JDJ n°135 - du  14 au 21 janvier 2021
37 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

JDJ n°135 - du 14 au 21 janvier 2021 , magazine presse

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
37 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

JDJ n°135 - du 14 au 21 janvier 2021

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 janvier 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Extrait

LE JOURNAL DU JEUDIN° 135 DU 14 AU 21 JANV 2021
Dossier L’INDISCIPLINE EST-ELLE SENEGALAISE ?ALLONS NOUS VERS LE NAUFRAGE COLLECTIF ? Des sociologues et specialistes se prononcent !
2
EDITORIAL
INDISCIPLINE AU SÉNÉGAL
UN RESSORT S’EST CASSÉ QUELQUE PART ! Par Madior SALLA
peutlequel on a un point sur il y faire l’unanimité au Sénégal, quSsegments dui prévaut à tous les c’est bien l’indiscipline caractériséepays . Que cela soit au niveau de l’Etatcomme au sein de la société. L’Etatque le premier président du Sénégal, Léopold Sédar Senghor, a construit avec méthode,organisation et rigueur, s’est czmȯlè¶emeo¶ Ŧ¨¨¾é. Se¨ fzodemeo¶¨à terre. Notre système éducatif, jadis un modèle de construction de la citoyenneté , n’a pas résisté à l’avalanche des grèves en plus du changement des programmesscolaires. La morale et l’instruction civique n’étant plus enseignées. Ces notions d’éthiques et de valeurscomportementales préparaient le citoyenau respect des institutions et du bien public. Depuis lors, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts…. Dans les sphères del’Etat comme au niveau de la société onfai¶ Ŧ de ce¨ ȯéceȯ¶e¨. L’admioï¶a¶izo,à force de se politiser, s’est dépouillée deses fondements régaliens les plus solides.On assiste à un véritable laisser – aller.L’anarchie règne sur les routes du paysoù l’on assiste à ce que l’autre nommaitdu « Maa Taay ». Les règles de la priorité piétinées.
Il ¨¾fŦ¶ d’¾o ȯe¶i¶ e¶ad ¨¾ le ȯaÝemeo¶des bourses des étudiants pour que la rue soit transformée en pétaudière. Un champ de combat entre étudiants etforces de l’ordre où l’on assiste souvent
à mort d’hommes ou de blessures qui hypothèquent l’avenir des victimes.
La corruption est visible à tous lesniveaux avec une prévarication desdeniers publics sans que les auteurs de tels actes ne soient sanctionnés. Onfait peu cas du respect du bien public.L’indiscipline, l’inconscience, l’injustice etl’irresponsabilité sont visibles partout, mettant en péril notre commune volontéde vivre ensemble. Les actes de déviancede l’autorité, notés depuis quelques joursavec l’état d’urgence suivi du couvre-feu, montrent le peu de respect queles citoyens ont pour les institutions.Pendant que la Covid-19 tue, mettanten danger l’économie mondiale, on se croit prémuni contre cette pandémie. Conséquences de notre indiscipline et irresponsabilité notoire, notre systèmesanitaire connait une tension qui pourraitnous emporter tous. Déjà que les cascommunautaires ne cessent d’augmenter et que ceux graves et sévères prennentl’ascenseur. Ce qui explique le nombre demorts. Et la catastrophe pourrait bientôt s’installer. Il nous faut impérativement un acte de sursaut national. Apprendre à nous discipliner et respecter les institutionspubliques qui sont garantes de notre équilibre sécuritaire. Mais avec ce qui sepasse à travers les actes de déviance del’Etat, on peut dire, à juste titre, qu’unressort s’est cassé dans le tissu de lasociété sénégalaise.
:de publication Editeur & Directeur -Mansour Dîeng Rédacteur en chef :Marc Senghor Infographie :Isopubî @gmaî.comResponsable Commercial :Mohamed Dîeng Té : 33 827 33 31/77 293 48 48/Email :îconecrea@gmaî.com
JDJ - Le Journal Du Jeudi - N°133
GUEST EDITO ( A TITRE POSTSCRIPTUM)
L’INDISCIPLINE DES SÉNÉGALAIS
Par Momar Seyni Ndiaye
uel spectacle désolant - Des murs et clôtures transformés Q en vespasiennes, des édicules publics dégoulinants devant des vendeuses de sandwiches - Des sparadraps trouvés dans des assiettes de restaurants universitaires
éczozmiȱ¾e¨ e¶ c¾l¶¾elle¨, ȯz¾ oz¾¨ ameoe à oz¶e ¶i¨¶e éali¶é : ¾o ȯaݨ ¨eo¨ de¨¨¾¨- de¨¨z¾¨ zÆ le¨ eȯèe¨ é¶hiȱ¾e¨ d¾ czmȯz¶emeo¶ ¨e dil¾eo¶ ȯe¾ à ȯe¾ dao¨ ¾o Ŋzilège d’indécence.
Que doivent être alors les intérieurs de nos maisons, si la rue Il circule sur les réseaux sociaux et dans l’internet 36 photos o’ e¨¶ ȱ¾e le eŊe¶ de oz¨ cha¾mièe¨ ? Fa¾¶- il alz¨ ¨e aoge eŊé¶ao¶ ce ȱ¾’ il e¨¶ czoÖeo¾ d’ aȯȯele l’ iodi¨ciȯlioe de¨ à la czoÖic¶izo ȱ¾e l’ eff i¶emeo¶ de¨ ¨zciali¨a¶izo¨ familiale¨, Sénégalais. Un euphémisme ! Des images innommables ¨e ¨¾b¨¶i¶¾e a¾ déli¶emeo¶ de¨ Öale¾¨. S¾fʼn¶- il de ȯzio¶e caractérisant des comportements incroyablement dégradants. la ȯa¾Öe¶é, d’ acc¾¨e la ¶éléÖi¨izo, la c¾l¶¾e o¾méiȱ¾e Une extériorisation ostensible, avilissante d’attitudes et les réseaux sociaux, les défaillances du système éducatif insupportables, humiliantes et dangereuses dans la rue. Comme ȯz¾ j¾¨¶iʼne ce¶¶e embadée, eo aȯȯaeoce ioeÜzable dao¨ si cet espace social avait cessé d’être un lieu de vie, pour ne l’ immzali¶é ? Ce¶aioemeo¶ ȯa¨ ! Ce ¨eai¶ ¶zȯ facile d’ eÜzoée deÖeoi alz¨ ȱ¾’ ¾oe ȯâle Öi¶ioe d’ ¾o décla¨¨emeo¶ h¾maio le¨ e¨¨z¶¨ familia¾Ü, eligie¾Ü, ¶adi¶izooel¨, é¶a¶iȱ¾e¨ de le¾ sans nom. Et pourtant, nous côtoyons et subissons toujours les e¨ȯzo¨abili¶é ȯimaie : l’ éd¾ca¶izo. Oo di¶ ¨z¾Öeo¶ ȱ¾e ¶z¾¶e effe¶¨ de ce¾Ü ȱ¾i zo¶ décidé de ¶ao¨m¾¶e la ¾e eo ¾o Öa¨¶e génération est un nouveau peuple. Mais mettre ces dérapages dépotoir d’ordures matérielles et immatérielles. comportementaux sur le compte de la jeunesse, ne serait-il pas z¾blie le¾¨ caac¶éi¨¶iȱ¾e¨ ¶ao¨- géoéa¶izooelle¨. Le¨ Öizl¨ Quel spectacle désolant : des murs et clôtures transformés d’enfants vécus dans les daaras et les paroisses, les assassinats en vespasiennes, des édicules publics dégoulinants devant parricides et f ratricides, la prostitution intégrée dans nos mœurs, des vendeuses de sandwiches, des sparadraps trouvés dans dzooeo¶ à ce¨ éca¶¨ ¾o caac¶èe eocze ȯl¾¨ dama¶iȱ¾e. La des assiettes de restaurants universitaires, des lames de rasoir éceo¶e 鶾de de l’ OFNAC ¨¾ la cz¾ȯ¶izo ȱ¾i gaogèoe le¨ nichées dans des miches de pain, des ovins transbordés en corps de l’État plus enclins à l’ordre et la discipline, les zones tricycle, des familles entières déplacées en motos, des charrettes les plus pauvres, les secteurs les plus vitaux complète un aff é¶é¨ czmme de¨ ×agzo¨, le ȯz¶ d¾ ca¨ȱ¾e z¾blié, le¨ Öieille¨ ¨zmbe ¶ablea¾. Eo zme¶¶ao¶ de cible le¨ hzmme¨ ȯzli¶iȱ¾e¨, guimbardes bourrées comme des cargos, des pousse-pousse l’ OFNAC, mzo¶e le ¶i¨¶e Öi¨age de ce¶¶e démi¨¨izo czllec¶iÖe débordants de tas de ferrailles rouillés, des gavroches repus et institutionnalisée. insouciants conversant, téléphones portables collés à l’oreille ¨¾ l’ a¾¶zz¾¶e a¾Ü gli¨¨ièe¨ démzo¶ée¨ ! E¶ die ȱ¾’ zo e¨¶ a¾ Ce¨ ¶i¨¶e¨ e¶ chzȱ¾ao¶e¨ ȯhz¶z¨ zo¶ a¾ mzio¨ le edz¾¶able Sénégal ! Un pays censé incarné une certaine exemplarité en avantage d’immortaliser les effets de cette corruption dont elles Af iȱ¾e, ¶z¾¨ dzmaioe¨ czofzod¾¨, ¾o mzdèle de mzdeoi¶é a¾Ü sont la traduction comportementale, dans la rue. Au vu et au su czoŊ¾eo¶¨ de ¶z¾¶e¨ ciÖili¨a¶izo¨, le ce¾¨e¶ de¨ ¶zléaoce¨, à la de ¶z¾¶ le mzode. Le di¨cz¾¨ e¶ la ÖziÜ de ce¾Ü ȱ¾i ¨zo¶ ceo¨é¨ croisée des chemins des religions monothéistes et païennes. Il iocaoe le¨ a¾¶zi¶é¨ oe ¨e ¨zo¶ oi a¾dible¨, oi a¶¶eod¾¨, ȯ¾i¨ȱ¾e a donc fallu cet assemblage instantané d’images ahurissantes, ȱ¾e le deÖzi d’ eÜemȯlai¶é e¨¶ éÖaoe¨ceo¶. ce ȯ¾le kaléidz¨czȯiȱ¾e de ozo czofzmi¶é¨ ¨zciale¨ POSTSCRIPTUM Nz¾¨ ȯzȯz¨zo¨ ce¶ édi¶z, à ¶i¶e ȯz¨¶h¾me, à oz¨ che¨ lec¶e¾¨. Ce¶ a¶icle, éci¶ ȯa oz¶e ege¶¶é ami e¶ czmȯagozo M.S.N aÖai¶, eo ¨zo ¶emȯ¨, a¶¶ié oz¶e a¶¶eo¶izo. Nz¾¨ oe ¨a¾izo¨ deÖioe, à l’ éȯzȱ¾e, ȱ¾’ il oe ¨eai¶ ȯl¾¨ là, mai¨ ȱ¾e eÜcelleo¶ jz¾oali¨¶e e¶ aoalݨ¶e ȯzli¶iȱ¾e , czo¶io¾ea à iig¾e, à ȱ¾elȱ¾e¨ mè¶e¨ ¨z¾¨ ¶ee¨, oz¨ czo¨cieoce¨ avec sa plume alerte et inégalable. Que le bon Dieu continue de le bercer dans son paradis.
JDJ - Le Journal Du Jeudi - N°133
EH. Mansour Dieng
3
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents