Affiches Parisiennes n°47 - 22 novembre 2019

-

Presse
46 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Affiches Parisiennes n°47 - 22 novembre 2019

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 novembre 2019
Langue Français
Signaler un problème
Journal hebdomadaire d’information juridique et d’annonces légales
L7aete1t8îtoîctaobrAevîa 1 e 27 Congrès ACE face à la haîne en lîgne “IA Intellîgence Avocat”
DROIT
Grenelle du droit : quand le juriste fait face à une révolution
22 novembre 2019n° 47- 1,40
DROIT
© A.P. © D.R. Elections au Conseil de l’Ordre « Avec CAMPUS AFJE, au barreau de Paris - Katia nous plaçons le juriste Merten-Lentz et Thierry Schoen au coeur de l'entreprise »
© D.R.
© A.P.
2
ffiches PARISIENNES
S.A. au capital de 576 000 € RCS PARIS 572 227 593 Siège social : 3, rue de Pondichéry 75015 Paris Tél : 01 42 60 36 78 / Fax : 01 42 61 27 84 www.afîches-parisiennes.com email : redaction@afîches-parisiennes.com
Président-directeur général :Éric Berthod Directeur de la publication :Boris Stoykov Rédacteur en Chef :Jean-Paul Viart Rédacteurs :Anne Moreaux, Lila Daoui, Timothée David, Quentin Clauzon. Secrétaire de rédaction - maquettiste :Philippe Charresson Impression :SIEP, ZA Les Marchais, 77590 Bois-le-Roi N° de commission paritaire: 0921 I 86 209 ISSN: 0998-481 Dépôt légal à parution
Abonnement Tarifs TTC 1 an............................... 32€ 2 ans............................. 60€
TARIF HT DES ANNONCES LÉGALES Annonces légales
Département 75 �������������������������������������������������������������������� 5,50 €
Département 92 �������������������������������������������������������������������� 5,50 €
Département 93 �������������������������������������������������������������������� 5,50 €
Département 94 �������������������������������������������������������������������� 5,50 €
AvIs inancIers ������������������������������������������������������������������������� 17 €
ExtraIts et avIs sImplIiés �������������������������������������������������������� 17 €
PA et AvIs dIvers���������������������������������������������������������������������� 17 €
Modalités de publications des annonces La présentation des annonces est soumise aux règles déînies par l’arrêté du ministre de l’économie et des înances et de la ministre de la culture et de la communication du 21/12/2012 modiîé par l’arrêté du 21/12/2018 (NOR : MICE1831910A). Le prix d’une ligne d’annonce s’entend pour une ligne de référence de 40 signes, espaces inclus, composée en corps 6,5 exprimé en points pica, soit une hauteur de ligne de 2,288 mm. Pour la nécessaire visibilité de l’annonce, une ligne du texte de l’annonce, hors titre et sous-titres, doit comprendre au moins 34 signes. Le blanc compris entre chaque ligne n’ex-cédera pas 2,288 mm. Le prix de l’annonce est établi au millimètre-colonne du îlet supérieur au îlet inférieur de l’annonce sur la base du prix de la ligne de 2,288 mm compte tenu du nombre de signes par ligne s’il est diFérent de celui de la ligne de référence de 40 signes. Le tarif d’insertion d’une annonce judiciaire et légale ne peut faire l’objet d’aucune remise ou ristourne.
Affiches Parisiennesest habilité à publier les annonces légales par arrété préfectoral dans les départements de Paris (75) - Arrêté n° 75-2018-12-20-008, des Hauts-de-Seine (92) - Arrêté CAB/SDCI n° 2018-904, de la Seine-Saint-Denis (93) - Arrêté n° 2018-3058,et du Val-de-Marne (94) - Arrêté n° 2018/4284.
GRAND PARIS
GRAND PARIS
HAUTS-DE-SEINE Made în 92 : les demî-inalîstes Sud récompensés ! Les Prix demi-finalistes Made in 92 et les Prix de l‘Entrepreneur Vallée Sud Grand Paris ont été attri-bués récemment à la Maison des Entrepreneurs, à Fontenay-aux-Roses.
© D.R.
C’est à la suite de “pitchs contests” rythmés que les demi-fina-listes Made in 92 et les lauréats du Prix de l’Entrepreneur Vallée Sud Grand Paris ont été primés lors de la cérémonie, en présence de Jean-Didier Berger, président de Vallée Sud Grand Paris et de Laurent Vastel, maire de Fontenay-aux-Roses.
HAUTS-DE-SEINE
L’Intellîgence artîicîelle, opportunîté à saîsîr en entreprîse
Le 3 décembre, le club Nelson organise un Business café consacré à l’Intelligence artificielle.
Aujourd’hui 37 % des entreprises utilisent des solutions IA, contre 10 % il y a quatre ans. Afin de les aider à identifier et à intégrer des solutions d'IA, le club Nel-son présentera Olivier Megean, fondateur de Demain.ai, conseil en stratégie pureplayer qui inter-© D.R. viendra sur ces thématiques : • Le rôle de la donnée dans l’IA • L’IA appliquée à l’entreprise • Comment intégrer l’IA dans mon entreprise ? Le mardi 3 décembre, de 8h30 à 10h30 – 14 rue de Mantes àColombes
Plus d’informations sur cci92.fr
AfAfIcchheessPParairsiiseiennnneess-2222nnoovveemmbbrree22001199-nn°°4477
www.afîches-parisiennes.com email : redaction@afîches-parisiennes.com
Président-directeur général :
Directeur de la publication :
Rédacteur en Chef :
Rédacteurs :
Secrétaire de rédaction - maquettiste :
Impression :
N° de commission paritaire
Abonnement Tarifs TTC
La présentation des annonces est soumise aux règles déînies par l’arrêté du ministre de l’économie et des înances et de la ministre de la culture et de la communication du 21/12/2012 modiîé par l’arrêté du 21/12/2018 (NOR : MICE1831910A). Le prix d’une ligne d’annonce s’entend pour une ligne de
points pica, soit une hauteur de ligne de 2,288 mm. Pour la nécessaire visibilité de l’annonce, une ligne du texte de l’annonce, hors titre et sous-titres, doit comprendre au moins 34 signes. Le blanc compris entre chaque ligne n’ex-cédera pas 2,288 mm. Le prix de l’annonce est établi au millimètre-colonne du îlet supérieur au îlet inférieur de l’annonce sur la base du prix de la ligne de 2,288 mm compte tenu du nombre de signes par ligne s’il est diFérent de celui de la ligne de référence de 40 signes. Le tarif d’insertion d’une annonce judiciaire et légale ne peut faire l’objet d’aucune remise ou ristourne.
est habilité à publier les annonces légales par arrété préfectoral dans les départements de Paris (75) - Arrêté n° 75-2018-12-20-008, des Hauts-de-Seine (92) - Arrêté CAB/SDCI n° 2018-904, de la Seine-Saint-Denis (93) - Arrêté n° 2018-3058, et du Val-de-Marne (94) - Arrêté n° 2018/4284.
AfIches Parisiennes - 22 novembre 2019 - n° 47
GRAND PARIS
La CPME IDF et l'UNIS IDF et Grand Parîs s'engagent pour le logement
Le président de la CPME Paris Ile-de-France, Bernard Cohen-Hadad, et le président de l'Union des syndicats de l’immobilier (UNIS) IDF et Grand Paris Benjamin Darmouni s'engagent pour le logement ; en signant une convention dans laquelle ils conviennent de travailler en commun sur les principales problématiques du logement : accès au logement social et à la propriété, AirBnB, rénovation énergétique des logements anciens, gestion des copropriétés dégradées, construc-tion de logement en zone tendue, etc.
À Paris et en Ile-de-France, le loge-ment est une préoccupation majeure des salariés, donc des chefs d'entre-prise qui les emploient et des profes-sionnels qui les accompagnent. Selon Bernard Cohen-Hadad « Le marché de l'immobilier y est déséquilibré par une ore inférieure à la demande, ce qui a pour eet de surenchérir les prix, d'obstruer l'accès au logement social et de creuser les inégalités d'accès aux dépens des professions intermédiaires, des employés et des ouvriers. Par notre engagement dans la cité, nous voulons aussi mettre fin
aux marchands de sommeil ». La CPME Île-de-France compte774 000 TPE-PME, soit plus de 99 %
des entreprises implantées sur le terri-toire et plus d'un emploi sur deux. De son côté, L'Unis (Union des syndicats de l'immobilier) représente l'ensemble des professionnels de l'immobilier (indépendants, réseaux et groupes) des métiers de la gestion (syndics de copropriété, gérants), de la transac-tion et de l'investissement (agents immobiliers, promoteurs-rénovateurs), ainsi que de l'expertise. Interlocuteur reconnu par les Pouvoirs publics, l'Unis siège notamment au Conseil natio-nal de la transaction et de la gestion immobilières (CNTGI). © D.R.
PARIS Forte mobîlîsatîon des rîveraîns et des polîtîques contre le projet Emerîge Un projet de construction de 12 immeubles de cinq à 12 étages projetée par la Mairie de Paris fait face e à la fronde des habitants du quartier de Picpus dans le 12 arrondissement. L'Association des riverains exige d’Anne Hidalgo et de Catherine Baratti-Elbaz (maire du 12e ardt) « le refus immédiat du permis de construire et l'engagement de tous les candidats à l'élection municipale à l'élaboration d'un projet concerté d'espaces verts ».
Plus de 250 riverains de la rue de Picpus qui sont venus dire “Non au béton pour un jardin”, en s’opposant au projet Emerige « de bétonisation et d'ultra-densification de ce quartier déjà en pleine mutation par l'arrivée prochaine de 23 000 nouveaux usa-gers de la Sorbonne-Nouvelle ». De très nombreux politiques de tous horizons dont Laetitia Avia, dépu-tée de la 8e circonscription de Paris, Ophélie Rota, Fabrice Moulin, conseillers municipaux LaREM, ainsi que des élu EELV, Modem et LR de la mai-
e rie du 12 arrondissement ont dénoncé « un projet ubuesque tant pour l'éco-logie urbaine que pour la démocratie locale ». Plusieurs associations locales de quartier (Netter-Debergue, Ber-cy-Charenton...) ont participé à cette mobilisation qui a mis en lumière un très large consensus contre le projet Emerige, l'impératif d'une véritable démocratie participative, l'inadapta-© D.R. tion du Plan local d'urbanisme actuel et le besoin pour le quartier de Picpus d'espaces verts en lieu et place du garage Renault actuel.
AffichAefIscPhaerissiPeanrinsieesnn2e2s-n2o2venomvberemb2r0e19201n9°-4747
3
GRAND PARIS
Fronde départementale
Les sept départements d'Île-de-France et la Vîlle de Parîs « dénoncent les mensonges et refusent le racket organîsé par l'Etat ». Ils vîennent d’annoncer qu'îls ne sîègeront plus au conseîl de surveîl-lance de la Socîété du Grand Parîs (SGP) jusqu'à nouvel ordre.
Dans le cadre du PLF 2020, le Gouvernement a dépo-sé récemment un amende-ment qui vise à prélever 75 millions d’euros des DMTO – droits de mutation à titre onéreux – des Départements franciliens pour financer la SGP. Selon les Départements franciliens, « ce prélèvement a été décidé unilatéralement, sans aucune concertation, contrairement aux proposdu ministre devant les dépu-tés ». Pour eux cette ponction « ne servira pas à financer la SGP, mais la part de l’Etat du Contrat de plan Etat-Région prorogé jusqu'en 2022 ». Par ailleurs, pour les sept dépar-
4
tements concernés, cette méthode « interroge sur la capacité de l'Etat à tenir ses engagements sur les projets de transports pourtant indis-pensables pour l'ensemble des Franciliennes et Franci-liens. » Dans ces Contrats de plan Etat-Régions (CPER), « les Départements n'ont pas leur mot à dire bien qu’ils participent pourtant déjà à leur financement via le bloc local ». Par ailleurs,« les Départements ont été ponctionnés de la dynamique de la CVAE – Cotisation sur la valeur ajoutée des entre-prises, NDLR) en 2015 au bé-
néfice de la Région dont c'est la compétence, pour contri-buer davantage au finance-ment des transports ». Les Départements franci-liens et la Ville de Paris dé-clarent « ne plus pouvoir compenser un énième dé-sengagement de l'État de ses prérogatives », alors que les transports en commun sont une des priorités ma-jeures des Franciliennes et Franciliens. Ils demandent ainsi l'abandon de cette mesure. En l'absence de ce dernier, ils ont décidé, d'un commun accord, de ne plus siéger au conseil de surveil-lance de la SGP.
AfAfIcchheessPParairsiiseiennnneess-2222nnoovveemmbbrree22001199-nn°°4477
Par ailleurs, les sept Dépar-tements d'Île-de-France viennent d’annoncer qu’ils« détermineront aussi les modalités de leur retrait fi-nancier, dans les mêmes pro-portions que les ponctions réalisées, sur les actions et projets qu'ils cofinancent avec l'Etat ou financent déjà à sa place ». Les Départements franciliens et la Ville de Paris invitent enfin le Gouvernement « à se ressaisir et à engager une vé-ritable concertation permet-tant d'aboutir à des solutions au bénéfice de la mobilité des Franciliennes et Franci-liens ».
© D.R.