dans de jus de citron et de sucre. Selon les
la cuisine du fondateur.Enplus d’une qualité rare, ces traditions, les époques et les pays,
boissons sont porteuses d’un potentiel positif pour la elle peut être agrémentée de menthe
société et l’environnement. En plaçant l’honnêteté au cœur ou de gingembre, de cumin, de safran
de sa raison d’être, la marque affche une personnalité à ou tout simplement de sel !
l’image de son fondateur :pionnière et active.
POUR VO TRE SA NTÉ, MANGEZ AU MOINS CINQ FRUITS ET LÉ GUMES PARJ OUR. MANGERBOUGER.FR
Honest (naturalite)-Telerama-ok.in dd 1 04/06/2019 15:36
©2019 Honest Te a, Inc. Tous dr oits réservés. HONEST est une marque déposée de Honest Tea, Inc. -Coca- Cola Services France, SAS au capital de 50 000 Eur os -
404 421 083 RCS Nanterre.Photos :©Lisa und Wilfried Bahnm√ºller/Alamy -©p ix delux e/iS tock -©Katerina Sisper ova/iS tockCAP SUR
L’EXPL ORATION
L’ Antar ctique à bord du pr emi er
na vir e d’ ex péditi on hy br ide au monde
Av ec son hér itag e pionnier qui remont e à 125 ans, Hurtigrut en
vo us pr opose de vivr e d’ extr aor dinair es ex périences dans les
lie ux les plus re culés de la pl anè te , co mme l’ultime continent
vier ge . Aucun voyage d’ aventur e ne pe ut ég al er une cr ois ièr e
d’ ex pédition en Antar ctiq ue . Vivez le fr isson de vo us ra pproch er
des magnifq ue s icebergs, de vis it er des sta tions scientifq ue s
isolées et d’ ob se rv er une fa une sauv ag e comme les manc hots,
les ph oq ue s et les bal eine s dans leur ha bita t na tur el. De ret our
à bord, vo us pourr ez pr of ter du co nf or t de notr e nouveau na vir e,
le MS Roal d Am und se n, avec se s ca bine s spacie uses avec balco n,
se s va stes ponts d’ ob servation, se s agr éa bles salons et son espac e
CR OISIÈREdé tent e et sp a.
FJORD S CHILIENS ,Comme na viguer au cœur de ces te rr it oir es demand e une
ANT ARCT IQUE ETattitude responsable , le MS Ro al d Am und sen est éq uipé d’une
ÎLE S MAL OUINE Stechno logie hybr id e novatrice , respectueu se de l’ en vir onnement .
Départs les 11.02.20, 19 .11.20 et 09.0 2.2 1
avec ac compagna teu r fr anç ais
€T TC*Vo tre voya ge commence 8 490 vols inclus
da ns vo tre agence de voya ge s, *Ofr e soumise à condit ions , va la ble po ur une réservat ion ava nt le 10 .0 1. 20 20 . Prix par personne, pour
une cr oisièr e de 20 jour s, en ca bine ex térieur e doub le avec vue limit ée , pension co mp lèt e, tr ansf er ts etsur hur tigru ten.FR ou au 01 82 88 85 13 vo ls tr ansa tlant iques ré gulier s en classe éc onomique au dépar t de Paris .
AP_Hurti_Telerama_2 09x272_Explo_1 1-2019.indd 1 04/11/2019 12:33
© ST EF AN DA LL
© HURTIGRUTEN
À partir de
© HURTIGRUTEN
© Karste n Bidst rup - RCS Paris B 449 035 000 5 - IM0 7510 0037­
a
g
a
m
a
t
r
r
­
s
du 23 au 29 novembre 2019 Sommaire
Le écLaireurs
Rarement on avait montré l’action de la 4 police dans les quartiers réputés dif­
ciles avec tant d’intensité. Mais sans
pa thos ni caricature. Sans opposer les
clans. Flics ou voyous. C’est au contrai­
re en révélant dans Les Misérables, jus­
tement récompensé au Festival de Can­
nes, ce que pouvaient avoir en commun
leurs existences que Ladj Ly a réussi
une œuvre coup de poing. Qui dyna­
mite les codes du flm de genre et agran­
dit l’horizon. L’ouvre. Comme ouvre 22 généreusement aussi aux métiers du
cinéma la formidable école Kourtrajmé
qu’a fondée ce réalisateur ; en témoi­
gne notre reportage. Peut on espérer
même élargissement de nos regards
— et bientôt de nos comportements so­
ciétaux — grâce aux courageuses décla­
rations de la comédien ne Adèle Haenel
et de la photographe Valentine Mon­
nier, confant publiquement avoir été
victimes de cinéastes carnassiers ? C’est
l’objet de notre dossier. Des artistes
pour éclairer nos chemins, incarner de
toutes leurs forces les légitimes com­
bats de nos sociétés. Beaucoup restent
des phares. Delac roix, Proust, l’amour
de l’art n’ontils pas sauvé la piquante et
inspirée autrice de bande de ssinée
Catherine Meur isse, notre invitée, de
l’enfer vécu lors des attentats de Char -Sur
lie Hebdo, où elle a travaillé de 2005 à TéLérAMA .fr 36 2015 ? — Fabienne Pascaud
Couverture Sur télérama .F 30 Plus be soin de couper son gin CritiqueS
Ladj Ly À lire dans la zone abonnés De la Bretagne à la picardie, 55 Le rendez-vous
Photo Olivier en t urquie, une cité de cet alcool à base de baies l e film Les Misérables,
Metzger pour 12 000 ans bientôt engloutie de genièvre se réinvente de ladj l y
Télérama 36 Scénariste au long cours 58 Cinéma
zine après Un village français, 64 Musiques
4 L’invitée Frédéric krivine s’est attelé 67 Enfants
l ’autrice de BD à la série Une belle histoire 68 Livres
c atherine meurisse 38 La cité a droit de ciné 74 Arts
13 Premier plan À montfermeil, ladj l y, 76 Scènes
la procédure de destitution auteur des Misérables, a fondé
de Donald t rump l’école kourtrajmé. un succès éléviSion
14 Qui ? Comment ? Pourquoi ? 42 La fantaisie fantastique 79 Le meilleur de la semaine télé
ce numéro comporte : 18 Coup de chapeau l e metteur en scène Barrie The Irishman, film de
une couverture spécifique
« paris-iDF » pour les l ’écrivain ahmet altan kosky a l’art d’enchanter l’opéra martin scorsese, sur netflix
abonnés et les kiosques de
paris-iDF et une couverture 20 Temps forts sur Télérama.fr 90 Programmes
nationale ; posés sur
ela 4 de couverture pour et courrier utrement et commentaires
les abonnés de la France
métropolitaine : un 32 pages 45 Penser
« salon du livre de montreuil »
pour les abonnés des LE do SSiEr au lieu de raser et rebâtir, adio
dép. 75, 78, 91, 92, 93 et 94 ;
un dépliant 6 pages 22 Clap de fin pour l’impunité ? ne vaut-il pas mieux réhabiliter ? 146 Le meilleur de la semaine radio
+ enveloppe t « Donnons
pour Démos » pour les l e séisme a dèle haenel, 48 Voyager radio parleur, un média
abonnés de l’édition
parisienne avec Sortir. édition polanski à nouveau accusé À édimbourg avec conan Doyle à l’écoute des luttes
régionale, Télérama+Sortir,
pages spéciales, foliotée de viol… l e cinéma français ne 50 découvrir 151 Les programmes
de 1 à 64, jetée pour les
kiosques des dép. 75, 77, 78, peut plus fermer les yeux. est-il De bonnes poires, le jeu vidéo
91, 92, 93, 94, 95, posée
esur la 4 de couverture encore possible de distinguer de l’oie, des livres à croquer… 156 T alents
pour les abonnés des
dép. 75, 78, 92, 93, 94. les hommes de leurs œuvres ? 159 Mots croisés
Télérama 3645 20 / 11 / 19 11
Jérôme Bonnet pour télérama | romain Jeanticou pour télérama | mathias DeparDon | r uDy Waks pour téléramaTELERAMA_ ABERLOUR _209x2 72_EXE.i ndd 1 31/10/20 19 15:33s
e
t
a
d
n
o
f
o
s
e
s
è
s
s
l
u
Premier Pan
George Kent,
haut fonctionnaire,
et William Taylor,
ex-ambassadeur
en Ukraine, au Capitole
des États-Unis,
le 13 novembre.
RepR R
Par Olivier Pascal-Moussellard
ment d’une solennité exceptionnelle. Citant les Pères fonda-Un spectacle captivant, une véritable
démonsteurs, il rappelait que le président a beau disposer d’un
tration de force, joués dans le plus sobre des dé - pouvoir inouï, les institutions veilleront toujours à ce qu’il
n’en abuse pas. Et qu’elles ne transigeront jamais. Quant aux cors : les premières journées d’auditions dans
premiers témoignages — de l’ancien ambassadeur en
l’enquête sur la destitution du président des Ukraine et d’un haut fonctionnaire du Département d’État —,
États-Unis, conduites tambour battant dans une salle sans leur efet fut spectaculaire : ainsi donc, au royaume des
Gaapparat du Congrès américain, tenaient de l’alliage magique. fam, des fake news et des tweets rageurs, la simple parole
La gravité et le suspense, le drame et la dignité, le mensonge peut encore peser, et la recherche patiente et pointilleuse du
et l’intégrité… Une infnie palette de couleurs ne sufrait pas mot juste — bref, de la vérité —, imposer le respect ? Pareille
pour rendre l’atmosphère particulière d’un rituel qui semble leçon de science politique et d’esprit civique en direct ne
emprunter autant aux dialogues assassins de la série House s’était pas vue depuis longtemps. Soudain, la démocratie
of Cards qu’à la froide rigueur d’un cours de droit constitu- n’est plus cet alliage léger que chacun peut tordre et
menationnel, de géopolitique ou d’histoire des États-Unis. Dès son cer à coups de commentaires imbéciles et brutaux, mais une
discours liminaire, le président de la commission des rensei- structure en fonte sur laquelle même les coups de club de
gnements de la Chambre des représentants habillait l’événe- golf d’un président viennent lamentablement se briser •
Télérama 3645 20 / 11 / 19 13
2019 The AociATed Pres/Pho T Alex BrAndons
n
l
Qui ? Comment ? Pour Quoi ?
de luttes et de désespoirs. Trente ans
sans quo Tas, plus tard, y a-t-il réellement de quoi
cépas D e Fe MMes lébrer un anniversaire ? partout dans le
Jeudi 14 novembre, en écoutant Franck monde, les droits de l’enfant sont
enesriester aux 2  assises pour la parité, core bafoués. Des millions d’entre eux
l’égalité et la diversité dans le cinéma et sont pris pour cible dans les confits
l’audiovisuel, organisées par le volonta- armé s — en syrie et ailleurs — et, selon
riste collectif 50/50 et le CnC, on n’a pas l’unicef, on compte deux cent trente
eu besoin de s’aider de nos doigts pour millions d’« enfants fantômes », qui ne
compter. « 82 % des œuvres difusées à la sont reconnus d’aucune autorité, sans
télévision sont réalisées par des hommes », existence ofcielle et n’ayant par consé -
déplorait le ministre de la Culture, quent droit à rien. et en France ? Cent
c itant un chifre du CnC. soit 18 % de sé - mille enfants ne sont pas scolarisés, six
ries et de fctions créées par des femmes cent mille sont mal logés, un sur trois
sur le petit écran. proportion scandaleu- ne part jamais en vacances, des milliers
sement basse. C’est l’avis de la patronne ont peu ou mal accès aux soins. on
atde France Télévisions, Delphine ernot- tend quel anniversaire de la Cide pour
te. succédant à la tribune à son minis- l’appliquer en vrai ? — Julia Vergely
tre de tutelle, elle a annoncé la mise en Les droits de l’enfant, c’est encore loin ?
place de quotas de réalisatrices à
respecter pour les œuvres de fction
difusées sur ses antennes, dès 2020. a ssuré- un anniversaire 
ment la mesure la plus concrète et peu glorieux
pro-active de la journée 1 , avec la nomi- Trente ans que le principe de « l’intérêt
nation systématique d’un « référent supérieur de l’enfant » a été décrété
harcèlement sexuel » sur tous les tour- dans la Convention internationale des
nages du groupe public. r estent à déf- droits de l’enfant (Cide). Trente ans que
nir les conditions d’application, les ce texte, signé par cent
quatre-vingtsanctions en cas de non-respect des quinze pays le 20 novembre 1989 — les
objec tifs et à fxer le pourcentage à États-unis et la somalie ne l’ont jamais
a tteindre. et sur les chaînes privées, on ratifé —, garantit aux enfants le droit de
fait quoi ? — Émilie Gavoille vivre dignement, de s’exprimer, d’aller
1 Une « bible 50/50 » pour répertorier les à l’école, d’habiter un logement digne, 299
noms de professionnelles afin d’améliorer d’être soignés, d’être égaux, flles et gar- C’est le nombre de postes supprimés à
la parité sur les tournages et une charte çons, de se divertir. l a Cide comme Radio France (à tempérer par la création de
pour l’inclusion dans le cinéma et rempart à l’enfance, période sacrée de 76 autres) dans le cadre du plan stratégique
l’audiovisuel ont aussi été adoptées. la vie, qui ne devrait jamais être semée – et d’économies – de la pdg, Sibyle Veil.
rep Ér Ée Âge une trentaine d’années, qu’elle ne bonheur ou à Hello Dolly !. Dès l’âge de
souhaite pas préciser davantage — « Mon 6 ans, elle grimpe sur les planches pour
agent ne serait pas content ! » assure-t- donner de la voix. « J’ai toujours passé
elle avec un sourire d’excuse. des auditions », précise-t-elle comme
Actualité elle reprend le rôle de Barbra une évidence. en 2014 à l ondres, elle
streisand dans Funny Girl, au Théâtre explose dans Forbidden Broadway, où
Marigny à paris. un déf, car l’héroïne elle imite avec un naturel saisissant
de cette comédie musicale est une une pléiade de chanteuses.
forte personnalité qui a vraiment exis- Signes particuliers Cette
« impressionté. pour endosser le costume de la niste vocale » à la palette étendue n’est
chanteuse Fanny Brice (1891-1951), star pas très grande. « Je suis trop petite
des Ziegfeld Follies à new York, véri- pour tous les rôles, peste-t-elle.
L’industable clown sur scène et malheureuse trie a tendance à vous mettre dans des
en amour, il faut de l’abattage, du mor - cases, je n’entre dans aucune. »
dant, et une sacrée voix. Christina observations Cette Funny girl, prisant
Bianco n’en man que pas. les « grandes voix qui racontent une
hisAscendants elle se dit new-yorkaise pur toire » — celles de Judy garland, d’Édith
jus, amoureuse des comédies musica- piaf, de shirley Bassey ou de Céline
les depuis l’enfance : « Là-bas, ça doit Dion —, épate les spectateurs par son ai-Chris Tina couler dans l’eau que l’on boit, dès la sance et sa puissance. prouvant que nul
naissance », plaisante-t-elle. ses parents n’a besoin de longues jambes pour tu-Bian Co l’initient toute jeune à La Mélodie du toyer les sommets. — Laurence Le Saux
14 Télérama 3645 20 / 11 / 19
Julien Benhamou |  icola Krief/divergence |  umniQui ? Comment ? Pour Quoi ?
et LA Lu MNi
Fut
envie d’approfondir avec le petit
dernier sa leçon sur les volcans ? besoin
urgent de retrouver les dates clés de la
Première Guerre mondiale la veille
d’une évaluation ? Parents, élèves,
Lumni est fait pour vous. sous ce nom
qui rappelle nos cours de latin se
cache la nouvelle plateforme
éducative commune de l’audiovisuel public,
qui regroupe plus de onze mille
contenus pédagogiques (vidéos, audios,
jeux, articles) en lien avec toutes les
disciplines du programme scolaire, de
la maternelle au lycée. Accessible sur
tous les écrans (ordinateur, tablette,
smartphone) et relayée sur les réseaux
sociaux (Facebook et Youtube),
Lumni peut aider à faire ses devoirs mais
aussi à développer sa culture générale,
pour peu qu’on soit curieux. De
nombreux modules sont par exemple
consacrés à l’éducation aux médias
(débusquer les fake news, décrypter
une image, etc.). « Nous avons décidé de
regrouper tous les contenus de
France TV Éducation, d’INA-Jalons et
d’Éduthèque sous un même pavillon,
détaille Amel cogard, directrice des
services numériques jeunesse et
éducation de France t élévisions, qui
pilote conjointement le projet avec l’iNA
(lire son interview sur t élérama.fr).
Lumni s’adresse au grand public, mais
aussi aux enseignants et aux éducateurs,
qui disposent d’un accès sécurisé à trois
mille ressources pour préparer ou
illustrer un cours ou un atelier. » radio
France (podcasts), France Médias
Monde (langues), Arte et t V5 Monde
(vidéos) en sont aussi. et le tout
gratuitement et sans publicité. Merci le
serLa nouvelle plateforme éducative de l’audiovisuel public regroupe plus de onze mille contenus. vice public ! — Richard Sénéjoux
Aux
LArM es, YVes robert Lucette
etc. JeANN eAu Free MAN Destouches
69 ans 82 ans 107 ans
Le documentaire français perd avec lui Les ex-beatles, Paul Mccartney et rin- Voyage au bout de la vie. Lucette
Desson meilleur ambassadeur, et un hom- go starr, lui ont rendu un hommage touches aura fnalement survécu
cinme d’une insatiable curiosité. sa vie du- appuyé. et on les comprend. r obert quante-huit ans à son mari,
Louis-Ferrant, il a réalisé et produit des dizaines Freeman était un des photographes dinand céline. Née Lucie Almansor,
de flms. À la tête du sunny side, créé il préférés du mythique groupe de rock, elle a enseigné la danse jusqu’à 85 ans
y a trente ans, il défendait partout dans pour lequel il a réalisé cinq pochettes dans leur maison de Meudon, qu’elle
le monde la création documentaire. d’albums (Help !, Rubber Soul…). n’avait pas quittée.
Télérama 3645 20 / 11 / 19 15t
é
d
t
é
t
z
Qui ? Comment ? Pour Quoi ?
tous, mais c’est une utopie, car deux des partis au pouvoir
Vu de L ’ranger — Amal et le Hezbollah, tous deux chiites — ont des milices
armées. Pourtant, cette révolte est chiite avant tout. Personne Le Li Ban à L ’au Be ne pouvait imaginer que cette communauté se retournerait
contre ses leaders. Pour la première fois, le mur de la peur est ’une r Vo Luion ? tombé, et il ne peut y avoir de retour en arrière. »
Depuis le 17 octobre, des centaines de milliers de Libanais manifestent pour La réponse de ad MouL aka
dénoncer la corruption d’un pouvoir à bout de soufle, que se partagent compositeur et plasticien
les représentants des trois confessions du pays – chrétiens, sunnites et chiites. « Je n’avais plus aucun espoir pour ce pays : chacun était dans
Quatre personnalités du monde de la culture décryptent ces événements. son clan. Puis le miracle a eu lieu. J’ai enfn vu des gens crier,
scander la même chose, souhaiter casser le barrage des
conLa réponse de pierre s arraf fessions. “c ommençons par nous changer nous-mêmes”,
producteur de cinéma pouvait-on lire sur la pancarte d’un manifestant. Car il s’agit
« La guerre civile s’est arrêtée en 1992, mais elle s’est réelle- bien d’une révolution de soi. Pour la première fois, ce ne sont
ment terminée avec les manifestations actuelles. Car jusque- pas les autres, les partis, qui disent quoi faire ou penser. »
là, aucun travail de réconciliation, de psychologie collective
n’a été mené. Dix-sept mille personnes ont disparu pendant La réponse de JouMana Haddad
le confit, leurs familles ne savent toujours rien d’elles. Pour romancière, journaliste et essayiste
la première fois, la majorité silencieuse, celle qui travaille et « Cette révolte est aussi, et surtout, celle des femmes qui
ne vote jamais parce qu’elle n’y croit plus, est descendue dans ajoutent leur colère à celle du peuple. Car la femme libanaise
la rue spontanément, chacun manifestant loin de sa confes- est une citoyenne de seconde zone. Chaque communauté est
sion ou de sa condition sociale, souvent contre son propre régie par un code religieux. Or on sait le peu de cas que les
parti. La parole s’est libérée. Il y a déjà eu des révoltes en 2005, religions monothéistes font d’elles. Avant les élections de
puis en 2015, mais elles se sont toujours terminées par des 2018, seules quatre femmes sur cent vingt-huit représentants
compromis, dont nous avons payé le prix. Maintenant, il siégeaient au Parlement. Elles étaient six après le scrutin,
faut aller au bout, quoi que cela implique. » alors que cent onze s’étaient présentées. Nous avons bien
essayé d’imposer une politique de quotas. Mais les partis
La réponse de p atrick Baz l’ont refusée, disant que c’était une insulte à la gent
fémiphotojournaliste nine. S’il nous faut nous débarrasser de l’ensemble de la
« Pour l’instant, il s’agit d’une révolte, pas encore d’une révo- classe politique, corrompue jusqu’à la moelle, nous devons
lution : ceux qui détiennent le pouvoir n’ont pas été attaqués aussi laïciser notre Constitution pour nous en sortir. »
sur leur lieu de résidence, ni virés. Il faudrait qu’ils dégagent propos recueillis par Yasmine Youssi
Le 19 octobre,
à Beyrouth,
manifestation
pour réclamer
le départ de toute
la classe politique.
16 Télérama 3645 20 / 11 / 19
Stéphane Lagoutte/MY op