Jeune Afrique - N°3082 du 2 au 8 Février 2020
84 pages
Français

Jeune Afrique - N°3082 du 2 au 8 Février 2020

-

Description

CHIMAMANDA NGOZI ADICHIE - «Les Africains n’ont pas les dirigeants qu’ils méritent »

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 février 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 10 Mo
TUNISIE LE TEMPSDES POPULISTES
PATRIMOINE Restitutions : pourquoi ça coince
O HEBDOMADAIRE INTERNATIONALDU 2 AU 8 FÉVRIER 2020N 3082
Elle a inspiré Beyoncé, Rihanna, Michelle Obama, les stylistes de Dior et les scénaristes de Hollywood. Mais la romancière multiprimée pourAmericanahreste indéfectiblement attachée à son Nigeria natal. Rencontre avec une star tendre et féroce pour qui la cause des femmes et celle de l’Afrique sont intimement mêlées.
TURQUIE Erdogan le mirifique Par Béchir Ben Yahmed
Une interview exclusive de l’icône mondiale du féminisme CHIMAMANDANGOZIADICHIE«Les Africains n’ont pas les dirigeants qu’ils méritent »
Canada 6,50 $ CAN .Italie 4,30 € . NorvRèogyeau48mNe-KUni3,60£ . . Belgique 3,80 € . Guyane 5,80 € . ISSN 1950-1285 . MayRoétutnei4o,n640,60. . Autriche 4,80 € . Guadeloupe 4,60 € . Zone CFA 2000 F CFA RD.Congo 5 $ US . Martinique 4,60 € . Grèce 4,80 € Allemagne 4,80 € . . USA 6,90 $ US . Maroc 25 DH . Éthiopie 67 Br .Portugal cont. 4,30 € Algérie 290 DA . . Tunisie 4 DT .
FranEcsepa3L,gu8nx0e,4aB-obruPayms3iu0sSsge08,4SF57
ODUCTIONS ANA CITY PR DW DIO & GON RAprésentent AFRICA ut fa Il er uv sa y! WIll O DUMB Y WILL PAR DIO RA AFRICA R : SU UNE ÉMISSION PRÉSENTÉE DI VENDRE AU NDI DU11H10 TU LU
ABIDJAN 91.1  PARIS 107.5
Béchir Ben Yàhmed
bby@jeuneafrîque.com
er Sàmedi 1 février Le pronostic de Bourguibà e mardi 28 janvier 2020, Les Palestiniens nacceptent rejoindra dans « les poubelles Donald Trump, qua pas ce verdict. de lHistoire » dautres tenta rantecinquième pré Jared Kushner et Donald tives de résoudre le problème L sident des ÉtatsUnis, Trump se sont assuré au préa israéloarabe. a rendu publ i c, en lable la connivence des princi2)Cest le moment de rap présence du chef du paux dirigeants arabes sunnites peler le pronostic du pré Likoud israélien, un Benyamin de la région, au premier rang s i d e n t t u n i s i e n , H a b i b Netanyahou jubilant, le plan desquels Mohammed Ben Bourguiba, émis il y a plus dun américain pour résoudre le Salman (MBS), prince héritier demisiècle : conflit israélopalestinien. dArabie saoudite.Si les dirigeants arabes du« Ce plan a été élaboré par son Le coût de ce plan  on aMoyenOrient, et en particu gendre, Jared Kushner. parlé de 50 milliards de dollier les Palestiniens, persévèrent 1)Il traduit, sans aucune lars  sera couvert par les goudans leur politique actuelle nuance, la victoire militaire vernements arabes complicesirréaliste qui consiste à nier et politique israélienne sur les de MM. Kushner, Trump etlexistence de lÉtat dIsraël Arabes, accorde au Likoud les Netanyahou.par lONU] et à vouloir le[créé sentiel de ce quil réclamait, Si Trump est réélu, cedétruire par la guerre, ils seront consacre la prééminence dIs planverdict sera un faitdéfaits et perdront la Palestine raël sur un « État palestinien » acquis dans dix mois. Si, aucomme leurs ancêtres ont perdu croupion. contraire, il est battu, ledit planlAndalousie. »
Dàns là cour des très grànds otre bimestrielLa RevueOn sait quil aAtil atteint son a consacré sa dernière apogée et commencé renoncé depuis des N couverture à Recep àamorcersondéclin? années à faire de son Tayyip Erdogan avec ce Cest probable. Mais pays un membre de titre:Erdogan:ledébutdelafin?sa chute pourrait lUnion européenne. Le président de la Turquie nintervenir que dans Mais on na pas la est au pouvoir depuis près plusieurs années. certitude quil lait de vingt ans, dabord comme Pour lheure, le jamais voulu, et, de Premier ministre (onze ans), p r é s i d e n t de l a toute manière, les puis, depuis 2014, comme chef Turquie poursuit un dirigeants des grands de lÉtat. Il a été élu, mais se objectif mirifique p a y s e u r o pé e n s comporte comme un président quil na pas formulé mais que se sont montrés réticents à omnipotent. lon commence à discerner. admettre dans leur « club » une
o jeuneafriquen 3082 du 2 au 8 février 2020
3
4
Ce que je crois
Turquie musulmane chargée dHistoire. Cette perspective écartée, par quoi la remplacer ? Vers quoi cet homme de 65 ans conduitil ce grand pays de 85 millions dhabitants où il détient un pouvoir (quasi) absolu conquis par les urnes à la faveur dune habileté manuvrière hors du commun? Pour discerner son grand objectif, il suffit détudier son agenda et ses grandes réalisations.
1)Erdogan est le chef d’État qui voyage le plus au monde. En 2018 et 2019, il sest rendu chaque année dans une tren taine de pays et a donc fait deux à trois voyages par mois. Au cours des treize der niers mois, il en a effectué plus de 30, dont 2 aux États Unis et 6 en Russie, 1 en Chine, 1 en Allemagne et 1 au RoyaumeUni, 1 au Vatican ; dans les seuls trente derniers jours, il est passé en Tunisie, le 25 décembre, avant de se rendre, la semaine dernière, en Algérie, au Sénégal et en Gambie. Il montre un intérêt soutenu pour la Somalie, qui na plus dÉtat ni de gouvernement depuis trente ans et quil a visi tée trois fois ; tout récemment, il est intervenu militairement en Libye, qui a deux gouverne ments depuis près de dix ans. Il a déjà effectué une ou plu sieurs visites dans une ving taine de pays africains et dans chacune des grandes puis sances de la terre, avec une prédilection pour la Russie, où il sest déplacé une dizaine de fois en trois ans. Chef reconnu des islamistes
o jeuneafriquedu 2 au 8 février 2020n 3082
du monde entier, il accueille leurs réfugiés politiques, dirige et conseille leurs chefs locaux, finance leurs activités. À ce titre, il a visité la Malaisie, autre pays islamiste émergent, et entretient des relations étroites avec le très prospère Qatar, échangeant des visites avec son émir.
2)Lintérêt du président Erdogan pour lAfrique est manifeste : Turkish Airlines a reçu des moyens colossaux pour se développer et assurer 56 dessertes africaines (contre 5 ou 6 en 2004). Et en ajoute 2 à 3 par an. De 6 milliards de dollars par an, les échanges entre Ankara et lecontinent ontbondi enquinze ans à 25 milliards de dollars, et un sommet AfriqueTurquie est prévu pour avril 2020. Les grandes entreprises turques sont présentes dans la quasitotalité des pays afri cains, sappuyant sur plus de quarante ambassades; lagence daide au développement, le Tika, déploie ses activités sur le tiers du continent, et les inves tissements turcs en Afrique sélèvent à 10 milliards de dol lars par an.
3)Ceux qui suivent la Turquie ont observé quErdo gan a fait construire, dès 2014, à Ankara, un imposant palais présidentiel de plus de mille pièces qui aurait coûté plus de 300 millions de dollars. Ce nétait que le début dune série de réalisations pharao niques : un gigantesque aéro port ultramoderne dun coût de plus de 10 milliards de dol lars a vu le jour en 2018, une grande université, un imposant
stade de football, un hôpital de 3 200 lits, un gazoduc transa natolien (Tanap), un tunnel autoroutier (Avrasya) sous le Bosphore, un troisième pont sur le Bosphore, une mosquée géante et le Turkstream, un gazoduc quil a inauguré tout récemment avec Poutine et appelé à acheminer du gaz russe en Turquie. Sans oublier le projet « canal Istanbul », qui doit relier la mer de Marmara à la mer Noire. En tout, une bonne dizaine de mégaprojets déjà réalisés ou en cours de réalisation destinés à faire de laTurquie, dont le PIB (1) est de 750 milliards de dollars , lune des dix plus grandes puis sances mondiales.
Les voyages de M. Erdogan, les grands travaux quil a réa lisés, sa prise de distance avec lEurope, ses manifestations dindépendance visàvis des ÉtatsUnis et de lOtan tra duisent ce quil veut. À linstar de Vladimir Poutine et de la Russie  avec lesquels il sassocie et discute dégal à égal , il entend jouer dans la cour des grands et ne veut plus que son pays soit considéré avec condescendance comme une puissance régionale. La Turquie veut êtreune puis sance globale reconnue,comme la France ou lAllemagne. Et en joue déjà le rôle. Ne soyez pas étonné de lavoir prétendre, si elle est encore dirigée par Erdogan, à larme nucléaire.
(1) Par comparaison, son PIB est cinq fois celui de lAlgérie, deux fois et demie celui de lÉgypte. Il est supé rieur à ceux de lÉgypte, de lAlgérie, du Maroc et de la Tunisie réunis.
e 8 édition
Le plus grand rendezvous international des décideurs et financiers du secteur privé africain
www.theafricaceoforum.com
MAIN SPONSOR
AFRICA FINANCE CORPORATION
@africaceoforum #ACF2020
9 & 10 mars 2020
6
ÉDITORIAL
Algérie : quând brise (enin) les
e suis très lucide sur les « défis mémoriels que jai J devant moi, et qui sont politiques. La guerre dAlgérie est sans doute le plus dramatique dentre eux. Je le sais depuis ma campagne. Ce défi est, je pense, du même ordre que celui auquel Jacques Chirac fit face, en 1995, en condamnant le rôle des autori tés françaises de lépoque dans la Shoah. » Que navait pas dit là Emmanuel Macron! Droite et extrême droite françaises, qui, à lévidence, nont toujours pas fait leur deuil de lépoque coloniale, lui sont alors tombés dessus. À bras raccourcis. Comment osaitil comparer les braves soldats français qui com battirent en Afrique du Nord aux bourreaux nazis, ces monstres de la pire espèce ? Décidément, ce Macron était un traître et un rené gat. En 2017, lors de la visite quil fit à Alger pendant sa campagne prési dentielle, navaitil pas déjà insulté le drapeau en qualifiant la colonisation de « crime contre lhumanité » ?
Prendre de lâ hâuteur Le président français a pourtant mille fois raison. Et il manifeste même, en loccurrence, un indé niable courage. Dautant quil na aucun bénéfice électoral à attendre
o jeuneafriquedu 2 au 8 février 2020n 3082
Mâcron tabous
de ses propos. Il a certes commis colonisation, Shoah ou génocide une maladresse en les tenant dans des Tutsis au Rwanda  et lépoque lavion qui le ramenait dIsraël, où il où elles furent commises. Cacher avait participé à la commémoration la poussière sous le tapis na jamais e du 75 anniversaire de la libération rien réglé. Nier le passé, a fortiori du camp dAuschwitz, l o r s q uo n ne n e s t mais il nempêche : pas comptable, na les accusations de ses jamais aidé à préparer Soumis adversaires politiques lavenir. sont dune insondableà aucune doxa,En ces temps où tout le chef de bêtise. Réflexe pavlo le monde exige davan vien ou vraie convic tage de transparence, l’État fraais tion ? Peu importe. Il il est ahurissant de est des moments oùestalléconstater que tout tra lon est en droit dat vail mémoriel se heurte, beaucoup plus tendre des respon encore et toujours, aux loin que ses sables politiques quils mêmes écueils, que lon prédécesseurs. prennent un peu de continue de préférer le hauteur. tabou à lexploration sereine. Seuls les histo Trânspârence riens sy risquent, dans lindiérence Las ! ils sont de moins en moins générale, et en trouvant souvent le nombreux à le faire. Emmanuel moyen de sécharper entre eux. Macron na nullement comparé les Courâge deux tragédies, mais simplement expliqué quen sa qualité de pre Né bien après la fin de la guerre, le mier responsable de la République chef de lÉtat français na aucun il se devait de faire à propos de la tabou sagissant de lAlgérie et ne se guerre dAlgérie ce que fit Chirac, soumet à aucune doxa. Il a même, en en juillet 1995, lors de la commé ce domaine, manifesté bien plus de e moration du 53 anniversaire de courage que tous ses prédécesseurs. la rafle du VéldHiv : reconnaître François Hollande, pourtant très la responsabilité de lÉtat fran sensible, par éducation, à la ques çais dans les atrocités commises. tion algérienne, sétait par exemple Peu importe, dailleurs, la nature contenté de qualifier la colonisa desdites atrocités  esclavage, tion d« injuste et brutale » ; Chirac
avait pour sa part appel Ā  regarder le pass en face, d’un cÔt comme de l’autre , mais avait laiss une loi, adopte en catimini Ā l’Assemble en 2005, voquer le  rÔle positif  de la colonisation, avant de l’abroger. Mais le mal tait fait – et l’ire d’Alger suscite. Quant Ā Nicolas Sarkozy, il a beaucoup tergivers, refus avec force toute espce de repentance, mais concd nanmoins que le systme colonial tait  injuste par nature  et qu’il s’apparentait Ā  une entreprise d’asservissement et d’ex ploitation . Doux euphmisme !
Tourner lá páge Macron est djĀ all bien plus loin. Pendant sa campagne lectorale, on l’a dit, puis, une fois Ā l’Èlyse, en honorant les harkis et en rappelant la dette de la France Ā leur endroit. Surtout, en septembre 2018, en reconnaissant que le militant com muniste – et indpendantiste – Maurice Audin tait bel et bien  mort sous la torture du fait du sys tme institu alors en Algrie par la France . Un  systme  qui condui sit Ā des  actes terribles , pritil soin de prciser. Tout le monde savait. En 2013, le tristement clbre gn ral Aussaresses tait mme pass aux aveux. Alors pourquoi conti nuer Ā mentir ou Ā taire l’vidence ? Pourquoi ne pas tendre la main, au moment oÙ l’Algrie change et s’ouvre ? AudelĀ mme de toute considration morale, on ne voit pas ce que la France aurait Ā perdre Ā cette reconnaissance. VoilĀ deux dcennies que l’on parle de tourner la page et d’en crire une nouvelle. N’estce pas le moment ou jamais de passer de la parole aux actes ?
3 7
Sommaire
Ce que je croispàr Béchir Ben Yàhmed Éditoriálpàr Màrwàne Ben Yàhmed
PROJECTEURS 8ConIdentiel 12L’homme de lasemaineAmàdou Hàyà Sànogo, généràl màlien 1410 chosesàsavoir sur…Ons Jàbeur, joueuse de tennis tunisienne 16Comme le temps passe… 17Le match Moustàphà DiàkhàtévsAbdou Mbow 18Esprits libres
AFRIQUE SUBSAHARIENNE 20InterviewChimàmàndà Ngozi Adichie, écrivàine nigériàne 28BurundiDàns les pàs de Nkurunzizà 30CentrafriqueLe bàl des ànciens 33TribuneApprendre l’art de la guerre
MAGHREB & MOYEN-ORIENT 34TunisieDemàin ils ràsent gràtis 39TribuneDénî de démocratîe 40MarocBim, PAM, boum ! 42AlgérieDjeràd fàceàlamontagne 46MondearabeL’œil d’Ankara
ÉCONOMIE 48KenyaL’émergenceau pas de charge 52Têtes d’aiche
PHOTOS DE COUVERTURE : ÉDITION INTERNATIONALE ET AFRIQUE SUBSAHARIENNE: ANDREW ESIEBO POUR JA; NICOLAS FAUQUÉ ÉDITION MAGHREB & MOYEN-ORIENT: ONS ABID; NICOLAS FAUQUÉ (2); ZINEDINE ZEBAR/STARFACE
Fondâteur : Béchir Ben Yahmed, le 17 octobre 1960àTunis bby@jeuneafrique.com
Édité par Jeune Afrique MediaGroup Siège social :57 bis, rue d’Auteuil – 75016 Paris Tél. :+33 (0)1 44 30 19 60 Fax :+33 (0)1 45 20 09 69 Courriel :redaction @jeuneafrique.com
Directeur général : Amir Ben Yahmed Vice-présidents : Danielle Ben Yahmed, François Soudan
Directeur de lapublication : Marwane Ben Yahmed mby@jeuneafrique.com
Directeur de larédaction : François Soudan f.soudan@jeuneafrique.com
La rédaction et l’équipe deJeune Afriquesont à retrouver sur www.jeuneafrique.com/ qui-sommes-nous/
Difusion etabonnements Ventes : +33 (0)1 44 30 18 23
53
54
56
58 59
61
BanqueAvec le rachat de Tunisie Valeurs, laBiat se mue en géant CamerounBCP et Attijariwafa resserrent lavis ImmobilierEn Côte d’Ivoire, un boom « réservé »aux happy few Afaires déclassées FormationL’Escadans lacour des grandes business schools TribuneMoîns d’État pour un État plus eicace
CULTURE(S) & LIFESTYLE 62PatrimoineL’imbroglio des restitutions 66MusiqueSous l’aile de l’aigle 68TendanceJouer pour gagner o 71MédiasLa Revueen kiosquen 87 72CinémaTrois femmes 73StyleLe fauteuil Mad in Bled 74LivreMicrocosme diplomatique
VOUS & NOUS 81Le courrier des lecteurs 82Post-scriptum
Abonnez-vousà
Découvrez toutes nos ofres d’abonnement sur jeuneafrique.com ou contactez-nousau +33 (0)1 44 70 14 74
Abonnements : Service Abonnements Jeune Afrique, 56, rue du Rocher 75008 Paris Tél. :+33 (0)1 44 70 14 74 Courriel :abonnement-ja @jeuneafrique.com
Communication et publicité DIFCOM (Agence internationale pour ladifusion de la communication) S.A.au capital de 1,3 million d’euros Régie publicitaire centrale de Jeune Afrique MediaGroup
57 bis, rue d’Auteuil 75016 Paris Tél. :+33 (0)1 44 30 19 60 Fax :+33 (0)1 45 20 08 23 +33 (0)1 44 30 19 86 Courriel :regie@ jeuneafrique.com
Imprimeur : Siep – France Commission paritaire : 1021c80822 Dépôt légal :àparution ISSN 1950-1285
o jeuneafriquedu 2n 3082 au 8 février 2020
7
8
PROJECTEURS
CONFIDENTIEL Politique
CAMEROUN Le climat (orageux) des affaires
Cest un redressement fiscal de 40 milliards de F CFA (près de 61 millions deuros) qui passe très mal : celui queModeste Mopa Fatoing,le direc teur général des impôts, a imposé à la Société ano nyme des brasseries du Cameroun (SABC) et que cette dernière conteste. Le 10 janvier,Ferdinand Ngoh Ngoh,le secrétaire général de la Présidence, a organisé dans son bureau ce qui devait être une réunion de conciliation. Y ont participé Modeste Mopa Fatoing,Michel Palu,le président du conseil dadministration de SABC, etEmmanuel de Tailly,son directeur g énéral .LouisPaul Motaze,le ministre des Finances, navait, lui, pas été convié. Aucune issue na néanmoins été trou vée, Mopa ayant reconnu avoir demandé à Palu le limogeage de Tailly. Cette réunion avait été organisée à la demande dePaul Biya,qui, le 20 décembre 2019, avait reçu en audiencePierre Castel,le patron de la SABC, quaccompagnait Christophe Guilhou, lambassadeur de France au Cameroun. Le chef de lÉtat avait émis le sou hait déviter que laffaire ne se déporte devant
les tribunaux par égard pour la SABC, premier contribuable camerou nais hors pétrole, source de 15 000 emplois directs et de 35 000 emplois indirects. Ce climat orageux est à lorigine dune lettre de Célestin Tawamba,pré sident du Groupement i n t e r  p a t r o n a l d u Cameroun (Gicam), qui demande à mots cou verts la tête de Mopa. Les patrons camerounais envisagent de prendre rendezvous, de préfé rence à la mimars, avec Joseph Dion Ngute,le Premier ministre, pour évoquer le malaise fiscal et, plus généralement, la dégradation du climat
o jeuneafriquen 3082 du 2 au 8 février 2020
Modeste MopaFatoing, le directeur général des impôts.
DR des affaires. En première ligne, plusieurs filiales de groupes étrangers, dont léquipementier fran çais Michelin, qui envi sage de quitter le pays ; LafargeHolcim, dont la filiale Cimencam est déstabilisée depuis que lÉtat a octroyé, en 2017, des avantages concur rentiels exorbitants à des entreprises nigérianes, marocaines et turques sur le marché du ciment, et Bolloré, dont lévic tion au sein du terminal à conteneur de Douala donne lieu à un conten tieux judiciaire et arbi tral. Dautres, à linstar de Rougier, ont tout simple ment vendu et quitté le pays.
RD CONGO TSHISEKEDI DIT NON Avant la clôture de sa retraîte polîtîque (28-30 janvîer), l’UDPS a réservé la prîmeur de ses résolutîons àFélîx Tshîsekedî.MaîsJean-Marc Kabund-a-KabundetAugustîn Kabuya,respectîvement présîdent et secrétaîre général de ce partî, ont dû revoîr leur copîe: le che de l’État a reusé de mettre in aux allîances avec le FCC, deJoseph Kabîla, et l’UNC, deVîtal Kamerhe (JA n° 3081).Il a en revanche donné son eu vert à une candîdature de l’UDPS à la présîdentîelle de 2023.
GABON PARTI POUR RESTER ? Le Premîer mînîstre,Julîen Nkoghe Bekale,semble partî pour conserver son poste. Il a plaîdé sa cause auprès de présîdents d’înstîtutîons, commeMarîe-Madeleîne Mborantsuo(Cour constîtutîonnelle), quî s’est entretenue avec le che de l’État le 31 janvîer. Parmî les poîds lourds pressentîs pour éventuellement remplacer Nkoghe Bekale igurent les mînîstresRose Chrîstîane OssoukaRaponda (Déense),Alaîn-Claude Bîlîe-By-Nze(Afaîres étrangères) etDenîse Mekamne(Relatîons avec les înstîtutîons).