ALLO POLICE N°608 - du 13 au 19 septembre 2021
24 pages
Français

ALLO POLICE N°608 - du 13 au 19 septembre 2021 , magazine presse

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
24 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Hebdomadaire de faits divers et de faits de société

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 septembre 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 8 Mo

Exrait

EN TOUTE FRANCHISE
PAR KONÉ SIBIRINAN Lettre ouverte au ministre de la Construction omme vous pouvez le constater, chaque semaine, nous publions dans notre journal au moins un litige foncier. Dans les commissariats de police, les bri-JMeOsNaSiIsC-neTSINIMEL,RUEquevRE,ehnetstoertcâe.ileJaspacfeuqsuovpenxue gades de gendarmerie, les plaintes liées au foncier et à l’immobilier s’amoncèlent sur les bureaux. Bref, l’actualité est riche en méfaits sur le thème. courager dans la gestion de votre maroquin. J’imagine la pression que vous pouvez avoir chaque jour. Les appels, les supplications et même les tentatives de corruption pour tordre le cou à la loi. Je sais aussi que vous résistez farouchement aux tentations de goûter au nectar de la corruption. Depuis votre arrivée à ce poste, les ré-formes foisonnent. Et on ne peut que vous applaudir. MONSIEUR LE MINISTRE, Mais là où le bât blesse, c’est l’application desdites réformes et surtout la dichotomie entre votre ministère et la justice quand il s’agit de rendre justice à un usager. J’avoue que ce n’est pas une promenade de santé quand vous estez en justice pour faire modi-fier une décision ministérielle. Que vous portiez plainte ou que vous soyez poursuivi, le résultat est malheureusement le même. On a l’impression que c’est le plus nanti qui a toujours raison. Et quand la mafia du foncier et de l’immobilier se met en marche, le droit est foulé aux pieds au profit des liasses de billets de banque. Sur-tout quand la retraite pointe du nez, certains agents de l’Etat mal préparés, s’accrochent à la corruption comme à la dernière bouée de sauvetage de leur vie. Ils sont donc prêts, qu’ils soient issus de votre ministère, de la police, de la gendarmerie et de la justice, à prendre des décisions contraires à la vérité. Combien de familles se sont vu voler leurs biens ainsi ? Combien de villages se sont-ils affrontés ou sont-ils sur le point de le faire parce que le ministère et la justice ne parviennent pas à trancher comme il se doit ?
MONSIEUR LE MINISTRE, Je sais aussi que certains rois et chefs traditionnels censés vous donner un coup de main dans la résolution des conflits fonciers ne vous facilitent guère la tâche. La plupart d’entre sont devenus des vendeurs de terrains. Quelle irresponsabilité !
Cette course effrénée au gain facile et juteux de la vente des ter-rains donne à assister au phénomène de ‘’deux chefs une chaise’’ dans les villages. Des vendeurs invétérés de terrains sont même condamnés, mais ils continuent de siéger à la Chambre Nationale des Rois et Chefs Traditionnels de Côte d’Ivoire. Incroyable mais vrai ! Pendant qu’elle se rend complice des ventes illicites de ter-rains nus ou d’immeubles, la mafia du foncier, par le pouvoir de l’argent, fait du faux sur toute la ligne pour obtenir l’ACD. Au pas-sage, les agents véreux qui les aident à réussir leurs coups fu-mants, ont la boucle pleine.
Ils le font sans penser aux pauvres victimes. Oubliant qu’ils peuvent à leur tour être victimes de ces prédateurs du foncier et de l’im-mobilier. J’avoue que, monsieur le ministre, quand je vois la vi-tesse à laquelle les terrains sont vendus à Abidjan et dans ses banlieues, j’ai peur. On arrache tout aux économiquement faibles. Parce qu’ils n’ont pas les moyens de s’acheter un ACD. On leur ar-rache leur terre. Le seul patrimoine qui devrait leur rester quand ils n’auront plus rien.
Où va notre pays ? Tout le monde est victime même les promoteurs étrangers qui ont choisi la destination Ivoire. A cause des intérêts égoïstes, on leur enlève l’envie de continuer à investir dans notre pays qui en a tant besoin. Alors, monsieur le ministre, il serait souhaitable que vous mettiez en place, en collaboration avec le ministère de la lutte contre la corruption, une unité pour déman-teler cette mafia du foncier et de l’immobilier qui sévit en Côte d’ivoire. Sinon, dans 10 ans, toute la terre de Côte d’ivoire sera ven-due au plus offrant. Et les fils ivoiriens deviendront leurs esclaves. A méditer!
stg) ela ( s Gu Mariu Une sélection de IÈRE MAT E EN ENT
Un paysan mortellement blessé par balles
GBETOGO. Fofana Lassina, cultivateur, a reçu une dé-charge de chevrotine au bassin et aux bras pendant qu’il labourait son champ. Il a été évacué au Centre hospitalier régional (CHR) de Séguéla. Son pronostic vital était en-gagé, avant qu’il ne succombe à ses graves blessures, le jour suivant.Le tireur, un chasseur répondant au nom de Koné Yaya, s’est rendu aux éléments de la brigade de gendarmerie de Kani, qui ont ouvert une enquête pour cerner les contours de cette tragique affaire.
Un gros camion casse le pont reliant Setifa et Dania
VAVOUA. Selon les témoignages recueillis auprès du chef Roger Doulo Bi Doulo de la localité de Yéorédoula, aux environs de 11h, le village a été alerté à propos d’un ca-mion qui aurait cassé le pont Setifa-Dania. Le chef a in-diqué que ce camion était en surcharge. A la montée du pont, le poids du véhicule pesant sur le côté droit, l’a tiré sur les grilles protectrices de ce pont. Ces grilles, déjà fortement atteintes par la rouille, ont cédé. Le véhicule et sa charge se sont retrouvés dans la rivière Lobo. Le chauffeur et ses deux passagers sont sortis indemnes de cette chute.
Des édifices décoiffés par une tornade
TIÉBISSOU. Des édifices, notamment la maternité, des bâ-timents du lycée moderne, le domicile du maire ont été
L’odeur des restes d’une baleine rend la plage impraticable
SASSANDRA. Une semaine après que le cadavre d’un gros cachalot a échoué sur une plage, située entre le village de Niézéko et celui de Lékpléko, dans la com-mune de Sassandra, les restes de cette espèce en pu-tréfaction répandent des odeurs qui empêchent les populations, notamment les baigneurs, d’avoir accès à la plage. Les habitants des deux villages, qui av aient entrepris de dépecer cette baleine en vue de sa consommation, n’ont pas réussi à la consommer to-talement, tant l’animal est énorme. Ils ont donc ab an-donné le reste de cet animal sur la plage.
décoiffés par une tornade qui s’est abattue sur la ville de Tiébissou, le jeudi 2 septembre 2021. La tornade a endom-magé tous les compartiments de la maternité, à savoir la salle d’accouchement, le bureau de garde des sages-femmes, la salle d’hospitalisation, la salle des suites de couche, les deux salles d’attente et de la protection ma-ternelle et infantile (PMI).
Un éléphant blesse grièvement un paysan à Godélilié
LAKOTA. Un paysan, âgé de 64 ans, répondant au nom de K. K. Daniel, résidant dans le village de Godélilié (sous-préfecture de Niambézaria, département de Lakota), a été attaqué au retour de son champ par un éléphant qui lui a fracturé un bras, brisé des côtes et blessé grièvement les fesses. L’information a été rapportée, lundi 6 septem-bre 2021, par le secrétaire général de la préfecture de La-kota, Kohué Djédjé Marcelin, lors du traditionnel salut aux couleurs, mensuel.
Il poignarde son ami qui l’a cocufié
KANI. Pigninmin et Amadou sont de bons amis, et leurs femmes ont également tissé des liens étroits. Elles se fréquentent régulièrement. La femme de Pigninmin, comme à l’accoutumée, rend visite à son amie. Malheu-reusement, cette dernière est absente. Toutefois, elle trouve sur place Amadou à qui elle demande une natte pour s’étendre, compte tenu de la grande fatigue qu’elle accuse, en raison de sa grossesse. Pendant qu’ils sont seuls, Amadou fait des avances à la femme de Pigninmin qui refuse poliment de céder à cette proposition qu’elle juge indécente. L’individu qui veut coûte que coûte sa-tisfaire sa libido, la viole. Son époux, informé, l’a poi-gnardé mortellement..
ALLO POLICE ! EST UNE PUBLICATION DE GO MEDIA,Sarl au capital de 5.000.000 de F. CFADirecteur de Publication et gérant :Zohoré Lassane •Rédacteur en Chef :Koné Sibirinan (07 49 57 58 18) Secrétaire de rédaction :Olivier Valère (07 49 81 60 55) • Responsable commerciale :Aline Apoutri (07 07 60 99 53)• Siège social :Koumassi Remblais non loin de ISTCO Colombe lot 1619 ilot : 109.Tél :21 21 56 47 20 / 21 21 36 03 54 •Fax :21 21 56 51 69 •Adresse :10 B.P. 399 Abidjan 10 Dépôt Légal : 8905 du 14 juillet 2009 • Impression :SNPECI •Distribution :Edipresse : 21 20 37 18 60 / 21 20 37 17 67 •Recépissé n° 20/Ddu 09 juillet 2009 du Procureur de la République.Toute copie, même partielle de cette publication est formellement interdite sous peine de poursuite judiciaire.
8.810 EXEMPLAIRES
2 •ALLO POLICE ! N°608 du 13 au 19 septembre 2021
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents