L Opinion du 23-06-2022
16 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

L'Opinion du 23-06-2022 , magazine presse

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
16 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Date de parution 23 juin 2022
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Exrait

: 3,20€

BELGIQUE

N° 2291 DATÉ DU 23 JUIN 2022
2,80 €

Opération mistigri

Est-ce l’expression d’un profond
déni de la réalité, d’un refus
d’admettre une défaite électorale ? Ou
plutôt la tentative d’une manœuvre
politicienne pour rejeter sur les oppositions la
faute du blocage institutionnel qui peut
maintenant en résulter ? En s’adressant
(enin) aux Français, Emmanuel Macron
a semblé gommer la contradiction entre
l’élection présidentielle, dont il est sorti

vainqueur sur « un programme clair », et
les législatives, dont il est sorti perdant,
incapable de former une majorité. Pour
lui, les fondamentaux de son programme
(pas plus d’impôts ni de dette, mais plus
de travail) sont là, et c’est aux oppositions
de dire ce qu’elles veulent faire sur cette
base pour « participer au dépassement
politique » et agir. A elles de proposer les
compromis sur lesquels chaque famille

politique accepterait de s’engager : « Il
revient aux groupes politiques, dit le
chef de l’Etat, de dire jusqu’où ils veulent
aller » et dans quels domaines. Mais sur la
base d’une feuille de route Macron.
L’objectif est clair : faire peser sur
les oppositions la responsabilité des
blocages qui ne manqueront pas
d’apparaître. Prendre l’opinion publique
à témoin, et en profiter à terme pour

reprendre la main.
Cette stratégie du mistigri peut avoir
des avantages : gagner du temps, tester
la porosité des frontières partisanes,
faire le tri entre les opposants «
républicains » et les autres, donner au président
de la République la main dans le bal des
négociations projet par projet. Mais elle
présente aussi de nombreux
inconvénients parmi lesquels celui d’acter que

Notre supplément
spécial ESG
Page 5 à 8

les réformes essentielles ne pourront pas
être faites (celle des retraites n’a même
pas été citée, c’était il y a peu la mère des
réformes), mais surtout celui de donner
aux Français l’impression qu’il se lave
les mains de la situation de crise qu’il a
contribué à créer. Avec un risque : que le
rejet qu’il suscite se renforce encore.
Nicolas Beytout
@nicolasbeytout
t

Entre le Rassemblement national qui veut se crédibiliser et la Nouvelle union populaire
qui veut « bordéliser » l’Assemblée, les macronistes sont pris entre deux stratégies antagonistes
RN-Nupes:
le clash des
oppositions

Bourbier au Palais Bourbon

Après avoir reçu à l’Elysée les représentants des diférentes forces politiques
mardi et mercredi, Emmanuel Macron s’est adressé aux Français mercredi
soir.Le Président va devoir composer avec une Assemblée nationale
où les extrêmes vont multiplier les pièges tendus à sa majorité.

Paul Laubacher, Raphaël Proust et Caroline Vigoureux

Lorsqu’Emmanuel Macron était
encore à Bercy, l’un de ses collègues du
gouvernement avait questionné
l’ambitieux ministre de l’Economie sur la
suite. « Pourquoi tu ne te présentes pas
comme député ? », lui avait-il suggéré.
La réponse du futur candidat à
l’élection présidentielle fut ferme et
déinitive : « Ça n’est pas là que ça se passe.
Le Parlement, c’est ini ! » Un peu plus
de cinq années plus tard, c’est
précisément là que ça se passe.
C’est dans cet hémicycle que la
macronie va se retrouver prise en étau,
avec sur son lanc gauche, 131 députés
de la Nouvelle union populaire
éco

logique et sociale (Nupes), et sur son
fla n cd ro it ,8 9d é p u té sd uR a sse m
blement national (RN). « Ils vont faire
de l’Hémicycle un instrument de
déstabilisation des institutions. Le plus
dur à contrer sera leur nombre, c’est
immaîtrisable », prédit l’ancien garde
des Sceaux et spécialiste des rouages
parlementaires, Jean-Jacques Urvoas.
En effet, s’ils sont 80 à siéger de part
et d’autre, cela obligerait la majorité
à avoir au moins 161 députés présents
lors de l’examen des textes. Que
donneraient des débats avec un Hémicycle
aux trois quarts plein ?
Les deux extrêmes vont s’opposer

de manière radicalement différente.
L eRN veut se crédibiliser quand les
Insoumis veulent « bordéliser ». Pour
slalom erentre les deux, la majorité
va devo irév ite ru nce r t ainn o m b re
d’écueils, à commencer par les niches
parlem entaires,ces journées
réservées à un groupe d’opposition pour
défendre leurs propositions de loi. Le
RN comm ela Nupes pourront
l’utili

ser aussi bien pour défendre leur pro
gramme que pour piéger la macronie,
en présentant des sujets consensuels.

Arbitre.C’est ce qu’ont fait à
plusieurs reprises Les Républicains durant
le premier quinquennat, mettant la
majorité dans une situation impossible.
« Les niches parlementaires sont
d e sp iè ge sà con s.E tle sco n s,c ’e st

Macron exclut l’union nationale, mais appelle
ses opposants à « bâtir des compromis »
Déi
tiques qui composent la nouvelle Assem-Ensuite, il faudra « bâtir des com- prêtsà aller », met-il au déi ses
oppoblée nationale, le chef de l’Etat croit enp r o m i s ,d e se n r i c h i s s e m e n t s ,d e ssants. Sans jamais citer sa Première
Pas de gouvernement « d’union natio-effet « possible de trouver une majoritéamendements, mais le faire en touteministre Elisabeth Borne, qui doit
renale », mais des « compromis à ciel ou-plus large et plus claire pour agir ».t ra n sp a re n c e ,à cie lo u ve r t» .Po u rcevoir la semaine prochaine les forces
vert » avec « toutes les forces politiques »Il tend la main aux oppositions pourcela, précise-t-il, « il faudra clarifierpolitiques.
qu iy son tp rê te s…S o ixa n te - d ou z econstruire cette majorité, mais pose sesd a n sle sp ro c h a in sjo u r sla pa r td e« Dès mon retour, nous
commenceheures après la gifle des élections légis-conditions. D’abord, « ne jamais perdreresponsabilité et de coopération querons à bâtir cette méthode et cette
conilatives, Emmanuel Macron a brièvementla cohérence du projet » choisi par lesles diférentes formations de l’Assem-guration nouvelle », conclut-il, avant de
pris la parole mercredi soir, depuis l’Ely-Français en avril dernier, c’est-à-dire leblée nationale sont prêtes à prendre :s’envoler pour une longue séquence
insée. Et tiré une première leçon de ce scru-sien, un projet « crédible et financé »,entrer dans une coalition de gouver-ternationale. Ne laissant aux oppositions
tin, qui est aussi un aveu d’échec : « Nousinsiste-t-il. Car « notre pays a plus quenement et d’action ? S’engager à voterque le choix d’entrer dans son jeu… ou
devons collectivement apprendre à gou-jamais besoin de réformes ambitieuses ».s i m p l e m e n tc e r t a i n st e x t e s ,n o t rede porter la responsabilité d’une crise
verner et à légiférer diféremment. »Il conirme que des mesures sur « le pou-budget, lesquels ? » « Il revient main- politique.
Après deux journées d’entretiensvoir d’achat », le « climat » et le « plein-tenant aux groupes politiques de direNathalie Segaunes
avec les représentants des forces poli-emploi » seront prises dès cet été.en toute transparence jusqu’où ils sont@NSegaunes
t

E
Europe, G7, Otan :
2,80
une parenthèse
F:
internationale
- 623
Ce jeudi marque pour Emmanuel
Macron le début d’une semaine
à l’étranger, avec trois sommets
M 00118
3’:HIKKLB=]UW]U[:?a@q@c@n@a";
au menuPage 9

UE: la taxe carbone
aux frontières passe,
avec aménagements

Après un premier rejet du texte
à Strasbourg, des rabais sont
prévus pour les entreprises
exportatricesPage 10

Le CAC 40 n’a
jamais été aussi
peu endetté

Les leaders de la Bourse ont
renforcé leurs bilans. Cela
tombe bien alors que l’horizon
économique s’obscurcitPage 10

A Hong Kong,
la jeunesse rejette
l’identité chinoise

76% des 18-29 ans se sentent
« hongkongais » quand le reste
de la population met en avant son
appartenance « chinoise »Page 11

KAK
n o u s» ,av a i tm ê m ef i n ip a rl â c h e r
Christophe Castaner. « Il s’agit pour les
oppositions de pousser la majorité à la
faute », résume Jean-Jacques Urvoas.
Le groupe écologiste a par exemple
prévu de déposer une proposition de
loi sur le climat. « Ce sera pour nous un
test de la volonté du gouvernement et
du président de la République d’agir »,
l l lPages 2 à 9

FRANCE 2
Emmanuel Macronlors
de son allocution télévisée,
mercredi soir.

A quelles fondations
iront les milliards
de Warren Buffett ?

Famille ou amis : qui va proiter
de la fortune du milliardaire
américain ?Notre cahier
The Wall Street Journal

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents