Lire n°498 – Juillet 2021
116 pages
Français

Lire n°498 – Juillet 2021 , magazine presse

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
116 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Lire n°498 – Juillet 2021

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 45 Mo

Exrait

CLAIRE CHAZAL
LE GRAND ENTRETIEN
MICHEL BUSSI
60 LIVRES
POUR
VOTRE ÉTÉ
DOSSIER
Les écrivains du Sud
Pagnol, Giono, Valéry...
ACTUALITÉ
M.C. Beaton, Nicolas Bedos,
Aldo Naouri, Olivier Py
PORTRAIT
Babouillec,
les mots d’une autiste
Avec
Numéro 498 Juillet-Août 2021 www.lire.fr
L 19817 - 498 - F: 8,90 - RD
01-COUV-498.indd 1 15/06/2021 15:29LIRM0498_001_DE882987.pdf
L 19817
- 498 -
F:
8,90

- RD
ISSN : 2728/6762 - FRANCE MÉTRO : 8,90 € - DOM : 8.50 € - BEL : 9.50 € - LUX : 8.50 € - CH : 12.50 FS - CAN : 13.99 $CA - D : 9.90 € - ESP/ITA/GR/PORT CONT : 8.90 € - MAR : 89 DH - TOM : 1080 XPF - TUN : 9.90TND - NUMÉRO 498 - JUILLET-AOÛT 2021 LA PASSION DES LIVRES ET DES ÉCRIVAINSPlus que jamais,
la culture passe par vous.
Vous êtes un libraire ?
Le pass Culture se déploie sur toute la France !
Faites découvrir votre offre culturelle aux jeunes
de 18 ans. Plus d’informations sur pass.culture.frN° 498 JUILLET-AOÛT 2021
SOMMAIRE
L’ÉDITO 4
Baptiste Liger
LE GRAND ENTRETIEN 6
Michel Bussi par Claire Chazal
38
L’ÉVÉNEMENT 12
Quais du polar
L’UNIVERS L’ACTUALITÉ 15
D’UN ÉCRIVAIN
L’UNIVERS D’UN ÉCRIVAIN 38
Olivier Py OLIVIER PY
LE DOSSIER 42 42 La littérature méridionale
LE PORTRAIT 58
Babouillec LE DOSSIER
L’ENQUÊTE 62 LA Les écrivains sur la route
LITTÉRATURE
LE CAHIER CRITIQUE 75
MÉRIDIONALE . Littérature française 76 ature étrangère 82
. Fantastique/Romance 87
. Jeunesse 88
. Bande dessinée 89
. Classiques 90
. Études littéraires/Poésie 91
. Essais/Documents 92
LA VIE DES IDÉES 98
LA LANGUE FRANÇAISE 106
LES LIVRES DE MA VIE 114
CLAIRE CHAZAL
LE GRAND ENTRETIEN
MICHEL BUSSI André Manoukian
LA CHRONIQUE DE
6260 LIVRES SOPHIE PÉTERS Bibliothérapie 14
POUR
VOTRE ÉTÉ GÉRARD OBERLÉ Livres méconnus ou oubliés 47
DOSSIER
Les écrivains du Sud
Pagnol, Giono, Valéry...
ACTUALITÉ
M.C. Beaton, Nicolas Bedos, PASCAL ORY Mot de tête 103
Aldo Naouri, Olivier Py
PORTRAIT L’ENQUÊTE
Babouillec,
les mots d’une autiste ÉRIC-EMMANUEL SCHMITT L’atelier d’écriture 104
Avec
Numéro 498 Juillet-Août 2021 www.lire.fr CÉCILE LADJALI À l’école des lettres 111 LES ÉCRIVAINS
L 19817 - 498 - F: 8,90 - RD
01-COUV-498.indd 1 15/06/2021 15:29
L 19817
- 498 -
F:
8,90

- RDCrédit couverture : Dans ce numéro, un guide de 128 pages avec 15 extraits des romans de la rentrée littéraire sur l’ensemble de la diffusion SUR LA ROUTEHifuMiyo France, Suisse et Belgique. Un encart Lire Magazine littéraire est diffusé sur l’ensemble des abonnés France.
LIRE LE MAGAZINE LIT TÉRAIRE • JUILLET- AOÛT 2 0 2 1 • 3
SOMMAIRE.indd 3 15/06/2021 16:13LIRM0498_003_DE883105.pdf
DENISE BELLON/AKG-IMAGES – ÉRIC GARAULT POUR LIRE MAGAZINE LITTÉRAIRE - GRANGER/BRIDGEMAN IMAGES
ISSN : 2728/6762 - FRANCE MÉTRO : 8,90 € - DOM : 8.50 € - BEL : 9.50 € - LUX : 8.50 € - CH : 12.50 FS - CAN : 13.99 $CA - D : 9.90 € - ESP/ITA/GR/PORT CONT : 8.90 € - MAR : 89 DH - TOM : 1080 XPF - TUN : 9.90TND - NUMÉRO 498 - JUILLET-AOÛT 2021 LA PASSION DES LIVRES ET DES ÉCRIVAINSSociété éditrice
EMC2 SAS au capital de 325 000 euros
Siège social
15 rue de la Fontaine-au-Roi, 75011 Paris.
Tél. : 01 47 00 49 49 - RCS 832 332 399 Paris
DE BAPTISTE LIGER Président/Directeur de la publication
Jean-Jacques Augier
Directeur général
Stéphane Chabenat
Adjointe
Sophie Guerouazel
RÉDACTION
Directeur de la rédaction
Baptiste Ligerl faut savoir « déboussoler » le lecteur. Pour mieux pouvoir lui indiquer une
Rédacteurs en chef adjoints direction. Détournant volontiers la formule utilisée par l’excellent festival aixois Alexis Brocas, Aurélie Marcireau
organisé par Paule Constant, plongeons-nous cet été dans l’univers des « écrivains Assistante de la rédaction
Sabine Darddu Sud ». Ou, plus précisément, celui des auteurs méridionaux qui, à travers
Direction artistique I leurs œuvres, ont donné une certaine image de cette région tout en imposant leur Philippe Marchand/olo.editions
Graphisme vision iconique de celle-ci. Proftons ainsi de cette période généralement ensoleillée
Jonathan Blezard, Élise Godmuse, Thomas Hamel
pour redécouvrir Marcel Pagnol, Paul Valéry, Jean Giono et tant d’autres (n’oublions Iconographie
Janick Blanchardpas les plumes contemporaines, comme René Frégni !), non seulement pour le plaisir
Secrétariat de rédaction mais aussi pour constater toute la complexité et la richesse de leurs bibliographies, Meriem Djebli, Brigitte de Zélicourt
admirer leurs capacités à s’approprier un décor à travers une langue personnelle. De Grand entretien
Claire Chazalmanière plus large, on verra également derrière l’étiquette « écrivains du Sud » une
Chroniqueurs
grande diversité littéraire, au fond universelle, loin des clichés de la production dite Cécile Ladjali, Gérard Oberlé, Pascal Ory,
Sophie Péters, Éric-Emmanuel Schmitt« régionaliste ».
Ont collaboré à ce numéro
Hubert Artus, Simon Bentolila, Boll, Philippe
Dans toute la France, les manifestations culturelles reprennent et, parmi celles-ci, Blanchet, Patrice Bollon, Raphaële Botte, Olivier
Cariguel, Jean-Pierre Colignon, Fabrice Colin, Quais du Polar – qui se déroulera du 2 au 4 juillet – ravira les amoureux du genre.
Léonard Desbrières, Bruno Dewaele, Antoine
Faure, Laëtitia Favro, Ilan Ferry, Rabih Hawa, À cette occasion, il nous a semblé intéressant de rencontrer, parmi les écrivains
d’auEmmanuel Hecht, Jean Hurtin, Thelma Kergroach,
jourd’hui, l’un des préférés des Français (même s’il n’est pas toujours aimé de la critique) : Louis-Henri de La Rochefoucauld, Marie Lechevalier,
Estelle Lenartowicz, Éric Libiot, Gladys Marivat, Michel Bussi. Comment expliquer son succès ? Quelle est sa recette pour concocter Gabrielle Martin, Françoise Monier, Jacques
Perry-Salkow, Dominique Poncet, Bernard Quiriny, des intrigues à suspense ? Quoi qu’on pense de ses livres, ceux-ci seront encore largement
Patricia Reznikov, Christophe Rioux, Maxime Rovère,
présents sur les plages ou aux terrasses des cafés, lors des prochaines semaines… Juliette Savard, Serge Sanchez, Audrey Sovignet,
Camille Thomine
Partenariats et développement Enfn, ceux qui ne ratent jamais les bandes-annonces au cinéma seront sans doute
Astrid Pourbaix : 01 47 00 03 23 – publicite@lire.fr
ravis de découvrir en avant-première le début de quelques-uns des événements de la
Photogravure/Impression
Maury Imprimeur S.A Malesherbesprochaine rentrée littéraire. Lire Magazine littéraire vous propose de découvrir
Publication mensuelle éditée par EMC2 SAS. certains d’entre eux, dans un livret joint à cette édition – histoire d’avoir une idée de
Siège social : 52 rue Saint-André-des-Arts
75006 Paris la drôle de famille d’Amélie Nothomb, de la nouvelle intrigue imaginée par Tanguy
N° Commission paritaire : 0625 K 85621.
Viel, des variations évangéliques de Maryse Condé, de l’affaire Lucien Léger revue Dépôt légal : mois en cours.
ISSN n° 2728-6762. et corrigée par Philippe Jaenada ou du style éclatant de Dimitri Bortnikov… Pour Second Class Postage Paid
At Long Island City N.Y.nos choix et préférences, il faudra toutefois patienter jusqu’à la parution de notre
Régie publicitaire prochain numéro. En attendant, bel été à tous. Que vous soyez du Nord, du Sud, du Mediaobs : 01 44 88 97 79
Directrice générale : Corinne Rougé Centre, de l’Est, de l’Ouest ou d’ailleurs…
Directrice commerciale : Sandrine Kirchthaler (89 22)
Publicité littéraire : Aymon de La Forest Divonne
(97 79) – afd@mediaobs.com
Ventes au numéro : 04 88 15 12 41
Lire Magazine Littéraire Où adresser votre courrier ? Diffusion : MLP
• Par voie postale : sur iPad !
15 rue de la Fontaine-au-Roi Téléchargeable gratuitement
75011 Paris
sur l’App Store, l’application
• P ar courrier électronique :
donne accès à toute l’actualité Service abonnements redaction@lire.fr
littéraire en temps réel, 45 avenue du Général Leclerc • Sur la page Facebook du magazine :
60643 CHANTILLY CEDEX ainsi qu’aux anciens numéros www.facebook.com/
Tél. : 01 70 37 31 54 de Lire à tarif préférentiel. Lire.Magazine.Litteraire
Courriel : abonnements@lire.fr
• Instagram @lire.magazine.litteraireNotre boutique en ligne : Tarif d’abonnement
lire.fr • Twitter @lire_ML 1 an, 10 numéros, 55 € (France métropolitaine)
4 • LIRE LE MA G AZINE LIT TÉRAIRE • JUILLET- A OÛT 2 0 2 1
4-498-EDITO.indd 4 15/06/2021 11:40LIRM0498_004_DE882599.pdf
AUDREY SOVIGNET
AUDREY SOVIGNET30 juin - 25 juillet 2021
WWW.PARTIR-EN-LIVRE.FR
CNL / Illustration : ©Soledad Bravi pour Partir en Livre 2021 / Design : Iceberge grand entretien
Poritior sum fugit amenis et proratque et hil iduntion reprati orepero et latem
exerepudae nonsequ idemos voluptatenis dicte
6-GRAND-ENTRETIEN.indd 6 14/06/2021 16:51LIRM0498_006_DE879844.pdfMICHEL BUSSI
« IL Y A UN CÔTÉ MERVEILLEUX
Poritior sum fugit amenis et proratque et hil iduntion reprati orepero et latem
exerepudae nonsequ idemos voluptatenis dicte
DANS LE POLAR FRANÇAIS »
par Claire Chazal
Dans l’enfance, Michel Bussi adorait écrire des Savine, et d’un employé de mairie, au nom évocateur
contes, des devinettes ou des calembours. Il aimait de Nectaire !
plonger dans l’univers du merveilleux. Et c’est ainsi Enfn, il confère volontiers au thriller une dimen -
que le romancier d’aujourd’hui donne volontiers la sion sociétale : les migrants, les inquiétudes des
parole aux plus jeunes. Dans son dernier livre, Rien mères. Cette fois elles sont deux, bien différentes,
ne t’efface – un titre qui parlera aux amoureux de l’une médecin, rationnelle, construite ; l’autre
fanJean-Jacques Goldman… –, ses héros, Esteban et tasque, amoureuse d’un paumé. Et l’on se demande
Tom, ont 10 ans. Ils sont à cet âge où l’on hésite qui de Maddy ou d’Amandine donne le plus d’amour
entre crédulité et conscience de la réalité. Le lecteur à son fls. La question évidemment reste sans
se laisse emporter. Il est question de disparition, réponse. Voilà toute la chair qui nourrit la mélodie
de réincarnation, et tout cela ajoute à l’intrigue. dramatique. Est-ce la recette du succès ? Michel
L’écrivain sait, depuis ses premiers récits, Code Bussi ne peut pas le dire, bien sûr. Il est seulement
Lupin mais surtout Nymphéas noirs, en 2011, ou Un heureux d’offrir à tant de fdèles le bonheur de la
avion sans elle, en 2012, ménager le suspense, faire lecture.
progresser l’enquête jusqu’à la résolution de
l’énigme. À la fn, il suscite la surprise par un retour -
nement de situation.
Nous sommes ainsi dans l’univers du roman
HHHIIIpolicier à la française, de Sébastien Japrisot à Fred
RIEN NE T’EFFACE
Vargas en passant par Pierre Lemaitre. Des histoires MICHEL BUSSI
456 P., PRESSES DE LA CITÉ, 21,90 €ancrées dans un territoire. En géographe de
formation, Michel Bussi choisit avec soin le cadre de
AUTEUR PRÉSENT À QUAIS DU POL ARnarration. Sa Normandie natale, une île comme la
Corse ou les Marquises. Cette fois : l’Auvergne avec
ses lacs mystérieux et ses forêts sombres. L’auteur
y a fait de longs séjours en colonies de vacances.
Outre le lieu, il y a les personnages secondaires, À noter aussi la parution du deuxième tome de la saga
pour ados N.E.O., Les Deux Châteaux (PKJ), dépeints souvent avec humour : Rien ne t’efface
et l’adaptation en bande dessinée d’Un avion sans elle
nous fait suivre les investigations d’un couple par Fred Duval et NicolaÏ Pinheiro (Glénat).
improbable, d’une assistante sociale, baptisée
LIRE LE MAGAZINE LIT TÉRAIRE • JUILLET- AOÛT 2 0 2 1 • 7
6-GRAND-ENTRETIEN.indd 7 14/06/2021 16:51LIRM0498_007_DE879844.pdfe grand entretien • Michel Bussi
Rien ne t’efface est un roman à M.B. Il fallait que mes petits héros aient contemplatives, je me dis que peut-être ces
suspense où vous nous emmenez à 10 ans ! Ils peuvent encore croire au merveil- gens-là ont déjà vécu tellement de vies qu’ils
nouveau dans l’univers de l’enfance. leux tout en ayant une forme de rationalité sont en fait des âmes matures qui regardent
Qu’y trouvez-vous ? qui fait qu’on ne peut plus y croire ou qu’on le monde de manière apaisée, contrairement
Michel Bussi. Il y a sûrement une part d’in- peut agir presque comme des adultes. C’est à moi qui suis une âme jeune. C’est assez
conscient. L’enfance, que je n’abordais pas un âge charnière. séduisant de se dire qu’on peut expliquer
forcément dans mes premiers romans, m’est tout cela par les vies antérieures…
apparue comme une évidence avec Nymphéas L’histoire commence avec la mère
noirs, où une partie du récit est racontée d’Esteban, médecin à Saint- Vous évoquez également le rapport
par Fanette, une petite flle de 10 ans, puis Jean-de-Luz, qui ne veut pas accepter mère-fls à travers Maddie et Esteban
dans Comme un avion sans elle, qui retrace la disparition de son fls. Cette femme mais aussi Amandine et Tom. Le livre
l’histoire d’un bébé. Je me suis alors aperçu rationnelle se met alors à croire en pose la question de ce qu’est une
que j’adorais écrire à hauteur d’enfant, raconter l’impossible, à la magie… bonne mère, mais vous n’apportez
la façon dont ils perçoivent les adultes, le M.B. L’idée était de la mettre dans une pas de réponse…
monde. Cela permet d’avoir un ton un peu position semblable à celle du lecteur, qui M.B. Non. On peut penser que Maddie est
différent, un décalage. En tant que lecteur, est plutôt rationnel mais qui va être confronté une bonne mère alors que ce n’est pas le
je me rends compte aussi que mes romans à des événements qu’il ne peut s’expliquer. cas. Amandine pourrait apparaître comme
préférés sont ceux écrits avec le point de Ainsi, la mère, Maddie, se met à croire en fantasque, en marge, mais elle est aimante
vue d’un enfant, comme Petit pays de Gaël la réincarnation de son enfant. Mon roman envers son enfant. C’est quelque chose de
Faye. Généralement, il y a plus d’inventivité, est parti de là. Très souvent, ils naissent de courant aujourd’hui : des mères qui vivent
peut-être parce qu’il y a plus d’imaginaire, on situations extraordinaires, étranges, psy- en marge du système et veulent inculquer
peut davantage s’arranger avec la syntaxe, la chologiques, auxquelles j’ajoute une intrigue leurs propres valeurs à leurs enfants. J’ai été
grammaire. Ce qui permet de créer un effet policière avec un dénouement rationnel, élevé par une mère seule ; depuis toujours,
de complicité et de s’affranchir de quelque plutôt que de commencer directement par l’image de la mère courage, aimante, traverse
chose de trop normé. Sans doute y a-t-il là un meurtre. mes romans. Il n’y a pas d’exemples de
une part de moi. L’idée de relier l’univers du sacrifces aussi puissants que ceux dont
polar à celui de l’enfance, donc à une forme Pourquoi aborder le thème de sont capables les mères pour leurs enfants.
de mélancolie, de poésie me rapproche de la réincarnation ? C’est à la fois beau et effrayant. L’intrigue
mes inspirations comme, par exemple, Marcel M.B. Quand j’ai imaginé cette histoire permettait de montrer cela.
Aymé. C’est d’ailleurs ainsi que les auteurs d’enfant qui ne vieillit pas, je me suis dit
de romans noirs sont perçus à l’étranger, que la réincarnation pouvait être un fl à Pour que l’intrigue se noue, il faut
ce qui peut expliquer mon succès et celui tirer comme piste ou fausse piste. C’était de bons enquêteurs. Vous en avez
d’écrivains comme Fred Vargas ou Pierre aussi un thème que je voulais explorer. fait des personnages savoureux,
Lemaitre. Il y a un côté merveilleux dans Ce que je trouve troublant – je ne pense improbables, avec Savine, l’assistante
les polars français. pas croire réellement en la réincarnation –, sociale, et Nectaire, secrétaire
c’est la notion d’inné : d’où viennent nos de mairie et ancien policier.
Les deux jeunes personnages du aptitudes, nos caractères ? Moi qui suis M.B. Cela vient sans doute de mes
inspiroman – le petit Esteban, qui disparaît, quelqu’un de plutôt hyperactif, curieux, avide rations de littérature française avec des
et son double, Tom – ont 10 ans. de découvertes et d’expériences, quand je seconds rôles savoureux très ancrés dans un
Pourquoi avoir choisi cet âge-là ? vois des personnes qui sont au contraire plutôt terroir, avec quelque chose qui est presque
BIO-BIBLIOGRAPHIE
1965 2006 2018
Naissance à Louviers. S’il aime très jeune Publication initiale, chez un petit éditeur Diffusion sur France 2 de l’adaptation de
la littérature, Michel Bussi se tourne vers normand, de son premier roman, Code Maman a tort, signée François Velle. Ce ne
des études de géographie, qui le mèneront Lupin, qui mêlait à loisir l’univers de sera pas le seul ouvrage de Michel Bussi –
loin. Il enseignera quelques années plus tard Maurice Leblanc et celui du Da Vinci Code de désormais l’un des écrivains contemporains
cette discipline à l’université de Rouen. Dan Brown. C’est en 2011 qu’il rejoint, avec préférés des Français – à connaître une
Politologue spécialiste de géographie succès, les Presses de la Cité pour transposition pour le petit écran. On a pu en
électorale, il a en outre dirigé un laboratoire la parution de Nymphéas noirs, où il publiera effet voir des versions télé d’Un avion sans
de recherche au CRNS. (environ) un roman par an. elle et du Temps est assassin.
8 • LIRE LE MAGAZINE LIT TÉRAIRE • JUILLET- AOÛT 2 0 2 1
8-BUSSI.indd 8 14/06/2021 17:59LIRM0498_008_DE881262.pdfà la limite du burlesque et qui donne du
contrepoids à une intrigue dramatique. Je
n’ai pas de héros récurrents contrairement
à pas mal d’auteurs de romans policiers. Je
suis obligé de réinventer des enquêteurs à
chaque fois. C’est un véritable déf. Là j’en
suis fer car ils fonctionnent bien. Et puis il
y a ce jeu sur les noms que j’aime beaucoup
et qui donne une dimension un peu ludique,
décalée au roman, mais qui n’empêche pas
les moments d’émotion et de suspense. Ce
n’est pas nouveau, on a vu ça avec Agatha
Christie et Hercule Poirot. Cela nous rappelle
que nous sommes bien dans une fction, pas
dans un fait divers glauque.
Malgré l’irrationalité, il y a
la résolution d’une enquête qui va
donner une clé au lecteur…
M.B. C’est le contrat que j’ai avec mes
lecteurs dès le départ. Je n’aime pas ces
romans policiers qui ménagent très bien le
suspense, mais qui évacuent la résolution
par un tour de passe-passe facile ou déjà
vu. Il y a forcément un côté déceptif. Il y a
presque deux formes de romans policiers :
ceux construits sur une intrigue autour de
laquelle tout le reste se greffe, et ceux où
Vous êtes géographe, professeur à M.B. J’ai toujours écrit, inventé des histoires. L’IDÉE DE RELIER L’UNIVERS
l’université de Rouen. Cette science- J’ai écrit mon premier roman quand je suis
là infue-t-elle sur votre écriture ? devenu maître de conférences. Je m’étais DU POLAR À CELUI DE
M.B. Dans ma façon d’appréhender un lieu, toujours dit que je me mettrais à l’écriture
avoir été professeur de géographie rend les une fois que j’aurais terminé ma thèse car L’ENFANCE ME RAPPROCHE
choses plus simples, notamment pour trouver je n’avais pas le temps avant. C’était un
des espaces qui ont une forme d’ambiguïté. déf personnel, je ne pensais pas que je DE MES INSPIRATIONS
Quelqu’un qui n’est pas géographe se conten- serais écrivain. Souvent, les géographes
terait peut-être de décrire merveilleusement, font des récits de voyage et restent dans le
avec une forme de sensibilité, d’émotion. Être réel ; moi, je suis plutôt dans l’imaginaire.
l’intrigue importe peu et où ce qui compte géographe permet d’avoir une approche plus Peut-être aussi parce que la discipline a
est l’atmosphère, le message sociétal. Je ne analytique. J’étais en Auvergne juste avant évolué. Le fait de pratiquer une géographie
saurais écrire un livre qui n’a pas d’intrigue, le confnement et il faisait très beau, il n’y plus théorique m’a sans doute amené à faire
de résolution importante. C’est peut-être là avait pas de neige, les stations de ski étaient de la fction. Écrire des livres m’a permis
que réside le respect pour le lecteur et qui désespérées, fantomatiques. Que devient un de combiner les deux.
explique mon succès. territoire de ce type-là quand il n’y a plus
d’hiver ? Quelles sont les conséquences et Vous avez été publié tardivement,
Les lieux sont très importants qu’est-ce que cela montre de l’évolution mais vous ne vous êtes jamais
dans vos livres. Ici, nous sommes de ces territoires. Je pense aussi que le fait découragé ?
notamment en Auvergne, pourquoi d’être géographe évite le culturalisme, le M.B. J’étais convaincu que je ne pourrais pas
cette région ? déterminisme, avec une analyse globale, entrer par la grande porte, car j’avais envoyé
M.B. Je connais bien cette région pour y avoir systémique des choses. Quand je décris la mon premier manuscrit à quelques maisons
passé toute mon enfance. Elle est vraiment Corse, par exemple, j’essaie de m’extirper d’édition qui ne m’avaient pas répondu. Je
attachée à mes souvenirs. J’ai découvert d’un certain nombre de clichés. m’étais dit, à cette époque, que soit on me
l’Auvergne des volcans plus tardivement. rappelait, soit c’était terminé. L’occasion
L’intrigue liée à la disparition d’un enfant Comment un géographe qui prépare s’est présentée lors du centenaire d’Arsène
qui s’est noyé était l’occasion d’y ancrer une thèse se met-il à l’écriture Lupin, pour lequel j’ai écrit une géographie
mon livre. des fctions ? d’Arsène Lupin mais sous l’angle de la
LIRE LE MAGAZINE LIT TÉRAIRE • JUILLET- AOÛT 2 0 2 1 • 9
8-BUSSI.indd 9 14/06/2021 17:59LIRM0498_009_DE881262.pdfe grand entretien • Michel Bussi
fction. Je suis parti de quelque chose de
réel, qui sont les romans mettant en scène le
héros de Maurice Leblanc, pour construire
une fction avec une part de récit, et c’est
devenu mon premier roman, Code Lupin.
Le succès que connaissent
vos livres vous surprend-il ?
M.B. Oui, j’ai l’impression que ce n’est
pas réel. C’est assez incroyable, surtout
quand ça vous arrive tard et que votre vie
est déjà construite, ça m’a permis de le
vivre de manière assez détachée. À partir
du moment où j’ai été publié, les portes se
sont ouvertes les unes après les autres, ce mettent en place très rapidement et ça m’est l’arrivée du groupe Téléphone. Je pense que
qui a rendu tout cela assez facile à vivre. Il douloureux de laisser tout cela en jachère, mes romans s’ancrent dans cette lignée avec
y a aussi, chez moi, une boulimie d’écriture. sans rien en faire. Il y a donc un récit qui aussi cette inspiration plus française liée au
naît, qui se développe dans mon esprit. Puis merveilleux. Ce mélange est caractéristique
Vous vous imposez une discipline ? vient le moment où il faut que j’écrive le de mes romans même si la part « française »
M.B. J’écris un peu partout et quand je roman pour que l’histoire, les personnages est plus présente qu’une part plus américaine.
veux, pas comme quand j’étais universitaire. arrêtent de me hanter. Il y a quelque chose de On est presque dans le réalisme poétique,
Depuis que je me consacre entièrement à l’ordre de l’addictif, de l’obsession. L’instant dans quelque chose d’à la fois très sérieux
mon métier d’écrivain, je peux être sur magique, c’est celui où le déclic se fait, où et décalé. C’est aussi là que se situe la limite
plusieurs fronts, gérer davantage les à-côtés l’engrenage se met en marche. de mes lecteurs : ceux qui n’aiment pas mes
comme faire des interviews, voyager à livres n’aiment pas le côté extravagant, un
l’étranger, participer aux différentes Diriez-vous que vous appartenez à peu tiré par les cheveux de l’intrigue qui fait
adaptations. Je n’écris pas tout le temps, cette lignée d’écrivains français dont qu’ils n’y croient plus. Pour ma part, je suis
mais j’ai quand même gardé un rythme les romans à suspense sont ancrés plus admiratif d’auteurs ingénieux qui vont
d’universitaire qui a sa liste de choses dans le terroir ? s’amuser que de ceux qui vont rester dans
à faire tous les ans. J’écris au moins un M.B. Il y a eu une évolution dans le polar quelque chose de totalement crédible.
livre par an. depuis Jean-Christophe Grangé. Il est le
premier à avoir fait de vrais thrillers français Vous n’avez jamais eu l’envie
L’exercice n’est donc pas diffcile se déroulant en France avec des codes tels d’écrire des romans totalement
pour vous… que des chapitres courts, de l’action, etc. Des psychologiques ou sentimentaux…
M.B. Le problème, c’est que dès que je auteurs comme Maxime Chattam se sont M.B. Je l’ai déjà fait, avec J’ai dû rêver trop
commence à imaginer une intrigue, à ensuite engouffrés dans la brèche. Il y a eu fort, qui était un roman d’amour. Certains
structurer des personnages, les choses se la même chose dans le rock français avec livres ont une thématique plus forte. Mais j’y
LE COUP DE DE CLAIRE CHAZAL
mon cas –, il est bien réconfortant de la lire. la petite flle aisée élevée dans un milieu
Ce n’est que justice, serait-on même tenté bourgeois, mais avec une mère plutôt dure et
d’écrire. Une renaissance après le séisme peu apte au bonheur, jusqu’à la prise de
que représenta, pour la journaliste, l’affaire conscience de la vocation inébranlable
DSK. Ainsi, dans « Le chapitre impossible », du journalisme. Bien sûr, Passé composé est
elle ose enfn aborder le sujet, en décrivant émaillé de récits de son arrivée à Europe 1,
l’épreuve personnelle que le scandale du ou de ses années brillantes à TF1. Nous
Softel lui ft endurer, son soutien indéfectible, comprenons un peu mieux celle qui,
à New York puis à Paris, à un mari journaliste, devint aussi une star. Et qui fait
LA PAROLE LIBÉRÉE qu’elle avait aimé passionnément. Car bien, aujourd’hui, de revenir sur la promesse
« Aujourd’hui, je suis sereine, détendue, plus Anne Sinclair est avant tout une amoureuse. faite, jadis, de ne jamais parler d’elle.
que je ne l’ai jamais été. » Voici l’une des Elle n’avait rien vu, ou rien voulu voir,
HHHII confdences qu’Anne Sinclair nous livre dans dit-elle. Et c’est tellement humain ! C’est
PASSÉ COMPOSÉ
Passé composé. Pour ceux qui connaissent sa d’ailleurs ce qui ressort de ce récit de vie : ANNE SINCLAIR
384 P., GRASSET, 22,50 €chaleur humaine, sa foi dans l’autre – c’est la sincérité, les qualités de cœur. On suit
10 • LIRE LE MAGAZINE LIT TÉRAIRE • JUILLET- AOÛT 2 0 2 1
8-BUSSI.indd 10 14/06/2021 17:59LIRM0498_010_DE881262.pdf
AUDREY SOVIGNETGallimard
présente
ai toujours ajouté une intrigue, un retournement de situation.
On la trouvait plutôt jolie traitait frontalement des migrants et
s’est très bien vendu. Il y a peu de best-sellers qui évoquent
aussi directement la migration. S’il a eu un tel succès, c’est, je
pense, parce que derrière la question des migrants se cache un
thriller avec ses retournements de situation et une dimension
de suspense assumée. J’assume totalement que, par la forme
du roman, on va toucher des gens qui ne l’auraient pas été
en temps normal. C’est pareil pour la chanson française :
les plus grands auteurs peuvent se permettre de parler de
certains sujets dans leurs chansons car ils ont des mélodies
accrocheuses. L’intrigue, c’est ma mélodie, c’est ce qui me
permet de raconter des choses ; les lecteurs vont accrocher
à mon intrigue comme à une mélodie.
Cela nous renvoie à la culture populaire, qui pâtit
d’un certain snobisme en France…
M.B. Oui, et je l’ai découvert assez naïvement. C’est
typiquement français, je pars en Belgique bientôt et je sais que là-bas
ils n’ont pas du tout ce snobisme. Je pense être là où je voulais
arriver. Quand j’étais petit, je lisais un peu de tout : du Jules
Verne, des BD. Mon rêve n’était pas d’avoir le Goncourt,
mais d’écrire des histoires et qu’elles soient partagées. C’est
peut-être pour ça que Nymphéas noirs est le roman préféré de NADEIJEmes lecteurs : il y a une forme d’universalité, de simplicité, qui
fait que ça touche presque également une très grande partie des
gens. En ce moment, j’écris le second tome d’une saga pour LANEYRIE-DAGENados et je trouve ça génial. Tout auteur rêve d’universalité,
de pouvoir toucher tout le monde. Quand on est un écrivain L’étoile briséepopulaire, on peut se bercer de cette illusion. Il y a quelque
chose qui va traverser les âges, les générations. C’est très R OMAN
frustrant quand les livres ne se vendent pas. On n’atteint pas
cette universalité si on reste au ras des pâquerettes. Il est
très diffcile de hiérarchiser les émotions, de dire si Proust
eDans la Cantabrie du XVécrivait mieux que Jules Verne. Pour moi, ce n’est même
pas une question. Certains vont être sensibles à Jules Verne, siècle, un massacre antijuif
d’autres davantage à Proust. C’est impossible de dire que
s’annonce. Pour sauver ses l’un écrit mieux que l’autre car tout dépend de qui est celui
qui le reçoit. Les critiques littéraires, toutes ces personnes deux fi ls, un couple les envoie
qui font la « république des lettres », sont des gens cultivés, sur les routes. Leurs chemins
qui vont avoir des exigences plus élevées et aller vers un
les conduisent à travers certain type d’ouvrage. Ce n’est pas pour autant que ceux qui
vont se diriger vers une littérature différente sont inférieurs. l’Europe de la Renaissance,
On a la chance, en France, d’avoir un vrai tissu de lecteurs,
en Afrique du Nord et jusqu’en de médiathèques, de salons. C’est impressionnant de voir à
quel point, quelle que soit leur classe sociale, les Français Amérique.
sont attachés à la lecture, pas moins qu’avant et avec une
forme d’éclectisme. Je prends pour exemple toute la vague de
livres feel good. Les lecteurs peuvent y être attachés comme
à du Flaubert car ils s’y retrouvent et ont l’impression que
ces livres ont été écrits pour eux, ils changent leur vie, les Une fresque historique bouleversent. J’ai l’exemple d’une lectrice qui m’a avoué
avoir été bouleversée par mon dernier roman, elle ne le sera
peut-être pas par le suivant. À partir du moment où les livres captivante
sont écrits de manière sincère, la relation entre l’auteur et le
lecteur n’est pas hiérarchisable.
Propos recueillis par Claire Chazal
Photos Franck Ferville
pour Lire Magazine littéraire
gallimard.fr facebook.com/gallimardI
8-BUSSI.indd 11 14/06/2021 17:59LIRM0498_011_DE881262.pdf
Dagen-Lire-97x265-PP-HD.indd 1Dagen-Lire-97x265-PP-HD.indd 1 09/06/2021 01:0809/06/2021 01:08
AUDREY SOVIGNET
Photo F. Mantovani © Gallimard

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents