Fraternité Matin n°16953 - du Mercredi 30 juin 2021
32 pages
Français

Fraternité Matin n°16953 - du Mercredi 30 juin 2021

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
32 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Fraternité Matin n°16953 - du Mercredi 30 juin 2021

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 juin 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Exrait

Baccalauréat 2021 /Épreuves orales
Une composition sous haute surveillance Mercredi 30 juin 2021 / N° 16 953 www.fratmat.info / FratMat Mobile #129# (orange.ci) Prix: 300 Fcfa • Cedeao : 450 Fcfa • France: 1,70 € P. 8 PREMIER QUOTIDIEN IVOIRIEN D’INFORMATIONS GÉNÉRALES Lutte contre l’abus et le traïc illicite de drogues Le gouvernement appelle à une Pp. 6 - 8 implication forte des universitaires Les saisies régulières des stupéIants nécessitent une mobilisation de tous et à tous les niveaux Reportage /Une journée avec les agents distributeurs de la Vitamine A et de déparasitants À moto, à vélo, à pied… la campagne par tous PHOTO D’ARCHIVES les moyens Pp. 2- 3 Percée du Rhdp dans le pays Akyé
Abel Botchi, député :‘‘ La région de La Mé
doit beaucoup au Président Ouattara ’P.5
2
R eportage
Mercredi 30 juin 2021
er 1 passage de supplémentation de la vitamine A et de déparasitage Au cœur de la campagne à Tiassalé
Les héros de la santé qui à moto, à vélo ou à pied bravent la nature et les difIcultés techniques du terrain pour contribuer au bien-être des enfants. a cérémonie ofcielle de qué avant de préciser que les lancement du 1er pas-agents volontaires pour l’opé-sage de la campagne ration reçoivent des primes. dLe déparasitage des enfants 64.000 enfants, 64.000 doses nationale de supplémen-Pour la cible totale au niveau tation de la vitamine A et de Tiassalé qui s’élève à âgés de 6 à 59 mois a eu lieu de vitamine A et déparasitants le 25 juin, à la place Carre-compris, ont été mises à la four de la mairie de Tiassa-disposition du District de san-lé. Cette campagne qui s’est té. « L’objectif de la couver-déroulée du 25 au 28 juin sur ture nationale est au moins de le territoire national vise à 95%. Mais en général, à Tias-préserver les enfants d’une salé, nous réalisons plus de carence, à long terme, en 100% à cause des déplace-vitamine A dans un contexte ments d’enfants qui viennent mondial de Covid-19. en vacances dans la région Dans son adresse à la céré-», a-t-il ajouté, non sans avoir monie de lancement, Kof égrené toutefois quelques dif-Aka Charles, directeur de cultés rencontrées lors des cabinet représentant Pierre opérations de vaccination qui Dimba, ministre de la Santé, sont essentiellement portées de l’Hygiène publique et de la sur la mobilité, l’accessibilité Couverture maladie univer-des villages et campements selle, a indiqué qu’au terme et aussi les préjugés des de cette campagne dans populations sur les effets de les 72 Districts sanitaires du la vaccination. « Avant cette pays, 5 millions de lles et de opération, nos mouvements garçons de moins de cinq ans de masse étaient boudés bénécieront de la supplé-parce que les populations af-mentation en vitamine A et du rmaient que le vaccin contre déparasitage. la Covid-19 qui est présenté comme un complot contre les Coordination centraliséepopulations pour les tuer ou depuis le Districtles rendre stériles, comme le faisait croire la rumeur, était Pour le deuxième jour de aussi administré lors de nos campagne, le 27 juin, le Dis-campagnes . Mais la force trict sanitaire de Tiassalé de la sensibilisation a payé. Sensibilisation et administration de dose ont rythmé la campagne à Dibykro.(PHOTO : S. N’GUESSANT) connaît une ambiance parti-Au-delà, nous rencontrons culière. Les superviseurs de également un gros problème relayer l’information auprès s’est faite aussi au niveau inrmier a regagné son aire vitamine A 100 000 et 200 l’opération, dès 7 heures du de voirie et de mobilité, car des chefs de village et des sanitaire. A ce niveau, nous de santé, recruté dans sa 000, des déparasitants, des matin, sont à pied d’œuvre le parc-moto des 37 centres populations », a indiqué Dr explique N’Daou Clément, zone des volontaires et des cache-nez, du gel, des gants pour une descente sur l’es-vaccinateurs est quasi vieil-Gbalé Yavo. une formation a été organi-mobilisateurs qu’il a formés et autres matériels de protec-pace sanitaire de Tiassalé. lissant. Il faut saluer le cou-sée au District à l’endroit de à son tour. Après quoi, il s’est tion, des ches de pointage, Dr Gbalé Yavo, adjoint du rage des agents qui, par leurs 64.000 doses pour un objectifdes boîtes de craie pour letous les inrmiers des Uspc chargé de leur répartition directeur départemental de propres moyens, sont sur le national de couverturequi sont en charge des activi-marquage des ménages, dessur les aires d’intervention. « la santé et N’Dadou Clément, terrain nuit et jour pour as-de 95%paires de ciseaux, des tee-tés de vaccination au niveau Après la formation, nous leur coordonnateur des activités surer la couverture sanitaire des villages et campements. avons remis leur kit de terrain shirts de sensibilisation et de vaccination du District sa-», a-t-il dit avant de saluer La préparation avant terrain Après la formation, chaque qui comprend des boîtes de des marqueurs », a-t-il expli-nitaire sont à la manœuvre les efforts consentis par le pour s’enquérir de l’évolution directeur départemental pour du déploiement des supervi-remettre le matériel roulant Le point sur la situation nutritionnelle en Côte d’Ivoire seurs et agents de vaccina-à ot. Cette réalité, nous de-tion sur le terrain fort de 237 vions la vérier sur le terrain. villages. Notre doléance est acceptée. ans le monde, plus de Côte d’Ivoire. Sa prévalence de 6 à 59 mois sont encore fournit, chaque année, à la 210 agents distributeurs, 14 Des guides nous sont assi-cent millions d’enfants a diminué de 2012 à 2016, à risque malgré une baisse Côte d’Ivoire 10 millions de mobilisateurs et 14 griots ont gnés pour une immersion au souffrent d’un retard passant de 29,8% à 21,6%. ces dernières années de 33 capsules de vitamine A, ce été mobilisés par le District. A cœur de l’opération. D de croissance avec Cependant, elle demeure im-à 26% de la prévalence. qui est sufsant pour que eux, s’ajoutent les mobilisa-des conséquences ir-portante par rapport au tauxGrâce à cette campagne,tous les enfants éligibles de teurs recrutés sur place parSur les traces des agents réversibles aussi bien pour d’acceptabilité qui est xé àenviron 5,5 millions d’en-moins de 5 ans reçoivent les les inrmiers dans leur airevaccinateurs eux que pour leurs familles, 20%. Quant à la prévalencefants recevront la supplé-deux doses. sanitaire. leurs communautés et leur nationale, elle était de 6%mentation en vitamine A,Le Fonds des Nations unies Entre deux appels télépho-Deux localités, Tollakro et Di-pays. Dans les pays en en 2016, au-dessus du seuilenviron 19 mille travailleurspour l’enfance (Unicef) et ses niques, Dr Gbalé et le coor-bykro, sont identiées pour développement, 5 enfants d’acceptabilité de 5%.de la santé recevront unedeux donateurs, à savoir Nu-donnateur N’Daou Clément notre immersion. Mais avant, sur 6 de moins de 2 ans ne En ce qui concerne les ca-formation et un soutien. Latrition internationale et les Af-trouvent le temps de nous le cap est mis sur le village consomment pas d’aliments rences en micronutriments,Côte d’Ivoire est l’un desfaires mondiales Canada du parler de la préparation de d’Eticoon (19 Km de Tiassa-nutritifs pour leur âge. Selon la prévalence d’anémietrois premier pays africainsgouvernement canadien, la l’opération. « Avant le démar-lé). C’est le centre de santé Dr Kof Aka Charles, direc-montre que la carence en feroù ce projet a été mis enBanque mondiale et les autres rage de l’activité, nous avons rural qui coordonne la zone. teur de cabinet, représentant reste très répandue. Elle étaitœuvre. Au total, 35 millionspartenaires se sont joints envoyé une lettre d’informa-Sur place, Atté Rogba Valé-Pierre Dimba, ministre de la estimée en 2012 à 75% chezd’enfants en Afrique rece-au gouvernement de Côte tion au préfet qui, à son tour, rie, l’inrmière en charge de Santé, de l’Hygiène publique les enfants de moins de 5vront deux doses de supplé-d’Ivoire pour la réussite de a fait descendre le message l’opération, est déjà sur le ter-et de la Couverture mala-ans, à 54% chez les femmesmentation en vitamine A.cette campagne qui permettra au sous-préfet et toutes les rain pour la supervision. die universelle, le retard de en âge de reproduction et Tous ces efforts au niveauà tous les enfants de béné-administrations sous tutelle.Nous convenons de nous re-croissance ou malnutrition 30% chez les hommes âgés national sont déployés parcier des avantages qu’apporte Nous avons ensuite infor-trouver à Tollakro (2 Km de là). chronique est la forme la de 15 à 49 ans. l’État avec le soutien decette intervention mé les inrmiers des UnitésLà, pour beaucoup plus d’ef-plus répandue chez les en-partenaires dont l’Unicef etAu niveau de la décience en de santé de premier contactcacité des journalistes, deux fants de moins de 5 ans en vitamine A, 60% des enfants Nutrition internationale quiS. N’GUESSANT (Uspc) qui sont chargés deéquipes sont constituées.
Mercredi 30 juin 2021
La première qui restera sur place, conduite par N’Daou Clément est composée de Marthe Bénédicte Kra (Ra-dio Côte d’Ivoire) et Spen’Cer Ilanga et Hugues GuyGuy (Live Tv). La deuxième, avec à sa tête Christelle Menan, res-ponsable communication à l’Unicef, initiatrice de cette expérience journalistique, est conduite par Kakou Kouamé René, agent volontaire. Di-rection Dibykro, (4 Km d’Eti-coon) avec Serges N’Gues-sant (Fraternité Matin) Élysée Yao (L’Inter), Jennifer Konaté (Nouveau Réveil) et Fabrice Tété (Le Temps). A Dibykro, l’opération est bien avancée. Dans le ménage où nous avons retrouvé l’équipe de distribution, c’est la sen-sibilisation en langue locale (baoulé ou malinké). « La supplémentation en vitamine A prévient la cécité, renforce le système immunitaire et aide les enfants à grandir plus forts et en meilleure santé. Quant au déparasitant, il per-mettra de pallier le manque de fer causé par les vers in-testinaux et ainsi réduire le taux d’anémie ». Ainsi peut-on résumer et traduire le mes-sage transmis par Kouakou Kof et Kouadio Jean-Bap-tiste. Selon ces deux agents de santé communautaire commis à la distribution, sur la cible totale de 400 enfants à Dibykro et les campements environnants, déjà 89 enfants ont reçu leur supplémentation en vitamine A et 82 autres ont pris le déparasitant. « Les pa-rents sont encore au champ. A leur retour, aux environs de midi, nous allons effectuer un deuxième passage dans les ménages que nous n’avons pas marqués. On peut dire pour l’heure que l’opéra-tion se passe bien malgré quelques réticences de pa-rents et des difcultés à maî-triser les enfants lors de l’ad-ministration des médicaments », expliquent-ils. En ce qui concerne les ré-ticences des parents, les raisons avancées sont gé-néralement liées aux effets secondaires consécutifs à la prise des médicaments. Atté Rogba Valérie, l’inrmière en charge de l’opération, explique : « Lors d’une cam-pagne précédente, l’opération a été couplée avec une vac-cination contre la polio. C’est le vaccin contre la polio qui a entraîné chez certains en-fants des montées de èvre ou des diarrhées. Les parents pensent donc que c’est la même opération. Et là, nous leur expliquons que la prise de vitamine A et de déparasitant n’a aucun effet secondaire », a-t-elle rassuré les parents. En attendant donc le re-tour des parents qui sont au champ, l’équipe nous pro-pose une expérience terrain à Kangakro, un campement situé à 2 Km de Dibykro
SERGES N’GUESSANT
R eportage
3
• Á moto, à vélo ou à pied selon ses moyens parasitant ont été administrés école primaire. « Les enfants aux enfants, on ne pouvait marchent jusqu’à Dibykro que pousser des cris de joie. pour l’école. Pour nos soins, Notre abnégation venait ainsi nous sommes obligés d’aller d’être récompensée. Tous les jusqu’à Eticoon ou à Tiassalé enfants de Kangakro allaient car il n’y a pas de dispensaire être protégés et avoir une à Dibykro. Vraiment il faut que meilleure santé. Il nous fallait les autorités se penchent sur à présent regagner le bus. Un les réalités de Kangakro qui retour qui a été facilité par les a les mêmes réalités que les bons ofces de l’inrmière qui autres campements, notam-a requis une moto pour nous ment Gnénékro, Kpatanou, conduire par vagues de deux Kouadio Konankro et autres au car. Nous avons remercié », a-t-il décrit. et félicité Kouakou Kof et Dans le bus pour le retour à Kouadio Jean- Baptiste, les Dibykro, puis à Tollakro pour deux agents de santé com-rejoindre notre deuxième munautaires qui, eux, de-équipe, je ne pouvais pas vaient rester sur place pour m’empêcher de penser à tous poursuivre l’opération. Sur ces enfants de Kangakro, le chemin du retour au car, des autres villages et cam-le conducteur de la moto, pements environnants qui nous en apprend un peu plus bravent la route pour rece-sur ce grand campement de voir chaque jour l’éducation. plus de 100 âmes selon lui. Mes pensées sont aussi al-Le chemin tortueux, boueux et crevassé est le signe de la souffrance des agents com-Pas encore approvisionné lées à l’endroit de ces braves munautaires de santé et des distributeurs dans l’exercice de leurs missions.en électricité, ils utilisent des agents de santé communau-panneaux solaires, un don du taires, inrmiers, distributeurs ’équipe embarque sité de la nature pour donner l’entrée, nos héros de la san-et autres volontaires, en undéputé- maire de Tiassalé. « dans un bus pour Kan-C’est également lui qui déla goutte de vitamine A et le té, qui nous avaient devancés -mot, à tous ces héros de la gakro. Les premières comprimé de déparasitant qui dans la marche, étaient déjà gage quand il peut, les voies santé, qui contribuent, sou-L secousses du bus dès va sauver la vie des enfants. à l’œuvre. Une mère de fa-d’accès au campement. En vent par leur propre moyen, l’entame du chemin A mi-parcours, le bus ne peut mille qui revenait du champ tout cas, il s’occupe bien de à moto, à vélo ou à pied, au nous rappellent les mots de plus avancer. Il nous reste en compagnie de ses deux nous. Il nous a coné que bien-être des enfants et s’as-N’Daou Clément, coordon-pratiquement 1 km à parcou-surent qu’ils grandissent enlles dans la tranche d’âge de bientôt le réseau électrique se nateur des activités de vac-rir pour atteindre le campe-l’opération se faisait sensibili-bonne santédéploiera dans notre zone », cination du District sanitaire ment. L’idée du retour germe ser. Lorsque la goutte de vita-nous cone-t-il avant de plai-de Tiassalé. « Nous sommes dans nos têtes. Mais le devoir mine A et le comprimé de dé-der pour la construction d’une SERGES N’GUESSANT confrontés à des difcultés nous appelle tous, agents de de mobilité et d’accessibi-santé communautaires, inr-lité des villages et campe-mières, journalistes et la re-ments ». La réalité est bien présentante de l’Unicef. palpable. Nous vivons cette Après concertation et au re-douloureuse expérience sur gard de la détermination de les 500 premiers mètres. Au nos héros de santé, nous fur à mesure que nous avan-décidons de continuer à pied. çons, l’inquiétude se lit sur les Un km de marche jusqu’à visages. « Si la voie continue Kangakro qui n’est pas de se rétrécir et d’être dégra-sans désagréments pour les dée, nous n’arriverons plus membres de l’équipe. à avancer », prévient Diar-Les agents communautaires ra, le chauffeur du bus. La et l’inrmière, plus alertes, saison des pluies n’arrange mènent la marche. Les jour-pas les choses. Le chemin nalistes sont à la traîne. tortueux, boueux et crevassé Détour si possible dans la est le signe de la souffrance broussaille pour éviter les des agents communautaires crevasses remplies d’eau de de santé et des distributeurs pluie ou de boue. Parfois, il dans l’exercice de leurs mis-faut affronter l’eau et la boue. A Dibykro et ses campements environnants, c’est un ensemble de 400 enfants qui ont sions. Qui à moto, à vélo ou Au bout du compte, nous été ciblés par l’opération.(PHOTOS : S. N’GUESSANT) à pied doivent braver l’adver-apercevons le campement. A
Denis Garnier(chef de section nutrition Unicef) :« Ces deux interventions se feront
our honorer l’engage-ment qu’il s’est assigné d’assurer le bien-être P de l’enfant conformé-ment à la Convention relative aux Droits de l’En-fant, et aux promesses ex-primées dans les objectifs de développement durable, le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (Unicef) s’est engagé aux côtés du gouver-nement de la Côte d’Ivoire pour la réussite de cette campagne qui permettra assurément aux enfants de bénécier de tous les avan-tages qu’apportent laVita-
en routine et non plus en campagne »
mine A et le déparasitant. Denis Garnier, chef de sec-tion nutrition Unicef, a indi-qué que cette campagne assurera aussi la promotion des bonnes pratiques nutri-tionnelles et permettra aux ménages d’acquérir des com-pétences pour mieux nourrir les nourrissons, les jeunes enfants et par ricochet toute la famille. Selon lui, ces deux interventions se feront en rou-tine et non plus en campagne, c’est-à-dire en continue, tout au long de l’année. « Cela se fait déjà dans 41 districts sur les 72 sur le plan national.
Ce changement de stratégie oblige donc le ministère de la Santé à travers notamment le Programme national de nutrition, et en premier lieu les régions, les districts et leurs aires de santé de trou-ver les stratégies pour main-tenir les niveaux de couver-ture excellents qui ont été réalisés en Côte d’Ivoire ces dernières années, notam-ment pour les enfants âgés de 12-59 mois, ayant peu de contact avec le système de santé », a-t-il exhorté
S. N’GUESSANT
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents