Le Figaro Magazine du 24-07-2020

-

Français
100 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Date de parution 24 juillet 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 28 Mo
Signaler un problème
JEANCHRISTOPHE MARMARA
WWW.FIGAROMAGAZINE.FR
ET 25 juillet 2020  CPPAP N° 2000 C 83022 24
m
23619 ET 23620 DES OS NICOLAS SARKOZY CE QUEJEN’AIJAMAISDIT” SUPPLÉMENT FIGARO  CAHIER N°1  N 4 VÉLATIONSSUR SONQUINQUENNAT °207 - n “LE TEMPS DESTEMPÊTES”: ne zi SON LIVRE ÉVÉNEMENT ga Ma aro Fig VENDREDI 24 ET SAMEDI 25 JUILLET 2020
Leplaisirde conduire
Consommations en cycle mixte de la Nouvelle BMW Série4 Coupé selon motorisations :4,0 à 7,1 l/100 km:. Émissions de CO 118 à 186 g/kmen cycle mixte selon la norme WLTP. 2 BMW France, S.A. au capital de2 805 000 € - 722 000 965 RCS Versailles - 5 rue des Hérons, 78180Montigny-le-Bretonneux.
T H E 4
S O M M A I R E
30 LE TEMPS DES TEMPÊTES.Les confidences de Nicolas Sarkozy à l’occasion de la sortie de son livre événement.
7 8
L’ÉDITORIALde Guillaume Roquette ARRÊTS SUR IMAGES
ENTRÉES LIBRES 16EN VUEÉlisabeth Moreno 20MISE À JOUR 22POLÉMIQUE 24INITIATIVE & TECHNOLOGIE
ESPRITS LIBRES /LE FIGARO 26“JE SUIS CHARLIE” Les mythologies de la décennie (2/7)
MAGAZINE 30NICOLAS SARKOZY : “CE QUE JE N’AI CHRISTOPHE MARMARA JAMAIS DIT”En couverture 42CORONAVIRUS, ALERTE EN GUYANEReportage 56LES VISAGES DE CEUX QUI ONT FAIT L’HISTOIREScience 62PROVENCECÔTE D’AZUR, ÉLOGE DE LA BEAUTÉ Carnet de route / Un été en France (2/7) 74THÉROIGNE DE MÉRICOURT Les oubliés de l’Histoire (2/7) ÉRIC MARTIN POUR LE FIGARO MAGAZINE ; JEAN
62
PLEIN SUD.Vignobles, parcours d’art, artisanat, patrimoine, saveurs et nouvelles adresses : le bonheur d’un été en Provence.
QUARTIERS LIBRES 78EN VUEJoaquín Sorolla 80À L’AFFICHE 84CINÉMA : “SUEURS FROIDES” Les films qui ont révolutionné le septième art (2/7) 86AUTO 88ENVIESFairesavoir (2/7) 90ÉVASION 92GASTRONOMIE & VIN 98LES SOUVENIRS D’ARIELLE DOMBASLELes vacances qui ont changé ma vie
Société éditrice : Société du Figaro  Siège social : 14, boulevard Haussmann, 75009 Paris. Tél. : 01.57.08.50.00. Président : Charles EDELSTENNE. Directeur général, directeur de la publication : Marc FEUILLÉE. Commission paritaire du Figaro Magazine (supplément de Le Figaro  N° CPPAP 0421 C 83022) : 2000 C 83022 (édition nationale) et n° 0123C82655 (édition internationale). Cahier N° 1 : Le Figaro Magazine  Cahier n° 2 : Le Figaro Magazine TV imprimé par HÉLIOCORBEIL (91100 CorbeilEssonnes) et H2D MARY (77440 MarysurMarne).
Ce numéro comporte un encart national hors abonnés de 2 pages « Promo Abonnement » jeté en page 19, un cahier central toutes éditions de 16 pages « Jeux de l’Été » et un catalogue de 36 pages « Google » mis sous film sur tout le territoire national.
5/ Le Figaro Magazine / 24 juillet 2020
É D I T O R I A L
VENT DE COLÈRE CONTRE L’ÉOLIEN
’est l’un des plus beaux paysagesau monde. À quelques kilomètres d’AixenProvence, la montagne SainteVictoire, peinte des dizaines de fois par Cézanne, éblouit chaque C année plus d’unmillionde visiteurs. Mais ce site unique est sur le point d’être irrémédia blementdéfiguré:22éoliennesde125mètres de haut crèveront bientôt le point de vue sur la merveille. Malgré les nombreux recours et les protestations, des opéra teurs privés conduisent le chantier à marche forcée. Et ce n’est pas un cas isolé : les paysages français se couvrent chaque semaine de nouvelles éoliennes, le parc actuel (8 000 machines) devant plus que doubler de taille d’ici à 2028. Emmanuel Macron avait pourtant admis, au début de l’année, que« le consensus sur l’éolien est en train de nettement s’affaiblir »face aux levées de boucliers des défenseurs du patrimoine et des paysages, mais l’État n’en a pas moins décidé d’accélérer, en catimini (profitant du confinement), le développement de ce mode d’énergie. La situation est d’autant plus ubuesqueque la montée en puissance de l’éolien, supposé être un mode d’énergie peu producteur de CO2, est concomitante avec la décrois sance d’une énergie qui en émet encore moins, à savoir le nucléaire. Le mois dernier, contre toute logique, l’État a ainsi fermé la centrale de Fessenheim, alors même que la très rigoureuse Autorité de sûreté nucléaire assurait qu’elle ne présentait aucun danger. Mais il fallait donner des gages aux écologistes, qui réclament à cor et à cri le développement des énergies renouvelables. Ceuxlà mêmes qui feignent d’ignorer que les éoliennes ne produisent de ANDRÉ DE CHl’ASéTlEeNEcTtricité que par intermittence, quand il y a du vent.
Le reste du temps, on est bien content de compter sur le nucléaire (tant qu’il y en a) ou sur le gaz et le charbon (comme en Allemagne). Ainsi, rien que pour garantir la même puissance disponible d’électricité que celle assurée par Fessenheim avant sa mise à l’arrêt, il faudrait 4 000 éoliennes ! Une pure illusion. Nos nouveaux moulins à vent,s’ils représentent une agres sion environnementale inouïe et un contresens énergé tique, font en tout cas la fortune de leurs promoteurs. On vient d’apprendre que l’État allait verser, en 2020, aux opérateurs d’énergies renouvelables électriques près de 6 milliards d’euros, l’électricité produite par les pan neaux solaires et les éoliennes bénéficiant d’un prix de rachat garanti. Et qui va financer ce pactole ? Nous, bien sûr, par nos impôts et une discrète taxe prélevée sur chaque facture EDF (la « contribution au service public de l’électricité »). Dans une lettre envoyée cette semaineau président de la République, 11 acteurs majeurs du patrimoine, emmenés par Stéphane Bern, rappellent que d’autres pays comme l’Allemagne, le RoyaumeUni oul’Espagne ont interrompu les systèmes d’aide en vigueur pour l’éolien terrestre, inter rompant ainsi sa prolifération. Pourquoi la France n’en faitelle pas autant ?
P.S. Cet éditorial s’interrompt pour quelques semaines. Bonnes vacances à tous.
Guillaume Roquette Directeur de la rédaction du Figaro Magazine groquette@lefigaro.fr @G_Roquette
U n m o n d e e n i m a g e s
8/ Le Figaro Magazine / 24 juillet 2020
L e m o n d e e n i m a g e s d e … S TA N I S L A S FAU T R É Depuis des années, il arpente le monde pour en rapporter des images d’une beauté naturelle à couper le souffle. Un regard profondément humain qu’il a mis au service de la photographie de voyage et de reportage.
TCHAD /Caravanes éternelles
« Ce matinlà, en suivant mon guide à travers le dédale minéral de la guelta d’Archei, dans le massif de l’Ennedi, sur les traces du scientifique et explorateur français Théodore Monod, je n’aurais jamais cru voir un tel spectacle. En quelques instants, une caravane de dromadaires est apparue comme surgie de nulle part. Tout est resté gravé dans ma mémoire : leur pas lent et précis, le silence soudain troublé, l’eau calme et profonde et la lumière de miel dont les nuances révélaient, tout à coup, les plus petites fissures des parois. J’espère que ce lieu hors du temps dans le Sahara, difficile d’accès aujourd’hui, sera un jour à nouveau ouvert aux visiteurs et à tous les amoureux du désert. »
9/ Le Figaro Magazine / 24 juillet 2020
OUGANDA /Dans les yeux des gorilles de montagne « Quand “Le Figaro Magazine” m’a offert la possibilité d’aller dans le Parc national de Bwindi, à la rencontre de ces grands primates les plus menacés au monde, j’avais emporté avec moi mes plus gros téléobjectifs, convaincu de ne jamais pouvoir les approcher. Après une marche harassante sous la pluie le long de sentiers détrempés, je n’y croyais plus. Partout où je regardais, je ne voyais que de la forêt et la fatigue commençait à nous emporter. Puis un mouvement sur ma gauche m’a attiré. Un grand dos argenté est sorti à découvert. En cinq minutes, toute une troupe est venue à notre rencontre, puis cette femelle et son petit se sont installés à quelques mètres de nous seulement. Ce fut un moment d’une intensité bouleversante. »
10/ Le Figaro Magazine / 24 juillet 2020