100 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Nouvel Obs du 14-01-2021

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
100 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 14 janvier 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 24 Mo

Exrait

Cahier numéro un de l’édition n° 2933 du 14 au 20 janvier 2021 UNE SEMAINE LES ENFANTS AVFRIQUE CAFA 3800 FCCFA, ALGÉCRIE 410IDA, ALLNEMAGNE 6,S20 €, ANDORRE 5,50 €, AUTRICHE 5,90 €, BELGIQUE 5,30 €, CANADA 8,35 $CAN, DOM 5,30 €, ESPPAGNE 5,50R€, GRAINDEBRNETAGNE 4T,90 £, GERÈCE 5,50M€, ITALIE 5,5P0 €, LUXESMBOURG 5,50A€, MARORC 45 DH, PAAYSBASB5,60 €, PEORTUGALSCONT. 5,50 €, SUISSE 7,20 CHF, TOM 950 XPF, TUNISIE 6,00 DT DANS UN EHPAD DE LA RÉVOLTE
BRUNO LATOUR LEPENSEUR QUIINSPIRE LAPLANÈTE
 IORGIS MATYASSY M 02228- 2933 -F:4,90E M 02228F:4,90 3:HIKMMC=]UY^UX:?m@j@d@d@k";
L’ÉDITO
L’ère du changement
ParPR I EU R, CÉCI LE directrice de la rédaction
ui n’a eu, un jour, ce déclic ? Qui n’a connuce moment où nous réali-Q sons que, en matière environnementale, le piren’est pas totalement certain mais malgré tout probable si nous ne changeons rien ? Que nous avons basculé dans une autre ère civili-sationnelle qui nous impose de repenser notre rapport au monde, à la nature, au vivant ? Pour les plus précoces d’entre nous, cette prise de conscience a eu lieu il y a des années, guidée par la pensée écologiste et le souhait de renouer avec un monde plus raisonné. D’autres ne les ont rejoints que par étapes successives, la dernière et non la moindre étant sans doute la crise sanitaire que nous traver-sons actuellement. En obligeant chacun àralentir, et ce, brutalement, lors dupre-mier confinement, la pandémie mon-diale n’a pas seulement restreint nos libertés : elle nous a aussi ouvert le champdes possibles et démontré que ce que nous prenions pour acquis – nos façons de travailler, de consommer, de financer nos sociétés – peut véritable-ment être réinventé. C’est à cette réinvention que nous invite le philosophe Bruno Latour, que nous portons à la une de « l’Obs » cette semaine. Défricheur d’idées nouvelles, ce maître à penser de l’écologie actuelle est considéré comme l’un des intellec-tuels les plus influents au monde. Ni optimiste – pas question de minimiser les défis à surmonter – ni catastro-phiste – pas question d’expliquer que nous courons irrémédiablement à notre perte –, Bruno Latour nous dit que l’homme, c’est aussi la nature, en aucun cas l’antinature. Immergé dans son environnement au même titre que le reste du vivant, il est la partie d’un tout et doit se penser comme telle.
4
L’OB S/N ° 2933-14/01/2021
Latour, ceFrenchieun peuold school, sorte de sage policé et curieux, est un penseur du changement, qui nous incite à ne pas désespérer, abasourdis que nous serions face aux choix qui nous attendent. Au contraire, il nous rappelle qu’il est possible de vivre et faire autrement, à condition de se poser les bonnes questions sur ce que sont nos vraies priorités. Ces questions, « l’Obs » les a toujours explorées et continuera à les explorer dans les mois et les années qui viennent, en faisant de la révolution environnementale et des transforma-tions qu’elle implique un axe majeur de sa couverture éditoriale. Il y a cin-quante ans, notre magazine était parmi les pionniers de la cause écologique grâce à l’un de ses cofondateurs, André Gorz, chantre de l’éco-socialisme. Dans « la Dernière Chance de la Terre », un hors-série du « Nouvel Observateur » paru en juin 1972 qui avait rencontré un vif succès, Gorz le visionnaire expli-quait déjà :« Autant vous faire à l’idée tout de suite : ce que nous appelons “la civilisation industrielle” ne passera pas le cap de ce siècle. Pendant une à deux décennies encore, elle vous procurera des jouissances douteuses et des privilèges qu’il faudra payer de plus en plus cher. Ensuite il faudra que cela cesse : que cessent les voitures que l’on change tous les deux à cinq ans ; que cessent les vête-ments qui ne durent qu’une saison, les emballages que l’on jette, la viande quo-tidienne, la liberté d’engendrer et de concevoir. Plus vite cela cessera, mieux cela vaudra ; plus cela durera, plus l’ef-fondrement de cette civilisation sera brutal et irréparable la catastrophe pla-nétaire qu’elle prépare. »A nous de ne pas nous y résigner et de chercher ensemble les moyens d’entrer dans l’ère du changement.C. P.
Fondateurs:JeanDaniel, ClaudePerdriel
67, avenue Pierre-Mendès-France, 75013 Paris TéléphoneStandard: 01.44.88.34.34
Pour joindre par téléphone votre correspondant, il suffit de composer 01.44.88 puis les quatre chiffres qui figurent entre parenthèses à la suite de son nom. Pour adresser un e-mail à votre correspondant, il suffit de taper l’initiale de son prénom puis son nom suivi de @nouvelobs.com
DIREC T ION Conseildesurveillance:Catherine Sueur (présidente), LouisDreyfus (vice-président), Frédéric Curtet, UrsulaGauthier, Jacques-AntoineGranjon, Fanny Letier, XavierNiel, ClaudePerdriel, MatthieuPigasse, Edouard Tetreau. Directoire:Grégoire de Vaissière(président), Cécile Prieur(directricede larédaction)
REDAC T ION Directrice:Cécile Prieur. Directeursadjoints:Clément Lacombe (35.48), GrégoireLeménager(35.98), PascalRiché(34.35). Rédacteursenchef:SylvainCourage(40.16), NolwennLeBlevennec(35.86), GéraldineMailles(37.80), FrançoisSionneau(34.22). Directeurdu numérique:Alexandre Phalippou(34.61). Directeurdelacréationetdirecteurartistique:SergeRicco(35.43). Assistantesderédaction:CatherineRode(34.26), CatherineCoimet(34.17), StéphanieTerreau(Planning : 36.60). Courrier des lecteurs : courrier@nouvelobs.com Chroniqueurs:Daniel Cohen, Mara Goyet, Pierre Haski (34.26). Dessinateur:RiadSattouf (34.26). France: MaëlThierry(37.35), JulienMartin(chefadj 35.20), CécileAmar(37.66), EmmanuelleAnizon(34.52), CécileDeffontaines(36.56), RémyDodet(34.16), MarieGuichoux(40.39), PaulLaubacher(35.89), AlexandreLeDrollec(37.77), SergeRaffy(40.20). Grand reporter : CaroleBarjon(34.64), Dissensus: ArnaudGonzague(34.60), RenaudFévrier(34.42), ThierryNoisette(35.10). Etranger: UrsulaGauthier(35.35), NathalieFunès(chefadj.35.75), DoanBui(35.82), Sara Daniel(35.14), SarahDiffalah(36.31), SarahHalifa-Legrand(36.02), Vincent Jauvert(35.81), CélineLussato(37.94), Jean-BaptisteNaudet(40.68). Correspondants:PhilippeBoulet Gercourt(NewYork), MarcellePadovani(Rome). Economie: ClaudeSoula(34.57),BorisManenti(chefadj.36.01), Morgane Bertrand(36.05), Charlotte Cieslinski (40.35), SophieFay(36.46), BaptisteLegrand(40.69), Dominique Nora (34.86) Affaires: CarolineMichel-Aguirre(35.30), VincentMonnier(chefadj. 35.97), MatthieuAron(34.01), LucasBurel(36.27), MathieuDelahousse(34.33), VioletteLazard(35.22), DavidLeBailly(40.88), CélineRastello(36.08), ElsaVigoureux(34.69). Société / Rue 89: ArnaudSagnard(36.95), LouiseAuvitu(35.27), SébastienBillard(40.81), EmilieBrouze(34.49), RenéeGreusard(36.09), BarbaraKrief(36.23), ElodieLepage(37.15), GurvanLeGuellec(35.61), Agathe Ranc (35.25), BéréniceRocfort-Giovanni(37.07), HenriRouillier(35.23), NatachaTatu(35.73), MarieVaton(36.71). Idées: FrançoisArmanet(40.11), MarieLemonnier(chefadj.37.25), EricAeschimann(34.67), , Rémi Noyon (34.74), XavierdeLaPorte(34.24), VéroniqueRadier(37.36), FrançoisReynaert(35.90). Culture: JérômeGarcin(35.13), DavidCaviglioli(35.24), AnneCrignon(37.89), SophieDelassein(36.17), FrançoisForestier(34.71), DidierJacob(35.13), JacquesNerson(35.13), Elisabeth Philippe(34.95) FabricePliskin(35.29), NicolasSchaller(34.45), AmandineSchmitt(36.22). Assistante: VéroniqueCassarin-Grand(34.71). Supplémentsetrégionaux:NathalieBensahel(34.87). Tendances: Anna Topaloff(4053), CorinneBouchouchi(chef. adj. 34.99), Clémence Belin(40.57), ChristelBrion(35.46), ClaireFleury(34.58), DoraneVignando(40.71). Assistante: MagaliMoulinet(36.63). Médias / TéléObs: SophieGrassin(37.70), VéroniqueGroussard(chefadj. 35.95), NebiaBendjebbour(35.44), Marjolaine Jarry(36.58), GuillaumeLoison(36.14), HélèneRiffaudeau(37.92), AnneSogno(36.74). Assistante: Marie-LaureMichelon(35.60). Web:TimothéeVilars(35.32), Geoffrey Bonnefoy Édition web : Bertrand Courrège(34.77) MoéAngeleri(37.72), Emmanuelle Bonneau(37.73), VéroniqueMacon(40.03) Pôle visuel : MélodyLocard(35.72), CyrilBonnet(36.18), Julien Bouisset (34.82), EmmanuelleHirschauer(35.58), LouisMorice(34.23), Mahaut Landaz (37.18) Maquette:XavierLucas(DAadj.37.83), YanGuillemette(37.31), CaroleMullot(40.28), ElisabethRascol(34.46), Jean-MichelRobinet(37.74), CarolineTatard(37.37), MehdiBenyezzar(infographie: 35.78). Réalisation:VéroniqueBelluz(37.50), MiloudBentebria(36.84), Jean-LucChyzy(36.83). Secrétariatderédaction-révision: Marie-LouMorin(chef d’édition: 37.28), PaulineChopin(40.55), Marie-HélèneClavel-Catteau(34.20), PascaleFiori(40.34), MarinaHammoutène(40.70), ChristineMordret(40.23), LaurentMorvan(34.47), SylvieRaymond(40.51), IsabelleTrévinal(36.57). Photo: VéroniqueRautenberg(36.04), SylvieDuyck(1re rédac.photo: 40.93), MiloudBentebria(36.84), FrantzHoez(35.18), NathalieLourdez(36.94), VincentMigeat(34.43), CamilleSimon(34.41). Documentation: FlorenceMalleron(40.86), GaëlleNoujaim(35.45), LiseTiano(35.04). Immobilier :Yves Le Grix (ylegrix@nouvelobs.com, 36 29).
A DMINIS T R AT ION Directeurgénéral:Grégoire de Vaissière. ServiceRH:Anne-Sophie Gourdon (responsable : 36.64), Lucie Lardeux(36.11). Relationsextérieures:MarieRiber(35.64). Ventes au numéro:Sabine Gude(01.57.28.32.79), EmilyNautin-Dulieu(01.57.28.33.17). Abonnements:DominiqueChasseré(directrice :37.63), LaurenLaïk(40.73), SophieMariez(35.34). ServiceAbonnements:01.40.26.86.13 Fabrication:Nathalie Communeau (directrice), Nathalie Mounié (36.40). Contrôle de gestion:Paul Jacob-Mathon(35.56) Comptabilité:BlandineLeostic(directrice: 40.77), LydieBruni(36.99), NicoleMahé(40.10), SinatTin(34.94), Laetitia Videgrain
REGIE PUBLICI TA IRE MPublicité, 67, avenue Pierre-Mendès-France – 75013 Paris. Standard:01-57-28-20-00 Présidente:LaurenceBonicalzi Bridier. Directrice générale adjointe - Marketing & études :Élisabeth Cialdella (elisabeth.cialdella@mpublicite.fr, 39 68). Directeur délégué - Directeur de marque Obs : David Eskenazy (david.eskenazy@mpublicite.fr, 38 63). Directeur délégué – Pôle Numérique :Sébastien Noël (sebastien.noel@mpublicite.fr, 37 00). Directeur délégué - Pôle agences : François de Ren (francois.deren@mpublicite.fr, 30 21). Directeur délégué - Pôle opérations spéciales : Steeve Dablin (steeve.dablin@mpublicite.fr, 38 84).
Numéro d’enregistrementàlacommissionparitaire:0115C85929 (éditionmétropolitaine)Diffusion:France Messagerie Directeurdelapublication:Grégoire de Vaissière. REL ATIONS ABONNES : 0 1.4 0.26.86.13, ABONNEMENT@NOU VELOBS.COM 67, avenue PierreMendèsFrance – 75013 Paris. MODIFICATION DE SERVICE VENTE AU NUMERO ET RE ASSORTS : 08.05.05.0 1.47
STÉPHANE MANEL
OLIVIER PEUT ÉPARGNER DANS SON INTÉRÊTET CELUI DE TOUS.
Chez Banque Populaire, nous pensons que chacun doit être libre de pouvoir donner du sens à son épargne en fonction de sa sensibilité. Voilà pourquoi nous proposons à nos clients des solutions d’investissements socialement responsables.
Un investissement socialement responsable peut présenter un risque de perte en capital et n’est pas garanti. Document à caractère publicitaire BPCE - Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de170 384 630euros - Siège social :50, avenue Pierre Mendès France -75201Paris Cedex13- RCS Paris N°493 455 042Crédit photo : Getty Images-
* TIME TO CHANGE NOUVEAU 3008 HYBRIDE RECHARGEABLE
À PARTIR DEDE CO/KM**29 G *** PEUGEOT i-Cockpit® AVEC SYSTÈME DE VISION DE NUIT 59 KM D’AUTONOMIE EN 100 % ÉLECTRIQUE
* Il est temps de changer. (1) Les valeurs de consommation de carburant, d’émissions de CO2et d’autonomie indiquées sont conformes à la procédure d’essai WLTP sur la base de laquelle sont réceptionnés les véhicules neufs depuis le 01/09/2018. Cette procédure W LTP remplace le cycle européen de conduite (NEDC) qui était la procédure d’essai utilisée précédemment. Les conditions d’essai étant plus réalistes, la consommation de carburant et les émissions de CO2mesurées selon la procédure WLTP sont, dans de nombreux cas, plus élevées que celles mesurées selon la procédure NEDC.
Les valeurs de consommation de carburant, d’émissions de CO2et d’autonomie peuvent varier en fonction des conditions réelles d’utilisation et de différents facteurs, tels que : la fréquence de recharge, le style de conduite, la vitesse, les équipements spécifiques, les options, les types de pneumatiques, la température extérieure et le confort thermique à bord du véhicule. Veillez à vous rapprocher de votre point de vente pour plus de renseignements. Plus d’informations sur peugeot.fr. *** De série, en option ou indisponible selon version. (1) Consommation mixte WLTP (en l/100 km) : de 1,2 à 1,4 ; **Émissions de CO2WLTP (en g/km) : de 29 à 32.
STÉPHANE MANEL
8
’est une claque. Partout la vaccîna-tîon contre le Covîd s’accélère, maîs toujourspasdevaccînrançaîs.Aucunechance d’en avoîr un avant la deuxîème moîtîé de 2021. Dans les serîngues, on trouve un sLîvoeuconaîsPCapsllpeEderdwaneJren471(81-9trelavaîrlo,een8120,pîttaéornceas.éne23).ste8122ru()5n1-98 vaccîn amérîcaîn – celuî de Moderna – ou un vac-cîn allemand – celuî de BîoNtech, produît par l’amérîcaîn Pfizer. Le Royaume-Unî utîlîse aussî les doses produîtes par son champîon natîonal, AstraZeneca, conçu avecl’unîversîtéd’Oxord. Etnousrappelleaupassagequelepîonnîer delavaccînatîon, celuî quî apermîslatoutepremîèrecampagnemas-Oùest donc le vaccînrançaîs? Pourquoî SanofiPasteur, la branche vaccîns dulaboratoîreSanofi, leader mondîal delavaccînatîoncontre la grîppe, a-t-îl prîs un tel retard? L’orgueîl natîonal est touché, et les hypothèses vont bon traîn. Retour en arrîère, îl y a un an, au moment où un chercheur chînoîs publîelegénomeduSars-Cov2, bravant les consîgnes desongouver-nement. Lesstart-upBîoNTechenAllemagneouModernaauxEtats-Unîs, pîonnîères de la technîque dîte de l’ARN messager – une sorte de courrîer moléculaîre quî déclenche la productîon d’antîcorps –, se lancent à ond dans la course au vaccîn. En Allemagne, le proes-seur Chrîstîan Drosten met au poînt le test PCR, rendu dîsponîble le 20 janvîer 2020. Les Brîtannîques, eux, créent un consortîum pour séquencerlesmutatîonsduvîrusenquasî-tempsréel. EnFrance, onse déchîresur les masques et l’hydroxychloroquîne. Aupays dePasteur, îl aut bîen le reconnaïtre, le vaccîn n’occupe pas les esprîts. ChezSano,PaulHudson,lenouveaudîrecteurgénéral,nestalorsenplacequedepuîsquelquesmoîs.Evîdemment,îlsengageluîaussîdanslarecherchedunvaccîn.Dèsévrîer2020,îlreçoîtdaîlleurslesoutîenfinancîer de la Barda, l’autorîté amérîcaîne quî pîlote chaque année la campagne de vaccînatîon contre la grîppe. Maîs du côté des autorîtés européennes,pasdesîgne.Etsurtout,seséquîpessontprudentes:elles
ont encore en tête le tragîque raté du vaccîn contre la dengue, quî auraît aggravélamaladîeet entraïnélamort d’enants aux Phîlîppînes. La sécurîté est donc essentîelle. Il aut aller vîte, maîs sans que se téléscopent les étapes et les dîférentes phases de tests, comme le ont les bîotechs, pour montrer la orce de leur technologîe. Ces bîotechs, Sanofineles dédaîgnepas. Aucontraîre. Il aunparte-narîat avec une start-upduMassachusetts, Translate Bîo. Maîs îl veut bétonner son accord, notamment financîer. Il sera sîgné en mars… au moment où son concurrent Moderna est déjà en traîn de sortîr son prototype de vaccîn. Sanofipasse à côté de BîoNTech, plus avan-cée, maîs plus îndépendante et plus exîgeante. Pfizer s’en régalera. En courant deux lîèvres à la oîs, en voulant tout sécurîser, le labo-ratoîre a-t-îl perdu de précîeuses semaînes? L’heure des comptes arrîve en décembre. Un communîqué tombe le 11 :« Sanofi et GSK annoncent un retard dans leur programme de vaccin adjuvanté à pro-téine recombinante contre le Covid-19. »Il manqueraît d’eicacîté sur les plus de55ans. ABercy, ons’étonneencoredutondel’annonce, quî însîste sur la déceptîon des deux labos, la sûreté du vaccîn, les consî-dératîons scîentîfiques, là où le concurrent AstraZeneca, lorsqu’îl a connu des déboîres dans ses essaîs, évoquaît juste une« pause », une « action de routine ». D’autant que le mauvaîs résultat seraît dû à la qualîté médîocre ou au manque de pureté d’un réactî de contrôle. Impardonnable, maîs réparable. Celarendlamînîstredel’Industrîe, Agnès Pannîer-Runacher, assez optîmîste. Pour elle, la course n’est pas encore perdue. Sî Sanofiarrîve en septembre sur le marché avec un vaccîn bon marché, pratîque, adapté aux moîns de 55 ans et surtout quî arrête la transmîssîon du vîrus, îl aura sa place. Maîs en attendant, la mînîstre a été claîre : Sanofipeut mettresonoutîl deproductîonauservîcedes autres labos. Pourquoî pas pour le vaccîn BîoNTech. Le labo suédoîs Recîpharm, împlanté à Monts, en Indre-et-Loîre, a bîen mîs le sîen au servîce de Moderna. Sanofi avaît écarté l’îdée, déjà évoquée, en juîllet, pour ne pas se dîsperser. La pressîon cette oîs est plus orte.S. F.
L’OB S/N ° 2933-14/01/2021
L E S
R E TA R D À L’A L L U M A G E A U PAY S DPaErSTEURAP S O P H I E FAY
LES MOTS CROISÉS ParY V E SCU NOW
Horizontalement 1.Donnent matière à réflexion. 2.Mouvement de grande liberté, cela s'entend • Fit varier l'accent.3.Très évasif dans le brouillard • Quelle chance quand elle brille de mille paillettes.4.Respect absolu… pour cette bourde de Stéphanie et de Caroline, en deux mots.5.Fis briller sa pâte • On y entend celles et ceux qui trompettent.6.Désigne un espace locatif • Du vin et du haschich dans ses œuvres (initiales) • Piqués à l'épingle, elle reste piquant. 7.Amandine et Williams, un succès délicieux.8.Elle divague en SMS • Fît tarte.9.Infligea un camouflet • On lui a fichu la paix en 69. 10.Roussette.
Verticalement 1.Finiront par passer à la douche. 2.Du son sont • Enguirlanda.3.Un des auteurs du nouveau roman dont la Modification fut récompensée (paraphe) • Blouse au billard • Avec un seau il part en quenouille.4.Est-il frappé pour avoir pris des coups de canne?5.Compte d'un service militaire • En court, peut se jouer en fanfare.6.Il faut pincer pour en jouer et on y est jugé au droit canon • Il est vareuse, pas celle de Pierre Dac.7.Maternité galiléenne. 8.Car là, bruni, une fois passé • Ce gamin renversé est moche comme un pou.9.Un des autoportraits de Dürer • Servait une tarte à la crème! 10.Claquette?
Solution du n° 2932
yvescunow.obs@gmail.com 10 L’OB SN ° 293314012021
LES CHRONIQUES L A L O I D E S S É R I E S Par DAV I D CAV I G L I O L I
adis tout le monde était en train d’écrire un deviensJ-tu ? » demandé-je, certain qu’il roman. Désormais cha-cun travaille à une série. Avant les fêtes, je croise un ancien ami dans un grand magasin.« Que devient auteur de série, mais espérant qu’il ne m’en parlera pas. «J’écris une série », dit-il sans attendre. Sa série, intitulée « Grand Cru », se déroule dans« le milieu du vin »,contrairement à celle d’un autre de mes amis, qui se déroule dans« l’univers des sports de glisse ».(Je n’en connais pas le titre. « Piste noire », sans doute.) Les auteurs de série commencent généralement par vous annoncer un milieu ou un univers (une « arène », dit un troisième ami, auteur d’une série sur la gastronomie), mais précisent dans la foulée que ce milieu ou cet univers, en réalité, importe peu.« Ce n’est pas une série sur le vin,me dit l’auteur de “Grand Cru’’, avec le sourire de celui qui n’a pas encore abattu sa carte maîtresse.C’est plutôt une série sur l’héritage. » « Une série sur le pouvoir »,dit encore mon cousin pour me parler d’« Amphithéâtre », sa série sur le milieu universitaire. L’auteur de série, la plupart du temps, s’enorgueillit d’avoir« l’intérêt de Netflix ».« On est en discussion avec Netflix », me dit au téléphone l’auteur de « Gourou », série dont l’arène est une secte mais qui en réalité traite de je-ne-sais-plus-quoi. Il doit exister chez Netflix une cellule « Intérêt », chargée d’être intéressée par les innombrables pro-jets qui lui parviennent. Je n’ai encore jamais rencontré un auteur de série qui m’a dit : « Netflix ne s’intéresse absolument pas à ma série. »« Mais pourquoi pas le faire avec
Amazon ou HBO Max », me dit, magnanime, l’auteur de « MOF », « un “Glee” chez les meilleurs ouvriers de France ». Fait notable : de toutes ces séries en ges-tation, aucune ne se matérialise. Ce n’est peut-être pas plus mal : au temps du « tous romanciers », beaucoup finissaient par publier leur roman, qu’il fallait alors lire. Le milieu des auteurs de série semble plus cruel. L’air de Paris se retrouve donc saturé de pitchs en suspension, qui flottent comme des particules fines. Des séries qu’on ne peut regarder, mais qu’on entend, mais qu’on res-pire. Des cohortes de personnages princi-paux et secondaires, de protagonistes et d’antagonistes, de héros et d’anti-héros, qui errent dans les limbes de l’industrie cultu-relle comme des fantômes qui n’ont pas trouvé le repos et qui, par amertume ou désœuvrement, viennent nous tourmenter. Ainsi ce« premier rôle féminin fort, entre GloriaetErinBrokovitch», héroïne de « Lanceuse d’alerte », la série de la mère d’un enfant gardé avec le mien, dont j’en-tends chaque jour ou presque les répliques en cours d’écriture. Au retour des vacances, l’auteur de « Grand Cru » me téléphone.« Ça s’accélère, me dit-il.Netflix est intéressé. »Il me pro-pose d’intégrer sa« writer’s room ». Il veut m’envoyer sa« bible ». Moi qui n’aimais pas lire les romans de mes amis, voilà que je dois lire leurs bibles. Je décline. Je n’aime pas le vin.« Ce n’est pas une série sur le vin »,me rappelle-t-il. Je finis par lui avouer que je n’ai pas le temps : je suis trop accaparé par « Papier glacé », une série que j’écris et qui se déroule dans le milieu de la presse maga-zine, mais qui en réalité traite du désespoir et de l’ennui de vivre.D. C.
STÉPHANE MANEL