Nouvel Obs du 04-02-2021
100 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Nouvel Obs du 04-02-2021

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
100 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 04 février 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 20 Mo

Exrait

Cahier numéro un de l’édition n° 2936 du 4 au 10 février 2021 SUR LA PISTE DU AFRIQUE CFA 3800 F CFA, ALGÉRIE 410 DA, ALLEMAGNE 6,20 €, ANDORRE 5,50 €, AUFTRICHEL5,90 €, BOELGIQUE 5R,30 €, CAENADA 8,N35 $CAN, DCOM 5,30E€, ESPAGNEA5,50 €, GRUANDEBREBTAGNE 4,E90 £, GRÈNCE 5,50 €,AITALIE 5,5S0 €, LUXEMBOURG 5,50 €, MAROC 45 DH, PAYSBAS 5,60 €, PORTUGAL CONT. 5,50 €, SUISSE 7,20 CHF, TOM 950 XPF, TUNISIE 6,00 DT EXCLUSIF “PETIT CRIMINEL”
Présidentielle LE VARIANT MENTORETINENTEBNOOTRE SUONDRAGEG “MON CONTRAT LA GAUCHE POUR AU BANC D’ESSAI LA FRANCE” AVEC
IORGIS MATYASSY M 02228-2936-F:4,90E 3’:HIKMMC=]UY^UX:?m@t@d@g@a";
Services conseil décoration et conception 3D en magasin French: français
Itinéraire.Canapé modulable, design Philippe Bouix. Astréa.Fauteuils, design Sacha Lakic. Bal Musette.Table basse et bout de canapé, design Andrea Casati. Omino.Lampadaire, design Davide Monopoli.
French
Art
de Vivre
N. HE SC TA x. nrau He n / Su n rk Eu Pa , ion az nu nti «Co : re tu ulp Sc lle. ue ct ra cont n
ou, no ini Qu Le e st pti Ba , rlod Ca ien av Fl oto Ph
L’ÉDITO
50 NuàNces De gàucHe
Par CÉCI LE PR I EU R,directrice de la rédaction
e ne sont pas encore les grandes manœuvres maiscelas’enapproche. la procChaine présidentielle se dessine, Alors que la gestion de la crise sanitaire sature l’espacepublicetcanni-balisel’agendadel’exécuti, l’équationde notamment à gauche, où l’ofre tourne à laprousion.AprèsJean-LucMélenchon qui, le premier, s’est déclaré candidat en novembreetpourlatroisièmeoisconsé-cutive, AnneHidalgoqui s’organisemais réserve encore sa réponse, Yannick Jadot, leader d’Europe Ecologie-les Verts, quiprenddateavantlaprimairede son parti – à laquelle participeront éga-lement Sandrine Rousseau et potentiel-lement Eric Piolle –, c’est désormais Arnaud Montebourg qui ait un grand pas vers la candidature. Dans « l’Obs » cette semaine, l’ancien ministre de l’Economie et du Redresse-ment producti de François Hollande, éternelpourendeurdelamondialisation,détaille son« contrat pour la France », pour, dit-il,« conjurer la victoire » de Marine Le Pen. Celui qui airme qu’«aucuncatéchismedespartispolitiques n’est opérationnel pour remonter le pays »veutincarnerunaxesouverainistemâtinéd’écologie, qui embrasserait bien au-delà delagauche.Poursatroisièmetentativeàincarnerunecandidature–ilavaitéchoué lors des primaires en 2011 et 2017 –, ArnaudMontebourgseforcedélargirseshorizonsélectoraux,nhésitantpasàjouerlevariantauseindesonproprecamp.Sa-fichant avec certains élus LR, dialoguant ouvertement avec Xavier Bertrand, il agacesesanciensamissocialistes,commelepatronduPSOlivierFaure,quiconspue ses appels du pied à droite. Ce aisant, Arnaud Montebourg annonce une tendance de ond de la
4
L’OB S/N ° 2936- 0 4/02/2021
uture présidentielle : transgresser les cli-vages traditionnels, incarner l’homme ou la emme providentiel(le) sans plus s’ap-puyer sur des partis jugés démonétisés. Aprèsl’irruptiondumacronisme,quiétait déjàlui-mêmeprécurseurduphénomène, la plupart des leaders qui s’avancent aujourd’hui se sont détachés de leur mai-sond’originepournes’autoriserqued’eux-mêmes – c’est le cas à gauche de Monte-bourg mais aussi d’Hidalgo et plus anciennement de Mélenchon. Mais s’ils comptent l’emporter par la logique de l’opinion et s’imposer ainsi ace à leurs concurrents, c’est in fine à un exercice de rassemblement que les prétendants devront se plier, s’ils veulent ranchir la barreatidiquedupremiertourduscrutin. S’il estencoretroptôtpourladéplorer, notresondageIpsos-SopraSteria, réalisé en partenariat avec France-Ino,confirme que la multiplication des can-didats de gauche les met en danger, puisqu’ils sont très loin de pouvoir ras-semblerseulsplusde20%desvoixpour sequalifierausecondtour.Certes,lacris-tallisation du paysage politique est encoreloin:beaucoupdecandidatspres-sentis, tels Anne Hidalgo et les écolo-gistes, attendent le résultat des élections régionales de juin pour se positionner. Il est ainsi trop tôt pour se désoler d’un potentiel émiettement ou entonner le traditionnel reproche de la machine à perdre – à ce stade de pré-campagne, il est au contraire plutôt sain que chaque sensibilité de la gauche cherche à être représentée. Reste qu’il audra qu’un candidat ou une candidate puisse se détachers’ilsouhaitepouvoirsequalifier au second tour de la présidentielle. Et déjouer ainsi le triste oracle d’un scéna-rio connu et redouté par de nombreux électeurs de gauche, celui d’un duel Macron-Le Pen.C. P.
Fondateurs:JeanDaniel, ClaudePerdriel
67, avenue Pierre-Mendès-France, 75013 Paris TéléphoneStandard: 01.44.88.34.34
Pour joindre par téléphone votre correspondant, il suffit de composer 01.44.88 puis les quatre chiffres qui figurent entre parenthèses à la suite de son nom. Pour adresser un e-mail à votre correspondant, il suffit de taper l’initiale de son prénom puis son nom suivi de @nouvelobs.com
DIREC T ION Conseildesurveillance:Catherine Sueur (présidente), LouisDreyfus (vice-président), Frédéric Curtet, UrsulaGauthier, Jacques-AntoineGranjon, Fanny Letier, XavierNiel, ClaudePerdriel, MatthieuPigasse, Edouard Tetreau. Directoire:Grégoire de Vaissière(président), Cécile Prieur(directricede larédaction)
REDAC T ION Directrice:Cécile Prieur. Directeursadjoints:Clément Lacombe (35.48), GrégoireLeménager(35.98), PascalRiché(34.35). Rédacteursenchef:SylvainCourage(40.16), NolwennLeBlevennec(35.86), GéraldineMailles(37.80), FrançoisSionneau(34.22). Directeurdu numérique:Alexandre Phalippou(34.61). Directeurdelacréationetdirecteurartistique:SergeRicco(35.43). Assistantesderédaction:CatherineRode(34.26), CatherineCoimet(34.17), StéphanieTerreau(Planning : 36.60). Courrier des lecteurs : courrier@nouvelobs.com Chroniqueurs:Daniel Cohen, Mara Goyet, Pierre Haski (34.26). Dessinateur:RiadSattouf (34.26). France: MaëlThierry(37.35), JulienMartin(chefadj 35.20), CécileAmar(37.66), EmmanuelleAnizon(34.52), Charlotte Cieslinski (40.35), CécileDeffontaines(36.56), RémyDodet(34.16), MarieGuichoux(40.39), PaulLaubacher(35.89), AlexandreLeDrollec(37.77), SergeRaffy(40.20). Dissensus: ArnaudGonzague(34.60), RenaudFévrier(34.42), ThierryNoisette(35.10). Etranger: UrsulaGauthier(35.35), NathalieFunès(chefadj.35.75), DoanBui(35.82), Sara Daniel(35.14), SarahDiffalah(36.31), SarahHalifa-Legrand(36.02), Vincent Jauvert(35.81), CélineLussato(37.94), Jean-BaptisteNaudet(40.68). Correspondants:PhilippeBoulet Gercourt(NewYork), MarcellePadovani(Rome). Economie: ClaudeSoula(34.57),BorisManenti(chefadj.36.01), Morgane Bertrand(36.05), SophieFay(36.46), BaptisteLegrand(40.69), Dominique Nora (34.86) Affaires: CarolineMichel-Aguirre(35.30), VincentMonnier(chefadj. 35.97), MatthieuAron(34.01), LucasBurel(36.27), MathieuDelahousse(34.33), VioletteLazard(35.22), DavidLeBailly(40.88), CélineRastello(36.08), ElsaVigoureux(34.69). Société / Rue 89: ArnaudSagnard(36.95), LouiseAuvitu(35.27), SébastienBillard(40.81), EmilieBrouze(34.49), RenéeGreusard(36.09), BarbaraKrief(36.23), ElodieLepage(37.15), GurvanLeGuellec(35.61), Agathe Ranc (35.25), BéréniceRocfort-Giovanni(37.07), HenriRouillier(35.23), NatachaTatu(35.73), MarieVaton(36.71). Idées: FrançoisArmanet(40.11), MarieLemonnier(chefadj.37.25), EricAeschimann(34.67), , Rémi Noyon (34.74), XavierdeLaPorte(34.24), VéroniqueRadier(37.36), FrançoisReynaert(35.90). Culture: JérômeGarcin(35.13), DavidCaviglioli(35.24), AnneCrignon(37.89), SophieDelassein(36.17), FrançoisForestier(34.71), DidierJacob(35.13), JacquesNerson(35.13), Elisabeth Philippe(34.95) FabricePliskin(35.29), NicolasSchaller(34.45), AmandineSchmitt(36.22). Assistante: VéroniqueCassarin-Grand(34.71). Grand reporter:CaroleBarjon(34.64). Supplémentsetrégionaux:NathalieBensahel(34.87). Tendances: Anna Topaloff(4053), CorinneBouchouchi(chef. adj. 34.99), Clémence Belin(40.57), ChristelBrion(35.46), ClaireFleury(34.58), DoraneVignando(40.71). Assistante: MagaliMoulinet(36.63). Médias / TéléObs: SophieGrassin(37.70), VéroniqueGroussard(chefadj. 35.95), NebiaBendjebbour(35.44), Marjolaine Jarry(36.58), GuillaumeLoison(36.14), HélèneRiffaudeau(37.92), AnneSogno(36.74). Assistante: Marie-LaureMichelon(35.60). Web:TimothéeVilars(35.32), Geoffrey Bonnefoy Édition web : Bertrand Courrège(34.77) MoéAngeleri(37.72), Emmanuelle Bonneau(37.73), VéroniqueMacon(40.03) Pôle visuel : MélodyLocard(35.72), CyrilBonnet(36.18), Julien Bouisset (34.82), EmmanuelleHirschauer(35.58), LouisMorice(34.23), Mahaut Landaz (37.18) Maquette:XavierLucas(DAadj.37.83), YanGuillemette(37.31), CaroleMullot(40.28), ElisabethRascol(34.46), Jean-MichelRobinet(37.74), CarolineTatard(37.37), MehdiBenyezzar(infographie: 35.78). Réalisation:VéroniqueBelluz(37.50), MiloudBentebria(36.84), Jean-LucChyzy(36.83). Secrétariatderédaction-révision: Marie-LouMorin(chef d’édition: 37.28), PaulineChopin(40.55), Marie-HélèneClavel-Catteau(34.20), PascaleFiori(40.34), MarinaHammoutène(40.70), ChristineMordret(40.23), LaurentMorvan(34.47), SylvieRaymond(40.51), IsabelleTrévinal(36.57). Photo: VéroniqueRautenberg(36.04), SylvieDuyck(1re rédac.photo: 40.93), MiloudBentebria(36.84), FrantzHoez(35.18), NathalieLourdez(36.94), VincentMigeat(34.43), CamilleSimon(34.41). Documentation: FlorenceMalleron(40.86), GaëlleNoujaim(35.45), LiseTiano(35.04). Immobilier :Yves Le Grix (ylegrix@nouvelobs.com, 36 29).
A DMINIS T R AT ION Directeurgénéral:Grégoire de Vaissière. ServiceRH:Anne-Sophie Gourdon (responsable : 36.64), Lucie Lardeux(36.11). Relationsextérieures:MarieRiber(35.64). Ventes au numéro:Sabine Gude(01.57.28.32.79), EmilyNautin-Dulieu(01.57.28.33.17). Abonnements:DominiqueChasseré(directrice :37.63), LaurenLaïk(40.73), SophieMariez(35.34). ServiceAbonnements:01.40.26.86.13 Fabrication:Nathalie Communeau (directrice), Nathalie Mounié (36.40). Contrôle de gestion:Paul Jacob-Mathon(35.56) Comptabilité:BlandineLeostic(directrice: 40.77), LydieBruni(36.99), NicoleMahé(40.10), SinatTin(34.94), Laetitia Videgrain
REGIE PUBLICI TA IRE MPublicité, 67, avenue Pierre-Mendès-France – 75013 Paris. Standard:01-57-28-20-00 Présidente:LaurenceBonicalzi Bridier. Directrice générale adjointe - Marketing & études :Élisabeth Cialdella (elisabeth.cialdella@mpublicite.fr, 39 68). Directeur délégué - Directeur de marque Obs : David Eskenazy (david.eskenazy@mpublicite.fr, 38 63). Directeur délégué – Pôle Numérique :Sébastien Noël (sebastien.noel@mpublicite.fr, 37 00). Directeur délégué - Pôle agences : François de Ren (francois.deren@mpublicite.fr, 30 21). Directeur délégué - Pôle opérations spéciales : Steeve Dablin (steeve.dablin@mpublicite.fr, 38 84).
Numéro d’enregistrementàlacommissionparitaire:0115C85929 (éditionmétropolitaine)Diffusion:France Messagerie Directeurdelapublication:Grégoire de Vaissière. REL ATIONS ABONNES : 0 1.4 0.26.86.13, ABONNEMENT@NOU VELOBS.COM 67, avenue Pierre-Mendès-France – 75013 Paris. MODIFICATION DE SERVICE VENTE AU NUMERO ET RE ASSORTS : 08.05.05.0 1.47
STÉPHANE MANEL
e 16janvier 2020, la France recensait oi-cîellement sonpremîer cas de coronavîrus, comme on l’appelaît à l’époque. Un moîs plus ont plaLner la menace d’une nouvelle accélératîon. S’îl est une leçon tard, le 14 évrîer, elle déploraît son premîer mort. Unpeuplus d’unmoîs ensuîte, le17mars, elleentraît en confinement. Un an a passé et la sîtuatîon semble închangée. Malgrélapromessedelavaccînatîon, lesvarîantsduvîrus qu’oncroyaît avoîr apprîse l’anpassé, c’est qu’îl aut agîr vîte, préven-tîvement. Or c’est le contraîre quî s’observe. Le gouvernement contî-nue de retarder autant qu’îl le peut la décîsîon de reconfiner le pays, alors que le coût de l’înactîonest extrêmement lourd. Comme le sou-lîgnent très bîen le socîologue Henrî Bergeron et les coauteurs de son dernîer lîvre, îl seraît trop acîle de décerner des bons et des mauvaîs poînts, de désîgner des héros ou des boucs émîssaîres Covid-19, une crise organisationnelle », Presses de Sciences-Po).Au-delà des préérences partîsanes des gouvernements, c’est une socîologîe de la décîsîon publîque quî est nécessaîre pour com-prendre les contraîntes et les motîvatîons du personnel polîtîque. Une premîère constatatîon sîmple et ondamentale est qu’îl est polîtîquement très dîicîle d’agîr préventîvement. Quand le gou-vernement explîque qu’on peut« attendre encore un peu », îl révèle un tropîsme proond qu’on appelle la procrastînatîon pour un par-tîculîer. Chacun a aît l’expérîence de cette tentatîon psychologîque de dîférer les décîsîons dîicîles, d’attendre d’être vraîment sûr de leur caractère înéluctable pour les prendre… En polîtîque, ce bîaîs comportemental tîent surtout au aît que les gouvernements sont terrîfiés à l’îdée que l’opînîon publîque se retourne contre eux. Keynes dîsaît qu’îl valaît mîeux, pour un învestîsseur, avoîr tort avec tout le monde que raîson tout seul. Le même prîncîpe s’ap-plîque en polîtîque. Ne pas aller plus vîte que la musîque est la méthode polîtîquement la plus sûre, à déaut d’être la plus eicace, pour aîre ressentîr à l’opînîon la nécessîté d’agîr.
La seconde cause de la procrastînatîon publîque spé-cîfique au vîrus tîent à l’îdée qu’îl seraît bon d’un poînt de vue économîque de retarder autant que possîble les mesures de confinement. Chaque jour ermé eraît perdre à la France un certaîn quantum de mîllîards îrrémédîablement engloutîs. Ce raî-sonnement est trompeur. L’an passé, la chute brutale du PIB pro-voquée par le premîer confinement a été presque entîèrement compensée au troîsîème trîmestre par un rebond spectaculaîre : les 20% de PIB perdus au premîer semestre ont été suîvîs d’une croîssance de 19% au troîsîème trîmestre. Il exîste certes des consommatîons quî ne se récupèrent pas, comme les dépenses de skî ou de restaurant. Elles sont de toute manîère înterdîtes aujourd’huî. D’un strîct poînt de vue économîque, une coupure ranche quî permettraît de repartîr ortement pourraît être meîl-leure qu’un semî-confinement au fil de l’eau(voir « The Economics of stop-and-go epidemic control », CEPR, Covid Economics n° 62). Ce qu’on découvre en aît est que la dîiculté d’agîr du gouver-nement tîent à un troîsîème terme : l’état psychîque de la popula-tîon, que l’arbîtrage économîe-santé a totalement îgnoré. C’est cette omîssîon quî a conduît le gouvernement à sortîr troîs mîllîons d’étudîants de l’équatîon, les enermant dans la solîtude et la détresse psychologîque. Il a allu un an avant de découvrîr que des solutîons plus subtîles que l’enermement radîcal étaîent dîspo-nîbles, avec l’alternance de phases de présence et d’absence. C’est sur cette contraînte, le rîsque d’une explosîon de mal-être, que bute aujourd’huî la décîsîon publîque. Sortîr du logîcîel précédent devîent îndîspensable pour explorer des voîes nouvelles, comme ermer (en alternance) les commerces et ouvrîr les unîversîtés, par exemple… C’est en înventant des modes d’actîon quî întègrent les aspîratîons de l’ensemble de la populatîon que le gouvernement pourra ressourcer sa légîtîmîté, et agîr préventîvement au lîeu de subîr l’évolutîon de la crîse. D. C.
6
STÉPHANE MANEL
L’OB S/N ° 2936- 0 4/02/2021
P r o c r a s t i n e r e t s u b i r Par da n I E L C o h E n Directeur du département d’économie de l’Ecole normale supérieure
L E S
Aujourd’hui plus que jamais, il est essentiel de travailler tous ensemble face au COVID-19
Facebook collabore avec près de 100 gouvernements et organismes à travers le monde, comme l’Organisation mondiale de la Santé ou le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, pour partager des informations fiables sur le COVID-19 à travers nos plateformes. Ensemble, nous développons des ressources qui offrent à tous des informations précises en temps réel, pour mieux lutter contre la pandémie.
• En Espagne, la Banque mondiale utilise les cartes de prévention des maladies de Facebook pour planifier les besoins de tests COVID-19 et de lits d’hôpitaux.
• Les épidémiologistes et les spécialistes de santé français et italiens utilisent la technologie de Facebook pour anticiper la propagation virale du COVID-19 et identifier les communautés les plus à risque.
• Nous avons travaillé avec les gouvernements européens pour développer des chatbots sur WhatsApp afin de répondre rapidement et précisément aux questions de santé.
Découvrez-en plus sur nos initiatives pour protéger et informer les communautés surabout.fb.com/fr/europe
LES MOTS CROISÉS ParY V E SCU noW
Horizontalement : 1.Merde merde! en deux mots.2.N’est pas synonyme de faire de la tôle… quoique! • Autopunition.3.Il se fait pincer au Maghreb • Remuait mal pour du chlorure.4.Colonne nécrologique • Baroud d’honneur. 5.Le mariage dans la misogamie • S’exprime comme un écuyer. 6.Prennent soin des étiquettes ou arrive pronominalement dans l’autre sens • L’épinicie en est une version triomphale.7.Défaite napoléonienne en 14, qui coule dans le Pô • Indiennes qui finissaient au bûcher.8.Comme toutes les rues.9.Adepte de la science de l’habitat.10.Ils apprécient les suppôts histoires.
Verticalement : 1.Les caissières ne se mouillent plus avec elles.2.Un état que Jones a célébré • Il régit autant une société qu’elle espère en obtenir des profits. 3.Le smiley mort de rire • Un ami ou un fou.4.Le caviar du pauvre • Serra au corps.5.Préparera une séparation de corps • L’intervalle de la seconde majeure.6.S’impose avec des bis costauds • D’un climat tempéré.7.Le mercredi de la semaine en version décadaire • Un sacripant de ce sacré Pan.8.Une façon de pratiquer directement la voix/voie socratique.9.Sa courbe inspira Monet • Elle induit des V10 à l’extrême. 10.Elles s’expriment avec finesse.
8
Solution du n° 2935
yvescunow.obs@gmail.com L’OB S/N ° 2936- 0 4/02/2021
LES CHRONIQUES n o s b r i b e s D e V i e Par M a R a G oY E T Essayiste
ans un caé, c h e r c h e r désespéré-ment àattraper leregardd’unser-lcpuaonlomsnpiogtmofioreetrd;hdéaéétnecusodp«urAertnleneniteicehHuaaslnelt»d,d’uduencacWinnooapdbhyiisAdllaenns,veur qui eint de toutes ses orces de vous ignorer; subir au cinéma, le qui iant; se sentir obligé de dire quelque chose de subtil devant un tableau d’une « rétrospective événement »; retenir unfourireauconcert parcequelebassonfait des mines marrantes. Pour tout au monde, on aimerait retrouver cela. Ce ne sont ni des « plaisirs minuscules » ni des « Reflets de France », ce n’est pas la première gorgée de bière ni une tranche de pâté en croûte. Ce ne sont ni des joies ni vraiment des rituels, mais des preuves de vie. Ce que Roland Barthes qualifiait, en littéra-ture, d’« eet de réel ».Selon le sémiologue, la présence d’un baromètre sur un piano dans « Un cœur simple », de Flaubert, en apparence superflue et sans intérêt pour l’intrigue, sert à ancrer le récit dans la réa-lité : puisqu’il y a dans le texte cet objet qui ne sert à rien, dont la mention est totalement anecdotique, c’est que l’on est dans la vraie vie. Ces « baromètres », c’est aussi ce qui nous manque cruellement : un flacon inex-ploité de sauce Worcestershire au restau-rant, l’emballage de M&M’s coincé dans le siège d’un multiplexe un jour de pluie, le bruit feutré d’un sous-bock qu’on déchire pour caler une table au café… Peut-être devrions-nous songer à préser-ver ces scories de l’existence afin de lutter contre le sentiment de rétrécissement et d’anomie provoqué par les confinements et les couvre-feux à répétition. A la manière de cette loi sur le « patrimoine sensoriel des campagnes »qui vient d’être adoptée.
Le législateur souhaite ainsi lutter contre les velléités esthé-tisantes de possesseurs de rési-dence secondaire en quête de fausse authenticité, de nature propre, de sérénité rondin et de silences à peine émaillés d’oiseaux. Il s’agit ainsi de protéger certains sons et odeurs (cloches, mélopée aviaire, crottin) considérés comme des nuisances insupportables par les nou-veaux habitants, d’éviter par là même des guerres intestines autour de questions aussi graves que le cri d’un coq au petit matin. Si lepays n’est pas unecartepostale, il n’est pas non plus à l’image de ce moment sani-taire, figéetthanatopraxiquequenousvivons tous. C’est pourquoi, il faudrait ajouter à ce sageinventairerural et patrimonial tout droit sorti d’un dessin d’enfant une liste incom-pressible d’éléments qui seraient comme des bouteilles lancées à la mer, des balises pour s’orienter dans l’existence, des éléments de continuité à la façond’unobjet transitionnel. D’un point de vue pratique il faudrait imagi-ner des bougies parfum« couple mutique au restaurant », des musiques d’ambiance « pylônes et remontées mécaniques en terri-toire alpin », des concertos avec quinte de toux en podcast, des vidéos d’audioguide, des paquets de chips ultra-sonores goût « groupe scolaire au théâtre à la huitième heure du “Soulier de satin” de Claudel ». Toutes ces choses constituent en eet le patrimoine éphémère de notre quotidien. Une fois hors de notre portée, il vient à nous manquer. Faute de mieux, on pourrait, par bribes, le ressusciter. « Echalottes » au lieu d’« échalotes » sur l’ardoise d’un restaurant? C’est magique. Aussitôt, tout nous revient, tout ce monde pas si lointain, son décor, son ambiance : « Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là, simple et tranquille. Cette paisible rumeur-là vient »par-delà le Covid.M. G.
STÉPHANE MANEL
RIENQUESURLEWEB Les articles de « l’Obs » ne sont pas seulement dans le journal. Reportages, analyses, enquêtes, interviews, débats... découvrez tous les jours des inédits réservés aux abonnés surwww.nouvelobs.com
“SEXISME STORY” : UN LIVRE SUR LOANA QUI VOUS EN APPRENDRA SUR VOUS-MÊME Dans son récit, Paul Sanourche raconte ce que le succès et la chute de l’ex-star de « LoFt Story » disent de la société rançaise. PAR BARBARA KRIEF http://bit.ly/LStory
“GAMESTOP” : DES INTERNAUTES MÈNENT L’INSURRECTION CONTRE WALL STREET Des particuliers qui ont trébucher des onds spéculatis proessionnels ? Ce scénario incroyable remet en cause les pratiques de Wall Street. PAR BORIS MANENTI http://bit.ly/GaStop
OUI, ON DORT MOINS BIEN PENDANT LA PLEINE LUNE Et si la Lune régnait sur notre sommeil ? Une étude lève le voile sur les efets de la gravitation et de la lumière lunaires sur nos organismes. PAR JEAN-PAUL FRITZ http://bit.ly/Sommoon
10
VOUS ÊTES ABONNÉ(E) ? Activez dès maintenant votre compte sur www.nouvelobs.com/activationpour pouvoir accéder aux articles du site en illimité et profiter de tous les avantages qui vous sont réservés.
L’OB S/N ° 2936- 0 4/02/2021
LES CHRONIQUES
L e t s a r e s t n u
Par Sa R a da n I E L
outine voleur ! »Ainsi le mouve-ment de révolte centainPe de villes russes de Smolensk àqui secoue la Russie contrelerégimedePoutine n’est pas venu de là où on l’attendait. Des maniestations ont agité une Vladivostok et, dimanche dernier, Moscou était enétat de siège. Mais cette colère n’a été suscitée ni par les violations des droits de l’homme ni par les interventions militaires d’un gouvernement qui multiplie les opéra-tions de soutien à des régimes sanguinaires comme celui de Bachar al-Assad. Ce ne sont même pas les pratîques mafieuses d’un gou-vernement ordonnant cynîquement l’empoî-sonnement de ceux quî le gênent, d’ancîens agents passés à l’Ouest comme Sergueï Skrî-pal et Alexandre Lîtvînenko, des opposants comme Alexeï Navalny(voir p. 48). Non, ces manîestatîons ont été déclenchées par une vîdéo dîfusée par le survîvant Navalny, vue plus de 100 mîllîons de oîs : une enquête dévoîlant le palaîs secret de Poutîne, énorme verrue défigurant le capIdokopas, sur la mer Noîre. Un palaîs de méchant de « James Bond », sî l’on pouvaît en rîre. Il y a toujours un moment où les despotes, îvres de leur pouvoîr, perdent le sens de la retenue. C’est leur hubrîs quî les expose. On se souvîent de la ureur des Roumaîns lors-qu’îls ont découvert les ors des palaîs des Ceausescu. Dans les dîctatures, celles de Saddam Husseîn ou bîen de Ben Alî, les palaîs obèses au clînquant dénué de goût sont les symboles les plus éclatants du déca-lage entre l’autocrate et son peuple. Ils sont les antres d’un pouvoîr obsîdîonal quî se cache, et quî cache ses pratîques. La partîe à peîne émergée de la corruptîon. Navalny a donc exposé à la ace du monde le mensonge de Poutîne. Le tsar est nu. Son
STÉPHANE MANEL
natîonalîsme exacerbé devaît protéger la Russîe des vîsées occîdentales. Le peuple applau-dîssaît ses annexîons et ses bras de er avec la communauté înternatîonale. Pour luî, et contre le reste du monde, les Russes étaîent prêts à se serrer la ceînture. Las, le présîdent sportî quî aîme l’eau gla-cée et la vîe à la dure est l’un des ches d’Etat les plus rîches du monde ! Un homme entouré d’olîgarques quî vénèrent l’argent et la chîrurgîe esthétîque. Plus que le peuple russe, le présîdent chérît donc le luxe. Et quel luxe ! La proprîété aît 39 oîs la taîlle de Monaco, comporte deux hélîports, une patînoîre, un casîno… Face à cette charge, le Kremlîn a pour la premîère oîs prononcé le nom de Navalny. Maîs ses dénégatîons embarrassées, la désî-gnatîon în extremîs d’un prétendu proprîé-taîre de cette olîe de béton, Arkadî Roten-berg, ne suiront pas à endormîr un peuple quî se sent loué. Comme sî après la déchéance morale de Trump et les scan-dales quî éclaboussent le présîdent brésî-lîen Bolsonaro, le soleîl palîssaît pour les populîstes… L’opposîtîona-t-elle une chance d’afaîblîr durablement Poutîne ? Rîen n’est moîns cer-taîn, bîen sûr. Contre Navalny, le Kremlîn joue la montre. Puîsque le âcheux n’a pas eu la bonne grâce de mourîr empoîsonné en Allemagne, Poutîne espère le aîre oublîer en le condamnant à une longue peîne de prîson. Son cercle rapproché a été arrêté et sa on-datîon antîcorruptîon (FBK), menacée de dîssolutîon. Reste que la mythologîe poutî-nîenne du sauveur se sacrîfiant pour l’înté-rêt natîonal a été durablement ébranlée. Aujourd’huî, ce n’est plus Poutîne maîs Navalny quî, chez beaucoup de cîtoyens, încarne, par sa solîtude et son courage, la résîstance et les valeurs russes.S. D.
 EMMA MCINTYRE/GETTY IMAGES/AFP - COLIN ZIEMER/AP/SIPA - GANAPATHY KUMAR/UNSPLASH