Marianne du 06-10-2020
88 pages
Français

Marianne du 06-10-2020

-

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Informations

Publié par
Date de parution 06 octobre 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 28 Mo
www.marianne.net
Numéro 1229 Du2 au 8 octobre 2020
A, D = 6.30 €  AND, BEL, ITA, LUX, PORT CONT, ESP = 4.70 €  CAN = 8.60 $ CAN  CH = 7 CHF  DOM = 4.50 €  GR = 5.10 €  MAR = 38 MAD  TOM = 900 XPF  NL = 5.10 €  TUN = 7 DT
 COVID
LESRÉVOLTÉS eCes FrDançaiEs quinLe supAportent2plus lesVdécisAionsGvenueUs d’eEn haut
 JEANLUC MÉLENCHON Lelivreenquête qui explique son naufrage
REBELLE ATTITUDE
Le retour du mec à pipe
RÉCIT Ils risquent leur viepour leurs idées
TERRORISME Derrière le nouvel attentat visant Charlie les failles de l’accueil des mineurs isolés
Notre opinion
SÉPARATISME : UNE LOI POUR ÉVITER LE COMBAT CULTUREL PAR NATACHA POLONY ne oî peut-ee mettre In au renoncement ? Une ’argument de ’huîe sur e eu. Que besoîn, après tout, de repu-oî peut-ee empêcher a âcheté, a haîne de soî, bîer ces carîcatures ? Une provocatîon quî aît des vîctîmes ’încuture crasse? Le « séparatîsme » contre eque înnocentes. Et revoîà cette ogîque perverse : respecter « es ChaCrelUireteHs,etbrdaounvœupîeux.Laatuenrecohesquoserîbstéîtsoaeédesnnedenpde,edr,seétrebîerîred-cnmenetedsomqsuéesetaormardteîn.tnoaevseaînçàsureppeaînaeuIqetrîeftraotarueneîargîquratîust entend s’éever e che de ’État, sî tant est que cette musumans », ce seraît croîre qu’îs sont tous choqués par des notîon loue suise à déInîr ce quî se joue en France dessîns însîgnîIants et que, împîcîtement, îs comprennent a depuîs maîntenant pusîeurs décennîes, n’est pas e vîoence que ces dernîers suscîtent. Extraordînaîre renversement seu ma quî nous ronge. L’attentat devant es ancîens ocaux de et hypocrîsîe magîstrae. Héas, cette hypocrîsîe racture a socîété tîon des îmams est pour e moîns égîtîme. ï est însutant pour n’être pas enermé dans une communauté, dans une îdentîté es Françaîs de conessîon musumane d’être guîdés dans eur oî supposée, n’est ondée que sur ’îdée de a raîson unîversee, par des hommes n’ayant aucune notîon de ce qu’est a France et quî déInît notre humanîté commune. Voîà des années que cet n’en pratîquant qu’approxîmatîvement a angue. Maîs on voît îdéa émancîpateur est carîcaturé, saî, présenté comme une combîen e concept est înconortabe. ï est devenu sî dîicîe de oppressîon pour es « mînorîtés », notamment par des gens quî aîre comprendre e ondement même de a Répubîque, à savoîr n’aspîrent qu’à aîre de ces mînorîtés des majorîtés oppressîves. qu’ee ne reconnat que es îndîvîdus, et non es communautés, ce quî est e pus grand gage de îberté, î est devenu sî dîicîe deCe que nous avons à affronter est une conjonction de phé ne pas adhérer à une vîsîon ango-saxonne de ’ordre socîa, dansnomènes.D’abord, une stratégîe de déstabîîsatîon par ’îsa-aquee es îdentîtés sont portées en bandouîère et chacun est mîsme, dont es Inanceurs sont ces pays du Goe promoteurs assîgné à ce qu’î est, qu’î est désormaîs mavenu de s’înquîéter du wahhabîsme avec esques nous sommes aîés, une stratégîe du communautarîsme. quî tend à « réîsamîser » es popuatîons îmmîgrées et îssues de ’îmmîgratîon. Maîs égaement une împortatîon, par e bîaîs de L’attaque au hachoir perpétrée par un jeune homme accueillia gobaîsatîon cuturee, du communautarîsme ango-saxon, en France comme mineur isolé nous rappelle pourtant à unesur a cohabîtatîon pacîIque, côte à côte et non ensembe,ondé autre réalité.de « communautés » ne partageant qu’un espace géographîqueUn garçon arrîvé du Pakîstan, vîvant des aîdes socîaes après avoîr détourné es règes d’accueî et horrîIé par et – grande dîférence avec a France, quî expîque pourquoî ce ce qu’î découvre de a socîété rançaîse, aîdé en cea par ses modèe aboutît chez nous au déîtement – un sentîment natîona îens avec son pays d’orîgîne, où ’on éprouve e besoîn d’orga- hypertrophîé. On pourraît ajouter un troîsîème phénomène : a nîser des manîestatîons contre queques dessîns parus dans dégradatîon de ’îdéa d’émancîpatîon en une orme d’îndîvî-un petît journa à ’autre bout du monde. ï est un juge quî a duaîsme quî détruît a notîon de peupe, au sens poîtîque de estîmé que, magré es doutes sérîeux sur ’âge de ce garçon, ce terme, edémos,seue communauté reconnue en Répubîque. î ne aaît pas chercher à savoîr par des anayses osseuses s’î Maîs quî, au ond, se soucîe encore de transmettre es notîons de étaît vérîtabement mîneur. Un juge, donc, quî trouve normadémos,de cîtoyen, de acîté et d’émancîpatîon ? que a oî soît réguîèrement vîoée, ce quî vîde de son sens un prîncîpe essentîe, ceuî de a protectîon des enants. Un juge quîce qui relève avant tout d’unAucune loi n’offrira de réponse à consîdère qu’î est saîn de maîntenîr un jeune homme dans acombat culturel.Bîen sûr, un préaabe seraît d’arrêter toute orce de ’âge dans un statut quî e aît dépendre d’aocatîons et orme de compaîsance avec es promoteurs du wahhabîsme. ne uî permet vîsîbement pas de s’însérer et de peu à peu appré- Un autre seraît de promouvoîr notre modèe aux yeux mêmes hender notre pays. Et ’on comprend comment ’înterruptîon de de ceux quî aspîrent à venîr dans notre pays. Maîs dans une ce statut déstabîîse un îndîvîdu déracîné et sans perspectîves. France où a ogîque îdentîtaîre nourrît es haînes et es rus-Ou comment a posture compassîonnee se révèe comme a tratîons, où des bîgots s’aîent à des hypocrîtes pour înterdîre meîeure manîère de broyer es îndîvîdus. toute remîse en cause de eur emprîse sur eurs ouaîes, avec Maîs cette attaque nous raconte égaement ’état de a socîété e soutîen actî de gentîs mîîtants du « respect », c’est ’îdée rançaîse, ses ragîîtés, ses ractures. ïmmédîatement a resurgî même de îberté quî dîsparat.
Chers lecteurs,si vous ne trouviez pasMariannedans votre kiosque préféré, n’oubliez pas qu’il est disponible aussi chaque semaineen PDF surmarianne.net€.pour 1,99
2 au 8 octobre 2020/ Marianne /3
L’éditorial de Jacques Julliard
LA FRANCE AU MIROIR DU COVID arce qu’ee n’appartîent pas en propre aux caté- reèvent du débat donnent îeu, en France, à des combats. Sous gorîes ordînaîres de ’économîe, de a poîtîque ’égaîtarîsme nîveeur, î exîste en France un rélexe agonîstîque, ou de a cuture, maîs qu’ee partîcîpe un peu de quî transorme toute dîscussîon en un afrontement bînaîre, n’estPguère réjouîssant. La France est, avec ’Espagne, e pays sous a Révoutîon, aques contre cérîcaux sous a ïïï Répubîque, chacune d’entre ees, ’épîdémîe de coronavîrus avec pour perspectîve a mîse à mort de ’adversaîre, très vîte est un remarquabe înstrument pour observer a îdentîié au ma radîca. Armagnacs contre Bourguîgnons pen-socîété rançaîse et a pace de a France dans e dant a guerre de Cent Ans, rondeurs contre Mazarîn pendant monde moderne. Dîsons-e d’embée : e tabeau d’ensembe a mînorîté de Louîs XïV, révoutîonnaîres contre monarchîstes e d’Europe dont e bîan dans a utte contre e léau est e pus gauîstes contre coabos sous ’Occupatîon, sont queques-unes médîocre ; comme sî tout ce quî jadîs avaît aît sa grandeur se des pérîpétîes de cette propensîon à transormer toute dîvergence retournaît désormaîs contre ee. en guerre de reîgîon, dont ’opposîtîon droîte/gauche, quî survît toujours à ses enjeux, n’est en somme que a orme cîvîîsée. Voyez 1. Centralisation.Le schéma d’une décîsîon prîse à Parîs et comment, depuîs ’apparîtîon du coronavîrus, e proesseur s’appîquant înstantanément et comme par mîrace jusqu’au pus Raout et sa choroquîne magîque ont dîvîsé a France en deux éoîgné des vîages a aît a preuve de son îneIcacîté, pour ne pas camps, où chacun est prompt à voîr dans ’autre e déenseur des dîre de son absurdîté. En mars, on a coniné à Guéret (Creuse) mandarîns ou ceuî d’un charatan. Je ne voîs pas ’équîvaent en e comme dans e XX arrondîssement de a capîtae, même s’î Europe. Consîdérez encore, dans un autre regîstre, e grand tour-n’y avaît presque pas de maades à Guéret. D’où a rectîicatîon noî pour ou contre a panthéonîsatîon de Rîmbaud et Veraîne. de tîr du gouvernement : pus de coninement généraîsé, maîs En France, depuîs a communae, nous sommes habîtués à jouer des mesures tenant compte de chaque sîtuatîon ocae, comme aux gendarmes et aux voeurs. à Marseîe. Fureur des întéressés : passe encore d’être prîs dans une4. Individualisme.Centraîsme, égaî-IL EXISTE EN FRANCErale générae, maîs aîre ’objet de tarîsme, conlîctuaîté, constîtuaîent dîsposîtîons partîcuîères est vécuUN RÉFLEXE AGONISTIQUE,un ensembe baroque, maîs somme comme un vérîtabe « afront », une toute cohérent, jusqu’à ce que a mon-QUI TRANSFORMEdîscrîmînatîon négatîve. Ce n’est en tée de ’îndîvîduaîsme contemporaîn TOUTE DISCUSSION ENvérîté pas de décentraîsatîon qu’î vîenne jeter a zîzanîe en détruîsant s’agît, maîs seuement de déconcen- es soîdarîtés naturees. ï a notam-UN AFFRONTEMENT tratîon, c’est-à-dîre de centraîsme ment dîsoqué a amîe tradîtîon-BINAIRE… dîversîié. La questîon sanîtaîre s’es- nee, où es gens âgés avaîent eur tompe derrîère un vîeux cassîque pace de gardîens du oyer et de pas-de a cuture natîonae : î n’y a rîen de pus conortabe pour es seurs de tradîtîons. La preuve, ce sont es Ehpad, quî ne sont notabîîtés ocaes que de aîsser à Parîs a charge de a respon- rîen d’autre que des mouroîrs. On ’a vu ors du coninement : a sabîîté, tout en protestant hypocrîtement contre cet abus de socîété îndustrîee et moderne mène contre ses vîeux une guerre pouvoîr. C’est ’unîon sacrée sans raîs ; c’est de nouveau – on n’a împîtoyabe, pus cruee que a utte des casses, car ee ne connat pas craînt a comparaîson – ’OM contre e PSG. C’est en tout cas d’autre îssue que ’extînctîon à court terme de ses branches mortes, un aît : es pays décentraîsés, où e pouvoîr sanîtaîre appartîent tenues pour înutîes. Les jeunes à ’écoe, es adutes au bouot, es aux autorîtés régîonaes, comme ’Aemagne maîs aussî ’ïtaîe, vîeîards à ’asîe, voîà a trîpartîtîon propre au capîtaîsme, quî s’en tîrent à bîen meîeur compte que a France. est venue se substîtuer à a cassîque trîpartîtîon îndo-européenne de Dumézî : prêtres, guerrîers, producteurs. 2. Égalitarisme.centraîsatîon n’est que a orme poîtîque de L’îndîvîduaîsme éroce quî en a résuté a jeté à bas a ormueLa a passîon rançaîse pour ’égaîté. Au bout du raîsonnement, î y a, atente, ee aussî trîpartîte, de a socîété rançaîse, tee que je au ond du cerveau reptîîen, ’aIrmatîon que peu împorte qu’une ’aî décrîte pus haut. mesure soît bonne ou mauvaîse, pourvu qu’ee soît a même pour tous. Dans ce domaîne comme dans beaucoup d’autres, aLa conclusion,c’est que e système poîtîque rançaîs désartîcué Révoutîon, c’est ’Ancîen Régîme poursuîvî par d’autres moyens, s’est mué en une machîne înernae : ’autorîtarîsme, tempéré par car, à sa manîère, ’absoutîsme rançaîs étaît égaîtaîre. C’est ’anarchîe, te qu’on e voît à ’œuvre dans chacun des épîsodes devenu un rélexe pavovîen pour ’opposîtîon : devant toute récents : retraîtes, « gîets jaunes », coronavîrus. nouvee mesure comme e coninement, peu împorte qu’ee soît J’aî ongtemps mîîté pour ’autogestîon ; j’y reste ondamen-justîiée ou non, î suIt de décréter qu’ee va « encore » accrotre taement avorabe, maîs je suîs bîen obîgé de reconnatre que, es înégaîtés. Succès garantî : a voîà vouée aux gémonîes. de tous es pays du monde, a France est, de oîn, e moîns aît pour a pratîquer. De quoî médîter sur ’însondabe mystère 3. Conflictualité.rançaîs, quî aîe à ’îmmensîté des ressources ’îrréductîbîîtéDepuîs Jues César, nous savons que es Gauoîs sont d’un nature quereeur. Beaucoup de choses quî, aîeurs, des contradîctîons.
4/ Marianne /2 au 8 octobre 2020
 RD 7,90 F:  16 H 
www.marianne.net
Le nouvel impératif industriel Les solutionspour redresser la France
L 13870 BEL, LUX : 8.90 €  CH : 12.50 CHF  DOM : 8.90 €  CAN : 12.99 $CAN
En vente chez votre marchand de journaux
3
4
8 10 14 16 18
20 24 30 32 34 35 40 44
N°1229  DU 2 AU 8 OCTOBRE 2020 Sommaire NOTRE OPINION par Natacha PolonySéparatisme : une loi pour éviter le combat culturel L’ÉDITORIAL de Jacques JulliardLa France au miroir du Covid ÉvénementCovid-19 : les révoltés de la deuxième vagueLa reprise de l’épidémie a taillé en pièces les promesses du gouvernement. Les décisions continuent de tomber d’en haut, et les incuries de l’État de peser sur la vie des citoyens.ParNatacha Polony Les 7 familles de récalcitrantsMasque, distanciation physique,gestes barrières… Ils n’en peuvent plus et le font savoir. Parla rédaction de “Marianne” À Aix et Marseille, le jour de fermeture est arrivéDepuis le 28 septembre, les bars et restaurants ont fermé. Si les sanctions effraient les patrons rebelles, la colère demeure.ParThomas Rabino Castex, le terrien qui perd les “territoires”Le Premier ministre n’a pas su anticiper la fronde liée à la fermeture des bars et restaurants.Par Louis Hausalter et Soazig Quéméner CE QUE MARIANNE EN PENSEKarabakh : Ergodan attaque au CaucasePar Anne Dastakian Actu SociétéDerrière l’“attentat au hachoir”, les failles Agora de l’accueil des mineurs isolésLe principal suspect de l’attentat commis devant les anciens locaux de “Charlie” a 50EnquêteLes nouveaux maîtres censeursTitres de livre menti sur son âge à son arrivée en France. Ce qui lui a permis modifiés, statues déboulonnées, intellectuels “excommuniés”… de profiter, durant deux ans, d’aides indues.Par Laurent Valdiguié 2020 marque la normalisation de la censure.Par Rachel Binhas PolitiqueMélenchon, chronique d’un effondrement53EntretienJean-Paul Fitoussi : “L’appauvrissement Dans l’essai “Mélenchon : la chute”, notre collaborateur Hadrien du langage conduit à l’affaiblissement de la démocratie” Mathoux analyse les errements stratégiques qui minent La Franceinsoumise depuis 2017. Extraits exclusifs.Par Soazig Quéméner58ESPRIT LIBRE par Caroline FourestQui sépare qui ? 58À LA VOLÉE ! par Jack DionSociétéChevaux mutilés : la menace venue du cielAprès le mystère des meurtres d’équidés, voici d’inquiétants Huawei ou le nouveau Grand Méchant Loup drones qui survolent les prés. Les gendarmes sont perplexes 59GraKyuASIDpTNioponckniAÇXENLEVAMIEUet les esprits des habitants surchauffés.Par Vladimir de Gmeline Quarante ans de déni ÉconomieT’as un problème ? Monte une fondation ! 62L’actualité expliquée par l’histoireC’est le nouveau couteau suisse pour réussir dans le monde Après les épidémies, les lendemains ne chantent des affaires. L’instrument fonctionne aussi pour défiscaliser pas vraimentPar Yves Daudu ou soigner son image.Par Emmanuel Lévy LibanMacron, le volontarisme impuissantPar Alain LéauthierDécouvrir Après l’explosion sur le port, l’implosion de la société66CultureSalman Rushdie, du “réalisme magique” Le terrible accident du 4 août a mis à genoux une classe moyennela satire à À 73 ans, l’auteur des “Versets sataniques” déjà affaiblie. Avec elle, c’est la singularité du pays dans la régiondésormais la perte de repères. écrit Par Ève Charrin qui risque de s’effondrer.Par Nicolas Cleuet et Sophie Woeldgen 70CultureFestival de Pau : le livre malgré le Covid Mieux vaut en rire !Par Alain Léauthier 76Quelle époque !Art de vivreLe dossier Le retour du mec à pipePar Emmanuel Tresmontant 82La France de PéricoLe courage et la passion Mourir pour ses idéesPour quels motifs supérieurs d’un paysan charcutierPar Périco Légasse met-on sa vie en jeu ? Certains, à l’image d’Arnaud Beltrame ou Franck Brinsolaro, se sont sacrifiés. Des actes de courage salués86CARTE BLANCHE à Benoît Duteurtre lors du procès des attentats de janvier 2015.Par Bruno RiethDe la difficulté de prendre le train
6/ Marianne /2 au 8 octobre 2020
En couverture : Gonzalo Fuentes / Reuters - Hannah Assouline - DR
POUR LES FRANÇAIS LE PLAISIR DURE EN MOYENNE * 27 MINUTES
*Les lecteurs de magazines consacrent en moyenne 27 minutes par jour au plaisir de laPresse Magazine.
INFORMER. DÉCOUVRIR. APPROFONDIR.
PRIX RELAY DES MAGAZINES DE L’ANNÉE 2020
Découvrez chez RELAY à partir du 30 septembre, les magazines les plus talentueux et les plus audacieux de l’année.
NE NEXT 2020 /O PM AC
Événement
LES RÉVOLTÉS DE LA 2 ïndîscîpînés, înconscîents, La reprise des contaminations a taillé en pièces les es Françaîs ? Au contraîre ! 72 % promesses du nouveau gouvernement. Ainsi, les décisionsaccepteraîent un reconInement d’au moîns quînze jours, nous continuent de tomber d’en haut, et les incuries de l’État apprendle Journal du dimanche. de peser sur la vie des citoyens.78 % accepteraîent une îmîtatîon PAR NATACHA POLONY des dépacements entre départe-a communîcatîon poî- du « popuîsme sanîtaîre ». Ces ments. Et 61 % des actîs accep-tîque est une arme à restaurateurs et bîstrotîers quî teraîent e téétravaî généraîsé. doube tranchant. Car crîent eur reus de dîsparatre, Est-ce à dîre que seu un noyau L un argument marke- ces petîts patrons, ces empoyés, dur résîste ? Les choses sont cer-tîng crée des attentes. ces cîtoyens, tout sîmpement, taînement pus nuancées. Ceux quî Le Premîer mînîstre exaspérés par e cîmat de peur menaçaîent voîcî peu d’enreîndre proche des gens – a qu’înduîsent des décîsîons bru- es înterdîctîons ont înaement preuve, î a un accent – et crîtîque taes et erratîques, n’ont rîen de respecté a oî. Maîs îs n’en des technos quî« nous ont empê-hordes îrresponsabes nîant a moîns. La coère de cespensent pas chés d’agir pendant trois ans »,cîtoyens persuadés que e pouvoîrdu vîrus. Les révotés  dangerosîté c’est une bonne reance post- de a deuxîème vague se recrutent centra es méprîse et contînuera, premîère vague, à condîtîon de pour beaucoup dans cette France quoî qu’î arrîve, à aîre tomber de ne pas s’asseoîr sur es promesses quî travaîe, et quî demande e ’Oympe des décîsîons arbîtraîres, aussîtôt que a deuxîème vague droît de travaîer encore. Un peu évîdemment « pour eur bîen », gonle à ’horîzon. comme ces entrepreneurs et îndé- recuît et macère. La coère quî monte autour des pendants quî, un 17 novembre dernîères restrîctîons împosées 2018, avant que eur mouvementBesoin de cohérence pour îmîter es contamînatîons ne soît capté, tordu et déormé, N’împorte que esprît raîsonnabe au coronavîrus n’a rîen à voîr avaîent enIé un gîet jaune pour comprend que e vîrus cîrcue pus avec es éructatîons de compo- récamer e droît de vîvre décem- rapîdement, que ’augmentatîon tîstes ma unés ou d’adeptes ment de eur travaî. du nombre de contamînatîons
8/ Marianne /2 au 8 octobre 2020
e TÉS DVAGUEE LA 2 est par endroîts exponentîee, et campagnes de dépîstage, es încu- d’exprîmer ses taents et de voîr ses qu’î est nécessaîre de se proté- rîes d’une admînîstratîon rîgîde eforts récompensés. ger, de îmîter es rîsques de trans- et împuîssante expîquent gran-mîssîon aux personnes ragîes et dement notre încapacîté à îmî-Le couvercle de la peur d’arbîtrer en permanence entre ter es contamînatîons. « Tester, La peur du vîrus, pour ’heure, domî-une prudence nécessaîre et e non îsoer, tracer… » De ce trîptyque nera tout. L’împératî de ne pas voîr moîns nécessaîre maîntîen d’une brandî comme un sogan, aucun es servîces de réanîmatîon de nou-vîe à peu près normae. Encore des objectîs n’est rempî. veau saturés ’emportera. Maîs e aut-î que chacun joue son rôe. Te est bîen e terreau de a coût économîque n’est que dîféré Mariannea montré comment es déIance majeure envers e pouvoîr. par des înjectîons d’argent baptî-autorîtés sanîtaîres avaîent jusqu’à Cette împressîon îrrépressîbe que sées « pan de reance ». Et, tant que présent évîté de tîrer es eçons de e pays n’est pas dans es condî- a questîon démocratîque ne sera a premîère vague, se prîvant aînsî tîons psychoogîques et matérîees pas régée, tant que es cîtoyens ne de toute possîbîîté d’antîcîper a d’afronter es enjeux. Résumer cea seront pas traîtés en adutes, tant deuxîème (voîrMariannen° 1227)un soubresaut de Marseîaîs que es înégaîtés de déveoppe-. à Pour que des mesures împosées rejouant e match contre Parîs ment entre terrîtoîres traduîront par e Premîer mînîstre et reayées reève de ’aveugement. À travers ’abandon par ’État de ses mîssîons par es préets soîent acceptées, a révote des terrîtoîres s’exprîme de réguatîon et d’aménagement, encore aut-î qu’ees s’înscrîvent e sentîment de voîr trahîe a pro- e rîsque exîstera de voîr a France dans une actîon gobae compré- messe répubîcaîne : cee d’un État gagnée par un vîrus pus morte que hensîbe, împîquant tous es éche- quî ofre à tous es mêmes chances e Covîd: a tentatîon du chaos. n ons démocratîques. Une actîon dont es cîtoyens pourraîent estî-CEUX QUI MENAÇAIENT VOICI PEU mer qu’ee est cohérente et ei-cace. Le moîns que ’on puîsse dîre,D’ENFREINDRE LES INTERDICTIONS ONT c’est qu’on en est oîn. Surtout, î FINALEMENT RESPECTÉ LA LOI. MAISapparat que es pénurîes de réac-tîs, a désorganîsatîon totae desILS N’EN PENSENT PAS MOINS…
2 au 8 octobre 2020/ Marianne /9
Événement
LES 7 FAMILLES DE RÉCALCITRANTS
LES LÈVETÔT ET LES COUCHETARD
Sus à l’absurdie réglementaire ! e ans la salle du Lescot, son caé du XïX arrondîs-sement de Parîs, Thomas vîrevolte de clîent en Dt au moîns 10 % de clîent, maîs ne perd pas le Il de la conversatîon. « Sans faîre le Gascon, hîer soîr, c’étaî clîentèle en moîns »,lance-t-îl ce mardî matîn en aîsant couler l’expresso d’un habîtué.« La grande questîon, c’est de savoîr sî la clîentèle restante va changer ses habîtudes, sînon, ça va être dur. »Alors que 75 000 restaurants, 3 000 dîscothèques et 40 000 bîstrots ont dû garder portes closes pendant le conInement, les nouvelles restrîctîons sanîtaîres pourraîent porter le coup de grâce à de nom-breuses entreprîses du secteur, quî employaît 1 mîllîon de salarîés avant la crîse. Au Lescot, les règles împosées sont pourtant res-pectées à la lettre :« On ne veut pas d’hîstoîres. »Ce quî ne chasse pas les doutes pour autant :« C’est un peu absurde : sî on ferme plus tôt, les clîents rîsquent de venîr tous à la même heure. Résultat, îls seront plus concentrés qu’auparavant au même endroît. »Et de poursuîvre : « Les petîtes règles à respecter, ça marche peut-être en Suède, maîs pas en France. »S’îl convîent que les gestes barrîères passent par-dessus bord sîtôt la troîsîème pînte descendue, le caetîer a la désagréable împressîon de « faîre le boulot de l’État »en aîsant applîquer les règles sanîtaîres :« On faît le servîce, pas la polîce »,s’agace-t-îl. ïl aîmeraît surtout pouvoîr antîcîper :« J’aî deux employés en pérîode d’essaî : comment je faîs sans savoîr sî je vaîs devoîr fermer dans un moîs ? »LOUIS NADAU n
10/ Marianne /2 au 8 octobre 2020
LES COMPLOTISTES ANTIMASQUE
Fini la muselière ! e masque et… la bîle. Depuîs le retour des contamî-natîons, ce cache-nez et cache-bouche accompagne Len sûr, certaîns n’en peuvent plus de ce compagnon tout le monde. Partout, et tout le temps. Alors, de route, de rue, de métro, de bureau. Et le reusent à vîsage découvert, à l’ancîenne. Sur les réseaux socîaux, des mouvements antî-masque rassemblent plusîeurs mîllîers de personnes. Le 29 septembre, une manîes-tatîon d’« antî-masque » a même rassemblé quelques centaînes de rebelles à Parîs. Parmî eux, ïsabelle B., 65 ans et retraîtée. Membre du groupe Facebook « Stop carnaval masqué, halte à la dîctature », elle soutîent que « le masque est înutîle ». D’après plusîeurs artîcles qu’elle a vus cîrculer sur le réseau socîal,« le vîrus est très petît et de faît, îl passe à travers le masque »,nous rapporte-t-elle.« En plus de ça, c’est très dangereux pour la santé »,airme la sexagénaîre. Des arguments quî ont, entre autres, poussé Ève Engerer, médecîn généralîste dans le Bas-Rhîn, à sîgner des prescrîptîons pour dîspenser ses patîents de porter le masque.« En plus d’être dan-gereux, c’est lîbertîcîde. On veut museler la populatîon »,se déend-elle. EnIn, pour de nombreux antî-masque, l’épîdémîe est termînée et rîen ne justîIe son port en permanence.« On veut juste mettre la France à terre. J’espère que les gens vont fînîr par se révolter, sînonon rîsque de devenîr asservîs »,lâche ïsabelle B. En attendant un sursaut collectî. nCÉLIA CUORDIFEDE
Le masque, la distanciation physique, les salutations avec le coude… Ils n’en peuvent plus. Mais chacun a ses raisons de s’exaspérer. Certains y voient un grand complot, d’autres un hygiénisme absurde. Sans compter les limonadiers inquiets à l’idée de tirer le rideau une bonne fois pour toutes. Et tous ont leur mot d’ordre !
LES INTELLOS BOBOS
Bruncher en paix ! eux-là ne se manîestent pas, maîs n’en pensent pas C moîns. Au courant des afaîres du monde, suîvîes depuîs leur Mac dans unopen spaceavec table de pîng-pong ou, mîeux, dans un espace de cotravaîl avec salle de sîeste, ces jeunes cadres dynamîques s’înter-rogent : jusqu’où îra-t-on ?« On paîe le désossage de l’hôpîtal avec nos lîbertés îndîvîduelles »,soupîre Margot, 27 ans, cadre de la onctîon publîque. Ce n’est pas tant l’absence d’after-workquî chagrîne le bobo conscîent de sa responsabîlîté que le manque de cohérence des mesures sanîtaîres : pendant que son bar à cocktaîls baîsse le rîdeau à 22 heures, les centres commercîaux contînuent à brasser les oules. « Quîtte à restreîndre ce qu’on peut faîre, je préféreraîs que ce soît vraîment eicace contre le vîrus : autant être conIné quînze jours à nouveau, en testant massîvement à la sortîe »,avance Yanîs, 31 ans, salarîé dans la com. Habîtué à être mîeux traîté par la socîété, le bobo est surtout vexé, en bon jouîsseur, de se voîr réduît en sîmple rouage de la machîne économîque :« Comme d’habîtude, le frîc passe avant tout. Pour remettre le harnaîs au taf, bîzarrement, îl y a moîns de problèmes sanîtaîres »,râle Yanîs. C’est vraî quoî, c’est pas une vîe…L n.N.
LES RÉGIONAUX DE L’ÉTAPE
Stop au parisianisme ! îen sûr, la colère vîent de Marseîlle (lîre l’enquête p. 14), où les restrîctîons les plus sévères atteîgnent «Bmonte » dans d’autres grandes vîlles. À Bordeaux, Lîlle, au cœur les caetîers et restaurateurs. Maîs elle Lyon, Grenoble, Nîce ou encore Nantes, les soutîens à la préecture des Bouches-du-Rhône se multîplîent sur ond de régîonalîsme ou plus exactement d’antî-parîsîanîsme. Prîncîpal grîe :« Les décîsîons împosées par Parîs, sans concertatîon avec les élus locaux. »Une opposîtîon entre Jacobîns et Gîrondîns en somme.« À Toulouse, nous sommes en traîn d’organîser la révolte,raconte Phîlîppe Belot, vîce-présîdent de l’unîon des métîers et des îndustrîes hôtelîères de Haute-Garonne. Nous nous organîsons pour réunîr en groupe près de vîngt-cînq vîlles du sud de la France. L’objectîf est de faîre pressîon sur les élus et représentants de l’État aIn de partîcîper aux concertatîons. »Abasourdîs par les mesures restrîctîves venant d’en haut sans réelle pos-sîbîlîté de dîscussîon, les restaurateurs et bîstrotîers toulousaîns entendent néanmoîns s’împoser dans un débat avec la capîtale.« ïl y a une cassure totale entre Parîs, avec son fonctîonnement toujours plus centralîsa-teur, et les régîons. Elle exîstaît avant la crîse, maîs cela s’est désormaîs aggravé »,estîme Phîlîppe Belot.nC.C.
2 au 8 octobre 2020/ Marianne /11