Nouvel Obs du 24-06-2021
116 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Nouvel Obs du 24-06-2021

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
116 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 24 juin 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 27 Mo

Exrait

Cahier numéro un de l’édition n° 2956 du 24 au 30 juin 2021 LE BAL DES ISABELLE HUPPERT AFPRIQUE CRFA 3800OF CFA,CALGÉRÈIE 410SDA, ALLEMBAGNE 6Y,20 €, AGNDORREM5,50 €, AAUTRICHLE 5,I90 €,OBELGIQUNE 5,30 €, CANADA 8,95 $CAN, DOM 5,30 €, ESPAGNE 5,50 €, GRANDEBRETAGNE 4,F90 £,EGRÈCES5,50 €,TITALIIE 5,5V0 €, LUAXEMBOLURG5,5D0 €, MAROAC 45 DVH, PAYISBAGS 5,60 €N, PORTUOGAL CONNT. 5,50 €, SUISSE 7,20 CHF, TOM 950 XPF, TUNISIE 7,50 DT BYGMENTEURS EN SON PALAIS
Comment l’Etat sous-traite ses fonctions stratégiques au privé
LA RÉPUBLIQUE DES CONSULTANTS
E 4,90 F:
- 2956 -
PHOTOMONMTAGE0: C2ON2EYL2JA8Y/GETTY IMAGES 3:HI3K:MHMICK=M]MUCY=^]UUXY:^?UcX@:j@?f@cq@@jk@";f@q@k";
BMW i3 100% ÉLECTRIQUE.
* DÈS 190 €/MOIS ER AVEC MAJORATION DU 1 LOYER DE 3 000 €.
*Exemple pour une BMW i3 Atelier 120Ah. 36 loyers linéaires de 193,60 €/mois, et avec majoration du premier loyer de 2961,40 €. Bonus écologique de 7 000 € (sous réserve d’éligibilité conformément au décret en vigueur) et aide à la reprise déduits. Location Longue Durée sur 36 mois et pour 30 000 km incluant l’extension de garantie. Offre réservée aux particuliers pour toute commande d’une BMW i3 Atelier 120Ah dans les concessions BMW participantes jusqu’au 30/06/2021, si éligible à l’aide à la reprise et sous réserve d’acceptation par BMW Finance, SNC au capital de 87 000 000 € - RCS Versailles 343 606 448, inscrit à l’ORIAS sous le n°07 008 883. Consommation combinée pondérée : 0 l/100 km. CO combinée : 0 g/km - Norme WLTP. Depuis le 01/09/2018, les véhicules légers neufs sont réceptionnés en Europe sur la base de la procédure 2 d’essai harmonisée pour ceux-ci (WLTP) de sorte que la mesure de la consommation de carburant et d’émissions de CO est plus réaliste que celle de l’ex 2 procédure NEDC. Modèle présenté : BMW i3s avec options à 340 €/mois avec majoration du premier loyer de 3 600 € (bonus inclus de 7 000 €).
Fondateurs:JeanDaniel, ClaudePerdriel
67, avenue Pierre-Mendès-France, 75013 Paris TéléphoneStandard: 01.44.88.34.34
Pour joindre par téléphone votre correspondant, il suffit de composer 01.44.88 puis les quatre chiffres qui figurent entre parenthèses à la suite de son nom. Pour adresser un e-mail à votre correspondant, il suffit de taper l’initiale de son prénom puis son nom suivi de @nouvelobs.com
DIREC T ION Conseildesurveillance:Catherine Sueur (présidente), LouisDreyfus (vice-président), Frédéric Curtet, UrsulaGauthier, Jacques-AntoineGranjon, Fanny Letier, XavierNiel, ClaudePerdriel, MatthieuPigasse, Edouard Tetreau. Directoire:Grégoire de Vaissière(président), Cécile Prieur(directricede larédaction)
REDAC T ION Directrice:Cécile Prieur. Directeursadjoints:Clément Lacombe (35.48), GrégoireLeménager(35.98). Rédacteursenchef:NathalieBensahel(34.87),SylvainCourage(40.16), NolwennLeBlevennec(35.86), GéraldineMailles(37.80), FrançoisSionneau(34.22). Directeurdu numérique:Alexandre Phalippou(34.61). Directeurdelacréationetdirecteurartistique:SergeRicco(35.43). Assistantesderédaction:CatherineRode(34.26), CatherineCoimet(34.17), StéphanieTerreau(Planning : 36.60). Courrier des lecteurs : courrier@nouvelobs.com Chroniqueurs:Daniel Cohen, Mara Goyet, Pierre Haski (34.26). Dessinateur:RiadSattouf (34.26). France: MaëlThierry(37.35), JulienMartin(chefadj 35.20), CécileAmar(37.66), EmmanuelleAnizon(34.52), Charlotte Cieslinski (40.35), RémyDodet(34.16), MarieGuichoux(40.39), PaulLaubacher(35.89), AlexandreLeDrollec(37.77), SergeRaffy(40.20). Dissensus: ArnaudGonzague(34.60), RenaudFévrier(34.42), ThierryNoisette(35.10). Etranger: UrsulaGauthier(35.35), NathalieFunès(chefadj.35.75), DoanBui(35.82), Sara Daniel(35.14), SarahDiffalah(36.31), SarahHalifa-Legrand(36.02), Vincent Jauvert(35.81), CélineLussato(37.94), Jean-BaptisteNaudet(40.68). Correspondants:PhilippeBoulet Gercourt(NewYork), MarcellePadovani(Rome). Economie: ClaudeSoula(34.57),BorisManenti(chefadj.36.01), Morgane Bertrand(36.05), SophieFay(36.46), VéroniqueGroussard(35.95), BaptisteLegrand(40.69), Dominique Nora (34.86). Enquêtes: Vincent Monnier(35.97), CécileDeffontaines(chefadj.36.56), MatthieuAron(34.01), LucasBurel(36.27), MathieuDelahousse(34.33), VioletteLazard(35.22), DavidLeBailly(40.88), CarolineMichel-Aguirre(35.30), CélineRastello(36.08), ElsaVigoureux(34.69). Société / Rue 89: ArnaudSagnard(36.95), LouiseAuvitu(chefadj. 35.27), SébastienBillard(40.81), EmilieBrouze(34.49), RenéeGreusard(36.09), BarbaraKrief(36.23), ElodieLepage(37.15), GurvanLeGuellec(35.61), Agathe Ranc (35.25), BéréniceRocfort-Giovanni(37.07), HenriRouillier(35.23), NatachaTatu(35.73), MarieVaton(36.71). Idées: FrançoisArmanet(40.11), MarieLemonnier(chefadj.37.25), EricAeschimann(34.67), Rémi Noyon (34.74), XavierdeLaPorte(34.24), VéroniqueRadier(37.36), FrançoisReynaert(35.90), PascalRiché(34.35). Culture: JérômeGarcin(35.13), Sophie Grassin (chefadj. 37.70), DavidCaviglioli(35.24), AnneCrignon(37.89), SophieDelassein(36.17), FrançoisForestier(34.71), DidierJacob(35.13), JacquesNerson(35.13), Elisabeth Philippe(34.95) FabricePliskin(35.29), NicolasSchaller(34.45), AmandineSchmitt(36.22). Assistante: VéroniqueCassarin-Grand(34.71). Grand reporter:CaroleBarjon(34.64). Tendances: Anna Topaloff(4053), CorinneBouchouchi(chef. adj. 34.99), Clémence Belin(40.57), ChristelBrion(35.46), ClaireFleury(34.58), DoraneVignando(40.71). Assistante: MagaliMoulinet(36.63). Médias / TéléObs: Guillaume Loison(36.14), NebiaBendjebbour(35.44), Marjolaine Jarry(36.58), Marie-LaureMichelon(35.60), HélèneRiffaudeau(37.92), AnneSogno(36.74). Web:TimothéeVilars(35.32), Geoffrey Bonnefoy. Édition web : Bertrand Courrège(34.77) MoéAngeleri(37.72), Emmanuelle Bonneau(37.73), VéroniqueMacon(40.03). Pôle visuel : MélodyLocard(35.72), CyrilBonnet(36.18), Julien Bouisset (34.82), EmmanuelleHirschauer(35.58), LouisMorice(34.23), Mahaut Landaz (37.18). Maquette:XavierLucas(DAadj.37.83), YanGuillemette(37.31), CaroleMullot(40.28), ElisabethRascol(34.46), Jean-MichelRobinet(37.74), CarolineDupont Bonnefoy (37.37), MehdiBenyezzar(infographie: 35.78). Réalisation:VéroniqueBelluz(37.50), MiloudBentebria(36.84), Jean-LucChyzy(36.83). Secrétariatderédaction-révision: Marie-LouMorin(chef d’édition: 37.28), PaulineChopin(40.55), Marie-HélèneClavel-Catteau(34.20), PascaleFiori(40.34), MarinaHammoutène(40.70), ChristineMordret(40.23), LaurentMorvan(34.47), SylvieRaymond(40.51), IsabelleTrévinal(36.57). Photo: VéroniqueRautenberg(36.04), SylvieDuyck(1re rédac.photo: 40.93), MiloudBentebria(36.84), FrantzHoez(35.18), NathalieLourdez(36.94), VincentMigeat(34.43), CamilleSimon(34.41). Documentation: FlorenceMalleron(40.86), GaëlleNoujaim(35.45), LiseTiano(35.04). Immobilier :Yves Le Grix (ylegrix@nouvelobs.com, 36 29).
A DMINIS T R AT ION Directeurgénéral:Grégoire de Vaissière. ServiceRH:Anne-Sophie Gourdon (responsable : 36.64), Lucie Lardeux(36.11). Relationsextérieures:MarieRiber(35.64). Ventes au numéro:Sabine Gude(01.57.28.32.79), EmilyNautin-Dulieu(01.57.28.33.17). Abonnements:DominiqueChasseré(directrice :37.63), LaurenLaïk(40.73), SophieMariez(35.34). ServiceAbonnements:01.40.26.86.13 Fabrication:Nathalie Communeau (directrice), Nathalie Mounié (36.40). Informatique éditoriale:Thierry Sellem (37.45). Contrôle de gestion:Paul Jacob-Mathon(35.56). Comptabilité:BlandineLeostic(directrice: 40.77), LydieBruni(36.99), NicoleMahé(40.10), SinatTin(34.94), Laetitia Videgrain.
REGIE PUBLICI TA IRE MPublicité, 67, avenue Pierre-Mendès-France – 75013 Paris. Standard:01-57-28-20-00 Présidente:LaurenceBonicalzi Bridier. Directrice générale adjointe - Marketing & études :Élisabeth Cialdella (elisabeth.cialdella@mpublicite.fr, 39 68). Directeur délégué - Directeur de marque Obs : David Eskenazy (david.eskenazy@mpublicite.fr, 38 63). Directeur délégué – Pôle Numérique :Sébastien Noël (sebastien.noel@mpublicite.fr, 37 00). Directeur délégué - Pôle agences : François de Ren (francois.deren@mpublicite.fr, 30 21). Directeur délégué - Pôle opérations spéciales : Steeve Dablin (steeve.dablin@mpublicite.fr, 38 84).
Numéro d’enregistrementàlacommissionparitaire:0115C85929 (éditionmétropolitaine)Diffusion:France Messagerie Directeurdelapublication:Grégoire de Vaissière. REL ATIONS ABONNES : 0 1.4 0.26.86.13, ABONNEMENT@NOU VELOBS.COM 67, avenue Pierre-Mendès-France – 75013 Paris. MODIFICATION DE SERVICE VENTE AU NUMERO ET RE ASSORTS : 08.05.05.0 1.47
STÉPHANE MANEL
L’ÉDITO La présidentielle relancée
Par SY LVAI N COU R AGE ,rédacteur en chef u ne saurait prévoir du premier tour de a présidentiee ? mais chacun s’y Naguère sous-décaré dans es intentions empoie. Ainsi, ren- de vote, e sufrage epéniste serait-i dez-vous avait déjà été désormais sur-décaré ? La candidate pris pour e second secoue ses sympathisants et es exhorte à tour de a présiden-«prendrecînqmînutesde[eur]tempspour tdrdsLDiiioeueetgapeénviPuoen:etedtisrEnedeoe.aesnNmFL2nésratmi0anuéoam2rntd2eannp.çevicuasLeieaeiienssannstpctdriMsehiehneuoqatronecudstrraedooipadseri2gnnén0uectts1nséoqt7sniad,utcvirnnuntoétearanmenuieMénmcmmaeettiersaaonibjtnndeoses?ee-.iDtsna-tEuopapeytIrtanuosepdrrtetuê-nfaîre entendre la voîx du peuple ». La défiance démocratique qui ui permettait deprospérerjusquiciapombeàsontour. Emmanue Macron afecte, ui, une totae indiférence à ’égard de ces éec-tions ocaes minées par ’abstention. jetaient ce scénario étendard de connétabe anti-RN tropattendu. Etvoici queepremiertour çant argement e candidat rontiste dans desrégionaesremetencauseadistribu-es Hauts-de-France, Xavier Bertrand a tion des rôes. triomphé des ministres ancés à sa pour-Certes,unscrutinocadeisteoùabs-suiteetprétenddésormaisraiereséec-tention a battu tous es records (66 %) estteursdedroiteàsonpanacheprésidentie. ortdiférentduneéectionprésidentieePusinattendu:reprenantdescoueurs,a hyperpersonnaisée. Les trop rares éec- gauche sociaiste et écoogiste reève a teursquisesontexprimésdimancheder-tête et réapprend, en Ie-de-France et en nier ’ont biencompris. Seonunsondage Pays-de-Loire notamment,es vertus de de ’Iop – encore un ! –, 75 %d’entre eux ’union. Surmontera-t-ee ses divisions disent avoir déterminé eur vote en onc- pour se trouver un(e) candidat(e) de ras-tiond’enjeuxrégionaux.Sanspourautantntdeiepasiréece-r?eueSmenetàsmeb chercher à sanctionner Emmanue titude : e vote des régionaes prouve que MacronouàpromouvoirMarineLePen…a course à ’Eysée demeure beaucoup I n’empêche. Le président et sa mei- pus ouverte qu’i n’y paraît. eure ennemie apparaissent comme es L’échec de LREM, qui ne capte que grandsperdantsdupremiertour.Donnés,10 % des sufrages à ’échee nationae, avant e scrutin, en tête dans six régions, démontre ’extrême soitude du che de es candidats de Marine Le Pen ne sont.tUEatsaeenbtoraéeciréesteciitduinepus nue part en position de ’emporter. à douter des sondages présidenties. La Même Thierry Mariani, grand avori enquaificationausecondtouraceàMarine Paca,risquedésormaisdéchoueraprèseLe Pen est-ee si certaine ? Les macro-désistementdeaistedegaucheenaveurnistes se rassurent en invoquant a dusortantdedroiteRenaudMuseier,qui« prime aux sortants » dont bénéficient avait ait aiance avec LREM au premier es notabes régionaux de droite et de tour.Aupannationa,eRNn’obtientquegauche.«Enavri2022,esortant,cesera 19%dessufrages,contrepusde27%aux», arguent-is. Et si es éecteursMacron! régionaes de 2015. rançais, éprouvés par a crise sanitaire, Un cuisant échec pour a prétendante étaient devenus égitimistes ? A ce stade, à’Eysée. Et unequestionbrûante: si es on peut seuement présager qu’is iront sondages se sont à ce point trompés sur voter en masse à a présidentiee. Pour esintentionsdevoteenaveurduRNauxO?ibanuereeritrosruopu-sorrenouv régionaes, comment aire confiance aux tant, comme is en ont pris ’habitude ? étudesquidonnentMarineLePenentêteLe suspense reste entier.S. C.
L’OB S/N ° 2956-2 4/0 6/2021
3
réponsesnevarient guère, quel’onsoit libéral oudirigiste. En creusant la question, le Cevipo ait touteois appa-raîtreuneautreréalitéquecelled’uneFranceéclatéeenidéo-logies ou en communautés rivales. Une part grandissante de la population est surtout gagnée par « l’anomie sociale », ce sentiment d’avoir perdusonappartenance à la société, de ne plus comprendre le rôle qu’on y joue, dont Durkheim aisait l’une des clés de son analyse du suicide et qui donne aussi une clé pour comprendre l’abstention-nisme. Le Cevipo a interrogé les Français sur leurs liens sociaux, pris dansunsenstrèslarge.«Avez-vouslesentîmentd’appartenîravanttout à la communauté natîonale, à une communauté de personnes quî par-tagent vos valeurs (relîgîeuses ou autres), à une communauté de per-sonnes quî parlent la même langue ou quî ont les mêmes orîgînes géo-graphîques que vous, àune communauté de personnes quî partagent les mêmes goûts, le même mode de vîe, ou avez-vous le sentîment de n’ap-partenîr à aucune communauté? »Malgré l’éventail très ouvert de réponses proposées, 45% des Français disent n’appartenir à aucune communauté. Ce groupe « anomique » est écrasant dans les classes populaires,oùlespersonnesinterrogéessont65%ànedéclareraucune appartenance, alors qu’il tombe à 25% dans les classes supérieures. Cesont, sanssurprise, lesélecteursdumal nomméRassemblement national qui sont les plus « anomiques », à 54%, alors que ceux de La France insoumise sont au même étiage que les électeurs de La République en Marche, à 34%. La droite extrême joue un rôle de catalyseur qui a été comparé à celui de la gauche radicale dans les années 1960. Hier on voulait sortir d’une société étoufante, aujourd’hui c’est le manque de lien social qui est en jeu, mais dans les deux cas, il s’agit bien d’ofrir un nouvel imaginaire à une société qui ne s’aime plus. Celle ou celui qui saura le dessiner gagnera l’élection. Les sorties de crise peuvent être propices aux remises en question, pourvu qu’on pose les bonnes.D. C. (1) « La France : une république désintégrée », Sciences-Po-Cevipof, 2021.
Par DA N I E L C O H E N Directeur du département d’économie de l’Ecole normale supérieure
a sortie de crise s’esquisse. A supposer évidemment que e variant Deta ne vienne pas tout chambouer, a crois-leurs peLrspectives utures. L’enquête CoviPrev réalisée par Santé sance devrait remonter à presque 6% cette année et le tempo se maintenir à 4%l’an prochain. Selon l’enquête de l’Insee sur la confiance des ménages, les Français se rassurent doucement mais sûrement sur publique France montre également, pour la première ois depuis octobre 2020, une diminution significative des états dépressis, même si l’on reste encore très au-dessus des niveaux de 2017. La croissanceannoncéen’est certes riend’autrequ’unrebond, unretour auxniveauxd’avant crise, mais lasoufrancepsychologiqueet sociale que la pandémie a provoquée est en train de régresser. La question centrale devient alors celle-ci : la reprise pourrait-elle changer la donne politique? Les régionales ont surtout été marquées par lapousséedel’abstention, envoyant unmessagedeatiguedémo-cratiqueassezbrutal. Les prévisions pour laprésidentiellesont beau-coup plus avorables à la droite extrême : un sondage de l’Iop incluant Zemmour, Dupont-Aignan et Le Pen met l’ensemble à 37% au premier tour, quand la gauche tout entière peine à dépasser le quart des électeurs. La droite radicale pourrait-elle tenir sa revanche l’an prochain? Ce serait évidemment un comble au vu de la manière catastrophique dont la crise a été gérée par les Trump et Bolsonaro. Cette crise si particulière a touteois touché une corde sensible de l’électorat de la droite populiste, celle durapport à la société. Comme le montre Luc Rouban, chercheur auCevipo, c’est sur ce terrainque les ractures rançaises sont les plus proondes (1). A la question de savoir si la France est une nationunie ou déchirée entre communau-tés, seuls 42%répondent qu’elle est unie, et 53%qu’elle est un archi-pel de communautés, validant l’hypothèse du politologue Jérôme Fourquet. Le prisme économique joue lui-même un rôle aible : les
4
L A F R A N C E D E L’A N O M I E S O C I A L E
L E S
L’OB S/N ° 2956-2 4/0 6/2021
STÉPHANE MANEL
RIENQUESURLEWEB Les articles de « l’Obs » ne sont pas seulement dans le journal. Reportages, analyses, enquêtes, interviews, débats... découvrez tous les jours des inédits réservés aux abonnés surwww.nouvelobs.com
LA MALÉDICTION DU “BON ÉLÈVE” EN ENTREPRISE Au bureau, il y a ceux qui savent se mettre en avant et ceux qui attendent la reconnaissance de leur patron. Employé, coach, ex-DRH… ils témoignent de ce phénomène. PAR ALICE FERBER http://bit.ly/BonEleve
JEAN IMBERT, CHEF SANS ÉTOILE, REMPLACE ALAIN DUCASSE AU PLAZA ATHÉNÉE Vainqueur de l’émission « Top Chef » en 2012, il succède au parrain de la gastronomie française. Portrait. HTTP://BIT.LY/JIMBERT Par Christel Brion
LES “TORTUEUSES” DÉNÉGATIONS D’ARNAUD MIMRAN L’ancien golden boy, accusé d’avoir fomenté l’enlèvement et la séquestration d’un trader suisse, clame son innocence. PAR VINCENT MONNIER http://bit.ly/MimJust
6
VOUS ÊTES ABONNÉ(E) ? Activez dès maintenant votre compte sur www.nouvelobs.com/activationpour pouvoir accéder aux articles du site en illimité et profiter de tous les avantages qui vous sont réservés.
L’OB S/N ° 2956-2 4/0 6/2021
LES CHRONIQUES BELGIQUE,LEWATERLOOD E L A L A Ï C I T É Par SA R A DA N I E L
a Begique sera-t-eeepremier pays d’Europe à se poseLsérieusement à Bruxees à a suite soumettre son administration et sa vie pubique au dogme de ’isam poitique ? La question d’une décision judiciaire retentissante. La Stib (équivaent de a RATP), premier empoyeur de Bruxees, a été condamnée à verser ’équivaent d’un an de saaire à une musumane voiée qui n’avait pas été… enga-gée. Le tribuna a de surcroît ordonné à ’en-treprisepubiquede«cesserdefondersapolî-tîque de recrutement du personnel sur un prîncîpe de neutralîté exclusîve înterdîsant à l’ensemble de son personnel le port de tout sîgne convîctîonnel (relîgîeux, polîtîque, phîlo-sophîque) ». Une décision révoutionnaire puisquedansceroyaume, séparant jusque-à strictement ’Etat et a reigion, ’apparence des agents pubics se devait d’être neutre. Maiscenestpasseuementeonddecettedécisionjudiciairequi ait poémiqueenBe-gique, c’est aussi e choix du gouvernement bruxeois de ne même pas aire appe. Cette absencederéactiontraduit,seon’opposition de droite, e maaise grandissant d’une partie deacassepoitiquebegevis-à-visdeaneu-traité(aïque) et satentationdecommunau-tariser a société, aors que a cuturewoke (importée des Etats-Unis) gagne e terrain des idées. Ainsi Pau Magnette, e président duParti sociaistequi dirigearégionbruxe-oise, pourtant avorabeaudépart àunappe de a décision, a décaré dans e journa « e Soir » à propos du port du voie dans es ser-vicespubics:mecomJe«emsnesnuuepénêg homme blanc de près de 50 ans d’înterpréter des choses sur lesquelles par définîtîon je ne peux avoîr d’avîs întîme. »Merry Seon Hermanus, un ancien baron sociaistefidèle à la neutralité,« le malaîse exprîmé par Paul Magnetteest plutôt celuî del’împuîssanceface
à la pressîon électorale que constîtue le voîle… » Le contenu de la décision, autant que cette capitulation politique, témoigne, selon ses détracteurs, de l’infiltration des intégristes dans les services publics. Pour l’Observatoire des Fondamentalismes, un collecti de« cîtoyens de Bruxelles et d’aîl-leurs », les Frères musulmans auraient ciblé Bruxelles dès les années 1980, identifiée par eux comme e « ventre mou » du « ventre mou » européen, seon ’expression de Gies Kepe, enraisondeaaibesseintrinsèquedu système poitique bege. Autre avantage : cet activisme à Bruxees, capitae de ’Europe, ouvrait es portes d’unobbyingà’écheedu continent. Dans un ivre à a ois écairant et terrifiant qui vient de sortir en France, « Cachez cet isamisme.Voie et aïcité à ’épreuvedea“cancecuture”»(Ed. LaBoïte à Pandore), a chercheuse au CNRS Forence Bergeaud-Backer considère que Bruxees est devenue«une sorte de sanctuaîre de l’îsla-mîsme en Europe ». Le nomde Moenbeek ’a d’aieurs crueement iustré.« Nous en sommes à la quatrîème génératîon îssue de l’îmmîgratîon réîslamîsée, expique a cher-cheuse,etlesjeunesBelgesmusulmansquî ont vécudans une bulle domînée par unîslamfon-damentalîste ne comprennent pas qu’on înter-dîse le voîle dans la fonctîon publîque, (…) bîen que la Constîtutîon belge proclame une sépa-ratîon absolue entre Etat et relîgîon. » Les Beges, tétanisés, n’ont pas compris, que, depuis es attentats de 2015 et 2016, a range a pus poitique des Frères musu-mans européens s’est aiée à ses rères turcs du mouvement d’Erdogan pour mettre es djihadistes enveieuseauprofit d’unagenda politiquedontlajeuneemmevoiléedelaStib pourrait bien être un pion. En attendant, la France est encore unpeuplus seule dans son combat pour déendre un modèle européen de société laïque.S. D.
STÉPHANE MANEL
 LEON/UNSPLASH-BOBY-BERTRAND GUAY/AFP
LES MOTS CROISÉS ParY V E SCU NOW
Horizontalement 1.Au fond, ses fonds ne doivent pas fondre.2.Il bosse (déjà) à la prime. 3.Précède brièvement Choron et Moriarty • L’aube la recouvre.4.Visage pale • Le paraphe d’un chef ceinturé et épinglé.5.Menu sur la carte, même pour le chef précédent • Bout de planches fait avant de coller.6.Portée par des Romains attablés, une déduction s’impose.7.Il cherche une voie de secours en planchant sur un atlas • Bastringue d’une évasion.8.Donnadieu pour Duras • Pompons.9.Pros de la renniculture (une graphie) • Pitoëff, son jeu dans « l’Année dernière à Marienbad ».10.Jouée en liftant.
Verticalement 1.Fait bloc.2.Passées au bloc. 3.Pressé au son • Font comme des Marseillais à Paris.4.Tendresse manifeste du poulet • C’est comment ? 5.Dans son coin, il est collé à la maroufle • Bonne bouille de vendangeurs. 6.Manifestement un soulèvement • Le mauvais sort d’une fellation même bien léchée.7.Blancs savoyards.8.Nu ! • Tout à fait dilatants.9.Agit en pilote d’essais • Punie à la fin et pourtant sans motif. 10.La réussite totale au jeu du solitaire.
8
Solution du n° 2955
yvescunow.obs@gmail.com L’OB S/N ° 2956-2 4/0 6/2021
LES CHRONIQUES
O P É R AT I O N P O R T E O U V E R T E Par M A R A G OY E T Essayiste
’entre dans un immeube. Un homme me tient dmeêmaierepJpasr.eAuvuemdeoignasaanutrear-ite-ietenueaspernécsaecnhceea porte tout en s’excusant :« Désolé, je suîs un peu vîeux jeu. » L’heure est grave : ce sinistre individu vient d’esprit de se justifier. Mais le mal estait : i m’a tenu a porte quand i aurait dû... I aurait dû quoi, d’aieurs ? Me a caquer dans a tronche ? La dégonder ? Me aisser a ui tenir ? Escaader a açade? Dicile de répondre. Peut-être parce que le problème se situe ailleurs, à savoir dans les intentions du « galant homme ». Ses excuses sont à ce titreunaveu: c’est uneconceptionarchaïque des relations hommes-femmes, une appré-hension condescendante du féminin consi-déré comme fragile qui l’ont animé. S’il n’avait rien dit, cela aurait été moins scanda-leux : il aurait juste tenu la porte, ce qui peut arriver à tout lemonde. L’idéal, évidemment, aurait étéqu’il précisequesongestenedevait rien à la galanterie, qu’il me considérait commesonégale,quilnavaitaucunevolontéde m’inférioriser et que, d’ailleurs, il n’était pas misogyne, la preuve il avait des amies femmes sur lesquelles il lâchait régulière-ment des portes avec une grâce toute pro-gressiste dans une émouvante communion déconstructrice. En même temps, pour tout avouer, j’aime bienqu’onme tienne la porte... Cet homme qui vient de s’excuser me rap-pelle Palomar. Ce personnage, né sous la plume d’Italo Calvino, marche sur la plage et croise une femme seins nus. Par respect, il détourne le regard. Puis se morigène : en se comportant ainsi, il avoue concevoir la nudité comme problématique et agit de manière surannée. Repassant devant la femme, il décide alors de tout regarder de la même manière : les nuages, la mer, le sein.
Mais réalise qu’en fondant la femmedanslepaysage, il risque« d’aplatîr la personne humaîne aunîveaudes choses»et de«consî-dérer comme un objet ce quî dans la personne est propre au sexe fémînîn »,perpé-tuant ainsi« la vîeîlle habîtude de la supréma-tîe masculîne ». Palomar tente ensuite autre chose : il va regarder le sein, un peu, pas trop mais un peu quand même, de façon évasive. Puis il se rend compte que cette manière de procéder pourrait revenir à mettre le sein« entre parenthèses », en« marge »,renouant alors avec des« sîècles de pruderîe manîaco-sexuelle ». Sans conteste, ce sein mérite des égards plus grands : Palomar rebrousse che-min. La femme, le voyant revenir se lève, outrée, et s’en va loin de celui qu’elle prend pour un satyre. Acette évocation, le lecteur sourit : de tout évidence, Palomar, soucieux de bien faire, n’avait aucune chance tant les injonctions semblent contradictoires. Pis, le lecteur compatit. Et moi aussi. Jesais,jesais:cenesontpasleshommesqui sontleplusàplaindre,hiercommeaujourd’hui, et se soucier des solutions qui sont à leur portée dans des circonstances aussi triviales semble révéler une incapacité à hiérarchiser lescombats,unsyndromedeStockholmvoire unemisogynieintériorisée.Jen’ypeuxrien,je suisainsi,j’éprouveaussidelasollicitudepour ces êtres qui peuplent pour moitié la planète. Après tout, les mâles n’ont-ils pas des mains, des organes, des dimensions, des sens, de l’aection, de la passion ? On l’aura compris, je suis une vieillerie : une féministe universaliste. Je veux bien qu’on déconstruise un peu tout, à condition d’être constructif. Et puis, comme ne le dit pas le proverbe, il faut qu’une porte soit ouverte ou ouverte : peu importe par qui. Y compris par galanterie. M. G.
STÉPHANE MANEL
COURRIER DES LEC T EURS EcriveMz-nous parAmail àIcourrieNr@nouvelTobs.comEou par letNtre à :L’ObOs / MaintNenons leSlien– 67,Lavenue PEierre-MendLès-FrIance –E75013 PNaris!
CHOCOTTES Les médias ne parlent que de ça ! Le « grand remplacement » arrive, il est là. Qu’on me permette cette introduction un brin ironique, ce n’est pas ce grand remplacement qui me fait peur, mais celui de nos idéaux et de nos façons d’être, fruits des lumineuses idées humanistes nées bien avant le fameux siècle des Lumières, qui ont perduré et perdurent encore un peu à travers le temps par le biais de penseurs ouvreurs de nouvelles espérances. Ce grand remplacement-là est en route. La générosité, l’ouverture d’esprit, la réflexion élaborée, le désir de comprendre la complexité du monde et de s’ouvrir à tous ses possibles, tout cela est en cours d’être balayé par le repli sur soi, la vision à court terme, l’analyse à la tronçonneuse, l’anathème non-stop. Je crains que nous le constations très concrètement en 2022. Bref, en un mot comme en mille, j’ai les chocottes ! PIERRE CALVAS
RÉACTIONNAIRE ? Merci pour e dossier de « ’Obs », très intéressant et instructi, sur cette extrême droite qui nous menace, en France et en Europe. Une remarque touteois : pourquoi« l’oensive réactionnaire »? Définition du mot « réactionnaire » : qui
va contre le progrès social et l’évolution des mœurs. Pas glorieux, certes, mais pas condamnable pour autant. Moi qui suis de gauche, je dois reconnaître à contrecœur éprouver quelques tendances réactionnaires sur certains sujets. Je n’ai pour autant pas une once de similitude
ABSTENTION OU DÉSINFORMATION ? Le taux très élevé d’abstention lors des élections régionales relève sans doute de multiples raisons, mais il en est une qui, à mon sens, est sous-estimée : la désinformation des électeurs. Leur ignorance sur les rôles joués par le département et la région est en eet frappante lorsque l’on écoute les réponses des passants interrogés par vos confrères lors de leurs micros-trottoirs. Alors, pourquoi le ministère de l’Intérieur n’adresserait-il pas
10
L’OB S/N ° 2956-2 4/0 6/2021
avec ces individus qui menacent notre démocratie. On m’objectera que titrer « l’ofensive asciste » ne es afaiblirait en rien. Peut-être, et pourtant, comme disait Camus : « Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde. » DANIEL THÉVENET
aux électeurs, en même temps que les professions de foi des candidats, une notice explicative décrivant le rôle de ces deux institutions locales, façon « instruction civique » (qui, je le souligne au passage, manque beaucoup aujourd’hui) ? Son homologue des Finances ne produit-il pas depuis toujours une notice qui, en accompagnement de notre déclaration de revenus, explique l’utilisation de nos impôts ? Civiquement vôtre. ALAIN ROHAT
LÉGALISATION Un jeune poicier meurt et un jeune deaer devient meurtrier pour de ’herbe ! Quand est-ce que ça va s’arrêter ? Depuis cinquante ans a répression ne donne aucun résutat. Ee occupe es poiciers qui pourraient être afectés ailleurs, elle propage l’insécurité dans les banlieues, elle utilise nos impôts pour garder ces jeunes en prison. Une seule soution : égaiser ’usage récréati du cannabis ; aire des points de vente qui rapporteront de ’argent à ’Etat, qui pourra ainsi financer des projets pour sortir ces jeunes gens du manque de perspectives. Les banlieues retrouveront un peu de paix et d’espoir. Cela me met en colère de voir tant de vies gâchées et d’argent dépensé à mauvais escient. DANIELLE SAVIGNY
Retrouvez l’ensemble des interventions sur bit.ly/CourrierObs
Les informés de franceinfo du lundi au vendredi de 20h à 21h
chaque mercredi avec
ALINE DE PAZZIS
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents