164 pages
Français

Le Point du 04-10-2020

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Date de parution 04 octobre 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 45 Mo
sans le savoir » jaune avance lentement
ALLEMAGNE : 5,90 € - BENELUX : 5,30 € - CANADA : 8,00 $CAN – SUISSE : 7,20 CHF - DOM: 5 € - TOM: 900 CPF - ESPAGNE/GRÈCE/ITALIE/PORTUGAL CONTINENTAL : 5,30 € - MAROC : 42 MAD – TUNISIE : 7,40 TND - CÔTE D’IVOIRE/CAMEROUN/GABON/SÉNÉGAL : 3 700 CFA « La FrDanceétapit déarcondfiniéeu Spécial mode homme - Dossier développement durable www.lepoint.fr
Le tramway
meLneasc«ensoCuthevarerrlloilreeisHteesbdo »
Hebdomadaire d’information du jeudi 1
er octobre 2020 n° 2510 - 5
etin«tSeraYvpiuevwnasdl»éNtoneonaBnhDa:nHtpelasarnacrhies
lesRFréanHoxaiuoisenllsesbuercq
Le gréadnudcaetniotrne,tiiselanm… Macron, Poutine, livregséAilfusclonsdeA«sruelli»ru,aoxmire Les extraits
L 13780- 2510 -F:5,00
KHANH RENAUD POURLE POINT GABRIEL BAHARLIA,2014
TIMEINSTRUMENTSFoRUrbanExplorers Instrument du temps pour explorateurs urbains.Design intégré, dimensions optimales, confort au porteretfinitionssoignéesinscrivent la BR 05 dans un style et un usage résolument urbains. Instrument de caractère, empreintdeforceetd’élégance,la BR 05 est le nouveau bijou masculin Bell & Ross.
 Automatique BR 05collection
40mm Étanchéité 100m Boutique Paris +33 (0)1 73 73 93 00 bellross.com
L E TE M P S , U N OB J E T H E RMÈ S .
A rc e au , L’heu re de la lu ne L e temp s e st d a n s la lu ne.
L’éditorial de Franz-Olivier Giesbert
ParisMarseille: pourquoi tant de haine?
La polémique entre Paris et Marseille à propos du coronavirus n’est pas anecdo-tique.Elle est l’illustration de ce qu’Alain Peyrefitte appelait« le mal français »,titre d’un énorme bestsel ler des années 1970, qui pointait du doigt, entre autres, la suradministration et l’hypercentralisation de notre pays. Depuis, malgré les réformes censées décentra liser la France, rien ou presque n’a changé.
Voyez le ministre de la Santé, Olivier Véran, morgue pleine, détenteur de la science infuse, Dia foirus moderne jugeant les masques« pas nécessaires » et les décrétant obligatoires à quelques mois d’inter valle. Au lieu d’en rabattre et de la jouer modeste après ses erreurs du printemps, il se permet d’annon cer une batterie de mesures dans les Bouchesdu Rhône sans prendre la peine de consulter la présidente de la métropole, Martine Vassal, ni la maire de Mar seille, Michèle Rubirola, ni celle d’AixenProvence, Maryse Joissains. Que M. Véran soit préoccupé par la propagation du virus à Marseille ou Aix, on ne le lui reprochera certes pas : peutêtre même atil été bien avisé de frap per fort. C’est la méthode qui est insupportable. Elle rappelle les pires heures de l’Ancien Régime ou du jacobinisme robespierriste. Les Provençaux étant, comme tous les « provinciaux », ramenés au rang de soushumains, le ministre n’est allé au contact de leurs élus qu’après avoir annoncé, la veille, la ferme ture des bars et des restaurants.
Quand en finira-t-on avec le caporalisme ? Jupiter ne touche toujours pas terre : les leçons de la crise des Gilets jaunes n’ont pas encore été tirées par le pouvoir. Après sa nomination à Matignon, Jean Castex avait annoncé avec son bel accent chantant une« révolution »des esprits : le gouvernement serait à l’écoute des territoires pour« ressouder »le pays. Il n’en est rien. Notre belle capitale vit plus que jamais à l’heure de l’hydrocéphalie, cette surabondance du liquide cérébrospinal, que moquait naguère l’écri vain Julien Green :« Paris a une grosse tête par rapport à la France,écrivaitil.Ce n’est pas dans les grosses têtes qu’il y a les gros cerveaux. »
Si Marseille semble plus portée à la déso-béissance civileet aux appels à l’insurrection que d’autres territoires français, même quand ils ont été remuants à l’instar de la Bretagne, c’est sans doute parce qu’elle nourrit depuis longtemps une sourde
détestation envers la capitale qui la lui rend bien. La marseillophobie est de toutes les époques. La gué guerre marseilloparisienne n’a pas commencé, il s’en faut, avec les matchs OMPSG et le folklore affé rent. C’est même une longue histoire.
Le 6 janvier 1659, celui qu’on appellerait bientôt le Roi-Soleil en fit les frais,quand, venus présenter leurs hommages au monarque avec les autorités marseillaises, deux gentilshommes, Nio zelles et son frère, le commandeur de Cuges, refu sèrent de se mettre à genoux devant le roi.« L’esprit démocratique de Marseille,observe un chroniqueur du e XIX siècle, Augustin Fabre (1),fatiguait Louis XIV qui se préparait à lancer les foudres de sa vengeance. » L’année suivante, visitant la Provence, le roi fit creuser, pour y pénétrer avec Mazarin et sa cour, une grande brèche dans les remparts de la cité phocéenne, comme s’il s’agissait d’une forteresse ennemie.« Un morne silence,raconte Augustin Fabre,régna dans Mar seille humiliée qui offrait le triste spectacle d’une ville prise d’assaut. »Louis XIV fit ensuite construire deux forts au sommet desquels les canons étaient pointés, non pas vers la mer, mais en direction de la cité phocéenne.
Édifiant fut l’épisode de la peste à Marseille, en 1720,que raconte l’historien Gilbert Buti dans un livre stupéfiant publié ces joursci,Colère de Dieu, mémoire des hommes(2). Arrivée dans la cité phocéenne par l’entremise d’un navire chargé d’étoffes en pro venance du Levant, la pandémie tua un tiers de la po pulation de Provence,évaluée alorsà 400 000 habitants. Trois siècles avant le Covid19, ont été instaurés le confinement de Marseille et l’interdiction de com mercer avec ses habitants, sous peine de mort. Pour couronner le tout, un mur sanitaire dit « de la peste » avait même été édifié à la demande du pou voir central pour protéger notamment l’actuel Vau cluse. Jalonné de guérites et de corps de garde pour les milliers de soldats affectés à la surveillance, ce mur était d’une hauteur de 2 mètres pour une lar geur d’environ 65 centimètres.
On n’en est pas encore là, loin s’en faut, mais il est troublant de constater que, comme pour donner raison au concept antique de l’éternel retour, l’Histoire peut être, à certains égards, du passé qui recommence, sur fond de centralisme outrancier ou d’animosité réciproque entre Paris et Marseille§ 1.Histoire de Marseille,1849. 2. Éditions du Cerf (310 p., 22 €).
er Le Pointoctobre 2020 |2510 | 1 9
Services conseil décoration et conception 3D en magasin French: français
Astrolab 2.0.Table de repas, design Studio Roche Bobois. Tournicoti.Chaise et bridges, design Antoine Fritsch & Vivien Durisotti. Kyudo.Lampadaires, design Hansandfranz.
omânico, Lousada, Portugal.
Photo: Michel Gibert, non contractuelle. Centro de Interpretação do R