Affiches Parisiennes n°48 - 29 novembre 2019

-

Presse
53 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Affiches Parisiennes n°48 - 29 novembre 2020

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 29 novembre 2019
Langue Français
Signaler un problème
Journal hebdomadaire d’information juridique et d’annonces légales
17 et 18 octobre e 27 Congrès ACE “IA Intellîgence Avocat”
GRAND PARIS
29 novembre 2019n° 48- 1,40
JEANPHILIPPE DUGOINCLÉMENT
« Nous allons porter 100 projets cîtoyens partîcîpatîfs d’énergîes renouvelables »
ENTREPRISE
DROIT
© D.R. © A.P. Emmanuel Grégoire, premier adjoint Salon Transfair : Rapport Gauvin : de la maire de Paris s'exprime s'accomplir la modernisation de la loi devant les notaires par la transmission d'entreprise de blocage sur de bons rails
© D.R.
© A.P.
2
ffiches PARISIENNES
S.A. au capital de 576 000 € RCS PARIS 572 227 593 Siège social : 3, rue de Pondichéry 75015 Paris Tél : 01 42 60 36 78 / Fax : 01 42 61 27 84 www.afîches-parisiennes.com email : redaction@afîches-parisiennes.com
Président-directeur général :Éric Berthod Directeur de la publication :Boris Stoykov Rédacteur en Chef :Jean-Paul Viart Rédacteurs :Anne Moreaux, Lila Daoui, Timothée David, Quentin Clauzon. Secrétaire de rédaction - maquettiste :Philippe Charresson Impression :SIEP, ZA Les Marchais, 77590 Bois-le-Roi N° de commission paritaire: 0921 I 86 209 ISSN: 0998-481 Dépôt légal à parution
Abonnement Tarifs TTC 1 an............................... 32€ 2 ans............................. 60€
TARIF HT DES ANNONCES LÉGALES Annonces légales
Département 75 �������������������������������������������������������������������� 5,50 €
Département 92 �������������������������������������������������������������������� 5,50 €
Département 93 �������������������������������������������������������������������� 5,50 €
Département 94 �������������������������������������������������������������������� 5,50 €
AvIs inancIers ������������������������������������������������������������������������� 17 €
ExtraIts et avIs sImplIiés �������������������������������������������������������� 17 €
PA et AvIs dIvers���������������������������������������������������������������������� 17 €
Modalités de publications des annonces La présentation des annonces est soumise aux règles déînies par l’arrêté du ministre de l’économie et des înances et de la ministre de la culture et de la communication du 21/12/2012 modiîé par l’arrêté du 21/12/2018 (NOR : MICE1831910A). Le prix d’une ligne d’annonce s’entend pour une ligne de référence de 40 signes, espaces inclus, composée en corps 6,5 exprimé en points pica, soit une hauteur de ligne de 2,288 mm. Pour la nécessaire visibilité de l’annonce, une ligne du texte de l’annonce, hors titre et sous-titres, doit comprendre au moins 34 signes. Le blanc compris entre chaque ligne n’ex-cédera pas 2,288 mm. Le prix de l’annonce est établi au millimètre-colonne du îlet supérieur au îlet inférieur de l’annonce sur la base du prix de la ligne de 2,288 mm compte tenu du nombre de signes par ligne s’il est diFérent de celui de la ligne de référence de 40 signes. Le tarif d’insertion d’une annonce judiciaire et légale ne peut faire l’objet d’aucune remise ou ristourne.
Affiches Parisiennesest habilité à publier les annonces légales par arrété préfectoral dans les départements de Paris (75) - Arrêté n° 75-2018-12-20-008, des Hauts-de-Seine (92) - Arrêté CAB/SDCI n° 2018-904, de la Seine-Saint-Denis (93) - Arrêté n° 2018-3058,et du Val-de-Marne (94) - Arrêté n° 2018/4284.
GRAND PARIS
GRAND PARIS
Les Départements et la Vîlle de Parîs « dénoncent les mensonges et refusent le racket organîsé par l’Etat » Le Gouvernement a fait adopter un amendement dans le cadre du Projet de Loi de Finances 2020. Ce dernier vise à ponctionner une partie des res-sources des départements franciliens, les droits de mutation à titre onéreux (DMTO), pour un montant de 75 millions d’euros, sensés « financer la Société du Grand Paris ».
© A.P.
Selon les représentants des sept départements franciliens et la Ville de Paris, « le Gouvernement a menti », pour convaincre les parlementaires. Selon eux, « ce prélèvement a été décidé sans aucune concertation avec les départements concernés, contrairement aux propos du ministre devant les députés ». Ils soulignent également que ces 75 millions d’euros ne serviront pas à financer prioritairement la Société du Grand Paris, « mais la part Etat du Contrat de plan Etat-Région, prorogé jusqu'en 2022 ». Pour les sept départements et la Ville de Paris, « cette ponction surprise révèle l’incapacité de l’Etat à tenir ses engagements sur les projets de transports du quotidien – modernisation des RER, prolongement de lignes de métro, tramways, etc. – pour-tant indispensables pour les habitants, pour l’environnement et pour le développement économique de l’Île-de-France à l’approche des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 ». Avec le soutien de l’Assemblée des départements de France, les Départements franciliens et la Ville de Paris demandentau Gouvernement « l’abandon de la ponction sur les DMTO, des engagements fermes sur le CPER actuel et sur le prochain notamment en ce qui concerne les projets de transports ». En l’absence de ce dernier, ils ont d’ores et déjà décidé de ne plus siéger au Conseil de surveillance de la Société du Grand Paris.
AfAfIcchheessPParairsiiseiennnneess-2299nnoovveemmbbrree22001199-nn°°4488
www.afîches-parisiennes.com email : redaction@afîches-parisiennes.com
Président-directeur général :
Directeur de la publication :
Rédacteur en Chef :
Rédacteurs :
Secrétaire de rédaction - maquettiste :
Impression :
N° de commission paritaire
Abonnement Tarifs TTC
La présentation des annonces est soumise aux règles déînies par l’arrêté du ministre de l’économie et des înances et de la ministre de la culture et de la communication du 21/12/2012 modiîé par l’arrêté du 21/12/2018 (NOR : MICE1831910A). Le prix d’une ligne d’annonce s’entend pour une ligne de
points pica, soit une hauteur de ligne de 2,288 mm. Pour la nécessaire visibilité de l’annonce, une ligne du texte de l’annonce, hors titre et sous-titres, doit comprendre au moins 34 signes. Le blanc compris entre chaque ligne n’ex-cédera pas 2,288 mm. Le prix de l’annonce est établi au millimètre-colonne du îlet supérieur au îlet inférieur de l’annonce sur la base du prix de la ligne de 2,288 mm compte tenu du nombre de signes par ligne s’il est diFérent de celui de la ligne de référence de 40 signes. Le tarif d’insertion d’une annonce judiciaire et légale ne peut faire l’objet d’aucune remise ou ristourne.
est habilité à publier les annonces légales par arrété préfectoral dans les départements de Paris (75) - Arrêté n° 75-2018-12-20-008, des Hauts-de-Seine (92) - Arrêté CAB/SDCI n° 2018-904, de la Seine-Saint-Denis (93) - Arrêté n° 2018-3058, et du Val-de-Marne (94) - Arrêté n° 2018/4284.
AfIches Parisiennes - 29 novembre 2019 - n° 48
GRAND PARIS
« Sortez des frontîères du quotîdîen ! » e 12 édîtîon de “Faîtes de l'înternatîonal” e Le3 décembre, la CCI Paris Ile-de-France et le Moci, accueillent la 12 édition de “Faites de l'in-ternational”, avec des experts pays des quatre continents, maîtrisant les rouages de leurs pays respectifs. Ces derniers partageront leur savoir-faire avec les entreprises franciliennes.
Comme le déclare Estelle-Gillot Valet, responsable Évé-nements, Réseaux et Par-tenariats pays à la CCI Paris Ile-de-France, « Nous avons souhaité un événement à taille humaine qui se veut d'abord utile aux entreprises. Les participants, qu'ils soient primo ou master exporta-teurs, vont se trouver en face de vrais experts avec des réponses concrètes à leurs interrogations sur l'international ».
Tout au long de cette journée, des rendez partenaires mais aussi des ate-liers techniques seront ainsi organisés
afin d'éclairer les participants sur des sujets d'actualité aussi pointus qu'incontournables. Les spécialistes présents décrypte-ront l'actualité internationale, économique ou encore régle-mentaire et inviteront ainsi les entreprises à « élargir leur hori-zon » en s'intéressant à tous les marchés à fort potentiel. © D.R.
CCI Paris Ile-de-France 27 avenue de Friedland, e Paris 8 ardt
Créatrîces d’Avenîr 2019, les sîx lauréates
Le concours Créatrices d’Avenir, dédié à l’entrepreneuriat des femmes en Ile-de-France vient de livrer son palmarès 2019. Les six créatrices récompensées ont été choisies parmi 15 finalistes sélectionnées sur plus de 300 candidatures reçues. Elles se sont vues remettre un trophée, une dotation financière et un accompagnement lors de la grande cérémonie de clôture de cette édition 2019 organisée à la Préfecture de Paris et de l’Ile-de-France.
Comme le souligne Lionnel Rainfray, président d’Initiative Ile-de-France, « D’année en année, Initiative Ile-de-France est fier de dévoiler les lau-réates de son concours récompensant ces femmes brillantes et courageuses qui se sont engagées sur la voie de l’entrepreneuriat. Les candidatures e reçues lors de cette 9 édition ne dérogent pas à la règle et sont d’une grande variété et d’une grande qua-lité. Le palmarès des finalistes puis des lauréates distinguées présente ainsi de beaux projets mêlant enga-gement, responsabilité durable, vision sociétale, originalité et ambition. C’est pourquoi, nous sommes ravis d’intégrer ces nouvelles créatrices à la grande famille de notre concours
Trophée du Public Lise Couturier – Les Drêcheurs urbains (Bagnolet, Seine-Saint-Denis)
Trophée Audace Clara Huynh – CH Conversation (Paris e 20 ardt - Paris)
Trophée Savoir-faire © D.R. Laure Bourdier – LB Design Mural e et honorés de pouvoir les compterardt – Paris)(Paris 10 parmi nos ambassadrices. » Trophée Entreprise responsable Céline et Marion Crosnier – Les Cibou-LE PALMARES lettes (Chelles – Seine-et-Marne)
Trophée “Créatrice d’Avenir 2019” & Trophée “Innovation” Sophie Hombert – Aglaé (Vaux-le-Pé-nil – Seine-et-Marne)
Trophée Quartier Olivia Collier – Le Préau (Le-Pré-Saint-Gervais, Seine-Saint-Denis)
AffichAfeIscPhaersisPieanrinsieesnn2e9s-n2ov9enmovberem2b0re19201n9°-4848
3
GRAND PARIS
JEANPHILIPPE DUGOINCLÉMENT « Nous allons porter 100 projets cîtoyens partîcîpatîfs d’énergîes renouvelables » Depuîs novembre 2017, Jean-Phîlîppe Dugoîn-Clément est le vîce-présîdent du Conseîl régîonal chargé de l’écologîe, du développement durable et de l’aménagement. Il faît le poînt sur les grands dossîers et les préoccupatîons actuelles de l’Île-de-France en matîère d’envîronnement. Il annonce notamment la volonté de la Régîon de porter et de soutenîr, dans les troîs années quî vîennent, cent-projets cîtoyens partîcîpatîfs en matîère d’énergîes renouvelables.
AIches Parisiennes : En Île-de-France, est-il pos-sible de déterminer ce qui incombe à la Région, aux départements, à la Métro-pole du Grand Paris... en matière d’environnement et de développement du-rable ?
Jean-Philippe Dugoin-Clé-ment : En matière environ-nementale, quasiment tout, en dehors de la gestion des crues, incombe à la Région. La compétence Gemapi suite aux lois Maptam – Moderni-sation de l'action publique territoriale et d'aIrmation des métropoles, NDLR – et NoTRE – Nouvelle organisa-tion territoriale de la répu-blique, NDLR – a été trans-férée aux agglomérations. La Métropole du Grand Paris et les EPT – Etablissements pu-blics territoriaux, NDLR – en petite couronne, les agglo-mérations et les communau-tés de communes en grande couronne. Pour le reste, la Région est compétente dans l’ensemble des domaines. Elle est ce qu’on appelle le “chef de file”, notamment pour les questions clima-tiques et énergétiques, en lien avec l’Etat. Nous devons aussi impulser les politiques publiques avec la diIculté de disposer de carottes, pour
4
AfAfIcchheessPParairsiiseiennnneess-2299nnoovveemmbbrree22001199-nn°°4488
© D.R.
AfIches Parisiennes - 29 novembre 2019 - n° 48
favoriser leur application, mais d’aucun bâton, pour éventuellement pouvoir lever les réticences. Nous pouvons inciter financièrement, avecdes subventions, des appels à projets..., mais sans pouvoircontraindre les collectivités infras à s’aligner sur nos poli-tiques publiques. A.-P. : Pouvez-vous illustrer cette stratégie ?
J.-P. D.-C. : Par exemple, en matière énergétique, nous avons voté en juillet 2018 un plan Climat-Energie ré-gional, dans le cadre duquel nous souhaitons pousser fortement les curseurs en termes de production d’ENR – énergies renouvelables, NDLR. En 2015, nous étions à 8 % d’énergies renouve-lables en Île-de-France, avec90 % d’énergie d’importa-tion du reste de la France. Notre objectif est de devenir une Région 100 % ENR avec20 % d’ENR produites en Île-de-France en 2030 et 40 % à l’horizon 2050. Cette straté-gie nous oblige à augmenter massivement nos secteurs de production d’énergie, en essayant parallèlement de limiter la consommation, c’est-à-dire de réduire la facture énergétique franci-lienne qui s’élève aujourd’huià 27 milliards d’euros par an. Cette baisse va porter essen-tiellement sur deux grands pôles, les transports et la consommation des ménages. Sur ce volet énergétique, la Région est chef de file. Après un an de concertation, nous avons signé une vingtaine de chartes d’engagement avec des syndicats, des en-treprises, de façon à avoir un pack francilien de valeurs partagées. Nous avons, par ailleurs, des compétences qui lient les
GRAND PARIS
Notre objectif est de devenir une
région 100 % ENR avec
20 % d'ENR produites
en Ile-de-France
en 2030 et 40 %
à l'horizon 2050. collectivités infras, mais pour recyclage... lesquelles l’Etat assure ledonc confron-Nous sommes contrôle. Le premier est l’ur- tés à cette diîculté d’avoir banisme et l’aménagement, des compétences souvent au travers du SDRIF – Sché- imbriquées avec celles des ma directeur de la Région Île-autres collectivités et avec de-France, NDLR –, voté en l’intervention de l’Etat.. Pour 2013. Il fixe les zones d’amé- ce PRPGD, nous avons donc nagement, les potentialitéseectué un grand travail pré-de croissance, les typologiesalable de concertation avec d’aménagement, les zones toutes les collectivités fran-préservées, trames vertes...ciliennes, en lien avec l’Etat. Nous en avons fait l’évalua-tion cette année. Le secondA.-P. : Le Conseil régio-point sur lequel nous votonsnal est-il un bon élève de un document contraignant,l’écologie ? Que faites-vous là encore sous le contrôled’important dans ce do-de l’Etat, est le PRPGD, lemaine ? Plan régional de prévention et de gestion des déchets.J.-P. D.-C. :La Région a long-Il a demandé trois années temps été un très mauvais de travail avant d’être adop- élève. Elle a multiplié les ef-té le 21 novembre dernier. Il fets d’annonce sans pour er regroupe et remplace, au 1autant concrétiser. En janvier janvier prochain, les quatre 2016, quand nous sommes plans sectoriels préexistants,arrivés à la tête du Conseil Predec pour les déchets régional, la réalité en termes de chantiers, Predma pour d’environnement n’était les déchets ménagers... Leguère réjouissante. Nous PRPGD fixe un certain étions la région de France nombre d’objectifs, de métropolitaine la plus éner-cadres, en termes de réduc- givore, la plus dépendante tion d’enfouissement de dé-énergétiquement et celle qui chets, de limitation d’inciné- produit le moins d’énergie ration, d’augmentation du verte. Nous faisons égale-
AffichAefIscPhaersisiPeanrinsieesnn2e9s-no2v9enmovberem2br0e19201n9°-4848
ment partie des régions qui arontent le plus de pro-blèmes de pollution de l’air, de crues et d’inondations. Les atteintes à la biodiversi-té ont aussi été extrêmement fortes. Nous enregistrons entre 25 et 40 % d’espèces menacées ou qui ont déser-tées l’Île-de-France. Nous sommes donc partis de très loin. Depuis notre arrivée, nous avons essayé de mettre en place des cadres structu-rants pour réorienter les ac-tions. Nous l’avons fait à tra-vers le plan Air, le plan Vert et la stratégie Energie-Cli-mat. Nous venons de le faire avec le vote du PRPGD et de la stratégie régionale de bio-diversité. Nous avons égale-ment voté un plan Friches pour lutter contre l’étalement urbain, avec cette réalité que la Région gagne 60 000 ha-bitants par an, en sachant que dans le même temps Paris en perd 8 à 10 000. Les sept départements des petite et grande couronnes doivent faire face à l’arrivée de quelque 70 000 habitants par an, ce qui représente presque une ville comme Courbevoie. En novembre, nous avons également voté trois plans thématiques concernant les énergies renouvelables, en faveur du solaire, de la mé-thanisation et de l’hydro-gène ; une filière à laquelle nous croyons énormément pour l’avenir. Nous avons l’ambition de devenir la pre-mière région de méthani-sation agricole de France avec une trentaine de sites déjà développés depuis trois ans. Un méthaniseur per-met une réduction de 25 à30 % d’intrants chimiques sur les exploitations associées. C’est également pour les agriculteurs, qui arontent aujourd’hui un agri-bashing
5