Le Point du 11-04-2021
116 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Le Point du 11-04-2021

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
116 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 11 avril 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 27 Mo

Exrait

ALLEMAGNE : 6,40 € - BENELUX : 5,30 € - CANADA : 8,30 $CAN – SUISSE : 7,20 CHF - DOM: 5,20 € - TOM: 920 CPF - ESPAGNE/GRÈCE/ITALIE/PORTUGAL CONTINENTAL : 5,50 € - MAROC : 48 MAD – TUNISIE : 9 TND - CÔTE D’IVOIRE/CAMEROUN/GABON/SÉNÉGAL : 3 900 CFA qui encouragent qui tuent, ceux NotruePno-te(de LnseonPcPelihnviorleitpcrdpheeoelcda.er)CéVeiulqlsiséuei’tirlesvtdiveidntdeéMeennacrreon, t le monde : ledéclin? les chifres Finkielkraut, confidences à fLraoiFdrea|ncSqepuéêcitael mode homme www.lepoint.fr
modedemNpilcoilas Baverez s’en sortir, par renaissance Comment Saclay,
FRANCK RENOIR/HANS LUCAS/AFP - ÉLODIE GRÉGOIRE POUR « LE POINT »
Hebdomadaire d’information du jeudi 8 avril 2021 n° 2538 - 5 Le grand entretien,
L 13780F:5,00- 2538 -
de lKaiedcAehtnteneleLaure
La reine
nou«sLsaDcuauvvleitrduarLisnard
L’éditorial de FranzOlivier Giesbert
Ces «immigrés» qui défendent la France contre l’islamogauchisme
« Pétain est revenu, ou quoi ? »Il n’y a pas si longtemps, un vieil ami algérien, de passage à Mar seille, disait à l’auteur de ces lignes :« Chaque fois que je traverse la Méditerranée, j’ai un choc. C’est comme si les islamistes avaient contaminé vos élites et occupaient, chez vous, tous les postes de pouvoir. Dans les médias, no tamment.– Tu exagères !– Un peu, oui, mais la situation ici n’a rien à voir avec ce qui passe chez nous, où toutes les personnes sensées sont contre les islamistes. » On ne donnera pas le nom de cet ami pour qu’il n’ait pas d’ennuis, mais il a raison : la France « blanche » d’en haut – pour parler le français racisé à la mode – est« avachie », comme disait de Gaulle. Quand des bouffons qui se disent universitaires ne prétendent pas que l’islamogauchisme n’existe pas« scientifique ment », ce sont les stipendiés du toutÉtat qui s’in dignent que l’on ose parler de désindustrialisation ou de déclin français, des« lubies de scrogneugneux ».
La vieille pente vichyssoise des élites fran-çaisesles a déjà amenés, parfois, à « comprendre » la tuerie de l’équipe deCharliepar des islamistes (re lire Despentes ou Plenel). Après chaque attentat, une petite musique nous intime de faire des concessions sur le voile intégral et, surtout, sur le délit de blas phème, auxquels il serait vain, voire honteux, de continuer à s’opposer : ils sont dans le sens de l’His toire et permettront, quand ils seront légalisés, de ra cheter« les crimes contre l’humanité », comme dirait Macron, perpétrés par« nos ancêtres coloniaux ».
Pour suivre l’exemple venu d’en haut, chez Jupiter,il faudrait s’excuser d’être un Français – mot auquel, au train où vont les choses, nous devrons bientôt enlever la majuscule. Si le salut vient un jour, ce sera moins grâce à la France « blanche » qu’à la « brune » ou à la « noire » : observez comme le com bat pour l’universalisme, les Lumières, notre langue, les valeurs de notre cher et vieux pays est de plus en plus souvent mené par nos compatriotes d’origine immigrée, souvent des femmes, révoltés par la tyran nie de la bêtise et de la bigoterie. Ce sont cellesci et ceuxlà qui sauvent l’honneur de notre modèle qui, s’il n’est pas perdu, ne semble plus bien vaillant.
Dans les librairies, c’est une « invasion », comme dirait l’autre. Paraissent la semaine prochaine les livres – des bijoux – de deux des Françaises les plus douées du moment, sur lesquels nous aurons, bien sûr, l’occasion de revenir.Les Nostalgériades
(Cerf), de Fatiha AgagBoudjahlat, est un essai sur la nostalgie, l’Algérie et les jérémiades par la reine de l’ironie, par ailleurs professeure de lycée, qui manie, comme personne, l’humour et la rhétorique contre les islamistes dans ses combats en faveur du fémi nisme et de la laïcité.
« Insoumission française »(L’Observatoire), de Sonia Mabrouk, est un manuel de combat contre la décivilisation en cours. L’auteure – figure charisma tique, l’une des meilleures, sinon la meilleure, jour nalistes de sa génération – déconstruit le culte de la contrition et de la vindicte pratiqué par les décolo niaux, les ultraféministes ou les écologauchistes façon « Strasbourgistan ».
Il n’y a pas d’orgueil à être français,nous disait jadis Georges Bernanos, patriote s’il en fut. Mais il n’y a aucune raison, aussi, d’en avoir honte. C’est le sens du message de ces deux femmes admirables et « bien trempées », épithètes qui conviennent aussi à Claire Koç. Cette dernière publie un livre boulever sant qui en dit long sur la haine de soi, en passe de devenir notre nouvelle religion d’État.
Dans « Claire, le prénom de la honte »(Al bin Michel), Claire Koç raconte sans pathos le sup plice d’une fille d’immigrés qui a décidé de s’assimiler envers et contre tout, jusqu’à changer de prénom, sans renier pour autant son identité. Magnifique. Dans un autre genre, la première femme imam en France, Kahina Bahloul, met en pièces dans Mon islam, ma liberté(Albin Michel) les falsifications qui permettent aux islamistes d’assigner les femmes à résidence et au voile. Édifiant.
Les mâles, comme on dit dans la novlangue du « genre »,ne sont pas en reste. Avec Amine El Khatmi, l’intrépide président du Printemps républi cain, Mohamed Sifaoui est l’une des figures de proue de l’antiislamisme à la française. DansLes Fossoyeurs de la République(L’Observatoire), un essai jouissif, il démonte avec une verve documentée les gourous, les imposteursetlespetitesfrappesdel’islamogauchisme.
Ironie de l’Histoire :ce sont des Blancs qui, en France, militent pour l’islamogauchisme, tandis que ce sont des Français issus de l’immigration, mille mercis à eux, qui forment les troupes de choc de l’anti islamisme§
Le Point2538 | 8 avril 2021 |5
ÉDITO
Le rabougrisme, stade suprême du précautionnisme
l y a, clairement, deux écoles. D’un côté, celle de la maire n’est le fruit, rappelonsle, que d’un accord politicien pour I Europe ÉcologieLes Verts de Poitiers, qui coupe les subdes circonscriptions entre Martine Aubry (PS) et Cécile Du ventions à deux aéroclubs offrant, au travers d’une associa flot (EELV) en 2011. Et qui aura pour conséquence un re tion, des baptêmes de l’air à des enfants handicapés aucours accru aux énergies carbonées, les renouvelables étant motif que «l’aérien ne doit plus faire partie des rêves d’enfants » loin de pouvoir compenser. Personne, pourtant, ne peut (lire l’éditorial de Sébastien Le Fol, p. 107). De l’autre, les ignorer qu’il ne sert à rien de subventionner des véhicules chercheurs d’Airbus qui planchent sur l’avion « zéro émis électriques s’ils fonctionnent en réalité au gaz ou – pire – sion » à l’hydrogène. au charbon. Et à quoi bon des trains à hydrogène si ce der On songe d’abord à cette formule de Graham Greene :nierestproduit,mêmeenpartie,àpartirdesmêmessources? « La haine n’est qu’une défaite de l’imagination. »On constate, Remarquez, tout n’est pas perdu, puisque le commissaire surtout, que notre rapport à la science et au progrès est dé au Plan François Bayrou a sorti récemment une note appe sormais une ligne de partage politique majeure. Celleci lant à investir dans le nucléaire. Seratil écouté ? détermine d’ailleurs en partie la réponse à la grande ques Les fariboles l’emportent parfois pour des raisons pu tion du moment : notre déclin estil inéluctable ? rement politiques, mais on ne peut ignorer le substrat Le premier champ de bataille est évidemment l’écolo culturel sur lequel elles prospèrent : l’affaissement de la gie, où s’affrontent les « décroissants » et ceux qui ont en confiance en la technologie, notamment au sein de la core quelque confiance danssphèrepublique.Notrechroniqueuse l’inventivité humaine. Les premiersAurélie Jean pointait récemment une voient, depuis la pandémie, leurLa déroute vaccinale estabsurdité qui en dit long : le nouveau heure venue, mais les seconds ne déConseil national du numérique ne une affaire de culture sarment pas. Parmi eux, Bill Gates, compte aucun dirigeant technique qui, dans son dernier livre (1), fait le– notre vision du progrès –d’entreprise. N’aton donc rien à at même constat de l’urgence clima tendre des ingénieurs ? autant que de logistique. tique, mais en tire des conclusions Les mêmes réflexes technoscep radicalement différentes, jugeant tiques, ou du moins technopessi que« sans innovation, on n’y arrivera pas ». Autrement dit,mistes, semblent avoir prévalu, sur tout le Vieux Continent, la décroissance ne résoudra pas le problème. Celleci n’estdans le cas des vaccins. Emmanuel Macron, au cours d’une d’ailleurs pas prônée par le Giec. Gates affirme, lui, que le interview récente à la télévision grecque, a reconnu que devoir des pays riches est d’investir beaucoup plus massi nous n’y avions pas cru assez tôt, alors que les ÉtatsUnis vement dans des technologies qui, mises à la disposition s’y étaient préparés dès l’été 2020. Le président français a de tous, et à plus bas prix, autoriseront un développement admis – aveu étonnant – que« le quoi qu’il en coûte qu’on a sans émission de carbone. Y compris dans les pays pauvres.appliqué pour les mesures d’accompagnement, eux l’ont appli Ce plan est bien étayé, cher, mais enthousiasmant. Paqué pour les vaccins et la recherche ». rions toutefois qu’il ne sera pas entendu de nos édiles EELVNotre déroute vaccinale est, à n’en pas douter, une af qui, tout à leurs pulsions répressives, préfèrent s’en prendrefaire de culture autant que de logistique. Il serait peutêtre l’un au Tour de France, l’autre au sapin de Noël et la troi temps de s’interroger sur ce fameux principe de précau sième, donc, aux aéroclubs. Ces derniers ne sont d’ailleurs tion, poussé à son extrême en Europe et particulièrement plus seuls. Voici venir l’extension du domaine du ra en France, au point qu’il fait parfois penser à cette blague bougrisme. Ainsi le député Insoumis François Ruffin de Francis Blanche :Christophe Colomb n’avait rien« Si vientil de publier un livre intituléLeur progrès et le nôtredécouvert, Kennedy serait toujours vivant »§(Seuil), dans lequel il dénonce« l’idéologie »du« Prométhée Étienne Gernelle conquérant »,« le catéchisme laïc »du progrès,« de Gutenberg(1) Bill Gates, Climat : comment éviter un désastre. Les solutions actuelles. Les innovations nécessaires(Flammarion, 2021). à la fée électricité », ainsi que« le débat occulté sur la 5G »La France comprend, comme d’autres, des antiprogrès professionnels, mais pencheratelle du bon côté ? Ce n’est «Le Point des idées»pascertain.EmmanuelMacron,pourtantprophètedu«pro Chaque dimanche à 14 heures, sur LCI. grès » durant sa campagne, a repris à son compte la pro Une émission proposée par LCI des messe de son prédécesseur de réduire à 50 % la part du etLe Point, animée par Sonia Chironi nucléaire dans la production d’électricité, et a en conséet l’équipe duPoint. quence fermé la centrale de Fessenheim. Un objectif qui
6| 8 avril 2021 |Le Point2538
3
6
5 6 9 10
14
28
L’éditorial de FranzOlivier Giesbert L’éditorial d’Étienne Gernelle La chronique de Patrick Besson Les éditoriaux de PierreAntoine Delhommais, Luc de Barochez et Laetitia StrauchBonart
LE POINT DE LA SEMAINE La macronie promet à Édouard Philippe le destin de Rocard
FRANCE Philippe de Villiers : « Emmanuel Macron est le ludion utile d’un renversement de civilisation »
EN COUVERTURE 36Peuton (encore) éviter le déclin ? par Nicolas Baverez 48ParisSaclay, la renaissance de l’université française 52David Lisnard : la culture sauvera la France
MONDE 56 Vienne, nid d’espions (turcs)
SOCIÉTÉ 60 Mais qu’estce que c’est que ce cirque ? 64Pascaline Bongo : Bob Marley, mon père et moi
ÉCONOMIE 66AnneLaure Kiechel, la financière « insoumise »
CULTURE 72 Les archives secrètes de Jack Lang 76Livres : Mourir d’aimer, aimer à en mourir, l’affaire Russier ;
SOMMAIRE2538
Blaise Ndala ; Jean Hatzfeld. 79Quand Delphine de Vigan et Olivier Bourdeaut vengent les enfants stars 80classement de la Fnac Le et la Minute antique 81Série : « Hippocrate », serment 2
STYLE 84Mode homme : les hussards du nouveau monde 100Montre : Vuitton, l’homme et la mer 101Auto : Range Rover Evoque conversion réussie 102 Les baskets ont la cote
104Le blocnotes de BernardHenri Lévy
106Jeux : Bridge & Mots croisés
LE POSTILLON 107 Lettre à mon fils qui croit au ciel, par Sébastien Le Fol 107 Alain Finkielkraut : « Ce qu’il me reste de gauche » 111Modérés de tous les pays, unissezvous ! (Jean Birnbaum) 112Claude Gamel : pour un « libéralisme soutenable » 114Une rééducation à la brièveté, par Kamel Daoud
L’édition locale du « Point », disponible sur lepoint.fr
Le Pointis published weekly by Société d’exploitation de l’hebdo-madaireLe Point-Sebdo – 1, boulevard Victor, 75015 Paris, France. The US subscription price is $ 200. Airfreight and mailing in the USA by : IMX, C/O USA Agent, Cargo Bldg. 141, Suite 115-117, J.F.K. Int’l Airport, Jamaica, NY 11430. Periodical postage pending at Jamaica Post Office 11431. US POSTMASTER : send address change to : IMX, C/O USA Agent, Cargo Bldg. 141, Suite 115-117, J.F.K. Int’l Airport, Jamaica, NY 11430. CopyrightLe Point2021. Origine géographique du papier : Allemagne, Autriche, Italie. Taux de fibres recyclées : 0 %. Certification des fibres : PEFC. Eutrophisation 2017 : 0,014 kg/T équivalent phosphore.PRINTED IN FRANCE. Une couverture et 40 pages « Lille » brochées entre les pages 114-115 sur les ventes & abonnés (quantité partielle) ; un encart abonnement Le Pointjeté sur les ventes.
À nos abonnés Poursuivez votre lecture et accédez gratuitement à tous nos contenus en ligne sur le sitelepoint.frou l’application Le Point.
Créez votre comptelepoint.frà l’aide de votre numéro d’abonné, imprimé sur l’emballage de votre journal.
Scannez ce QR code pour vous connecter facilement.
Le dernier dragueur
Patrick Besson
e l’ai retrouvé rue Princesse, assis par terre de Jbien de temps ne s’étaitil pas lavé, ne s’étaitil vant la porte fermée de Castel. Depuis com pas changé ? Son épaisse chevelure noire, à la quelle il accordait naguère tant de soin, n’était plus qu’un fouillis de cheveux gras et emmêlés. J’ai secoué son épaule et il a levé les yeux vers moi. Il ne m’a pas reconnu tout de suite. Sa vue devait avoir baissé, comme tout le reste de sa personne. J’étais stupéfait. Que lui étaitil arrivé, pour qu’il tombe dans une telle déchéance ? Je lui aurais bien payé un verre mais tous les cafés étaient fer més, alors je me suis assis par terre à côté de lui. Il a commencé son récit d’une voix rauque et ti mide, comme s’il craignait d’être entendu par on ne savait qui : à cette heurelà, à part nous deux, la rue était déserte. – Ça fait des mois que j’essaie de draguer une fille et je n’y arrive pas, atil commencé. Il m’a demandé si j’avais une cigarette. – Bien sûr que non, aije dit. – C’était pratique pour draguer, la cigarette, atil dit sur un ton mélancolique. On demandait du feu à la nana. Làdessus, on engageait la conver sation. Au bout d’une demiheure, une heure, on lui proposait un tour en bagnole ou une petite balade dans les bois. Si elle était d’accord, on sortait et on commen çait à se rouler des pelles. – Si elle n’était pas d’accord ? – On insistait. – Il ne fallait pas. – Je sais, mon vieux.
Je le paie assez cher. Le dernier type à mettre la main aux fesses d’une fille, ça a été moi, fin 2019. J’ai pris six mois avec sursis, peine commuée en travaux d’intérêt général, mais comme c’était pendant le premier confinement, je ne les ai pas faits. Je me suis remis à draguer. – Incorrigible. – Je m’approchais d’une fille, je lui disais que je la trouvais désirable. – L’erreur. – Après, j’essayais de toucher ses cheveux pour créer un lien entre nous, tu comprends. On fai sait comme ça, avant, des petits gestes affectueux, et la fille, elle ne disait rien, elle était contente : elle se faisait draguer. – Peutêtre n’étaitelle pas si contente que ça ? – On s’en foutait un peu, à vrai dire. L’impor tant, c’était de draguer. Qu’estce que c’est, un dra gueur qui ne drague pas ? La drague, ce n’est pas une manie, c’est une passion. J’y ai consacré toute ma vie. Que vaisje devenir, maintenant que je ne peux plus draguer ? Je ne vais quand même pas me mettre à lire. Remarque, ce n’était pas mal la lecture pour draguer. Au Luxembourg, j’avais tou jours un livre avec moi, ça marchait bien. – Ne pense plus à tout ça. Ce n’est peutêtre qu’un passage. Si ça se trouve, un jour, tu pour ras draguer de nouveau. Il me jeta un regard douloureux et sans es poir. Je compris alors qu’après lui il n’y aurait plus aucun dragueur sur terre, qu’il était le dernier§
« C’était pratique pour draguer, la cigarette… »
Le dernier type à mettre la main aux fesses d’une fille, ça a été moi, fin 2019. J’ai pris six mois avec sursis, BRANDON TAELOR AVIRAM/GETTY BRANDONpTAeELiOnR AeVIRcAMommuée en travaux d’intérêt général.
Le Point2538 | 8 avril 2021 |9
ÉDITORIAUX Les taux bas, cette poudre aux yeux
Les banques centrales sont au chevet des États, menacés de faillite. Mais le déni de risque financier, qui pousse les uns et les autres à empiler des pyramides de dettes, est tout aussi délétère.
par Pierre-Antoine Delhommais e Covid19 tire nos sociétés dans des directions temporelles L diamétralement opposées. D’un côté, il les fait basculer plus vite que prévu dans l’ère des nouvelles technologies, de l’ecom merce, du télétravail sur Zoom et des vaccins à ARN messa ger. De l’autre, il les ramène des siècles en arrière, au temps de la lèpre, de la peste et du choléra, avec le retour de ces pratiques médiévales destinées à les combattre, le lazaret, le confine ment des populations et l’isolement des malades contagieux. À Florence, lesbuchette del vino, ces trous percés dans les murs des tavernes pour servir des boissons sans contact avec le client pendant les épidémies de peste, ont même repris du service. Avec les politiques de taux à zéro pour cent menées actuel lement par les banques centrales pour lutter contre la crise économique, le système financier mondial, lui aussi extraor dinairement « hightech » et épris de Modern Monetary Theory, revient, également, d’une certaine façon, à l’époque du Moyen Âge, quand l’Église avait décidé d’interdire la pratique très an cienne et répandue du prêt à intérêt. L’historienne Caroline MarieJeanne rappelle que celuici était déjà présent en Méso
10| 8 avril 2021 |Le Point2538
potamie, il y a plus de 3 000 ans, et qu’il était d’usage courant dans la Rome et la Grèce antiques – en 434, la banque du temple de Délos prêtait à 10 %. Au grand dam d’Aristote, qui condamna fermement cette technique de crédit, au prétexte que l’argent était selon lui sté rile, infécond, ne pouvait pas faire de petits et ne devait servir qu’à l’échange.est de l’argent issu d’argent, et c’est de« L’intérêt toutes les acquisitions celle qui est le plus contraire à la nature. »C’est au nom de ce grand principe aristotélicien, en y rajou tant une pincée d’humanité fraternelle et une autre de réfé rence biblique, que les théologiens du Moyen Âge plaidèrent avec succès pour la prohibition du prêt à intérêt, considéré comme un péché mortel. Ce n’est pas pour des raisons éthiques ou des motifs reli gieux que Christine Lagarde, la présidente de la BCE, et Je rome Powell, le patron de la Réserve fédérale américaine, répètent inlassablement aujourd’hui qu’ils vont mainte nir très longtemps les taux d’intérêt à court – mais aussi à long – terme proches de zéro pour cent. C’est bien plus pro
La dette mondiale globale atteindrait un record de 281 000 milliards de dollars, soit 355 % du PIB.
« Alors, ça mord ? »
ILLUSTRATION : JEAN POUR « LE POINT »
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents