Fraternité Matin n°17016 - du mardi 14 septembre 2021
33 pages
Français

Fraternité Matin n°17016 - du mardi 14 septembre 2021 , magazine presse

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
33 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Fraternité Matin n°17016 - du mardi 14 septembre 2021

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 septembre 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 10 Mo

Exrait

r
o
E
i
u
t
si
a
i
a
q
sa
T
é
fo
a
u
d
e
u
T
t êt
mér
M
xc
j
u
c
vi
d
a
q
si
n
r
e FR
ése
n
sc
es
fi
ér
a
T
n
n
e
eme
r
n
FR
p
n
e
st
ve

n
o
C
u
q
i
l
vo
n
N
u
d
d
e
s
r

d
u
o
.
A
i
q
s so
q
e,
e
e
A
L
ec
n
N
u
si
TISSEMENT
M
m
a
u
N
e
n
e r
r
d
l
L
r
T
q
T
i
mér

e
u
n
d
u
e l
l
t
P
i
tr
à
.
l
n
o
tr
d
o
u
e FR
T

c
A
e
en
t
mér
p
s
t
e,
sp
i
o
e


e
e
ve
a
ma
gu
d
r
o
T
es p
s
tes

p
u
o
ér
t s
a
ti
l
l
p
ê
FR
d
l
e
T
D
D
ti
R
én
ver
e
I
r
Fr
e
E

o
u
A
ér
a
q
I
e n

p
d
u
ter
r
u
ep
u
o
e l
u
ti
t
p
e
i
A
o

i
A
r

u
u
été e
i
e
u
l
e

u
si

M
o
d
r
e
a
a

ec
N
r
vo
n
E
q
ti
e
I

e
ti
A
i
u
ti
e ti
n
u
n
e ,
i

d
l
el
ti
e.
A
o
n
t
M
o
i
tr
T
ven
u
n
u
a

x
i
r
G
sen
u
es

i
n
o
i
ti
p
n
n
s
u
exp
r
s
êtr
à
r
l
n

fo
i
u
e
ti
r
L
e l
o
l
A
i
n
L
M
r
me
n
T
d

s
n
o
gén
ti
m
n
ér
n
i
u
u
ep
u
b
es
a
i
o
d
a

S
él


n
tr
e p
mo
eu
i
t
é
êt
s.
r
a
e d
i
i
ec
ff
o
u

G

ér
l
L
d
e FR
G
A
o
T
p
M
AVER
A
!!!
T
LCôte d’Ivoire -
Afrique du Sud
Cyril Ramaphosa
bientôt
P.8Mardi 14 septembre 2021 / N° 17 016 www.fratmat.info / FratMat Mobile #129# (orange Ci) Prix: 300 Fcfa • Cedeao : 450 Fcfa • France: 1,70 € à Abidjan
PREMIER QUOTIDIEN IVOIRIEN D’INFORMATIONS GÉNÉRALES
Investissements en Côte d’Ivoire
L’appel de Patrick Achi aux
P. 4
Allemands et aux Tchèques
Rentrée scolaire Le boulevard Nangui Abrogoua dégradé
2021-2022
Le calvaire des usagersPlus de 5 millions
Pp 2-3
Réhabilitation:de kits scolaires
On seront distribués
Ce qui s’est passé attend
hier dans les écoles Pp
9-10 le plan
Affaire “Apologie du viol ”
Georges
Taï Benson: “ Nous avons été trop laxistes ”
P. 14
À l’intérieur, La chronique de Venance Konan
PHOTO : JOSÉPHINE KOUADIOD ossier Mardi 14 septembre 20212
Boulevard Nangui Abrogoua d’Adjamé
L’impraticabilité de la voie, un
véritable calvaire pour les usagers
L’état de dégradation avancée de la plus grande avenue commerçante de Côte d’Ivoire est
un supplice pour les centaines de milliers d’Abidjanais qui s’y rendent tous les jours.
es vendeuses de grande avenue commerciale
vivriers et autres mar- de Côte d’Ivoire soit autant
chands d’articles divers dégradée. « Il y a un bon bout
qui, dans le passé, en- de temps que ça dure. Appa-Lcombraient la chaussée remment, ça ne dérange pas
et les trottoirs ne sont plus nos autorités. C’est comme
à l’origine des maux dont si nous aussi, on ne payait
souffre le boulevard Nangui pas de taxes. Ça fait trop mal
Abrogoua d’Adjamé. », grogne la vendeuse.
Encore moins les
commerçants ambulants et les petits La voie Sotra transformée
vendeurs à la criée enva- en passage piéton
hissants, qui accostaient les
passants à tout-va. Les voies latérales du
bouleLa plus grande artère com- vard Nangui Abrogoua étant
merçante d’Abidjan souffre, ‘‘abimées’’, les usagers ne
en fait, aujourd’hui de son se font donc pas prier pour
état de dégradation. disputer aux autobus de la
Hormis le tronçon réservé Sotra le tronçon qui leur est
aux autobus de la Société dédié. Ce compartiment est
des transports abidjanais constamment pris d’assaut
(Sotra), les deux autres par des masses humaines,
compartiments du boulevard notamment au niveau de la
Nangui Abrogoua dédiés aux grande mosquée. Des
piévéhicules particuliers sont tons qui veulent éviter la
quasiment hors d’usage. boue et les crevasses des
Que de crevasses et de nids deux côtés de la route.
de poule sur le trajet allant Les voitures en f le
empêde la grande mosquée au trées dans les bouchons
Forum des marchés d’Adja- sur les artères dégradées
mé! Des passages infernaux ne facilitent pas non plus le La chaussée dégradée transformée en passage pour piéton.
pour les automobilistes, mais passage des piétons. Les
Boue en saison des pluies, choix que de demeurer sur on perd beaucoup de clients aussi pour les piétons. marchandises ici à Nangui bus de la Sotra, confrontés
poussière en saison sèche place. « Je vais aller où ? qui ne veulent pas marcher Le bitume a disparu à maints Abrogoua. Franchement, le aux piétons et aux voitures
Le coin sent mauvais, mais dans la boue », implore Ous-endroits, laissant la place à trajet me fatigue. Il est diff - particulières qui empruntent
Ousmane tient un étal de on va faire comment ? C’est mane.la boue et aux fl aques d’eau. cile de rentrer et de sortir en leur voie, ont également
vente d’habits dans l’aligne- ici qu’on se débrouille », ré- Les tenants des boutiques C’est la croix et la bannière taxi. Je suis obligée de porter beaucoup de peine à
circument du centre commercial crimine-t-il. Pour lui, la seule et les usagers du boule-pour les centaines de milliers mes bagages sur la tête pour ler. « Les autres passages
‘‘Chic Shop’’. La devanture cause de la mauvaise odeur vard Nangui Abrogoua sont d’Abidjanais qui, journel- aller jusqu’à la mosquée sont tellement encombrés
de l’espace qu’il occupe est et du désordre ambiant, c’est presque tous unanimes. Le lement, y vont pour mener pour emprunter un ‘‘Gba- que les gens sont obligés
boueuse. l’état de dégradation avan- mauvais état de l’avenue « leurs activités ou faire des ka’’, parce que je n’ai pas de circuler sur la voie Sotra.
Le ‘‘lac’’ de boue et de détritus cée du bitume. « Le Vieux, n’arrange pas leurs affaires achats. conf ance aux ‘‘wotrotigui’’ et Ça crée souvent des
boudégage une odeur incommo- embouteillage ne f nit jamais ». Saïb, propriétaire d’un Vendeuse de friperies à Yo- les ‘‘enfants-bagages’’ (por- chons, surtout aux heures
dante. L’air est diff cilement ici. La route est trop gâtée. magasin de pagnes au rez-pougon, Djénéba Touré s’ap- tefaix), c’est vraiment diff - de pointe », fait observer
respirable. Le jeune com- Faites quelques chose, sinon de-chaussée du Forum des provisionne régulièrement cile pour nous », proteste la Jonas, un agent de sécurité.
merçant dit n’avoir d’autre odeur va nous tuer. En plus, marchés, ne décolère pas. à Adjamé. « Je prends mes jeune f lle. Adama Diarra,
conduc« Quand il pleut, on ne peut teur de taxi communal, est
même pas circuler à cause quant à lui dans le désarroi.
de la boue. Quand arrive la « Avant, on pouvait
circusaison sèche, c’est la pous- ler sur le boulevard, de la
sière qui nous fatigue. La mairie à la mosquée, avec
poussière nous envahit et nos passagers. Aujourd’hui,
nous sommes constamment c’est presqu’impossible.
enrhumés. C’est dommage. Pour cette petite distance,
Ce qui est énervant, on ne tu peux perdre plus d’une
sait pas quand tout cela va heure. Si tu prends le risque
prendre f n », déplore le com- d’emprunter le
compartimerçant, sous le regard ap- ment Sotra, la police Sotra
probateur de ses employés. va te taxer. Il faut que les
« Pendant la saison sèche, autorités fassent un effort »,
on est confronté à la pous- plaide-t-il.
sière, quand il pleut, c’est la Il préconise, par ailleurs,
boue. On ne sait plus quel que la mairie organise
temps nous convient », re- mieux les stationnements
lève à son tour Miss Djéné- sur les trottoirs de Nangui
ba. Gérante d’un magasin Abrogoua et qu’elle dégage
de chaussures, la jeune les véhicules abandonnés
dame martèle que « c’est par leurs propriétaires. « Il
une honte pour les autorités y a déjà trop de diff cultés
compétentes, un déshon- à circuler sur le boulevard
neur pour Adjamé de voir le pour qu’on vienne encore le
boulevard Nangui Abrogoua transformer en cimetière de
dans cet état ». voitures », dénonce
l’autoElle dit ne pas comprendre mobiliste .
que le boulevard le plus
fréDur, dur de circuler sur la plus grande artère commerçante d’Abidjan. (PHOTOS : JULIEN MONSAN) GERMAIN GABOquenté d’Abidjan, la plus

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents