144 pages
Français

Telerama du 11-11-2020

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Date de parution 11 novembre 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 20 Mo

M 02773 - 3696 - F: F: 3,303,30E
3’:HIKMRH=XUXXU\:?d@q@t@g@a";
MERCREDI 11 NOVEMBRE 2020
HEBDOMADAIREFR 3,30€
BEL, LUX 3,90€DOM 5,50€
CH 5,70 CHFMAR 43 MAD
CPPAP Nº 0621C80864
Nº 3696
DU 14 AU 20 NOVEMBRE 2020
TOUJOURS PLUS
DE PLASTIUE
LE MYTHE
DU RECYCLAGE
codes 008022.10.2020 17:08 (tx_vecto) PDF_1.3_PDFX_1a_2001 300dpi YMCK ISOcoatedv2_FOGRA39_U280_K95 GMGv522.10.2020 17:08 (tx_vecto) PDF_1.3_PDFX_1a_2001 300dpi YMCK ISOcoatedv2_FOGRA39_U280_K95 GMGv5L’invité
Puissance de la rumeur, violence des mots,
symboles mis à bas… Pour l’historien spécialiste
e edes xviii et xix siècles, le climat actuel n’est pas
sans rappeler celui de la Révolution française.
Emmanuel
de Waresquiel
Propos recueillis par Gilles Heuré Depuis plus de deux siècles, la Révolu- nitaire actuelle : nous renonçons en efet à une part de
liberPhoto Roberto Frankenberg tion française ne cesse d’être évoquée, té — même si nous avons toujours la chance de vivre dans
pour Télérama pour conspuer sa violence, ou encen- une démocratie, parmi les plus souples du monde. Le
terser le mythe fondateur qu’elle a porté, rorisme, les guerres, les épidémies sont autant de dangers
celui de la république. Tous les ré- propres à menacer nos libertés. Or la peur n’est jamais
gimes y ont fait référence. Et souvent, les insurrections des bonne conseillère. À nos gouvernants, mais aussi à nous,
cie exx et xxi siècles se sont proclamées ses héritières, bran- toyens, de nous en souvenir. La Révolution française fut à
dissant à leur tour la liberté, l’égalité et la fraternité. Pour ce titre riche d’enseignements.
Emmanuel de Waresquiel, professeur à l’École pratique
edes hautes études et grand spécialiste des xviii et en quoi sommes-nous toujours ses héritiers ?
exix  siècles, la Révolution française ne peut se comprendre La violence des mots et le fantasme du complot, qui sont
ausans les quelques journées fondatrices qui précédèrent la jourd’hui relayés à grande échelle par les réseaux sociaux,
prise de la Bastille. Il l’explique dans son dernier ouvrage, sont inscrits dans 1789. Ils sont au cœur de la dynamique
réSept Jours. 17-23 juin 1789. La France entre en révolution. Pour volutionnaire, et sont même un peu son combustible. En
télui, tout se joue en efet dès le mois de juin 1789, quand la moigne la multiplication des comités de surveillance sur le
souveraineté nationale change de camp, passant du roi aux territoire de la République sous la Terreur. Cela commence
députés du tiers état. Et la Révolution, ponctuée de dis- dès le 23 juin 1789, lorsque Mirabeau élève la délation à la
cours tonitruants et d’envolées lyriques, fut d’abord une af - hauteur d’une vertu civique. Et en 1791, le Girondin Jacques
faire de mots, dont les échos résonnent encore de nos jours. Pierre Brissot le dira clairement au club des Jacobins :
« Croyez-le, Messieurs, la Révolution a besoin de grandes
trahiÀ Lire n ous vivons une période que beaucoup jugent historique. sons. » Il montera sur la guillotine en octobre 1793… Si nous
Sept Jours. Le passé nous permet-il de la comprendre ? sommes les héritiers de la Révolution, c’est donc tout autant
17-23 juin 1789. Le risque d’anachronisme est grand quand on se sert du du côté de ses principes (liberté, égalité, fraternité) que de
La France entre passé pour légitimer les points de vue d’aujourd’hui. Mais ses legs psychologiques. Je m’étonne ainsi de l’émotion
susen révolution, Napoléon constatait déjà que les Français sont toujours citée quand certaines statues ont été bâchées ou taguées.
éd. Tallandier, prêts à sacrifer une part de leur liberté, pourvu qu’on leur L’iconoclasme de 1793, contre les signes du roi, de la
no477 p., 22,90 �. assure une forme d’égalité. C’est le cas dans la situation sa- blesse et de Dieu, est au cœur de la légitimité républicaine.☞
4 Télérama 3696 11 / 11 / 201957
Naissance à Paris.
2003
Publie Talleyrand.
Le prince
immobile,
éd. Fayard
(rééd. poche,
éd. Tallandier).
2009
Cent Jours.
La tentation
de l’impossible,
mars-juillet 1815,
éd. Tallandier.
2014
Fouché.
Les silences
de la pieuvre, éd.
Tallandier/Fayard.
2018
Le Temps de s’en
apercevoir,
éd. L’Iconoclaste.t
e
L’invité L’hisorien mmanueL de WaresquieL
votre livre porte sur les journées fondatrices pas à expliquer la société telle qu’elle est, mais à produire
du 17 au 23 juin 1789. Que se passe-t-il à ce moment-là ? du droit. Ils ont même une propension à tordre le réel par
Des états généraux ont été convoqués par le roi pour le le droit. C’est fondamental pour comprendre à quel point
5 mai 1789. Ce n’est pas la première initiative du genre. Pré- les mots, les leurs, ont été importants lors de ces journées
vus dans le système politique, les états généraux réunissent qui signent le renversement de la souveraineté du roi.
les trois ordres : le clergé, la noblesse et le tiers état.
Louis XVI les convoque en 1789 pour tenter de résoudre la Cette Assemblée nationale qui ne représente pas
situation fnancière dramatique dans laquelle se trouve le l’ensemble des Français porte-t-elle le vice originel
royaume. Or le 17 juin, environ cinq cents députés du tiers de la représentation politique ?
état élus au mois d’avril, et rejoints par quelques membres La distinction apparaît dès 1789 entre deux formes de
légidu clergé, se déclarent Assemblée nationale. Ils sont réunis timité nationale : celle de la représentation d’un côté, et
à Versailles, dans une salle appelée les Menus-Plaisirs. Le 20, celle du peuple et de la rue de l’autre. Une forme de
démodes gardes leur en bloquent l’accès. Les députés inves- cratie par délégation, et une forme de démocratie directe.
tissent alors la salle du Jeu de paume, toujours à Versailles, Mais à vrai dire personne, à l’exception de l’abbé Sieyès,
eset, en jurant de ne pas se séparer avant d’avoir donné une sayiste et homme politique, n’a vraiment pensé la
représenConstitution au pays, ils s’érigent en Assemblée consti- tation nationale en tant que telle. Dans l’esprit des députés
tuante. Le 23, après avoir refusé de quitter les lieux — « Allez du tiers état, la nation est une communauté de pensée et
dire à votre maître que nous sommes ici par la volonté du d’adhésion, qui reste abstraite. Elle est censée représenter
peuple et que nous n’en sortirons que par la force des baïon- la totalité de la société française, mais pour eux le peuple
nettes » —, ils se déclarent inviolables. C’est bien un coup est la partie la moins éclairée de la nation. Il est tout aussi
d’État qu’ils commettent. Par ses décrets, cette toute nou- dangereux que nécessaire.
velle assemblée nationale, quasi uniquement formée de
députés du tiers état, ne déclare pas seulement la guerre aux Le peuple est donc le grand absent de ces journées ?
deux autres ordres, « privilégiés ». Ils confsquent la souve- Seulement 20 à 30 % de la population masculine a voté lors
raineté royale à leur proft en dissociant le roi de la nation. des élections des États généraux. De façon générale, en
Or tout le discours monarchique repose sur l’identité 1789, seuls 47 % des hommes et 27 % des femmes signent
unique : roi, nation, État. À partir du moment où le tiers état leur contrat de mariage. En 1788, un avocat lyonnais,
Ans’érige en Assemblée nationale, le roi est dépouillé de sa rai- toine-François Delandine, et beaucoup d’autres avec lui,
son d’être, de sa légitimité, qui est d’incarner la nation. La distingue ce qu’il appelle « la foule des hommes ordinaires »
Révolution française se trouve là : dans les mots. des « esprits éclairés »… Mais depuis les élections du
prin« À partir du moment où le tiers état
s’érige en Assemblée nationale,
le roi est dépouillé de sa raison d’être. »
vous écrivez d’ailleurs qu’elle est une révolution littéraire… temps 1789 et les troubles qui ont agité le pays, certains
Celui qui a le pouvoir des mots et de la tribune a le pouvoir évoquent quand même un « quatrième ordre » : le peuple.
tout court. Les hommes de la Révolution n’ont cessé d’invo- Les assemblées électorales de mars et d’avril de cette
anquer la Raison et les droits naturels, alors qu’ils n’ont jamais née-là ont été en butte à l’intimidation et à l’émeute, contre
été autant habités d’utopie et de fantasmes. Alexis de le pain cher et la pression fscale. Entre 1785 et 1789, tout le
Tocqueville dit de la révolution de 1848 qu’un « homme de royaume est secoué par environ neuf cents émeutes,
frulettres » habite chaque Français. Nous nous réclamons de mentaires (relatives au blé), fscales, anti-seigneuriales.
Descartes et pourtant nous restons incroyablement
sensibles aux rêves et aux symboles ! Peut-on parler de l’émergence d’une opinion publique ?
En tout cas, la révolution de 1789 est aussi celle de la presse
En 1789, qui compose le tiers état ? et de l’imprimé, la censure n’existant quasiment plus : on
Ceux qui n’appartiennent ni au clergé ni à la noblesse. Mais compte quelque huit cents libelles qui agitent l’opinion
la plupart des membres de ce tiers état sont des juristes ou pour le seul mois de juin 1789 à Paris. Le public est avide des
des avocats. Jeunes, ce ne sont ni des gens du peuple, ni comptes rendus des séances des États généraux. Tout cela
des bourgeois au sens capitaliste du terme ; ils repré- infuse dans le corps social mais crée aussi des peurs,
contrisentent en revanche les élites de la bourgeoisie urbaine qui bue à la propagation des rumeurs.
lit, écrit et est cultivée. Certainement pas à l’image de la
France, rurale à 80 %. D’ailleurs, les rares gros laboureurs Et le roi, que fait-il ?
qui ont été élus députés du tiers état sont moqués. Cela en Il chasse. À la suite de la mort, le 4 juin, de son fls aîné, le
dit long sur l’incompréhension entre les mondes urbain et dauphin, il s’est réfugié au château de Marly, à une ving -
rural… Ces députés de 1789 sont donc avant tout des taine de kilomètres de Paris. Louis XVI est sonné. Afaibli. Il
hommes de prétoires et de plaidoiries, qui ne cherchent ne réagit pas immédiatement au décret du 17 juin par lequel ☞
6 Télérama 3696 11 / 11 / 20t
e
L’invité L’hisorien mmanueL de WaresquieL
☞ le tiers état se constitue en Assemblée nationale. Et ses mi- femmes, alors l’insurrection est tout près de l’emporter. Mais
nistres sont profondément divisés sur la réaction qu’il le véritable point de bascule tient au passage des émeutiers
convient d’apporter. Deux ans avant, Louis XVI était encore à la conscience politique. La violence s’impose dès lors au
un souverain puissant, un roi législateur et un roi de guerre, peuple comme le moyen de sa souveraineté et le signe de son
qui avait damé le pion aux Anglais en venant au secours des pouvoir. C’est ce qui s’est passé à Paris en juin et juillet 1789.
insurgés américains. Mais il a horreur de la division et de la
discussion, il est jaloux de son pouvoir et accorde difcile - La prise de la Bastille, selon vous, apparaît presque
ment sa confance. Or, à partir de 1787, il n’a plus de ministre anecdotique, pas comme l’événement fondateur
auquel il puisse la donner. Les oppositions parlementaires, de la Révolution française…
la banqueroute, les défcits qu’on ne parvient pas à ré- Les émeutiers ne prennent pas la Bastille le 14 juillet parce
soudre, la mort de son fls contribuent à son efondrement qu’elle incarnait « l’antre du despotisme ». Ils l’attaquent
psychologique. En 1789, il a 35 ans. Pour la première fois de parce qu’il s’y trouve de la poudre. Et puis ils ne la prennent
sa vie, ce prince chrétien élevé dans la tradition du roi de pas, elle se rend. Ce n’est que dans les jours suivants que la
droit divin se rend compte qu’il n’a plus l’approbation de « prise de la Bastille » commence à devenir le symbole
absoses sujets. Il voit l’amour de son peuple se briser. lu de la victoire du peuple. Un « événement total ».
« La promesse égalitaire de 1789 a été
placée si haut que nous continuons,
deux siècles plus tard, à lui courir après. »
C’est un roi absolutiste qui ne comprend pas ce qui se passe ? Le grand historien François Furet (1927-1997),
C’est un roi nu : son administration lui fait défaut et son ar - spécialiste de cette période, parlait du « refroidissement »
mée, soumise depuis deux ans à des réformes drastiques et de la Révolution française…
à des coupes budgétaires, traîne des pieds. Le temps de la Je m’accorde avec lui sur un point essentiel, longuement
déRévolution française n’est pas le sien. Louis XVI a l’intelli- veloppé dans son livre Penser la Révolution française (1978) :
gence de la réforme mais il n’en a pas le tempérament. Lors si l’on veut la comprendre, il faut prendre du recul, pour ne
de la séance du 23 juin 1789 au Jeu de paume, il propose un pas simplement la condamner ou la glorifer comme cela a
eprogramme audacieux en matière fscale et juridique, tout été trop souvent le cas depuis le xix siècle. Mais
contraireen refusant d’abandonner le principe des ordres et d’une ment à lui, je ne pense pas qu’elle soit devenue un objet
société inégalitaire en droit. Sa tragédie est là. Et puis le « froid ». Elle reste, plus ou moins consciemment,
profondé23 juin, déjà, personne n’écoute plus personne. Dans son ment vivante dans les esprits français. Les fractures
d’audernier discours, Louis XVI dit espérer que le peuple n’a jourd’hui procèdent bien sûr d’autres facteurs qui sont ap -
pas changé. Mais si. Il a changé. parus ultérieurement, mais les héritages et paradoxes
qu’elle nous lègue sont encore bien présents : la centralité
Comment interpréter la conférence de presse organisée et sa périphérie ; nos rapports si ambigus à l’argent, aussi ;
par les Gilets jaunes devant cette salle du Jeu de paume certains députés de la noblesse accusant déjà les
« agioen décembre 2018 ? teurs » (les spéculateurs qui conservaient leurs biens en
atJules Michelet, le grand historien de la Révolution, s’y était tendant que l’infation en augmente les prix) d’être à
l’oridéjà rendu dans les années 1840 et avait posé la question : gine de l’« anarchie » lors de la crise fnancière de 1789.
« Où est passée la promesse de 89 ? » C’est aussi ce que se sont Quant aux serments, celui du 17 juin et celui du 20 juin,
probablement demandé les Gilets jaunes. La promesse de au Jeu de paume, ils sont le signe, en partie réinventé et
su1789, en particulier la promesse égalitaire, a été placée si blimé par la suite, de l’unanimité de la nation. Celui aussi
haut, on l’a si bien magnifée, que nous continuons, deux d’une sacralité nouvelle, qui sera bientôt celle de la
Répusiècles plus tard, à lui courir après. L’abstraction des prin- blique. La Révolution s’est faite sur un fantasme : celui du
cipes qui fondent la Révolution française ouvre la voie à pouvoir absolu du roi, qu’elle a accaparé au nom de la
souetoutes les revendications possibles. Il n’était pas question veraineté du peuple. Avec la Constitution de la V
Répud’égalité sociale, ni même d’égalité politique en 1789, mais blique, nous avons fni par créer un roi républicain. De
eseulement d’égalité civile. Nous sommes les héritiers de la même, pendant tout le xix siècle et jusqu’à la loi de
sépagrande beauté des principes de la Révolution, mais aussi de ration des Églises et de l’État de décembre 1905, qui codife
son climat exceptionnel, et de ce mélange très particulier la laïcité, la République s’est battue contre l’ancienne
ald’utopie et d’enthousiasme d’un côté, de haine sociale ren- liance monarchique « du trône et de l’autel ». Avec la
montrée, de revanche et de soupçon de l’autre. tée en puissance de l’islamisme radical qui fait de Dieu la
source unique du gouvernement des hommes, elle est
auQuand l’émeute bascule-t-elle dans l’insurrection jourd’hui confrontée à un nouveau déf théocratique •
et devient-elle révolutionnaire ?
Quand l’enthousiasme, les soupçons, les peurs et les intérêts
se mettent à circuler dans une classe entière d’hommes et de
8 Télérama 3696 11 / 11 / 2029.10.2020 09:21 (tx_vecto) PDF_1.3_PDFX_1a_2001 300dpi YMCK ISOcoated_v2_300_eci GMGv5g
t
r
a
v
o
a
a
m
a
du 14 au 20 novembre 2020 Sommaire
Sir entendre
Qui aurait imaginé que l’actuelle pandé-32 mie, en plus de ses tragédies sanitaires
et humaines immédiates, en révèle de
pires, peut-être, à venir ? Nous
confrontant, par exemple, aux mortels dangers
d’impossibles recyclages ; quand notre
société, notre monde hospitalier se
sont abandonnés aux mirages du
toutplastique. Nous sommes devenus du
plastique, en témoigne notre dossier.
Le papier pourrait nous en sauver ; et
l’esprit des livres, qu’il permet de fabri-26 quer pour nous éclairer, en ces temps
où resurgissent en Europe les fureurs
de l’obscurantisme. Encore faudrait-il
qu’on ne nous l’interdise pas, comme
notre gouvernement a si stupidement
ordonné la fermeture des librairies…
Notre invité, l’historien Emmanuel de
Waresquiel, nous apprend que les
révolutions — telle celle de 1789, sur laquelle
il vient d’écrire le brillant Sept Jours.
1723 juin 1789. La France entre en
révolution — commencent souvent par des
mots, des rumeurs qu’il faut savoir en -
tendre, écouter. Comme le
photojournaliste américain Stanley Greene
savait voir la guerre et nous la montrer,
du Rwanda à Grozny. Nous consacrons
un magnifque hors-série aux
photographes de guerre. Leurs images nous
racontent mieux que des mots toutes
nos violences. Pour les exorciser. 28 36 — Fabienne Pascaud
Couverture zine 28 Les librairies, non essentielles CritiqueS
Photo 4 L’invité elles remontaient la pente quand 47 Le rendez-vous
Jérôme Bonnet l ’historien emmanuel est survenue leur fermeture. Miarka, un récit d’antoine
pour Télérama de Waresquiel Comment vont-elles s’en sortir, de meaux
13 Premier plan alors que noël est crucial ? 50 Livres
t rump, l’inimaginable déni 32 Le photographe de guerre 56 Musiques
14 Qui ? Comment ? Pourquoi ? stanley Greene 59 Cinéma
en t chétchénie, en irak ou 61 Enfants
LE dossiEr ailleurs, il était possédé par la
18 Le plastique aura-t-il rage de témoigner. demeure éléviSion
notre peau ? la force de ses images 63 Le meilleur de la semaine télé
masques chirurgicaux, 36 r encontre avec trois la quatrième saison
flacons de gel… plus que circassiens de The Crown, sur netflix
jamais, le plastique est la nuit du cirque n’accueillera 74 Programmes
partout. et même en nous. pas de public cette année. et commentaires
un poison qui menace un coup dur pour la scène
Ce numéro comporte :
une couverture spécifique la planète et notre santé. adio
« paris-ÎdF » pour les
abonnés et les kiosques de Or son recyclage reste très utrement 130 Le meilleur de la semaine radio
paris-ÎdF, et une couverture
enationale. posé en 4 de limité. Que faire ? sortir enfin 41 Penser Les voyages immobiles,
couverture pour la difusion
abonnés : un message de la surconsommation ! r escapés de 14-18, sur radio nova
« parrainage Télérama » en
esix versions posé en 4 sur de la shoah, du bataclan… 135 Les programmes
une sélection d’abonnés.
édition régionale, 26 Hommage la parole des témoins a modifié
Télérama+Sortir, pages
spéciales, foliotée de 1 à 24, sean Connery détestait le travail des historiens 140 T alents
jetée pour les kiosques des
dép. 75, 77, 78, 91, 92, 93, le personnage de James bond 44 découvrir 143 Mots croisés
94, 95, posée sous
ela 4 de couverture pour et rêvait de t arkovski ou de la cuisine à toute vapeur ;
les abonnés des dép. 75, 78,
92, 93, 94. de bergman… des Carapaces façon origami…
Télérama 3696 11 / 11 / 20 11
stanley greene/nOOr (détail) | Chris Ware/ getty images |  léa Crespi pOur télérama |  yann rabanier pOur télérama­
a
m
o
c
l
r
a
a
­
t
i
e
é
m
r
e
Premier Pan
À Portland (Oregon),
le 4 novembre, jour
où Donald Trump
s’est autoproclamé
vainqueur sans
attendre la fin
du dépouillement.
L dé a
Par Olivier Pascal-Moussellard
reconnaît re sa défaite. D’où sa décision, délirante, de s’au­C’est une requête peinte sur une banderole à
todéclarer vainqueur avant que tous les bulletins ne soient
Phoenix (Arizona), tracée sur une pancarte en car­ dépouillés, et d’exiger que la justice interrompe le comp­
tage des bulletins… dans les États où son adversaire, le dé­ton à New York et reprise par des milliers de bou­
mocrate Joe Biden, rattrapait son retard. Un véritable déni
ches à travers les ÉtatsUnis : « Count all the votes ! » de démocratie, une insulte aux millions d’électeurs qui ont
(« Comptez tous les bulletins ! ») Et c’est l’indice le plus fa­ fait la queue pendant des heures pour accomplir leur de ­
grant du vertigineux déclin de l’idéal américain. Ainsi donc, voir de citoyen. Et un fâcheux précédent, qui pourrait ins­
dans l’une des plus vieilles et plus solides démocraties du pirer d’autres leaders. Compter sur l’autorité judiciaire, en
monde, le décompte de chacun des sufra ges exprimés le particulier la Cour suprême, pour remettre de l’ordre dans
3 novembre par quelque 160 millions d’électeurs n’est plus un processus électoral qui déraille n’est pas non plus une
une évidence ? « One person, one vote » (« une personne, une solution. Demander aux juges de trancher, c’est retirer le
voix ») : la sacro­sainte formule du sufrage universel n’est pouvoir des urnes pour le transmettre aux prétoires, et vi­
plus garantie outre­Atlantique ? La faute à un président des der la volonté populaire de son contenu pour confer le gui­
ÉtatsUnis « narcissique et paranoïaque », diagnostiquent don aux « sachants ». C’est retirer toute son âme à la démo­
certains psychiatres, pathologiquement incapable de cratie, qui devrait pouvoir compter sur toutes les voix •
Télérama 3696 11 / 11 / 20 13
Kathryn ELSESSE/ FP
bîu
a
Qui ? Comment ? Pour Quoi ?
repéré Âge 30 ans. joint en 2012 la royal shakespeare
Profession acteur. Company, et devient en 2016 son
preActualité Dans Gangs of London (starz- mier Hamlet noir. Côté séries, paapa
play), thriller mafeux ultraviolent si- essiedu débute avec un second rôle
gné Gareth e vans (The Raid), il incarne dans Utopia (2013), se démarque dans
alex Dumani, cerveau d’une puissante le polar Kiri (2018) avant de briller dans
mafa londonienne, chargé d’investir I May Destroy You (2020) en
homodans le bâtiment les revenus d’un ju- sexuel victime d’une agression sexuelle.
teux trafc de drogue — « un homme Signes particuliers À Guildhall, il était
dont le charisme et l’intelligence doivent un des rares étudiants noirs avec
Mimasquer la brutalité du monde souter- chaela Coel, future autrice et interprète
rain auquel il appartient », explique-t- des séries Chewing Gum (2015-2017) et I
il. Traits presque enfantins, visage im- May Destroy You — « nous ne bossions
passible, manières délicates, essiedu que sur des auteurs blancs pour un
pucrée un inquiétant décalage avec les blic blanc », se souvient-il. ils ont
déhorreurs commises par les siens. croché leur diplôme ensemble en
Ascendants élevé dans la banlieue de jouant un duo qu’elle a écrit, et se sont
Londres par des parents ghanéens, retrouvés dans la minisérie de Netfix
paapa essiedu se prépare à faire des Black Earth Rising (2018). en signe de paapa études de médecine. il bifurque vers le leur amitié, le personnage de Coel
théâtre et intègre la prestigieuse Guild- dans I May Destroy You s’appelle ara-essie DU hall school of Music and Drama. il re- bella… essiedu. — Pierre Langlais
lement. » Dans des cafés, des parcs, sur
Zoom, de plus en plus d’individus se
sont ainsi mis à lire en silence, pour
être seuls mais ensemble. r emparts
contre la solitude, les clubs de lecture
se muent aussi de plus en plus en
acteurs discrets du renouvellement
littéraire et du changement social. en 2016
déjà, l’actrice emma Watson avait
lancé sur internet son club de lecture
féministe, pour mettre en avant des autrices
importantes à ses yeux, d’eve ensler à
Margaret atwood. D’autres ont suivi
dans les genres les plus variés. Le Black
Girls With Magic & Books se donne
ainsi pour objectif de « créer une commu -
nauté qui soutient, célèbre et favorise les
ouvrages de science-fction ou de fantasy
par des autrices noires, non-binaires,
trans, queer ou handicapées ». Une
manière de lutter contre la domination
des auteurs masculins et blancs sur ces
genres littéraires, explique une de ses
fondatrices, Dhonielle Clayton. Le très
en vogue Cosmos Book Club de New
York, créé en début d’année, est
consacré à la lecture d’ouvrages de femmes
lecture silencieuse a essaimé et compte d’origine asiatique, quand le Broman-Liés par aujourd’hui deux cent quatre-vingt- tics Book Club rassemble des hommes
cinq avatars dans trente-sept pays, qui lisent et discutent romance pour Le Livre dont plus d’une trentaine se sont for - mieux appréhender les relations
amoumés depuis le début du confnement. reuses. Une multiplication des clubs
De la chaleur humaine quand il n’y en a Un engouement qui ne surprend pas pour que chacun y trouve son compte.
plus, du silence quand tout le monde Guinevere de la Mare, une de ses deux La lecture comme facteur
d’émancipaparle, voilà ce que cherchent les fondatrices, qui confait récemment au tion n’a pas dit son dernier mot, qu’elle
Quand il reviendra,
membres du silent Book Club. Fondé Guardian : « Ils ofrent une communauté se fasse en silence ou dans des commu-le temps des
en 2012 à san Francisco, ce groupe de quand beaucoup de gens soufrent d’iso- lectures partagées… nautés choisies. — Léa Malgouyres
14 Télérama 3696 11 / 11 / 20
Dan Wooller/reX/SIP | SIlent Book ClB