Marianne du 28-07-2020

Marianne du 28-07-2020

-

Français
88 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Informations

Publié par
Date de parution 28 juillet 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 27 Mo
Signaler un problème
www.marianne.net
INCENDIES, PILLAGES Qu’attendon pour protéger nos églises?
LESPAPYSDUCRIME
A, D = 6.30 €  AND, BEL, ITA, LUX, PORT CONT, ESP = 4.70 €  CAN = 8.60 $ CAN  CH = 7 CHF  DOM = 4.50 €  GR = 5.10 €  MAR = 38 MAD  TOM = 900 XPF  NL = 5.10 €  TUN = 7 DT
Numéro1219Du 24au 30 juillet2020
CONFINEMENT VACANCES + Libérezmoi de!mes gosses
AGRESSIVITÉ,HYPERVIOLENCE LA FRANCE, CETTE JUNGLE DU CYCLISTE HARGNEUX AU MASSACRE D’UN CHAUFFEUR DE BUS
MARCEL, 90 ANS LEMEURTRIER AUSONOTONE
BIAISCOGNITIFS
n’en fait qu’à  sa tête
Quandl’Étatrenonce LES SECTES PROLIFÈRENT
Le choix d’une vie c’est primordial; mais cela prend du temps d’être soi, d’arriver à faire le choix décisif. Et il y a l’Orne, la bienveillance, l’innovation par nature, l’idée comme moteur. Et cette volonté absolue d’ouvrir ses bras, et de vous accueillir. Vous hésitez encore ? La vie dont on rêve est dans L’Orne.
Notre opinion
LA DÉFAITE EN CHANTANT PAR NATACHA POLONY
istorique », « le moment le plus important depuis la création de l’euro »…ï devîent chaque oîs un peu pus dîIcîe de trouver un nouveau superatî ’expHressîon « moment hamîtonîen », reprîse en chœur par pour quaîîer es accords européens arrachés par un Emmanue Macron vîsîbement conscîent qu’î n’a pus que cea pour tenter de aîsser une trace dans ’Hîstoîre. On a même vu leurîr ces dernîers moîs des commentateurs ravîs, pour nous aîre savoîr que, enin, ’Europe édérae tant attendue étaît à nos portes.
Si l’on sort une seconde des clichés pour analyser non seule ment les termes de l’accord,maîs ce quî ’a rendu possîbe et ce sur quoî î peut déboucher, on comprend en aît à que poînt es eforts désespérés des vendeurs de rêve pour nous dessîner un monde en rose où ’Unîon européenne seraît soudaîn devenue a natîon bîenveîante d’un peupe unîié rôent ’escroquerîe. Résumons : e coronavîrus est venu rapper de peîn ouet des économîes, cees des pays du sud de ’Europe comme cee de a France, que a désîndustrîaîsatîon massîve avaît rendues totaement dépendantes des secteurs que, justement, cette épîdémîe vîent percuter, en premîer îeu e tourîsme. Cette désîndustrîaîsatîon, dans e cas de a France, est a conséquence d’une îdéoogîe déîrante de ses casses dîrîgeantes, quî ont bradé ses leurons au nom de ’ouverture à a mondîaîsatîon et quî ont choîsî a banque et a grande dîstrîbutîon contre ’îndustrîe et ’agrîcuture, maîs ee est égaement, comme pour ’ïtaîe ou ’Espagne, a conséquence d’une surévauatîon systématîque de a monnaîe unîque quî ne aîsse d’autre choîx que a « dévauatîon înterne », c’est-à-dîre, côté entreprîses, e chômage de masse et, côté État, es coupes budgétaîres sur es înrastructures, es servîces pubîcs et es învestîssements. Le coronavîrus a rappé une Europe quî ne s’étaît toujours pas remîse de a crîse de 2008, crîse quî auraît dû entraner ’écatement de a zone euro, tant es déséquîîbres étaîent devenus întenabes. Maîs î aaît à tout prîx empêcher que a Grèce, comme aujourd’huî ’ïtaîe, ne sorte de a monnaîe unîque, ançant une réactîon en chane. On saît comment es choîx démocratîques du peupe grec, comme eur santé, eurs retraîtes, eur patrîmoîne natîona, ont été sacrîiés sur ’aute de cette nobe cause... Comment s’înscrît dans cette hîstoîre ’accord de cette semaîne ? ï est a sîmpe contînuatîon d’un marché de dupes. Non pas qu’î aîe se scandaîser d’une mutuaîsatîon des dettes, comme e ont ceux quî, de toute açon, ne veuent pas d’une Unîon européenne. Mutuaîser es dettes devraît
constîtuer e premîer pas d’une vérîtabe soîdarîté des pays européens entre eux, comme, au seîn d’un pays, es régîons es pus rîches paîent pour es pus pauvres ain de rééquîîbrer es înégaîtés terrîtorîaes. Dans e cas de ’Unîon européenne, ce seraît d’autant pus nécessaîre que, dîsons-e caîrement, a prospérîté lorîssante des pays dîts « rugaux », comme cee de ’Aemagne, s’est argement aîte sur e dos de eurs voîsîns. N’aons pas jusqu’à évoquer e conortabe statut de paradîs isca des Pays-Bas, maîs bénéicîer d’un marché totaement ouvert et d’une monnaîe sous-évauée de 15 % pour a taîe de son économîe constîtue un avantage pour eque ’Aemagne – c’est tout e sens des choîx d’Angea Merke – est prête à beau-coup de « mutuaîsatîon ». D’autant que, en aît de concessîons, es pays « rugaux » ont arraché des avantages efarants. Par rapport au projet înîtîa du présîdent du Conseî européen, Chares Mîche, ’Autrîche a obtenu une augmentatîon de ses dîvers rabaîs de 138 % !
Et la France, dans tout ça ?Le dîndon de a arce, comme chaque oîs. Prête à tout sacrîier, non pour déendre es întérêts des cîtoyens rançaîs, son îndustrîe, son agrîcuture, maîs pour sauver e antasme d’une Europe îdéae. Puîsque ce ne sont pas es pays rugaux quî paîeront, ce seront, dîxît Emmanue Macron uî-même, a France et ’Aemagne. À cecî près que ’Aemagne, ee, y a tout întérêt. La catas-trophe seraît pour ee une exposîon de a zone euro. Et, pour ’heure, ee a es moyens de ancer un pan de reance sept oîs pus împortant que ceuî de a France, et quî consîs-tera, non à payer du chômage partîe, maîs à învestîr dans es îndustrîes d’avenîr. Que audraît-î aîre ? Se battre, bîen sûr, pour rééquîîbrer une constructîon monétaîre înaboutîe, bancae, aux consé-quences catastrophîques – maîs on ne peut e aîre sî ’on aspîre avant tout à rester dans ’Hîstoîre comme ’archîtecte de ’Europe édérae. Mettre dans a baance e poîds de a France, non pour suppîer es Pays-Bas de bîen vouoîr mutuaîser une partîe des dettes, maîs pour eur înterdîre tout dumpîng isca, et pour exîger que a BCE asse tourner a panche à bîets, comme e aît tout pays îndépendant quî veut sauver son économîe. La crîse quî se dessîne rîsque d’être pour a France un pas de pus vers a perte de ses capacîtés productîves. Ee pourraît être sautaîre sî ee est ’occasîon, non d’un raistoage à grand renort de chômage partîe, maîs d’un învestîssement massî dans a réîndustrîaîsatîon du pays. Le début de a reconquête. Voîà quî seraît vraîment hîstorîque.
Chers lecteurs,si vous ne trouviez pasMariannedans votre kiosque préféré, n’oubliez pas qu’il est disponible aussi chaque semaineen PDF surmarianne.netpour 1,99 €.
24 au 30 juillet 2020/ Marianne /3
3
6
8
10
12 15
16 20 2225
N° 1219  DU 24 AU 30 JUILLET 2020 Sommaire NOTRE OPINION par Natacha PolonyLa défaite en chantant ÉvénementAgressivité,hyperviolence.LaFrance,cettejungleDu cycliste hargneux au massacre d’un chauffeur de bus, l’ensauvagement de la société achève de tuer la cohésion sociale. Pourtant, recouvrer le sentiment de notre dignité individuelle et collective est possible.ParNatacha Polony Souslesincivilités,laplageAprès le confinement, certains se lâchent, entre musique à tuetête et fumette, indifférents à leurs voisins. Reportage près de Marseille.ParThomas Rabino Chauffeurs de Noctiliens. Accrochages au bout de la nuit Les conducteurs de bus de nuit sont encore plus exposés à l’agressivité des passagers…ParPaul Conge Banlieues. Un été très particulierDans les quartiers, beaucoup de familles ne partiront pas en vacances. Pour prévenir d’éventuels débordements, pouvoirs publics et acteurs locaux multiplient les initiatives.Par Paul Conge et Vladimir de Gmeline Entretien.SergeHefez:Onnesupportepluslescontraintes du groupe”Propos recueillis par Célia Cuordifede Actu 26Mieux vaut en rire ! PolitiqueLes technos sont toujours là !L’entourage du président se gargarise de la nomination de Jean Castex, Le dossier cet “homme des territoires”… Et annonce moins de hauts fonctionnaires. Une fable !Par Étienne Girard et Soazig Quéméner 28Champ libre pour les sectes ?La Miviludes, Société  l’organisme d’État censé lutter contre le phénomène des sectes, Sécurité des églises. Hélas, seules les voies du seigneur  est fragilisée. Tout comme les associations du secteur. sont impénétrablesPar Paul Conge et Vladimir de Gmeline Par Claude Ardid et Nadège Hubert Au secours, libérezmoi de mes gosses !Il y a eu 34ESPRIT LIBRE par Caroline FourestL’impasse iconoclaste le confinement, avec l’école à la maison, et, maintenant, 34VLAÀDionkcaJrap!EÉLOil faut affronter les vacances. Les mères n’en peuvent plus. De Gaulle, au secours, ils sont tous fans de l’Otan ! Objectif : éviter le burnout parental.Par Violaine des Courières 35UXENLEAVAMIEapruGyDSINATcinponoKikÇLa vieille garde CE QUE MARIANNE EN PENSEPar Alain Léauthier AuNew York Times,parfum de purge 86CARTE BLANCHE à Benoît DuteurtreMacron, du car au train
Spécial été 2/6 54Les vacances auxquelles 38Les balances en costardLa confidence66Le choc des conceptsEffondristes vs explosive du “consul”Par Étienne Girardvous avez échappéPar Lasserpe progressistesPar Pauline Porro 42Plus d’eau, plus d’eau56CognitifLe biais de réactance68La littérature et moiPierre Michon La pluie a de nouveau droit de citéPar Éric la Blanche Propos recueillis par Nicolas Dutent Par Frédéric Denhez 58Feuilleton. Disparition à Brégançon72Les capitales du roman noirBoston, 46Guerres de successionÀ BadenBaden en caleçon de bain ? où coule la Mystic RiverPar Alain Léauthier Le RSA pour tout legsPar Gabriel Libert Par David Desgouilles 77Se rempoter en régionsOlivier et 48Les papys du crimeMarcel, le meurtrier60Les étés particuliers1936. Temps radieux, Corinne dans la CreusePar David Oberdan nonagénaire au SonotonePar Bruno Rieth mais orageux…Par Yves Daudu 80La maison “made in France”Le bonheur 50Des services publics de pocheest dans le salonLa gare Par Julie de Los Rios 64Ces penseurs qui avaient la plus désertée de FrancePar Anthony Cortes tout vuJacques Ellul,82Ces friandises qui ont fait 52En photosSous le signe de l’Hexagone précurseur de l’“écologique politique”la FranceUnion sucrée à l’ouest Par Éric Bouvet et Yan Morvan Par Kévin BoucaudVictoire Par Périco Légasse
4/ Marianne /24 au 30 juillet 2020
En couverture : Jérôme Fouquet / MaxPPP  Getty Images  Christian Lantenois / AFP  Alain Benainous / Getty Images
C’est parce que Cdiscount vient d’ici que vous pouvez y trouver des produits qui viennent de là.
s’invite chez vous
fabriqué (aussi) en France
Cdiscount Siège Social 12 0126 quai de Bacalan 33000 Bordeaux cedex  RCS 424 059 822
Événement
Thomas Northcut
6/ Marianne /24 au 30 juillet 2020
LES CHIFFRES DES VIOLENCES
260 500 LE NOMBRE DE FAITS DE “COUPS ET BLESSURES VOLONTAIRES” (CBV) constatés et répertoriés en 2019 par le ministère de l’Intérieur.
8 % L’AUGMENTATION DES CBV PAR RAPPORT À 2018 Comme le note la Place Beauvau, “l’augmentation en 2019[…]est bien plus forte que la hausse enregistrée lors des cinq années précédentes (+ 2,2 % en moyenne annuelle entre 2013 et 2017)”.
14 % LA HAUSSE DES “VIOLENCES INTRAFAMILIALES” Celleci explique, en partie, l’augmentation des CBV. Cependant, les autres faits de CBV croissent de 4 %.
3 DÉPARTEMENTS ONT VU LES CBV BAISSER DE MANIÈRE“SIGNIFICATIVE” : l’Aude, les Hautes-Alpes et la Somme.Ailleurs, ils“ont augmenté dans la totalité des régions et dans la plupart des départements métropolitains”.
3 RÉGIONS EN TÊTE : la Provence-Alpes-Côte d’Azur, les Hauts-de-France et l’Île-de-France sont les trois régions métropolitaines “présentant les plus forts taux de CBV par habitant, avec environ 5 victimes enregistrées pour 1 000 habitants en 2019”.
Source : ministère de l’Intérieur, janvier 2020.
Crédit photo
AGRESSIVITÉ, HYPERVIOLENCE LA FRANCE, CETTE JUNGLqu’Eon ne raude pas dans les Du cycliste hargneux au massacre d’un chauffeur de bus, transports, car cela revîent à aîre l’ensauvagement de la société achève de tuer la cohésionpayer ceux quî sont autour de soî ? L’éducatîon, c’est ce travaîl înces-sociale. Pourtant, recouvrer le sentiment de notre dignité sant et dîIcîle pour apprendre à individuelle et collective est possible.un îndîvîdu à matrîser peu à peu PAR NATACHA POLONY ses pulsîons et comprendre qu’îl ertaîns s’acharnent à entre la hargne du type à quî vous n’est pas le nombrîl du monde, ce classer cela au rang avez demandé de ne pas mettre ses quî luî înterdît certaîns compor-d e s  a î t s d î v e r s . pîeds sur la banquette du métro et tements. Maîs, dans une socîété Une jeune aîde-soî- l’horreur de ce qu’a vécu Phîlîppe consumérîste quî valorîse les pul-chauCdélétères de ces années à laîsserComment explîquer une dérîve eur de bus massacré pour gnante de 23 ans Monguîllot ? La dîférence, en aît, sîons, la satîsactîon îmmédîate tranée sur 800 m n’est que de degré et non de nature. des désîrs et la sacro-saînte « émo-par un chaufard en Et l’ensauvagement de la socîété tîon », ce long travaîl de cîvîlîsatîon uîte quî venaît d’écraser son chîen. rançaîse est une expérîence que a des aîrs donquîchottesques. Avant cela, Phîlîppe Monguîllot, chacun peut aîre. A j o u t o n s à c e l a l e s e   e t s avoîr voulu aîre respecter la loî. généralîsée, quî touche autant les baouer l’ordre républîcaîn. Face à Ces paroxysmes de vîolence nous gens censément élégants que les l’împunîté des traiquants, celuî quî horrîîent. Puîs nous oublîons. racaîlles, autant la cyclîste sûre de tente de gagner honnêtement sa Jusqu’au « aît dîvers » suîvant. son bon droît que le clîent îrascîble vîe et reuse de trîcher passe pour Dormez tranquîlles, bonnes gens, d’un restaurant de plage ? Nous un toquard. Et, de l’autre côté de îl se trouvera toujours un socîo- sommes îcî à la croîsée des com- l’échelle, l’împressîon qu’une olî-logue pour vous explîquer que le portements îndîvîduels et collec- garchîe s’arroge tous les droîts et nombre d’homîcîdes a largement tîs, où se conjuguent des phéno- înstrumentalîse les règles à son e baîssé depuîs le XïX sîècle, et que mènes de long terme. proit achève de tuer toute orme la vîolence est un antasme. Peu de cohésîon socîale. Le respect des împorte sî le nombre d’homîcîdes,Malaise et dégoûtloîs nat de la conscîence d’appar-de cambrîolages et d’agressîons par ïl y a d’abord ces décennîes d’în- tenîr à un peuple quî les a délîbéré-habîtant est supérîeur en France dîvîdualîsme orcené, « je aîs ce ment établîes. C’est cela même quî à ce qu’îl est dans les pays euro- que je veux, vous n’avez pas à me dîsparat, réduîsant trop souvent péens comparables, Royaume-Unî, juger ». Des excès du contrôle socîal ce pays à l’état de jungle, laîssant Allemagne ou ïtalîe. Peu împorte, à une époque où le qu’en-dîra-t-on chacun dans un état de malaîse surtout, sî chacun observe dans oppressaît quîconque n’entraît pas ou de dégoût. Recouvrer le sentî-sa vîe quotîdîenne une agressîvîté dans le rang, on est passé à l’oublî ment de notre dîgnîté îndîvîduelle croîssante, un degré paroîs hallu- de cette évîdence : nous vîvons en et collectîve est possîble. Encore cînant d’întolérance à l’autre, quî socîété, et nos actes ont des consé- aut-îl que nous décîdîons d’érîger nous raconte quelque chose de la quences sur les autres. Ce n’est pas en héros, non pas les chantres de socîété rançaîse. un hasard sî Phîlîppe Monguîllot la transgressîon acîle, maîs ceux Quel rapport entre l’automo- étaît connu de ses collègues pour quî, comme Phîlîppe Monguîllot, bîlîste quî însulte à tout-va et le être un homme soucîeux de son reusent la trop lâche îndîférence chaufard quî laîsse crever sa vîc- devoîr et du respect des règles. et se sentent responsables des tîme sur un trottoîr ? Quel rapport Quî enseîgne encore aux enants règles communes.
24 au 30 juillet 2020/ Marianne /7
Événement
SOUS LES INCIVILITÉS, Les esprits s’échaufferaientils plus facilement LA PLAGE une fois les corps allongés sur le sable ? Après le confinement, certains se lâchent, entre ntre Carry-e-Rouet etmusique à tuetête et fumette, indifférents a Couronne (Bouches-à leurs voisins de farniente. Reportage sur du-Rhône) se succèdent détEente sont parsemés de pan-caanques, pages de gaetsla côte bleue, près de Marseille. PAR THOMAS RABINO et de sabe Fîn. Depuîs queques années, ces espaces de mètres de a tête d’une jeune Femme, Soîcîtée parMarîanne, ee n’a pas que cette perspectîve n’enchante donné suîte. neaux égrenant une rîbambee guère. D’îcî peu, a seconde jouîra« Les gens ne respectent pus rîen », d’înterdîctîons : Faîre du Feu, cam- d’une vue împrenabe sur es pîeds nous conIe Kader*, empoyé munî-per, baader son chîen et pêcher, de a nouvee arrîvante.« Les genscîpa à Martîgues. En charge de a maîs aussî, désormaîs, dîfuser des’emboucanent pour une questîonocatîon des mateas sur ’une des a musîque, jouer avec des baonsd’espace »,pages de a vîe, î est e seu à porterconstate oa, quî, en en cuîr, consommer de ’acoo. conséquence, ne jure pus que par un masque, contact avec a cîentèe Depuîs e 10 juîet, î est égaement a page prîvée, payante. a quînqua obîge.« Les amîes quî veuent pas-déFendu de Fumer et d’utîîser un marseîaîse n’est pas pour autantser un moment agréabe ne sont pas narguîé… sans oubîer es Fameuses à ’abrî des basses vrombîssantesà a ête », regrette-t-î, désîgnant du règes de dîstancîatîon physîque : d’enceîntes que souîgnent crîs menton un groupe de jeunes, joînt «Un mètre de dîstance entre deuxet écats de voîx Fusant dans des à a bouche, quî trînquent bruyam-personnes, groupe maxîma de 10 per-voutes de cannabîs charrîées par ment à a vodka.« Quand je eur sonnes, 5 m de dîstance entre deuxe mîstra, en même temps que esdîs de se camer, îs me répondent groupes», stîpue e sîte de a vîe goutteettes de déodorant dont onque ‘‘a page appartîent à tout e de Martîgues, dont dépendent neuF s’asperge sans retenue.monde’’. Dans e meîeur des cas, îs pages. Ça, c’est pour a théorîe. aacceptent de s’éoîgner pour umer pratîque n’a rîen à voîr.“Ça dégénère”dans a mer. »Autour d’eux, beau-En ce dîmanche ensoeîé, des Une Foîs Franchî e abyrînthe de coup Font comme sî de rîen n’étaît, centaînes de personnes s’entassent corps uîsants et es queques bur- non sans souLer de dépît à înter-dans a petîte crîque de sabe de kînîs barrant ’accès au rîvage, on vaes réguîers. «Sî on eur dît quoî Saînte-Croîx. eur provenance ? constate que a surFace de ’eauque ce soît, ça dégénère», prévîent un Surtout de a régîon marseîaîse, est consteée de sparadraps et de père de Famîe. De Faît, Kader se sent maîs aussî de Parîs, yon, Dîjon, dîvers détrîtus.« Martîgues agît pourbîen seu Face aux estîvants quî se voîre de Begîque. ïcî, se Frayer undes pages sans déchet »paîgnent auprès de uî du manque, prévîent chemîn entre es servîettes, es para- pourtant a communîcatîon de a de pace et des nuîsances : un peu sos et es chaîses pîantes reève d’un vîe, quî a dépacé es poubees de partout, ’acoo coue à lots et e parcours d’obstaces.« On n’a pas ea page à proxîmîté des parkîngs. à voume sonore augmente sans cesse. choîx! »d e, marmonne une sexagénaîre aussî, a « ceue de veîe estîvae »,  a p o  î c e m u n î c î p a  e étaant sa servîette à queques centî- dîrîgée par a maîrîe, a Fort à Faîre. Martîgues, accompagnée de a
RETOUR SUR UN MOIS DE VIOLENCESTROP ORDINAIRES
Michael Bunel / Le Pictorium / MaxPPP
8/ Marianne /24 au 30 juillet 2020
PortSainteMarie (LotetGaronne) Un refus de s’arrêter, puîs deux. Au troîsîème barrage routîer, e chauffard cîrcuant magré un permîs annué tente d’évîter a herse dressée sur e bîtume. I fauche Méanîe Lemée, 4/07 gendarme de 25 ans. Ee meurt.
,
poîce natîonae, communîque pourtant chaque année sur ses descentes, par exempe e ong des 300 m de sabe de a page de a Couronne. eur mîssîon : repé-rer es consommateurs de drogue, verbaîser es adeptes de chîcha, et veîer au « vîvre-ensembe » sî cher à a commune qu’un adjoînt en a a charge.« C’est maîntenant pus came à a Couronne », témoîgne Marîe, quî constate un dépacement des încîvîîtés vers a page de Saînte-Croîx, pus petîte et bondée. « I n’y a pas que a umée des nar-guîés quî dérange, expîque ïngrîd, retraîtée et habîtuée des îeux.Le probème, c’est e charbon quî sert à consumer e tabac. Is e jettent dans e sabe, et des enants ont été gravement brûés ! »Seon pusîeurs témoîgnages, ce type d’încîdent a
conduît pusîeurs pères de Famîe à « en venîr aux maîns ». Et, comme a poîce ne passeraît qu’une Foîs par semaîne, es contrevenants ont de a marge.« Quand es lîcs se poîntent, c’est pour boîre un caé en haut de a page avec es secourîstes », cînge Pîerre, a trentaîne. Vraî ou pas, Marîannea en tout cas parcouru pusîeurs pages des envîrons sans apercevoîr ’ombre d’un képî. « Tout e monde est pus à cran que ’année dernîère », reève Kader, quî énumère es bagarres provo-quées par une promîscuîté ma vécue en temps de pandémîe :« I suit que du sabe voe sur un type en traîn de bronzer pour que ça parte en vrîe ! »D’où ’înterdîctîon des jeux de baon sur a page, quî se Font désormaîs dans ’eau, saturée de monde. Maîs, avec es rochers
Bayonne Phîîppe Monguîot est aux commandes de a îgne T1 du Tram’bus. I veut contrôer e tître de transport d’un passager et demande à troîs autres de porter un masque. I est roué 5/07 de coups. Touché gravement à a tête, î inît par mourîr après cînq jours dans e coma.
tapîssant es Fonds, un accîdent est vîte arrîvé :« Je ne compte pus ceux quî se bessent aux pîeds ou à a tête », souLe ’empoyé munîcîpa. C’est d’aîeurs pour prendre soîn de eurs pîeds que certaîns es rîncent en vîdant une bouteîe d’eau mînérae, abandonnée sur pace une Foîs enFîées chaus-settes et caquettes. e tout sous e regard exaspéré de Pasca*, quî expoîte un restaurant bordant a page du Verdon, où nî uî nî ses conFrères, nî même es cuîsînîers entraperçus, ne portent e masque împosé par e protocoe sanîtaîre : « Vu comme es gens sont entassés, à quoî bon ? », raîe-t-î, aLîgé par un« chîfre d’afaîres en berne et des cîents radîns ». Chacun verraît donc mîdî à sa porte ? n * Les prénoms ont été modifiés.
“LES GENS NE RESPECTENT PLUS RIEN, se désespère Kader, employé municipal à Martigues. Tout le monde est plus à cran que l’année dernière.” Les nombreuses interdictions – faire du feu, balader son chien, pêcher mais aussi diffuser de la musique ou boire de l’alcool – sont allègrement transgressées. Cicontre, sur la plage de SainteCroix.
Thomas Rabino
Quartier Guinette, à Étampes Vers 23 h 30, un sapeur-pompîer quî întervîent sur un feu de véhîcue est bessé au moet par un tîr d’arme à feu. En 2018, 3 411 sapeurs-pompîers avaîent décaré avoîr été vîctîmes d’une agressîon au cours d’une înterventîon, seon ’Observatoîre natîona 14/07 de a déînquance et de a réponse pénae.
24 au 30 juillet 2020/ Marianne /9
Evénement
Remi Ochlik / MaxPPP CHAUFFEURS DE NOCTILIENS ACCROCHAGES AU BOUT DE LA NUIT Il y a les conducteurs de bus. Et les conducteurs de bus de nuit. Eux sont encore plus exposés à l’agressivité des passagers. Paroles d’initiés parisiens. PAR PAUL CONGE “IL N’Y A PAS our Montparnasse, Parîs, ses passagers e 5 juîet à Bayonne, UN JOUR 1 h 30 du matîn. Queques rôde dans es têtes. Ce déchane-sans incivilité. ceux qui nousT chauFFeurs grîent eur ment de vîoence est venu rappeer Les embrouilles, dernîère cîgarette à côté que ces travaîeurs sont es rares à c’est toutes les semaines, témoigneaer partout, tout e temps, de jourde a gare termînus de a Arnaud. Ça va de RATP. Ces noctambues d’un genre comme de nuît, sans protectîon ou très partîcuîer travaîent dans es presque.« I n’y a pas un jour sans insultent à ceux qui Noctîîens, e réseau de bus de nuîtîncîvîîté. Les embrouîes où ’on en viennent aux mains. Ils ne veulentde Parîs.« Ta de jour, ta de nuît… en vîent aux maîns, c’est toutes es C’est vraîment pas e même bouot », semaînes »,témoîgne Arnaud en pas respecter les règles.” s’excame Mohammed, un gobe- s’apprêtant à monter dans e bus et de caFé Fumant à a maîn et un N62, une îgne quî dessert e centre masque sur e nez.« La nuît, î y ade a capîtae et e marché de Rungîs. es bagarres généraes, es êtards, es « Tout à ’heure, j’aî dû sermonner SDF, es bîcraveurs[Fumeurs de can-un passager,poursuît ceuî quî est nabîs]… En sîx moîs de métîer, t’enchauFFeur depuîs treîze ans.I ne as vu de toutes es coueurs. Maîs ce portaît pas de masque. Les pîeds sur quî s’est passé à Bayonne, c’est rare. » a banquette, a bîère à a maîn… I y a mort brutae de Phîîppea aussî ces passagers quî ne vaîdent Monguîot, ce chaufeur tabassé parpas eur tîcket. Ça va de ceux quî nous
însutent à ceux quî en vîennent aux maîns. Is ne veuent pas respecter es règes. »Souvent aussî, es endormîs qu’î réveîe au termînus, acooîsés, s’énervent et ne veuent pas sortîr. Un jour, une personne schîzophrène ’a Frappé à bord. Erwîn n’a que 27 ans. ï conduît e Noctîîen 2 (N2), ’une des îgnes es pus redoutées de a capîtae. S’arrêtant à Pîgae, quartîer FestîF, ou gare du Nord, repaîre des Fumeurs de crack.« À un certaîn moment, sur e N2, c’est 60 % de SDF et de pîckpoc-kets »,prévîent un chaufeur.« Des bagarres entre voyageurs, ça arrîve tout e temps »,abonde Erwîn quî savoure pourtant a tranquîîté de a cîrcuatîon a nuît, et n’a, à ce stade, jamaîs été vîoenté dîrecte-ment :« On a une aarme dîscrète, un bouton sur eque on appuîe. Et a sécurîté de a RATP arrîve souvent en deux ou troîs mînutes. » Beaucoup de chaufeurs résîstent aux provocatîons et, e cas échéant, choîsîssent d’arrêter e bus. Maîs es pus excédés perdent e contrôe. « Un jour, un mec est monté et s’est mîs à bédave[Fumer un joînt]à côté d’une poussette »,se souvîent Mohammed. Son sang ne Faît qu’un tour :« Sors, ou je te nîque ta mère ! »,uî crîe-t-î. Une autre Foîs, un de ses passagers a dégaîné une bou-teîe peîne et ’a aspergé avec son contenu.« Je suîs sortî, je ’aî couché par terre, et je uî aî mîs une pêche ! » D’une vîoence ’autre. Cet épîsode uî a vau des réprîmandes, maîs î ne regrette pas.« Quand t’estîmes qu’î aut mettre une bafe, c’est qu’î aut a mettre. Avant, a RATP ermaît es yeux. Maîntenant,regrette e conducteur,quand tu te aîs cra-cher dessus, tu ne doîs rîen aîre. » n
RETOUR SUR UN MOIS DE VIOLENCESTROP ORDINAIRES
Cavaillon (Vaucluse) Armée d’un couteau, une mère de famîe se rend cîté du Docteur-Ayme pour exîger du chef du poînt de dea qu’î arrête de faîre travaîer son is. Ee est aors prîse à partîe par e deaer et sa bande, bouscuée, déestée de son tééphone 15/07 et sa voîture est vandaîsée.
10/ Marianne /24 au 30 juillet 2020
Le BlancMesnil 7 heures du matîn. Un homme munî d’un sabre et d’un fusî, cîrcuant sur un hoverboard, se dîrîge vers ’égîse de a vîe. I a menacé des passants, crîe“Allahu akbar”.Un automobîîste e percute pour ’arrêter puîs ’îmmobîîse. Le forcené a 19/07 été pacé en garde à vue.
Evénement
LE GAULOIS,CE CHAUFFARD RÉFRACTAIRE ans e huîs cos de eur véhîcue, D’aîeurs, quand on es înterroge es Françaîs lîppent. Insutes, coups îndîvîdueement, es conducteurs françaîs D de kaxon întempestîfs, dépassement avouent pratîquer argement pour autruî ce par a droîte… 84 % des Françaîs ont peur qu’îs craîgnent pour eux-mêmes ! Is sont du comportement agressîf des autres aînsî près de 70 % à însuter es autres conducteurs. Une proportîon en hausse usagers de a route, 10 poînts au-dessus de 4 poînts sur un an, quî pace notre pays de a moyenne européenne. Paroes et dans e haut du panîer européen, à en parfoîs musîque : 59 % jouent du kaxon. croîre es résutats de ’édîtîon 2019 34 % coent déîbérément e véhîcue du « baromètre européen de a conduîte des conducteurs jugés trop ents et Alamy Stock Photo responsabe » de a Fondatîon Vîncî 31 % n’hésîtent pas à es douber par a Autoroutes. Seon Ipsos, quî a réaîsé cette droîte sur ’autoroute. Pîs, 16 % n’hésîtent quî, à 36 %, sembent apprécîer enquête auprès d’un arge pane de pus pas à descendre de eur véhîcue pour ce genre de reatîon. C’est sur ce seu de 12 400 cîtoyens de ’UE, a pame revîent s’expîquer avec un autre conducteur. Les poînt que a régîon Paca ravît a premîère aux Grecs, effrayés à 89 %. Ce sentîment Gauoîs réfractaîres font pourtant igure de pace des încîvîîtés et des comportements n d’însécurîté n’est pas e fruît d’une îusîon. pacîdes face à eurs homoogues poonaîs, dangereux à ’Îe-de-France.E.L.
Florian Gaertner / Getty Images
LE CYCLISTE,CE FAUX PACIFISTE ar a Force des grèves puîs du conFînement, es et pus dangereux que jamaîs. es Feux rouges? Un mythe cycîstes se sont mutîpîés: en véo îbre-servîce, en auque beaucoup reFusent de croîre. es pîétons? Des éePDes coocataîres envahîssants qu’îs consentent toutctrîque. Ragaîardîs par a rééectîon d’Anne Hîdago Peugeot vîntage ou, pour es moîns « afûtés », en pots entre esques îs zîgzaguent. es automobîîstes ? à a Maîrîe de Parîs, poussés dans e dos par a Fameuse de même parFoîs à sauer (d’un bras d’honneur). Parmî « vague verte » dans es autres métropoes, sûrs de eurs es maotrus de a pédae, pusîeurs proIs. ’întrépîde, droîts parce que, eux, îs sauvent a panète à chaque cycîste depuîs deux décennîes : ses chaussettes ree-coup de pédae, es voîà pus suisants, pédants même vées sur son pantaon, î est persuadé que a vîe uî appartîent. ï saome entre es voîtures, s’engage sur e trottoîr au mîîeu de passants apeurés pour gagner… 12 s sur son trajet. Suît e bobo, pantaon en tweed et casque audîo sur es oreîes. Tant pîs pour es éventues avertîssements sonores que pourraîent uî adresser es conducteurs de véhîcues motorîsés, c’est à eux de s’adapter à sa présence. EnIn, vîent e néocycîste. Peu sûr de uî, gîet jaune et lèche cîgnotante sur e dos, dîs-posîtîF réléchîssant Ixé sur ses deux chevîes et casque umîneux sur a tête, î baade son regard hagard comme s’î cherchaît une îssue de secours. es passants et es véhîcues, î ne es voît pas… Trop occupé à tenter de garder ’équîîbre. Aux autres, a ourde tâche de ’évîter. Carîcatura ? Peut-être un brîn, maîs, soyons honnêtes : sur un véo, nous sommes un peu de tout ça.A.C. n
Lyon Au petît matîn, quatre jeunes femmes quîttant une fête écrasent un chîen. Axee, sa maïtresse de 23 ans, tente d’empêcher a voîture de repartîr. Des amîs de a chauffarde s’înterposent, puîs renversent Axee. Ee est traïnée au so sur 800 m et meurt. 19/07 Le conducteur a été mîs en examen et încarcéré.
Aubervilliers 19 heures, une voîture renverse une iette, projetée à 13 m du îeu du choc. Le chauffard prend a fuîte, ’enfant décède de ses bessures vers 22 heures. Une enquête est ouverte. 20/07
24 au 30 juillet 2020/ Marianne /11