Telerama du 10-06-2020

-

Français
124 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Date de parution 10 juin 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 16 Mo
Signaler un problème

M 02773 - 3674 - F: F: 3,303,30E
3’:HIKMRH=XUXXU\:?n@q@h@e@a";
MERCREDI 10 JUIN 2020
HEBDOMADAIREFR 3,30€
BEL, LUX 3,90€DOM 5,50€
CH 5,70 CHFMAR 43 MAD
CPPAP Nº 0621C80864
Nº 3674
DU 13 AU 19 JUIN 2020
Notre
invité spécial
Benjamin
«Dan quel
monde de fous Biolay vit-on?»
CODE 80 00

s 14.05.2020 14:42 (tx_vecto) PDF_1.3_PDFX_1a_2001 300dpi YMCK ISOcoated_v2_300_eci14.05.2020 14:42 (tx_vecto) PDF_1.3_PDFX_1a_2001 300dpi YMCK ISOcoated_v2_300_eciNotre iNvité spécial
La mélancolie pour moteur, il compose,
écrit, chante, produit, fait l’acteur. Et fustige,
avec élégance, l’indigence des politiques
culturelles comme l’atonie du rap actuel.
Benjamin
Biolay
Propos recueillis par Hugo Cassavetti « Comment est ta peine ? / La mienne est alors, cette première sortie post-confinement ?
Photo Jérôme Bonnet pour Télérama comme ça / Faut pas qu’on s’entraîne / À Je suis ravi que cet entretien ait lieu de visu, en chair et en os.
toucher le bas / Il faudrait qu’on ap- Le contact humain est important. Mais le reste, les gens dans
prenne / À vivre avec ça / Comment est la rue, les boutiques rouvertes, la circulation qui a repris,
ta peine ? / La mienne s’en vient, s’en va. » Ça s’appelle un non. Cette gesticulation frénétique ne m’enchante pas. On
tube. La première chanson extraite du nouvel album, le est tous tributaires de notre capacité à être intelligent ou
cuneuvième, de Benjamin Biolay, Grand Prix — bien plus rock rieux. Une personne dépourvue de ces qualités a forcément
qu’à l’accoutumée, conçu juste avant le confnement —, dé- mal vécu le confnement, puisqu’elle s’attache à l’illusion
cline un sentiment intime en mode universel, par la magie d’une vie sociale pour combler un certain vide intérieur. Je
d’une simple chanson. Vingt ans que le surdoué de la va- suis assez solitaire au fond, d’autant qu’étant qu’artiste j’ai
riété, versant pop, s’interdit de se reposer sur ses lauriers. une vie assez monacale. En fait, j’ai surtout de la peine pour
Boulimique, travailleur acharné sous ses dehors de séduc- ceux qui vivent dans la marge, dans la rue : les SDF, les
prosteur indolent, le natif de Villefranche-sur-Saône, issu d’une titués, pour qui nul ou presque n’a eu un mot…
famille modeste, mène sans répit, à 48 ans, plusieurs car -
rières de front. Et même plusieurs vies, puisque la sienne vous avez donc vécu un confinement heureux…
se partage depuis des années entre la France et l’Argentine. Je fais partie des chanceux. Tel un radeau, mon album tout
Producteur pygmalion pour d’autres, acteur docile mais juste bouclé m’a permis de traverser le naufrage, avec la
de caractère au cinéma, curieux de tout — du sport à la po- perspective d’une tournée à venir à l’automne. Comme
litique, de la BD à la littérature —, il s’autorise tout. Pour tous ceux qui aiment profondément la musique, j’ai pu,
mieux nourrir une œuvre de chanteur solitaire mais bien grâce à cette période de repli imposé, en réécouter avec un
entouré, qu’il se refuse à voir basculer en pilotage automa- intérêt décuplé. Ce que j’ai fait, des jours d’aflée, avec
l’altique. Ses amours, à la fois fdèles et multiples, qu’il ne bum des Strokes. Ça ne m’était pas arrivé depuis des lustres.
cache pas, ses amis, ses infuences, ses lubies et passions
sont le moteur artistique de cet homme aussi tranquille votre premier bagage musical est plutôt anglo-saxon ?
que pressé. Son carburant ? Une mélancolie positive qui Comme Daho, Dominique A et Murat. Et comme eux, le
conjugue résignation et indignation, tout en pensant l’ave- fait d’écrire en français m’a ramené à des choses plus
annir possible. Son secret ? Mettre son talent et ses facilités au ciennes, de chez nous, que j’ai réécoutées, en faisant un
À écouter service de son bon plaisir, celui de croquer la vie et le peu abstraction de l’esthétique. Parce que la chanson
franGrand prix, monde à belles dents, tels qu’ils viennent, tels qu’ils vont. çaise a toujours été gênante, avec tous ces arrangements
Polydor. Il est le rédacteur en chef cette semaine de notre numéro bien ringards. Peu d’entre nous sont à la fois
auteur-comSortie le 26 juin. et intervient dans plusieurs articles que nous publions. positeur, voire même arrangeur et producteur. Or là est le ☞
4 Télérama 3674 10 / 06 / 201973
Naissance
à Villefranche-
sur-Saône (69).
1990
Premier prix
de trombone
au Conservatoire
de Lyon.
2001
Rose Kennedy,
premier album.
2004
Joue dans
Pourquoi (pas)
le Brésil, de
Laetitia Masson.
2009
La Superbe,
disque d’or
et Victoire
de la musique.
2019
Joue dans
Chambre 212,
de Christophe
Honoré.y
Notre iNvité spécial Benjamin Biola
☞ problème majeur. Michel Delpech, par exemple, était fou du tourisme, sans jamais rappeler, chifres à l’appui, le
de pop anglo-saxonne, mais il avait besoin d’un parolier poids de celle-ci dans l’attrait qu’exerce la France à
l’étranou d’un compositeur. À l’instar de la plupart des artistes ger. Regardez les touristes qui déboulent juste pour voir le
français, il était dépendant, n’avait aucun contrôle. Pour café d’Amélie Poulain à Montmartre ! On ne dit jamais
comêtre viable, il faut être autosufsant. En France, cette tra- bien la culture rapporte au pays. Non, c’est toujours : « Ça
dition de séparer les auteurs et les compositeurs des inter- coûte cher ! » Je voudrais que le prochain président ait le
prètes est tragique. Je préfère écrire un texte même un courage de faire campagne sur ce thème, qu’il mette en
peu foireux que compter sur d’autres. avant sa richesse pour l’individu mais aussi pour le pays.
Avoir, comme Emmanuel Macron, fait des photocopies
Grand Prix arrive après le diptyque Palermo Hollywood pour le philosophe Paul Ricœur, ne suft pas. Mais si je me
et Volver… c’était inhabituel chez vous de rester dans réinvestis un jour dans la politique, ce sera de manière plus
le même style. confdentielle. Aux États-Unis, quasiment tous les artistes
Il s’agissait en fait d’un double album contrarié, fruit de ma sont contre Trump, et ça change quoi ? Ce serait même
relation profonde à l’Argentine. Mais le label m’a imposé contre-productif, nourrissant l’idée que les anti-Trump
deux sorties séparées. Je regrette d’avoir été docile. Le sont tous des nantis, des privilégiés.
disque fonctionnait mieux comme un tout. J’ai un lien
profond avec ce pays, où j’ai ma deuxième famille, un enfant, un
appartement à Buenos Aires. Ce n’est pas un disque de
touriste, je me sens là-bas chez moi depuis près de quinze ans.
J’y connais beaucoup de musiciens, et il y a un parallèle avec « Apr ès le virus, la mélancolie
la scène française. Ils ont leur Gainsbourg, leur Bashung, leur va changer de goût, subir
Christophe. Comme nous, ils ont pris la musique
anglosaxonne et l’ont arrangée à leur sauce latine. À la diférence une mutation. Je ne vois plus
que la musique, chez eux, est vraiment vécue au quotidien. aujourd’hui comment les choses
Une mélancolie profonde irrigue Grand Prix. pourraient aller mieux. »
votre inspiration principale est-elle la rupture, qu’elle soit
géographique, musicale ou afective ?
Ma vie, comme ma musique, se construit sur ce sentiment.
Pas le clash, je n’aime pas ce mot, mais la rupture, oui. Ou
plutôt la révolution. Parce qu’à force de ruptures, on
revient parfois au point de départ : à la première rupture. D’où vous vient votre fascination pour la Formule 1 ?
Alors, on renoue. Mais cette fois, après le virus, plus rien ne Je rafolais de la BD Michel Vaillant gamin, surtout les
presera vraiment comme avant. La mélancolie va changer de miers volumes, avec les histoires de la famille. J’adorais
goût, subir une mutation. Je ne vois plus aujourd’hui com- aussi le basket et le foot, parce que ce sont des sports que
ment les choses pourraient aller mieux. l’on pouvait pratiquer. La Formule 1 tient plus de la
madeleine de Proust, une passion enfantine, associée à ces
dipasser pour un narcissique désespéré qui s’exprime manches après-midi, où je regardais les Grands Prix, en
ou un égoïste privilégié qui se tait : éternel dilemme sortant de table, avec mes oncles à moitié bourrés qui
ronde l’artiste ? faient aussi fort que les voitures !
Sa parole est inaudible, parce que la culture n’est jamais
abordée d’un point de vue économique. Pourquoi ? Parce ce sport correspond à une vision romantique,
que le gouvernement s’en fout. Du moins, il ne l’assume pas extrême de la vie…
— la thématique culturelle n’est pas populaire. L’économie Comme la conquête spatiale. Les types qui bravent le
dande la culture a pourtant été créée de toutes pièces par Jack ger et l’inconnu sont des artistes, au fond. Pour la photo de
Lang en 1981. La politique culturelle mise en place a permis la pochette de Grand Prix, je suis monté dans la voiture de
des succès mondiaux. Grâce à elle, des artistes comme Daft Jean-Pierre Beltoise, qui a renouvelé le sport automobile
Punk ou Manu Chao, avec leurs contrats décentralisés, ont dans les années 1960-70, et j’avais l’impression de me
glisrapporté un paquet de devises. ser dans un cercueil ! Mais ce ne sont pas que des types
animés par une pulsion suicidaire. Jack Brabham a construit sa
vous avez milité, notamment pour François Hollande… propre voiture, avec laquelle il est devenu champion du
Oui. Puis on découvre comment cela fonctionne de l’inté- monde. Le génie humain dans toute sa splendeur !
rieur, les pièges médiatiques. La tradition d’épingler le
ministre de la Culture est une connerie : il n’a aucun pouvoir. vous partagiez cette passion avec vos parents ?
Il sera toujours victime de la volonté du président de la Ré- Pas du tout, ils détestaient ça, trouvaient la Formule 1
dépublique ou du Premier ministre. Il n’y a pas un ministre bile. Mais à part eux, qui n’a pas été marqué par la mort
erde la Culture qui souhaite un budget limité, il fait simple - d’Ayrton Senna le 1 mai 1994 ? À l’époque de sa grosse
riment avec ce qu’on lui donne. Le drame est que la culture valité avec Alain Prost, un journaliste l’avait alpagué :
« Ayrn’est jamais abordée pendant les présidentielles. Comme ton, vous êtes dangereux, avec votre manière de conduire, de
pourrait-elle peser après ? Les candidats se piègent avec doubler, vous allez fnir par mourir. » Il avait répondu : « Vous
leur comportement bassement électoraliste. Comme la savez, je préfère vingt-quatre ans de ma vie à quatre-vingts ans
culture ne fédère pas le grand public, ils l’occultent, parlent de votre vie de merde. » Peut-être avait-il raison. ☞
6 Télérama 3674 10 / 06 / 20UN CADEAU EN OR
Monnaie de
200 EURO
(1)en or pur
millésime 2020
(2)Une édition limitée disponib le à La Post e et sur monnaiedep aris.fr
(1) Pièces de 200 EURO or 999 millième s - Ø 20 mm - 3 g - 10 000 ex emplair es. (2) Ofr e valable du 16 mar s 2020 au 27 février 20 21 en Fr anc e métr opolitaine, sur
st ock ou sur commande dans une sélection de bur ea ux de po st e et en Ag ences Co mmunale s (lis te disponible sur www .lapo ste. fr ). Da ns la limit e de s st ock s disponible s
de 5 500 ex emplair es. La Po st e - Société anon yme au capital de 3 800 000 000 € - 356 000 000 RCS PARIS. Sièg e social : 9, rue du Colonel Pierr e Avia, 75 015 Paris.
La Monnaie de Paris - EPIC - 160 020 012 RCS Paris - sièg e : 11 quai de Conti - 75 006 Pa ris. Photos et taille de s pièces non co ntr actuelle s.
AP_MAP_MDPDP_ _20200EU0EU ROS_ROS_SCSCH HTRTROUOUM MPFS_PFS_TETELERLER AMA.iAMA.innd ddd 11 1010/ /0303/ /20202 200 1010: :5252y
Notre iNvité spécial Benjamin Biola
À la sortie de Vengeance, en 2012, vous prétendiez le milieu rap et j’ai vu l’évolution. Tous ces gars incapables
ne pas avoir de revanche à prendre. pourtant, par rapport de poser un son, qu’il faut remonter note par note, maqués
à votre famille… avec des producteurs horribles, à l’ancienne. Ces
nouPossible, mais ce n’était pas conscient. Je suis celui qui a velles stars me font penser aux Miss Météo qui avaient été
réussi, qui a retourné la mauvaise fortune qui avait pesé sur promues par Canal+ comme l’avenir du cinéma français.
nous. Enfn, d’autres aussi s’en sont bien sortis, mais je suis Elles ont juste piqué les rôles de vraies comédiennes…
le plus connu. Longtemps, l’anecdote familiale était : « Mon Dans quel monde de fous vit-on ?
grand-père a inventé l’Opinel. » Maintenant, on peut
ajouter : « Et mon cousin est le chanteur célèbre ! » Il est vrai que Quel est le film dans lequel vous avez joué qui vous
j’ai grandi en voyant la douleur dans les yeux de mes aïeux : a le plus marqué ?
la fortune leur avait échappé. Quant au reproche qui m’a La Douleur, d’Emmanuel Finkiel (sorti en 2017). À cause de
été fait, par mon père surtout, d’avoir abandonné le clas- Marguerite Duras, que j’adore, et puis du réalisateur,
vraisique et le trombone pour la chanson, au moins ai-je le sen- ment génial. C’était aussi mon premier flm d’époque, avec
timent d’avoir été au bout, d’avoir fait un choix. J’ai fni toute une rue de Paris reconstituée comme sous
l’Occupamon parcours au trombone, remporté un premier prix, tion. J’y croyais. Tout en tournant, j’avais l’impression
avant de décider que je n’en avais rien à faire de cet instru- moi-même d’être au cinéma !
ment. Mon prof, un type super, m’avait même dit : « Mieux
vaut être un chanteur unique qu’un tromboniste parmi tant Dans Chambre 212, sorti en 2019, le réalisateur christophe
d’autres. » Avec les gens du classique, il n’y a pas eu de re- Honoré s’est-il nourri de votre relation avec chiara
jet. Ils m’ont pris pour un fou quand j’ai tout lâché, mais ils Mastroianni, la mère de votre premier enfant ?
ont aussi été les plus fers quand j’ai réussi. Christophe Honoré a agi en toute conscience en me
demandant de tourner ce flm. Il y a une forme de perversion
chez lui, mais doublée d’une infnie tendresse. Rien ne
s’est fait à notre insu. Au départ, le rôle n’était même pas
« A ux États-Unis, quasiment tous pour moi, mais pour Denis Podalydès. Un jour, Honoré m’a
vu marcher dans la rue, et il a appelé Chiara pour lui de-les artistes sont contre Trump, et
mander si ça la gênait qu’il me le propose. Il ne s’agissait
ça change quoi ? Ce serait même donc pas de « notre » histoire au début. Ensuite, il a adapté
son récit. Mais Chiara était déjà au centre du flm, donc à contre-productif, nourrissant
travers elle, moi aussi, même absent. Et Christophe
Honol’idée qu’ils sont tous des nantis. » ré est capable de réagir vite à une situation nouvelle, de
tout changer à quelques jours du tournage, comme
modifer le sexe d’un personnage. Je connaissais l’homme, mais
je l’ai découvert dans son travail. Comme pour la musique,
Dans votre écriture, vous semblez avoir besoin de casser les meilleurs sont ceux qui maîtrisent tout : Honoré,
la forme poétique par une certaine grossièreté… comme Ozon ou Desplechin, sait cadrer, par exemple.
Cela me vient d’écrivains que j’aimais lorsque j’étais jeune, C’est fou la liberté de créer que ça leur apporte. Être
comet surtout de Léo Ferré. Il adorait balancer des horreurs. plet, voilà la clé. L’autosufsance est impossible, parce que
L’efet était marquant, puissant. Il y avait une folie chez lui, c’est du cinéma. Mais le collectif ne marche que s’il est
géà la limite du syndrome de Tourette. Il déclamait un texte et ré par quelqu’un de talentueux, de bien intentionné,
casubitement hurlait « sale pute ! » en postillonnant. Et tout le pable de stimuler tout le monde. En se réservant trente
monde sursautait. Je trouvais ça trop beau ses cochonne- pour cent de marge pour se laisser surprendre.
ries, ces gros mots qui s’insinuaient. Pas comme
Gainsbourg à la fn lorsqu’il enchaînait cent cinquante grivoise- vous maîtrisez tout dans la musique. et au cinéma ?
ries par chanson. Ferré me fascinait quand il passait à la J’y suis strictement passif. C’est agréable de se mettre entre
télé. Et la gêne de ma mère me servait de repère : le signe les mains de quelqu’un. Après, je suis passif à ma façon,
qu’il se passait quelque chose d’intéressant. Avec lui, elle parce que j’ai quand même une manière de me tenir, de
devenait rouge comme une pivoine ! parler, et je n’ai pas fait la Comédie-Française. J’ai donc
mon petit style. Avec un disque, on se sent responsable du
avant, on rejetait les disques de nos parents. Maintenant, résultat. Pas au cinéma. Si le flm est réussi, on n’y est pour
on écoute les disques de nos enfants… rien. Mais comme acteur — métier qui est quand même le
Sauf que tout est diférent. J’écoute les disques de mes en- sommet de l’égocentrisme —, si on est bon dans un flm de
fants, mais ces disques sont pour la plupart des vieux disques merde, on est content de soi. Alors que si on participe à un
de mon temps ! Certains que j’ai loupés même et qu’ils me disque pourri, on a honte.
font découvrir ! Il faut dire que ça fait longtemps que je n’ai
pas entendu un son urbain d’aujourd’hui intéressant. vous souvenez-vous de votre rencontre avec Bryan Ferry,
à vos débuts, pour Télérama ?
vous vous passionniez pour le rap pourtant… Bien sûr. Il m’avait dit quelque chose qui m’avait terrorisé :
Oui, mais ça s’est sérieusement délité. Maintenant, ce ne « Tu vas voir, avec le temps, tu vas devenir un meilleur
perforsont plus que des équipes avec un beatmaker, un topliner, mer. En revanche, l’écriture sera de plus en plus difcile. »
Ceet des couches que l’on superpose par pur calcul. Du tra- la m’avait traumatisé. À tel point que je pense m’être juré
vail d’usine, à la chaîne. Fatalement creux. J’ai bien côtoyé de lui prouver qu’il avait tort  •
8 Télérama 3674 10 / 06 / 20la page for mation
M Pu blicité - Pôle éducation : www.mpublicit e.fr Té lér ama 3674 10/06/ 20 9y
u
e
o
a
e
l
a
g
a
m
r
t
Sommaire Du 13 au 19 juin 2020
So S l’œil d Bila
Nous avons désiré qu’il soit notre invi-24 té spécial. Que ce crooner
mélancolique, gourmand des autres comme de
la vie, solitaire et engagé à la fois,
sophistiqué champion de la pop à la
française, nous suive tout au long du
journal. Commente certaines pages, y
choisisse des artistes qu’il
apprécie — Olivier Guez, Residente. Parce
qu’il est inclassable et singulier, ne
mâche pas ses mots, n’a pas peur.
Compositeur, auteur, acteur et producteur,
le très actif Benjamin Biolay est un par -
fait citoyen du monde qui réagit à
l’actualité brûlante et se lamente de la
politique culturelle du gouvernement.
S’interroge avec nous sur l’actuel statut
des artistes, tombés d’un trône érigé
par Jack Lang dans les années 1980 et 16 désormais livrés aux doutes sur leur
rôle dans la cité. Comme il réagit aux
violences policières contre les Noirs 28 qui mettent le feu à l’ Amérique, comme
elles inquiètent en France depuis des
années. On se réjouissait du
déconfnement, du retour à la vraie vie, et voilà
qu’elle se révèle aussi brutale qu’avant.
À l’Espace Cardin, à Paris, avec l’équipe
du Théâtre de la Ville et les meilleurs
experts, Télérama lance la
réfexion — du 15 au 19 juin — sur la culture
post-Covid, en tout domaine. Puissent
ces réfexions (en live sur notre site) 22 nous inspirer. — Fabienne Pascaud
Couverture zine 24 Les coloristes de la BD CritiqueS
Benjamin Biolay 4 L’invité Que serait le neuvième art 37 Le rendez-vous
Photo Le chanteur benjamin biolay, sans leur travail minutieux ? Occasional Rain, compilation
Jérôme Bonnet invité spécial de ce numéro Leur rôle est pourtant très peu de rock progressif britannique
pour Télérama 11 Premier plan reconnu. mais la colère gronde 40 Musiques
Le sursaut américain 28 Ces youtubeurs venus au rap 43 Livres
12 Qui ? Comment ? Pourquoi ? ils ont conquis Yout ube en 46 Cinéma
14 Opération spéciale Télérama parodiant le milieu du hip-hop. 48 Enfants
Du 15 au 19 juin, on planche Aujourd’hui, ils se lancent
sur la culture post-covid ! eux-mêmes dans le rap. éléviSion
sont-ils crédibles ? 51 Le meilleur de la semaine télé
do SSier 30 Les documentaires « d’impact » I May Destroy You,
16 L’artiste perd-il son aura ? Le viol comme arme de guerre, sur ocs city
Depuis quelques années, la fonte des glaces… : 58 Programmes et commentaires
l’image de l’artiste tout-puissant des films sont pensés
ce numéro comporte : est écornée. Doit-il plus pour éveiller les consciences. adio
une couverture spécifique
« Paris-ÎdF » pour les s’engager ou rester en retrait et faire bouger les choses 114 Les podcasts
abonnés et les kiosques de
Paris-ÎdF et une couverture pour retrouver prestige et 116 Le meilleur de la semaine radio
nationale. Posé sur la
e4 de couverture pour les crédibilité ? utrement La marche de l’Histoire,
abonnés de la France
métropolitaine : une 33 Penser sur France inter
enveloppe ccFD t erre
solidaire en aléatoire sur 22 L’écrivain Olivier Guez esclavage, ségrégation… mort 117 Les programmes
les abonnés postés de l’ÎdF.
édition régionale, comme Hemingway ou Kessel, de george Floyd. Aux
étatsTélérama+Sortir, pages
spéciales, foliotée de 1 à 32, l’auteur de La Disparition unis, le passé n’est pas soldé et 121 T alents
jetée pour les kiosques des
dép. 75, 77, 78, 91, 92, 93, de Josef Mengele n’a de cesse le racisme est entretenu par les 123 Mots croisés
94, 95, posée sur la
e4 de couverture pour de courir le monde. son terrain institutions, selon l’historienne
les abonnées des dép.
75, 78, 92, 93, 94. d’aventures : l’Histoire c aroline r olland-Diamond
10 Télérama 3674 10 / 06 / 20
Victor/Art comPress ViA LeemAge | josé ViLLArrubiA | FiFou | jerôme bonnet Pour téLérAmAn
a
c
i
r
é
m
i
u
s
r
u
s
l
a
Premier Pan
Le soulèvement
américain contre les
violences policières
racistes a fait tache
d’huile jusqu’à Paris
(un couple lors
du rassemblement
du 2 juin dernier
devant le Palais
de justice).
Le t a
Par Vincent Remy
siste, évoquant le « racisme systémique » de son pays, et l’ex-A priori, c’est un flm d’horreur de la pire espèce.
hortant à suivre désormais « la voie de l’empathie, de
l’engaDans un pays économiquement dévasté — qua- gement partagé » ; des sondages indiquant enfn qu’une
large majorité d’Américains approuve le sursaut moral du rante millions de nouveaux chômeurs en
l’espays ? Et des images qui franchissent l’Atlantique : en
pace de deux mois —, sévèrement frappé par une France, des foules également multiraciales, à l’ampleur
pandémie — plus de cent mille morts —, un Dr Folamour a inattendue, à Paris mais aussi en province, demandant que
revêtu le costume de président des États-Unis. Réfugié dans soient réprimés le racisme et les violences policières. Le
un bunker sous la Maison-Blanche, il menace de lâcher des pire n’est pas toujours probable. Y aurait-il une
mondialisa« chiens vicieux », puis de déployer l’armée, avant de brandir tion heureuse, citoyenne et militante ? •
une bible, et de vomir la terre entière. On peut s’arrêter à
ces images efroyables et terriblement angoissantes.
Comment ne pas leur préférer leurs contrechamps en rafales,
tout aussi stupéfants : des foules multiraciales, telles que
jamais vues dans l’histoire du pays, réclamant justice pour
George Floyd, citoyen afro-américain tué par un policier de
Minneapolis ; des policiers mettant un genou à terre en
signe de solidarité avec les manifestants ; un secrétaire à la
Défense désavouant sèchement celui qui l’a nommé ; un
vieux président, George W. Bush, qui ne fut guère
progresTélérama 3674 10 / 06 / 20 11
BOBY la f Ête,
mais sans
christo
né christo Vladimirov Javacheff,
christo avait l’art d’emballer son
monde. c élèbre pour ses réalisations
aussi monumentales qu’éphémères,
le plasticien américain d’origine
bulgare est décédé à la veille de ses 85 ans.
Paris devait lui organiser une fête, elle
se fera sans lui. l e centre Pompidou
va lui consacrer une grande exposition
erà partir du 1 juillet. et son projet
d’empaquetage de l’arc de triomphe
est maintenu, mais repoussé à
l’automne 2021. — O.M.
Dessin prospectif de l’emballage de l’Arc de triomphe par Christo, désormais prévu en octobre 2021.
Le choix Âge 42 ans. r ePéré r ené Pérez Joglar, alias r esidente, a fait
de Benjamin Profession rappeur conscient. muer son reggaeton festif et sexuel en
Biolay Actualité en solo depuis 2017, le Portori- hip-hop politique, à coups de satires
cain aux trente-deux l atin Grammies coups de poing, d’hymnes fédérateurs
a afné le trait contestataire de ses dé - (Latinoamérica) et de collaborations
buts. Quand il ne manifeste pas contre diverses (de shakira à… Julian a
sla politique de son gouvernement sange). Pour Benjamin Biolay, cette
(2019), il passe par le crible de son fow icône à l’aura révolutionnaire est « le
mitraillette le fanatisme religieux (Peca- Bob Dylan de l’Amérique latine, l’un des
dor) ou le libéralisme, mais plaide aus- plus grands auteurs contemporains ».
si pour la diversité par l’humour et la Signes particuliers À ceux qui lui
reprovocation. t émoin son dernier clip prochent ses partenariats avec des
mul(Antes que el mundo se acabe), qui com- tinationales comme adidas ou coca-
pile une centaine de baisers langou- cola et d’avoir dénoncé la famine en
reux à travers le monde, sans distinc- amérique du s ud dans un flm fnancé
tion de race ni de genre — celui de ricky par r ed Bull, r esidente répond : « Je
martin avec son mari a fait scandale. m’infltre dans le système pour l’exploser
Ascendants l a rue populaire de Porto de l’intérieur. » a ssumant ses
contradicrico où il a grandi avec son frère, le pro - tions, il revendique aussi son droit à la
ducteur Visitante, a donné son nom au légèreté, n’hésitant pas, sur Bellacoso,
sulfureux duo alternatif qui les a ren- à célébrer les postérieurs féminins de
dus célèbres en 2005. avec calle 13, r esidente toutes les couleurs. — Anne Berthod
12 Télérama 3674 10 / 06 / 20