136 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Telerama du 13-01-2021

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
136 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 13 janvier 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 15 Mo

Exrait

M 02773 - 3705 - F: F: 3,303,30E
3’:HIKMRH=XUXXU\:?d@r@a@p@a";
MERCREDI 13 JANVIER 2021
HEBDOMADAIREFR 3,30€
BEL, LUX 3,90€DOM 5,50€
CH 5,70 CHFMAR 43 MAD
CPPAP Nº 0621C80864
Nº 3705
DU 16 AU 22 JANVIER 2021
ÉTAT D’URGENCE PERMANENT,
LOIS SÉCURITAIRES, FICHAGES…
code 80/00L’invitée
1967
Naissance
à Pithiviers (45).
1985
Quant au riche
avenir
(éd. de Minuit).
2003
Avec la pièce
Papa doit
manger, entrée
au répertoire
de la
ComédieFrançaise.
2009
Trois Femmes
puissantes
(éd. Gallimard),
prix Goncourt.
2020
Prix
MargueriteYourcenar pour
l’ensemble
de son œuvre.
À la source de son œuvre, il y a Marie
souvent des images. Sollicitée par
le théâtre et le cinéma, contemplative
tout en restant attentive au réel,
l’écrivaine livre son douzième roman. NDiaye
Télérama 3705 13 / 01 / 21 3n
L’invitée L’écrivaine Marie Diaye
Quelle est l’origine d’un roman ? Y pensez-vous en termes
de sujet, de thème, ou d’intention ?
Non seulement je n’ai pas d’intention, mais j’ajouterais que
je me garde bien d’en avoir. Et c’est la même chose avec le
« sujet » : je n’en veux pas. Je ne sais pas travailler de cette
façon-là. Lorsqu’il m’est arrivé d’accepter d’écrire sur des
thèmes plus ou moins imposés, par exemple lors de
commandes pour le théâtre, je me suis toujours arrangée pour
tricher un peu, ou pour détourner le sujet initial. Aborder
frontalement un thème dans un roman me semble
antiesthétique. Cependant, ce que je dis là ne concerne que
moi, ce n’est pas un jugement sur ce que doit être ou ne pas
être le geste d’un romancier. Il y a de grands livres à thème.
Zola, par exemple, n’a pratiquement écrit que cela, et ça ne
fait pas de lui un romancier moins remarquable.
Qu’y a-t-il, alors, à la source de vos livres ?
Le plus souvent, une image. Parfois même moins : le
souvenir d’une image, ou la vague réminiscence d’un rêve — un
rêve dont je ne suis même pas sûre qu’il soit le mien, et non
pas quelque chose qu’on m’a raconté. Pour La vengeance
m’appartient, il s’agissait d’une femme, dans son bureau,
qui un jour reçoit un choc lorsque se présente un homme
dont elle pense, sans en être tout à fait sûre, qu’il a déjà
croisé sa vie de manière bouleversante. Quand j’ai cette sorte
de vision, je ne sais pas encore quelle est la profession de
cette femme, avocate ou autre, non plus que qui est cet
homme, et pourquoi il va la voir sur son lieu de travail. À
partir de là, je commence à imaginer l’histoire des deux
protagonistes.
Une image si mystérieuse, ça m’excite, ça m’intrigue, ça
me plaît. Ça lance vraiment l’envie, non pas déjà d’écrire, il
Propos recueillis par Nathalie Crom Depuis plus de trente-cinq ans, elle est encore trop tôt, mais de me mettre à réféchir. Disons
Photos Jérôme Bonnet pour Télérama écrit des romans inclassables, souvent que ça déclenche le désir d’un nouveau roman. Tant qu’une
des histoires de famille, remuantes, image comme celle-là ne me vient pas, je ne peux pas
réfépercluses de sourde violence, tissées chir à un livre. En attendant qu’elle surgisse, l’écriture ne me
d’incertitude et d’efroi. Née en 1967, entrée en littérature à manque pas. Je peux rester plusieurs mois, un an sans écrire.
17 ans, quand est paru son premier roman, la discrète
Marie NDiaye s’est imposée durablement comme une fgure Cela fait-il du roman une sorte d’énigme à résoudre ?
majeure du paysage littéraire contemporain. Ralliant au- En un sens, oui. La suite de ma réfexion consiste à me poser
tour de son œuvre les sufrages unanimes de la critique, du des questions et à y répondre. En l’occurrence, s’agissant de
public, ainsi que des jurys des grands prix d’automne, qui ce roman : pourquoi cette femme ressent-elle un tel choc en
lui ont attribué dès 2001 le Femina, pour Rosie Carpe, et en voyant cet homme ? Que s’est-il passé entre eux, et quand ?
2009 le Goncourt, pour Trois Femmes puissantes. S’essayant Est-il l’homme dont elle se souvient, ou un autre qui lui
resavec succès à l’écriture dramatique, depuis Hilda (1999) semble ? Comment en être sûre ? Et si c’est lui, se souvient-il
jusqu’au récent Royan (2020), monologue écrit pour Nicole d’elle également ? Est-il entré dans son bureau parce qu’il
Garcia, dont l’interminable crise sanitaire a empêché la s’est passé entre eux, jadis, quelque chose d’étrange et de
création à Avignon l’été dernier, puis cet automne au violent, ou par hasard ? Toutes ces interrogations et bien
Théâtre de la Ville, à Paris. La crise et l’existence confnée, d’autres s’enchaînent, c’est presque vertigineux !
c’est dans la grande maison de Gironde où elle vit avec son
époux, l’écrivain Jean-Yves Cendrey, depuis leur retour Arrive-t-il qu’une telle rêverie ne débouche sur rien ?
d’une longue parenthèse berlinoise, que Marie NDiaye les Je ne pense pas que ce soit possible aujourd’hui. Sans doute
a vécues. Plutôt sereine, entourée de ses trois grands en- est-ce le fruit de l’expérience et de la maturité : je connais
fants et de leurs amis. C’est là aussi qu’elle a écrit La ven- mon processus de travail et je sais quand une image va
geance m’appartient, son douzième roman. L’histoire d’une conduire à l’écriture d’un livre.
avocate quadragénaire, Me Susane, en proie à de
traumatiÀ Lire sants souvenirs, et sur la route de laquelle la romancière Ce roman, comme les précédents, semble porter des échos
place une mère infanticide et inconsolable. Deux femmes de grandes thématiques contemporaines, surtout les u
La vengeance secrètes et meurtries, au cœur d’un tableau qui compte violences faites aux enfants et aux femmes…
m’appartient, bien d’autres personnages, dont l’autrice entrecroise les Cette porosité n’est pas volontaire, c’est simplement parce
éd. Gallimard, destins pour composer, sans jamais hausser le ton, une fc- que je suis pleinement dans mon époque. Je m’informe, je
240 p., 19,50 €. tion poignante et plus anxieuse que jamais. lis les journaux, je ne suis pas du tout en retrait, et tout ce ☞
4 Télérama 3705 13 / 01 / 21OLIVIER PEUT
ÉPARGNER DDAANNS S
SON IN INNT TÉ ÉRRÊ ÊTT EETT
CELUI DI DE E T TOOU US S..
Chez Banque Populair e, nous pensons que chacun doit êtr e libr e de
pouv oir donner du sens à son épargne en fonction de sa sensibilité .
Voilà pour quoi nous pr oposons à nos clients des solutions
d’investissements socialement responsables.
Un investissement socialement responsable peut présenter un risque de perte en capital et n’est pas garanti.
Document à caractèr e publicitair e
BPCE - Société anon yme à dir ectoir e et conseil de surveillance au ca pital de 170 384 630 eur os - Siège social : 50, av en ue Pierre Mendès France - 75201 Paris Cedex 13 - RCS Paris N° 493 455 042 –
Cr édit photo : Getty Images -
BP_PRET_RESPONSABLE_Telerama_20 9x272_39L.indd 1 22/12/2020 16:48n
é
L’invitée L’crivaine Marie Diaye
☞ qui afecte notre monde m’intéresse et me touche. Dans le fret s’y emploie même avec génie. Je suis très admirative de
présent roman, je sais très précisément d’où vient l’histoire Claustria 2, dans lequel il raconte l’histoire de cette femme,
de la mère infanticide — ce qui n’est, en général, pas le cas séquestrée et violée dans une cave pendant plusieurs
dépour mes autres livres. Au cours des deux dernières années, cennies par son père, en Autriche. Cette histoire est
tellej’ai travaillé sur un scénario de long métrage de fction, à ment efroyable que je n’aurais pas la force de m’y frotter.
l’invitation d’Alice Diop, une documentariste dont j’adore Cela dépasserait ce dont je me sens capable. Car, pour être
le travail 1, et de sa monteuse, Amrita David. Or, le point de juste — à la fois au sens de « justesse » et de « justice » —, il faut
départ de ce scénario est le procès, qu’elles ont suivi, de la aller au bout des scènes, décrire ce que ça fait d’être violée
femme qui, en 2013, avait noyé sa petite flle de 3 ans en la dans cette cave puante, d’y mettre au monde des enfants,
laissant seule sur la plage de Berck. d’y passer plus de vingt ans. On ne peut pas le dire en
resJe me suis donc beaucoup intéressée à l’infanticide ma- tant dans le vague, il faut être descriptif et précis, et j’en se -
ternel, j’ai lu tout ce que je pouvais trouver sur ce sujet, qui rais émotionnellement incapable. ☞
m’a captivée, au-delà même de ce projet de scénario. Parce
que, très généralement, l’infanticide féminin n’est pas le r-é
sultat d’une maltraitance. Il est rare qu’une mère seule, non
associée à un père ou un beau-père violent, tue son enfant
à force de coups. Lors du procès de cette mère meurtrière
de Berck, des proches sont venus dire à la barre combien
elle avait été une mère tendre. On retrouve souvent ce fait :
une mère aimante et dévouée qui, de manière inexplicable,
noie son enfant ou l’étoufe. Sans verser son sang, sans
abîmer son corps. Il y a là pour moi un mystère profond. Bien
sûr, la psychiatrie propose des explications, mais ça
demeure néanmoins extrêmement énigmatique. Cela renvoie
à la mythologie, à Médée assassinant ses enfants.
il est aussi question dans le roman d’un homme qui
souhaite changer de nom pour ne plus porter celui de son
ancêtre impliqué dans le commerce des esclaves…
Au printemps dernier, au lendemain du meurtre aux
ÉtatsUnis de George Floyd, quand a surgi le débat sur les noms
de rues qu’il conviendrait peut-être de changer, les statues
à déboulonner, j’avais déjà écrit cette partie-là du roman.
Mais ce thème est assez vif, là où je vis, près de Bordeaux,
ville au passé négrier, et cela m’a sans doute
inconsciemment inspirée. À Bordeaux, le choix a été fait de ne pas dé -
baptiser les rues, mais d’apposer plutôt, quand il y a lieu,
une petite explication sous le nom du trafquant, afn de
rappeler au public qui il était et ce qu’il a fait. L’argument
étant qu’en changeant les noms des rues on stigmatise les
malheureux descendants. C’est vraiment une décision très
étrange à mes yeux, je trouve ce procédé encore plus
déplaisant pour ces héritiers. Alors qu’on pouvait tout à fait
rebaptiser les rues, leurs noms ne sont pas immuables.
vous définiriez-vous comme un écrivain réaliste ?
Oui, plutôt. C’était sans doute moins vrai lorsque j’étais très
jeune. Il y avait alors dans mes romans une dimension plus
fabuleuse, un recours au merveilleux. Il est plus difcile
d’être réaliste quand on a, de la vie, une expérience limitée.
Le réalisme en littérature implique une certaine maturité.
J’ai aujourd’hui tellement plus de champ, de marge de
manœuvre que lorsque j’avais 17 ans. Je me suis enrichie de tout
ce que j’ai vécu, mais aussi, et plus encore sans doute, de la
vie des autres, telle que je la lis, essentiellement dans la
presse. Les faits divers et les chroniques judiciaires
constituent un incroyable vivier d’histoires, une immense source «  Il est plus dificile d’être réaliste
de connaissances psychologiques. Sur l’individu, le couple,
la famille et les relations très étranges qui peuvent y exister. quand on a, de la vie, une expérience
Par ailleurs, je ne m’autoriserais pas à écrire sur un fait limitée. Le réalisme en littérature
divers, à m’emparer de la vie de gens réels. Mais je ne dis
pas qu’il ne faut pas le faire. Un écrivain tel que Régis Jauf- implique une certaine maturité. »
6 Télérama 3705 13 / 01 / 2128.12.2020 17:48 (tx_vecto) PDF_1.3_PDFX_1a_2001 300dpi YMCK ISOcoatedv2_FOGRA39_U280_K95 GMGv5L’invitée L’écrivaine Marie nDiaye
Apprenez-vous des autres écrivains ? sûre de moi. Lorsqu’à 17 ans, j’ai envoyé mon premier
maOui, sans cesse. Entre artisans qui travaillent la même ma- nuscrit à un éditeur, j’étais remplie d’une assurance,
sûretière un enseignement est prodigué. J’apprends des tech- ment naïve, mais sans laquelle jamais je n’aurais osé faire
niques d’écriture — car il y en a, même si on essaie de les lire ce texte. J’aurais pensé que ça ne marcherait pas, ou que
rendre les plus discrètes possible —, mais aussi à voir les ce n’était pas assez bon. En revanche, quand j’ai rencontré
choses, les êtres et les situations, d’une manière qui ne me Jérôme Lindon, le directeur des éditions de Minuit, qui
viendrait pas spontanément. avait accepté de publier ce roman, Quant au riche avenir
(1985), je n’ai pas pu prononcer trois mots. Parce que j’étais
Apprenez-vous aussi des travaux non romanesques vraiment intimidée.
pour lesquels vous êtes sollicitée : le théâtre, ce scénario
que vous évoquiez ? vous n’avez jamais soufert du syndrome de l’imposteur,
Bien sûr, la frontière entre les registres d’écriture n’est pas qui touche, dit-on, énormément de femmes ?
du tout imperméable. Lorsque j’accepte ces travaux de Ce sentiment d’imposture concerne surtout des domaines
commande, c’est par curiosité, parce que tout m’intéresse, professionnels où il s’agit de s’imposer face aux autres,
mais aussi car je sais que cela me sera proftable pour le ro - pour demander un meilleur salaire, un meilleur poste, ou
man. Dans La vengeance m’appartient, je fais fgurer dans la davantage de compétences. Je n’ai jamais eu à m’imposer
narration certaines pensées de mes personnages, des mots de cette façon. Dans l’écriture, on peut certes avoir peur de
qu’ils n’ont pas exprimés tout haut. Je l’ai fait aussi dans une ne pas être à la hauteur, mais ce n’est pas tout à fait la même
pièce, Berlin mon garçon, que j’ai écrite pour le Théâtre na- chose. J’ai toujours su que j’écrirais, c’était ancré en moi
detional de Strasbourg. Pour Stanislas Nordey, qui la met en puis toujours. Je ne pouvais pas être persuadée que ça
marscène, c’est un challenge de trouver comment faire exister cherait, que j’aurais la chance d’être publiée, puis de
receces réfexions intérieures du personnage. Comment, sur voir des prix et de parvenir à vivre de l’écriture, mais je n’ai
une scène de théâtre, faire exister des mots qui n’ont pas jamais douté que j’écrirais.
été dits ? Mais je sais qu’il va trouver la façon de le faire.
vous vivez depuis toujours de l’écriture, est-ce le résultat
vous dites que vous aimeriez aussi écrire des chansons… de la chance ou de la volonté ?
Ce serait pour me mettre au déf d’un autre type d’écriture Les deux. La volonté résiste-t-elle à l’absence durable de
encore. Et ce serait un sacré pari, parce qu’une belle chan- chance ? Je ne le sais pas. Et si on ne fait pas preuve de
voson, c’est quelque chose de tellement fragile et insaisis- lonté, la chance peut-elle se présenter ? Les deux sont
vraisable. Cela tient bien sûr au texte, mais aussi à l’interpréta- ment liées. Quant à savoir de quoi j’aurais vécu si cela
tion. Hier, par hasard, j’ai écouté une chanson qui me n’avait pas pu être de mes livres, je n’en sais rien, mais
j’ausemble splendide, alors qu’elle est d’une simplicité ex- rais bien trouvé quelque chose…
trême. Il s’agit d’Il est mort le soleil, de Nicoletta : « Il est mort
le soleil/quand tu m’as quittée/il est mort l’été… » Quand on lit La question se pose-t-elle pour vous de savoir de quelle
le texte, il est certes assez beau, mais ce n’est quand même façon la crise sanitaire planétaire va se retrouver, ou non,
pas un poème inoubliable. Pourtant, la voix de Nicoletta en dans votre écriture ?
fait une chanson magnifque. Cela dit, la chanson n’occupe Je ne parviens pas à l’imaginer pour l’instant. La question
pas une place importante dans ma vie, et je n’ai pas d’inter- se serait peut-être déjà posée si j’avais été actuellement
prète en tête pour qui je souhaiterais écrire. en train d’écrire, car mes romans se situent toujours à
l’époque présente, celle où je suis en train de vivre.
SeraitOn vous imagine volontiers réservée, voire timide. il possible de situer des personnages en 2020-2021 sans que
est-ce vraiment le cas ? ce sujet soit présent d’une manière ou d’une autre ? Il me
Je pense que ça correspond à ce que j’étais à mes débuts. sera peut-être difcile d’en faire l’économie — sauf si je ne
Quoique, je n’en suis même pas sûre. Lorsqu’on est une me remets à écrire que dans longtemps, que mes
personvraie timide, le problème ne vient pas seulement de la nages sont alors tous vaccinés et que la crise sanitaire n’est
crainte de rencontrer des inconnus, mais d’une fragilité plus que du passé !
qu’on porte aussi à l’intérieur de soi. Je ne pense pas avoir
jamais connu cette vulnérabilité interne. J’ai toujours été entre deux livres, quand vous n’écrivez pas, que faites-vous
de votre temps ?
Je me promène, je lis beaucoup. J’aime aussi faire la cuisine,
les courses. J’adore cette dimension très concrète de
l’existence. D’ailleurs, lorsque je suis en voyage, cette routine me
manque vite. En fait, même lorsque j’écris, ce n’est jamais
davantage que trois heures par jour. J’ai donc toujours de la
disponibilité pour le reste. C’est un luxe, d’avoir ainsi
« Mes romans se situent toujours presque tout son temps pour soi, de n’avoir pas à lutter
pour le protéger. La seule contrainte que je connaisse est de à l’époque présente, celle où je suis en train
vivre dans cette maison que j’aime et de m’en occuper. Je
de vivre. Il me sera peut-être dificile suis une chanceuse  •
1 alice Diop a obtenu en 2017 le césar du meilleur court métrage de faire l’économie de la crise sanitaire
pour son documentaire Vers la tendresse.
dans mes prochains textes. » 2 éd. du Seuil (2012) et en poche chez Points.
8 Télérama 3705 13 / 01 / 21PUBLICITÉ
Business : la Publicité
TV meilleur remède
contre la crise
40 ans d’expertise , 120 marques actives,
100 millions d’euros de ch iffre d’affaires,
120 000 spots TV et 180 millions de vidéos web
diffusés par an.
Réunir en une seule offre la création publicitair e
et la diffusion média est le fondement de notr e
méthode .
Geor ges-Henri et Louis e Bous quet
Repeat after me...
La mémorisation, c’est de la répétition. « Le format court
Chacun de nos dispositifs est pensé
de façon unique pour amplifer votr e vidéo au cœur d’une
message au trav ers d’un média planning
synergie TV & Digitalmulti canal en vue de multiplier les
points de contact av ec votr e audience. est un formidable
Offrez-vous du sur-mes ure. levier d’effcacitéCréer le réfexe de marque. Nous étudions la stratégie média de
Notr e cr edo : privilégier une cr éation chaque campagne au cas par cas pour publi citaire »
publicitair e impactante. Pour toucher pr oposer un trav ail sur mesur e et notr e
votr e public, nous misons sur l’émotion, équipe inv estit votr e budget dans chaque
l’humour , les ré fér ences, br ef tout ce qui média au regar d de sa capacité à génér er Ce n’est pas la taillepeut cr éer un lien av ec votr e audience. une efcacité mémorielle à moindr e
qui compte.coût. No tr e objectif : maximiser votr e
Le temps c’est de l’argent. Pour êtr e les gar diens infaillibles de votr ere tour sur inv estissement.
Nous sommes persuadés que la ADN, nous av ons fait le choix de rester
ré ussite d’une campagne réside dans sa De l’ombre à la lumière. une équipe à taille humaine, depuis
mémorisation. No s vidéos sont donc Au jo ur d’hui, notre mé th od e pe rm et à 40 ans et pour les années à venir . Nos
pensées en formats cour ts de 8, 10 ou n’im po rt e qu elle marq ue de co mm u- 35 collaborateurs ont une véritable
12 secondes afn de maximiser leur niquer ef ca cement po ur boost er sa fi br e entr ep re ne ur ia le , ch er ch an t
visibili té, même av ec un bu dg et se rr é. le s me il le ur es so lu ti on s po ur vo usdifusion.
accompagner .
Une histoire qui dure.
Nous construisons av ec nos annonceurs
AV EC MON OPTICIEN des collaborations durables. La longévité
de notr e agence va de pair av ec la fdélité
de nos clients, pr euv e de leur satisfaction
à retr ouv er l’inv estissement réalisé et de
la confance qu ’ils nous accor dent.
èr e1 Agence de Pu blicit é TV & Dig ital 01 45 49 22 56 age nc eb us iness.f r
Publi-SP-BUSINESS-Janv-202 1-Telerama-209x27 2.indd 1 28/12/2020 13:41t
r
s
a
g
a
m
a
Sommaire du 16 au 22 janvier 2021
réistons
En ces temps de menaces terroriste et 3 sanitaire, nos libertés publiques peu à
peu réduites, laminées… Alors que
débute 2021 sans qu’ait encore disparu le
terrible spectre de la pandémie,
propice aux contraintes, nous avons
interrogé historien, juriste, philosophe,
sociologue. Tous sont inquiets du climat
liberticide qui pèsera sur nous si nous
n’y prenons garde et n’y résistons, tout
sidérés que nous sommes par
l’irrépressible marche du coronavirus. Dans 30 ses romans sourdement tourmentés,
notre invitée, Marie NDiaye — qui vient
de publier La vengeance m’appartient —,
n’a jamais craint d’afronter les pires
drames intimes avec respect et dignité.
Comme la grande photographe
humaniste Sabine Weiss, 96 ans, n’a jamais
hésité non plus à regarder avec
générosité les pauvres et les sans-grade de
notre capitale. Comme les grandes fc-22 tions et séries hollywoodiennes,
encore, osent aujourd’hui se libérer d’une
trop traditionnelle histoire de
l’esclavage des Noirs aux États-Unis, et de
l’apaisante mais mensongère fgure du
« sauveur blanc ». Il a longtemps
protégé leur roman national. Un roman dont
l’ère Trump aura bien abîmé les
dernières pages. Face aux monstruosités,
gardons le courage de dénoncer. Telle
l’écrivaine Camille Kouchner.42 — Fabienne Pascaud
Couverture zine 26 des fans en or CritiqueS
Model maker 3 L’invitée de jeunes musiciens 39 Le rendez-vous
Sophie Clercy la romancière marie ndiaye fédèrent des communautés L’Enfant de la prochaine aurore,
pour Télérama 11 Premier plan d’admirateurs qui leur un roman de l ouise erdrich
Photo états-unis : la nouvelle apportent soutien humain 42 Livres
Vincent Abad sécession ? et financier 48 Cinéma
pour Télérama 12 Mise à jour 30 L’esclavage libéré des clichés ? 49 Musiques
15 Repérée depuis une dizaine d’années, 52 Arts
daphné patakia, actrice la fiction américaine 53 enfants
dans Ovni(s), sur Canal+ porte un nouveau regard
sur la période de l’esclavage éléviSion
Le dossieR 55 Le meilleur de la semaine télé
16 Vers une République utrement On the Line, les expulsés
sécuritaire ? 33 Penser de l’Amérique, sur France 2
Ce numéro comporte : la protection, mais à quel pour l’immunologue Françoise 66 Programmes
une couverture spécifique
« paris-ÎdF » pour les prix ? nos libertés régressent Salvadori, la défiance à l’égard et commentaires
abonnés et les kiosques de
paris-ÎdF, et une couverture et l’exception devient la règle. du vaccin anti-Covid traduit
nationale. un encart 4 p.
autopromo Télérama code un avocat, une philosophe, d’abord une crise politique adio
aH40C/aH41C piqué entre
les pages 30-31 et 106-107 un historien et une sociologue 36 découvrir 122 Le meilleur de la semaine radio
sur la totalité des kiosques
(hors export). un encart 2 p. font part de leur inquiétude. l ’art, c’est du gâteau ; Modern love, de nadia daam,
la sélection hebdomadaire
edu Monde posé en 4 de et nous incitent à agir la science-fiction, une arme sur France Inter
couverture sur une sélection
d’abonnés de paris-ÎdF. de pointe… 127 Les programmes
édition régionale,
Télérama+Sortir, pages 22 Une grande dame de l’image
spéciales, foliotée de 1 à 24,
jetée pour les kiosques des r encontre avec Sabine Weiss, 132 T alents
dép. 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94,
e95, posée sous la 4 de discrète représentante 135 Mots croisés
couverture pour les abonnés
des dép. 75, 78, 92, 93, 94. de la photographie humaniste
10 Télérama 3705 13 / 01 / 21
jérôme bonnet pour télérama | SHo WtIme net WorKS InC. |  SabIne WeISS | bénédIC te ro SCotu
e
o
u
v
e
c
e
s
o
n
n

Mise à jour
PrEM iEr PLAn
Le 6 janvier, n lle à Washington,
le jour où
des manifestants
pro-Trump ont  ? envahi le Capitole.
cé « l’esprit démocratique ». Aux États-Unis, l’âge d’or de ce « On ne saurait douter qu’aux États-Unis
l’instrucrééquilibrage des chances a eu lieu entre les années 30 et 60.
tion du peuple ne serve puissamment au maintien de Puis le système s’est refermé : une stratifcation culturelle
dure s’est formée, un fossé quasi infranchissable s’est creusé la république démocratique. Il en sera ainsi, je pen se,
entre des « élites » surinstruites, vivant toujours mieux et en
partout où l’on ne séparera point l’instruction qui vase clos, et des classes populaires voire moyennes à
l’horiéclaire l’esprit de l’éducation qui règle les mœurs. » La prise zon scolaire et social bouché. En quarante ans, les inégalités
d’assaut du Capitole par « le peuple » américain — du moins ont explosé et le fossé est devenu goufre — mépris latent
sa version trumpiste —, mercredi dernier aux États-Unis, est d’un côté, complexes revanchards de l’autre —, renforçant
le parfait exemple — a contrario — de ce qu’Alexis de Tocque - l’incompréhension entre certaines strates de population. On
ville observait dans De la démocratie en Amérique (1835). Et de connaît la suite, le triomphe du discours populiste, l’élection
ce que l’anthropologue Emmanuel Todd décrivait dans son de Donald Trump, le « dressage » du peuple contre les élites
essai Où en sommes-nous ? (2017). Dans bien des nations du et le dédain afché des institutions. Vue sous cet angle, la
Par Olivier monde occidental, explique Todd, l’alphabétisation de prise du Capitole — symbole ô combien sacré de cette
« répuPascal- masse, puis l’accès d’un nombre croissant d’individus aux blique démocratique » chère à Tocqueville — n’est plus tout
Moussellard études supérieures, a réduit les inégalités sociales et renfor - à fait une surprise. Mais c’est un avertissement pour nous •
Télérama 3705 13 / 01 / 21 11
JIM LO SCALZO/ep A/MAxppp
sisé Mise à jour
France i nter entre en F orce À France t élévisions
Jusque-là, question rapprochement en- la voix inimitable de Fabrice Drouelle, quotidienne. enfn, ali r ebeihi,
Montre France t élévisions et radio France, aux commandes d’Affaires sensibles, sieur Bien-être (Grand bien vous fasse !),
ça patinait. emmanuel Macron avait émission de longs récits des après-midi débarque dans Bel & bien le samedi sur
prévu une réforme de l’audiovisuel, et d’inter, pourront ainsi taper trois sur France 2. Facilité ou pari
gagnant-gaun projet de holding façon BBc pour leur télécommande dès mars pour en gnant ? « Nous voulons développer une
sichapeauter les deux entités publiques, regarder l’adaptation télé, qui rempla- gnature de service public », martèle
stémais la crise du covid-19 l’a mis sous cera le magazine Pièces à conviction. phane sitbon-Gomez, le numéro 2 de
cloche. À défaut de superstructure « Pour la première fois, la télévision vient France t élé, conscient du retard à
l’altechnocratique, ce sont les hommes chercher des talents à la radio, et non l’in- lumage face aux puissants attelages des
qui semblent désormais devoir servir verse », se félicite laurence Bloch, la pa- concurrents privés (M6 et rtl , ou rMc ,
de passerelles entre elles. sur les dix tronne d’inter. autre voix emblémati- rMc Découverte et BFMtv ), qui jouent
nouvelles émissions annoncées par que : l aure adler (L’heure bleue) fera déjà à plein les synergies. en attendant
France t élévisions en 2021, trois s’im- son retour à l’écran le 25 janvier… sur peut-être d’autres rivaux demain, tel
prègnent de la couleur rouge France in- France 5, aux côtés de Karim rissouli, canal+, qui rêve de mettre la main sur
ter. c eux qui ne connaissent pas encore dans C ce soir, nouvelle arène de débat europe 1. — François Rousseaux
Des tests en live
pour sauver les concerts
« Les concerts ne sont pas des foyers de de concerts, après des mois de mise à obligatoires à l’entrée des concerts, oui »,
contamination ! » voilà le slogan qu’ai- l’arrêt. l ’expérience ne s’arrêtera pas à confrme Marie sabot, patronne du
fesmeraient scander les producteurs de l’espagne : d’autres sont prévues en tival parisien We l ove Green, qui
traconcerts après les résultats du test or- angleterre, en Hollande ainsi qu’en vaille avec d’autres sur la question, au
ganisé à l’initiative du festival primave- France, à Marseille et peut-être paris, côté du cnrs . parmi les idées
suggéra à Barcelone mi-décembre : 463 spec- début février. À terme, l’objectif est rées, celle d’un passeport sanitaire
coutateurs ont assisté masqués mais sans clair pour tous les acteurs européens plé au billet spectateur fait son chemin
distanciation à quatre heures de con- du live : parvenir à un protocole sani- pour tracer les fls de contamination.
cert d’artistes locaux dans la salle a po- taire permettant d’ici au printemps, si- sans manquer de soulever de sérieuses
Le 12 décembre,
lo, une boîte de nuit de 1 600 places. l es non à l’été, d’accueillir à nouveau du questions sur l’exploitation de millions à Barcelone,
lors d’une série tests pcr et antigéniques efectués à public. « La distanciation et les jauges ré- de données privées. Malgré l’espoir
de concerts devant l’issue de l’événement sont formels : duites n’entrent pas dans notre vision de réel, la route vers la reprise des concerts
463 spectateurs,
zéro contamination au covid-19. une l’avenir. En revanche, la maîtrise opti- s’annonce encore longue et chaotique.testés négatifs
au Covid. petite victoire pour les organisateurs male du risque sanitaire par des tests — Jean-Baptiste Roch
12 Télérama 3705 13 / 01 / 21a
m
a
m
l
o
a
t
a
i
Mise à jour
Isabelle Autissier
et Jérémy Ferrari, l a B elle re Van Che
deux des nombreux DeS Pe TiTeS liB rairieS invités de Télérama
l e pire peut attendre. À la sortie du Dialogue, à suivre
du 18 au 24 janvier premier confnement, les librairies
insur Télérama.fr.
dépendantes anticipaient un recul de
près d’un quart de leur chifre
d’affaires en 2020. il ne sera que de 3,3 %,
selon le Syndicat de la librairie
française (SlF). u ne relative bonne
nouvelle, à un moment où l’accès à la
culture reste entravé du fait de la
fermeture des cinémas, des théâtres, des
musées et des salles de concert.
et pourtant le printemps fut
chaotique, avec un premier confnement
qui entraîna une chute spectaculaire
des ventes, et l’automne vécu comme
un mauvais remake par des libraires
agacés — doux euphémisme — de se voir
ravaler au rang de commerce « non
essentiel ». heureusement, les lecteurs
n’ont jamais lâché, sauvant ce qui
pouvait l’être pendant les périodes de
confnement grâce au « click & collect », se
ruant dans les librairies à chacune de
leurs réouvertures. avec, à la clef, des
hausses spectaculaires (+  32 % de chifre
d’afaires en juin, + 35 % en décembre).
Bémol d’importance, cette
résistance est loin d’être uniforme. Plus
d’une librairie sur cinq accuse une
baisse de chifre d’afaires supérieure à
10 %. l ’efet taille joue à plein, et pas for -
cément comme on aurait pu l’imaginer.
Quand les grands magasins soufrent,
les plus modestes font le plein et au- Télérama Dialogue,
delà. l a revanche des petits contre les
gros ? De quoi satisfaire notre esprit huiTième é DiTion… en ligne
gaulois. l e phénomène a en réalité
débuté il y a trois ans, la crise sanitaire l’a C’est devenu un rendez-vous attendu 18 heures et 21 heures), du lundi 18 au
amplifé pour deux raisons. « La limita- entre les acteurs de la culture, vous, lec- dimanche 24  janvier, nos abonnés
tion des déplacements a profté aux li- teurs de Télérama, et nous, journalistes pourront retrouver, sur Télérama.fr,
brairies de quartier, qui vivent unique- de votre hebdomadaire favori. Depuis pendant quarante-cinq minutes, un
ment d’une clientèle de proximité », sept ans, nous avions l’habitude de journaliste de la rédaction face à son
explique guillaume h usson, le délégué nous retrouver au Théâtre du r ond- invité, cinéaste, historien, comédienne,
général du SlF. l es grandes librairies Point, à Paris, une journée entière pour humoriste, chanteuse, écrivain,
plastiont par ailleurs été plus impactées par une série d’interviews de personnalités cien… Se succéderont ainsi Thomas
le recul des ventes de livres scolaires, dont la parole est précieuse. l ’événe- l ilti, Dani, Joann Sfar, Jean-noël
Jeande tourisme et d’art. Sans compter que ment devait avoir lieu à la rentrée de neney, isabelle a utissier, anne-l aure
la pandémie a éveillé des réfexes de so- septembre. nous l’avons repoussé de Bonnet, océan, Jean-michel Jarre,
lidarité inédits mais bien dans l’air du quelques mois dans l’espoir qu’il puisse l aurent Ballesta, Dominique Blanc,
Botemps. De nombreux libraires de quar- se tenir en public comme les années ris Charmatz, François Salachas,
Vatier témoignent ainsi d’une nouvelle précédentes. mais ce tragique Covid-19 nessa Springora, Jérémy Ferrari,
Jeanforme de militantisme de lecteurs dési- en a voulu autrement. il n’était pas pour Jacques l ebel, olivier norek, alex lutz
reux de défendre désormais le petit autant question de se priver de tels et quelques autres pour de
passioncommerce face à l’ogre amazon. À échanges, qui plus est à un moment où nantes discussions à bâtons rompus.
l’heure où les puissantes plateformes la réouverture des lieux de culture Parce qu’en cette période trouble qui
américaines apparaissent comme les s’éloigne encore. Télérama Dialogue tend à nous isoler le dialogue est plus
grandes gagnantes de cette pandémie, s’est donc courageusement et auda- important que jamais.
ela nouvelle, si elle se confrme, a de cieusement réinventé pour cette 8  édi- — Frédéric Péguillan
quoi réjouir. — Olivier Milot tion. Trois fois par jour (à 12 heures, Programme détaillé sur Télérama.fr
Télérama 3705 13 / 01 / 21 13
Emilio orEtti/na P/SP | Vim/ BC/ ndia.fr |  anuE la G S Cid /PariSma CH/SCooP