Nouvel Obs du 20-05-2021
116 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Nouvel Obs du 20-05-2021

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
116 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 20 mai 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 30 Mo

Exrait

Caihernd3°eéltidoinn°2951du20ma2i012 Cahier numéro un de l’édition n° 2951 du 20 au 26 mai 2021 50 NUANCES LES RAISONS DE 50 NUANCES DE VERT,SA NS ÊT RE FRUST RÉ CO M MDENET ÊVT REERÉCTO LO ISAFRRIQUE CFAA 3800ËF CFLA, ALGÉRIEP410 DAA, ALLELMAGNEE 6,20S€, ANDOTRREI5,50N€, AUTERICHE 5,90 €, BELGIQUE 5,30 €, CANADA 8,35 $CAN, DOM 5,30 €, ESPAGNE 5,50 €, GÉRANDECBRETAGONE 4,9L0 £, GORÈCE 5,G50 €,IITALIEE 5,50 €, LUXEMBOURG 5,50 €, MAROC 45 DH, PAYSBAS 5,60 €, PORTUGAL CONT. 5,50 €, SUISSE 7,20 CHF, TOM 950 XPF, TUNISIE 6,00 DT L’EMBRASEMENT NOTRE GUIDE DE 24 PAGES
LSD, CHAMPIGNONS, MDMA...
E 4,90 F:
- 2951 -
M 02228 3:HI3K:HMIMCK=M]MUCY=^]Ua"b@;@m?:;@"pa@@jb@p@Xj@m?Y^UX: MEHDI BENYEZZAR D’APRÈS YVES LANCEAU / BIOSPHOTO VIA AFP
LES PSYCHÉDÉLIQUES CONTRE LA DÉPRESSION ?
NOUVELLE
PIONEERING
6 Chevaux
*Prendre encore de l’avance.
-
58
PERFORMANCE
Hybride Rechargeable
-
* AGAIN
() À partir de 6g de CO₂/km
(1) Consommation mixte WLTP (l/100 km) : 2,03 ; Emissions de CO₂ WLTP (g/km) : 46.
(1) Les valeurs de consommation de carburant, d’émissions de CO₂ et d’autonomie indiquées sont conformes à la procédure d’essai WLTP sur la base de laquelle sont réceptionnés les véhicules neufs depuis le 1er septembre 2018. Cette procédure WLTP remplace le cycle européen de conduite (NEDC), qui était la procédure d’essai utilisée précédemment. Les conditions d’essai étant plus réalistes, la consommation de carburant et les émissions de CO₂ mesurées selon la procédure WLTP sont, dans de nombreux cas, plus élevées que celles mesurées selon la procédure NEDC. Les valeurs de consommation de carburant, d’émissions de CO₂ et d’autonomie peuvent varier en fonction des conditions réelles d’utilisation et de différents facteurs tels que : la fréquence de recharge, le style de conduite, la vitesse, les équipements spécifiques, les options, les types de pneumatiques, la température extérieure et le confort thermique à bord du véhicule. Veillez à vous rapprocher de votre point de vente pour plus de renseignements. Plus d’informations sur peugeot.fr. Automobiles PEUGEOT 552 144 503 RCS Versailles.
L’ÉDITO DRogUEs, En finIR avEc La dÉmagogIE
Parpr i eu r, CéCi le directrice de la rédaction SD,MDMA,champIgnonsIdéologIques avant celles de santé publIque. hallucInogènes… TroIs CInquante ans après l’adoptIon de la loI de noms de substances clas-1970quIpénalIsel’usagedesstupéfiants,nos ête quelpour s’aiun produIt de consommatIon courante nI lecher à la une de « l’Obs ». sées stupéfiants et Inter-meertntjoousurIrIdnaegsstnednalpsusnu dItes à la vente, plus répu-dIscoursrépressIdeguerreàladroguequ’Ils tées pour leur consom- savent pourtant vaIn : la prohIbItIon n’a matIon clandestIne dans les mIlIeux de laempêché nI le cannabIs récréatI de devenIr TroIs noms de drogues quI recèlent aussImarché clandestIn d’exploser ces dernIères des proprIétés thérapeutIques Insoupçon- années. A un an de l’électIon présIdentIelle, nées et pourraIent venIr compléter la phar- Emmanuel Macron a récemment écarté macopée des troubles psychIatrIques parmI toute dIscussIon ouverte sur la légalIsatIon lesplussévères. DepuIsquelquesannées, un du cannabIs, préérant prIvIlégIer une nouveau champ de recherche voIt aInsI leapprochesécurItaIrequ’IlestImesansdoute jour en psychIatrIe, une dIscIplIne où les plus payante électoralement. Au même avancées scIentIfiques sont pourtant peu moment, une mIssIon d’InormatIon parle-nombreuses.LepotentIelthérapeutIquedes mentaIre sur les drogues, emmenée par des substances psychédélIques, quI avaIent aIt élus LREM et LR, demandaIt pourtant une l’objet d’un vérItable engouement médIcal« légalisation régulée »l’Etat, seule par lorsdeleurdécouvertedanslesannées1950,manIère, selon eux, de« reprendre le est revIsIté : plusIeurs pays, dont les Etats-contrôle»surunesItuatIonsansIssue. Al’In-UnIs,laGrande-BretagneetlaSuIsse,mènentverse de ces parlementaIres courageux, Ilactuellement des essaIs clInIques encadrés est à craIndre que sur ce sujet brûlant nos pour contrer les états dépressIs résIstants polItIques prIvIlégIent encore longtemps la aux traItements. démagogIe à l’Intérêt commun.C. P. SI nous portons ce sujet à la une, c’est qu’Il nous semble IndIspensable, à « l’Obs », de FIdèle à son engagement pour l’écologIe, contrIbueràlaconnaIssancescIentIquetout« l’Obs » lance un cycle IntItulé « EcoloObs » enappelantàundébatapaIsésurlesdrogues.dont le premIer acte est le supplément Sur ces questIons, la France se dIstIngue « 50 Nuances de vert », à découvrIr dans ce depuIs plusIeurs années par un conserva-lequercPa.roémunneeucne-écologIeestdev tIsme coupable. Le cannabIs thérapeutIque,traledansnosvIes,noussouhaItonsvousorIr dont on connaît les bIenaIts pour soulager régulIèrement des clés de compréhensIon et les efets secondaIres de chImIothérapIe ou d’actIon au travers notamment d’une news-lascléroseenplaques,vIentseulementdêtresuov,»IuqlmodaehdbrIbteetoObsEcol,«aIre autorIsé du bout des lèvres par les autorItés seraoferteprochaInementàl’InscrIptIonsur sanItaIres et pour une sImple expérImenta-Ne.ItsusvosounotIvnIIssuasWeeau«k-notre tIon auprès de 3 000 patIents. On estImeenddespossIbles», cesamedI22etdImanche pourtant que la substance, autorIsée depuIs23maI, quenousorganIsonsaveclaondatIon plusIeurs années dans bIen d’autres paysGoodPlanet(voirp.76)etquIserasuIvId’autres occIdentaux, pourraIt soulager jusqu’àrencontres avec la rédactIon à ParIs et en ré-700 000 malades en France. Dans la mêmegIonsdèslarentrée.Cetteofreseracomplétée veIne,IlestàcraIndrequelHexagoneresteàpar un hors-sérIe sur la bIo-prochaInement l’écart durenouveaudelarecherchescIentI-dIversIté aInsI qu’une sérIe d’ouvrages dont le fique sur les psychédélIques.premIer portera sur nos habItudes alImen-C’est malheureusement un aIt : sur lataIres. Nous espérons aInsI contInuer à aIre questIon des drogues, notre pays aIt encore« l’Obs » un acteur du changement pourde trop souvent passer les consIdératIonspréserver ensemble notre avenIr commun.
4
L’OB S/N ° 2951-20/05/2021
Fondateurs:JeanDaniel, ClaudePerdriel
67, avenue Pierre-Mendès-France, 75013 Paris TéléphoneStandard: 01.44.88.34.34
Pour joindre par téléphone votre correspondant, il suffit de composer 01.44.88 puis les quatre chiffres qui figurent entre parenthèses à la suite de son nom. Pour adresser un e-mail à votre correspondant, il suffit de taper l’initiale de son prénom puis son nom suivi de @nouvelobs.com
DIREC T ION Conseildesurveillance:Catherine Sueur (présidente), LouisDreyfus (vice-président), Frédéric Curtet, UrsulaGauthier, Jacques-AntoineGranjon, Fanny Letier, XavierNiel, ClaudePerdriel, MatthieuPigasse, Edouard Tetreau. Directoire:Grégoire de Vaissière(président), Cécile Prieur(directricede larédaction)
RéDAC T ION Directrice:Cécile Prieur. Directeursadjoints:Clément Lacombe (35.48), GrégoireLeménager(35.98). Rédacteursenchef:SylvainCourage(40.16), NolwennLeBlevennec(35.86), GéraldineMailles(37.80), FrançoisSionneau(34.22). Directeurdu numérique:Alexandre Phalippou(34.61). Directeurdelacréationetdirecteurartistique:SergeRicco(35.43). Assistantesderédaction:CatherineRode(34.26), CatherineCoimet(34.17), StéphanieTerreau(Planning : 36.60). Courrier des lecteurs : courrier@nouvelobs.com Chroniqueurs:Daniel Cohen, Mara Goyet, Pierre Haski (34.26). Dessinateur:RiadSattouf (34.26). France: MaëlThierry(37.35), JulienMartin(chefadj 35.20), CécileAmar(37.66), EmmanuelleAnizon(34.52), Charlotte Cieslinski (40.35), RémyDodet(34.16), MarieGuichoux(40.39), PaulLaubacher(35.89), AlexandreLeDrollec(37.77), SergeRaffy(40.20). Dissensus: ArnaudGonzague(34.60), RenaudFévrier(34.42), ThierryNoisette(35.10). Etranger: UrsulaGauthier(35.35), NathalieFunès(chefadj.35.75), DoanBui(35.82), Sara Daniel(35.14), SarahDiffalah(36.31), SarahHalifa-Legrand(36.02), Vincent Jauvert(35.81), CélineLussato(37.94), Jean-BaptisteNaudet(40.68). Correspondants:Philippe Boulet-Gercourt(NewYork), MarcellePadovani(Rome). Economie: ClaudeSoula(34.57),BorisManenti(chefadj.36.01), Morgane Bertrand(36.05), SophieFay(36.46), VéroniqueGroussard(35.95), BaptisteLegrand(40.69), Dominique Nora (34.86). Enquêtes: Vincent Monnier(35.97), CécileDeffontaines(chefadj.36.56), MatthieuAron(34.01), LucasBurel(36.27), MathieuDelahousse(34.33), VioletteLazard(35.22), DavidLeBailly(40.88), CarolineMichel-Aguirre(35.30), CélineRastello(36.08), ElsaVigoureux(34.69). Société / Rue 89: ArnaudSagnard(36.95), LouiseAuvitu(chefadj. 35.27), SébastienBillard(40.81), EmilieBrouze(34.49), RenéeGreusard(36.09), BarbaraKrief(36.23), ElodieLepage(37.15), GurvanLeGuellec(35.61), Agathe Ranc (35.25), BéréniceRocfort-Giovanni(37.07), HenriRouillier(35.23), NatachaTatu(35.73), MarieVaton(36.71). Idées: FrançoisArmanet(40.11), MarieLemonnier(chefadj.37.25), EricAeschimann(34.67), Rémi Noyon (34.74), XavierdeLaPorte(34.24), VéroniqueRadier(37.36), FrançoisReynaert(35.90), PascalRiché(34.35). Culture: JérômeGarcin(35.13), Sophie Grassin (chefadj. 37.70), DavidCaviglioli(35.24), AnneCrignon(37.89), SophieDelassein(36.17), FrançoisForestier(34.71), DidierJacob(35.13), JacquesNerson(35.13), Elisabeth Philippe(34.95) FabricePliskin(35.29), NicolasSchaller(34.45), AmandineSchmitt(36.22). Assistante: VéroniqueCassarin-Grand(34.71). Grand reporter:CaroleBarjon(34.64). Supplémentsetrégionaux:NathalieBensahel(34.87). Tendances: Anna Topaloff(4053), CorinneBouchouchi(chef. adj. 34.99), Clémence Belin(40.57), ChristelBrion(35.46), ClaireFleury(34.58), DoraneVignando(40.71). Assistante: MagaliMoulinet(36.63). Médias / TéléObs: Guillaume Loison(36.14), NebiaBendjebbour(35.44), Marjolaine Jarry(36.58), Marie-LaureMichelon(35.60), HélèneRiffaudeau(37.92), AnneSogno(36.74). Web:TimothéeVilars(35.32), Geoffrey Bonnefoy. Édition web : Bertrand Courrège(34.77) MoéAngeleri(37.72), Emmanuelle Bonneau(37.73), VéroniqueMacon(40.03). Pôle visuel : MélodyLocard(35.72), CyrilBonnet(36.18), Julien Bouisset (34.82), EmmanuelleHirschauer(35.58), LouisMorice(34.23), Mahaut Landaz (37.18). Maquette:XavierLucas(DAadj.37.83), YanGuillemette(37.31), CaroleMullot(40.28), ElisabethRascol(34.46), Jean-MichelRobinet(37.74), CarolineDupont Bonnefoy (37.37), MehdiBenyezzar(infographie: 35.78). Réalisation:VéroniqueBelluz(37.50), MiloudBentebria(36.84), Jean-LucChyzy(36.83). Secrétariatderédaction-révision: Marie-LouMorin(chef d’édition: 37.28), PaulineChopin(40.55), Marie-HélèneClavel-Catteau(34.20), PascaleFiori(40.34), MarinaHammoutène(40.70), ChristineMordret(40.23), LaurentMorvan(34.47), SylvieRaymond(40.51), IsabelleTrévinal(36.57). Photo: VéroniqueRautenberg(36.04), SylvieDuyck(1re rédac.photo: 40.93), MiloudBentebria(36.84), FrantzHoez(35.18), NathalieLourdez(36.94), VincentMigeat(34.43), CamilleSimon(34.41). Documentation: FlorenceMalleron(40.86), GaëlleNoujaim(35.45), LiseTiano(35.04). Immobilier :Yves Le Grix (ylegrix@nouvelobs.com, 36 29).
A DMINIS T R AT ION Directeurgénéral:Grégoire de Vaissière. ServiceRH:Anne-Sophie Gourdon (responsable : 36.64), Lucie Lardeux(36.11). Relationsextérieures:MarieRiber(35.64). Ventes au numéro:Sabine Gude(01.57.28.32.79), EmilyNautin-Dulieu(01.57.28.33.17). Abonnements:DominiqueChasseré(directrice :37.63), LaurenLaïk(40.73), SophieMariez(35.34). ServiceAbonnements:01.40.26.86.13 Fabrication:Nathalie Communeau (directrice), Nathalie Mounié (36.40). Informatique éditoriale:Thierry Sellem (37.45). Contrôle de gestion:Paul Jacob-Mathon(35.56). Comptabilité:BlandineLeostic(directrice: 40.77), LydieBruni(36.99), NicoleMahé(40.10), SinatTin(34.94), Laetitia Videgrain.
REGIE PUBLICI TA IRE MPublicité, 67, avenue Pierre-Mendès-France – 75013 Paris. Standard:01-57-28-20-00 Présidente:LaurenceBonicalzi Bridier. Directrice générale adjointe - Marketing & études :Élisabeth Cialdella (elisabeth.cialdella@mpublicite.fr, 39 68). Directeur délégué - Directeur de marque Obs : David Eskenazy (david.eskenazy@mpublicite.fr, 38 63). Directeur délégué – Pôle Numérique :Sébastien Noël (sebastien.noel@mpublicite.fr, 37 00). Directeur délégué - Pôle agences : François de Ren (francois.deren@mpublicite.fr, 30 21). Directeur délégué - Pôle opérations spéciales : Steeve Dablin (steeve.dablin@mpublicite.fr, 38 84).
Numéro d’enregistrementàlacommissionparitaire:0115C85929 (éditionmétropolitaine)Diffusion:France Messagerie Directeurdelapublication:Grégoire de Vaissière. REL ATIONS ABONNES : 0 1.4 0.26.86.13, ABONNEMENT@NOU VELOBS.COM 67, avenue PierreMendèsFrance – 75013 Paris. MODIFICATION DE SERVICE VENTE AU NUMERO ET RE ASSORTS : 08.05.05.0 1.47
STÉPHANE MANEL
L E S
6
L’OB S/N ° 2951-20/05/2021
STÉPHANE MANEL
brevets à tous sans leur apporter le savoîr-aîre. Et pourlespaysîntermédîaîres, îlautsurtoutlaîsserces laboratoîres organîser la productîon. Ils le ont déjà. Ugur Sahîn, le patron de BîoNTech, étaît fin avrîl en Chîneoùîlatrouvéunpartenaîre.EtCureVac–l’autre « bîotech » allemande spécîalîste des vaccîns à ARN messager, dont le sérum pourraît être homologué en juîn–réfléchîtavecTeslaàuneusînedeproductîonmobîle. Alors pourquoî Joe Bîden lâche-t-îl tout à coup les brevets? Il n’est sans doute pas mauvaîs pour sa popularîté de montrer qu’îl ne craînt aucun lobby pharmaceutîque, surtout après la crîse des opîodes, ces médîcaments vendus par des laboratoîres avîdes quî ont provoqué quantîté d’overdoses aux Etats-Unîs chez les hommes blancs de 45 à 55 ans. Maîs c’est surtout, pour Washîngton, une manîère de se montrer généreux à bon compte, sans exporter de vaccîns nî prîver ses cîtoyens d’une seule înjectîon. L’Europe, elle, a déjà exporté 180 mîllîons de doses, presque autant que les 200 mîl-lîons dîstrîbuées à ses habîtants. Bîdenlâchelesbrevets, maîsnedesserrepasl’étausurl’exportatîon des composants nécessaîres à la productîon, comme les nanopartî-cules lîpîdîques, l’îndîspensable enveloppe de l’ARN messager. Aujourd’huî, elles sortent pour l’essentîel d’usînes du Colorado ou d’Alabama.« Acause du Defense Production Act, nous ne pouvons tout simplement pasavoiraccèsàcertainsproduitsvenant desEtats-Unis», regrette Franz-Werner Haas, le patron de CureVac, dans l’hebdoma-daîreallemand«Der Spîegel ». Cetteloî de1950, votéeaumoment de laguerredeCorée, aétéexhuméeparTrumppourréserveràsonpays la prîorîté des îngrédîents nécessaîres à la productîon de vaccîns. Bîden l’utîlîse. Plusîeurs îndustrîels l’ont confirmé à Bercy. Il y a donc bîen un double dîscours amérîcaîn. Pas dupe, l’Europe s’organîse. Elle crée à marche orcée les înstal-latîons quî permettront de lîvrer et stocker les ameuses nanopartî-cules lîpîdîques et les autres composants. L’Allemagne veut des îndustrîels îndépendants pour la productîon des vaccîns à ARN messager quî combattront demaîn le Covîd, maîs peut-être aussî la grîppe, la tuberculose, le sîda, le paludîsme et même certaîns cancers. Un marché à 100 mîllîards d’euros par an.S. F.
’est un afrontement eutré qu’on n’attendaît pas orcément. Mer-credî 5 maî, le présîdent des Etats-pays–InCdeetArînoîtnom-elàgaOrsanîuuSeudttêdneq Unîs, Joe Bîden, a prîs tout le monde par surprîse. Il s’est dît d’accord pour lever les brevets sur les vaccîns antî-Covîd, comme le demandent plusîeurs dîale du Commerce (OMC). Il plaîde pour une suspensîon de la proprîétéîntellectuelle, ycomprîssurlessérumsdernîercrî, ceuxdîts à ARN messager, de Pfizer-BîoNTech et de Moderna.« A circons-tances exceptionnelles, décisions exceptionnelles », scande Katherîne Taî,lareprésentanteamérîcaînepourlecommerceextérîeur.EtBîdense pose en héraut de la théorîe des bîens communs, avec le pape Françoîs, les ONG, de nombreux médecîns et les pays quî n’ont pas înventé la ormule magîque du vaccîn… Petît problème : comme son prédécesseur Donald Trump, Joe Bîden s’est abstenu de toute concertatîon avec l’Europe. Coîncés, ne voulant pas paraïtre moîns généreux que l’Oncle Sam, les dîrîgeants européens sont allés dans le sens de leur allîé, en serrant les dents… AngelaMerkel etEmmanuel MacronontattendulesommetdePorto le 8 maî pour réplîquer. A leurs yeux, le problème du moment n’est pas tant le coût des brevets que les restrîctîons à l’exportatîon împo-sées aux îndustrîels par l’admînîstratîon amérîcaîne au nom du Deense Productîon Act. De aît, aujourd’huî, ce ne sont pas vraîment les brevets quî ralen-tîssent la abrîcatîon de vaccîns. Moderna, la « bîotech » de Boston dîrîgée par le Françaîs Stéphane Bancel, a même dît qu’elle ne s’opposeraît pas à l’utîlîsatîon des sîens pendant la pérîode de la pandémîe. La dîiculté, c’est surtout d’accélérer la productîon de doses, d’îndustrîalîser un processus complexe, nécessîtant des cen-taînes d’îngrédîents, avec une qualîté îndîscutable. En Europe, seuls deux pays sont capables de produîre le prîncîpe actî d’un vaccîn à ARN messager, l’Allemagne et la Suîsse. La posîtîon de la Commîssîon de Bruxelles est donc claîre : îl est plus eicace de négocîer des prîx abordables pour les pays les plus pauvres avec les laboratoîres quî ont les brevets, que de donner les
BIDENOULILLUSIOND E S B R E V E T S P O U R T O U S Par S O P H I E FAY
ET SI C’ÉTAIT LE BON MOMENT POUR RÉINVENTER L’ÉPARGNE ?
LA NOUVELLE GÉNÉRATION D’ÉPARGNE
LES MOTS CROISÉS ParY V E SCU NOW
Horizontalement 1.Ne laissent pas les papillons s’envoler.2.Cette apocope ne convient pas pour appro ou conso • Faisait une fixation.3.Une star des plateaux à côté des longs couteaux • Le dernier arrivé d’un quatuor prometteur (2021). 4.Aurait pu accueillir Deep Time • Fusion de principes complémentaires.5.Réaction archimédienne moderne • Ergastoplasme en désagrégation. 6.Grosse légume parfumée en huile • Pièce d’artifice.7.Avec chic ça fait sexe • N’en est pas à un poil près! • Ouï c’est à madame.8.Disqualifié pour obstruction (carton jaune?). 9.Épinglée • Le monde des cocottes. 10.Purges.
Verticalement 1.Pas du genre à larguer une bombe. 2.Une présentation officielle • Qui se la coule douce.3.Symbolise le symboliste Bougaïev (une graphie) • Cuvette ou cage, selon le sens.4.Extrait du Talmud, un abri • Messager, deuxième de la classe.5.Il vous plaît, vous vous y piquez • Victor Hugo ou François-René de Chateaubriand.6.C’est toujours un peu raid • Y êtes-vous piqués, les plus anciens lecteurs de « l’Obs »?7.Fait de guerre, deux fois seulement!8.De Ninive pour rien • Finis au plus prêt. 9.Petit, tire à larigot • Noyau de freesia. 10.L’Apôtre du Groenland • Le top du top.11.Lions africains.
8
Solution du n° 2950
yvescunow.obs@gmail.com L’OB SN ° 295120052021
LES CHRONIQUES
N E F A I S P A S COMMELOISEAU Par DAV I D CAV I G L I O L I
ematin, ma fille de 3 ans et moi jouons à la mont-golfière : je l’assieds rdeuieclrgdaC.ea«utRoeugrard’deel,lepcaopam!udaieso-ellditnueipno.mneèrniesur mes pieds, allongé sur le canapé, et je la fais monter quand elle actionne le brûleur.« Ça y est, on est dans les nuages! »m’écrié-je. Elle Plein d’oiseaux rouges! Et au milieu, un seul oiseau bleu! »Je la questionne sur cet oiseau bleu, singularisé dans la masse indistincte des oiseaux rouges. Qui est-il? Que fait-il? « Il est triste,finit-elle par dire. – Pourquoi il est triste? – Parce qu’il est avec des oiseaux rouges. » Cet oiseau bleu me semble raciste. Je n’aime pas ça. L’innocent jeu devient une situation pédagogique. « Moi j’ai l’impression qu’il est content d’être avec des oiseaux rouges. – Non. Il aime pas les oiseaux rouges. – Et pourquoi? – Parce qu’ils le poussent et ils le tapent. » Retournement de situation : l’oiseau bleu est en fait la victime du racisme des oiseaux rouges. Sa haine est une réponse à la haine. Je ne peux plus me contenter de dénoncer sa rougeophobie. Je dois m’attaquer à une configuration politique plus complexe. « Pourquoi ils font ça, les oiseaux rouges? Mais parce que c’est un oiseau bleu, papa »,dit-elle en me regardant comme si j’étais un naïf, ignorant que l’oiseau est un loup pour l’oiseau.pas bien de pousser et de taper« C’est les autres oiseaux. Les oiseaux rouges, ils sont comme ça, ils sont méchants », conclut-elle. Je me demande bien où elle a vu des oiseaux se pousser et se frapper à cause de leur couleur de plume. Je dois impérative-ment déconstruire cette lecture racialiste,
acquise je ne sais où, du monde aviaire. Je tente une approche universaliste.« Tu sais,dis-je,les oiseaux rouges et les oiseaux bleus, ce sont tous des oiseaux. »Ma fille est visible-ment séparatiste. « Non,dit-elle.L’oiseau bleu, il s’en va. – Il va où? – Il va au pays des oiseaux bleus. C’est un pays où il n’y a que des oiseaux bleus! » Je blêmis. Voilà que l’ethnonationalisme entre dans l’équation. Je n’ose pas demander ce qui se passerait si un oiseau rouge s’aven-turait seul au pays des oiseaux bleus. Je cherche, dans les histoires que j’invente, dans les livres que je lui lis, ce qui a pu lui enseigner que les pays étaient des ensembles homogènes d’oiseaux d’une même couleur. Je prévois de me lancer dans une grande campagne decancel culture. A ce stade, l’oiseau bleu est encore à mes yeux une victime qui fuit la persécution. Son « pays des oiseaux bleus » n’est peut-être qu’une rêverie d’opprimé. Il est peut-être le Theodor Herzl des oiseaux bleus, à la recherche d’un ciel sans oiseaux pour des oiseaux sans ciel, encore que l’actualité récente montre ce que deviennent ce genre de rêves. « Et toi, tu préfères quel pays?demandé-je. –Celui des oiseauxbleus,dit-ellesans l’ombre d’une hésitation.Les oiseaux bleus, c’est eux que je préfère. » Le suprémacisme bleu fait des ravages dans mon foyer. Je prie pour qu’elle ne m’an-nonce pas que les oiseaux bleus, en repré-sailles de l’agression subie par leur congé-nère, comptent monter une expédition militaire contre les oiseaux rouges, cette méchante race de sous-oiseaux. Je fais des-cendre la montgolfière. On n’est plus en sécurité nulle part.D. C.
STÉPHANE MANEL
LES CHRONIQUES
I S R A Ë L P A L E S T I N E : L’ I N D I S P E N S A B L E C O M P R O M I S Par P I E R R E H A S K I
ucunpeuplene peutserésigner à être l’éternel « perdant » de l’his-toire. Peut-être est-ce la ftdbnavrleieeanltilsll.equsaLuemedebemsmeloenaiAeutncinstccPssourtdareonlrdseatcsirshredlooetln-oAautuObtiTtirrooeriansunehnlsmatsedàpmipsi,àodocnéIuasvpedraraseoëirablteul,vçèuaidevvemersedsecécélupéeretaltnrare--t-seule leçon à retenir de cette nouvelle guerre israélo-palestinienne, plomatiques avec plusieursEtatsarabes,ontcréél’illusiond’une paix régionale possible sans en passer par la casepalestinienne;elleavoléenéclats,d’abord sur l’esplanade des Mosquées de Jérusalem, puis dans le ciel d’Israël avec cette terrifiante batailledesroquettes,etenndanslesruesdesvilles « mixtes » d’un Etat hébreu qui redé-couvre sa minorité arabe. AveclesKurdes,lesPalestinienssontlesvic-timesdunehistoirequisestécritesanseux,etmêmesurleurdos,danslapremièrepartiedu e  siècle.Cesdeuxpeuplesnesontpaspassés, commed’autres,deladominationottomaneà l’Etat-nationdanslegrandchambardementde l’ère « Sykes-Picot », cette redéfinition arbi-trairedesfrontièresparlesFrançaisetlesBri-tanniques au lendemain du premier conflit mondial, puis dans les arontements de l’après-Seconde Guerre mondiale. Au siècle suivant, ils sont toujours en quête d’Etat, confrontés à la dispersion et à la négation, se heurtant au cynisme des rapports de force internationaux. Il y a plusieurs manières d’être un Palesti-nien : habitant de Cisjordanie, entre Autorité palestinienne et occupation militaire jamais très loin ; Gazaoui soumis au contrôle autori-taire du mouvement islamiste Hamas mais aussi au blocus israélien ; résident de Jérusa-
STÉPHANE MANEL
lem-Est séparé du reste de la Palestine autonome par le célèbre mur ; « Palestinien de 48 », ces Arabes israéliens qui constituent 20 % de la population de l’Etat hébreu mais se sentent citoyens de seconde catégorie dans ce qui se définit comme l’Etat-nation des juifs ; sans oublier les millions de Palestiniens de la diaspora,auxquatrecoinsdumonde,privésde tout espoir de « loi du retour ». Ce cauchemar des statuts est le fruit d’une histoire ingrate, faite de défaites, d’exode, de spoliation. Les Palestiniens ont souert de l’instrumentalisa-tionparlesautres,deserreursdeleurspropres dirigeants,derêvesdereconquêtetransformés encauchemars. Mais ils sont toujours là. Quel que soit le regard que l’on porte sur l’histoire du dernier siècle, la réalité brutale reste celle de deux peuples qui se disputent la même terre, avec des légitimités incompa-tibles ; et il n’y a pas trente-six scénarios pos-sibles. L’option de l’accord d’Oslo, en 1993, qui devait déboucher sur deux Etats vivant côte à côte, est laplus cohérente, mais renduequasi-ment impossible par l’ampleur du fait accom-pli de la colonisation. Plus personne n’y croit et, pourtant, elle reste la seule option possible si les deux peuples veulent sortir de l’impasse dans laquelle ils se trouvent ; celle qui conduit à un inévitable apartheid dans le cadre d’un seulensembleisraélo-palestinien,etàlaguerre permanente.Ladroiteisraélienne,aujourd’hui dominante, a fait croire à ses électeurs que ce n’étaitpasunprixexcessifpourpréserverune identitéjuivetoujoursmenacée. Ellenechan-gera sans doute pas d’avis après cet énième conflit. Il y aurait pourtant urgence à revenir auxfondamentaux:iln’yaurapasdepaixsans un compromis historique qui permettra aux deuxpeuples,etpasseulementàunseul,d’ac-complir son rêve national.P. H. Voir aussi notre dossier p. 38 à 47.
 VINCENT GERBET / HANS LUCAS / AFP  STEPHAN AGOSTINI/AFP  NASA’S GODDARD SPACE FLIGHT CENTER
RIENQUESURLEWEB Les articles de « l’Obs » ne sont pas seulement dans le journal. Reportages, analyses, enquêtes, interviews, débats... découvrez tous les jours des inédits réservés aux abonnés surwww.nouvelobs.com
POURQUOI LE BLACK BLOC VEUT LA PEAU DE LA CGT er L’attaque du 1 Mai contre le cortège syndical est le produit d’un antagonisme historique. Les manifestations vireront elles en batailles rangées ? PAR THIERRY VINCENT http://bit.ly/BBCgt
LES MYSTÈRES DE CATHY LA MATONNE “CORSICALISÉE” La surveillante de prison poursuivie pour avoir aidé les héritiers de la Brise de Mer à se venger a été soumise à des expertises psychiatriques. PAR VIOLETTE LAZARD http://bit.ly/matoCorse
CES MICROALGUES QUI SERAIENT DES ALLIÉS MIRACLES CONTRE LA CRISE CLIMATIQUE Séquestration du carbone, mais aussi biocarburants, désalinisation… Les diatomées pourraient nous aider à construire un avenir meilleur. PAR JEANPAUL FRITZ http://bit.ly/Diatomeesv
VOUS ÊTES ABONNÉ(E) ? Activez dès maintenant votre compte sur www.nouvelobs.com/activationpour pouvoir accéder aux articles du site en illimité et profiter de tous les avantages qui vous sont réservés.
L’OB SN ° 295120052021
9
COURRIER DES LEC T EURS EcriveMz-nous parAmail àIcourrieNr@nouvelTobs.comEou par letNtre à :L’ObOs / MaintNenons leSlienLE LIEN! 67, avenue Pierre-Mendès-France – 75013 Paris
NON, CHER PATRICK Dans son entretien avec Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale (dans « l’Obs » du 13 mai), Patrick Weil affirme que, en ayant décidé de développer« un enseignement du fait religieux »au collège, c’est« comme si on voulait assigner ces enfants[issus de l’immigration coloniale]à une identification, à une religion ».Or, ce qui est visé, c’est exactement l’inverse : il s’agit d’ouvrir les uns à la connaissance des références spirituelles des autres. Non, cher Patrick. Si cet enseignement encourt bien, du point de vue de la laïcité, une critique majeure, ce n’est pas parce qu’il existe, mais parce qu’il est incomplet. En effet, la laïcité suppose de traiter sur un pied d’égalité ceux qui croient et ceux qui ne croient pas à une religion. Cela impliquerait d’enseigner, à côté du fait religieux, le fait athée et agnostique, ce qui n’est pas le cas actuellement.FRA NÇOIS BAULIEU
SERPENT DE MER Dans « l’Obs » du 6 mai 2021, Jacques Delors raconte que, après l’élection de François Mitterrand, certaines des « 110 propositions » du candidat Mitterrand le taraudaient,« notamment la retraite à 60 ans ». On peut regretter qu’il n’ait pu empêcher l’application de cette promesse non financée. On peut aussi noter qu’il a laissé à son Premier ministre et ennemi intime, Michel Rocard, le soin d’annoncer dans le Livre blanc sur les retraites, en 1991, qu’il fallait revenir sur cette mesure démagogique, très électorale mais intenable. Ce qu’il n’a pas fait, tout comme ses deux successeurs, Edith Cresson et Pierre Bérégovoy... laissant ce soin à la droite. Mais vingt-cinq ans plus tard, le financement des retraites est toujours une question. PAUL PROTHON
10
L’OB SN ° 295120052021
ESCLAVES DE NOTRE IGNORANCE Il m’aura fallu approcher les 70 ans pour découvrir « l’esclavage à la française ». Une visite au Musée du Nouveau Monde à La Rochelle (où nous accueille une statue de Toussaint Louverture) et un week-end à Bordeaux, où la guide ocielle de la visite évoqua sans détour le passé « noir » de sa ville, m’avaient certes mis la puce à l’oreille. Mais quel choc, quelle révélation avec la publication de ce hors-série de « l’Obs » (« l’Esclavage, une histoire française »). Repu de films américains sur le sujet (de « la Case de l’oncle Tom » au remarquable « Django Unchained »), j’étais jusqu’alors passé complètement à côté de ce sujet pourtant réellement franco-français. Puisse l’Education nationale utiliser ces articles à bon escient... JOSÉ MERCHEZ
DIGNITÉ Quel beau texte de Nicolas Bedos dans « l’Obs » du 13 mai ! Son récit des dernières semaines de vie de son père Guy, chez lui et entouré des siens, est empli de tendresse, d’impuissance, de détresse face aux incohérences de notre législation et à l’impuissance à laquelle elle nous contraint, que l’on soit proches ou soignants. Il nous livre, par son témoignage, la poignante illustration qu’aider un être cher à mourir dignement et comme il l’a désiré est un acte de don et d’amour, tout le contraire d’un geste égoïste. Ce texte est à mettre entre toutes les mains, car sa profonde humanité vaut bien des démonstrations. ANNE VERMEIL
Retrouvez l’ensemble des interventions sur bit.ly/CourrierObs
 ALINE DE PAZZIS
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents