Nouvel Obs du 13-01-2022
100 pages
Français

Nouvel Obs du 13-01-2022 , magazine presse

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
100 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Date de parution 13 janvier 2022
Langue Français
Poids de l'ouvrage 21 Mo

Exrait

Cahier numéro un de l’édition n° 2986 du 13 au 19 janvier 2022 L’EXODE LE DIALOGUE ÉDOUARD BAER  VENEZUELA CINÉMA D’UN PEUPLE BENOÎT POELVOORDE AFRIQUE CFA 3800 F CFA, ALGÉRIE 410 DA, ALLEMAGNE 6,20 €, ANDORRE 5,50 €, BELGIQUE 5,30 €, CANADA 8,95 $CAN, DOM 5,30 €, ESPAGNE 5,50 €, GRANDEBRETAGNE 4,90 £, GRÈCE 5,50 €, ITALIE 5,50 €, LUXEMBOURG 5,50 €, MAROC 45 DH, PAYSBAS 5,60 €, PORTUGAL CONT. 5,50 €, SUISSE 7,20 CHF, TOM 950 XPF, TUNISIE 7,50 DT
GAUCHE OPÉRATION SURVIE L’IMPOSSIBLELE PARI RASSEMBLEMENTDE TAUBIRA
E 4,90 F:
 LIONEL BONAVENTURE / AFP - 2986 -
M 02228 3:H3I:KHMIMKCM=M]CU=Y]^UUYX^:U?X:c@?j@cs@jq@a@q@"sa;;"
1%
un
la
pas
vivante
planète,
grand
terre
rre et Humanisme - Patrick Lazic Te
crédit photo:
pour
une
pour
Si toutes les grandes marques donnaient 1% de leur chiffre d’affaires pour préserver la planète, nous ferions un pas de géant pour préserver une terre saine, vivante et fertile. Les entreprises ou les marques affichant le logo 1% for the Planet reversent 1% de leur chiffre d’affaires à des associations environnementales. Rejoignez les 1000 entreprises françaises déjà engagées, pour que l’émerveillement sur notre planète perdure. onepercentfortheplanet.fr
Jardin BiO étic est une marque de Compagnie Léa Nature, dont 18 des marques adhèrent au mouvement mondial 1% for the Planet. Depuis 2007, 16 millions d’euros ont été reversés à plus de 2200 projets de protection de la nature (à fin 2021) et 2,6 millions d’euros sont désormais reversés chaque année.
Jardin BiO étic, marque d’alimentation biologique, est membre 1% for the Planet, et soutient l’associationTerre et Humanismequi œuvre en faveur de la diffusion de l’agroécologie en France. Jardin BiO étic a également soutenu 150 projets de préservation de la nature en 2021.
É D I T O R I A L
La lutte des places
ParC É C I L E P R I E U R Directrice de la rédaction
u’elle tienne du jeu de massacrereil politique derrière elle. Pis, ses appels à ral-ou du poker menteur, c’est lier son panache ace à l’urgence de la situa-incontestablement une partie tion résonnent pour l’instant dans le vide. peu pQlus le tableau d’une gauche pantelante, quasiau contraire permis d’en douter tant les diver-à somme nulle que disputent« A gauche, nos convergences sont sui-actuellement les candidatssantes pour nous permettre de gouverner de gauche à la présidentielle.ensemble cInq ans », avançait Taubira dans Chaque jour qui passe semble assombrir unune tribune au « Monde », fin décembre. Il est moribonde, plus afairée à se quereller qu’à porter ses gences sont proondes entre une gauche pragma-idées et mobiliser son électorat.Ces dernières semaines,tique, prête à gouverner, et un axe protestataire, bien la conusion a été portée à son comble : l’appel à la pri-décidé à ne pas s’efacer. Fracturée en deux grands pôles maire lancé par une Anne Hidalgo afaiblie, le reus – la social-écologie/La France insoumise –, la gauche erme etrépété que luiontopposé Yannick JadotetJean-n’a pas fini la recomposition qui aurait dû s’imposer Luc Mélenchon, l’arrivée tardive de Christiane Taubiraaprès l’efondrement du PS et l’émergence d’EELV dans le jeu électoral… Tous ces épisodes n’ontaitqu’am-comme orce alternative. Si elle existe sur le plan des plifier la triste impression d’une gauche enkystée dansvaleurs, la social-écologie ne s’incarne pas encore les querelles d’ego, rejouant indéfiniment le spectacle dans un mouvement commun. Ou plutôt, les anciens de la zizanie. Et s’il allait une métaphore supplémen- sociaux-démocrates et les écologistes s’en disputent taire pour illustrer ce processus avancé de décompo- toujours le leadership, ce qui bloque toute possibilité sition, on la trouverait dans la grève de la aim qu’ont de ralliement respecti. Il audra sans doute attendre entamée certains militants pour orcer à l’union, actionle résultat de la présidentielle et des législatives pour si désespérée qu’elle ne semble qu’ajouter un peu plus savoir qui sortira vainqueur de cette lutte à mort. au pathétique de la situation…En attendant,lesélecteursdegauche,orphelinsd’une Il aut se rendre à l’évidence, chaque candidat est figure rassembleuse, se rendent peu à peu à l’évidence : plus déterminé que jamais à jouer sa carte, rendant leslbeêmemsagar,lsemuchesimreperépsedteslirsouujto appels au rassemblement aussi creux que vains. Plusrésolue à ne jouerque lesutilitéspourcette élection pré-le temps passe, plus la logique d’appareil semble l’em-escmoemtespsaampagnesilac-rosinagouTe.llientdesi porter sur toute autre considération. Même Christianesait en deux ronts distincts : la bataille du premier tour, Taubira, dont la popularité est orte chez les sympa-quise joue du centre droità l’extrême droite,de Macron thisants de gauche, pourrait elle aussi n’être qu’uneà Zemmour, et une autre course, loin derrière elle, pour candidature parmi les autres. Certes, elle compte sur départager ce qui reste des décombres partisans de la l’élan que devrait lui conérer l’inves- gauche. C’est d’autant plus grave que titure de la primaire populaire pouruejamtnsrpoemntcososinraenjeuxles tirer son épingle du jeu. Mais l’an- (sociaux, écologiques, géopolitiques) cienne garde des Sceaux, qui bénéfi- et que l’attente de la population, qui a A gauche, ciait d’une réelle dynamique au prin- soi d’égalité et de justice sociale, est plus le temps passe, temps dernier avant de préérer jeter réelle. L’impuissance des dirigeants l’éponge à la sortie de l’été, s’est ravi- de gauche à répondre à cette attente sée peut-être trop tardivement. Car siplus la logiquelaisse le champ libre à tous les popu-Christiane Taubira a incontestable- lismes, notamment d’extrême droite. d’appareil semble ment des atouts – son verbe, sa tra- Il est impérati de lutter contre cette l’emporter sur toute jectoire, ses très ortes convictions et tendance de ond : la gauche ne peut sa capacité d’entraînement –, elle n’a et ne doit pas se résigner à être mino-autre considération. pour l’instant ni programme ni appa- ritaire dans le pays.C.P.
STÉPHANE MANEL POUR « L’OBS»
L’OB S/N ° 2986-13/01/202 2
3
N ° 2 9 8 6  D U 1 3 A U 1 9 J A N V I E R 2 0 2 2
Ecôûveûe 20
Gàdŝfômàŝ 34
idÈeŝ 58
Cûlûe 64
tedàceŝ 88
4
Origine du papier :Allemagne.Taux de fibres recyclées :0%. Ce magazine est imprimé chez Newsprint, certifié PEFC. Eutrophisation :PTot = 0.005 kg/tonne de papier. Ouvrage imprimé à 100% avec des encres respectueuses de l’environnement et conformes à la norme «Blue Angel».
L’OB SN ° 29861301202 2
S O M M A I R E
Cahier numéro un de l’édition n° 2986 du 13 au 19 janvier 2022 L’EXODE LE DIALOGUE ÉDOUARD BAER  VENEZUELA CINÉMA D’UN PEUPLE BENOÎT POELVOORDE FARIQEUCAF308F0FCA,ALÉGRIE410D,AAMELLENGA02,6,ANDORRE5,50,BLEIGUQE,5,03ANACAD9,85$AC,DNMO53,0,SENGAPE,505,GRADNERBETAENG,409,£CÈRGE5,50I,TAILE55,0L,XUMEOBURG5,50,MAROC45DH,PASYBAS,506,TROPGUALOCTN.,505,SIUSESFHC02,7,TOM950XPF,TNUSIEI75,0TD
GAUCHE OPÉRATION SURVIE L’IMPOSSIBLELE PARI RASSEMBLEMENTDE TAUBIRA
E 4 ,9 0 F : IL ENO OBL VAN NE T U ER / A F P  2986  M 0 2 2 2 8 3:HI3:KHMIMKCM=M]CU=Y]^UUYX^:U?X:c?@j@cs@jq@@q@s;a""a;
34 40 44 50 54
58
62
64 68
72
74 75 76
88 91 92 93 95
96 97 98
GAUCHE : OPÉRATION SURVIE
Christiane Taubira se lance dans la présidentielle avec une conviction : « Si moi qui peux tenir debout je capitule, tout s’effondre »,confie-t-elle à « l’Obs ». Mais l’ancienne ministre de la Justice peut-elle vraiment sauver une gauche plus que jamais divisée ? Notre dossier
Venezuela L’exode d’un peuple DisparitionLes Bogdanov, la mort et le réel Fait divers « Petit » meurtre entre amies Business Microsoft, la remise à jour Ecologie« Don’t Look Up » : y a-t-il un film pour sauver la planète ?
Philosophie « Je n’attends plus rien de cette élection » : entretien avec Jacques Rancière Selon le philosophe, qui publie « les Trente Inglorieuses », les thèses d’extrême droite ont contaminé l’ensemble de la classe politique, et la logique du barrage ne parviendrait qu’à les renforcer
TravailLes « bullshit jobs », un jeu de cache-caste
CinémaBaer et Poelvoorde se mettent à table Littérature « Netanyahou me rappelle Obama » : entretien avec Joshua Cohen Littérature « Je fais mon outing de mec heureux » : rencontre avec Frédéric Beigbeder Musique La vraie place de Lodéon L’humeur de Jérôme Garcin Le cahier critique Livres, cinéma, musique, expos… Notre sélection
Phénomène Escalade, le sport qui grimpe ! Le crush La cuisine des origines L’actu lifestyleLa tech gagne en souplesse Intérieurs/extérieurs Vous avez dit « Japandi » ? L’Observatrice par Sophie Fontanel
Le courrier des lecteurs/Les mots croisés Le Jeune Acteur 1 par Riad Sattouf Dans le doute par David Caviglioli
La publication comporte 100 pages. Pour les abonnés, un cahier « Télé Obs » de 24 pages est joint. Un encart Thistle Travel est posé sur une partie des abonnés en France métropolitaine. Chiffre de tirage : 196 500 exemplaires. Imprimeurs NEWSPRINT et HELIOPRINT. Société éditrice : Le Nouvel Observateur du Monde. Directrice de la rédaction : Cécile Prieur. Présidente du directoire, directrice de la publication : Julie Joly. Numéro CPPAP : 0120 C 85929. Numéro I.S.S.N : 2416-8793. Dépôt légal : à parution. Abonnements : France (un an) : 160 €. Etudiants : 109 €. Etranger et entreprises : nous consulter. Relations abonnés , 67 avenue Pierre-Mendès-France 75013 Paris – Tél : 01-40-26-86-13 / abonnement@nouvelobs.com. Vous pouvez consulter nos conditions générales d’abonnement à l’adresse suivante : https://www.nouvelobs.com/cgv. L’Obs (ISSN 2416-8793) is published weekly by Le Nouvel Observateur and distributed in the USA by UKP Worldwide, 3390 Rand Road, South Plainfield, NJ 07080. Periodicals postage paid at Rahway, NJ. and additional mailing offices.POSTMASTER : Send address changes to L’Obs, (Publisher) C/O 3390 Rand Road, South Plainfield NJ 07080.
NADÈGE MAZARSPREMIÈRE URGENCE INTERNATIONALE  SAMUEL KIRSZENBAUM POUR  L’OBS   IORGIS MATYASSY POUR  L’OBS   AGLAÉ BORY POUR  L’OBS 
Lapolitique estencore plus grande surFrance Pour la politique avec des petites phrases, il n’y a pas Inter.de la place,beaucoup de besoin de temps. Mais pour la politique avec de grandes idées, il faut place.
Plus d’invités, plus de débats, plus de terrain, plus d’interactivité : Jamais France Inter n’aura déployé autant de moyens.
La politique, la vraie, celle qui va changer notre quotidien, comme vous, à France Inter, on l’aime en grand.
6
C H R O N I Q U E
Vert atome Par S O P H I E FAY
e nucléaîre, une énergîe verte ? Dans quelques semaînes, ce sera oicîel en Europe. Pas sîonLnette de CO2»en 2050. C’est une vîctoîre aussî verte que l’éolîen, le solaîre ou l’hydraulîque, bîen sûr, maîs reconnue comme utîle pour atteîndre l’objectî de« zéro émîs-que le gouvernement rançaîs a obtenue de haute lutte à Bruxelles. Juste avant le dernîer coup de mînuît de l’année 2021, la Commîssîon européenne a mîs en cîrcula-tîon un addenda à son projet de« taxonomîe verte »,une classîficatîon des actîvîtés économîques quî per-met de dîstînguer celles quî réduîsent ou atténuent le réchaufement de la planète des autres. Elle doît orîen-ter l’épargne et les financements vers des projets quî accélèrent la transîtîon clîmatîque et surtout dîssua-der les învestîsseurs de soutenîr les actîvîtés ortement émettrîces de gaz à efet de serre. L’absence – ou la très aîble quantîté – d’émîssîon de CO2par l’électrîcîté nucléaîre l’a donc emporté sur les rîsques lîés à l’accumulatîon des déchets, voîre à un nou-vel accîdent. Et ce, jusqu’en 2045. Au-delà, pour pou-voîr contînuer à bénéficîer du label « transîtîon verte », la filîère nucléaîre devra être capable de traîter les résîdus radîoactîs. Le financement La vîctoîre de Parîs pour du nucléaire aîre basculer le nucléaîre du côté vert – quî doît encore ne doit surtout être valîdée par le Parlement européen – n’a pas été obte-pas chasser celuinue sans douleur. Il a d’abord allu aîre une lourde conces-des énergies sîon à l’Allemagne et aux gros renouvelables. émetteurs de CO2en accep-tant la présence de gaz dans la taxonomîe, moyennant, certes, quelques condîtîons : qu’îl remplace une éner-gîe encore plus polluante (pétrole, charbon) et ce pen-dant une pérîode de transîtîon (jusqu’à 2030). A ce prîx, Parîs a obtenu le soutîen du chancelîer Ola Scholz, maîs pas celuî de l’opînîon allemande, toujours antî-
L’OB S/N ° 2986-13/01/202 2
nucléaîre. Attentîon, elle a la mémoîre longue. Pour réunîr une majorîté, la France a aussî dû s’allîer avec des pays qu’elle crî-tîque, comme la Pologne, la Hongrîe ou la Républîque tchèque,« pas des modèles de l’Etat de droît tel que le défend Emmanuel Macron »,s’îrrîte un proche des Verts alle-mands. A Parîs, on préère parler du rallîement du gouvernement néerlandaîs de Mark Rutte, embar-rassé par ses centrales à charbon. Le jeu en valaît-îl la chandelle ? Absolument, sî l’on en croît le commîssaîre européen Thîerry Breton. Face au doublement de la demande d’électrîcîté à prévoîr dans les trente ans, îl estîme à 550 mîllîards d’euros les învestîssements nécessaîres dans le nucléaîre d’îcî à 2050, en complément des renouvelables. D’aîlleurs EDF réclame déjà 50 mîllîards pour construîre sîx EPR en France. Et pour contînuer au-delà de 2045, îl audra des centrales de quatrîème génératîon, quî promettent de recycler les déchets. Où en est-on justement de ces nouvelles technolo-gîes ? Plusîeurs start-up y travaîllent. D’autres vîsent déjà l’étape suîvante : générer de l’énergîe par usîon des atomes, comme le Soleîl, et non plus par la fissîon quî génère beaucoup de radîoactîvîté. Elles espèrent aller plus vîte que le projet înternatîonal Iter à Cada-rache. Elles ont mîroîter une solutîon à tous les pro-blèmes de la planète. Maîs Jean-Bernard Lévy, le patron d’EDF, appelle à la prudence :« Il n’y a pas de laboratoîre sérîeux quî airme que la fusîon soît à portée de maîn avant deux génératîons, au mîeux. Il n’y a pas d’accélé-ratîon du calendrîer, juste une accélératîon de la course au financement. » C’est hélas le problème de tout le nucléaîre aujourd’huî. On aît reposer sur luî une part de la tran-sîtîon clîmatîque, maîs un quart du parc rançaîs est à l’arrêt, l’EPR de Flamanvîlle n’a toujours pas de date de mîse en servîce, celuî de Taîshan dans le sud de la Chîne a été suspendu et aucune des technologîes utu-rîstes envîsagées n’est au poînt. Son financement ne doît donc surtout pas chasser celuî des énergîes renou-velables, encore moîns celuî de l’amélîoratîon de l’ei-cacîté énergétîque ou les eforts pour plus de sobrîété. C’est le prîncîpal rîsque avec ce « aux vert ».S. F.
STÉPHANE MANEL POUR « L’OBS»
Bonne année 2022, 2023, Construire des appartements sains, durables et bien pensés, c’est s’engager à prendre soin de votre santé. Pas seulement pour la nouvelle année mais aussi pour toutes les années à venir. Nos bIens n’ont pas inI de vous faIre du bIen.
Des bIens quI font du bIen.
Cogedim SAS, 87 rue de Richelieu 75002 Paris, RCS PARIS n° 054500814 – SIRET 054 500 814 00063 – Crédit photo : Getty Images –
2024
RIEN QUE SUR LE WEB Vous êtes abonné(e)? Découvrez des articles inédits et retrouvez nos archives sur notre site internet en activant votre compte sur www.nouvelobs.com/activation
Blanquer, l’homme qui n’aimait pas le wokisme et encore moins le Covid ParLE GUELLEC GURVAN Omicron sème le chaos dans les écoles, mais le ministre continue à se concentrer sa grande cause : la lutte contre l’idéologie « woke ». https://bit.ly/BlanWok
Un an aprèsl’assaut du Capitole, les mystères d’un coup d’Etat manqué Par PHILIPPE BOULET- GERCOURT Le 6 janvier 2021, des partisans de Trump envahissaient le Congrès pour contrer Biden. Une tentative de putsch qui n’a pas livré tous ses secrets. https://bit.ly/Capitole21
Grâce àTikTok, une nouvelle révolution littéraire chez les jeunes ? ParFIACHETTI MARIE Sur l’application préférée des plus jeunes, les recommandations de livres et contenus autour de la lecture rencontrent un franc succès. https://bit.ly/BookTTok
8
L’OB S/N ° 2986-13/01/202 2
C H R O N I Q U E
Pour un débat entre candidats
ParP I E R R E H A S K I l semble y avoir deux à se prononcer. Ce ne sont pas des mondes parallèles : celui enjeux triviaux sur lesquels on dans lequel le continent pourra voir « après » ; c’est un européen est conrontédes sujets centraux du moment, amveIr-pasoitrelsuqeoLsrsi.s-UnEtatlesvecnassaecàeciupuipanssecirdetoptrdegnpaamclaedui;teclersuessnaceseetlesniarnneisirckueecal à l’une des plus graves d’autant que l’Europe est tenue menaces géopolitiques à l’écart des négociations par depuis la fin de la guerre roide, la Russie, qui privilégie le rap-présidentielle rançaise dans laquelle un teltis aujourd’hui au pouvoir en Allemagne, sujet n’aurait pas sa place, trop complexe le SPD social-démocrate, les Verts écolo-par rapport aux polémiques symboliques gistes et le FDP libéral, ont décidé de tra-concernant le drapeau européen à l’Arc de vailler ensemble malgré leurs proondes Triomphe ou l’agenda identitaire et sécuri-diférences idéologiques, ils ont rédigé et taire. Le président que nous allons élire est signé un pacte de coalition de 177 pages, pourtant celui (ou celle) qui définira la posi-entrant dans tous les détails de la législature tion de la France ace à de telles crises,voire àà venir. Les partis rançais n’ont pas la même celle-ci, puisque la crise ukrainienne ne seraculture de coalition qu’en Allemagne, mais vraisemblablement pas terminée lorsque leils risquent ort d’avoir à composer pour nouveau mandat débutera en mai. ormer une majorité après les prochaines Il est troublant que les candidats ne soientéchéances, quel que soit le vainqueur de la que très rarement interrogés sur ces enjeuxprésidentielle. Y sont-ils prêts, par exemple pourtant majeurs, et sur lesquels existent sur les enjeux de politique internationale ? des clivages importants. J’ai pu, non sansPour le savoir,ilaudraitqu’ils en débattent… mal, poser la question directement à Jean- Alors voici quelques questions sur les-Luc Mélenchon lors d’une matinale spé- quelles j’aimerais savoir si la gauche, pour ciale de France-Inter, le 3 janvier. Je luine parler que d’elle, peut gouverner rassem-ai demandé si, en tant que président de lablée ou si,pour reprendre la célèbre ormule République, il accepterait les demandes dans un autre contexte, il n’y aurait pas, sur aites par Vladimir Poutine, et soumises auxces sujets,deux « gauches irréconciliables » : Etats-Unis, de« garanties de sécurité »poursur l’Union européenne et son approondis-la Russie. Sa réponse a été sans équivoque :sement ; sur le concept d’autonomie straté-« Oui.»Le candidatde La France insoumise,gique européenne et,plus généralement,sur qui a le mérite, que l’on soit d’accord ou pasl’architecture de sécurité du continent ;sur la avec lui,d’avoirune réflexion surrelation à l’Otan, aux Etats-Unis, les sujets internationaux,justifieà la Russie et à la Chine… Ce sont sa position en reprenant le « nar-les questions que tout che de rati » russe sur la promesse qui l’Etat trouvera sur son bureau Avant la aurait été aite par l’Otan de ne dès le premier jour, et sur les-présidentielle, pas s’étendre vers l’Est à la fin quelles il devra définir sa diplo-de la guerre roide. La questionmatie, en liaison avec les princi-ici n’est pas de savoir si c’est vrailes enjeuxpaux partenaires de la France. ou pas, c’est de savoir ce qu’en Une idée reçue prétend que la pensent les autres candidats.internationauxpolitique étrangère n’intéresse devraient Sur une question aussi pas les électeurs : même quand ondamentale, chaque parti,le monde change à toute vitesse chaque candidat, devrait avoirêtre posés. autour de nous ?P. H.
LUDOVIC MARIN/AFP - TAYFUN COSKUN/ANADOLU AGENCY VIA AFP - M.F.STÉPHANE MANEL POUR « L’OBS»
C H R O N I Q U E
Je n’irai pas à Kigali
ParA L A I N M A B A N C KO U Ecrivain a pandémie n’épargnecriminels serait sans cesse ramenée plus aucun espaceà l’ampleur de la barbarie de leurs de notre planète. forfaits. En prison, ils seraient de-LGaulle à attendre un « quitus » queLes passants ont le visage de ceuX à Elle rend de plus enentre euX, ils se rassureraient en plus difficile notre se disant qu’ils n’étaient pas les mobilité. Je suis restéseuls à subir le glaive de la justice. bloqué desheuresà Roissy Charles-Dans la rue, c’est une autre histoire. m’enverrait par courriel l’hôtel où je devaisont retiré la vie pour des mobilesqui ils loger etobserver un isolementde deuX jours.qui remontaient à la colonisation du pays… Le quitus n’est jamais arrivé. J’ai raté monLe Rwanda était devenu un protectorat vol, et le prochain, prévu le lendemain enallemand à la suite de la conférence de Ber-fin d’après-midi, était complet.lin, en 1884. C’est pendant cette conférence Je cherche encore à savoir à quoi res- que les grandes puissances européennes semble ce quitus et son intérêt. s’étaient partagé l’Afrique. L’Allemagne, Je devais rencontrer des lycéens quidiminuée pendant la Grande Guerre, per-avaient étudié un de mes romans, hélas ilsdra le Rwanda au profit des Belges qui l’ad-seront en vacances quand j’atterrirai enfinministreront jusqu’à son indépendance à Kigali… J’ai renoncé, les règles imposéesen 1962. Les Belges s’appuyaient sur des par les pays se contredisent, changent au thèses raciales qui ont alimenté une ani-rythme de la mutation du virus. mosité entre les Tutsis – qui seraient plus Je quitte Roissy Charles-de-Gaulle et proches des Blancs – et les Hutus et les regagne Paris. Twa perçus comme des « négroïdes ». La Dans le taXi, je ne cesse de repenser à la carte d’identité instituée par la Belgique seule fois où je m’étais rendu au Rwanda.« l’ethnie » de chacun. Elle serviraindiquait C’était en 2008. Je découvrais une terre qui,paradoXalement auX Rwandais à se distin-en 1994, avait connu l’un des derniers géno-guer les uns des autres, donc à savoir qui e cides du xx siècle. Je remarquais le long tuer et qui épargner pendant le génocide. des principales avenues de Kigali des indi-Les colons parlaient d’ethnies. Or il s’agis-vidus, pour la plupart des hommes, habil- sait avant tout d’une catégorisation socio-lés en rose, avec des balais, des pioches,professionnelle : les Hutus étaient des agri-des râteauX et des houes. Je pensais qu’ilsculteurs, les Tutsis des éleveurs de bétail… travaillaient pour la ville : ils étaient desJe repense à tout cela. Nous autres Afri-détenus, plus eXactement des cains nous sommes laissé ber-génocidaires. Leur condamna-ner par ces théories nées de la tion était ainsi accompagnée depensée occidentale, dont le des-Ces théories ce travail d’intérêt général. Unesein subreptice était de semer rédemption ? En apparence,la division afin de mieuX asseoir oui. Mais au fond, ils devaientdont leles colonies. Les Africains ont supporter le regard de ces pas-tué les Africains pendant ce dessein était sants dont les proches avaient génocide, me dis-je alors que de semer péri pendant le génocide auquelmon taXi entre dans le quartier ils avaient, de près ou de loin,de la gare du Nord, où je reste-participé. Pourtant, on lesla divisionrai deuX jours avant de rentrer regardait à peine, ils faisaient chez moi à Los Angeles. désormais partie du décor.afin de mieuxJe ne suis pas allé à Kigali. Mais le Rwanda pratiquait enJ’espère que les lycéens rwan-asseoir les quelque sorte « le châtiment dudais liront cette chronique… colonies. regard » : la conscience de cesA. M.
STÉPHANE MANEL POUR « L’OBS»
Fondateurs :Jean Daniel, Claude Perdriel 67, avenue Pierre-Mendès-France, 75013 Paris Téléphone Standard : 01.44.88.34.34 Pour joindre par téléphone votre correspondant, il suffit de composer 01.44.88 puis les quatre chiffres qui figurent entre parenthèses à la suite de son nom. Pour adresser un e-mail à votre correspondant, il suffit de taper l’initiale de son prénompuis son nomsuivi de @nouvelobs.com DIRECTION Conseil de surveillance :Catherine Sueur (présidente), Louis Dreyfus (vice-président), Béatrice de Clermont-Tonnerre, Frédéric Curtet, Ursula Gauthier, Jacques-Antoine Granjon, Xavier Niel, Claude Perdriel, Matthieu Pigasse. Directoire :Julie Joly (présidente), Cécile Prieur (directrice de la rédaction). RÉDACTION Directrice :Cécile Prieur. Directeurs adjoints :Clément Lacombe (35.48), Grégoire Leménager (35.98). Rédacteurs en chef :Nathalie Bensahel (34.87),Sylvain Courage (40.16), Nolwenn Le Blevennec (35.86), Géraldine Mailles (37.80), François Sionneau (34.22). Directeur de la création et directeur artistique :Serge Ricco (35.43). Assistantes de rédaction :Catherine Rode (34.26), Catherine Coimet (34.17), Stéphanie Terreau (Planning : 36.60). Courrier des lecteurs : courrier@nouvelobs.com Chroniqueurs :Emmanuel Carrère, Daniel Cohen, Mara Goyet, Pierre Haski (34.26), Alain Mabanckou. Dessinateur :Riad Sattouf (34.26). France : Maël Thierry(37.35), Julien Martin (chef adj 35.20), Emmanuelle Anizon (34.52), Lucas Burel (36.27), Charlotte Cieslinski (40.35), Rémy Dodet (34.16), Marie Guichoux (40.39), Alexandre Le Drollec (37.77), Baptiste Legrand (40.69), CarolineMichel-Aguirre (35.30), Serge Raffy (40.20). Dissensus : Arnaud Gonzague(34.60), Renaud Février (34.42), Thierry Noisette (35.10). Etranger : Ursula Gauthier(35.35), Nathalie Funès (chef adj. 35.75), Doan Bui (35.82), Sara Daniel (35.14), Sarah Diffalah (36.31), Sarah Halifa-Legrand (36.02), Vincent Jauvert (35.81), Céline Lussato (37.94), Jean-Baptiste Naudet (40.68). Correspondants :Philippe Boulet Gercourt (New York). Economie : Claude Soula(34.57), Boris Manenti (chef adj. 36.01), Morgane Bertrand (36.05), Sophie Fay (36.46), Véronique Groussard (35.95), Dominique Nora (34.86), Agathe Ranc (35.25). Enquêtes : Vincent Monnier(35.97), Cécile Deffontaines (chef adj.36.56), Matthieu Aron (34.01), Mathieu Delahousse (34.33), Violette Lazard (35.22), David Le Bailly (40.88), Céline Rastello (36.08), Elsa Vigoureux (34.69). Société / Rue 89 : Arnaud Sagnard(36.95), Louise Auvitu (chef adj. 35.27), Sébastien Billard (40.81), Emilie Brouze (34.49), Renée Greusard (36.09), Barbara Krief (36.23), Elodie Lepage (37.15), Gurvan Le Guellec (35.61), Bérénice Rocfort-Giovanni (37.07), Henri Rouillier (35.23), Natacha Tatu (35.73), Marie Vaton (36.71). Idées : François Armanet(40.11), Marie Lemonnier (chef adj. 37.25), Eric Aeschimann (34.67), Rémi Noyon (34.74), Xavier de La Porte (34.24), Véronique Radier (37.36), François Reynaert (35.90), Pascal Riché (34.35). Culture : Jérôme Garcin(35.13), Sophie Grassin (chef adj. 37.70), David Caviglioli (35.24), Anne Crignon (37.89), Sophie Delassein (36.17), François Forestier (34.71), Didier Jacob (35.13), Jacques Nerson (35.13), Elisabeth Philippe (34.95) Fabrice Pliskin (35.29), Nicolas Schaller (34.45), Amandine Schmitt (36.22). Assistante : Véronique Cassarin-Grand (34.71). Grand reporter :Carole Barjon (34.64). Tendances : Anna Topaloff(40.53), Corinne Bouchouchi (chef. adj. 34.99), Clémence Belin (40.57), Christel Brion (35.46), Claire Fleury (34.58), Magali Moulinet (36.63), Dorane Vignando (40.71). Médias / TéléObs : Guillaume Loison(36.14), Marie-Laure Michelon (chef. adj. 35.60), Nebia Bendjebbour (35.44), Marjolaine Jarry (36.58), Hélène Riffaudeau (37.92), Anne Sogno (36.74). Web :Timothée Vilars (35.32), Geoffrey Bonnefoy. Édition web : Bertrand Courrège(34.77) Moé Angeleri (37.72), Emmanuelle Bonneau (37.73), Véronique Macon (40.03). Pôle visuel : Mélody Locard(35.72), Cyril Bonnet (36.18), Julien Bouisset (34.82), Emmanuelle Hirschauer (35.58), Louis Morice (34.23), Mahaut Landaz (37.18). Maquette : Xavier Lucas(DA adj. 37.83), Yan Guillemette (37.31), Carole Mullot (40.28), Elisabeth Rascol (34.46), Jean-Michel Robinet (37.74), Caroline Dupont Bonnefoy (37.37), Mehdi Benyezzar (infographie : 35.78). Réalisation :Véronique Belluz (37.50), Miloud Bentebria (36.84), Jean-Luc Chyzy (36.83). Secrétariat de rédaction-révision : Marie-Lou Morin(chef d’édition : 37.28), Pauline Chopin (40.55), Marie-Hélène Clavel-Catteau (34.20), Pascale Fiori (40.34), Marina Hammoutène (40.70), Christine Mordret (40.23), Laurent Morvan (34.47), Sylvie Raymond (40.51), Isabelle Trévinal (36.57). re Photo : Véronique Rautenberg(36.04), Sylvie Duyck (1 rédac. photo : 40.93), Miloud Bentebria (36.84), Frantz Hoez (35.18), Nathalie Lourdez (36.94), Vincent Migeat (34.43), Camille Simon (34.41). Documentation : Florence Malleron(40.86), Gaëlle Noujaim(35.45), Lise Tiano (35.04). Immobilier : Yves Le Grix(ylegrix@nouvelobs.com, 36.29). ADMINISTRATION Directrice générale :Julie Joly. Service RH :Anne-Sophie Gourdon (responsable : 36.64), Lucie Lardeux (36.11). Relations extérieures :Marie Riber (35.64). Ventes au numéro :Sabine Gude (01.57.28.32.79), Emily Nautin-Dulieu (01.57.28.33.17). Abonnements :Dominique Chasseré (directrice : 37.63), Lauren Laïk (40.73), Sophie Mariez (35.34). Service Abonnements :01.40.26.86.13 Fabrication :Nathalie Communeau (directrice), Nathalie Mounié (36.40). Informatique éditoriale :Thierry Sellem(37.45). Contrôle de gestion :Paul Jacob-Mathon (35.56). Comptabilité :Blandine Leostic (directrice : 40.77), Lydie Bruni (36.99), Nicole Mahé (40.10), Sinat Tin (34.94), Laetitia Videgrain. RÉGIE PUBLICITAIRE MPublicité, 67, avenue Pierre-Mendès-France – 75013 Paris. Standard :01.57.28.20.00 Présidente :Laurence Bonicalzi Bridier. Directrice générale adjointe - Marketing & études : Élisabeth Cialdella (elisabeth.cialdella@mpublicite.fr, 39.68). Directeur délégué - Directeur de marque Obs : David Eskenazy (david.eskenazy@mpublicite.fr, 38.63). Directeur délégué – Pôle Numérique : Sébastien Noël (sebastien.noel@mpublicite.fr, 37.00). Directeur délégué - Pôle agences : François de Ren (francois.deren@mpublicite.fr, 30.21). Directeur délégué - Pôle opérations spéciales : Steeve Dablin (steeve.dablin@mpublicite.fr, 38.84). Numéro d’enregistrement à la commission paritaire :0115 C 85929 (édition métropolitaine)Diffusion :France Messagerie Directeur de la publication :Grégoire de Vaissière. RELATIONS ABONNÉS : 01.40.26.86.13, ABONNEMENT@NOUVELOBS.COM 67, avenue PierreMendèsFrance – 75013 Paris. MODIFICATION DE SERVICE VENTE AU NUMÉRO ET RÉASSORTS : 08.05.05.01.47
L’OB S/N ° 2986-13/01/202 2
9
RETRAITESsables ». Avant de préciser, le 15 décembre sur TF1, « qu’il Faudra travailler plus longtemps »et« aller vers un système simplifié[avec]grosso modo trois grands Macron régimes »,pour les fonctionnaires, les salariés du privé TÉLÉPHONE ROUGdeEloi d’ici à la présidentielle bruissait même dans et les indépendants. La publication d’un avant-projet entretient les allées du pouvoir. Mais depuis quelques jours, l’heure est à la reculade.« Il n’y aura ni texte ni réou-le flou verture des négociations avant l’élection comme cela avait efectivement été envisagé »,assure un ministre de premier plan. Et pour cause,« les organisations eux qui espéraient une clarification sur lasyndicales et patronales reFusent de négocier en l’air », réforme des retraites voulue par Emma- sans connaître le nom du futur vainqueur de l’élec-C nuel Macron à l’occasion de la campagnetion.« On dira,insiste le même ministre,qu’il Faudra présidentielle devraient en être pour leursune convergence des règles et une mesure d’équilibre frais. Si le président-pas-encore-candidat l’avaitbudgétaire. Mais il ne Faut pas s’attendre à voir une repoussée sine die lors de son allocution téléviséemesure détaillée dans le programme présidentiel.Je du 9 novembre dernier, il avait promis de mettreserais vous, je ne parierais pas non plus sur les trois des propositions sur la table dès le début 2022 afinrégimes : si le président a dit “grosso modo”, c’est bien de permettreque rien n’est arrêté. »« des débats démocratiques indispen- JULIEN MARTIN
quinze ans. »Pour la ministre du Travail Elisabeth Borne, la candidate LR ressasse de vieilles rengaines.« Elle parle d’une réforme de l’assurance-chômage ? On vient d’en faire une ! Elle dit qu’elle va supprimer 150 000 postes de fonctionnaires. Est-ce crédible si vous voulez des policiers, des gendarmes, des militaires, des soignants, des profs ? On ne va pas rayer des sous-préfectures de la carte pour supprimer des agents ! Elle répète des slogans qui tournent à vide. »
Bayrou se souvient de Benalla Le Béarnais a de la mémoire et, parfois, le jugement sévère. Dans un documentaire sur le quinquennat Macron, « Cinq ans », que diffusera France 5 le 16 janvier prochain, le patron du MoDem tacle la gestion « cataclysmique »de l’affaire Benalla par l’Elysée. François Bayrou ne mâche pas ses mots sur la sortie du chef de l’Etat qui, à l’été 2018, avait lancé un hasardeux« Qu’ils viennent me chercher »:« On
a eu une discussion avec ses proches à ce moment-là sur cette séquence et je n’étais pas d’accord sur le ton employé. »A l’époque, le centriste avait déjà fustigé une« formule inutilement western ».
E N B R E F
L’OB S/N ° 2986-13/01/202 2
POOL/REUTERS - XOSE BOUZAS/HANS LUCAS VIA AFP - PHILIPPE LOPEZ/AFP
10
Borne se paie Pécresse Valérie Pécresse ?« Son discours, c’est “Retour vers le futur” ! On termine ce qu’on avait commencé il y a
Emmanuel Macron, lors de son déplacement à Nice,le 10 janvier.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents