Telerama du 07-04-2021
152 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Telerama du 07-04-2021

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
152 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 07 avril 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 18 Mo

Exrait

M 02773 - 3717 - F: F: 3,303,30E
3’:HIKMRH=XUXXU\:?d@r@b@h@k";
MERCREDI 7 AVRIL 2021
HEBDOMADAIREFR 3,30€
BEL, LUX 3,90€DOM 5,50€
CH 5,70 CHFMAR 43 MAD
CPPAP Nº 0621C80864
Nº 3717
DU 10 AU 16 AVRIL 2 2021
SUPPLÉMENT
MMÉÉTTIIEERRS S
DU CINÉMA ET
DU THÉÂTRE
SAISON 2 D’HIPPOCRATE,
DE THOMAS LILTI
PLONGÉE AU CŒUR D’UN HÔPITAL
AU BORD DE L’EXPLOSION
codecodes 00s 008800
Un design suédois à l'âme verte
Souveni rs de
ma vi e te xtile
Qu el pl ai si r de s’ima gin er de re to ur
au BOTS WA NA . De se re tr ou ve r
au cœ ur de s st epp es ar ide s et de la
ju ng le ve rd oy an te . Sa ns oubl ie r le s
mer ve illeu x mo tifs text il es .
UNE PROFUS ION DE CO UL EU RS
ET DE CO NTR AS TE S as so ci ée à
de s fruit s tr op ic au x, de s fe uille s
serp en ti ne s et de s tu lip es .
Ro be ”A ga ve ” en co ton bio lo giqu e, €7 4,
so us la ro be à mot if fruit é ”B ot sw ana ” en
lin ti ss é, €1 09 .
DEMANDEZ VOTRE CATALOGUE
www .g ud ru nsjode n. com
Numéro vert 0800 73 00 03 | order@gudrunsjoden.fr
ACHETEZ EN LIGNEL’invité
L’hôpital est au centre des flms de ce médecin devenu
cinéaste. La crise du Covid, qui l’a conduit à reprendre
brièvement du service, a aussi chamboulé le tournage
de la deuxième saison de sa série Hippocrate.
Thomas
Lilti
Propos recueillis par Pierre Langlais Longtemps, Thomas Lilti, 44 ans, a mê- La deuxième saison d’Hippocrate s’ouvre sur une inondation
Photo Vincent Ferrané pour Télérama lé à sa carrière de cinéaste celle, plus des urgences après l’explosion d’une canalisation. L’hôpital
discrète, de médecin généraliste. Dans est sous l’eau. Un accident symbolique ?
les années 2000, il enfilait ainsi la La série met en scène pendant huit épisodes un bateau qui
blouse blanche entre la réalisation de ses premiers courts coule, que les soignants maintiennent tant bien que mal à
métrages et l’écriture de scénarios pour la série jeunesse fot en écopant. Mais ce n’est pas qu’une métaphore,
l’hôCœur Océan, sur France 2. Le succès de son deuxième flm, pital public pète littéralement de partout tant les locaux
Hippocrate (2014), récit semi-autobiographique sur les sont vétustes. Un petit incident comme une canalisation
débuts d’un jeune interne incarné par Vincent Lacoste, a fait qui saute va entraîner d’autres catastrophes plus graves. Le
de lui un auteur à plein temps. Impossible pourtant de dé- monde du soin vit à fux tendu, il n’a pas le temps de
méditourner le regard du monde hospitalier où il a grandi — son ter sur ce genre de galères matérielles, il doit avancer, agir
père était médecin —, où il s’est formé, et dont il connaît si immédiatement. À force de devoir prendre des décisions
bien les grandeurs et les faiblesses. Après les longs métrages en urgence, il court à sa perte.
Médecin de campagne (avec François Cluzet, en 2016) et
À voir P remière Année (avec William Lebghil et Vincent Lacoste, La crise sanitaire actuelle a-t-elle aggravé les choses ?
2018), il s’y est replongé avec succès pour adapter Hippocrate Cette saison a été écrite et tournée en bonne partie avant u
Hippocrate, en série, pour Canal+. L’année dernière, il tournait la deu- la crise du Covid-19, et, pourtant elle en parle déjà. Cela fait
saison 2, le lundi xième saison — qui arrive cette semaine à l’antenne —, in- longtemps que je tire la sonnette d’alarme face au
déliteà 21h05 sur Canal+. tense et trépidant hommage à des soignants à bout de soufe, ment du service public hospitalier. Quand on fait une série
L’intégralité quand la crise du Covid-19 a éclaté. Cette irruption inatten- engagée, politique, sociale, on ne peut pas faire
abstracde la saison est due du réel l’a poussé à brièvement reprendre du service à tion de cette réalité-là et des conséquences sur le mal-être
déjà disponible l’hôpital Robert-Ballanger, en Seine-Saint-Denis, là même où des soignants. La soufrance du personnel hospitalier,
prosur MyCanal. se tourne la série… Une expérience qu’il a tenu à raconter voquée par l’impossibilité de bien faire son travail, est au
dans un essai, Le Serment (éd. Grasset), un cri d’alarme sur cœur d’Hippocrate. Dans cette deuxième saison, elle est
À Lire la déliquescence du système de santé français. symbolisée de manière romanesque par le débarquement,
à l’étage de la médecine interne, des collègues des urgences, Y
Le Serment, dont le service au rez-de-chaussée est inondé. Des
soiéd. Grasset, gnants pas assez nombreux, pas assez formés, vont devoir
162 p., 16 €. travailler dans des locaux pas adaptés… ☞
Télérama 3717 07 / 04 / 21 3Télérama 3717 07 / 04 / 21Le médecin et réaLisateur thomas LiL ti L’invité
1976 médecin. Je ne suis pas retourné à l’hôpital en artiste, pour
naissance à m’inspirer. J’y suis allé parce que c’était mon devoir, avec ce
La celle- saint- qu’il me restait de compétences et beaucoup d’humilité.
cloud (Yvelines). Pour fler un coup de main. Les soignants de l’hôpital où j’ai
1999 repris du service, où nous tournons Hippocrate, ont toujours
interne en été à nos côtés pour nous aider, nous prêter du matériel,
médecine. jouer les fgurants… Je devais leur rendre la pareille.
2007
Premier long Dans votre essai Le Serment, vous parlez d’un sentiment
métrage, de culpabilité face à eux…
Les Yeux bandés. Je sais que l’on manque de médecins, je répète à qui veut
2014 l’entendre qu’il faut plus de praticiens, je dénonce le
traisortie au tement réservé aux étudiants en médecine qu’on rejette en
cinéma du film masse après leur première année… et moi qui ai réussi à
Hippocrate, devenir médecin je ne pratique pas la médecine et je fais
trois fois nommé des flms ! Évidemment que je me sens coupable ! Quand
aux césar. j’ai ressorti ma blouse blanche, je me suis demandé si
2018 c’était par vanité, pour qu’on me félicite, que ce soit écrit
difusion de la dans les journaux. Sûrement un peu… Mais, au fond, je
saison 1 de la sais que je l’ai fait parce que je n’avais pas le choix. Mon
série Hippocrate. identité, c’est d’être soignant.
☞ Qu’apporte ce déplacement de l’intrigue au sein du service
des urgences ? Cette expérience a-t-elle changé votre regard sur l’hôpital ?
D’un point de vue dramatique, cela m’a permis de faire Ce que j’ai vu sur place ressemble beaucoup à ce que j’écris.
une pure série d’action médicale, car les urgences sont ou- Je connais ce monde par cœur. J’y ai tout vécu : j’y ai grandi,
vertes vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Mais c’est aussi je m’y suis formé, j’y ai connu mes amis, mes amours…
une formidable porte ouverte sur le monde. Toutes les J’aime son odeur, ses couleurs, ses lumières, ses bruits. Je
class es sociales passent quotidiennement aux urgences. J’ai m’y sens chez moi. L’hôpital angoisse peut-être certains
récemment participé à la campagne de vaccination contre d’entre nous mais moi, il me rassure. Après, je ne prétends
le Covid-19 à l’Hôtel-Dieu, à Paris, et j’ai piqué aussi bien des pas avoir raison pour tout ce que je raconte dans mes
personnes précaires que des grands bourgeois. œuvres. C’est ma subjectivité, mon regard romanesque
« Le véritable hôpital est devenu
plus romanesque que mon décor.
J’ai vu la réalité me doubler à vive allure. »
vous étiez en plein tournage de cette saison 2 quand la crise sur cet univers, mais ce temps passé à être de nouveau
mésanitaire a éclaté. Comment avez-vous réagi ? decin m’a conforté dans mes convictions, à commencer
J’étais en train de réaliser une fction médicale et j’ai vu la par la nécessité du collectif. On ne peut pas supporter les
réalité me doubler à vive allure. Le véritable hôpital est de- conditions de travail, le contact avec la douleur et la mort
venu plus romanesque que mon décor. Le monde extraordi- sans créer du lien humain entre soignants. Malgré tout ce
naire n’était plus celui des séries, mais celui de la pandémie qui les sépare, les personnages d’Hippocrate ont
beaumondiale. Quelle sensation étrange… Comme tout le monde, coup de tendresse les uns pour les autres. Sans cela, ils ne
j’ai d’abord pensé à mes proches. L’inquiétude créative n’est pourraient pas tenir le coup.
venue que dans un second temps, quand j’ai réalisé que ce
que je racontais allait être écrasé par l’énormité de la crise. Le tournage de cette saison 2, interrompu par le premier
Pendant deux jours, je me suis dit : tu es à côté de la plaque. confinement, a repris en juin 2020. Comment ?
Puis, avec mes coauteurs, Claude Le Pape et Anaïs Carpita, À l’époque, tout le monde hésitait à retourner sur les
planous avons trouvé une solution simple pour ne pas être dé- teaux. On était encore plus dans l’inconnu qu’aujourd’hui,
passés : dater précisément cette deuxième saison à la veille on a donc fait le maximum pour protéger les membres de
de l’apparition du Covid-19. Elle met donc en scène un hôpi- l’équipe : prise de température, masques, repas isolés
sertal au bord de la catastrophe, ce qui était exactement la vis sur des plateaux, etc. Nous n’avons eu, en plusieurs
situ ation du système de santé français fn mars 2020… mois de tournage, qu’une poignée de cas positifs au Covid
parmi les fgurants. Je craignais au départ que la situation
vous avez aussi décidé de renfiler votre blouse de médecin ne nous empêche de bien travailler. Je pousse beaucoup
pendant un mois. Pourquoi ? mes comédiens, j’ai besoin de répéter, de faire de
nomJe n’ai jamais cessé d’être soignant. Réalisateur, scénariste, breuses prises, pas de garder mes distances, d’aller vite et
cinéaste, ce sont des mots étranges pour moi. Le métier au- de jouer masqué ! Mais la situation a fni par nous souder,
quel je me suis formé pendant plus de dix ans, c’est celui de parce que nous étions tous dans le même bateau. ☞
Télérama 3717 07 / 04 / 21 5a
t
s
t
L’invité Le médecin e réaLteuris homa LiL ti
☞ Quelle place reste-t-il pour l’humain dans l’hôpital Concrètement, que préconisez-vous en matière
d’aujourd’hui ? de santé publique ?
Qu’est-ce que le soin ? : voilà la question qui porte l’en- Il faut cesser de vouloir rentabiliser à tout prix les hôpitaux
semble de mon travail. Le soin, c’est un échange entre deux publics. On ferme des lits et on supprime des postes depuis
individus, un soignant et un patient qui doivent se parler et des années, sous prétexte que ça coûte cher, que le trou de
s’écouter — l’expression « aide à la personne » n’est pas ano- la Sécu se creuse, que l’État doit faire des économies… On
dine. Malheureusement, du côté des patients il y a une im- voit la catastrophe que ça entraîne. J’aimerais me dire que
pression d’abandon, les gens se plaignent d’attendre des le Covid-19 va provoquer un changement de cap, mais les
heures, de ne pas comprendre les examens qu’on leur fait crises du passé, la canicule de 2003 par exemple, n’ont pas
passer, de ne pas être rassuré… Du côté des médecins, cette eu tant d’impact que ça. Ce n’est pas seulement la faute des
perte de soin est incarnée, dans Hippocrate, par le person- politiques, l’institution hospitalière elle-même est difcile à
nage d’Hugo (Zacharie Chasseriaud), un jeune interne qui réformer. Mais des choses concrètes peuvent être mises en
n’est peut-être pas le plus doué techniquement, mais qui place : revaloriser le métier d’infrmier et d’infrmière,
essensait entrer en empathie avec ceux dont il s’occupe. En tiel et pourtant si mal payé ; ouvrir le numerus clausus des
« mode dévasté », comme il qualife ses conditions de travail études de médecine et réglementer l’installation des
médeprovoquées par l’inondation, il n’a plus le temps d’écouter cins pour éviter les déserts médicaux ; inciter les jeunes à
ceux qu’il soigne, et il se sent inutile. C’est ça qui est terrible travailler à l’hôpital public ; investir dans la recherche…
aujourd’hui à l’hôpital : des soignants sont mis en échec. On
ne leur donne pas les moyens d’exercer correctement leur Espérez-vous avoir un impact politique ?
métier, on les envoie au casse-pipe, et après on leur re- Je doute qu’un président de la République déclare un jour :
proche de ne pas avoir fait ce qu’il faut. « Dis donc, j’ai vu le dernier Lilti, il faut qu’on change tout pour
l’hôpital ! » Une fction n’a pas cet impact direct. En revanche,
Êtes-vous pessimiste face à l’ampleur de la tâche ? je reçois des témoignages de soignants qui me disent que
Mon ambition n’est pas de dire que tout est foutu. Je mets leurs proches ont pu avoir une meilleure appréhension de
en scène des personnages jeunes, qui travaillent dur, s’im- leur travail grâce à mes flms — et d’autres, plus rares, de
mépliquent, veulent s’occuper des gens autour d’eux et chan- decins qui n’aiment pas qu’on expose les coulisses de leur
ger le monde. Ils sont parfois en rébellion contre leurs aînés profession. Si ma série peut devenir un outil de dialogue,
mais ils ne sont ni désillusionnés, ni cyniques. Une part de c’est déjà beaucoup. La crise sanitaire va avoir un impact sur
cette génération m’intéresse tout particulièrement : les mé- la façon dont les téléspectateurs regardent un drame
médidecins étrangers, incarnés dans la série par le personnage cal comme Hippocrate. J’ai une responsabilité, celle de dire
d’Arben Bascha (Karim Leklou). Ce personnel « faisant quelque chose sur l’état de l’hôpital. Moins encore que par le
fonction d’interne » est recruté en masse puis, dès qu’il re- passé, je ne me vois faire une série où le cadre hospitalier de -
vendique des droits, on le remercie gentiment. Avec vient un terrain de jeu pour raconter des histoires d’amour…
d’autres, il forme une sorte de prolétariat médical,
souspayé et peu valorisé, une main-d’œuvre bon marché qui se Pensez-vous que le Covid finira par constituer un matériau
consacre pourtant corps et âme à notre hôpital. dramatique intéressant ?
Ce que j’ai vécu pendant mon bref retour à l’hôpital plane sur
Est-ce pour leur rendre justice que vous les mettez les derniers épisodes de la saison 2 d’Hippocrate, mais ce
en scène dans vos films et séries ? n’est en aucun cas le moteur du récit. Ce serait une
instruIl me semble que si, dans notre pays, les soignants sont de- mentalisation un peu obscène d’un événement grave que
venus des héros, les médecins n’ont pas eu cette chance. d’en faire un matériau romanesque. Se dire qu’on tient une
Leur image s’est peut-être même dégradée pendant l’an- bonne histoire au moment où des personnes meurent, que
née écoulée. Les Français font preuve d’une grande dé- des familles sont endeuillées, que des millions de gens sont
fance envers ceux qu’ils considèrent comme des notables, en grande soufrance psychologique, professionnelle et
soproches du pouvoir, qui paradent au JT pour dire n’im- ciale me paraît problématique. Nous sommes encore en
porte quoi sur le Covid. Ils font parfois des erreurs, mais plein dans la crise sanitaire, et ses conséquences
éconoj’ai envie de réhabiliter les médecins en montrant qu’ils miques dureront encore longtemps. Or, cette catastrophe
sont engagés au quotidien, qu’ils font de leur mieux, qu’ils appartient à tout le monde. Je ne me sens pas le droit de la
ont les mains dans le cambouis, eux aussi. Être soignant, faire mienne. Peut-être qu’à l’avenir, avec du recul, on
c’est une identité, une vocation qui me bouleverse et qui, po urra faire un flm ou une saison de série autour du Covid,
à mes yeux, fait d’eux des héros. mais pour l’instant, il faut attendre •
« On ferme des lits et on supprime
des postes depuis des années,
sous prétexte que ça coûte cher,
que l’État doit faire des économies…
On voit la catastrophe que ça entraîne. »
6 Télérama 3717 07 / 04 / 2117.03.2021 11:42 (tx_vecto) PDF_1.3_PDFX_1a_2001 300dpi YMCK ISOcoated_v2_300_ecit
a
g
a
m
r
r
a
Sommaire du 10 au 16 avril 2021
En pEmièrE lignE
Ils avancent bravement dans le couloir
des urgences. Ils s’acharnent à y
vaincre accidents, maladies,
épidémies. Pour la deuxième saison de sa
série Hippocrate, le réalisateur, cinéaste,
écrivain et médecin Thomas Lilti — au
centre de la couverture et notre
invité — a voulu autant rendre hommage
au système sanitaire français que tirer
l’alarme sur les dangers qui risquent
de le détruire. Le résultat est brillant.
Fasciné qu’on est, malgré soi, par le 26 spectacle de mort en embuscade, on
suit Hippocrate non seulement comme
un thriller, mais comme une série poli-30 tique qui pointe l’agonie de notre
meilleur service public. Efcacité du
scénario, de la mise en scène, de la réalisation,
du jeu : ces métiers-là — du cinéma, du 18 spectacle — s’apprennent. Vous le
découvrirez dans notre supplément
formations. Pourquoi ne pas tenter ces
flières qui font souvent tant rêver, alors
que le réel désormais se dérobe, ainsi
que l’ont pointé nos portraits
d’étudiants deux mois durant. Cette série
s’achève aujourd’hui. Sans que cessent
leurs difcultés. Au moins avons-nous
appris à mieux les voir, les écouter. Ils
sont nos lendemains. Les militants de
la cause animale, aussi, qui font
avancer notre relation à d’autres vivants ; et
à la nature. Nous les saluons dans un 24 dossier. — Fabienne Pascaud
Couverture zine 26 Rencontre avec Ai Weiwei CritiqueS
Le réalisateur 3 L’invité l ’artiste en exil signe 39 Le rendez-vous
d’« Hippocrate » thomas lilti, médecin un film sur les premiers mois Billy Wilder et moi,
Thomas Lilti et réalisateur de la série de la pandémie à wuhan de jonathan coe
(au centre), avec Hippocrate 30 Le patron du Louvre 42 Livres
Louise Bourgoin, 9 Premier plan jean-l uc martinez défend 46 cinéma
Karim Leklou, l es Français ont moins lu son mandat et ses projets 48 Musiques
Alice Belaïdi en 2020 51 enfants
et Zacharie 10 Étudiants en 2021 8/8 utrement
Chasseriaud. clémence eouzan, étudiante 33 Penser éléviSion
Photo Olivier en bts tourisme Que dit le rire 69 Le meilleur de la semaine télé
Metzger 12 Mise à jour de notre époque ? l ’afaire Salvator Mundi
pour Télérama 16 Repéré 36 découvrir sur France 5
david geselson, auteur une expo par téléphone ; 82 Programmes
ce numéro comporte : et metteur en scène c’est l’heure de la broderie… et commentaires
une couverture spécifique
« Paris-idF » pour les abonnés
et les kiosques de Paris-idF
et une couverture nationale ; Le dossieR sPÉciAL FoRMAtions adio
un encart de 2 pages
« Télérama baudelaire » 18 Le bien-être animal 53 t out sur les métiers du cinéma 138 Le meilleur de la semaine radio
eposé sur la 4 de couverture
pour la totalité des abonnés des travées de l’assemblée et de l’animation r etour au r wanda dans
France métropolitaine ;
un encart de 2 pages aux rayons des supermarchés, 56 Quand de jeunes comédiens La marche du monde, sur rFi
« Le Monde la sélection
hebdomadaire » posé la lutte contre la soufrance s’engagent sur Tartufe 143 Les programmes
een 4 de couverture sur
une sélection des abonnés animale gagne du terrain au théâtre de la cité
province. édition régionale,
Télérama+Sortir, pages de t oulouse 148 talents
spéciales, foliotée de 1 à 24,
jetée pour les kiosques des 24 on a retrouvé La Femme 62 l es écoles de comédiens 151 Mots croisés
dép. 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94,
e95, posée sous la 4 de des nouvelles du groupe punk, 64 l es écoles de cinéma
couverture pour les abonnés
des dép. 75, 78, 92, 93, 94. surf music et psychobilly et d’animation
8 Télérama 3717 07 / 04 / 21
konrad lozinski | Patrick s wirc Pour télérama |  olivier metzger/modds | jerome bonnet Pour téléramai
a
t
s
e
i
e
d
v
r
s
e
Mise à jour
Pre Mier PLan
Ps si
Librairie Tschann, lvr
à Paris. Les livres
se vendent bien,
mais sont-ils lus ?
auteurs de renom, les best-sellers toujours plus triom-On a moins lu, l’an dernier. Moins que les années
phants. Pourquoi sommes-nous si étonnés de ce constat ?
précédentes. Moins, surtout, que le laissaient L’afuence massive dans les librairies, lors de leur
réouverture, au lendemain du premier confnement du prin-supposer tant l’engouement collectif apparent
temps 2020, l’embellie consécutive des ventes et, quelques
pour le livre et les librairies que la disponibilité mois plus tard, l’unanimité (ou presque) qui s’est faite
aunouvelle oferte par la succession des confnements et la tour de l’idée que le livre est bel et bien un objet essentiel
diminution drastique des autres ofres de loisirs. C’est nous avaient sans doute convaincus un peu vite que la
contre-intuitif, mais c’est bien ce que disent les résultats de lecture avait échappé à la crise qui afecte depuis un an le
la récente enquête sur « Les Français et la lecture », portant monde culturel. Mieux encore : qu’elle en sortirait non
seusur l’année 2020 1. Pour les résumer en trois mots : on n’as- lement intacte, mais même grandie, auréolée d’un nouveau
siste certes pas à un efondrement brutal de la pratique de prestige. Ce n’est d’ailleurs pas faux, ce lustre retrouvé du
lecture, mais l’ancienne, constante et inexorable érosion livre, symbole d’un monde de nouveau aimable.
Simplese poursuit. Seuls les essais, et parmi eux surtout les livres ment y a-t-il loin de la pensée à l’acte… •
Par Nathalie sur l’actualité, ont quelque peu tiré l’an dernier leur 1 Enquête Ipsos pour le Centre national du livre (CNL),
Crom épingle du jeu — et, du côté des romans, les classiques, les réalisée du 8 au 26 janvier 2021 (centrenationaldulivre.fr).
Télérama 3717 07 / 04 / 21 9
Léa Crespi pour éLéramaMise à jour
« J’Ai APPri S
à é Tu DiEr
SEu LE »
Chaque semaine, retrouvez le portrait d’une étudiante
ou d’un étudiant en temps de pandémie 8/8.
il faudrait sans doute davantage qu’une crise sanitaire,
même interminable, pour démonter Clémence eouzan.
à tout juste 22 ans, cette étudiante en seconde année de BT s
tourisme au lycée Laennec de Pont-l’Abbé parvient même
à voir le bon côté des choses.
« Avec les cours à distance, je passe plus de temps chez mon
copain, à Brest. » Elle y organise ses journées d’études « en
distanciel » avec discipline : lever matinal « presque comme
pour aller en cours », et sessions de travail matin et
aprèsmidi, autour des contenus fournis par les enseignants via
le logiciel Pronote. « Pour les ateliers en groupes d’élèves,
chacun complète un document partagé. On ne se voit presque
pas. » Jusqu’à fn mars, une semaine sur deux, Clémence
Eouzan regagnait Pont-l’Abbé, dans le sud du Finistère, et
son petit appartement, « dans une résidence surtout
occupée par des personnes âgées », proche du lycée, qui
n’accueillait plus que des demi-classes. « Certains ont beaucoup Prénom CLémEnCE
de mal à rester motivés. Moi ça va, j’ai appris à étudier seule. »
Clémence a d’abord étudié les langues étrangères — an- Nom Eouz An
glais, espagnol, allemand — à Brest, avant d’abandonner
l’université, « trop abstraite et impersonnelle ». Après plu- Âge 22 AnS Études BTS DE Touri SmE
sieurs mois de petits boulots (aide à domicile, vendeuse…)
et de réfexion intensive, c’est décidé : amoureuse de la mer où Pon T-L’ABBé
et de la Bretagne, emballée par ses voyages en Sicile et à
Tahiti, où vit la famille de son amoureux, elle étudiera le tou- ses arrières : pour septembre, elle a été admise dans un
barisme. « Pas de chance, c’est le secteur le plus en crise ! dit-elle chelor « tourisme et événementiel », à Brest. Sous réserve
en grimaçant. Mais j’ai tout de suite aimé le BTS, avec ses cours de trouver un emploi en alternance, notamment pour
fconcrets et ses profs disponibles. » Le cursus comprend en nancer son année (4 500 euros) — après plusieurs
entreprincipe quatorze semaines de stages en deux ans, au- tiens, elle n’a décroché qu’un job d’été, dans une
compajourd’hui ramenées à quatre. En février, Clémence a pu me - gnie maritime. Car ses revenus habituels ont disparu :
surer l’étendue des dégâts en passant six semaines dans une réserviste dans la marine nationale depuis quatre ans,
Cléagence de voyages. « Elle n’ouvrait que par demi-journées, mence Eouzan gagne environ 400 euros à chaque période
avec très peu de clients. J’ai juste pu apprendre les systèmes de de vacances, en gardant des bateaux militaires. « Mais
déréservation et de billetterie et faire quelques devis. » sormais les civils ne peuvent plus monter à bord. » Ses aides
Vaillamment, elle tente de tenir l’angoisse à distance. « Je au logement couvrent la moitié de son loyer (280 euros), et
suis sûre que le tourisme se relèvera, on va tous avoir besoin elle a « la chance d’avoir l’aide de [ses] parents », institutrice
d’évasion. Mais quand ? Et comment se dérouleront nos exa- et militaire. « Pour d’autres, c’est très dur, certains doivent
armens ? Moi qui aime bien anticiper, je suis obligée de vivre au rêter les études et chercher du travail. » Décidément pleine de
jour le jour. C’est un bon exercice. » Elle assure quand même ressources, Clémence a déjà activé le plan B si elle ne trouve
pas d’alternance pour son bachelor : elle fera une licence
professionnelle, spécialité guide-conférencier ou
écotourisme. « Je ne me vois pas vendre des voyages à l’autre bout du
monde, je me tournerai plutôt vers le patrimoine et la culture,
ici, en Bretagne. Avec sa fraîcheur et ses grandes plages, elle va
encore gagner en succès. » Authentique optimiste ou habile
en méthode Coué, Clémence Eouzan s’applique à dessiner
son avenir, un obstacle après l’autre. — Juliette Bénabent
Photo Vincent Gouriou pour Télérama
10 Télérama 3717 07 / 04 / 21PUBLICITÉ
RENCONTRE AVEC
UN MAÎTRE BRASSEUR BELGE
Depuis 2016, la bière belge est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.
Par cet acte, elle est passée du statut de boisson àc elui d’institution culturelle.
Av ec plus de 1600 variétés reconnues au niveau mondial et pas moins
de 300 brasseries, ce qui aété longtemps perçu comme une simple attraction
touristique est désormais un véritable étendard du savoir -faire belge. Àtel point
que les Maîtres Brasseurs belges sont aujourd’hui des garants de leur culture
àl’international et sillonnent le monde pour former,éduquer et partager leur
expérience. Dans cette optique, nous avons rencontré Hans VanRemoortere,
le maître brasseur de la bière belge Tripel Karmeliet, pour en savoir plus sur
Hans VanRemoort ere, Maîtreb ra sseur la bière et répondre aux questions que l’on se pose tous.
de la br asserie Bost eels, Bel gique.
ON VA COMMENCER QUELLE ESTL ’IMPORT ANCE COMMENT SAIT -ON lorsque “l’onctuosité”, “l’acidité”
PARLEP LUS PRA TIQUE. D’UN VERRE LO RSQUE L’ON QUAND UNE BIÈRE EST et “le caractère” sont parf aitement
COMMENT DÉGUSTE- DÉGUSTE UNE BIÈRE ? PRÊTE ? balancés. La Tr ipel Karmeliet
T-ON UNE BIÈRE ? On ne servirait pas de champagne Une bière passe par 4à5stades. trouvec et équilibre, notamment
On commence par rega rder :sa da ns un verre àeau. Pour la bière, Je goûte le produit àc hacune de grâce àl’association de 3g rains :
mousse, sa couleur,sap étillance. c’est la même chose. Le choix du ces étapes tous les jours à11h L’ Orge qui apporte le corps àla
Ensuite, on la sent pour déterminer verre est primordial. La forme d’un –l es papilles sont plus alertes. bière.
les premières notes –n’hésitez pas verre Tulipe (comme celui de la Si àu ne phase on observeu ne Le Froment pour l’onctuosité et
àlaremuer pour l’aérer.Enfn, on Tripel Karmeliet) permet de retenir dé viance de qualité, nous pouv ons la fraîcheur .
goûte pour confrmer ce que l’on la mousse et ses arômes. Son pied, encore ajuster le liquide af in de L’Avoine pour le caractère.
aperçu auparavant :latexture, les quant àl ui, vous permet de tenir le ga rantir un produit qualitatif àtous Sans ces 3grains, la Tripel Karmeliet
fa veurs (...). verre en main sans réchauf fer la bière. les consommateurs. n’e xisterait pas.
POUVEZ-V OUS NOUSEN SI VOUS DEVIEZ QUALIFIER
DIREPLUSSUR L’HISTOIRE LA TRIPEL KARMELIET ?
DE VO TRE BIÈRE, LA TRIPEL La Tr ipel Karmeliet n’est pas
KARMELIET ? une bière brassée en 3semaines,
C’est une histoire de fa mille. La nous prenons le temps de faire les
brasserie aété créée en 1791 par ch os es.Lebrassin pa sseplusieurs
Jean-Baptiste Bosteels, avant semaines en cuve, laissant aux
même la création du ro yaume de sa ve urs le temps de se dé velopper
Belgique (1830). Depuis, 7géné- naturellement et la production fnit
rations de brasseurs se sont par une refermentation en bouteille.
succédé jusqu’à ce qu’Antoine On adonc un cycle de brassage de
eBo st ee ls,àlafin du 20 siècle, 6à7s emaines, ce qui est nettement
découvre une recette oubliée de plus long que la majorité des bières
1679 qui de viendra l’inspiration présentes sur le marché, refétant
de la Tr ipel Karmeliet actuelle. notre savo ir -faire traditionnel et
notre authenticité.
C’ESTL ’UNE DES RARES
BIÈRES BRASSÉES ÀBASE Nous remercions Hans d’avoir pris
DE 3GRAINS. VOUS NOUS le temps de répondre ànos
quesEN DITES PLUS ? tions. Un échange chaleureux av ec
Notre eng agement est de créer un passionné pour nous permettre
une bière parf aitement équilibrée. d’en apprendre plus sur l’uni versHans goûtelap ro duction Tr ipleK armeliet to us lesj ours à11hc ar
«c ’e st àcem oment-là que lesp apil less ont le pl us al ertes » . On dit qu’une bière est équilibrée de la bière.
L’ABUS D’ALC OOL EST DANGER EUXP OUR LA SANT É. ÀC ONSOMMER AV EC MODÉRA TION.
TripleTriple KarmeliKarmelietet -T-T éléraéléra mama exe.indexe.indd1d1 12/10/2012/10/20 2020 15:1315:13
Phot os :© Jitsk eSchols -01.
©Olivier Anber gen -sept embre2019 .AmAzon m on te
Au filet
l a ligue 1 de football ne s’est pas
remise du fasco mediapro, qu’un
nouvel acteur arrive déjà sur le marché
français des droits du sport. m ais rien
à voir avec le groupe sino-espagnol. il
s’agit ni plus ni moins… d’Amazon, qui
présente bien plus de garanties, et
dont la difusion de Roland-Garros sur
sa plateforme, dès cette saison et
jusqu’en 2023, a toutes les chances de
bien se passer. Si france t élévisions
continuera de retransmettre
l’essentiel des rencontres du prochain tour-un PR ix A l mA Plein d’âme noi, c’est exclusivement sur Prime
Video que l’on verra celles du court
« Je considère mes livres comme autant de T errienne (éd. Gallimard Jeunesse, Simonne-mathieu, ainsi que le
noucadeaux que je ferais aux gens que 2011), ou encore son best-seller, L’En- veau rendez-vous nocturne du
Phij’aime. » Jean-Claude mourlevat, 69 ans, fant Océan (éd. Pocket Jeunesse, 1999), lippe-Chatrier (tous les soirs à 21
a tant donné à la littérature jeunesse prix Sorcières en 2000. heures) et deux quarts de fnale.
qu’il vient de recevoir en retour, mardi Jean-Claude mourlevat s’est pour- Vingt matchs de championnat déjà
30 mars, la plus belle des récompenses : tant longtemps cherché. né en 1952 à retransmis par saison en Angleterre,
le prix Alma (Astrid lindgren m emo- Ambert, en Auvergne, il vit enfant dans les meilleures afches de ligue des
rial Award), considéré comme le nobel une ferme avec ses six frères et sœurs, champions en Allemagne, et
l’exclusidu genre, doté de près de 500 000 mille une mère consacrée à la bonne marche vité des rencontres du jeudi, aux
Étatseuros, tout de même. une consécra- de la famille et un père meunier. il a unis, du championnat de football amé -
tion pour l’auteur et une première pour d’abord été un « professeur heureux » ricain pour les onze prochaines
la france depuis la création du prix par d’allemand pendant une dizaine d’an- années… l a marque de Jef Bezos se
la Suède en 2002, en hommage à Astrid nées, avant de suivre à Paris une forma- positionne comme un acteur de
comlindgren, l’autrice de fif Brindacier. tion de théâtre et de découvrir, émer- plément, à l’importance grandissante,
Pour le jury, Jean-Claude mourlevat veillé, l’art clownesque. Alors mais au positionnement toujours
pru« renouvelle brillamment la tradition du Jean-Claude mourvelat se grime, monte dent. elle agrémente gentiment son
caconte […] dans une prose onirique et des spectacles, s’acoquine avec une talogue de flms et de séries par un peu
juste. [Son] œuvre toujours surprenante troupe et joue Shakespeare, Brecht, de sport, tout en maintenant son
abonfait entrer la trame de l’épopée antique Cocteau… il anime aussi des stages de nement à 50 euros par an. Si la
puisdans une réalité moderne. » l ’éloge vient clown dont il tire une grande joie. C’est sance fnancière du groupe est
gigancouronner une carrière d’écrivain qui la mise en scène qui le mènera, un peu tesque, les folies ne semblent pas pour
débuta (seulement) en 1997, à 45 ans, par hasard mais assez logiquement, tout de suite, comme l’atteste son
enavec Histoire de l’enfant et de l’œuf (éd. vers l’écriture. depuis, il publie un ro- chère timide sur la ligue 1 lors du der -
mango), et qui se poursuit avec une man presque chaque année, même s’il nier appel d’ofres. l e prochain sera
trentaine de romans : Le Chagrin du roi dit préférer « avoir écrit » qu’écrire. l e tout de même scruté de près. Car la
pomort (éd. Gallimard Jeunesse, 2009), prestige du prix Alma devrait lui redon- litique des petits pas n’interdit pas les
Jefersond Jeunesse, 2018), ner des ailes. — Julia Vergely pas de géant. — Michel Bezbakh
ViVement dem Ain
Son Pinocchio, drôle, beau et cruel, avait été
une claque en 2009, et sacré Fauve d’or
au festival d’Angoulême. Winshluss publiera
le 26 mai J’ai tué le soleil (éd. Gallimard BD),
un récit où l’on suit un homme qui essaie
de survivre, seul (ou presque), dans une
nature sauvage. On en frissonne d’avance.
12 Télérama 3717 07 / 04 / 21u
m
Mise à jour
Villeurbanne,
ville périphérique
de Lyon, sera
la capitale française
de la Culture
en 2022.
Une plateforme Br Ut
de décoffrage
et maintenant, le payant. galvanisé par
le succès de ses vidéos partagées des
millions de fois sur les réseaux sociaux,
le média français Brut lance mercredi
7 avril une plateforme accessible par
abonnement (4,99 euros par mois),
baptisée BrutX. au programme : un
documentaire maison par semaine (à
l’image d’une immersion au cœur de la
colline du crack à paris, réalisée par
camille c ourcy), des séries (comme
Veneno, sur la véritable histoire d’une icône
transgenre espagnole), des flms (Erin
Brokovich, Tout sur ma mère, Into the
Wild), partageant tous les « valeurs »
progressistes défendues par Brut de -
puis sa création, en 2016, comme la
lutte contre les discriminations, les
droits des femmes, la défense de
l’environnement… g onfé, à l’heure où les VIlle Ur Banne , grandes plateformes américaines
contrôlent déjà largement le marché ? VIlle o UVerte « Il reste de la place !, assure guillaume
l acroix, le président et cofondateur de
en octobre 2020, le ministère de la ni au théâtre national populaire, dont Brut. Regardez Disney+ : ils ont séduit
culture lance un appel à candidatures il est le patron : l’envie n’est pas de faire 100 millions d’abonnés en un an, sans en
pour élire la première capitale fran- des coups mais d’« opérer une greffe prendre à Netfix. Nous ne cherchons de
çaise de la culture. c édric Van Styven- entre jeunes et créateurs, avec des rela- toute façon pas à être le centre de
divertisdael, maire de Villeurbanne, saisit la tions quotidiennes et pérennes », se ré- sement de la famille. Nous sommes plutôt
balle au bond, réunit ses équipes et sol- jouit marion gatier, directrice adjointe une ofre de complément, beaucoup plus
licite les artistes. t ous lui embrayent le de Komplex Kapharnaüm. cette com- éditorialisée. » l ’idée, c’est de fdéliser
pas. l ’angle d’attaque va de soi : la jeu- pagnie implantée de longue date à Vil- son jeune public, plutôt habitué à
panesse sera le cœur battant de l’aven- leurbanne a fait des rues, des places, pillonner au gré des navigations sur son
ture. c’est donc autour de projets pen- des quartiers, la scène urbaine de ses téléphone, et de transformer l’essai des
sés pour, par et avec les jeunes (« mais spectacles. marion gatier est bien pla- couvertures plus approfondies déjà
pas uniquement des spectacles pour en- cée pour savoir qu’il faut « réinventer les tentées par le passé, notamment lors
fants », nous précise l’élu) que se modes de rencontre avec l’art et faire évo - des manifs des gilets jaunes — « il y a une
construit un projet qui se déploiera de luer les institutions ». devenue capitale vraie appétence pour le temps long », af -
septembre 2021 à septembre 2022. Im- française de la culture 2022, Villeur - firme guillaume lacroix. l es
diriplantations des artistes dans les établis- banne préfère le long terme aux pail- geants de BrutX imaginent à terme
prosements scolaires, agoras éphémères lettes et à l’événementiel. cela n’em- duire leurs propres séries de fction, et
dans les collèges et lycées pour faire pêche : les projecteurs se braqueront ouvrir d’ici à deux ans la plateforme
émerger les paroles, ateliers de créa- sur elle et plus seulement sur sa belle payante à l’international. l es
amérition itinérants, chapiteaux ambulants, voisine, l yon. pas de doute, la décen- cains n’ont qu’à bien se tenir.
skateurs mis en scène par Jean Bellori- tralisation fait sa mue. — Joëlle Gayot — Lucas Armati
Télérama 3717 07 / 04 / 21 13
Folio Junior-Gallimard Jeunesse-PKJ | Vincent uteaa
u
a
a
i
a
a
i
Mise à jour
Au bout du conte polynésien
il était une fois un homme qui rêvait entendu ces sons sur une petite île de en découvrant cette histoire, le
créatous les jours depuis l’âge de 6 ans dans polynésie française. double coïnci- teur de jeux vidéo éric Viennot (Les
un idiome inconnu. pendant les trente dence : le marin connaît une femme qui Aventures de l’oncle Ernest, In
Memopremières années de sa vie, il essaya de en vient… et qui habite à quelques kilo- riam…) a su qu’il serait obligé d’en
comprendre d’où venait cette langue mètres ! comme dans un conte, notre faire quelque chose. des articles
atqu’il semblait le seul à parler. Jusqu’au homme tombe amoureux de la polyné- testent que le Vosgien marc liblin vé -
jour où, dans un bar de Rennes, il ren- sienne, se marie avec elle… et part s’ins- cut de 1982 à 1998 à Rapa iti, îlot de
contre un ancien marin qui avait déjà taller en polynésie. 40 kilomètres carrés habité par cinq
cents habitants, et qu’il parlait le
dialecte local. pour en savoir plus,
Viennot contacte la flle d’un cousin de
liblin, puis les médecins de Rennes qui
avaient tenté d’aider celui-ci dans sa
quête. et pendant le confinement
commence à écrire le journal de son
enquête sous forme d’une newsletter.
il a la matière pour tenir jusqu’à l’été, à
raison de deux envois par semaine.
Avec, ensuite, un objectif : se rendre à
Rapa iti d’ici à la fn de l’année et
poursuivre le récit sous la forme d’un
documentaire. en attendant,
abonnezvous : chaque nouvel épisode se
dévore comme le meilleur antidote à
la morosité ambiante.
— Thomas Bécard
https://lhommequirevait.net/
D’un bar de Rennes
à l’îlot de Rapa Iti en
Polynésie française,
il n’y a qu’un pas
à franchir…
Gl Am et « déc AdAnse »
 star de la disco, patrick Juvet ? c e n’est de l’Angleterre de bowie ou t . Rex. As- l’inspiraient. Où sont les femmes ?,
l’anpas faux, le chanteur suisse ayant car - socié ensuite à Jean-michel Jarre, pa- née suivante, enfonce le clou, et la
tonné en 1978 avec I Love America, qui trick Juvet compose une variété mu- fèvre disco commence à monter. Juvet
ft fureur sur les dancefoors du monde tante où les claviers, le synthé et les traverse alors l’Atlantique, s’acoquine
entier. mais auparavant, Juvet avait été rythmes amorcent une métamorphose. avec Henri belolo et Jacques morali.
un pilier de la variété française, insuf - l ’album Mort ou vif, en 1976, avec le Grâce aux producteurs français, à
l’oriflant une savoureuse dose de glam troublant slow Faut pas rêver ou le fun- gine des Village people, il enregistre un
dans la guimauve ambiante. ky en diable L ’Enfant aux cheveux blancs, album avec la crème du R’n’b
amériné à montreux en 1950, le longiligne ne laisse aucun doute sur les sons qui cain. I Love America, avec beat d’airain
Helvète débarque à paris après avoir et voix de fausset à la bee Gees, est un
obtenu un premier prix de piano au triomphe international.
conservatoire de l ausanne. et s’il dé- Après le succès, le déclin. Juvet,
décroche vite, grâce à son beau minois, sa pressif, tombe le nez dans des excès
douce voix et son talent de mélodiste, dont il ne se relèvera jamais vraiment.
un hit avec La Musica, sa fortune sera malgré les tentatives de come-back, il
faite avec une autre de ses composi- vivra désormais dans l’ombre de son
tions, Le Lundi au soleil, interprétée par quart d’heure de gloire internationale,
claude François en 1972. Juvet, séduc- abonné aux tournées nostalgiques. il
teur hédoniste à la bisexualité assumée, est mort à barcelone, à 70 ans. un
enchaîne alors les tubes aussi fragiles chifre rond, comme en écho à la
déqu’irrésistibles (Sonia, Rappelle-toi Mi- cennie qui l’aura vu briller avec son
nette), qui, face au style viril de sardou œuvre atypique, mésestimée, à
redéou Hallyday, refètent l’esprit décadent couvrir. — Hugo Cassavetti
14 Télérama 3717 07 / 04 / 21
Pul Béjannin | BEnjMin GER/ RCHVES FiliP CCH/SCOOPPUBLICITÉ
ET SI VOTRE ENF ANT
PA RT AIT EN CO LO ?
LES CL ASSES
DE DÉC OUVERTE :
UNE FENÊTRE SUR
LE MONDE EXTÉRIEUR
n période sc olair e, les clas ses deE neig e ou clas se vertes permettent
aux enfants et à leurs enseignants
de rompr e la routine et de s’ ou vrir
sur le monde. Les élèves conjuguent
leurs appr entis sag es habituels avec
des activités sportives et d’ éveil qui
constituent un véritable pr
olongement pé dag ogique orienté vers
l’ observ ation et l’ expérienc e.
“E N CO LO , J’ AI APPRIS
A OB SER VER LES ANIMAUX !”
Chloé, 12 ansVéritables bols d’ air dans tous les sens du terme, les séjour s collectif s
à la montagne contribuent à l’épanouissement de vos enf ants.
Une expérience à tenter lor s des pr ochaines va cances ?
Ateliercolle ctivité, appr enant ainsi àDES VA CA NCES “O bser vationrespe cter et à appr éc ier les autr es,
de la nature”
au-delà de leurs dif ér enc es.QUI FO NT GRANDIR autour du
Mont Jura -
Pays de Gex (01)es colonies de vacanc es à la S’É MANCIPER
montagne aident les enfants EN DOUCEURL et les adolesc ents à s’ épanouir
personnellement et au co ntact des
Loin du regard des par ents, lesautr es, en leur ofra nt la pos sibilité plus jeunes gagnent en autonomie,de pr atiquer de nombr eux sports
sous le regard bienveillant des— ra ndonné e, esc alade, cani-r ando, éduc ateurs, et gr av is sent une étapeéquitation, VT , canoé, raf ing,
es sentielle pour leur émancipation. Pour vous inf ormer ou réserveretc —, ou de s’initier de faç on
un séjour pour vos enf ants à la montagneludique à un vaste choix d’ activités,
telles que l’ observ ation de la faune, en Auv er gne-Rhône-Alpes ce printemps ou cet été :UNE VÉRITABLE
l’ astr onomie, mais aus si la photo, www .gener ationmont agne.c omRESPIRATIONles arts du cir que, la pr atique d’un
instrument de musique, d’une Plus d’infor mations sur :
Les séjours co lle ctifs à la montagne,langue étr angèr e… www .auv ergnerhonealpes-tourisme.comc’ est aus si la dé couverte de gr ands
Isèr e Dr ôme De stination Juniors
espac es natur els, de pa ysag es T. 04 76 00 33 35 - iddj@iser edr ome-juniors.fr
gr andioses et de modes de vie Savoie Mont Blanc JuniorsAPPRENDRE À VIVRE difér ents ! Autant de dépa yse- T. 04 50 45 69 54 - contact@smbjuniors.com
ments qui sont es sentiels pour la UNA T Auvergne-Rhône-AlpesEN GR OUPE
construction personnelle des jeunes T. 04 73 43 40 06 - aura@unat.asso.fr
Hors de leur envir onnement citadins ! Et ce , dans des conditions Sancy Dômes Juniors
www .sancy-domes-juniors.orghabituel, les enfants dé couvre nt sanitair es optimums garanties par
communication@sancy-domes-juniors.orgau cours de ce s séjours la vie en des pr ofes sionnels de l’ ac cueil.
Agence de Publi-Rédactionnels www.pelazzo.com • Région Auvergne-Rhône-Alpes Sir et : 200 053 767 0001 4
© P. Smit
© P. Smit