Marianne du 08-02-2021
88 pages
Français
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Marianne du 08-02-2021

-

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
88 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 08 février 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 29 Mo

Exrait




A, AND, A, ,
T www.marianne.net
Numr 24 vrie 021
Stress es,
difficappr entissage...
ASSURSURAANCENCES ANT�ET SANT� DDO OSS IER SP�CIAL
Fausse uelles an�aise
vraie (e ait) ?
1247-COUV-def.indd 12:04
��TE ANTQU�TE SUR L��TAT
D ANTE NSOS ENFANTS
C oonsmmtruirent lve ur construire un avenir poddar Emmanuel ToddLesInformés
Quandoncroise
leséclairages,
toutestplusclair.
9h-9h30 RenaudDélyetMarc Fauvelle
20h-21hJean-FrançoisAchilli
Lesgrandssujetsd’actualitédécryptésparplusieurs experts.
Ettoutestplusclair
Finfo_LesInformes_Marianne_200x270.indd 1 28/01/2021 10:38
Sans titre-1 1 14:5914:59DE L’AVANTAGE
DES DELPHINARIUMS
POUR ÉVITER LES SUJETS
QUI FÂCHENT
l y a dix jours, dans l’indiférence quasi générale, l’Assem- Penser notre rapport aux animaux nécessite avant tout de
blée nationale votait une série de mesures en faveur du sortir du mythe de la pureté animale, qui verrait toute
intebien-être animal. Indiférence due essentiellement à nos raction entre les hommes et les bêtes comme une exploitation
angoisses face à un potentiel reconfnement, pourrait-on venant pervertir la « nature ». On ne luttera pas contre la souf -I plaider. Car, à voir les politiques s’y engoufrer, on sent france animale en faisant de l’élevage et de la domestication,
qu’ils tiennent là l’espoir d’un sujet consensuel, où l’on peut fruits de dix mille ans de relations, de collaboration, de souf -
enfn se retrouver à peu de frais en phase avec les citoyens. france parfois, mais aussi de complicité et d’enrichissement,
Enfn, presque. une interprétation pseudo-marxiste. L’agriculture paysanne
n’est pas forcément une « exploitation » de l’animal, surtout
C’est ce que montrent ces débats sympathiques sur les quand on garde à l’esprit que ledit animal n’existerait pas sans
delphinariums et les animaleries : l’évolution de notre per- l’invention de l’élevage au néolithique. En revanche, quand
ception des animaux nous permet de nous accorder sur des l’élevage devient une industrie, qu’il réife le vivant pour lui
sujets où chacun peut exprimer sa compassion pour des êtres appliquer des impératifs de performance, la soufrance devient
dont nous nous sommes enfn aperçus qu’ils possédaient une systémique, pour reprendre un mot à la mode. Or lutter contre
sensibilité. Un tigre promené sur les routes de France dans l’industrialisation de l’agriculture passe non seulement par
une cage pour sauter dans un cerceau sous les yeux ébahis une interdiction de l’élevage intensif, mais encore par une
des enfants pouvait se concevoir en un temps où c’était pour restructuration de l’ensemble de notre système économique
ces enfants la seule occasion de voir cet animal, pour eux pour remettre en cause cette idéologie du low cost appuyée sur
mythique. La télévision, avec ses documentaires, a modifé le libre-échange, qui permet d’importer à bas coût ce que les
notre rapport à la nature lointaine. On peut s’en réjouir, tout en normes environnementales et sociales réglementent chez nous.
considérant que la question du bien-être animal mérite mieux
que les amendements empressés pour interdire les ventes de La résurgence de la grippe aviaire dans les élevages du
Sudchatons dans les animaleries. Ouest devrait jouer comme un avertissement à deux points
On comprend bien que ce genre de dispositions immédiates de vue. Premièrement, c’est bien la concentration dans des
est plus confortable qu’une réfexion complexe sur les liens que élevages intensifs puis le déplacement massif d’animaux dans
nous entretenons avec la nature dans toutes ses dimensions, des abattoirs ultra-concentrés qui provoque les zoonoses (et
c’est-à-dire avec ce qui rend possible notre vie sur cette Terre. les humains élevés en batterie sur une planète de plus en plus
Et quand l’association Peta (People for the Ethical Treatment petite pour eux doivent se préparer aux successeurs du Covid).
of Animals) réclame qu’on cesse d’utiliser des expressions Deuxièmement, les industriels obtiennent l’interdiction des
comme « poule mouillée » ou « espèce de rat » sous prétexte petits élevages en plein air, prouvant que le système ne rend
que « les mots peuvent créer un monde plus inclusif ou perpétuer jamais les armes, car il a besoin, pour se perpétuer, de détruire
l’oppression » et que ce langage serait « suprémaciste », on hésite la concurrence de ceux qui travaillent respectueusement.
entre le rire et la consternation. Organiser notre cohabitation sur cette Terre avec les autres
espèces vivantes passe par différents défis : poser enfin la
La sensiblerie des générations qui ont pleuré devant la mort question démographique (et pas uniquement en Europe, où le
de la maman de Bambi sufra-t-elle à nous empêcher de trans - problème ne se pose de toute façon pas), inventer des modes
former des animaux en outils de notre développement écono - de vie qui nous confrontent à nouveau à la beauté du vivant et
mique à coups de production industrielle ou de poursuivre à notre intégration dans ses cycles plutôt qu’à l’omniprésence
avec ferveur la destruction systématique de tout espace encore de l’humain dans sa dimension industrielle et consumériste,
un tant soit peu sauvage ? Certes, interdire à quelques tordus assumer que ce que nous mettons dans nos assiettes provient
d’exercer leur sadisme sur des animaux ou rappeler à certains d’êtres vivants et nous intéresser à ce que cela implique (comme
qu’un chien n’est pas un jouet qu’on ofre à Noël mais un être la déforestation de l’Amazonie pour produire du soja OGM
vivant avec lequel on s’engage dans une relation est salutaire. qui nourrira cette vache dont la viande nous coûtera moins
Mais il n’est pas évident que les bons sentiments résolvent une cher). La lutte contre la soufrance animale doit être un combat
équation dans laquelle les intérêts en jeu ne sont pas ceux de économique, politique et culturel, mais surtout la forme la plus
quelques fourreurs ou de propriétaires d’animalerie. aboutie de l’humanisme. n
5 au 11 février 2021 / Marianne / 3
POLO.indd 3 03/02/2021 16:53MARM1247_003_CT744554.pdfBRANQUIGNOLS ET BRAS CASSÉS
l y a au moins un point commun entre les installée à Saint-Herblain. Nous sommes en pleine pandémie,
diverses étapes du combat engagé depuis un an et, pourtant, pas de réponse, en dépit de plusieurs relances. En
par la France contre le Covid, c’est qu’elle les a revanche, le gouvernement britannique s’est déclaré intéressé
toutes ratées. Comme les carabiniers, elle est et a fnancé tous les essais cliniques ainsi qu’une première unité I arrivée trop tard quand il a fallu s’équiper de de production installée en Écosse. Résultat : une commande
masques ; elle n’a pas su organiser efcacement le par le Royaume-Uni de 100 millions de doses d’un vaccin qui a
traçage, non plus que le séquençage du virus ; elle a l’immense avantage de se conserver dans un réfrigérateur. La
déconfné de manière trop radicale le 11 mai 2020, au France avait un vaccin et elle l’a laissé partir outre-Manche !
point de perdre rapidement le bénéfce du premier
confnement ; elle s’est lancée trop tard et avec trop Ajoutons à ces révélations la colère de Bernard Tapie,
interpeu de moyens dans la course au vaccin ; elle a pris encore plus viewé par Laurent Delahousse dimanche 31 janvier. À son
de retard dans la commande des vaccins étrangers et dans la tour, il révèle que son ami Stéphane Bancel, PDG de Moderna,
mise en œuvre de leur distribution. C’est un désastre à peu près s’est adressé en avril 2020 au gouvernement français pour
ecomplet, qui lui vaut la 73 place sur 98 dans le classement du lui demander de l’aider à mettre au point son vaccin. Pas de
Lowy Institute australien à propos de la gestion de la pandémie. réponse, pas plus qu’en novembre, une fois le brevet déposé :
Seuls, parmi les « grands pays », l’Espagne et les États-Unis ont « On est en novembre, et ils n’y croient toujours pas ! », s’écrie le
fait encore moins bien. vieux lutteur.
Arrêtons-nous à la question des vac- L’impression qui se dégage de cette
cins, car elle cumule tous les manque- accumulation de faits accablants est LES “GILETS JAUNES”
ments, toutes les défciences, toutes les celle d’un gouvernement de
branoccasions perdues qui nous accablent quignols et de bras cassés, qui paraît SONT PASSÉS
aujourd’hui. ne rien prévoir, ne rien anticiper, et PAR LÀ, ET LE FAIT EST improviser au gré de la conjoncture
En décembre 2020, Sanof, grande sanitaire et des humeurs des Français. QUE LE POUVOIR VIT
entreprise transnationale française On l’a vu encore la semaine dernière,
spécialisée dans le médicament, à propos du troisième confnement EN PERMANENCE DANS
employant plus de 100 000 personnes manqué : la surprise du chef ! Car
à travers le monde, dont un quart en LA HANTISE DE l’unité de commandement, incarnée
France, fait tout à coup savoir que le par un président de la République dis-JACQUERIES SOUDAINES, vaccin contre le Covid auquel il travail- posant d’à peu près tous les pouvoirs,
lait a pris du retard et ne sera pas prêt est trompeuse. Les « gilets jaunes » IMPRÉVISIBLES.
avant la fn de 2021. En attendant, il sont passés par là, et le fait est que le
pourrait contribuer au faconnage des pouvoir vit en permanence dans la
sérums de ses concurrents, ce qui serait utile, mais peu glorieux. hantise de jacqueries soudaines, imprévisibles, irrationnelles.
Et l’entreprise, en pleine urgence sanitaire (le 8 décembre 2020), Cette hantise a certainement joué son rôle, à côté de la crainte
nous apprend qu’elle ne renoncera pas au plan de licencie- de l’asphyxie économique, dans la décision de renoncer, au
ments qu’elle avait décidé et qui frappe notamment la France : moins provisoirement, à un nouveau confnement auquel la
suppression de 400 postes de chercheurs ! Premier coup dur, majorité des Français était pourtant résignée.
suivi, un mois plus tard, par l’annonce que l’Institut Pasteur,
l’autre grand groupe français, renonçait au principal projet de Il est vrai que la France est un pays qui a les nerfs malades.
vaccin auquel il travaillait, faute d’une efcacité sufsante. La Elle ne supporte plus rien, ni l’action ni l’inaction. C’est en
démonstration est faite que le pays de Pasteur, comme on dit partie pour éviter sa colère que l’on a vu une équipe réputée
volontiers avec un peu d’emphase, est largué dans le domaine libérale et mondialisée pratiquer une politique que l’on
pourde la recherche fondamentale. rait qualifer d’ultrakeynésienne, fnançant les entreprises et
nationalisant les salaires, comme dit Bruno Le Maire. C’est
Ce n’est pas tout : son gouvernement a laissé passer toutes sans doute aussi pour ménager le moral des Français que le
les chances qui se sont présentées à lui au cours de l’année même Bruno Le Maire a dit un « non » très sec au rachat de
erécoulée. C’est ainsi que Ouest-France a publié, le 1  février, un Carrefour par une entreprise canadienne. Nous vivons dans
communiqué, peu repris dans la presse nationale, émanant de une économie hors-sol pour une nation hors d’elle-même. Plus
Christelle Morançais, présidente de la région des Pays de la encore que le risque de dépression économique, ce qui nous
Loire. On y lit que, le 9 juin 2020, elle a écrit, avec le préfet de guette, c’est la dépression nerveuse. Ainsi, le gouvernement
Loire-Atlantique d’alors, Claude d’Harcourt, à la ministre de a une double tâche : vacciner les Français et leur redonner le
l’Industrie pour attirer son attention sur le formidable potentiel sentiment qu’ils ont encore un rôle à jouer dans la gestion de
en matière de vaccins de la société franco-autrichienne Valneva, leur propre existence. 
4 / Marianne / 5 au 11 février 2021
Julliard.indd 4 03/02/2021 16:04MARM1247_004_CT743191.pdfNOUVELLECOLLECTIONDEHORS-SÉRIES
CesDÉBATSquelespolitiquesdevraient avoir
VOLUMEN°1:
DETTE,QUI
VA PAYER?
HISTOIRE
5 siècles de défauts
de paiement
La finance aux
manettes
FRANCE
Comment
ont-ils
construit
notre dette ?
ET AILLEURS…
Le modèle japonais
Le calvaire grec
Chine : l’addiction
au crédit
PEUT-ON ESPÉRER
S’EN SORTIR ?
Avis d’experts
& enquêtes
Les politiques
parlent et agissent
(parfois)
«Lescléspourdébattre.
L’espritMarianne.»
N°1LEVOLUME DÈSAUJOURD’HUI
CHEZVOTRE MARCHAND DE JOURNAUX
VISUELSNONCONTRACTUELSo N 1247 DU 5 AU 11 FÉVRIER 2021
3 N O T RE O P I N I O N par Natacha Polony
De l’avantage des delphinariums
pour éviter les sujets qui fâchent
4 L’ÉDITO de Jacques Julliard
Branquignols et bras cassés
Événement
8 Grandir au temps du Covid.
Paroles de mômes Par Gabriel Libert
12 Des tout-petits inaptes aux relations sociales ?
Par Violaine des Courières
14 Des enfances troublées Par Célia Cuordifede
16 L’école, ce bien essentiel Par Anthony Cortes
18 Emmanuel Todd : “Il faudra rembourser
les jeunes pour leur sacrifce”
Propos recueillis par Franck Dedieu18
20 CE QUE MARIANNE EN PENSE
Birmanie. Les généraux refont le coup (d’État)
Par Alain Léauthier
Actu
22 ÉCONOMIE Fausses mutuelles,
58 À LA VOLÉE ! Par Jack Dion
vraies pompes à fric Par Emmanuel Lévy
Un antivax peut en cacher un autre
26 POLITIQUE Économie : la droite
59 Ç A VA MIEUX EN LE DISANT Par Guy Konopnicki
dans le brouillard Par Louis Hausalter
La loi bébête
30 SOCIÉTÉ Un enfant, deux noms : 62 HIST OIRE Le télétravail, c’est vieux
bilan d’une réforme inusitée Par Margot Brunet comme le monde Par Yves Daudu
33 EUROPE Ces huis clos à Vingt-Sept
Par Cécile Andrzejewski
Découvrir36 RUSSIE Et si Navalny était au pouvoir ? Plus de
liberté… et d’ultralibéralisme Par Anne Dastakian 66 CUL TURE Y a-t-il encore un pilote
de la langue française ? Par Frédéric Pennel
38 MIEUX VAUT EN RIRE ! 76 QUELLE ÉPOQUE ! Tendance
Vivre au lit Par Julie de Los Rios
79 UN MONDE MEILLEUR ? Ectoplasme, mon ami Le dossier
Par Nicolas Carreau
42 Deux ans dans l’armée, la fn de l’innocence
82 LA FRANCE DE PÉRICO Victoire, le Conseil Par Vladimir de Gmeline42
d’État interdit l’usage de la formule
“fabriqué en Normandie” Par Périco Légasse
Agora
50 ENTRETIEN Quentin Deluermoz : “La Commune
de Paris rejoue les grandes expériences
révolutionnaires de 1789, 1793 et 1848”
Propos recueillis par Marion Rousset
54 TRIBUNE Jean-Pierre Olivier de Sardan :
“Pour défendre la liberté d’expression,
il faut discuter, expliquer, convaincre”
57 ILS NE PENSENT PAS (FORCÉMENT) COMME NOUS
Comment renverser la table
Par Jean-Christophe Fromantin 66
58 E SPRIT LIBRE Par Caroline Fourest 86 CARTE BLANCHE à Benoît Duteurtre
Le Pen en mode chaton L’Europe et la chanson
6 / Marianne / 5 au 11 février 2021
1247-SOMM.indd 6 03/02/2021 16:52MARM1247_006_CT744533.pdf
En couverture : Jérôme Dominé - Sommaire : Aldo Soares - Fred Marie - Gamma-Keystone via Getty Images
Restez au plus proche de l’actualité
avec la nouvelle application Marianne
NOUVEAU
Marianne
l’Appli !
Actu,débats,enquêtesettribunesenversionmobile!
LeséditosetentretiensexclusifsdeMarianneTV
Affichagepublicitairelimitépourunelectureconfortable
Commentezetpartagezdansl’application
Sauvegardezvosarticlesfavoris
Téléchargez l’application sur :
maquetteok-Print-Marianne-200x270mm.indd 1 06/01/2021 17:1317:13ENQUÊTE SUR L’ÉTAT DE NOS ENFANTS
PAROLES DE MÔMES
008-011-ouv-eve.indd 8 03/02/2021 16:47MARM1247_008_CT744326.pdfIls ont entre 5 et 10 ans,
avancent masqués
à l’école et semblent
s’adapter en permanence
aux nouvelles
préconisations sanitaires.
Vraiment sans broncher ?
Nous sommes allés à
la rencontre de ces petits
invisibles à qui on ne
demande jamais leur avis.
PAR GABRIEL LIBERT
PHOTOS : JÉRÔME DOMINÉ
ENQUÊTE SUR L’ÉTAT DE NOS ENFANTS
Derrière le masque en tissu PAROLES DE MÔMES remonté jusque sous les yeux, on
devine le sourire. Large, le
sourire. Son regard bleu-gris pétille
de malice. Antonin, élève de CM2
edans le XIII   arrondissement
de Paris, a très envie de causer.
Lorsque son père, restaurateur, lui Da annoncé qu’un journaliste allait
l’interviewer, il ne s’est pas fait
prier. C’est que, à 10 ans, il a déjà
un avis sur la situation sanitaire et
les gestes barrières. « Moi, au début,
ça m’a un peu gêné, admet-il. Puis
je me suis habitué, un peu comme
pour s’habiller le matin. De toute
façon, c’est pas moi qui décide. Le
président et le ministre de la Santé
disent ce qu’il faut faire. Et tout le
monde écoute. » Ses copains, dit-il,
pensent « tout pareil ». Se plier aux
obligations, ça peut aller. Même
huit heures par jour. Les
inconvénients, ce sont plutôt des petits ›
5 au 11 février 2021 / Marianne / 9
008-011-ouv-eve.indd 9 03/02/2021 16:47MARM1247_009_CT744326.pdf› détails, pas très ragoûtants, LOIN D’ÊTRE DES SUPERCONTAMINATEURS
du quotidien. « Quand je bois
n an après le début rassurantes pour les enfants que chez leurs
de l’eau, j’essaie de bien sécher de la pandémie, formes graves : en France, aînés », explique
ma bouche pour pas mouiller Uil apparaît de plus on comptabilise 4 décès Robert Cohen, pédiatre
l’intérieur du masque, explique- en plus évident que, dans chez les 0-9 ans, et 7 chez infectiologue et président
t-il. Parfois, aussi, on n’a pas leur ensemble, les enfants les 10-19 ans, la plupart du groupe de pathologie
le temps de l’enlever quand on sont moins contaminés, d’entre eux présentant infectieuse pédiatrique
moins contaminants, et des comorbidités. de la Société française éternue. Il y a un peu de morve
beaucoup moins sujets aux La maladie de Kawasaki de pédiatrie. Comme leurs qui coule et ça finit par pas
formes graves du Covid. (également dénommée aînés, avec le variant sentir très bon ! » Autre
désaLes cas pédiatriques « syndrome lympho- britannique, la contagiosité grément : « Souvent, j’ai
l’imreprésentent ainsi de 1 cutanéo-muqueux »), qui a des mineurs augmente pression d’étoufer… J’essaie de
à 5 % de la totalité. Une beaucoup inquiété pendant de 40 à 70 %. Le taux
prendre une grande inspiration, nuance importante : autour le premier confnement, est d’incidence augmente donc
mais c’est pas facile du tout à de 10 ans, cela bascule. bien prise en charge, et un chez les 0-9 ans, comme
travers le tissu. » Observateur, « En dessous, l’enfant seul décès d’enfant y est lié. chez les 10-19 ans… et
Antonin a bien noté l’exemple est nettement moins Résumé : sur la transmission comme dans toutes les
irréprochable donné par sa susceptible d’être infecté comme sur le nombre de tranches d’âge. On observe
et de transmettre le virus », cas graves, le risque zéro uniquement une hausse maîtresse. Sauf pour la dictée.
explique Jonathan Roux, n’existe pas. Mais l’idée légèrement plus importante Mais il se fait son avocat. « Pour
épidémiologiste. Les que plus ils sont jeunes, du taux d’incidence chez qu’on l’entende au fond de la classe,
adolescents sont eux tout moins les enfants sont les 10-19 ans, qui reste il faut bien qu’elle l’enlève ! » En fait,
aussi contagieux que leurs sensibles à l’infection et pour l’heure inexpliquée. ce qui l’agacerait presque plus, ce
aînés, à la distinction près contagieux fait consensus.  De futurs travaux sur
ne sont pas tant ces obligations qu’ils sont beaucoup plus Quid des variants ? « Ils sont les variants permettront
liées au coronavirus que ceux qui souvent asymptomatiques. plus contagieux pour tout de savoir s’ils en sont
mettent le chahut dans la classe. Les données sont aussi le monde, autant chez les la cause. n MARGOT BRUNET
« Chaque fois, on perd du temps ! »,
explique-t-il avec sérieux. Et de
pointer aussi les masques sales Contrairement à certains de ses il y a un petit efet mode lorsqu’ils
laissés par terre dans la cour de 23 camarades de classe, l’épée de sont confectionnés avec des tex -
récré. « Y en a qui font vraiment Damoclès d’un potentiel reconfne- tiles aux motifs rigolos. La fllette
pas attention et les jettent pas ment ne l’enchante guère. « Ils pré- n’« aime pas le coronavirus » parce
à la poubelle », s’offusque-t-il. fèrent rester à la maison plutôt que qu’elle ne « [voit] plus papy et [ses]
d’aller à l’école. C’est triste, avoue cousins depuis un an ». Même si
ce fls unique, parce que, après, tu quelques appels en visio allègent
vois plus du tout tes amis. » un peu cette trop longue
séparation, cela ne suffit pas. « Elle est
À 5 ans, Agathe, en grande section vraiment en demande… », confrme
à la maternelle, toujours dans le sa maman.
eXIII arrondissement, pourrait
reprendre ce constat à son compte.
Mais, un peu intimidée, elle laisse
d’abord ses parents s’exprimer. « Je
trouve incroyable la façon dont ma
flle et les enfants autour de nous
se sont accommodés de tous ces
changements, explique sa mère,
iconographe. Je ne les sens pas
trop angoissés même s’ils ne se sont
quasi plus vus lors du premier
confnement. Non seulement ils ont dû
intégrer ces nouveaux gestes mais De l’autre côté du périphérique,
aussi accepter de se retrouver mas- à Montreuil (Seine-Saint-Denis),
qués devant des adultes masqués Gaspard, 9 ans, est lui aussi afecté
eux aussi. Heureusement, dans les de ne plus voir ses grands-parents.
petites classes, ils ne sont pas obligés Un manque que le retour à l’école
d’en porter. » Agathe, elle, le met et les jeux ne sufsent pas
totalede temps en temps. Ça l’amuse de ment à combler. En CM1, lui et ses
faire « comme les grands ». Et puis, 29 camarades de classe, comme
10 / Marianne / 5 au 11 février 2021
008-011-ouv-eve.indd 10 03/02/2021 16:47MARM1247_010_CT744326.pdf
Grandir au temps du Covid