Telerama du 07-07-2021
144 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Telerama du 07-07-2021

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
144 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 07 juillet 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 19 Mo

Exrait

M 02773 - 3730S - F: F: 3,30E
3’:HIKMRH=XUXXU\:?d@h@n@a@q";
MERCREDI 7 JUILLET 2021
HEBDOMADAIREFR 3,30€
BEL, LUX 3,90€DOM 5,50€
CH 5,70 CHFMAR 43 MAD
CPPAP Nº 0621C80864
Nº 3730
DU 10 AU 16 JUILLET 2021
A N N E T T E , L A F L A M B O YA NTE
C O M É D I E M U S I C A L E D E L E O S C AR A X
C A NNE S
L A V IT A L IT É
D U C I N É M A F R A N Ç AI S
ET AU S S I J O DI E F O S TE R, M I A H A N SE NL OV E,
PA U L V E R H O E V EN, K I RI L L S ER EB R E N N I K O V...
codes 00/80
t
a
t
1962
Naissance
à Los Angeles.
1976
Taxi Driver, de
Martin Scorsese.
1985
Diplômée de
l’université Yale.
1989
Oscar de
la meilleure
actrice pour
Les Accusés.
1991
Première
réalisation,
Le Petit Homme.
1992
Oscar de
la meilleure
actrice pour
Le Silence
des agneaux.
Années 2000
Réalisation
de séries :
House of Cards,
Black Mirror…
Jodie Foster
3
Vicor Demarchelier/ UGUSCannes 2021
ELLE A jOué POur SCOr SESE, FInChEr, ChABr OL… S’ESt Il y a quelques années, vous aviez annoncé vouloir mettre
éPAnOuIE à LA réALISA tIOn COmmE DAnS SES étuDES fin à votre carrière d’actrice. Avez-vous changé d’avis ?
DE LIttérA turE . FEmmE DE COmBAt. F Or CE trAnquILLE . Le problème est que je dis cela toutes les semaines. Je
déjODIE FOStEr SE VOIt Dé CErnEr LA PALmE D’Or D ’hOnnEur. cide d’arrêter, puis je recommence. À ma décharge, je fais
ce métier d’actrice depuis plus d’un demi-siècle, puisque
j’ai commencé petite flle [dans une série télé, ndlr]. C’est
très long, un seul métier pendant plus de cinquante ans !
D’autres activités m’intéressent : mettre en scène, produire,
écrire, comme je l’ai déjà fait à plusieurs reprises. D’autres
envies s’imposent aussi, indépendantes du travail : prendre
soin et profter de mon épouse et de mes enfants, voyager,
Propos recueillis par Louis Guichard apprendre. L’idéal serait de dénicher tous les cinq ans un
rôle qui me tienne vraiment à cœur.
Jodie Foster n’a jamais reçu de prix d’interprétation
à Cannes. Et elle a commis un crime de lèse-majesté en Votre coming out durant la cérémonie des Golden Globes,
2001, préférant, dans la dernière ligne droite, tourner un en 2013, a-t-il influé sur votre carrière d’actrice
flm (Panic Room, de David Fincher, à la suite du départ de et sur les rôles qui vous ont été proposés ensuite ?
Nicole Kidman pour cause de fracture) plutôt que de prési- Je tiens absolument à redire, comme je l’ai indiqué ce
soirder le jury comme annoncé. Pourtant, nul ne songerait à là, qu’il ne s’agissait pas d’un discours solennel de coming
contester la Palme d’or d’honneur que le Festival lui dé- out. J’ai bien pris soin de préciser que cette révélation
recerne cette année. D’abord, cette actrice intense est entrée montait à l’âge de pierre ! Personne n’a été surpris. Puisque
dans la légende du cinéma grâce à Taxi Driver, de Martin je recevais un prix pour l’ensemble de ma carrière à
l’occaScorsese, Palme d’or 1976, où elle jouait une efarante pros- sion de mes 50 ans, je voulais simplement rappeler deux ou
tituée mineure. Deux fois oscarisée (pour Les Accusés, puis trois choses essentielles. Mais rien n’a changé dans la
perLe Silence des agneaux), elle cumule aujourd’hui plus de ception que les gens du métier avaient de moi.
cinquante ans de carrière à l’âge de 58 ans — elle a
commencé à tourner dans sa plus tendre enfance. Désigné coupable, votre nouveau film, évoque le camp
Ensuite, elle incarne plusieurs révolutions traversant la de détention de Guantánamo, mais se singularise en mettant
société et le cinéma. Diplômée de l’université Yale (en litté- en cause autant l’administration de Barack Obama
rature anglaise) parallèlement à sa carrière à Hollywood, que celle de George W. Bush. Cela vous a-t-il interrogée ?
elle devient réalisatrice en 1991 et signe quatre longs métra- Oui. Je suis une Américaine qui a vécu le 11 septembre 2001
ges (dont Le Complexe du castor, en 2011, et Money Monster, en Amérique, et pourtant, avant de m’investir dans ce
proen 2016), ainsi que des épisodes de séries prestigieuses jet de flm, je ne savais pas grand-chose du centre de
déten— House of Cards, Orange Is the New Black, Tales From the tion de Guantánamo. J’avais entendu dire que Barack
ObaLoop… Par ses choix de rôles, elle contribue à une représen- ma souhaitait le fermer, mais fnalement le camp était
tation des femmes exempte de tout cliché de genre, mo- toujours ouvert quand son second mandat s’est achevé en
trices dans des thrillers ou des flms d’action. Enfn, elle a 2017… L’histoire de Mohamedou Ould Slahi, que joue Tahar
tranquillement parlé de son homosexualité lors de la soirée Rahim, m’a bouleversée. Cet homme malien a été capturé
des Golden Globes, en 2013. Et l’hiver dernier, au cours de chez lui, en Mauritanie, par le gouvernement américain en
cette même cérémonie, rendue virtuelle par la pandémie, 2002, et, sans avoir droit au moindre procès, sans qu’il y ait
elle a donné un baiser à son épouse, depuis chez elle, pour de charges contre lui, il est resté emprisonné pendant des
fêter son Golden Globe du meilleur second rôle dans Dési- années à Guantánamo, où il a subi des tortures. Il n’a été
ligné coupable, de Kevin Macdonald, percutant flm-dossier béré qu’en octobre 2016. Pourtant, il a toujours gardé son
sur le camp de Guantánamo, en salles à partir du 14 juillet… humanité. Face au terrorisme, le gouvernement des
ÉtatsUnis, lui, a perdu son humanité et bafoué la loi, qu’il
La Palme d’or d’honneur du Festival de Cannes consacre s’agisse des administrations Bush ou Obama. ☞
non seulement votre carrière mais aussi votre
afinité élective avec la France. D’où vient ce lien ?
Comme beaucoup de mes compatriotes, ma mère n’avait
jamais quitté le continent américain, à peine davantage les
États-Unis. Mais, à l’âge de 47 ans, elle a décidé d’acheter un
à VOIr billet d’avion et d’aller toute seule en France. Ce qu’elle
connaissait par ses lectures passionnées et par sa cinéphilie,
elle l’a donc découvert au cours d’un voyage en car à travers n
Dé signé coupable , le pays, qui l’a émerveillée. Ensuite, elle est retournée en
de Kevin France très souvent, elle m’y a emmenée, m’a fait découvrir
Macdonald. les flms de la Nouvelle Vague et elle m’a dit : « Tu vas étudier
En salles dans un lycée français, et un jour, tu seras peut-être une actrice
le 14 juillet. française. » Sa première prédiction s’est réalisée, la seconde
Lire la critique un peu moins, même si j’ai tourné, entre autres, avec Claude
dans notre Chabrol, dans Le Sang des autres (1984). En fait, je ne reçois
prochain numéro. que rarement des propositions de cinéastes français…
4 Télérama 3730 07 / 07 / 21AV EC 585 ÉT ABLIS SEMENT S,
IL YAT OUJOURS UNE ADRESSE
LES COLLECTIONNEURS
ÀD ÉCOUVRIR
PRÈS DE CHEZ VO US.
Les Collec tionneurs, des maisons de charme
et des restaur ants gastr onomiques .
lescollec tionneurs. comt
t
a
Cannes 2021
☞ Êtes-vous une actrice politiquement engagée ? À l’écran, cette avocate est respectée, redoutée,
À vrai dire, la fction est ma principale possibilité d’ex- reconnue, mais elle semble aussi très seule.
pression en ce domaine. Car si j’ai des opinions sur tout en N’est-ce pas une constante dans votre filmographie ?
privé, je ne voudrais pas passer, en public, pour l’experte J’ai toujours été attirée par les personnages solitaires et
que je ne suis absolument pas. Dans un flm, en revanche, acharnés. Il y a une puissance dans l’obsession poursuivie
je peux aborder des problèmes historiques, sociaux, poli- par des êtres qui lui sacrifent tout sans même s’en
apercetiques à travers mon personnage, comme cette avocate hu- voir. J’admire cela chez les femmes comme chez les hommes.
maniste que je joue dans Désigné coupable, Nancy Hollan- Cela dit, la vraie Nancy Hollander n’est peut-être pas aussi
der, qui existe réellement et qui s’est battue pendant des solitaire que celle du flm. Elle a un fls, des anciens maris,
années pour Mohamedou Ould Slahi. qui fguraient dans des versions antérieures du scénario.
Mais on s’est plu à la dépeindre seule pour mieux se
concenPour jouer ce personnage, vous n’hésitez pas à paraître trer sur la tragédie de Mohamedou Ould Slahi.
plus âgée que vous ne l’êtes, à rebours d’une obsession
hollywoodienne de l’éternelle jeunesse… Ces dernières années, vous avez réalisé des épisodes de
Je n’ai pas de problèmes avec l’âge. J’ai été jeune pendant séries prestigieuses. Lesquelles vous ont le plus intéressée ?
très longtemps, peut-être trop longtemps… En me décou- Concernant House of Cards, c’était stimulant de suivre
vrant dans ce flm, quelqu’un m’a récemment complimen- les pas de ces deux génies que sont David Fincher, le
réalité pour la qualité du maquillage vieillissant utilisé. Mais non, sateur, et Beau Willimon, le créateur de la série, et de flmer
pas du tout, sous la perruque, c’est moi, telle quelle ! Ça m’a un machiavélisme politique que je n’avais pas encore eu
fait rire. D’une certaine manière, j’avais hâte de m’appro- l’occasion d’aborder auparavant. Mais c’est la série sur les
cher de la soixantaine. Entre 45 et 55 ans, il y a une sorte de nouvelles technologies et leur emprise, Black Mirror, qui
Jodie Foster a réalisé
tunnel pour les actrices américaines, très peu de rôles inté- m’a donné le plus de satisfaction et de liberté : chaque épi-certains épisodes
de célèbres séries : ressants vous sont proposés, vous êtes dans une transition : sode constitue un flm à part entière, pour lequel vous
pou«C’est Black Mirror trop vieille pour certains personnages, trop jeune pour vez choisir vos collaborateurs, chef opérateur, monteur,
qui m’a donné le
d’autres. Maintenant, je sais que je peux jouer des femmes décorateur, car il s’agit d’imprimer votre sensibilité et plus de satisfaction
et de liberté. » plus âgées sans que cela soit un déguisement. votre style de réalisatrice invitée.
6 Télérama 3730 07 / 07 / 21
Vicor Demarchelier/ UGUS31.05.2021 14:10 (tx_vecto) PDF_1.3_PDFX_1a_2001 300dpi YMCK ISOcoated_v2_300_eci GMGv5Cannes 2021
Que pensez-vous de la « cancel culture », cette pratique née
aux États-Unis consistant à dénoncer ou à bannir
des œuvres du passé en raison de leur non-conformité
aux valeurs morales contemporaines ?
J’ai l’impression que cela obsède beaucoup les Français !
Je leur suggère d’être prudents sur le sujet. Car, chez nous,
on voit bien que l’indignation devant la « cancel culture »
tourne au pire conservatisme, à la droite de la droite…
Pour moi, cette pratique vise à réparer des injustices fa­
grantes a posteriori. Elle peut donc être utile.
Dans Le Silence des agneaux, le tueur en série, surnommé
Bufalo Bill, que vous traquez peut être identifié
à un transgenre. C’est un personnage totalement négatif.
Dans l’esprit de la « cancel culture », le film peut-il
aujourd’hui être taxé de transphobie ?
Je trouve la discussion intéressante, nécessaire, et elle a eu « A   ujourd’hui, beaucoup lieu en Amérique. Il faut toujours s’interroger sur les repré­
sentations qu’un flm véhicule, se demander comment elles
traversent le temps. Thomas Harris, l’auteur du roman origi­d’actrices sont diplômées, nal, vous répondrait que Bufalo Bill n’est pas transgenre, le
livre est explicite à ce sujet : c’est une personne qui se déteste
tellement qu’elle veut tout changer en elle. Mais peu importe. écrivent et réalisent Si le débat existe, c’est que le flm laissait prise, en quelque
sorte, au malentendu. Tous ceux qui ont participé au Silence
des agneaux, moi comprise, doivent l’entendre. Au début des des films, ce qui change années 1990, il n’y avait pas encore de représentation des
trans dans la fction — elles sont nombreuses à présent. La
seule fgure voyante qui évoquait, à tort, ce sujet a donc été tout, évidemment.» examinée avec une attention légitime… Jonathan Demme, le
réalisateur, est mort en 2017, mais, l’ayant bien connu, je suis
certaine qu’il regretterait une certaine méprise quant à ce
personnage. Tous ceux qui réalisent des flms aimeraient
pouvoir les modifer a posteriori, en partie ou totalement…
La totalité de vos rôles échappent au cliché de
la femme qui se contente de réagir aux actes d’un homme,
de répondre à ses paroles…
J’y veille ! Je préfère ne pas tourner du tout que de jouer le
type de personnage que vous venez de décrire. Mais recon­
naissons que le cinéma, y compris américain, s’est bien
amélioré à cet égard depuis mes débuts. Je m’agaçais alors
quand on me proposait d’être « la femme de », « la maîtresse
de », « la flle de ». À cette époque, la plupart des jeunes ac­
trices n’avaient jamais fréquenté l’université : on leur de ­
☞ En quoi votre travail sur des séries difère-t-il de celui mandait de faire fructifer au plus vite leur jeunesse sur
auquel le cinéma vous avait habituée ? l’écran. J’étais donc assez atypique. Aujourd’hui, même aux
Ce n’est pas si diférent. C’est même la continuation d’un ci­ États­Unis, beaucoup d’actrices sont diplômées, écrivent et
néma comme j’ai toujours aimé le pratiquer. À Hollywood, réalisent des flms, ce qui change tout, évidemment.
nous savions depuis vingt ans que le paysage de la fction al­
lait profondément se transformer, avec l’essor des chaînes Comment avez-vous traversé, personnellement,
câblées puis des plateformes, bref du cinéma à découvrir à la longue période de crise sanitaire ?
la maison plutôt qu’en salles. La pandémie a violemment Mieux que d’autres. J’ai été témoin de grandes soufrances
accentué cette évolution. Les nouveaux supports de difu­ autour de moi, j’ai vu des amis déboussolés, complètement
sion ofrent beaucoup d’opportunités à la fois en termes de désespérés. Moi, j’aime assez être seule, lire, regarder des
narration et, pour les acteurs, d’interprétation. Au contraire, flms. Je suis moins sociable qu’on ne pourrait le croire. Et
le cinéma de divertissement se concentre toujours plus comme pour beaucoup de gens, la période a aussi été un mo­
sur les superproductions à efets spéciaux et sur les super­ ment de réfexion à propos de la suite de ma vie et de ce que
héros. Chaque pôle se spécialise, donc, et rend l’autre res­ je souhaitais en faire. Par exemple, je ne me suis pas lassée,
ponsable de cette fracture. Moi qui reste attirée par le ciné ­ entre deux projets pour le cinéma, de prendre des cours,
ma de personnages, je sais que je suis appelée à travailler que ce soit de langues, de karaté, de littérature ou de philo­
davantage pour les plateformes et les chaînes câblées… sophie. Plus que jamais, je ressens le besoin d’apprendre •
8 Télérama 3730 07 / 07 / 21209x272_Monde209x272_Monde Festival-Telerama.inddFestival-Telerama.indd 11 22/06/202122/06/2021 11:2711:27a
­
­
o
g
a
m
r
t
ô
Sommaire du 10 au 16 juillet 2021
Glamur toujours
Il est donc enfn revenu le temps béni 42 des festivals. Partout en France refeu ­
rissent avec allégresse ces moments
d’art et de convivialité, de culture à
vivre et partager ensemble, dont on
avait tant été privés. Au risque de met­
tre économiquement en danger, aussi,
bien des municipalités vivant désor­
mais au rythme de ces essentielles ren­
contres artistiques. Les plus modestes,
comme les plus prestigieuses. Nous al­
lons tout au long de ces semaines esti­
vales les (re)découvrir avec vous. Dans
nos pages comme sur notre site. Après
Bourges, Avignon, Aix enProvence,
Arles, avant Les Vieilles Charrues et tant
d’autres, voilà donc ouvert le Festival
de Cannes, le plus glamour, le plus dési­
rable, le plus ensorcelant. Un prodi­16 gieux et éphémère royaume de cinéma,
de réalités et de rêves, de regards dé­
multipliés sur le monde et la vie, instal­46 lé, douze jours durant, du 6 au 17 juillet,
au bord de la mythique Méditerranée.
Dans ce numéro spécial à lui consacré,
et à l’univers du septième art, nous
avons choisi de vous présenter ce qui
nous semble — sans avoir évidemment
tout vu encore — le plus excitant et sujet
à réfexion. Avec en couverture Annette,
le dernier opus de Leos Carax, halluci­
nant d’audace, de beauté et de folie for­
melles. Puisse le cru 2021 être à son 34 image… — Fabienne Pascaud
Couverture zine 32 Sexualité sans tabou CritiqueS
Adam Driver et 11 Premier plan Benedetta, la nouvelle femme 51 Le rendez-vous
Marion Cotillard amazon, disney, apple doivent forte de Paul verhoeven Annette, de l eos c arax, ouvre
dans Annette, enfin payer pour la création le Festival au son de sparks
de Leos Carax. 12 Mise à jour Un LiEU , UnE hiST oiRE 3/5 54 Cinéma
CG International 14 Repérée 34 Cap sur la fête à Antibes 60 Livres
la cinéaste laura Wandel l ’hôtel belles rives se souvient 62 Musiques
de zelda et scott Fitzgerald 64 Arts
SPéCiAL CAnnES 67 Scènes
3 L’invitée PRoFESSion : PRodUCTEUR 3/6 69 Enfants
l ’actrice-cinéaste Jodie Foster 38 Claude Lelouch, insoumis
16 édito dès 1960, il fait le choix éléviSion
18 il se rêvait compositeur de se produire lui-même 71 Le meilleur de la semaine télé
l eos c arax se fait chef nos plus beaux souvenirs
d’orchestre avec Annette CoMMUnAUTé S d’ARTiSTES 2/5 cannois passent au petit écran
ce numéro comporte pour
la totalité des kiosques : 23 Tout chant tout flamme 42 1904, en Seine-et-Marne… 76 Programmes
une couverture spécifique
« Paris-ÎdF » pour les abonnés la belle percée des comédies Écrivaines et écrivains sans le et commentaires
et les kiosques de Paris-ÎdF,
et une couverture nationale. musicales françaises sou se regroupent à c arnetin
ePosés sur la 4 de couverture
pour les abonnés : un encart 24 Tapis rouge pour la France adio
8 p. bicentenaire Flaubert
sur les dép. 76-27-14-78-92- l es films français à l’honneur C’EST bon, C’ EST d’i Ci 2/5 132 Le meilleur de la semaine radio
80 et 59 ; un encart 2 p.
a utopromotion upsel a ups1 26 Le reclus magnifique 45 Les galettes de Pont-Aven Napoléon, l’homme qui ne
sur une sélection de 39
abonnés. Édition régionale, La Fièvre de Petrov donne une histoire croustillante meurt jamais, sur France inter
Télérama+Sortir, pages
spéciales, foliotée de 1 des ailes à Kirill serebrennikov 135 Les programmes
à 56, jetée pour les kiosques
des dép. 75, 77, 78, 91, 92, 29 Cinéaste de l’intime dR LES dE PASSionné S 2/5
93, 94, 95, posée sous
ela 4 de couverture pour mia Hansen-l øve convoque 46 Mini-maisons, maxi-liberté 140 T alents
les abonnés des dép. 75, 78,
92, 93, 94. son passé dans Bergman Island l es « tinystes », écolos créatifs 143 Mots croisés
10 Télérama 3730 07 / 07 / 21
Éric Gaillard | Fonds d’ a ubuisson | Pascal bastien/diver Gence | olivier metz Ger/moddsa
t
e
i
a
m
w
l
w
v
u
o
n
n
y
a
e
e
f
Mise à jour
PrE mIEr PLAN
Mélanie Laurent lle dans Oxygène,
d’Alexandre Aja,
produit par Netflix.
Elle sera membre nne du jury cannois.
vestissement. Fini les passe-droits : Netfix, Amazon, Apple Netfixest encore une fois persona non grata en
et Disney vont devoir consacrer chaque année 20 % de leur
compétition au Festival de Cannes. Ce qui ne l’em- chifre d’afaires réalisé en France à la production de flms,
téléflms ou séries. Un taux porté à 25 % pour les plate-pêche pas de devoir légalement participer au
fformes qui proposeront des flms moins d’un an après leur ernancement du cinéma français depuis le 1 juillet. sortie en salles. De quoi booster la création, quand on sait
Tout comme les autres plateformes américaines : Amazon, qu’à lui seul Netfix devrait payer de 150 à 200 millions
d’euDisney ou Apple. Cet apparent paradoxe trouve son origine ros par an 1. Alors bien sûr, tout n’est pas réglé. La bonne
dans la publication par le gouvernement du décret Smad, mise en œuvre du décret est encore tributaire d’accords
népour « services de médias audiovisuels à la demande ». Un gociés entre les plateformes et les professionnels du cinéma
texte qui transpose dans notre droit une directive euro- (producteurs, cinéastes, scénaristes...), le tout sous l’égide
péenne autorisant la France à appliquer aux plateformes de du CNC et du CSA. Il n’empêche, c’est une étape décisive qui
vidéo à la demande étrangères ses propres règles en matière vient d’être franchie et qui permet de consolider
l’écosysde fnancement de la création. Enfn ! Il était plus que temps tème du fnancement du cinéma et de l’audiovisuel •
Par Olivier de mettre tout le monde à égalité, alors que jusqu’ici seules 1 Roselyne Bachelot sur France Inter en décembre 2020.
Milot les chaînes françaises étaient tenues à des obligations d’in- Lire aussi p. 12.
Télérama 3730 07 / 07 / 21 11
Shanna BeSS on -etflix-Get ilmS- ild Bunch nternational SaleS- cho ake nterainmentTapis rouge recyclé,
gourdes, voitures
électriques… Cette
année, les palmes
seront un tout petit
peu plus vertes.
teilles en plastique, la diminution
du volume du tapis rouge, « déjà
entièrement re cyclable et recyclé », ou
encore une contribution financière
des accrédités et du Festival lui-même
afin de compenser leur empreinte
environnementale.
« Leur démarche est positive, chaque
écogeste est bon à prendre », reconnaît
g eneviève Huchet, présidente de l’a
ssociation de défense de
l’environnement et de la nature, groupement
écologiste local. néanmoins, la
création d’une programmation éphémère
« Le cinéma pour le climat » en sept
flms, ou la diminution du volume de
la moquette du village international,
semblent des eforts dérisoires face
aux excès —  bien souvent
dramatiques pour la faune et la fore locales
— qui entourent l’événement. « Au mo-L’éco Logie se prend-e LLe ment du Festival, les vols de jets privés
entre l’aéroport de Nice et celui de Man-Les pieds dans L e tapis ? delieu, à moins de 30 kilomètres, se
multiplient. Cela génère des retombées
r eportée au cœur de l’été, moins fré- envi ronnementale, un rendez-vous de kérosène en pleine vallée de la
quentée du fait de la pandémie et… du « monde d’après ». pour y parvenir, Siagne », déplore notamment g
eneeécoresponsable. La 74  édition du douze mesures, « en écho aux douze viève Huchet. si les mesures symbo -
eFestival de cannes s’annonce, à bien jours de cette 74 édition », du 6 au liques et la compensation carbone
des égards, inédite. À la mi-avril, son 17 juillet, visent à limiter son impact promise parviennent à verdir le refet
délégué général, thierry Frémaux, et sur la planète. parmi celles-ci fgurent de la palme cette année, il n’est pas
son président, pierre Lescure, décla- la mise en place d’une fotte de véhi- certain qu’elles signalent un réel
raient vouloir faire de l’événement, cules officiels à 60 % hybrides ou changement de modèle, pourtant
néloin d’être synonyme de sobriété électriques, la suppression des bou- cessaire. — Cécile Marchand Ménard
pas de sa LLes, pas de Festiva L !
The Power of the Dog, le nouveau flm streaming et dont la présence en sélec- Festival. chacun campe sur ses
poside Jane campion, fdèle parmi les f- tion ofcielle, en 2017, avait failli coû- tions, et ce sont les autres festivals
indèles du Festival de cannes, avait tout ter son poste au délégué général, ternationaux, organisés dans des pays
pour être présenté sur la croisette thierry Frémaux, seules peuvent où la chronologie des médias est plus
cette année. Mais c’est à la Mostra de concourir pour la palme d’or les pro- favorable aux plateformes, qui en
venise qu’on pourra le découvrir, en ductions qui s’engagent à sortir dans proftent. on pense à v enise, bien sûr,
septembre. pour une raison simple : les salles de cinéma en France. netfix, mais aussi à Locarno, qui, le 4 août
The Power of the Dog est distribué par qui tient à réserver la primeur de ses prochain, projettera en ouverture de
enetfix. or, depuis la polémique au- programmes à ses abonnés, refuse. et sa 74 édition le thriller produit par
tour d’Okja (Bong Joon-ho) et de The refuse tout autant de présenter ses n etflix Beckett, avec John david
Meyerowitz Stories (noah Baumbach), titres hors compétition — ce qui est Washington et v icky Krieps.
deux flms fnancés par le géant du pourtant permis par le règlement du — Samuel Douhaire
12 Télérama 3730 07 / 07 / 21o
s
r
t
s
y
Mise à jour
eT L e c inéma, abonnement ? comment est né leur jours à cannes (réservé aux 18-28 ans)
iLs L’aimen T commen T ? goût pour les flms ? se considèrent-ils sont invités à répondre à un
questionLe cinéma constitue, au même titre que comme des cinéphiles ? naire sur leur pratique — un
questionla musique, un des centres d’intérêt pour le savoir, Télérama lance une naire également relayé par
l’associaspécifques des 18-30 ans, selon l’étude grande enquête sur la cinéphilie des tion française des cinémas d’art et
onenext insight 2021. m ais comment jeunes, à laquelle se sont associés le d’essai (a fcae), partenaire fdèle du
Fesces spectateurs regardent-ils et appré- Festival de cannes et les sections paral- tival Télérama. Les résultats de cette
encient-ils le septième art ? avec quelles lèles la quinzaine des réalisateurs et quête, qui se poursuivra tout le mois de
diférences par rapport à leurs aînés ? l’a cid (a ssociation du cinéma indépen- juillet, seront dévoilés à la rentrée dans
privilégient-ils les salles obscures ou dant pour sa difusion). Les quelque un dossier spécial de Télérama.
les plateformes de vidéo en ligne par trois mille bénéfciaires du passe Trois — Le service Écrans
vivemen T Demain
C’est l’invité de dernière minute sur la
Croisette. Le Sommet des dieux, adaptation,
par le cinéaste d’animation Patrick Imbert
(Le Grand Méchant Renard…), du subtil
roman graphique de Jirô Taniguchi,
sera projeté en avant-première mondiale
au Cinéma de la plage, samedi 10 juillet.
Sortie en salles prévue le 29 septembre.
La pa Lme que m arco
BeLLocchio n’a pas vo Lée
La liste des cinéastes lauréats de la boyant de Vincere (2009) et de la
supalme d’or comporte des maîtres in- perbe fresque mafieuse du Traîtr e
contestables (Francis Ford coppola, (2019) — sinon par la malchance d’être
Federico Fellini, Luc et Jean-pierre tombés, lors de ces deux éditions d’une
Dardenne, Ken Loach…), quelques in- qualité exceptionnelle, sur une
concurtrus (que l’on se gardera de nommer rence particulièrement relevée.
pour ne pas les froisser…) et de grands Les honneurs réservés cette année à
absents : ingmar Bergman, François marco Bellocchio peuvent donc être
Trufaut, andreï Tarkovski, pour ne ci- considérés comme la réparation d’une
ter qu’eux, n’ont jamais reçu la ré- injustice avant qu’il ne soit trop tard — il
compense suprême du Festival. marco fêtera ses 82 ans à l’automne. Le
réalisaBellocchio non plus, et pourtant ce n’est teur, éternel contestataire, recevra une
pas faute d’y avoir participé ; le cinéas- palme d’or d’honneur lors de la
céréte italien a été présent en compétition monie de clôture, le 17 juillet, « en
homà sept reprises depuis 1980 et est tou- mage à son œuvre singulière qui a
marjours reparti bredouille de la croisette. qué le cinéma contemporain avec force et
qu’il n’ait pas été primé pour les mé - liberté », précise la direction du Festival.
diocres Le Saut dans le vide (1980) ou La veille, il aura dévoilé au public de
Henri IV, le roi fou (1984), ni pour les la section cannes premières Marx peut
mineurs Le Prince de Hombourg (1997), attendre, un documentaire consacré à
La Nourrice (1999) ou Le Sourire de ma son frère jumeau, dont le suicide, à
mère (2002) n’a rien de scandaleux. on 29 ans, n’a cessé de hanter sa
flmogracomprend moins, en revanche, l’ab- phie. c omme source de culpabilité
auMalgré sept compétitions, Marco Bellocchio n’a jamais été primé. sence au palmarès du lyrisme flam- tant que d’inspiration.— S.D.
Télérama 3730 07 / 07 / 21 13
Bett Bone pour ÉLÉAMA | FiLM ALBA trp
c
Mise à jour
Laura Wandel
(à gauche) décrit
dans Un monde
la violence des
cours de récré.
À droite, la cinéaste
lors de son enfance
bruxelloise.
repérée
met qu’elle a baigné dans un
environNom Actualité nement favorable. Sa mère a travaillé
premier jour d’école primaire pour No- dans un service de radiographie, à l’hô-LAUr A ra. elle pleure, elle a peur. Devant la pital. « C’est aussi un métier d’images »,
grille ouverte, son père est là pour la note-t-elle. elle a grandi à Bruxelles et WANDeL rass urer. Abel, son grand frère, aussi. Il y a suivi une formation à l’IAD, une
la prend dans ses bras et la retrouvera école de cinéma. Ce sont « les énormes
plus tard dans la cour de récréation. Un c la ques » reçues grâce aux flms
d’AbÂge monde, premier long métrage impres- bas Kiarostami, de Chantal Akerman,
36 ans sionnant de maîtrise signé par la Belge Bruno Dumont, des frères Dardenne et
Laura Wandel, est une immersion de Michael Haneke qui lui ont donné
complète dans l’univers impitoyable l’envie de passer derrière la caméra.
Profession et assourdissant de l’école, en
particuCinéaste lier de sa cour, une microso ciété en soi.
Un terrain de jeu et d’apprentissage, signes particuliers
de confit aussi, de rapport de force elle a réalisé trois courts métrages
cruel allant jusqu’au har cèlement. Fil- dont Les Corps étrangers, en
compétimé à hauteur d’enfants, ce thriller ul- tion à Cannes en 2014. Ce flm, situé
tra réaliste nous saisit à la gorge par sa dans une piscine, décrivait la difcile
tension psychologique et son empa- rééducation d’un photographe de
thie poignante. Il est présenté en sélec- guerre amputé d’une jambe et
soutetion ofcielle, à Cannes, dans la sec- nu par un kinésithérapeute
bienfaition Un certain regard 1 . sant. Laura Wandel aime dans son
cinéma circonscrire l’action à un lieu
unique, « adopter une vision
claustroAscendants phobique » en étant « au plus près des
Son père était lui aussi réalisateur, pour personnages et de leur perception ».
des émissions à la r TBF, la télévision Une autre obsession la travaille :
« ComPar Jacques publique belge. Même s’il l’a plutôt dé- ment fait-on pour aider l’autre ? »   •
Morice couragée de suivre cette voie, elle ad- 1 Le film sera en salles le 10 novembre.
14 Télérama 3730 07 / 07 / 21
KRIS DEWITTE | collE TIon RIvéE

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents