Nouvel Obs du 03-06-2021
108 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Nouvel Obs du 03-06-2021

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
108 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 03 juin 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 23 Mo

Exrait

Cahier numéro un de l’édition n° 2953 du 3 au 9 juin 2021 UNE COMMUNICATION LES LEÇONS AFRIQUME CFA 3800 FACFA, ALGÉCRIE 410 DA,RALLEMAGNEO6,20 €, ANNDORRE 5,50 €, AUTRICHE 5,90 €, BELGIQUE 5,30 €, CANADA 8,35 $CAN, DOM 5,30 €, ESPAGNE 5,50 €, GRANDEEBRETAGNDE 4,90 £, GGRÈCE 5,50 €A, ITALIE 5,5R0 €, LUXEMBOURMG 5,50 €, MAOROC 45 DH,RPAYSBAIS 5,60 €N, PORTUGAL CONT. 5,50 €, SUISSE 7,20 CHF, TOM 950 XPF, T À PRIX D’OR D’UN CENTENAIRE UNISIE 7,50 DT
KYLIAN MBAPPÉ UNE ICÔNE FRANÇAISE ENTRETIEN EXCLUSIF
E 4,90 F:
 JEANFRANÇOIS ROBERT - 2953 -
M 02228 3:H3I:KHMIMKCM=M]CU=Y]^UUYX^:U?X:c@?j@cp@jd@d@p@k";;k"
Fondateurs:JeanDaniel, ClaudePerdriel
67, avenue Pierre-Mendès-France, 75013 Paris TéléphoneStandard: 01.44.88.34.34
Pour joindre par téléphone votre correspondant, il suffit de composer 01.44.88 puis les quatre chiffres qui figurent entre parenthèses à la suite de son nom. Pour adresser un e-mail à votre correspondant, il suffit de taper l’initiale de son prénom puis son nom suivi de @nouvelobs.com
DIREC T ION Conseildesurveillance:Catherine Sueur (présidente), LouisDreyfus (vice-président), Frédéric Curtet, UrsulaGauthier, Jacques-AntoineGranjon, Fanny Letier, XavierNiel, ClaudePerdriel, MatthieuPigasse, Edouard Tetreau. Directoire:Grégoire de Vaissière(président), Cécile Prieur(directricede larédaction)
REDAC T ION Directrice:Cécile Prieur. Directeursadjoints:Clément Lacombe (35.48), GrégoireLeménager(35.98). Rédacteursenchef:SylvainCourage(40.16), NolwennLeBlevennec(35.86), GéraldineMailles(37.80), FrançoisSionneau(34.22). Directeurdu numérique:Alexandre Phalippou(34.61). Directeurdelacréationetdirecteurartistique:SergeRicco(35.43). Assistantesderédaction:CatherineRode(34.26), CatherineCoimet(34.17), StéphanieTerreau(Planning : 36.60). Courrier des lecteurs : courrier@nouvelobs.com Chroniqueurs:Daniel Cohen, Mara Goyet, Pierre Haski (34.26). Dessinateur:RiadSattouf (34.26). France: MaëlThierry(37.35), JulienMartin(chefadj 35.20), CécileAmar(37.66), EmmanuelleAnizon(34.52), Charlotte Cieslinski (40.35), RémyDodet(34.16), MarieGuichoux(40.39), PaulLaubacher(35.89), AlexandreLeDrollec(37.77), SergeRaffy(40.20). Dissensus: ArnaudGonzague(34.60), RenaudFévrier(34.42), ThierryNoisette(35.10). Etranger: UrsulaGauthier(35.35), NathalieFunès(chefadj.35.75), DoanBui(35.82), Sara Daniel(35.14), SarahDiffalah(36.31), SarahHalifa-Legrand(36.02), Vincent Jauvert(35.81), CélineLussato(37.94), Jean-BaptisteNaudet(40.68). Correspondants:PhilippeBoulet Gercourt(NewYork), MarcellePadovani(Rome). Economie: ClaudeSoula(34.57),BorisManenti(chefadj.36.01), Morgane Bertrand(36.05), SophieFay(36.46), VéroniqueGroussard(35.95), BaptisteLegrand(40.69), Dominique Nora (34.86). Enquêtes: Vincent Monnier(35.97), CécileDeffontaines(chefadj.36.56), MatthieuAron(34.01), LucasBurel(36.27), MathieuDelahousse(34.33), VioletteLazard(35.22), DavidLeBailly(40.88), CarolineMichel-Aguirre(35.30), CélineRastello(36.08), ElsaVigoureux(34.69). Société / Rue 89: ArnaudSagnard(36.95), LouiseAuvitu(chefadj. 35.27), SébastienBillard(40.81), EmilieBrouze(34.49), RenéeGreusard(36.09), BarbaraKrief(36.23), ElodieLepage(37.15), GurvanLeGuellec(35.61), Agathe Ranc (35.25), BéréniceRocfort-Giovanni(37.07), HenriRouillier(35.23), NatachaTatu(35.73), MarieVaton(36.71). Idées: FrançoisArmanet(40.11), MarieLemonnier(chefadj.37.25), EricAeschimann(34.67), Rémi Noyon (34.74), XavierdeLaPorte(34.24), VéroniqueRadier(37.36), FrançoisReynaert(35.90), PascalRiché(34.35). Culture: JérômeGarcin(35.13), Sophie Grassin (chefadj. 37.70), DavidCaviglioli(35.24), AnneCrignon(37.89), SophieDelassein(36.17), FrançoisForestier(34.71), DidierJacob(35.13), JacquesNerson(35.13), Elisabeth Philippe(34.95) FabricePliskin(35.29), NicolasSchaller(34.45), AmandineSchmitt(36.22). Assistante: VéroniqueCassarin-Grand(34.71). Grand reporter:CaroleBarjon(34.64). Supplémentsetrégionaux:NathalieBensahel(34.87). Tendances: Anna Topaloff(4053), CorinneBouchouchi(chef. adj. 34.99), Clémence Belin(40.57), ChristelBrion(35.46), ClaireFleury(34.58), DoraneVignando(40.71). Assistante: MagaliMoulinet(36.63). Médias / TéléObs: Guillaume Loison(36.14), NebiaBendjebbour(35.44), Marjolaine Jarry(36.58), Marie-LaureMichelon(35.60), HélèneRiffaudeau(37.92), AnneSogno(36.74). Web:TimothéeVilars(35.32), Geoffrey Bonnefoy. Édition web : Bertrand Courrège(34.77) MoéAngeleri(37.72), Emmanuelle Bonneau(37.73), VéroniqueMacon(40.03). Pôle visuel : MélodyLocard(35.72), CyrilBonnet(36.18), Julien Bouisset (34.82), EmmanuelleHirschauer(35.58), LouisMorice(34.23), Mahaut Landaz (37.18). Maquette:XavierLucas(DAadj.37.83), YanGuillemette(37.31), CaroleMullot(40.28), ElisabethRascol(34.46), Jean-MichelRobinet(37.74), CarolineDupont Bonnefoy (37.37), MehdiBenyezzar(infographie: 35.78). Réalisation:VéroniqueBelluz(37.50), MiloudBentebria(36.84), Jean-LucChyzy(36.83). Secrétariatderédaction-révision: Marie-LouMorin(chef d’édition: 37.28), PaulineChopin(40.55), Marie-HélèneClavel-Catteau(34.20), PascaleFiori(40.34), MarinaHammoutène(40.70), ChristineMordret(40.23), LaurentMorvan(34.47), SylvieRaymond(40.51), IsabelleTrévinal(36.57). Photo: VéroniqueRautenberg(36.04), SylvieDuyck(1re rédac.photo: 40.93), MiloudBentebria(36.84), FrantzHoez(35.18), NathalieLourdez(36.94), VincentMigeat(34.43), CamilleSimon(34.41). Documentation: FlorenceMalleron(40.86), GaëlleNoujaim(35.45), LiseTiano(35.04). Immobilier :Yves Le Grix (ylegrix@nouvelobs.com, 36 29).
A DMINIS T R AT ION Directeurgénéral:Grégoire de Vaissière. ServiceRH:Anne-Sophie Gourdon (responsable : 36.64), Lucie Lardeux(36.11). Relationsextérieures:MarieRiber(35.64). Ventes au numéro:Sabine Gude(01.57.28.32.79), EmilyNautin-Dulieu(01.57.28.33.17). Abonnements:DominiqueChasseré(directrice :37.63), LaurenLaïk(40.73), SophieMariez(35.34). ServiceAbonnements:01.40.26.86.13 Fabrication:Nathalie Communeau (directrice), Nathalie Mounié (36.40). Informatique éditoriale:Thierry Sellem (37.45). Contrôle de gestion:Paul Jacob-Mathon(35.56). Comptabilité:BlandineLeostic(directrice: 40.77), LydieBruni(36.99), NicoleMahé(40.10), SinatTin(34.94), Laetitia Videgrain.
REGIE PUBLICI TA IRE MPublicité, 67, avenue Pierre-Mendès-France – 75013 Paris. Standard:01-57-28-20-00 Présidente:LaurenceBonicalzi Bridier. Directrice générale adjointe - Marketing & études :Élisabeth Cialdella (elisabeth.cialdella@mpublicite.fr, 39 68). Directeur délégué - Directeur de marque Obs : David Eskenazy (david.eskenazy@mpublicite.fr, 38 63). Directeur délégué – Pôle Numérique :Sébastien Noël (sebastien.noel@mpublicite.fr, 37 00). Directeur délégué - Pôle agences : François de Ren (francois.deren@mpublicite.fr, 30 21). Directeur délégué - Pôle opérations spéciales : Steeve Dablin (steeve.dablin@mpublicite.fr, 38 84).
Numéro d’enregistrementàlacommissionparitaire:0115C85929 (éditionmétropolitaine)Diffusion:France Messagerie Directeurdelapublication:Grégoire de Vaissière. REL ATIONS ABONNES : 0 1.4 0.26.86.13, ABONNEMENT@NOU VELOBS.COM 67, avenue PierreMendèsFrance – 75013 Paris. MODIFICATION DE SERVICE VENTE AU NUMERO ET RE ASSORTS : 08.05.05.0 1.47
STÉPHANE MANEL
L’ÉDITO
La vie en bleu
ParLACOMBE , CLÉMENT directeur adjoint
l a 22 ans à peine et voilà son visage à la une de « l’Obs » pourladeuxièmefoisdéjà. La ansIplus tard, à la veille du coup d’envoi première, c’était en 2018, au lendemain de la victoire de l’équipe de France de football en finale de la Coupe du Monde. Trois du Championnat d’Europe des Nations qui sera donné le 11 juin, Kylian Mbappé n’est plus seulement un footballeur aussi génial que précoce. Il est bien davantage encore: une figure connue très au-delàdes seuls amateurs de sport, même chez ceux que le sport profes-sionnel indiffère ou que ses excès irritent ; une personnalité si populaire qu’on s’arrache sa proximité, ainsi que l’a montré la vidéo tournée à l’Elysée où l’on voit Emmanuel Macron passer un coup de téléphone au footballeur, comme si le chef de l’Etat jouissait d’un privilège rare ; un jeune homme issu de la banlieue et au verbe posé devenu un dessymboles, voirelesymbole, deceque lui-même appelle« la nouvelle France ». Une parole singulière qui s’exprime rarement comme cette semaine dans «l’Obs», dansunentretienoùil est ques-tion (un peu) de football, mais surtout de lui, de son rapport à la France, du pessimisme national ou des obligations que lui crée son statut d’icône. « Un grand sportif se doit d’être engagé », explique Kylian Mbappé à nos journalistes. Ses propos ne sont en rien clivants, ils se veulent tout au contraire fédérateurs: il y fait l’éloge de la trans-mission, du rassemblement, de l’écoute, de la modération aussi. Certains pour-raient y voir un discours trop sagement poli par des communicants soucieux de construire un personnage « inspirant », commeondit désormaischezlesspécia-listes dumarketing. Mais la facilité, pour lui, aurait été d’éluder toutes ces ques-tions. De demeurer soigneusement éloi-
gné de tous les sujets qui fâchent pour ne pas écorner sa valeur marchande, lui qui est estimé à plus de 200 millions d’euros sur le marché des transferts. Le football a ceci de singulier qu’il fait souvent échapper aux règles élémen-tairesdelaraison. Pasétonnant, ducoup, que ce sport se retrouve si souvent ins-trumentalisé pour conforter des préju-gés. Pour démontrer la supériorité de certaines opinions sur d’autres. Pour énoncer la prééminence de telle ou telle grille de lecture du monde. Car, pour paraphraser Clausewitz dans « De la guerre », le football a toujours été la continuation de la politique par d’autres moyens. Voilà pourquoi on a vu hier des régimes autoritaires ou aujourd’hui des pétromonarchies aux poches pleines s’enservir pour asseoir leur légitimitéou développer leur influence. Dans l’histoire récente de la France, le football a été, juste après la victoire de 1998, le creuset de nos espoirs d’une société apaisée – un souhait qui, vu des années 2020, ressembleaposteriori àun vœu pieux. Plus près de nous, il a aussi été le reflet de tant de nos déchirements. Voire le catalyseur des passions tristes de certains, qui n’ont pas hésité à invo-quer tel ou tel joueur de la sélection nationale ne chantant pas « la Marseil-laise », ou tels autres restés dans leur autocar un jour d’entraînement, pour nourrir leur obsession d’une France fragmentée et forcément dégénéres-cente. Une déraison généralisée qui contraste avec la pondération de Kylian Mbappé. Il sait le devoir d’exemplarité qui lui incombe, mêmesi untel poids sur un sportif de 22 ans ne laisse pas d’éton-ner. Il sait aussi la portée de ses paroles – considérable auprès des jeunes géné-rations. Avoir Kylian Mbappé sur le ter-rainest une chance pour la France. L’en-tendre s’exprimer comme il le fait dans notre journal l’est tout autant.C. L.
L’OB S/N ° 2953- 03/0 6/2021
3
del’essenceetdugazquifinancentlesinvestissements dans les énergies renouvelables. Pas question donc d’allerplusviteque«lasociété»etdelaisserlesmajors américaines ou chinoises occuper le vide. Mais les actionnaires et les ONG n’ont pas relâché la pression. Ils veulent que Total soit acteur du changement, et pas suiveur. L’Agence internationale de l’Energie (AIE), qui coordonnelespolitiquesénergétiquesdepuislechocpétrolierde1973, leuradonnéraisonpourlapremièreoisenmai. Jusqu’àprésent, dans ses projections, elle considérait qu’il était possible de respecter la tra-jectoire définie par l’accord de Paris en continuant à explorer de nou-veauxgisementsdepétroleoudegaz;là,elleaditclairementstop:ilne peutplusyavoirdenouveauxprojetsd’exploitationd’énergiesossiles si l’on veut atteindre l’objecti. Les majors se classent en deux catégories. Celles qui ont compris le messageetcellesquitraînentencorelespieds.Duboncôté,onretrouve BP ou Shell, qui s’engagent à diminuer leur production et à soumettre chaque année cette stratégie climat à leurs actionnaires. Du mauvais côté, on compte ExxonMobil ou Chevron. Total est quelque part au milieu.Ilaprésentéunerésolutioncetteannée,maisnes’estpasengagé à renouveler l’exercice. Ses actionnaires sont donc divisés.Amundi (la société de gestion du Crédit agricole), AXA ou BNP Paribas s’en contententetontvalidélastratégielorsdel’AG2021. LeCréditmutuel se veut encourageant mais critique, et s’est donc abstenu. La Banque postale, CNP Assurances, Meeschaert, l’Ircantec, La Française, Syco-more, PME, Actiam, qui jugent hypocrite la positionde Total, ont voté contre. Ils n’ont touteois que 8%du capital, et la résolution est passée à plus de 91%des sufrages. PatrickPouyannéseconsidèreainsiconortédanssastratégie.Assez pourdénigrerlecarrédesesopposants,enlesqualifiantd’activistes,un mot peu aimable dans sa bouche. Il ne renoncera donc pas à de nou-veauxprojets s’ils permettent d’extraire dugaz oudupétrole enémet-tantmoinsdecarbonequelesgisementsactuels,quivontsetarir.Iljure quec’estlecasenOuganda.Tantpispourlepipelinede1400kilomètres quivatraverserdeszonesprotégées.Lebrasdeeraveclesactionnaires et les ONG, parions-le, va continuer…S. F.
atrick Pouyanné a dû aire une pause, boire un grand verre d’eau, avant de confirmer à ses action-nairesqueoui,Totalallaitbienchan-ger son nom: le groupe s’appellera llsmeaeaumnjGleoe)er,unmtdterenepaalnlivitottilrséveinocogotacrierroor.bnusCopenééesretaesadiecntticrivceoeiebnàncanod2par0mtieir5sdme0eis,.e2sPml8uoearumixssriaaglpiaselotoplurrarrasetslédiamtgepiuilreaaetcsilmsoieinmèmrasetab,lnpéioteirasog,iriémlen.aeététrNgaaolanen-tdésormais TotalEnergies et va« devenir, enquelquesorte,unemajordelénergieverte»,aulieud’êtreune (A ère ois aussi, le PDG du groupe lie sa rémunération à la décarbonation de son activité et de celle de ses clients, plutôt qu’à l’augmentation de ses réserves de pétrole ou de gaz. Et surtout, Patrick Pouyanné évoque le« pic pétro-lier »de Total :« Nous allons atteindre notre pic de production de pétrole au cours de cette décennie. » En décembre pourtant, rien n’était gagné. Depuis plus d’un an, un groupedactionnairessemobilise,avecparmieuxleslialesdegestiond’actis du Crédit mutuel et de La Poste, ou les sociétés Meeschaert et OFI AM. Ils demandent à Total de respecter strictement les engage-ments de l’accord de Paris, qui prévoit de limiter le réchaufement cli-matique à 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle. Ils ont eux-mêmes déposéunerésolutionlandernieretobtenudanslaouléequeladirec-tionouvreaveceuxundialogueactisurcesujet,commeelleleaitaveclesONG.MaisPatrickPouyannénavaitpaspourautantenviedeselierles mains par un vote des actionnaires. Le groupe est d’accord pour réduire l’intensité carbone de ses produits, pour nommer sur chacun de ses sites des« combattants du CO2»– un nouveau métier – qui traquentlesuitesoulesmauvaisespratiques,maispasorcémentpour diminuerlaproductionglobaledegazetdepétrole.Totalnes’engagera danscesensquesilévolution«correspondvraimentàlademandedela société ». Un gros bémol. Son raisonnement est clair : si on continue à rouler avec des voitures à moteur thermique, si les bateaux naviguent toujours au fioul, si le monde a besoin de carburant, autant que ce soit Totalquileournisseplutôtquunautre.Dautantquecesontlesrevenus
C H E Z T O TA L , U N V I R A G E S O U S H A U T E S U R V E I L L A N C E Par s o p h i e fay
STÉPHANE MANEL
L E S
L’OB S/N ° 2953- 03/0 6/2021
4
Clara et son smartphone, c’est une histOire quidure.
Ensemble, faisons durer nos smartphones plus longtemps. Et si votre mobile vous accompagnait encore plus longtemps dans les bons moments ? Avec les Solutions Smartphone Durable,Bouygues Telecom offre à ses clients la possibilité de faire réparer * leur smartphone. Et à prix avantageux . Découvrez tous nos engagements pour faire durer vos smartphones plus longtemps sur bouyguestelecom.fr/smartphone-durable
* Offre soumise à conditions pour les clients Sensation ou Sensation avec Avantages Smartphone pour toute réparation d’une panne ou casse, hors garanties chez notre partenaire WeFix.
LES MOTS CROISÉS ParY V E SCU NOW
Horizontalement 1.Consultées par ceux qu’une question de mode embarrasse *.2.Il dispose d’une forte capacité d’amortissement • Pourrait facilement sortir de ses gonds.3.Taxés aux fascistes, on n’y voit que luxes et splendeurs • Il est au poil à gratter. 4.Ce n’est vraiment pas pratique • Elle a du répondant et cela s’entend.5.Un goût raffiné de kitsch • Il pète et tue beaucoup aux Philippines.6.Don de la Russie d’autrefois.7.Non de la Russie pas que d’autrefois • Habillent de nombreuses quilles.8.Pour un bridge ou un pont • Souffles réguliers.9.Qui touche une prime. 10.Elle agit quand on a fini de gerber.
Verticalement 1.Amateur de morceaux choisis *. 2.Bien calé • Concerné par tout ce qui est médique.3.Griserie de «la Périchole » • Monogramme pour «la Monomane de l’envie ».4.Dans le cœur d’une mère, un sexe • Il lui suffit bien souvent de s’étendre pour que d’autres aient envie de dormir *.5.Diacritique barré en O; des critiques, il en reçoit en haut • Une des langues numic.6.Nœud de chaise • Un club de cafistes.7.Ne lâche rien.8.Ne fait que raller • Les ardoises, il s’en tape.9.Se prêta aux jeux de simulation • Totalement équivalents 10.A profité de parcours sup. (*) Définition de Renée David (18921938).
6
Solution du n° 2952
yvescunow.obs@gmail.com L’OB SN ° 2953 030 62021
LES CHRONIQUES
J E R E F U S E V O S C O O K I E S Par DAV I D CAV I G L I O L I
her insider.com, Vous avez la gentillesse de me dienneCs. Je suis honoré que vous ayez proposer un flori-lège des plus grands désastres de la chirurgie esthétique chez les célébrités hollywoo-pensé à moi et vous assure par la présente lettre de mon intérêt pour cette proposi-tion. Il est 7 heures du matin. Je bois un café dans ma cuisine. Ma femme et mes enfants dorment encore. J’ai naturellement très envie de consacrer ce moment privilégié de solitude à regarder des visages enlaidis par des interventions chirurgicales mal exécu-tées. Je suis tout particulièrement intrigué par cet astucieux parti pris graphique du montage photo avant/après que vous annoncez dans le titre de votre publication. Je tiens donc, pour commencer, à louer la qualité de votre travail et l’exigence de votre méthode. Mais voilà : avant de me laisser accéder à l’article, vous me faites savoir que votre site utilise des cookies et vous me deman-dez si j’y consens. C’est à ce sujet que je vous écris. C’est avec regret que je vous le dis : malgré l’estime que j’ai pour votre organisation, je m’apprête, la mort dans l’âme, à refuser vos cookies. Je ne voudrais pas être mal compris. Ce n’est pas une décision facile. Vous avez devant vous un homme tiraillé. D’un côté, j’ai la certitude que je sortirai grandi du visionnage de votre diaporama. Les deux photos de Mickey Rourke que vous avez choisies pour faire la promotion de votre contenu – l’une au temps de sa splendeur, l’autre au temps de sa disgrâce – ne me laissent aucun doute sur sa qualité excep-tionnelle. De l’autre, je vous l’avoue, j’ai une réticence à accepter vos cookies. Je crois
savoir que les cookies sont des petits robots-espions envoyés dans mon ordinateur pour épier mes faits et gestes. Je suppose qu’on les nomme « cookies » parce que ces nano-robots sont comme les pépites de chocolat cachées dans le biscuit. Vous avouerez que rien de tout ceci n’est fait pour me rassurer. Mais tandis que je vous écris, je vois qu’en réalité je n’ai pas la possibilité de refuser vos cookies en un seul clic. Je peux soit les accepter, soit me rendre dans le menu des options, intituléprivacy manager. Il me faut alors sélectionner manuellement les cookies dont je ne veux pas. La liste est longue. Des cookies, découvré-je,ilyenadeplusieurstypes,poursuivant diérents objectifs. Certains veulent, sans surprise, accéder aux infor-mations stockées sur mondevice. Mais de nombreux autres ont des buts plus ésoté-riques : ils« combinent les données obte-nues hors ligne avec des données collectées en ligne »,« créent un profil d’utilisateur » ou« fournissent aux annonceurs des agre-gate reporting ». Voilà qui me fait réfléchir. Refuser ces cookies un par un me semble fastidieux. Je suis un homme pressé. Le peu de temps que j’ai pour me délasser, par exemple en regardant des diaporamas sur les ravages de la chirurgie plastique chez les stars, je ne vais pas l’utiliser à cocher d’innom-brables petites cases sur un menu dérou-lant. En même temps, l’intégrité de mes données personnelles vaut-elle que je me prive de la lecture d’un contenu aussi ins-tructif et enrichissant ? Je ne le pense pas. Aussi, cher insider.com, après mûre réflexion, j’ai la joie de vous annoncer que j’accepte l’intégralité de vos cookies. Bien à vous, D. C.
STÉPHANE MANEL
Devenons l’énergie qui change tout.
POUR LE , TOUTESLES NESE RESSEMBLENTPAS. * L’électricité d’EDF est à 97% sans émissions de CO2 . Et ça, c’est mieux pour le climat.
RIENQUESURLEWEB Les articles de « l’Obs » ne sont pas seulement dans le journal. Reportages, analyses, enquêtes, interviews, débats... découvrez tous les jours des inédits réservés aux abonnés surwww.nouvelobs.com
Boris vallaud :“si on ne s’interroge Pas sur les inégalités, on sera Passé à côté de cette crise” Le député PS appelle à parler aux « Français qui ont des vies dures ». Par rémy dodet http://bit.ly/BVallaud
“en France, le catholicisme s’eFFondre de manière sPectaculaire” Entretien avec le politologue Philippe Portier qui analyse la nouvelle pluralité religieuse de la France. Par nathalie Funès http://bit.ly/CathoFra
Paul B. Preciado : “Jacques lacan, c’est Pas angela davis !” Le philosophe invite à s’afranchir de la psychanalyse, à« décoloniser nos inconscients »et à pratiquer « des exercices de joie politique ». Par renée greusard http://bit.ly/Preciado
8
VOUS ÊTES ABONNÉ(E) ? Activez dès maintenant votre compte sur www.nouvelobs.com/activationpour pouvoir accéder aux articles du site en illimité et profiter de tous les avantages qui vous sont réservés.
L’OB S/N ° 2953- 03/0 6/2021
LES CHRONIQUES
B I D E N E T P O U T I N E S U R L E M Ê M E R I N G Par p i e r r e h a s k i
a personnalîsa-tîon à outrance de la vîe înterna-DonaldLTrump, avec son cortège d’ambîgu-tîonale transForme le sommet à venîr entre Joe Bîden et Vladîmîr Poutîne en un match de boe, catégorîe poîds lourds. tés, avaît raté sa premîère rencontre avec le maïtreduKremlînet enétaît sortî décrédîbî-lîsé. Sonsuccesseur àlaMaîson-Blanche, luî, est plus rodé, mîeupréparé. Resteque, dans le contete de conFrontatîon actuelle, la ren-contre des présîdents amérîcaîn et russe du 16 juîn à Genève sera un révélateur de l’état dumonde. D’autantqueJoeBîdenauravules jours précédents tous ses allîés occîdentau, au G7 du 11 au 13 juîn et au sommet de l’Otan du 14 juîn. L’împortance prîse par ce « sommet Est-Ouest», commeondîsaîtautempsdela(pre-mîère) guerre Froîde, est paradoale. Les Etats-Unîs ont désîgné la Chîne comme leur e rîvalstratégîqueduxxi sîècle,etlepoîdséco-nomîque de la Russîe en Faît un naîn global. Maîs la Russîe reste la Russîe. Et Vladîmîr Poutîne a Faît de son pays un « dîsrupteur en cheF»del’ordreînternatîonal, nonseulement dans son arrîère-cour e-sovîétîque, maîs aussî bîen au-delà, au Moyen-Orîent ou en AFrîque centrale. La crîse bîélorusse, née de l’opératîon de pîratage d’Etat menée par Aleandre Loukachenko sur un avîon euro-péenpourrécupérerunjournalîstedîssîdent,aFaîtreplongerl’Europeetlemondedansune decescrîsesauparFumdeguerreFroîdeàl’îs-sue încertaîne. « Cherche stratégîe russe désespéré-ment»: EuropéensetAmérîcaînspourraîent publîer cette petîte annonce. Il étaît en efet étonnant d’entendre Emmanuel Macron annoncer, à l’îssue du Conseîl européen des
STÉPHANE MANEL
24 et 25 maî, qu’un « rapport » sur la Russîe seraît présenté au Vîngt-Sept en juîn. On en est encore là? Un haut dîrîgeant euro-péen reconnaït que l’Europe a surtout été «réactive»parlepasséetdoîtdésormaîsdéfi-nîr une« stratégie russe proactive ».Car jusqu’alors c’étaît laprérogatîvedes Etats. Au cours du sommet de Bruelles, quî a décîdé des sanctîons contre le régîme de Mînsk, les dîrîgeants Françaîs, allemand, néerlandaîs et hongroîsontlonguementdîscutédelaRussîe et lîvré leurs prîncîpales analyses – on s’en doute, s’agîssant du Premîer mînîstre hon-groîs Vîktor Orbán, pas îdentîques les unes des autres. La dîscussîon reprendra fin juîn… Entre-tempslesconcertatîonsdîplomatîques auront été întenses, y comprîs, donc, lors de ceFameusommet Bîden-Poutînedu16juîn. Les attentes sont lîmîtées. Les Amérîcaîns voudraîent qu’îl sorte de cette rencontre une entente mînîmale pour rendre la relatîon «stable et prévisible », ce quî seraît déjà beau-coup avec un présîdent russe quî est eacte-mentl’opposé.Unhautresponsableeuropéen confie qu’îl Faut des« objectifs réalistes ».« Il n’y aura pas de moment magique », confie cette source, conscîente que la montée des tensîons avec les régîmes autorîtaîres, de la Turquîe à la Chîne en passant par la Russîe, est devenue la marque de notre époque, autantde«stresstests»pourlesdémocratîes occîdentales au modèle Fragîlîsé. Il n’y aura pas de relatîon« stable et prévisible »tant que Pékîn pense, comme l’a dît Xî Jînpîng, que « l’Orient monte et l’Occident est en déclin ». Ou tant que Moscou consîdère les démocra-tîes comme trop Faîbles pour luî tenîr tête. C’est pour cette raîson que le sommet Bîden-Poutîneprenddesalluresdematchde boe, quî peut redéfinîr les rapports de Force de demaîn.P. h.
 LUDOVIC MARIN/AFPNICOLAS GUYONNET/HANS LUCAS VIA AFPCATHERINE OPIE
VOUS ÊTES LES MOTEURS DE L’ÉCONOMIE
NOUS VOUS AIDONS À ACCÉLÉRER LA RELANCE. Innovatîon, transîtîons numérîques et écologîques, recherche de nouveaux marchés en France et à l’înternatîonal : découvrez toutes nos solutîons d’accompagnement, notamment le Prêt Partîcîpatîf Relance, pour répondre à vos nouveaux déis.
A G I R C H A Q U E J O U R D A N S V O T R E I N T É R Ê T E T C E L U I D E L A S O C I É T É
Les solutîons d’accompagnement proposées sont soumîses à condîtîons et accordées sous réserve d’étude et d’acceptatîon par votre Caîsse régîonale de Crédît Agrîcole, prêteur. Le Prêt Partîcîpatîf Relance, destîné aux PME et aux ETI, est soumîs à des crîtères d’élîgîbîlîté et à des condîtîons spécîiques au dîsposîtîf ixés notamment par la réglementatîon. Pour plus d’înformatîons, renseîgnez-vous auprès de votre Caîsses régîonale, prêteur. 05/2021 –Édîté par Crédît Agrîcole S.A., agréé en tant qu’établîssement de crédît – Sîège socîal : 12, place des États-Unîs, 92127 Montrouge Cedex – Capîtal socîal : 8 750 065 920 € – 784 608 416 RCS Nanterre. Crédît photo : Getty Images.
COURRIER DES LEC T EURS EcriveMz-nous parAmail àIcourrieNr@nouvelTobs.comEou par letNtre à :L’ObOs / MaintNenons leSlien– 67,Lavenue PEierre-MenLdès-FrIance –E75013 PNaris!
CONFUSION Un peu de hauteur, monsieur le ministre de l’Intérieur ! Agir au gré des événements, en l’occurrence en vous rendant à la manifestation des policiers du 19 mai dernier, qui plus est dans la rue, n’est pas digne de la fonction que vous occupez. Quelle confusion des places et des rôles ! Alors qu’il serait bien plus pertinent de vous concentrer sur le fond des problèmes de sécurité et du vrai soutien aux policiers. Et je ne parle pas de l’atteinte à la liberté d’expression que constitue votre menace d’une plainte à l’endroit de madame Audrey Pulvar, candidate aux élections régionales en Ile de France. Inadmissible !BERN S ARD ROZÈ
GÉNÉRATION BOUT DE COURSE
Né en 1947, je fais partie de la génération qui a touché le jackpot de l’histoire de l’humanité. Celle qui n’a vécu ni guerres, ni famines, ni épidémies, si l’on excepte le Covid qui fait figure de pipi de chat en comparaison avec la peste noire. Jackpot, puisque nous avons grandi avec les Trente Glorieuses et n’avons connu que la croissance économique et son cortège
GRAND O Je suis élève en terminale et je veux apporter des précisions sur le grand oral du bac, dont il était question dans « l’Obs » du 22 mai. Cette épreuve est censée se préparer sur toute l’année de première et celle de terminale. Or, je n’ai eu des consignes claires (et encore...) qu’à partir du mois de mars 2021. Je suis pour la
10
L’OB SN ° 2953 030 62021
de progrès techniques et sociaux, plein-emploi, allongement de la durée de vie, développement de loisirs que n’auraient même pas pu imaginer nos parents. Génération chanceuse, donc, mais première génération aussi à savoir où nous mène cette course erénée à la consommation. Plus personne n’ignore que l’humanité consomme actuellement 1,6 fois plus de ressources naturelles que notre planète n’en produit. Qu’elle dilapide allègrement les ressources
réforme du bac, mais celle-ci a été faite petit à petit, si bien qu’on n’en connaît pas tous les détails. Selon certains de mes profs, la troisième partie de ce grand oral (qui porte sur l’orientation du candidat après le bac) dure cinq minutes dont deux pendant lesquelles les examinateurs posent des questions. Un autre prof me dit pourtant que je dois parler seul pendant cinq
minières qui, elles, ne sont pas renouvelables. Le pic de production de pétrole conventionnel est déjà dépassé, et nous en grappillons les dernières gouttes pour réchauer encore plus l’atmosphère et entraîner encore plus vite les dégâts que l’on sait. Notre génération est en bout de course, mais ne laissons pas à nos enfants seuls la responsabilité d’agir. Que nous reste-t-il ? Notre expérience ? Notre sagesse... et notre droit de vote. MARCEL LAHORE
minutes. Lorsque je vais sur les sites du gouvernement, là encore les informations sont contradictoires : l’une dit qu’il y a un temps de questions réponses pendant l’épreuve, l’autre n’en parle pas. En attendant, je prépare les première et deuxième parties de ce grand oral, en espérant que de nouvelles consignes ne vont pas tout changer. VINCED
VOTER... OU PAS Doit-on toujours se taire sous prétexte que l’on fait partie de l’ombre ? J’aurai bientôt mon bulletin de vote en main et pour moi la question se pose ainsi : « To vote or not to vote. » Autrement dit, voter blanc ou Macron ? Car je suis fatigué, vraiment fatigué de ce déni de démocratie où voter se résume désormais à répondre à un double chantage : celui que nous imposent les deux finalistes, ou celui de ma conscience. Alors, pour être en paix, au moins avec ma conscience, faut-il savoir ce à quoi nous nous exposons ? Cinq ans de « Trump politique » à la française ? Avec la femme masquée qui figurait à la une de « l’Obs » du 27 mai ? Pourrait-on enfin constituer une société civile pour mettre en place les pare-feux nécessaires au refus du vote chantage, et nous permettre de continuer à développer notre équilibre démocratique quels que soient les finalistes de la prochaine élection ? GÉRALD GILLIS
Retrouvez l’ensemble des interventions sur bit.ly/CourrierObs
Les informés de franceinfo du lundi au vendredi de 20h à 21h
chaque mercredi avec
 ALINE DE PAZZIS
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents