Telerama du 09-06-2021
152 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Telerama du 09-06-2021

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
152 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 09 juin 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 23 Mo

Exrait

M 02773 - 3726 - F: F: 3,303,30E
3’:HIKMRH=XUXXU\:?n@h@c@q@a";
MERCREDI 9 JUIN 2021
HEBDOMADAIREFR 3,30€
BEL, LUX 3,90€DOM 5,50€
CH 5,70 CHFMAR 43 MAD
CPPAP Nº 0621C80864
Nº 3726
DU 12 AU 18 JUIN 2 2021021
CE UE NOUS
RÉSERVENT
LES FESTIVALS
DE L’ÉTÉ
CODE 80 / 00POUR SO N AU TH ENTICI TÉ
J’ AI
CHOISI
MGEN
MUTU ELLE SANTÉ - PR ÉVOY AN CE
Mart in Fo urca de a cho is i MG EN po ur
so n en ga ge ment à pr ot ég er la sa nté
de s pe rs onnes en tou te s circonsta nc es .
Au thent iq ue ment mu tu al is te , MG EN
rend accessibles les meill eu rs soins à tou s.
Rejoig nez- la .
MG EN , Mu tu el le Gé né ra le de l’ Éd uc ati on Na tion al e, im ma tri cul ée so us le num ér o SIR ENMARTIN FOUR CA DE 77 5 685 39 9, MG EN Vi e, im ma tri cul ée so us le num ér o SIR EN 441 92 2 00 2, MG EN Fi li a,
im ma tri cul ée so us le num ér o SIR EN 44 0 363 58 8, mu tu el le s so umi se s au x di sp os it io ns du li vr eCH AM PI ON DU MON DE &
II du Co de de la mu tu al it é. MG EN Ac tio n sa ni ta ir e et so ci al e, im ma tri cul ée so us le num ér o
SIR EN 44 1 92 1 91 3, MG EN Ce nt re s de sa nté , im ma tri cul ée so us le num ér o SIR EN 47 7 90 1 714,CH AM PI ON OL YM PI QU E
mu tu el le s so umi se s au x di sp os it io ns du li vr e III du Co de de la mu tu al it é. Si èg e so ci al : 3 sq uar e
DE BIAT HLON Ma x- Hym ans - 7574 8 Pa ri s CE DE X 15 .
MGEN_AP-FOURCADE_VILLE-209x272-TeleMGEN_AP-FOURCADE_VILLE-209x272-Tele rama.inddrama.indd 11 29/03/202129/03/2021 14:5814:58
www.a nti ge l. ag en cy - 02 20 9 - Ma rs 20 21 - © Herv é Th our oud e - Doc um en t pu bl icit ai re n’ ay ant pa s de va le ur co ntr ac tu el le .L’invitée
1975
Naissance à Paris.
1997-2002
Élève à l’École
nationale
supérieure
des beaux-arts
de Paris.
2001
Première
exposition
en Italie.
2016
Elle expose une
de ses forêts
dans la Cour
carrée du Louvre.
2017
Commande de
la Chalcographie
du Louvre.
Le carton, matière peu onéreuse, Eva
s’est pour ainsi dire imposé à elle.
Elle en a fait des cavernes, des forêts.
L’audace sourit à cette artiste,
qui trace un chemin singulier. Jospin
3L’invitée L’artiste eva Jospin
Quels sont les musées qui vous ont le plus manqué ?
Le Louvre, pour y revoir certaines œuvres, mais surtout
pour y accompagner ma flle, qui est au lycée. Elle avait un
exposé à faire sur Titien et j’avais envie qu’on regarde ses
tableaux ensemble. Le musée des Arts et Métiers aussi, et la
galerie de Géologie et de Minéralogie, située au Jardin des
Plantes, à Paris. Elle ofre un voyage extraordinaire dans un
monde à la fois souterrain et extraterrestre. Je n’ai aucune
connaissance en géologie, mais je me délecte de ces formes.
Ces lieux vous inspirent ?
Je travaille le carton couche par couche, le coupe, le cisèle,
le ponce, ce qui a un lien direct avec la stratifcation de la
roche ou la taille de la pierre. Au musée des Arts et Métiers,
j’ai découvert des objets scientifques réalisés par des ar -
tisans, ce qui les rend curieux et fascinants. Au-delà de ça,
les mondes dessinés, façonnés par la main de l’homme
m’inspirent. Comme les capriccios. Ces paysages du
e xviii siècle, entre réel et imaginaire, composés de
bâtiments et de ruines antiques, sont les ancêtres de
Photoshop. Me captivent aussi les dessins de jardins de
l’archiPropos recueillis par Yasmine Youssi Un retour à la normale ? Pas vraiment. tecte paysagiste Carmontelle — qui, en 1773, a imaginé le
Photos Jérôme Bonnet pour Télérama Mais la réouverture des musées re- parc Monceau, à Paris. Adolescente, j’avais pensé à
travaildonne à ce printemps un air de fête. ler pour le théâtre : il y a un plaisir infni à accepter de
Avec la promesse d’une orgie d’art vivre, pendant un temps donné, dans l’illusion. Ce que je
après des mois de privation, qu’il nous a semblé évident de cherche à créer à travers mes œuvres.
célébrer avec elle. Car le travail d’Eva Jospin, 46 ans — dont
le matériau de prédilection est le carton —, relève autant du Quel goût de l’art vous ont transmis vos parents ?
dessin que de la peinture, de la sculpture ou de la marque- Je ne suis pas sûre qu’ils m’aient transmis un goût précis,
terie. Autant de disciplines, de codes qu’elle marie à la per - mais ils m’y ont exposée très jeune, en m’emmenant au
mufection, mêlant le rafnement au rebut, la délicatesse à la sée. J’ai des souvenirs de peintures anciennes et classiques.
violence, et tant d’autres éléments encore, souvent les plus La représentation de la peau humaine, par exemple,
m’apantagonistes. À son image. Celle d’une beauté diaphane do- paraissait comme une chose folle. J’ai eu envie de percer ce
tée d’une gouaille et d’un humour ravageurs, résolument mystère, de savoir comment faire. Alors je me suis mise à
ancrée dans le présent, même si son art puise ses racines dessiner, beaucoup. À 8 ans, je disais vouloir être peintre.
edans la Renaissance ou le xviii siècle. Mieux encore, il an- Mais le chemin a été long pour y parvenir. Si les enfants
ticipe les secousses actuelles. On se souvient de cette gigan- n’ont pas de limites dans leur imaginaire, le réel les percute
tesque forêt (de carton, donc) qu’elle avait installée dans la à l’adolescence. Comment s’orienter ? Gagner sa vie ?
ProCour carrée du Louvre, en 2016. Elle y redonnait vie à un duire des œuvres, et le dire, a commencé à m’intimider.
à voir environnement menacé de disparition, qu’elle rendait, là,
Le Passage, indispensable aux visiteurs. Il y a aussi ces grottes, telle Quelle image aviez-vous des artistes ?
dans le cadre du celle du Domaine de Chaumont-sur-Loire. Une solution de La même qu’aujourd’hui. Un artiste trace un chemin sans
fvoyage à nantes, repli pour qui souhaite — aujourd’hui plus que jamais — se let. Cela implique de vivre hors cadre, même s’il existe des
du 3 juillet protéger du monde. Sans oublier ce cénotaphe, tombeau circuits qui aident à la reconnaissance. Encore faut-il y
enau 12 septembre. vide de toute dépouille, imaginé à la veille de la pandémie trer. Et, surtout, oser emprunter ce chemin balisé non pas
levoyageanantes.fr et exposé l’été dernier à l’abbaye de Montmajour, à Arles. Et de soufrances, mais d’incertitudes. Nombreux sont ceux
exposition il y aura encore beaucoup d’autres œuvres d’Eva Jospin à qui étaient avec moi aux Beaux-Arts et qui n’ont pas
poursuieva Jospin, découvrir cette année : au musée des Impressionnismes de vi dans cette voie, parce qu’il était trop dur de s’y
confronmusée de Giverny ; au domaine départemental de la Garenne Lemot, ter. Je l’ai choisie parce que créer des œuvres est mon seul
la Chasse et de à Gétigné-Clisson, dans le cadre de la manifestation « Le moyen d’entrer en contact avec le monde. Il y a mieux, pour
ela nature, paris 3 , voyage à Nantes », cet été ; au musée de la Chasse et de la Na- s’épanouir. La psychanalyse et le yoga, par exemple.
à partir du ture, à l’automne, à Paris. Alors oui, faire la fête avec elle !
16 novembre, Être la fille de l’ancien Premier ministre Lionel Jospin a-t-il
chassenature.org Comment avez-vous vécu la polémique autour des biens été un handicap ?
Carte blanche essentiels ? Comment savoir ? Être sa flle est ce que je suis. J’ai surtout
à eva Jospin, Nous avons beaucoup entendu qu’on avait besoin des ar - réglé une chose : m’autoriser à faire ce que je fais et oser
musée des tistes pour inventer le monde d’après, mais personne n’a me dire que j’avais le droit de le montrer. Certaines per -
impressionnismes, encore trouvé où nous mettre. Essentiels ? Non essentiels ? sonnes se fchaient de mon travail, ne me répondaient
jaGiverny (27), L’art l’est, puisque les œuvres existent et que les gens les mais. D’autres l’ont regardé, et les choses se sont
enclenà partir du comprennent — ce qui en fait un langage possible entre les chées petit à petit. Mais le rapport au père, se défnir par
19 novembre. humains. Sauf que, dans la confusion actuelle, aucune rapport à sa famille, n’est-ce pas l’une des expériences les
www.mdig.fr place ne nous est réservée. plus partagées au monde ? ☞
4 Télérama 3726 09 / 06 / 21e
v
a
L’invitéE L’artiste Jospin
« Pour les femmes artistes, il y a toujours
quelque chose de transgressif
à se confronter au grand format. »
Pourquoi avoir intégré l’atelier du peintre Pierre Carron aux heures. Ça m’amuse aussi de me lancer des défs secrets,
Beaux-Arts en 1997, alors que l’heure était aux installations ? comme pour Panorama, cette immense forêt conçue pour le
Petite, je rêvais de rencontrer des peintres. Pierre Carron Louvre. Pour les femmes artistes, il y a toujours quelque
était le seul que nous connaissions. J’ai posé pour lui, et chose de transgressif à se confronter au grand format.
même si l’enfant que j’étais s’est un peu ennuyée, il y avait
quelque chose de merveilleux à pénétrer dans un atelier : le L’atelier est-il un lieu important pour vous ?
silence, l’odeur, la concentration… Quand j’ai intégré les D’emblée j’ai eu besoin d’un espace bien à moi que je
pouBeaux-Arts, la peinture n’était pas forcément considérée vais retrouver le lendemain comme je l’avais laissé la veille,
comme ringarde. L’atelier de Carron, si. Mais j’ai toujours coupé du monde intime. Sinon, je n’y arrive pas. J’avais été
eu besoin de tisser un lien sentimental. Ça fnit toujours par impressionnée par la lecture d’Une chambre à soi, de
Virgiprendre sens. N’ayant fait aucune école préparatoire aux nia Woolf, dont les conseils sont si concrets. Alors je me suis
Beaux-Arts, n’ayant encore aucun univers à exprimer, j’y ai toujours débrouillée pour trouver un atelier. Même le plus
appris le dessin d’après nature — ce qui est la meilleure fa- minuscule, le plus inconfortable faisait l’afaire.
çon de se projeter dans l’espace. Et puis Carron parlait de
la peinture de manière incroyable. En parallèle, je regar- Pourquoi avoir choisi de rester à Paris, quand beaucoup
edais l’art de mon temps. J’ai aimé le xx siècle, ses ruptures, d’artistes de votre génération partaient à Berlin ?
les artistes qui ont cassé les codes de la matière. J’étais éga- J’ai eu mon premier enfant à 27 ans, et j’étais déjà la
bellelement fascinée par la manière dont les installations se dé- mère d’un garçon de 5 ans, à l’époque. La France a un
sysployaient dans l’espace. Les Beaux-Arts m’ont permis de tème de garde unique au monde, qui permet aux femmes de
trouver un point de contact entre ces diférents mondes. se dégager du temps. En Allemagne, impossible de mettre
son petit à la crèche sans passer pour la pire des mères… En
Comment êtes-vous venue au carton ? plus, mon voyage est mental, et mon travail naît aussi de
Les rencontres se font parce qu’on est en attente de quelque cette immobilité, d’une volonté de m’échapper, de trouver
chose. Et moi, j’attendais de trouver mon mode d’expres- un repli. Mes forêts, mes grottes ne disent pas autre chose.
sion. J’avais envie de grandes installations, de me confronter Mes forêts, par exemple, n’ont pas été pensées de façon
enà des échelles démesurées, mais je n’en avais pas les moyens. gagée autour des questions d’écologie ; mais les artistes sont
Le carton me l’a permis, d’abord parce qu’il ne coûte rien. poreux aux préoccupations de leur temps, pénétrés par les
Ensuite, parce que cette matière disponible à profusion ne peurs, les inquiétudes et les joies qui le traversent.
Finalese prend pas au sérieux. Elle est désacralisante : quelque ment, mon imaginaire résonne avec l’époque.
chose qui ne fonctionne pas se déchire sans qu’on ait
l’impression d’avoir raté quoi que ce soit. Mais le carton permet On a longtemps dit que Paris faisait la part belle aux artistes
aussi des choses d’une grande subtilité ; d’autres, extrême- morts, pas aux vivants.
ment violentes — donc d’exprimer toute la palette des émo- Le paysage artistique s’est transformé. À Paris, il y a désor -
tions. Et puis je voulais savoir ce qu’il se passe quand on s’at- mais bien plus de lieux pour exposer, ce qui permet de
montarde sur un matériau. Qu’on insiste. À force de répétitions, trer des expressions diférentes. Jusque-là, toutes n’étaient
on parvient à la rupture, que l’on intègre, et ainsi de suite. pas les bienvenues. La France a quand même été le seul pays
Cette insistance ouvre la porte à de nouveaux mondes. J’ai au monde à décréter la peinture morte, alors qu’elle était
pensé abandonner le carton quand j’ai voulu travailler en ex- d’une vivacité extraordinaire en Angleterre et en Allemagne,
térieur, faire des grottes comme à Chaumont-sur-Loire, des avec des peintres connus et reconnus dans le monde entier.
bronzes, des façades d’immeubles pour le groupe immobi- Les Young British Artists, qui ont émergé au début des
anlier Emerige. Mais j’ai compris qu’il me sufsait de le mouler nées 1990, étaient des stars qui passaient dans les grands
mépour arriver à mes fns. Ce matériau s’est presque collé à moi. dias. Chez nous, on invite à la télé un écrivain qui a vendu
quinze mille exemplaires de son dernier livre, ce qui est très
Qu’attendez-vous de vos œuvres ? bien. Mais je n’y ai pas vu Sophie Calle, dont l’exposition au
Les grandes pièces prennent entre deux et cinq mois, musée de la Chasse et de la Nature avait attiré cent mille
vij’avance morceau par morceau, et je ne peux donc pas les siteurs, preuve d’un intérêt certain pour l’art contemporain.
voir avant l’assemblage fnal. Ce but à atteindre se révèle En même temps, cela a été une chance pour nous. Ne pas
dans les derniers jours de travail, parfois même les dernières être exposés médiatiquement nous laisse plus de liberté. ☞
6 Télérama 3726 09 / 06 / 2120.05.2021 10:27 (tx_vecto) PDF_1.3_PDFX_1a_2001 300dpi YMCK ISOcoated_v2_300_eci GMGv5e
v
a
L’invitée L’artiste Jospin
mon atelier. Idem avec Claude d’Anthenaise, au musée de
la Chasse et de la Nature. J’ai eu la chance de rencontrer des
personnes libres de leurs choix et de leurs goûts, pour qui
ce que je faisais avait du sens. Parfois les retombées ont été
longues à se manifester. Mais les choses se sont faites. Et
maintenant, j’ai des projets à l’étranger.
Être artiste, est-ce une manière de faire de la politique ?
Être artiste est politique en soi depuis qu’à la Renaissance
on a accordé un statut particulier aux artistes. Ils n’étaient
plus artisans mais maîtres. Je suis sensible à certaines
œuvres politiques justes et pertinentes, tel Guernica, de
Picasso. Ou alors au travail de ces activistes féministes
américaines, les Guerrilla Girls, qui, dans les années 1980-1990,
pointaient ce que personne ne voyait : l’absence des femmes
et des minorités dans le monde de l’art. Souvent, les vies des
artistes sont plus politiques que leurs œuvres, comme celle
du peintre Gustave Courbet, condamné à l’exil pour son
engagement aux côtés des communards. L’espace artistique
doit rester l’un des plus libres donnés à l’expérience
humaine, qu’elle soit intellectuelle, physique, sensorielle ou
esthétique. Je trouverais atroce que toutes les œuvres soient
politiques. Il ne me serait alors plus possible de regarder un
tableau de Chardin ? C’est absurde. Les questions liées à
l’écologie sont primordiales, fascinantes. Mais les artistes
ne doivent pas s’imposer des codes vertueux, se sentir
obligés d’en parler ou de travailler avec tel type de matériaux.
Met oo a-t-il changé le monde de l’art ?
Nous étions conscients qu’il fallait davantage de femmes
dans les expositions, aux postes de direction, mais sans
réaliser à quel point nous continuions d’agir comme par le
passé. MeToo nous a amenés à du concret. Mais si les artistes
contemporaines sont plus montrées qu’avant, elles n’en
sont pas moins bloquées par un plafond de verre sur les
prix de vente de leurs œuvres, qui n’ont, jusque-là, jamais
égalé ceux de leurs confrères.
Comment se gère une carrière d’artiste aujourd’hui ?
À mes débuts, j’avais l’impression qu’il fallait avoir été en ré- Quel regard portez-vous sur le Grand Paris artistique ?
sidence à tel endroit — ce que je ne pouvais faire, puisque Il s’agit quand même d’un truc de dingue ! Soixante-huit
j’avais des enfants en bas âge —, exposé à tel autre. N’étant gares conçues conjointement par un architecte et un artiste
alors pas prête à montrer mon travail, j’ai eu le sentiment vont sortir de terre. Je travaille sur celle du Kremlin-Bicêtre
de voir passer les trains après les Beaux-Arts. Mais surtout avec Jean-Paul Viguier. Elle sera autant l’expression de l’un
que le monde de l’art était aussi balisé qu’un CV d’ingénieur. que de l’autre. On doit travailler avec les architectes afn
Avant de me rendre compte que non : je n’ai pas procédé qu’ils intègrent nos œuvres dans la ville. Ils créent ainsi
comme cela, et ça n’a pas été handicapant pour autant. Si l’écrin de notre futur anonymat. La plupart des fresques
la montée en puissance des curateurs, ces nouveaux com- dans les églises ne sont pas signées par des maîtres, et on
missaires d’exposition, est décriée, elle permet de donner s’en moque. Laisser artistes et architectes renouer un
diade la place à des artistes comme moi, qui ne sont pas dans logue favorise la création d’un tissu général. C’est
l’accumule circuit. Bénédicte Ramade a été l’une des premières à lation des œuvres de ces artistes devenus anonymes qui fait
présenter mon travail. Quelqu’un lui en avait parlé, je lui ai Paris, Venise ou Lisbonne. J’aime la modestie. On ne peut
envoyé une photo par mail, le lendemain elle était dans pas compter que sur les grands éclats  •
« Les questions liées à l’écologie sont primordiales,
fascinantes. Mais les artistes ne doivent pas
s’imposer des codes vertueux. »
8 Télérama 3726 09 / 06 / 21Le s victimes de cyber -har cèlement
ont besoin d’une as sist anc e qui
ne soit pas virtuell e.
Une as sur anc e av ec un suivi ps yc hol ogique .
Ba nque & As sur ance s
Communication à caractèr e publicitaire .
Assistance présente dans la formule « Optimal » de l’Assurance Habitation ou via l’option Assurance Scolair e. Contrat de BPCE ASSURANCE S, Société Anonyme au capital de 61 996 212 €, immatriculée
au Registre du Commerc e et des Sociétés de Paris sous le n° B 350 663 860, entreprise régie par le Code des assurances ayant son siège social au 88 avenue de France 75641 Paris Cedex 13, et distribué
par la Caisse d’Epargne . Voir limites, condition s et exclusions prévues dans les engagemen ts contractuel s en vigueur.
BPCE - Société anonyme à directoir e et conseil de surveilla nce au capital de 173 613 700 euros - Siège social : 50, avenue Pierre Mendès France - 75201 Paris Cedex 13 - RCS Paris N°493 455 042, intermédi aire d’assurance immatriculé à l’Orias
sous le N° 08 045 100 www.ori as.fr - ALTMANN + PACREAU - Crédit photo : Sandra Mehl.
AP_CYBERHARCELEMENT_TeleAP_CYBERHARCELEMENT_Tele rama_210x272mm_rama_210x272mm_ 09juin.indd09juin.indd 11 12/05/202112/05/2021 16:5116:51s
t
s
u
r
a
m
a
g
a
Sommaire Du 12 au 18 juin 2021
Novelle aveNture
Depuis des décennies, ils sont aussi la 32 marque de notre exception culturelle.
Nul pays au monde n’en possède de si
nombreux, qui rythment les étés de ses
habitants, donnent du sens à leurs
vacances et animent autant
artistiquement qu’économiquement villes et
villages. Les festivals appartiennent à nos
existences. On redoutait que la
pandémie ne brise leur élan partageur, leur
rituel convivial ; beaucoup ont su
s’adapter et promettent d’autres aventures,
plus familières et plus écolos. La nature
a toujours passionné notre invitée, la
plasticienne Eva Jospin. Elle la transf-75 gure à travers d’impressionnantes
installations en carton, forêts ou grottes…
Transfgurer, réinventer à sa façon les
êtres vivants, c’est aussi ce qu’a tou-3 jours réussi l’immense illustratrice de
livres pour enfants Gerda Muller, 95 ans.
Avec humour et tendresse, elle préfère
se nommer « imagière » ; nous l’avons
rencontrée dans sa maison de retraite.
Les artistes ont beaucoup à nous
apprendre. Sur le monde, les autres et
surtout sur nous-mêmes. C’est ce que
révèle aussi, à la Bibliothèque nationale
de France, l’exposition « Le Grand Jeu »,
du photographe Henri Cartier-Bresson,
revisitée par cinq personnalités. Qui s’y
découvrent. L’art aide à être soi. En
témoigne le parcours d’Océan. 43 — Fabienne Pascaud
Couverture zine 28 Le crypto-art épate la galerie CritiqueS
Illustration 3 L’invitée l es œuvres numériques 43 Le rendez-vous
Laurent Fétis la plasticienne eva Jospin certifiées par le jeton nFt : « Henri c artier-Bresson,
pour Télérama 11 Premier plan une aubaine pour les artistes ? le grand Jeu », à la BnF
c annes débordé 32 L’illustratrice Gerda Muller 46 cinéma
par le nombre de films ? avec ses albums, la grande 58 Livres
12 Mise à jour dame réjouit les tout-petits 62 Musiques
14 Repérée depuis des générations 67 enfants
l ’actrice thuso mbedu 68 arts
utrement 72 Scènes
SPéciaL fe StivaLS 37 Penser
16 Une saison pour repartir entre les porteurs de haine éléviSion
malmenés par la crise, et ceux qui s’érigent en 75 Le meilleur de la semaine télé
les festivals s’adaptent. un été censeurs, peut-on encore océan, sur France.tv slash
ce numéro comporte pour à l’essai, avant le retour des sauver la liberté d’expression ?, 84 Programmes et commentaires
la totalité des kiosques (hors
export) : un cavalier « pass têtes d’afiche internationales ? s’inquiète la philosophe
cinéma avant-premières »
de 4 p. broché sur la 22 Menace sur la convivialité ? monique c anto-sperber adio
couverture ; une couverture
spécifique « paris-idF » pour pas sûr que 2021 soit l’année 40 Découvrir 140 Le meilleur de la semaine radio
les abonnés et les kiosques
de paris-idF, et une de la renaissance, estiment r epeindre sa maison L’amant, de marguerite duras,
couverture nationale. posés
esur la 4 de couverture les universitaires emmanuel comme en scandinavie ; dans Le feuilleton, sur France
pour les abonnés : un 2 p.
autopromo upsell aups1 négrier et aurélien djakouane l’hôtel de la marine, culture
sur une sélection d’abonnés
de la France métropolitaine. 26 Le maître des fêtes à paris, a retrouvé plus 143 Les programmes
édition régionale,
Télérama + Sortir, pages si Barcelone renoue avec que sa superbe…
spéciales, foliotée de 1 à 56,
jetée pour les kiosques des la liesse collective, 148 t alents
dép. 75, 77, 78, 91, 92, 93,
e94, 95, posée sous la 4 de c’est en partie grâce à daniel 54 Le f estival d’avant-premières 151 Mots croisés
couverture pour les abonnés
des dép. 75, 78, 92, 93, 94. Fletcher et à ses applis t élérama
10 Télérama 3726 09 / 06 / 21
Jérôme Bonnet pour télérama | gerda muller in mon arbre/l’école des loisirs | Fondation Henri c artier-Bresson/magnum pHotos | marie r ouge pour téléramap
p
r
a
m
é
n
n
s
d
p
a
a
n
a
i
n
e
i
r
r
e
p
g
Mise à jour
PrEM iEr PLAN
Bergman Island, Ue g e v U de Mia Hansen Løve,
parmi les nombreux
films français
sélectionnés cette c année.
poursuivis. Les festivaliers devront donc travailler leur don Plus qu’un mois avant les festivals de Cannes.
d’ubiquité pour pouvoir savourer les 64 flms de la sélection
Mais oui, « les », au pluriel, tant cette édition 2021 ofcielle — contre 57 en 2019 —, sans même compter les
sections parallèles. D’aucuns verront dans cette surabondance est hantée par le fantôme de 2020, l’année
mauune manière de siphonner les manifestations concurrentes edite de l’annulation. La 74 édition, qui se tiendra en général, et l’automnal festival de Venise en particulier.
du 6 au 17 juillet, nous arrive comme un bateau de croisière On préfère célébrer la renaissance éclatante d’un art enfn
surchargé, où s’entassent les voyageurs tout neufs (les flms déconfné, qui marque le retour de cinéastes trop rares, tel
tournés ces derniers mois) et une foule de rescapés du nau- Nanni Moretti, en compétition avec Tre piani — qui
patienfrage sanitaire. Conséquence : le Festival a dû choisir parmi tait depuis 2020 —, vingt ans après sa Palme d’or pour La
une ofre pléthorique, avec environ cinq cents flms de plus Chambre du fls. Surtout, cette édition hors norme sera
l’ocque d’habitude — soit « un an trois quarts de sélection », selon casion de confrmer la santé post-Covid du cinéma
franle mot de Thierry Frémaux, le délégué général. Plutôt que çais : sept flms sur les vingt-quatre en compétition, où les
de fgurer dans la liste des sacrifés de 2020, ou de fler vers grands noms (Leos Carax, François Ozon, Jacques
Aud’autres cieux, de nombreux cinéastes avaient en efet dé- diard…) côtoient les nouveaux talents (Julia Ducournau).
Par Cécile Mury cidé d’attendre. Et pendant ce temps, les tournages se sont Bonheurs, au pluriel •
Télérama 3726 09 / 06 / 21 11
CG Cinéma/eue Bioopsk Film/ Cope C tures/ttlaF orm .od /iano/ te FranC Cinéma
dec
i
r
x
r
Mise à jour
L’auteur
francosénégalais de Frère
d’âme a remporté
le prestigieux
International Booker
Prize anglais.
en Fin U n FRançai S Sa CRé
Pa R Le Booke R PRize
david diop est le premier Français à re- avec cette fresque intimiste et halluci- par la poétesse anna m oschovakis, qui
cevoir le prestigieux international Boo - née, david diop a voulu « redonner partage l’international Booker Prize
ker Prize, qui récompense chaque an- voix » aux soldats oubliés, comme son avec l’auteur. Une belle façon d’unir
née un roman étranger traduit et publié arrière-grand-père, chair à canon volée les passeurs de tous les pays, pour
déau Royaume-Uni ou en irlande. mais à l’a frique pour une guerre industrielle passer les tranchées identitaires.
c’est aussi le premier Sénégalais. notez d’une sauvagerie tout occidentale. — Marine Landrot
d’ailleurs l’ordre des nationalités dans Cette voix a été entendue outre- 1 Frère d’âme est paru au Seuil, et en
le titre de l’article que le New York Times manche, magnifiquement traduite, poche chez Points. Signalons que David
a consacré à l’écrivain, quelques jours jusqu’au titre At Night All Blood Is Black Diop publiera le 19 août son troisième
avant qu’il soit récompensé pour la tra- (« La nuit, tous les sangs sont noirs »), roman, La Porte du voyage sans retour.
duction britannique de Frère d’âme, le
mercredi 2 juin : « Il est sénégalais et
français, sans rien à réconcilier »… da- ViVement demain
vid diop revendique ce parfait
équilibre culturel, et puise le meilleur de Il y a sept cents ans, en septembre
son écriture dans ses doubles origines :
professeur de littérature à l’Université 1321, mourait Dante Alighieri,
e de Pau, spécialiste du xviii siècle, il a
volontairement teinté d’accents wolof s le « père de la langue italienne ».
la langue française de son roman Frère
d’âme 1 , déjà couronné en France par le À cette occasion, la Bibliothèque
prix Goncourt des lycéens en 2018.
tirailleur sénégalais pendant la de la Pléiade propose, le
Grande Guerre, le héros est confronté à
un arrachement d’une grande férocité, 2 septembre, une nouvelle édition
qui met fn à la fusion amicale qui le
tenait debout. depuis la mort de son de La Divine Comédie, dirigée
frère d’armes, après d’immenses
souffrances qu’il n’a pas eu le cœur d’abré- par Carlo Ossola et reprenant la belle
ger, le voilà tiraillé entre la folie du
chagrin et la volonté de racheter son ami. traduction de Jacqueline Risset.
12 Télérama 3726 09 / 06 / 21
JOEL SAGET/AFP | JO-AnnE McAr Thur/rE-du EA | LéA ESP POur TéLérAMA­
­
w
­
L’ar T Par L ’ar T, un mé Tier 
et si chaque enfant de france pouvait, métiers (Cnam), et parrainée par les
au cours de sa scolarité, faire l’expé­ mi nistères de l’éducation nationale,
rience intime de la création ? ren­ de la Culture et de l’enseignement
contre d’artistes, découverte d’ œuvres, supérieur, d’un master spécialisé. il
pratique d’un art : tels sont les trois ouvrira à Guingamp (Côtes d’armor),
piliers de « l’éducation artistique et au sein de l’inseac (institut national
culturelle » (ea C), chère à emmanuel supérieur de l’éducation artistique et
macron. en 2017, le président faisait culturelle), à la prochaine rentrée. il
du « 100 % ea C » à l’école son objectif était temps ! Tant éduquer à l’art par
pour tous les petits français. ensei­ l’art relève d’une nécessité : ses en­
gnants (de la maternelle à l’université), jeux d’émanc ipation et de citoyenne­
artistes, étudiants, professionnels de té ne sont pas une option. in Ter Vie minu Te
la culture… disposeront d’une forma ­ — Lorraine Rossignol
tion pour conduire des projets d’ea C www.cnam-inseac.fr (les candidatures La V io Len Ce des
de qualité. Grâce à la création, confée à la première promotion du master
au Conservatoire national des arts et de l’Inseac sont ouvertes jusqu’au 17 juin). femmes, un T abou ?
Après une année de pause, marquée par un congé maternité et
une dépression – qu’elle évoque au micro –, Charlotte Bienaimé Visons d’horreur reprend Un podcast à soi, rendez-vous mensuel autour
des féminismes, sur Arte Radio. Elle regagne les studios avec au danemark une minisérie très forte, consacrée aux femmes violentes.
ils furent parmi les victimes inatten­ vient d’avoir lieu . La suite mobilisera Pourquoi vous pencher sur ce thème ?
dues de la crise sanitaire : des millions treize incinérateurs, qui recevront depuis longtemps, je voulais traiter de la violence des
de visons avaient été abattus au dane­ chaque jour de un à quatre camions de femmes car elle est impensée, voire non dite. Le cadre de la
mark, de peur qu’ils ne relayent une visons, et devront sans doute mainte­ prison était intéressant pour le faire car il l’interroge dans
dangereuse mutation du coronavirus, nir leur activité la nuit et les jours fé ­ des formes multiples : la violence subie, la violence pro­
puis, pour un tiers d’entre eux, enseve­ riés… Car le temps presse . À cause de duite, et pas seulement en matière de genre, mais aussi en
lis dans deux terrains militaires. Trop la pollution en cours. et parce que la termes de classe sociale, de race, d’âge… Ce qui m’a frap­
vite. des cadavres avaient refait surface poussière, et surtout les odeurs pée, c’est que presque toutes les femmes rencontrées ont
peu de temps après, à cause des gaz de risquent fort de troubler le quotidien subi des violences intrafamilales. beaucoup m’ont parlé
putréfaction qui les avaient poussés à des riverains. mais si la terre contami­ d’inceste, d’enfances trop responsabilisées, et d’enfances
travers la terre sableuse les recouvrant. née sera remplacée immédiatement, précaires, surtout. Le point commun à toutes ces histoires,
Leur enterrement près d’un lac rassu­ la dépollution des eaux durera plu­ c’est le manque d’amour. Le manque d’écoute et de recon­
rait encore moins les riverains, inquiets sieurs années. L’installation de sta­ naissance. Je me suis rendu compte que ce qui se passait
du danger d’une pollution des eaux tions d’épuration est envisagée, et la en prison (la surveillance extrême des corps, par exemple)
(qui s’est depuis confrmée, pour les surveillance des nappes phréatiques infusait dans toute la société.
eaux situées sous les fosses). déjà prévue jusqu’en 2032. Coût total
L’afaire ayant viré au scandale na­ estimé, au moins, à 22 millions d’euros. Pourquoi la société ne reconnaît-elle pas aux femmes
tional, le gouvernement a décidé de Les associations de protection des ani­ cette capacité à la violence ?
déterrer les petites bêtes et de les in­ maux demandent l’interdiction défni­ Les femmes sont socialement habituées à prendre soin, à
cinérer, une fois passé le risque de tive des élevages de visons. Pour l’ins­ être douces, à écouter et à se montrer bienveillantes. on
contamination au Covid. une premiè tant, elle n’est confrmée que jusqu’en présente cela comme des aptitudes naturelles, alors que de
re phase expérimentale, concluante, janvier 2022… — Giannina Mura nombreux travaux prouvent qu’il s’agit bien de construc­
tions. en conséquence, lorsque des femmes exercent leur
pouvoir de violence, on va estimer qu’il s’agit d’un pro­
blème psychologique, pathologique car elles dérogent à ce
qui est estimé être leur « nature profonde ».
Vous évoquez une relecture féministe de votre parcours
à l’issue de cette année d’arrêt professionnel…
Pour reprendre les mots de la sociologue n atacha Chetcuti­
osorovitz, je me suis rendu compte que j’avais été « absente
Abattus pendant à moi même » pendant très longtemps. a lors même que
la pandémie
nous sommes féministes, la force de cette domination hé ­et enterrés, des
millions de petits téro­patriarcale est telle que, parfois, nous passons à côté,
mammifères nous ne pouvons pas voir exactement ce qui nous enferme,
vont maintenant
nous ne savons pas tout à fait que nous sommes toujours être incinérés au
Danemark. sous domination. Propos recueillis par Carole Lefrançois
Télérama 3726 09 / 06 / 21 13t
c
t
o
s
t
s
i
s
s
o
z
Mise à jour
L’actrice
sudafricaine s’est fait
un chemin jusqu’à
Hollywood avec
son rôle dans la série
The Underground
Railroad (à droite).
REPÉRÉE
[sa] réalité », se souvient-elle, en
ajouNom Actualité tant dans un sourire : « C’était ça ou les
Le réalisateur oscarisé Barry Jenkins cours de maths. » Son rôle dans Is’thun-Th USo aime bâtir ses flms autour de nou- zi (2016), un soap inspiré par les
témoiveaux venus. Après Ashton Sanders gnages d’adolescentes — « un cas rare, MBEDU dans Moonlight ou encore KiKi Layne dans mon pays, de série centrée sur des
dans Si Beale Street pouvait parler, il femmes » —, lui ofre une nomination
ofre à cette jeune Sud-Africaine le aux International Emmys et lui permet
Âge premier rôle de sa série The Under- d’être repérée aux États-Unis. Elle
tra29 ans ground Railroad (Prime Video), Cora, verse l’Atlantique sur les traces de ses
une esclave en fuite dans l’Amérique idoles, « des actrices noires aux rôles
edu xix siècle. Regard habité, corps plus grands que nature, comme Angela
Profession tendu entre peur et révolte, Thuso Bassett et Viola Davis ».
Actrice Mbedu impressionne par l’intensité
et la maturité de son jeu. « Cora est
une héroïne à la fois courageuse et fra- signe particulier
gile, forte et brisée, portée par un puis- Désormais « transcontinentale », elle
sant feu intérieur , explique-t-elle, sera prochainement à l’afche de The
mais elle n’a rien d’extraordinaire. Woman King, sur les Amazones du
DaC’est une anonyme, qui incarne le com- homey, un ancien régiment militaire
bat de millions d’entre nous, d’hier et entièrement féminin de l’actuel
Béd’aujourd’hui. » nin, qui a existé jusqu’à la fin du
exix  siècle. Un long métrage
américain tourné en Afrique du Sud. « Je
Ascendants compte garder un pied chez moi, pour
Lycéenne à Pietermaritzburg, près de aider notre industrie
cinématograDurban, Mbedu pense devenir derma- phique à grandir. Nous avons
d’exceltologue, quand elle découvre le lents acteurs, des paysages splendides,
Par Pierre théâtre, « qui permet à la fois d’exorciser des moyens techniques. Il ne nous
Langlais les soufrances des autres et aide à fuir manque que les opportunités. »  •
14 Télérama 3726 09 / 06 / 21
Aushi NishijimA - AmAN tudio - Big iNdie Pictures - PA teL - PLAN B eNter ANmeN | hris PizzeLL /AP/ siPA
Tr ansme ttre l’ espoir
de vaincr e le canc er
Lé gue z à l’ Ins titu t Curie,
er1 Centre fr ançais de recher che
en canc ér ologie
ransmettre tout ou une partie de ses biens àT l’Institut Curie, premier centre fr ançais de
recherche en cancérologie, est un formidable message
d’ espoir pour tous ceux qui luttent contre le cancer .
En soutenant les efforts de l’Institut Curie, fondé par
Marie Curie, vous effectuez un geste de générosité
en ve rs les génér ations futures, vous donnez aux
chercheurs et médecins les mo yens de prendre le cancer
de vitesse et associez votre nom à ce combat pour la vie.
LE GS - DONATIONS - AS SURANCES- VIE
Pour tout renseignement contact er Ca therine Rica tt e - Ins titu t Curie :curie. fr
26, rue d’Ulm - 75 248 Paris Cede x 05 - 01 56 24 55 34 - ca therine.rica tt e@curie. fr

BULLETIN DE DEMANDE D’INF ORMA TION à compléter à retourner sous enveloppe à l’ adr esse ci-dessus.
Je désire recevoir votre documentation sur les Mme M. Nom : ....................................................................................................
legs, donations et assur ances-vie en fa veur de Prénom : ..................................................................................................................................
l’Institut Curie.
Adresse : .................................................................................................................................
Je souhaite être contacté en toute confidentialité Code postal : hhhhh
par votre responsable legs, donations et
Ville : ...........................................................................................................................................assur ances-vie.
Vous pouv ez me joindre au numéro ci-contre Tél. : hh hh hh hh hh TLM0621

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents