Le Point du 18-07-2021
108 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Le Point du 18-07-2021

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
108 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 18 juillet 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 36 Mo

Exrait

ALLEMAGNE : 6,40 € - BENELUX : 5,30 € - CANADA : 8,30 $CAN – SUISSE : 7,20 CHF - DOM: 5,20 € - TOM: 920 CPF - ESPAGNE/GRÈCE/ITALIE/PORTUGAL CONTINENTAL : 5,50 € - MAROC : 48 MAD – TUNISIE : 9 TND - CÔTE D’IVOIRE/CAMEROUN/GABON/SÉNÉGAL : 3 900 CFA MobilieLr urofensive, rèdgneuduPlVCa,id Spécial bières et apéritifs Politique : Fourquet rebat les cartes bain absurde, esthétique zadiste destruction du patrimoine… Les sujets qui fâchent. Épisode 1 : « Les Habits neufs du président Mao », de Simon Leys www.lepoint.fr Villes et paysages Français Modernes autodafés, la série d’été de Michel Onfray
S. LEBAN POUR « LE POINT ». P. MOMBOISSE/« OUEST FRANCE »/PHOTOPQR/MAXPPP. A.-S. HOURDEAUX/LILLEACTU.FR. S. ORTOLA/RÉA POUR « LE POINT ». É. GRÉGOIRE POUR « LE POINT »
Hebdomadaire d’information du jeudi 15 juillet 2021 n° 2552 - 5
L 13780- 2552 -F:5,00
BREGUET.COM
breguetinventeur du tourbillon
MARINE 5887
L’éditorial de FranzOlivier Giesbert
La chute de l’Empire romain
Ne sentezvous pas que le fond de l’air de vient frais,en ce bel été, alors que le coronavirus menace de gâcher l’automne d’une France qui n’a pas atteint un taux de vaccination suffisant pour s’assu rer l’immunité collective ? Nous sommes à la traîne de l’Occident, qui luimême n’est pas vaillant. L’effondrement de notre civilisation est annoncé depuis si longtemps qu’il semble loin derrière nous. Symbolisés par Huysmans et son roman Àrebours, paru en 1884, les bien nommés « décadentistes » s’en amusaient déjà.Le Déclin de l’Occident,du philosophe allemand Oswald Spengler, fut ensuite l’un des grands e succès de librairie au début du XX siècle.
Il y a cent ans, nos ancêtres, des deux côtés du Rhin, étaient déjà obsédés par le déclin. Grâces soient rendues aux éditions Gallimard d’avoir décidé de republier le patafar historique en deux tomes de Spengler sur l’agonie de notre vieux monde, miné par l’exode rural, l’urbanisation galopante, les mouvements migratoires, etc. Il nous permet de relativiser quelque peu notre sort aujourd’hui.
Pessimiste, hypercultivé et ultraréaction naire, Spengler exécrait autant le capita lisme qu’il vénérait la nation,ce qui aurait dû le rapprocher politiquement du nazisme conqué rant, mais non, il n’a jamais sombré dedans. L’abjec tion antisémite, très peu pour lui. Il dénonçait néanmoins avec une rage plus ou moins fascistoïde la dictature de l’argent et ce qu’il considérait comme son arme politique, la démocratie. À ses yeux, elle ne pouvait être vaincue que par le sang,« la vie, la race, la victoire de la volonté de puissance ».
On a beau se proclamer prophète, on a toujours du mal à prédire… l’avenir.Telle était la limite de l’exercice de Spengler. L’histoire de la chute de cet Empire romain auquel nous de vons tant apporte beaucoup plus de lumières sur notre situation actuelle. Universalistes avant l’heure, les Romains intégraient sans difficulté les popula tions étrangères, qui avaient le droit de garder cer taines spécificités. C’était ce qu’on appelait la « romanisation ».
L’Empire romain fut longtemps une ma chine à assimiler.Pourquoi et comment s’estelle cassée ? Accordant sur la fin la citoyenneté à tous les hommes libres qui vivaient sur son territoire, il a été débordé par les flux migratoires, portés par les inces santes invasions barbares, qui ont précipité son
délitement. Il a tardé à s’en inquiéter : il était sûr d’être la culture, la civilisation (1). Le parallèle avec notre situation estil évident ? Sans doute si l’on suit une nouvelle école d’histo riens qui, prétendant dédiaboliser les invasions bar bares, refuse l’idée qu’elles aient été très violentes, comme l’assurent les récits traditionnels. Cédant à l’angélisme, ils préfèrent ainsi, pour ne pas « stigma tiser, » parler de transformation ou d’« accommoda tion »pacifique. Fariboles ! Soucieux d’éviter les rapprochements qui tuent, d’autres historiens, comme l’universitaire américain Kyle Harper, privilégient, pour expliquer la chute de Rome, les désordres climatiques, la dégradation des conditions sanitaires, et même les pandémies, qui ne sont pas sans rappeler le Covid que nous avons enduré. Tout est bon finalement pour ne pas impu ter la chute de l’Empire aux invasions. Il se serait étiolé doucement, sans soubresauts, dans une sorte de béatitude.
Certes, il y a quelque chose de caricatu ral dans l’approche horrifique des inva sions germaniquesqui ont provoqué la fin de Rome. Mais, comme l’écrit Bryan WardPerkins, archéologue et historien britannique, professeur à Oxford, la destruction de cette civilisation ramena ses habitants dans les ténèbres, au temps de la pré histoire.Romains, avant la chute,« Les observetil,étaient aussi convaincus que nous le sommes aujourd’hui que le monde resterait, pour l’essentiel, tel qu’il était. Ils avaient tort. À nous de ne pas répéter la même erreur et de ne pas nous bercer d’une fallacieuse assurance(2). »
On ne laissera personne dire que l’immi gration est mauvaise pour un pays– une insanité ! –, et la France, qu’elle n’a cessé de régéné rer, a prouvé le contraire tout au long de son histoire. Mais il faut savoir la contrôler, ce qui fut une idée fixe du général de Gaulle avant que notre classe politique décide de laisser pisser le mérinos, par idéo logie, cynisme, fatigue ou pleutrerie. Michel Barnier, un puits de modération, accessoirement candidat à la candidature de la droite pour 2022, a proposé, il y a peu, un moratoire sur l’immigration, quitte à chan ger la Constitution, le temps que notre pays puisse reconstruire ses outils d’intégration. Depuis, silence radio. Voilà pourtant un beau débat. Chiche ?§
(1) Lire à ce sujet l’excellent livre de Raphaël DoanLe Rêve de l’assimilation,aux éditions Passés/Composés. (2)La Chute de Rome. Fin d’une civilisation,« Champs histoire », Flammarion.
Le Point2552 | 15 juillet 2021 |5
ÉDITO
Pourquoi la réforme des retraites est un enjeu de civilisation
es retraites, ou l’histoire du plus gros et du plus coûteuxrecherche, l’innovation et de grands projets. Bref, apte à jouer L e mensonge de la V République… Tout a débuté en 1981, en première division, avec la Chine et l’Amérique. Un pas de avec ce déni de réalité qui n’a pas grandchose à envier à celui géant a été franchi l’an dernier avec le plan de relance à des antivaccins d’aujourd’hui : la retraite à 60 ans, à rebours 750 milliards d’euros dit « NextGeneration » : pour la pre de toutes les données démographiques. La faribole était déjà mière fois, les États membres ont accepté de financer de l’in visible à l’époque : JeanFrançois Kahn, fondateur deL’Événevestissement pour partie avec de la dette commune. On a ment du jeudiet deMarianne, et qui n’est donc pas un suppôt de », en référence à l’un desparlé de « moment hamiltonien l’ultralibéralisme, comme on dit à gauche de la gauche, a ra pères fondateurs des ÉtatsUnis. Mais toute la question est conté dans son dernier livre (1) qu’il avait refusé de voter pour de savoir si ce premier pas sera le dernier ou si l’Allemagne, François Mitterrand au premier tour en raison de sa« convicau départ réticente, se laissera convaincre de poursuivre. Un tion que l’on ne se dépatouillerait pas du passage démagogique à laobservateur très bien placé des relations francoallemandes retraite à 60 ans ». nous prédisait récemment une période rude entre Paris et Depuis, le bobard a été documenté jusqu’à l’écœurement. Berlin. Pourquoi ? Parce que la sortie de crise se profilant Les rapports sur le sujet sont si nombreux et volumineux que malgré le variant Delta, la pusillanimité de la France en ma l’on pourrait s’en servir de matériau de construction : du Livretière budgétaire exaspère à nouveau l’Allemagne, qui a le blancde Michel Rocard, en 1991, aux dernières prévisions dusentiment – non sans raison – que nous lui faisons les poches. Conseil d’orientation des retraites (COR). Oh ! il y a bien eu Les retraites françaises, exception culturelle s’il en est, oc des réformes : en 1993, 2003, 2010 et 2014 (si l’on est géné cupent une place particulière dans cette défiance. Elles re reux). Sans jamais effacer la masca présentent 25 %, des dépenses rade de 1981. Il est fascinant que l’onpubliques et sont le segment sur le La folie française des re estime aujourd’hui souvent à 65 ansquel la France est la plus dispen l’âge de départ à la retraite qui pertraites constitue l’un des predieuse par rapport à ses voisins. La mettrait de restaurer un équilibre poursuite de notre « quoi qu’il en miers obstacles sur la route durable sans rogner les pensions.coûte » social est à moyen terme un Soit la situation pré1981… Par aild’une Europepuissance.obstacle à un autre « quoi qu’il en leurs, les régimes spéciaux, dont parcoûte » – sur l’investissement ce lait déjà le rapport Rocard, sont toujours là. Pourquoi ?« Il estluilà – et à l’échelle européenne. des consciences qui se soulagent comme des ventres », selon une Voici le paradoxe Macron : partisan convaincu d’une Eu formule attribuée à Bernanos. Macron feratil exception ? ropepuissance, il deviendrait, s’il n’allait pas au bout sur les Peutêtre. retraites, un frein à ce grand dessein.« On n’est jamais aussi Le président de la République a renoué dans son discoursbien battu que par soimême », disaient les Shadoks… de lundi avec un ton réformiste, annonçant notamment queLe président français a été ces derniers mois aux premières le gouvernement se remettrait sur le dossier des retraites, préloges pour constater que le chacun chez soi ne laissait pas as cisant qu’il faudrait« travailler plus longtemps »sez d’espace aux grandes ambitions. Comment ne pas remaret que les ré gimes spéciaux devaient être supprimés pour les nouveaux quer que le premier vaccin contre le Covid est sorti d’un entrants. Curieusement, il a ajouté, sans que l’on en com laboratoire allemand, BioNTech, et que pourtant on ne parle prenne bien la logique, que la réforme ne serait pas lancée que du « Pfizer », du nom du géant américain qui l’a indus tant que l’épidémie ne serait pas « sous contrôle » et la crois trialisé ? Aussi édifiante est l’histoire de Stéphane Bancel, le sance assurée. Audace ou procrastination ? Nous verrons à PDG français de Moderna, concepteur du second vaccin à l’automne. ARN, et qui expliquait auPointla semaine dernière qu’il n’au Attention, il ne s’agit pas ici que d’un sujet social, mais rait pu« faire grossir la boîte avec la même envergure en France, aussi, indirectement – osons les grands mots –, de civilisaça, c’est sûr ». tion. Macron a justement évoqué le travail comme source ul Il serait triste qu’au lieu de raconter le « moment hamilto time du financement de la protection sociale. Il aurait pu nien » de l’Europe, les futurs livres d’histoire décrivent un ajouter que la France est aujourd’hui le pays où l’on travaille « moment houellebecquien », actant, comme l’écrivain dans le moins de l’OCDE sur un cycle de vie. L’âge de la retraiteLa Carte et le Territoire, notre renoncement à la puissance. n’est donc pas sans conséquences sur notre niveau… de vie. Surtout si parmi les causes de tout cela se trouvaient les Cette question qui fâche engage aussi notre destin parce hésitations d’un jeune président à l’idée de revenir sur un bo que la folie française des retraites constitue, avec la dette ita niment électoral vieux de quarante ans… Que sera le « mo lienne, l’un des principaux obstacles sur la route d’une Unionment macronien » ?§Étienne Gernelle européenne capable de faire émerger à une autre échelle la1.Mémoire d’outrevies,tome 1, Éditions de l’Observatoire, 2021.
6| 15 juillet 2021 |Le Point2552
38
5 6 9 10
14
22
32
L’éditorial de FranzOlivier Giesbert L’éditorial d’Étienne Gernelle La chronique de Patrick Besson Les éditoriaux de PierreAntoine Delhommais, Luc de Barochez, Nicolas Baverez Le point de la semaine
FRANCE La France politique de 2021, par Jérôme Fourquet Baromètre – Bertrand et Pécresse creusent l’écart
MONDE 34 La Suède prend les armes
EN COUVERTURE 38 Villes et paysages français : l’offensive du laid 44en Absurdie Bienvenue 46Mérignac, l’urbanisation À à marche forcée 47 Le syndrome Beaubourg 49 La métamorphose milanaise
51
52
58
Anticor nous répond
ÉCONOMIE Vincent Bolloré : entre rédemption et succession
SCIENCES L’ananas est l’avenir du cuir
SOMMAIRE2552
CULTURE 60 Patrimoine – Rebâtir Beyrouth… 64 Photographie – CartierBresson dans l’œil de Leibovitz 66– Jodie Foster : « Ne pas Cinéma bannir les œuvres » 68– Julia Ducournau, portrait Cinéma de la jeune fille en fer 72historique – Chandernagor, Roman la femme de Césarée 73: le palmarès de la Fnac Livres 73 La Minute antique de Christophe OnoditBiot – Dismoi à quoi tu rêves…
STYLE 74golf – Jouer comme un pro Spécial 78– Royale escale (Évian) Hôtel 80– Le goût du parcours Gastronomie 81– Calibrées pour les greens Montres 82– Ford Mustang, retour vers le Auto futur 84 Art de vivre – L’apéritif, un rite français 86– Un zinc sinon rien Guide 90 Bière – L’heure blonde
96Le blocnotes de BernardHenri Lévy
98Jeux : Bridge & Mots croisés
LE POSTILLON D’ÉTÉ 99 Autodafés, épisode 1, par Michel Onfray – Il faut sauver le soldat Mao 106 Mon meilleur ennemi, épisode 1, par Gaspard Kœnig – Graeber, le libéral qui s’ignore
Loint éét Le Point- 5015 tT$ 200. Airfreight and mailing in the tU USA by : IMX, C/O USA Agent, Cargo Bldg. 141, Suite 115-117, J.F.K. Int’l Airport, Jamaica, NY 11430. Periodical pos-tage pending at Jamaica Post Office 11431. US POSTMASTER : send address change to : IMX, C/O USA Agent, Cargo Bldg. 141, Suite 115-117, J.F.K. Int’l Airport, Jamaica, NY 11430. Copy-rightLe Point2021. Origine géographique du papier : Allemagne, Autriche, Italie. Taux de fibres recyclées : 0 %. Certification des fibres : PEFC. Eutrophisation Ptot : 0,014 kg/T.PRINTED IN FRANCE.un encartChallengesjeté (totalité abonnés) ; un encart abonnements jeté (ventes).
À nos abonnés Poursuivez votre lecture et accédez gratuitement à tous nos contenus en ligne sur le sitelepoint.frou l’application Le Point. Créez votre comptelepoint.frà l’aide de votre numéro d’abonné, imprimé sur l’emballage de votre journal.
Scannez ce QR code pour vous connecter facilement.
Nos séries d’été
Des rendez-vous inédits pour revisiter l’histoire, grande ou petite.
En exclusivité sur lepoint.fr ou l’application Le Point
Monsieur, Madame Météo Plein écran sur ces hommes et ces femmes qui font la pluie et le beau temps à la télévision française (tous les dimanches depuis le 4 juillet).
Comment les services secrets voient notre avenir CIA, DGSE, FSB...Ce que disent les prévisionnistes les mieux informés de la planète(tous les mardis dès le 13 juillet).
Les échappées mythiques Eden Roc, Cipriani, Hôtel du Palais... les clés des palaces de légende pour s’évader dans l’Histoire et le luxe(tous les vendredis à partir du 23 juillet).
Les fratries célèbres Ils sont frères et sœurs, naviguent dans des milieux totalement diérents, voici leurs histoires(tous les samedis à partir du 31 juillet).
La grande histoire de Steven Spielberg Plongée dans la carrière du cinéaste mythique de Hollywood(tous les mardis dès le 3 août).
De l’abstinence à l’abstention
Patrick Besson
’abstenir » : le motclé de la fin du e e l’a«lcool.SD’avoir un comportement excessif en fa XX siècle et du début du XXI . S’abs tenir de fumer du tabac et de boire de mille et des idées non conformes au café. De ne pas pratiquer au moins un sport et donc de ne pas prendre soin de sa santé. S’abstenir de polluer la planète quand on est agriculteur et de la détruire lorsqu’on est industriel. De lire des livres et des journaux non consensuels quand on est prof de fac ou pigiste sur Internet. Le nombre de choses qu’on ne doit plus faire depuis que la démocratie est devenue un culte et la République une icône : rouler en voiture non hybride, être trop de gauche ou trop de droite, manger salé, porter des teeshirts et des chemisesmade in China, partir en vacances à Yalta, ne pas posséder de bicyclette, etc. Le règne de l’abstinence ayant étendu son pou voir dans la plupart des domaines de la société, il est naturel qu’il entre aussi dans l’isoloir, et donc qu’il n’y entre pas. À force d’être empêché de tout, on s’interdit de voter. L’espace de liberté est trop étroit dans un bureau de vote pour que nous y trouvions la consolation de ne pas être libres. Il faudrait pourtant que nous nous y précipitions pour élire des gens que nous ne connaissons pas à des fonctions qui restent pour nous des mys tères. Le jour du vote serait en quelque sorte un moment sa cré où nous aurions enfin un droit : celui de nous exprimer, à condition de le faire en silence et isolé des autres citoyens.
Bien sûr, l’abstentionniste a la possibilité de ne pas voter, mais il ne va pas la garder longtemps. Quand nous en arriverons à une moyenne de 15 % ou 20 % de suffrages exprimés, l’État, discrédité par tant d’indifférence et de mépris, s’empressera d’interdire l’abstention sous peine d’une amende, voire d’un emprisonnement. Ne pas voter sera considéré, par les médias obéissants, comme un crime contre la nation. L’abstentionniste devien dra une sorte de paria qui aura bien du mal à conti nuer de se nourrir d’illusions. Abandonné de son épouse citoyenne et de ses enfants électeurs, ren voyé de son travail par un patron assesseur, il sera condamné à errer jusqu’à sa mort dans les déserts de l’incivisme. Se doutetil du traitement que lui infligera bientôt un État plein de rancune et de fureur contre son abstentionnisme, notre pêcheur à la ligne des cantonales, notre excursionniste des lé gislatives, notre mélomane de la présidentielle ? Il vaque à ses petits plaisirs – ne pas écouter les chroniqueurs politiques de la radio et de la télé vision, ne pas lire les éditorialistes de la presse écrite, ne pas prêter attention aux déclarations solennelles des candidats élus ou battus– avec l’insouciance des nonvotants. À peine s’amuse til de voir, aux journaux télévisés, qu’il regarde surtout pour la minute météo, d’anciens présidents et Premiers ministres passer leur retraite à entrer au palais de justice et à en sortir, bien content de ne pas avoir à voter pour eux§
L’espace de liberté est trop étroit dans un bureau de vote IDRISS BIGOUGILLES/HANSpLUoCAuS VrIAqAFPue nous y trouvions la consolation de ne pas être libres.
Le Point2552 | 15 juillet 2021 |9
ÉDITORIAUX Zemmour, vrai fan des sixties
Le polémiste cultive la nostalgie des Trente Glorieuses. Pas sûr que les Français gagnent à un tel bond en arrière, surtout côté pouvoir d’achat.
par Pierre-Antoine Delhommais n a hâte qu’Éric Zemmour annonce sa candidature à l’élec O tion présidentielle pour découvrir son programme écono mique et les mesures qu’il mettrait en œuvre, une fois à l’Élysée, pour enrayer ce déclin de la France qu’il décrit de façonintarissable.Onestimpatientdeconnaîtresespropositions innovantes en matière de fiscalité, de taxation des suc cessions, d’impôts sur la production ou encore de crédit d’impôt en faveur de la recherche. Impatient de savoir à quel niveau il porterait le prix de la taxe carbone et de quelle ma nière il encouragerait la création de startup dans le secteur de la biotechnologie. Comment il lutterait – ou pas, d’ailleurs, plus probablement – contre les inégalités salariales entre les hommes et les femmes. Comment, enfin et surtout, il s’y pren drait concrètement pour redresser la balance commerciale et rembourser la dette publique. On est d’autant plus impatient de connaître ses remèdes économiques miracles que dans son livreLe Suicide français (Albin Michel), il disait son horreur des« sacrosaintes réformes », ce qui limite singulièrement ses futurs moyens d’action. Dé noncer en boucle les méfaits abominables du« néolibéralisme bruxellois »et de la« mondialisation libreéchangiste »ne fait pas un projet économique. Cela ne permet pas non plus à Éric Zemmour de se démarquer de Marine Le Pen et encore moins de tous les affreux islamogauchistes dont les diatribes antili bérales sont identiques aux siennes. Le débat du second tour de l’élection présidentielle de 2017 avait clairement montré que l’économie n’était pas la tasse de thé de la patronne du Rassemblement national. À en juger par
10| 15 juillet 2021 |Le Point2552
ses prestations télévisées sur CNews, il semblerait que ce ne soit pas davantage celle d’Éric Zemmour qui, à l’évidence, a lu plus de biographies de Napoléon que de rapports de l’OCDE et se montre nettement plus à l’aise pour parler de l’œuvre de Barrès que pour commenter la politique dequantitative easing(assouplissement quantitatif) de la Banque centrale euro péenne. Ce qui est tout de même un sérieux handicap quand on prétend devenir un président de la République, auquel les Français demandent en priorité de faire progresser leur pou voir d’achat, pas de leur narrer dans ses moindres détails la ba taille d’Austerlitz. Sur le plan monétaire, ce n’est pas un grand bond en avant que le candidat Éric Zemmour entend proposer aux Français mais un grand saut en arrière. De cinquante ans, un retour à la France d’avant l’euro, bien sûr, et même d’avant la création du Serpent monétaire européen, un retour à ce bon vieux temps où les gouvernements usaient et abusaient de la déva luation du franc pour essayer, en vain, de redonner de la com pétitivité au pays avec pour seul résultat tangible d’appauvrir les Français. Aux yeux d’Éric Zemmour, c’est au début des années 1970, par ces premiers signes de renoncement à la souveraineté mo nétaire que la descente aux enfers économiques de la France a commencé. Il est assez naturel et presque émouvant que, à bientôt 63 ans, il se montre à ce point nostalgique de son en fance et convaincu que la France était économiquement très grande quand luimême était tout petit.
Le taux de pauvreté chez les plus de 65 ans était alors de 35 %, contre 8 % aujourd’hui.
ILLUSTRATION : JEAN POUR « LE POINT »
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents