Marianne du 12-04-2021
88 pages
Français
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Marianne du 12-04-2021

-

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
88 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 12 avril 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 29 Mo

Exrait

www.marianne.net
A, D = 6.60 €  AND, BEL, ITA, LUX, PORT CONT, ESP = 4.70 €  CAN = 8.60 $ CAN  CH = 7 CHF  DOM = 4.50 €  GR = 5.10 €  MAR = 38 MAD  TOM = 900 XPF  NL = 5.10 €  TUN = 7 DT
Numéro 12569 au 15 avril 2021Du Et si les profs refusent le vaccin... Ces secteurs qui Onnevaccinepeutêtre pas les bonnespersonnes ne se relèveront pas TOUT CEQU’ON NE VOUS A PAS ENCORE DIT SURLECOVID Mortalité:lesQui ditvraisur chiffres tabous les lits deréa
IL N’Y A PAS QUE DUPONT DE LIGONNÈS Unmillierde Françaissevolatilisentchaqueannée
Faites des gosses ! ALERTE, LA NATALITÉ S’EFFONDRE
Restez au plus proche de l’actualité avec la nouvelle application Marianne
NOUVEAU
Marianne l’Appli !
Actu, débats, enquêtes et tribunes en version mobile ! Les éditos et entretiens exclusifs de Marianne TV Affichage publicitaire limité pour une lecture confortable Commentez et partagez dans l’application Sauvegardez vos articles favoris
Téléchargez l’application sur :
“GERMANOPHOBES”OU VRAIS DÉFENSEURS DE L’EUROPE ? orreur ! Scandae ! La une deMariannemaîntenu ce « modèe ». Françoîs Hoande se rendant d’avoîr « Comment ’Aemagne tond a France… à Berîn au soîr de son éectîon et renonçant à sa promesse de et ’Europe » a mîs en émoî certaîns gar- renégocîer e traîté budgétaîre européen en est ’încarnatîon. H dîens du tempe îdéoogîque. ï est des À aucun moment, î n’aura cherché à défendre une îndustrîe vérîtés quî ne sont pas bonnes à dîre. françaîse qu’î consîdéraît depuîs toujours comme e reste Germanophobe, xénophobe… ’attîraî cassîque de ceux quî baroque d’un passé révou. cherchent à enfermer e débat dans cette « cage aux phobes » Avant uî, Nîcoas Sarkozy avaît égaement renoncé. que Phîîppe Muray îdentîIaît déjà au début des années 2000… Notamment sur un poînt essentîe : cette Unîon pour a Médîterranée, quî devaît permettre à a France de retîsser Il est intéressant de constater que les plus hostiles à unee îen économîque et cuture qu’ee a avec ’autre rîve de a réflexion un peu iconoclasteMédîterranée. Tuée dans ’œuf par Angea Merke.sur e coupe franco-aemand sont es socîaux-démocrates, ceux quî nous expîquent depuîs des décennîes – et magré es démentîs obstînés du rée –L’Europe est le projet d’une génération traumatisée par qu’un jour vîendra où ’Europe sera socîae. Les îbéraux, eux,la guerreet quî croyaît profondément que ’amîtîé franco-défendent depuîs ongtemps ’îdée que a France n’aura de saut aemande nous prémunîraît d’un nouveau cauchemar. Puîs qu’en adoptant e modèe aemand, teement pus compétîtîf, est venue a génératîon quî consîdéraît que a France, trop teement pus eicace… ïs voîent dans petîte dans un monde trop grand, aaît ce constat d’une Aemagne quî taîe trouver dans ’Unîon un evîer d’Ar-des croupîères à a France a conIrma-LES OBJECTIFS DEchîmède. Les deux ont raîson. À cecî tîon de eurs thèses. près que ces objectîfs ne seront pas L’EUROPE NE SERONT PAS Que îbéraux-socîaux et socîaux- atteînts sî es cîtoyens françaîs nour-ATTEINTS SI LES CITOYENS îbéraux aîent, pour des raîsons dîf- rîssent une coère contre un système férentes, choîsî de systématîquement quî es aura appauvrîs. Et, contraîre-renoncer à défendre es întérêts desFRANÇAIS NOURRISSENTment à ce qu’ânonnent es adeptes cîtoyens françaîs au nom d’une îdéo- de a pensée rélexe, poînter a façon UNE COLÈRE CONTREogîe quî eur sembaît pus égîtîme dont ’Aemagne joue sa carte dans es UN SYSTÈME QUI– a déréguatîon censée nous « adap- domaînes es pus dîvers – îndustrîe, ter » à a mondîaîsatîon pour es uns, énergîe, agrîcuture – ne revîent pas LES AURA APPAUVRIS. ’arrîmage à ’îdéa européen quî vaaît à dédouaner a France, à « chercher qu’on uî sacrîIât ’essentîe pour es des coupabes extérîeurs » maîs bîen à autres – est un faît. Ce faît ne devraît pas, ne devraît pus, nous poînter es éîtes quî ont vouu, accepté, promu cet état de faît. empêcher de penser, à ’heure où ’Unîon européenne sembe ï est certaîn qu’î eur est pus facîe de fustîger ces cîtoyens enIn, sous es coups de boutoîr des împérîaîsmes, accepter de « assîstés » ou « réfractaîres au changement ». se muer en puîssance. Mîeux : quîconque est authentîquement européen devraît se pîer à cet exercîce de réaîsme putôtNous sommes à la croisée des chemins.Le PïB par habî-que de hurer au retour des « heures es pus sombres » (on se tant de a France étaît, en 1980, înférîeur de 5 % à ceuî de gardera de faîre remarquer que, hîstorîquement, a ucîdîté à ’Aemagne. ï ’est aujourd’huî de 13 %. La précédente présî-’égard de ’Aemagne n’a pas été e faît de ’extrême droîte). dentîee a porté au pouvoîr un des représentants de ces éîtes quî consîdéraîent qu’î faaît d’abord « faîre des réformes », se Disonsle clairement : le déni et la béatitude n’ont jamais faitmontrer bon éève, pour pouvoîr ensuîte demander poîment progresser l’Europe.pouvîons obtenîr des contrepartîes. Et, comme de bîenCroîre qu’î faudraît, au nom de ’Europe, sî nous abandonner es dernîers leurons îndustrîes françaîs, comme entendu, de contrepartîes, î n’y eut jamaîs. Emmanue Macron on ’a faît déjà de tous es autres, et aîsser notre agrîcuture se a vîsîbement apprîs, même s’î ne reconnatra jamaîs avoîr faît faîre torpîer à coups de dumpîng socîa et envîronnementa fausse route. Qu’en sera-t-î des autres candîdats à a présîden-est une pure foîe. Maîs cea rentre dans un partage împîcîte tîee ? Arnaud Montebourg s’étaît faît, en son temps, traîter des posîtîons auque adhèrent sans vérîtabement ’avouer es de germanophobe pour avoîr osé défendre ’îndépendance tenants de a socîa-démocratîe à a françaîse : ’Aemagne, îndustrîee de a France. Sans parer de Jean-Luc Méenchon… par a puîssance de sa monnaîe (e Deutsche Mark, devenu La meîeure façon, pour es éîtes françaîses, d’évîter ’examen euro) et de son îndustrîe, permet à a France de préserver son de conscîence. Sur ’armement, sur e nucéaîre, sur ’agrîcuture, modèe socîa en uî assurant un endettement îndoore. À ee,Mariannea posé e débat. Quî se veut homme d’État devraît e poîds économîque et poîtîque, à nous, a bonne conscîence proposer des réponses précîses putôt que des postures. n
9 au 15 avril 2021/ Marianne /3
UN EFFETPOMPIDOU ? u prîntemps 2022 aura lîeu l’électîon quoî qu’îl dîse et quoî qu’îl asse. Du reste, on ne sort pas de présîdentîelle. Nous savons que les son sîlence à un tel moment, on ne publîe pas un lîvre avec un pronostîcs émîs un an à l’avance sont lancement de star înternatîonale, on ne donne pas de grandes électAucoataalgemtpruelîtualorcoeernsntveîté.CequîestPour le moment, Édouard Philippe est Monsieur « au cas presque toujours démentîs. Alors, n’en întervîews nécessaîrement creuses sans quelque nostalgîe d’un aîsons pas. Cette împrévîsîbîlîté est la retour aux « manettes », selon l’expressîon qu’îl afectîonne. preuve que le débat démocratîque et l ne en revanche possîble, c’est d’examîner comment leoù… »Cela ne préjuge en rîen de ses îdées, nî même de ses posîtîonnement des dîvers candîdats potentîels les capacîtés. Maîs le prîncîpal efet de son resurgîssement dans le uns par rapport aux autres peut détermîner leur champ polîtîque natîonal est de rendre d’un coup la personna-ordre d’arrîvée à l’îssue du premîer tour et la composîtîon lîté d’Emmanuel Macron moîns încontournable, moîns unîque, de la înale. moîns îndîspensable que précédemment. Rîen de tel pour donner aux Françaîs le sentîment qu’un changement n’a rîen En premier lieu, l’incapacité des formations de gauche àd’împossîble et que la relève est assurée.Mutatis mutandis,c’est se mettre d’accord sur un candidat uniqueleur înterdît ce quî s’étaît produît en 1969, après que, l’année précédente, de dîsputer cette Inale. Jean-Luc Mélenchon a déjà prévenu le général de Gaulle eut prîs la atale décîsîon de se séparer qu’îl ne voulaît pas d’un candîdat de Georges Pompîdou, quî avaît lar-unîque. Pour une raîson sîmple, c’est gement contrîbué à luî sauver la mîse qu’îl ne pourraît pas être ce candîdat. lors du mouvement de maî, et de luî LES FRANÇAIS SONT L’unîté de candîdature de la gauche se substîtuer Maurîce Couve de Murvîlle aît înévîtablement au proIt du plus à Matîgnon. Les Françaîs se dîrent PRÊTS À ACCUEILLIR modéré ou du plus central des candî- alors : puîsque le général de Gaulle a QUELQU’UNdats potentîels. ïl n’est pas cet homme. commencé à tourner la page de 1968, Or îl entend bîen dîsputer un dernîer en se séparant d’un tel collaborateur, tour de pîste. ïl est donc peu probableDE RASSURANTpourquoî ne pas achever le travaîl ? qu’îl revîenne sur cette décîsîon. C’est En sîgnîIant son congé au Général POUR RENOUVELERpourquoî îl est le meîlleur allîé d’Em- luî-même, les Françaîs n’entendaîent LE PAYSAGE POLITIQUE. manuel Macron, la quasî-garantîe pas nécessaîrement qu’îl avaît démérîté d’un second tour quî l’opposeraît à durant la crîse. Bîen au contraîre. Maîs ET ÉDOUARD PHILIPPE Marîne Le Pen, plus acîle à vaîncre îls décîdaîent qu’à sîtuatîon nouvelle qu’un candîdat de la droîte classîque îl allaît un homme nouveau. Quand ou de la gauche modérée.POURRAIT BIEN INCARNERest à la tête d’un pays en pleîneon On retrouve la même symétrîe à déprîme, on peut très bîen subîr le CETTE RELÈVE. l’extrême droîte. Sî Érîc Zemmour désamour des cîtoyens tout en conser-devaît être candîdat, îl pourraît empê- vant de bons sondages. cher Marîne Le Pen de se qualîIer pour la Inale et ouvrîraît Or, au bout de quatre années, le bîlan d’Emmanuel Macron la voîe à un candîdat de la droîte classîque ace à Emmanuel est tout sau mîrobolant, bîen loîn des espérances qu’îl avaît Macron luî-même. Une tâche plus dîicîle pour ce dernîer. suscîtées lors de son raîd électoral de 2017. Son nom est désor-maîs assocîé à des pérîpétîes plutôt pénîbles, des grèves de la Il y a enfin l’hypothèse Édouard Philippe. ïl a toujours laîssé SNCF à la pandémîe actuelle, en passant par les « gîlets jaunes » entendre qu’îl ne seraît pas candîdat contre Emmanuel Macron, et l’épîsode resté înachevé de la réorme des retraîtes. et îl n’y a aucune raîson de ne pas le croîre. Reste le cas où îl Et sî ce rîngant jeune homme, quî paraîssaît bénî des arrîveraît à Emmanuel Macron la même mésaventure qu’à dîeux lors de son îrruptîon sur la scène polîtîque, avaît décî-Françoîs Hollande en 2017 : l’împossîbîlîté de se présenter en dément la poîsse ? Pas plus que les grands, les peuples n’aîment raîson d’un efondrement de sa popularîté. L’hypothèse n’est les malchanceux. pas aujourd’huî la plus probable. Pour le moment, le présîdent en exercîce a plutôt résîsté à l’épreuve du Covîd-19, tout en yRien de ce que j’avance ici n’est encore très clair, tant la laîssant des plumes. À moîns que son choîx, quî a été, depuîsconjoncture est changeante.Maîs les Françaîs sont las de cette le début de l’année 2021, de ne pas conIner, ou de conIner le îndécîsîon du destîn et sont prêts à accueîllîr quelque chose ou moîns possîble, ne tourne à la catastrophe. quelqu’un de rassurant pour renouveler le paysage polîtîque. Maîs l’împressîonnante popularîté d’Édouard Phîlîppe ïl y a chez eux, c’est încontestable, l’obscur et împatîent désîr (56 % d’opînîons avorables), quî n’est pas de nature métapho- de tourner la page ; et, s’agîssant d’Édouard Phîlîppe, quî n’est rîque comme celle d’un Nîcolas Hulot, constîtue en soî, dans le pour le moment que le nom de cette împatîence, l’amorce d’un contexte de la présîdentîelle de l’an prochaîn, un aît polîtîque, efet Pompîdou. n
4/ Marianne /9 au 15 avril 2021
NOUVELLE Ces DÉBATS
ELS CTU RA NT CO ON S N SUEL VI
COLLECTION DE que les politiques
HORSSÉRIES devraient avoir
VOLUME N°2 : Qui veut la mort de LA LAÏCITÉ française ?
PRINCIPES Protéger la liberté des incroyants... comme des croyants !
HISTOIRE L’islam colonial, échec historique Alsace & Moselle : cas à part
ENSEIGNEMENT Privépublic, le renoncement de Mitterrand Les frileux adeptes de la « précaution pédagogique »
MÉDIAS L’esprit Charlie, par Caroline Fourest
ÉLECTIONS Entre clientélisme & compromission communautariste
« Les clés pour débattre. L’esprit Marianne. » 2 LE VOLUME DÈS AUJOURD’HUI CHEZ VOTRE MARCHAND DE JOURNAUX
8
o N 1257DU 9 AU 15 AVRIL 2021
30
3
4
NOTREOPINIONPar Natacha Polony “Germanophobes” ou vrais défenseurs de l’Europe ? L’ÉDITOde Jacques Julliard Un effet Pompidou ?
Événement 8ce qu’on ne vous a pas encore dit Tout sur le CovidPar Natacha Polony 134 péchés de la capitale européenne Les Par Robin Lemoine 18Desmurget : “On nous vend une espèce Michel  de modernité éducative par les écrans” Propos recueillis par Hadrien Brachet 20tout, tout seul Macron, Par Laurent Valdiguié 22sans solutions ? L’opposition Par Louis Hausalter et Hadrien Mathoux
24
CEQUEMARIANNEENPENSEJoe le “taxeur”Par Franck Dedieu
Actu 26 SOCIÉTÉFaites des gosses ! Par Violaine des Courières 30 SOCIÉTÉ“Traître à ta race”, ce que cache cette insultePar Hadrien Brachet 32 SOCIÉTÉWoke ou fake ?Par la rédaction de “Marianne” 34 SOCIÉTÉStrasbourg, la discorde du concordat Par Thomas Rabino 37PRÉSIDENTIELLELe “léchomètre” à Macron Par Louis Hausalter, Hadrien Mathoux et Soazig Quéméner 38ROYAUMEUNIBBC : radio moins Londres Par Tristan de Bourbon 40 SYRIEDaech ne meurt jamais Par Édith Bouvier, avec Solin Emin Mohamed
42
MIEUX VAUT EN RIRE !
Le dossier 46volontaires, la tentation d’une autre vie Disparus Par Marine Mazéas
Agora 52ENTRETIENPierre Vermeren : “Le modèle métropolitain dysfonctionne” Propos recueillis par Kévin BoucaudVictoire 54ENQUETÊAu bureau, fini les conflits… en apparencePar Samuel Piquet
60
60
6/ Marianne /9 au 15 avril 2021
ESPRIT LIBREPar Caroline FourestVaccins : n’en jetez plus ! À LA VOLÉE !Par Jack DionVive le variant anglais !
61
64
ÇA VA MIEUX EN LE DISANTPar Guy KonopnickiLe régime sans ciel HISTOIRELa Commune de Paris et l’Église, une brutale séparation Par Philippe Foussier
Découvrir 68LTÉITTURAHERirneecS:ipudelBaaire ou l’aventure de la sensation” Propos recueillis par Nicolas Dutent 76ÉPOQUE ! Tendance QUELLE Hallucinant champignonPar MarieOdile Briet 79 UN MONDE MEILLEUR ? Obsolescence assuméePar Nicolas Carreau 82 LA FRANCE DE PÉRICOExigeons l’indication géographique protégée pour les rillettes du MansPar Périco Légasse
68 86ETRNALBEHCCAà François RollinDes dangers du “Yaplugrave”
En couverture : Getty - AFP - Sommaire : Yves Herman / Reuters - Hans Lucas via AFP - Josse / Leemage
.net
Vous ne pouvez plus sortir de chez vous ? Voici nos offres pour continuer à lire Marianne Vous choisissez l’abonnement ? Rendez-vous sur la boutique MARIANNE en saisissant dans votre barre de recherche abo.marianne.net Abonnement 100 % Abonnement papier + numérique numérique er er 0le 1 mois puis6,900le 1 mois puis9.50tous les 4 numéros tous les 4 numéros
Vous souhaitez acheter le numéro de la semaine ? Rendez-vous sur la boutique MARIANNE en saisissant dansvotre barre de recherche abo.marianne.net/mon-numero-pdf o Achat du n à 1,99
TOUT CE QU’ONNE VOUS A PAS ENCORE DIT SURLECOVID
T
O
U
T
C
E
QU’ONNE AS ENCEORTDI SUR LE COVID
Entre annonces hebdomadaires, tribunes contestaires, affirmations un jour contredites dès le lendemain, il y aura eu de quoi s’arracher les cheveux et se crêper le chignon entre amis. Aujourd’hui, “Marianne” remet les pendules à l’heure.PAR NATACHA POLONY Plus d’un an désormaîs que nous vîvons au rythme d’une épîdémîe dont la prîncîpale caractérîstîque est d’avoîr mîs en lumîère toutes les faîblesses et tous les travers de nos systèmes économîques et polîtîques. Plus d’un an que nous constatons les ratés, les manquements, les mensonges ou les petîts arrangements des gouver-nants avec la réalîté. La lassîtude, l’exaspératîon gagne. L’împressîon d’avoîr tout lu, tout entendu. Et pourtant… llqedcacespMeattaououéhsalluîîgncRnlc,scoveéèoirîmedbmupgtonPopélnuen,îteîssaenamîqudémnîceertnselpleeaatsélenocxudeétejournalonnesdseéragîlnîéatîmasontusaelsacdnlaeedrçaîenteursel,srmpa,etsurleîapîtels»,nestdetîonîer«tremrgteneunlaxeolesorts-uncatanaîentdsîdngîraseqîueuîquxceetrEn.egatonesneyonaîtpreqîueteîtuqopîletsétîquesdelhpôtîlapbuîlcèrsptennsaîîneretselgdubstrenceuesagîqedstn,senemxblouîquseltneîuqésnocredsoprunt,defvîes»osetpedseledaenem«tenlrmfemdoeedîluqbupeulquequeîierpuaésopmî,tîaedntdesîré Juste avant les dernîères annonces d’Emmanuel ux, ses arbîtrages. Maîs la questîon peut-elle se résumer à savoîr s’îl auraît fallu ou non reconiner plus tôt ?
Regarder les choses en face Depuîs plus d’un an, ce sont les armes pour lutter contre ce vîrus quî font défaut, autant qu’un vérîtable débat démocratîque sur les arbîtrages raîsonnables. Quî vaccîner en prîorîté, pour en fînîr plus rapîde-ment avec la paralysîe, l’enfermement et la ruîne ? Quî meurt réellement du Covîd, sachant que, la génératîon du baby-boom arrîvant à un âge avancé, la mortalîté augmente naturellement en France chaque année ? Sur les vaccîns comme sur le reste, l’Europe s’est-elle donné les moyens de répondre aux enjeux ? Ses grands prêtres nous explîquent combîen elle a accomplî un extraordînaîre bond en avant en mutualîsant un petît peu ses dettes maîs oublîent de mentîonner son înca-pacîté chronîque, suîcîdaîre, à învestîr. Alors que son plan de relance n’est toujours pas voté, les États-Unîs, eux, lancent un grand plan de constructîon d’înfras-tructures propre à recréer de l’emploî et à dynamîser une économîe fragîlîsée. Plus d’un an de pandémîe, et nous n’avons toujours pas l’împressîon d’avoîr été traîtés en adultes capables d’opérer des choîx collectîfs en connaîssance de cause. Il seraît temps de se réveîller. Gettyn
9 au 15 avril 2021/ Marianne /9
Le calcul devraitêtre simple. Il ne l’est pas. Car, en raison des restrictions sanitaires et de déplacement, une partie des décèsqui “auraient dû” avoir lieu en 2020 ne sont pas advenus.Et parce qu’une partie de ceux qui “devaient” mourir cette année-là pourune autre raisonont trépasséin fine du virus. PAR SÉBASTIEN GROB ET MARGOT BRUNET C’est a zone grîse du bîan oIcîe Tdoe uatpasnduérel.eLe5Cavorîv,id’adprès C es autorîtés sanîtaîres, e Covîd a tué 96 875 personnes depuîs e début de a crîse à ’hôpîta et dans es Ehpad en France. ï aut y ajouter envîron 5 % de décès à domîcîe, quî portent e bîan un peu au-dessus des 100000 vîctîmes. Cependant, ce comptage oIcîe ne relète qu’împaraîtement es dégâts maîs aussî es « bénéices » de a pandémîe. Car sî cee-cî a aît des vîctîmes, ee a égaement aît baîsser d’autres types de décès, comme ceux quî sont îés à a grîppe ou aux accîdents de a route. Autre bîaîs, e aît qu’« une partIe des personnes fragIles[…]sont en effet mortes du CovId-19 alors qu’elles seraIent de toute façon décédées en 2020 »,comme ’îndîque une étude de ’ïnstîtut natîona d’études démographîques parue à a mî-mars et quî aborde à un sujet tabou par exceence. Ces deux phénomènes expîquent que, par rapport à 2019, e nombre de décès observés en France n’a
10/ Marianne /9 au 15 avril 2021
ZONE GRISE QUI SONTLES MORT DU CORONAVIRUS ?
Jusqu’à 9 ans 4 10 - 19 ans 7 63 20 - 29 ans 196 30 - 39 ans 40 - 49 ans  639 2332 50 - 59 ans 60 - 69 ans 70 - 79 ans 80 - 89 ans 90 ans et plus
Source : Santé publique France.
7310
inaement augmenté « que » de 42 000 en 2020. Aors que 68 000 ont été împutés à a pandémîe de mars à a in de décembre.
“On ne saura jamais…” Cette dîférence s’expîque donc notamment par e proi des morts du Covîd-19, que a ragîîté de eur état exposaît de toute açon à un rîsque de décès. Car es vîctîmes sont en majeure partîe assez âgées : 85 % ont pus de 70 ans, 95 % pus de 60 ans. Sî a propor-tîon présentant des comorbîdîtés est dîIcîe à connatre, e rapport er du 1 avrî de Santé pubîque France avance que 65 % des cer-tîîcats de décès pour Covîd-19 mentîonnent une pathoogîe aggravant e rîsque de orme grave (voîr cî-contre). À sa ecture, on saîsît aussî que parmî es décédés du Covîd, ceux quî avaîent moîns de 65 ans et n’aIchaîent pas de comorbîdîtés n’étaîent que… 2 %. Reste une înconnue : combîen de temps restaît-î à vîvre aux per-sonnes efectîvement auchées par
S
NOMBRE DE DÉCÈS DE PATIENTSCOVID19 ENREGISTRÉS À L’HÔPITALER DEPUIS LE 1 MARS 2020 PAR TRANCHES D’ÂGE
15563
16226
42 000C’est le nombre de décès supplémentaires enregistrés en 2020 par rapport à 2019. Alors que 68 000 morts ont été attribuées en 2020 à la pandémie.
2 % des personnes décédéesne présentaient pas de comorbidités et avaient moins de 65 ans. Pourcentage calculé par Santé publique France sur les morts liées au Covid-19 certifiées électroniquement entre er le 1 mars 2020 et le 30 mars 2021, soit ≈ 41 502 décès sur les 95 364 enregistrés.
27858
a pandémîe en 2020 ? Même sî ees ne devaîent pas mourîr cette année-à, seraîent-ees de toute açon décédées queques moîs ou années pus tard, du aît de eur proî ragîe ?« RetenIr que cer-taInes vIctImes avaIent encore des années à vIvre, peut-être vIngt ans, me paraît tout de même prImor-dIal,nuance Gîes Pîson, auteur de ’étude et proesseur au Muséum natîona d’hîstoîre naturee.C’est sûrement le cas d’une partIe non néglIgeable d’entre elles. On ne le saura jamaIs précIsément… » r À en croîre e P Djîaî Annane, es nombreux patîents morts en réa auraîent eu, eux, de ongues années d’exîstence sans a pan-démîe. Et pour cause : «Les décès quI se produIsent en réanIma-tIon sont toujours Indus,aIrme ce che de ser vîce à ’ hôpîta Raymond-Poîncaré de Garches. Car on n’admet pas les patIents grabataIres ou en in de vIe : une personne ayant moIns d ’un an d’espérance de vIe n’entreraIt pas dans nos servIces. »n
BATAILLE POLITIQUE QUI DIT VRAI SUR LES “LITS DE RÉA”? Alors que des responsables de l’AP-HP ont tiré la sonnette d’alarme le 27 mars, leurs craintes sont nuancées par certains observateurs et par le gouvernement, pour qui des marges de manœuvre subsistent dans les hôpitaux. PAR SÉBASTIEN GROB Un crI d’alarme et, dans le même pour augmenter le nombre de lIts temps, une tentatIve de pres- dIsponIbles. Alors, quI dIt vraI sur sIon polItIque. Dans une trIbune l’occupatIon des hôpItaux ? «HdPUe)omnétdaelceirnteédseucrautanstcroonptheext»e,nemco« spotianIts5cr3i4ti1qupeastI»erà.UnchIfesntvICo19d-publIée le 27 mars parle JDD,les dIrecteurs de crIse de l’AssIstanceSurcharge publIque - HôpItaux de ParIs (AP- Le 4 avrIl, Santé publIque France quI les contraIndraIt bIentôt à comparer aux 5 400 lIts de réanI-« faire un tri des patients ». MaIs matIon exIstants avant la crIse. cette mIssIve a été contredIte par Ces dernIers seraIent-Ils dès lors certaIns Intervenants médIatIques, quasI saturés par la seule pandé-l’urgentIste PatrIck Pelloux estI- mIe ? Non, car la statIstIque quo-mant notamment que les chIfres tIdIenne n’Inclut en réalIté pas oIcIels gonlent l’occupatIon seulement les malades accueIllIs des réanImatIons. dans ces servIces : elle englobe Lors de son allocutIon du aussI d’autres patIents CovId à 31 mars, Emmanuel Macron a l’état un peu moIns sévère, quI lIvré un arbItrage en demI-teInte : sont prIs en charge dans des unItés sI le che de l’État a annoncé un plus légères. Au 30 mars, Il n’y avaIt nouveau tour de vIs, Il a égale- aInsI « que » 3 800 patIents CovId ment réclamé un coup de collIer en réanImatIon au sens strIct.
10 000 PLACES en réanimation, c’est l’objectif fixé par Emmanuel Macron. Mais, pour les soignants, une telle augmentation, réalisée à la va vite, aboutirait à un moins bon accueil des patients et à un niveau de soins dégradé.
Pour mesurer pleInement l’actIvIté de ces servIces, Il aut cependant ajouter les pensIonnaIres atteInts d’autres pathologIes (du type accI-dentés de la route, vIctImes d’AVC, etc.) : ceux-cI étaIent 3 300 à cette date. Au total, les réanImatIons comptaIent donc 7 088 malades à la in de mars, soIt 130 % de leur capacIté InItIale. Pour absorber cette surcharge, les hôpItaux ont porté leurs capa-cItés à 7 906 lIts de réanImatIon. Et doIvent donc encore les étendre pour atteIndre 10 000 places, selon l’objectI ixé par Emmanuel Macron. Au-delà de cette seule questIon de quantIté, un enjeu central sera la qualIté d’accueIl des patIents :« On peut monter des secteurs avec des étudiants en médecine, mais on ne va pas soi-gner correctement »,soulIgne le r P Bertrand GuIdet, réanImateur à l’hôpItal SaInt-AntoIne, à ParIs. Car les lIts supplémentaIres, mon-tés avec du personnel ormé sur le tas et du matérIel en partIe Ina-dapté, ofrent un nIveau de soIns r dégradé. Le P DjIllalI Annane, de l’hôpItal Raymond-PoIncaré de Garches, avertIt :« Nous craignons une importante perte de chance de survie pour certains malades dans les prochaines semaines. » n
L’ÉTAU SE RESSERRESUR LES PLUS JEUNES r a troisième vague amène un lot Bichat. La faute du variant angais pus Surtout, d’après e P Djiai Annane, chef de patients jeunes en réanimation. sévère ? Pour e médecin, ’expication du service de réanimation de Raymond-L « En Île-de-France, ces dernièresPoincaré, à Garches,est putôt à aer chercher du côté de a « quand on est en semaines, la moyenne d’âge est passéevaccination, qui protège de pus en pussituation de tension extrême, on donne d’environ 62 ans et demi à 60 ans »,personnes âgées. La circuation du es la priorité aux patients jeunes et en bonne expique Jean-François Timsit, chef virus, intense chez es moins de 50 ans,santé. Ce qui a pour effet d’abaisser du service de réanimation de ’hôpita expiquerait aussi ce rajeunissement.l’âge moyen des patients ».M.B. ET S.G. n Fred Scheiber / Sipa
9 au 15 avril 2021/ Marianne /11
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents