Telerama du 14-04-2021
140 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Telerama du 14-04-2021

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
140 pages
Français

Informations

Publié par
Date de parution 14 avril 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 25 Mo

Exrait

M 02773 - 3718 - F: F: 3,303,30E
3’:HIKMRH=XUXXU\:?d@r@b@s@a";
MERCREDI 14 AVRIL 2021
HEBDOMADAIREFR 3,30€
BEL, LUX 3,90€DOM 5,50€
CH 5,70 CHFMAR 43 MAD
CPPAP Nº 0621C80864
Nº 3718
DU 17 AU 23 AVRIL 2021
codes 800006.04.2021 17:55 (tx_vecto) PDF_1.3_PDFX_1a_2001 300dpi YMCK ISOcoated_v2_300_eci GMGv5pauvreté
1976
Naissance
à Talence
(Gironde).
1997
Entre à l’ENS

Fontenay-SaintCloud.
2007
Entre au CNRS.
2017
Médaille de
bronze du CNRS
et intégration
de l’Onpes
(aujourd’hui
Conseil
national de lutte
contre les
exclusions).
Axelle
Hausse des demandes de RSA, d’aide
Brodiezalimentaire… la pauvreté s’accroît
de façon vertigineuse et nos flets
de sécurité étatiques ne sufsent plus,
s’alarme la chercheuse au CNRS. Dolino
3d
t
s
h
s
pa u v r Et é InvItée, l’IorIenne Axelle BrodI-ez olIno
Le chifre de un million de pauvres supplémentaires
circule beaucoup. Est-il fiable ?
C’est une estimation de la Fédération des acteurs de la
solidarité, en regard du million de pauvres engendrés en
quatre ans par la crise de 2008. Mais nous n’aurons pas le
chifre de l’Insee avant 2022, car le taux de pauvreté est
publié avec deux ans d’écart. Et il n’est pas si intéressant pour
Propos recueillis par Romain Jeanticou Les économistes l’avaient annoncée, estimer la pauvreté : ce taux est fxé à 60 % du revenu
méPhoto Olivier Metzger pour Télérama elle est d’ores et déjà à l’œuvre : la crise dian — qui se situe à l’exact milieu de l’échelle des revenus ;
aggrave la situation des plus vulné- il mesure donc plutôt les inégalités. Or, comme un tiers
rables, des étudiants aux travailleurs des Français ont perdu leur salaire avec la crise sanitaire,
précaires. D’autres couches de la population ont basculé le revenu médian va tomber… et faire chuter avec lui le
dans la misère avec la perte de leurs revenus. Notre système seuil de pauvreté. Alors que la population s’appauvrit, le
social a beau être solide, il ne résiste pas à la déferlante. nombre de pauvres estimé aura diminué ! La grande
quesFaut-il le transformer ? Axelle Brodiez-Dolino, chercheuse tion est : les soutiens économiques perdureront-ils aussi
au CNRS, a étudié l’histoire de la pauvreté et de la protec- longtemps que la crise le demande ? Sous perfusion ou
tion sociale. Elle nous explique comment les grandes crises pas, les entreprises vont se séparer d’une partie de leur
ont participé à la construction de l’aide sociale française. main-d’œuvre, et il faut s’attendre à une vague de
licencieMembre du Conseil national des politiques de lutte contre ments, donc d’expulsions, d’endettements… La pauvreté
la pauvreté et l’exclusion sociale, chargé de conseiller le liée à cette crise est immédiate, mais pourra aussi être
Premier ministre, l’historienne défend la solidarité comme longue et douloureuse.
meilleure réponse à la crise.
Que nous apprend cette crise sur notre modèle social ? 
Que sait-on de la vague de pauvreté engendrée Elle a d’abord montré quelque chose d’extraordinaire :
par la crise sanitaire ? l’État, qui ne parlait que de restrictions budgétaires, a
inNous connaissons la hausse du nombre d’allocataires du jecté des milliards dans l’économie. À raison — il est
beauRSA, le revenu de solidarité active : + 8,5 % en 2020. Et celle coup plus difcile de rattraper la pauvreté une fois qu’elle
du nombre de bénéfciaires du Secours populaire : + 30 %. est déjà installée. Cette mobilisation a permis de soutenir
En septembre, huit millions de personnes au total avaient une partie des travailleurs, des entreprises et des
associabesoin de l’aide alimentaire, contre 5,5 millions un an aupa- tions. C’est la force de notre modèle social. On dit souvent,
ravant, et cela a pu augmenter depuis. Ces chifres montrent y compris au plus haut sommet de l’État, que nous sommes
l’ampleur de la défagration. Cela ne veut pas dire que tous le pays qui dépense le plus pour son système social (un
sont tombés dans la pauvreté à cause de la crise : chaque an- tiers du PIB, surtout pour les retraites et la santé), mais
née, des gens entrent et sortent de la pauvreté, et un tiers nous sommes aujourd’hui bien contents d’avoir ces
soude la population pauvre se renouvelle. Mais la crise a empê- papes. Néanmoins, ces flets de sécurité ne sont pas
sufché ceux qui auraient pu en sortir de le faire, par manque sants pour protéger tout le monde. Du jour au lendemain,
d’emplois. Elle a aussi fait basculer de nouveaux profls. des travailleurs sont obligés de solliciter l’aide alimentaire.
15 % du public des Restos du cœur en 2020 sont des nou- C’est violent, humiliant et indigne d’un pays riche.
veaux arrivants liés à la crise : auto-entrepreneurs,
commerçants, intermittents, employés de l’hôtellerie-restaura- Comment notre appareil social résiste-t-il ?
tion, intérimaires… Ces « nouveaux pauvres » focalisent Le modèle français s’appuie sur la complémentarité entre
l’attention car l’opinion s’identife à eux. Cela peut être dan- le national et le local d’une part, et entre le public et le
prigereux pour ceux qui sont depuis longtemps en difculté et vé de l’autre. La France n’est pas si centralisatrice qu’on le
dont on se lasse. Certains ont pourtant vu leur situation pense en termes de protection sociale, car la lutte contre la
s’aggraver en perdant leurs petits boulots. Avec 550 euros pauvreté s’est construite par le bas, via les bureaux de
biende minima sociaux, il est très difcile de survivre. Les étu- faisance, les centres communaux d’action sociale, puis les
diants, par exemple, sont tombés sous le seuil de fottaison départements, les Régions… Cette intrication de strates a
et les moins de 25 ans n’ont même pas accès à ces minima. plus ou moins bien fonctionné selon les territoires, avec de
belles initiatives locales, mais aussi des régions où ce fut la
catastrophe. Autre idée reçue : la France, République
laïque, aurait mis de côté les organisations religieuses. C’est « De travailleurs vrai pour le système scolaire, mais c’est faux pour l’aide so -
ciale. L’État s’appuie très largement sur le travail de terrain sollicitent l’aide de ces associations de lutte contre la pauvreté, plus
réacetives et moins coûteuses. Créées à partir du xix siècle, alimentaire, elles n’ont jamais été remises en cause, et leur
complémentarité avec l’État est même instituée par l’intermédiaire des c’est violent, subventions et des délégations de service public. Le 17 mars
2020, lorsque le confnement est instauré, certains services
humiliant et indigne publics ferment, mais les associations, religieuses ou non,
sont là. Durant cette crise, l’État a eu un rôle de protection, d’un pays riche. » et les associations, un rôle d’assistance. ☞
4 Télérama 3718 14 / 04 / 21
Mettez votre famille à l’abri
* 2 MOISpour moins de 6 € /mois . DE COTISA TIONS
OFFERTS
POUR TOUTE ADHÉSION
DU 01/04 AU 31/05/21
INCLUS
SECUR’F AMILLE 2
Pour vous aider à sécuriser fnancièrement l’avenir de votre famille
erOffre valable une fois par assuré, du 1 avril au 31 mai 2021 inclus, pour toute adhésion avec cotisations mensuelles au contrat SECUR’ Famille 2. Les deux
premières cotisations ne seront pas prélevées. Le montant des cotisations suivantes sera fxé selon les conditions normales prévues par le contrat.
Pour plus d’informations, renseignez-vous auprès de votre conseiller ou sur www .caisse-epargne.fr .
Communication à caractère publicitaire et promotionnel.
*Cotisations pour un assuré de 35 ans et un capital garanti de 30 000 € en formule Optimal (tarif en vigueur au 30/03/2021). Voir conditions dans la notice d’information du contrat.
SECUR’ Famille 2 est un contrat d’assurance en cas de décès de BPCE Vie et de BPCE Prévoyance.
Les prestations d’assistance sont assurées par Inter Mutuelles Assistance. Entreprises régies par le Code des assurances.
BPCE - Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 173 613 700 euros. Siège social : 50, avenue Pierre Mendès France 75201 Paris
Cedex 13 - RCS Paris n° 493 455 042, intermédiaire d’assurance immatriculé à l’Orias sous le N° 08 045 100. ALTMANN + PACREAU - Crédit Photo : Getty Images.
AP_PREVOYANCE_TELERAMA-14avril_AP_PREVOYANCE_TELERAMA-14avril_ 209x272mm.indd209x272mm.indd 11 22/03/202122/03/2021 14:5214:52h
s
t
e
d
o
pAu v r eTÉ InvItée, L’IorIenne AxeLL BrodI-ez LIno
☞ L’une d’elles, ATD Quart Monde, dénonce le « choix
politique assumé » du gouvernement de gérer la pauvreté
plutôt que de la combattre…
L’État a mis le paquet sur les allocations de survie et l’aide
alimentaire, or ni l’un ni l’autre ne permettent de sortir de
la pauvreté. Cette gestion est purement palliative. « Devant
toute humaine soufrance, selon que tu le peux, emploie-toi
non seulement à la soulager sans retard, mais à en détruire les
causes », encourageait l’abbé Pierre. Ce sont bien les
associations — avec des soutiens publics — qui font du curatif et
inventent des solutions. Comme ATD Quart Monde, qui,
avec les « territoires zéro chômeur longue durée », parvient
à créer des emplois vertueux, à redynamiser les territoires
et à accélérer la transition écologique. Le préventif, enfn,
est très important, et c’est à l’État de le prendre en charge.
Il faut éviter que la pauvreté se transmette : à l’âge de 3 ans,
le diférentiel est déjà énorme entre les classes pauvres et
les classes aisées.
Dans quelle mesure les grandes crises de l’histoire
française ont-elles entraîné des transformations de notre
État social ? 
Quatre d’entre elles sont particulièrement intéressantes de
ce point de vue. D’abord, la grande épidémie de peste
noire, qui, de 1347 à 1352, a efacé la moitié de l’Europe. La
population ayant diminué, les travailleurs ont pu aller
chercher ailleurs de meilleurs salaires. Les élites
économiques ont alors essayé de sédentariser la main-d’œuvre
pour juguler ces salaires, limiter la propagation de
l’épidémie et éviter les foyers révolutionnaires. Cela donne l’or -
donnance de 1351 de Jean Le Bon, qui interdit le
vagabondage, mais aussi la mendicité. Cette crise nous a fait entrer
dans un phénomène délétère : à l’inverse des « bons
pauvres » (qui ne peuvent pas travailler car trop jeunes,
trop vieux ou trop malades), les pouvoirs publics créent
ainsi les « mauvais pauvres », valides sans travail. Cette
injonction au travail est devenue un dogme politique :
aujourd’hui encore, on ne supporte pas qu’un adulte en
capacité de travailler ne soit pas au travail alors même que
l’on manque d’emplois (une ofre pour trente demandeurs,
toutes catégories comprises, en 2017). C’est aussi durant
cette crise que l’on oppose le « pauvre d’ici » et le « pauvre
d’ailleurs », stigmatisé. Ces deux clivages actuels sont une
construction sociopolitique qui date du Moyen Âge !
« L’État a tout misé sur les allocations
de survie et l’aide alimentaire, or ça
ne permet pas de sortir de la pauvreté. »
Les autres crises ont-elles amené des changements
plus constructifs ?
Entre 1873 et 1896, une Grande Dépression a donné
naissance à deux réponses positives. Face à la crise
économique, les pouvoirs publics inventent la protection
sociale avec des revenus de survie. C’est un moment
charnière dans le passage d’une approche coercitive à une
approche « assistancielle » de la pauvreté. Et les associations ☞
6 Télérama 3718 14 / 04 / 21Velux_2 0-11_AP_PP_T eler ama_F orma t_2 09x272 • Impr ession : Quadri • Pdf HD Pdf/X- 1a : 2001 Pdf 1. 3 - Pr of l Fogr a 39L (encr age 280%)
Pe rsé véro ns
Il es t temps pour vous de ré veiller vos combles.
Aménager ses combles en pièce à vivr e es t une idée Ré veillons
lumineuse pour vos loisir s. Une solution simple
2 nosà me ttr e en œuvr e qui of re les m gagnés les moins
cher s du mar ché. En se tr ans formant en un ate lier comblesunique, conf ortable, et chaleur eux, vos combles
ré vè ler ont vos talents artis tiques.
velux.fr
Velux_20-11_AP_PP_TelVelux_20-11_AP_PP_Tel erama_209x272_erama_209x272_ Exe1.2mg.inddExe1.2mg.indd 33 09/12/202009/12/2020 09:4709:47
© 202 1 Gr oupe VELU X VF 73 47 -112 0 ® VELU X et le logo VELU X sont des mar ques déposées et utilisées sous licence par le gr oupe VELU X. Ce document n’ es t pas contr actuel. VELU X Fr ance, S. A.S. au capital de 6 400 000 eur os, R.C.S. EVRY 97 0 200 044.o
d
e
t
h
s
pAu v Ret É InvItée, L’IorIenne AxeLL BrodI-ez LIno
☞ créent de nouveaux dispositifs, dont les asiles de nuit, an- on instaure une assistance aux situations d’urgence, une
cêtres des centres d’hébergement. Troisième crise : celle assurance pour les travailleurs qui aboutira à la création
des années 1930, qui voit la mise en place de mécanismes de la Sécurité sociale en 1945, et des services publics pour
palliatifs, comme les aides aux chômeurs. Ce n’est pas le tous. L’autre volet intéressant, c’est l’idée de
« quasiNew Deal de Roosevelt, mais on passe tout de même des contrat ». Quand on naît, on bénéfcie des acquis sociaux,
politiques libérales aux politiques keynésiennes dans les- médicaux, technologiques ou culturels antérieurs. En
requelles c’est à l’État de relancer la machine économique : tour, on a l’obligation de préserver ce progrès et de
travailon crée des emplois, on diminue le temps de travail et on ler à l’accroître. Ce contrat tacite résonne aujourd’hui en
augmente les salaires. Enfn, avec la crise des années 1980 termes écologiques : les hommes sont nés avec une
plaet la montée du chômage, les banques alimentaires et les nète en bon état, ils doivent la préserver. Si on appliquait
Restos du cœur sont créés. Les réponses sont compa- ces deux grands principes, la société serait moins
dysfoncrables à celles d’aujourd’hui et le chômage n’est quasi- tionnelle.
ment jamais redescendu. Puis le RMI, revenu minimum
d’insertion, est créé en 1988, avec l’idée que toute per- Comment articuler mesures d’urgence et transformations
sonne en difculté peut avoir accès à un minimum social. structurelles ?
On reconnaît enfn que les pauvres sont victimes de leur Les mesures urgentes sont prises bon an, mal an, mais ne
situation. La protection s’est encore renforcée avec la cou- peuvent pas durer éternellement. Parmi les changements
verture maladie universelle ou le droit au logement, mais structurels indispensables, il y a l’investissement social. Il
elle est remise en cause par les divers gouvernements à faut investir massivement dans les crèches, la formation
partir des années 2000. professionnelle et la formation continue tout au long de la
vie. Puis dans l’emploi, pour accroître le nombre de postes
La pauvreté a été sévèrement réprimée depuis l’Ancien disponibles dans les zones en désertifcation, le secteur de
Régime. Ces pratiques sont-elles révolues ? la dépendance, le secteur public et en particulier la santé,
Le vagabondage et le délit de mendicité sont abolis en 1992, la transition écologique… L’économie est à plat, déplaçons
mais dès 1993, une vague d’arrêtés anti-mendicité sont la perfusion pour soutenir cette transition et l’accélérer.
pris par les municipalités pour contourner la loi. Le
traitement politique et policier de la pauvreté peut être dur, Le plan de relance de 100 milliards du gouvernement
particulièrement avec les populations roms et exilées. La peut-il contenir la vague de pauvreté ?
stigmatisation, la crainte et le contrôle social des per- Parmi ces 100 milliards, seulement 800 millions, soit 0,8 %,
sonnes en situation de grande exclusion continuent, tan- sont consacrés aux plus démunis. Le gouvernement table
dis que le regard porté sur les bénéfciaires des minima so- sur une relance de l’économie par la consommation, mais
ciaux s’est durci. On leur demande de pointer, de prouver il faut en avoir les moyens : les couches aisées ont épargné
qu’ils cherchent un travail, de ne pas refuser de proposi- pendant la crise, mais les plus en difculté se sont
endettions… Conditionner le RSA aux activités bénévoles, ou à tées ! Une des solutions promues par les économistes est
la recherche active d’emploi, comme cela est régulière- de faire porter la responsabilité sur les plus riches. D’août
ment évoqué, c’est à l’inverse de son esprit et c’est être à novembre 2020, les milliardaires de la planète se sont
enaveugle à la réalité. Non seulement il n’y a pas assez d’em- richis de 2 700 milliards de dollars. Cette crise a appauvri
plois pour tous, mais les enquêtes montrent que si vous les plus pauvres et enrichi les plus riches. Leur dire qu’ils
proposez un même montant avec ou sans travail, les per- vont mettre la main au portefeuille, c’est une mesure de
sonnes préfèrent travailler car cela leur apporte socialisa- justice sociale. Plusieurs crises ont amené à taxer
davantion et dignité, alors qu’ils devront payer garde des en- tage les plus aisés. Ils vivent d’une économie fnanciarisée
fants et transports. qui se porte bien et dont on a en plus réduit la taxation :
c’est absurde.
Face à la pauvreté, vous préconisez le solidarisme.
De quoi s’agit-il ? Qu’en est-il de la solidarité entre États ?
Le solidarisme a éclos en France en 1896, avec Léon Bour- Les aides au développement ont perduré mais ont été
régeois. Il n’est plus du tout connu alors qu’il fut Premier mi- duites. Les réponses ne sont pas à la hauteur des besoins
nistre, président de l’Assemblée nationale, du Sénat, pré- des pays du Sud, beaucoup plus impactés par la crise, car
sident de la Société des nations (future ONU) et Prix Nobel ils n’ont pas les mêmes mécanismes de protection sociale,
de la paix… Il a développé l’idée selon laquelle les orga- dépendant fortement de l’économie informelle, et n’ont
nismes sont interdépendants et le corps social est un en- pas pu recourir à l’endettement, car on ne leur fait pas cré -
semble. Si on l’ampute d’une partie de ses membres, il dit. Il faut s’attendre à des famines, des crises économiques
fonctionne moins bien. C’est à la fois humaniste et oppor - graves et des fux migratoires importants. À l’international
tuniste. La protection sociale française le met en pratique : non plus, le manque de solidarité n’est bon pour personne •
« Conditionner le RSA à la recherche
d’emploi, c’est à l’inverse de son
esprit et c’est être aveugle à la réalité. »
8 Télérama 3718 14 / 04 / 21FAITES BRILLER VOS VALEURS
FA ITES UN LEGS
Depuis 1961, nous enquêtons, alertons, et agissons pour le respect des droits humains, partout
dans le monde. Nous faire un legs, c’est nous transmettre vos valeurs pour défendre le droit à la
justice, à la liberté et à la dignité humaine, pour que cette famme ne s’éteigne jamais.
AMNESTY INTERNA TIONAL FRANCE - Sophie ROUPPER T - 01 53 38 66 10 ou srouppert@amnesty .fr Prix Nobel de la Paix 1977
DEMANDE DE DOCUMENTATION LEGS, DONATIONS ET ASSURANCES-VIE
À RENVOYER À AMNESTY INTERNA TIONAL FRANCE
76 BOULEV ARD DE LA VILLETTE - 75940 PARIS CEDEX 19
Notre documentation vous sera envoyée gratuitement, sans aucun engagement de votre part.
Merci de compléter ci-dessous : n M. n Mme
n OUI, je souhaite recevoir votre documentation
Nom : ..................................................................................................................................................
sur les legs, donations et assurances-vie.
Prénom : ............................................................................................................................................
n OUI, je souhaite être contacté(e) par téléphone. Adresse :
Code postal : Ville : ...........................................................................
Pour plus d’informations :
Date de naissance : .........../ .........../ ........... Téléphone :Sophie ROUPPERT, chargée de relations testateurs
01 53 38 66 10 ou srouppert@amnesty.fr E-mail (facultatif) : .............................................................................@.............................................
Les informations que vous nous transmettez sont traitées par l’association Amnesty International France (AIF), responsable du traitement, pour répondre à vos demandes et suivre au mieux votre projet de transmission,
pour vous communiquer des informations en lien avec notre mission et vous envoyer nos propositions d’engagement, qu’elles soient militantes ou fnancières. Conformément au Règlement européen général sur
la protection des données du 27 avril 2016 et à la loi Informatique et Libertés modifée, vous disposez d’un droit d’accès, de rectifcation, d’effacement, de limitation et d’opposition au traitement des données
vous concernant, ainsi qu’un droit à la portabilité. Vous pouvez exercer ces droits en contactant le service relations membres et donateurs d’AIF à l’adresse mentionnée ci-dessus, par email (smd@amnesty.fr) ou
par téléphone (01 53 38 65 80). Vous pouvez également introduire une réclamation auprès de la CNIL. Pour plus d’information sur le traitement de vos données personnelles, veuillez consulter notre politique de
confdentialité https://www.amnesty.fr/politique-de-confdentialite. N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions : Sophie Rouppert au 01 53 38 66 10.
21G01P1CMP
Telerama_LEGS_21G01P1CMTelerama_LEGS_21G01P1CM P_209x272.inddP_209x272.indd 11 01/04/202101/04/2021 14:4014:40
Photo © Shutterstock
✂a
o
p
e
g
a
m
r
t
a
s
Sommaire Du 17 au 23 avril 2021
L’énergie d L’eir
Elle menace trop d’entre nous et nous 18 41 encercle davantage chaque jour, accrue
par la crise économique et sociale que
provoque depuis 2020 la pandémie
mondiale. Qui aurait pu croire qu’on
soufrirait tant de la faim aujourd’hui en
France, et que dès les premiers
apprentissages certains gamins trop démunis
seraient d’emblée défavorisés ? La
pauvreté est une tragique réalité. Une
nouvelle maladie qui ronge. Nous lui
consacrons un dossier pour imaginer quels
remèdes lui apporter. Et peu à peu l’ef -
facer comme ses lettres mêmes, sur
notre couverture. Car céder à la moro-32 sité, à la détresse ambiantes, c’est
s’enfoncer dans des anxiétés qui fragilisent
et font le nid des dérives. Politiques et
privées. Trouvons des raisons de nous
réjouir encore. À travers le long épisode
Covid, nous aurons par exemple vécu la
résurgence d’un fascinant monde
sauvage dans nos villes bétonnées, de la
nature, du vivant dans nos habitats
tristement urbanisés. Un monde retrouvé
qu’il est possible et bon de continuer,
désormais, à faire exister ; le prouve
allègrement notre dernier hors-série.
Enfn, pour savourer un autre bonheur,
plus musical mais aussi énergisant, les
chanceux s’ofriront le magnifque cof -
fret qui retrace la carrière de notre diva
Natalie Dessay. Fulgurant. 59 — Fabienne Pascaud
Couverture zine 30 Déjà vues quelque part CritiqueS
Conception 3 L’invitée la multiplication des remakes 41 Le rendez-vous
graphique l ’historienne de séries à la télé française The Opera Singer, natalie
Loran Stosskopf axelle Brodiez-dolino 32 Plus verte la ville dessay en 33 cd et 19 dvd
11 Premier plan comment le confinement 44 Musiques
Quels festivals cet été ? aura profité aux bêtes 47 Enfants
12 Mise à jour sauvages et aux herbes folles 48 Livres
17 Repérée 56 Cinéma
la chanteuse utrement
s uzanne Belaubre 35 Penser éléviSion
vers une nouvelle taxation 59 Le meilleur de la semaine télé
SPéCiaL PauvRETé du patrimoine ? Les Shtisel, une famille à
18 La sécu de l’alimentation 38 Découvrir Jérusalem, série sur netflix
une idée des saveurs boisées ; 70 Programmes
qui fait son chemin du lyrique à l’ehpad… et commentaires
24 u ne crèche pour tous
ce numéro comporte :
une couverture spécifique À lille, reportage à la adio
« Paris-idF » pour les
abonnés et les kiosques de halte-garderie doux câlins 126 Le meilleur de la semaine radio
Paris-idF, et une couverture
nationale ; un catalogue 27 u ne femme à la rue Caviar pour tous, champagne
de 36 pages BHV Jardinons
eposé en 4 de couverture Élina dumont, ancienne sdF, pour les autres !, sur tsF Jazz
pour les abonnés des
er e e e e e1 , 2 , 3 , 4 , 5 et 6 autrice d’un rapport sur 131 Les programmes
arrondissements de Paris.
Édition régionale, les femmes sans-abri
Télérama + Sortir, pages
spéciales, foliotée de 28 Petits paysans 136 T alents
1 à 24, jetée pour les
kiosques des dép. 75, 77, 78, comment les jeunes 139 Mots croisés
91, 92, 93, 94, 95, posée
esous la 4 de couverture agriculteurs luttent contre
pour les abonnés des
dép. 75, 78, 92, 93, 94. l’endettement
10 Télérama 3718 14 / 04 / 21
crÉdit | colette masson/roger-viollet | Yes s tudios/ ohad r oman |  Yann monelt
h
e
s
e
d
a
s
é
m
a
s
e
e
s
u
i
Mise à jour
PREMIER PLAN
L’é s c
Les Eurockéennes
soutiennent L l’opération
#deboutlesfestivals,
qui dénonce
les restrictions
en montrant
une chaise vide.
semble folle aujourd’hui, elle ne l’était pas forcément il y a Un festival pop, rock, rap ou électro qui s’adapte
quelques mois, alors que naissait l’espoir d’une vaccination
aux contraintes sanitaires renonce-t-il à son âme ? de masse. Reste qu’on imagine mal comment l’État aurait
pu garantir les pertes fnancières d’événements d’une telle La question fait débat chez les organisateurs,
ampleur, en cas d’annulation de dernière minute, pour la
depui s que certains ont décidé d’annuler leur deuxième année d’aflée… L’été festivalier est-il pour autant
édition 2021. Une manifestation limitée à cinq mille per - mort-né ? Rien n’est moins sûr. Car d’autres, et non des
sonnes, assises et distanciées, c’était trop éloigné de leur moindres, des Vieilles Charrues à La Route du Rock, ont joué
ADN, expliquent-ils, agacés par des règles dont ils dénoncent l’hyper-prudence en acceptant dès le départ de respecter
le manque de fondements scientifques. Parmi ceux qui ont des limites, certes peu réjouissantes, mais qui n’ont rien d’un
jeté l’éponge, quelques-uns des événements les plus impor- renoncement. Leur taille sera réduite, la programmation,
tants de la saison : le Hellfest (180 000 spectateurs), Les Eu- locale ; on s’y dandinera sur (ou devant) son siège. Oui, la fête
rockéennes (130 000), Main Square (115 000)… Tous ont ten- sera moins folle, mais ces festivals-là auront le mérite de faire
té de maintenir jusqu’au bout un format proche de l’original jouer des artistes absents des scènes depuis des mois,
d’em— des dizaines de milliers de personnes, debout, devant une baucher des techniciens… Ils sont surtout notre dernière
Par Odile de Plas programmation internationale. Excès d’optimisme ? Si l’idée chance de sauver l’été d’un silence désespérant •
Télérama 3718 14 / 04 / 21 11
Les urockéennes
icy
p
a
i
y
b
p
i
Les radios ne F ont
pLUs Bande à part
il y avait eu un faux départ, en 2014 :
cinq groupes radiophoniques, publics
et privés, s’étaient associés pour lancer
direct radio, une application
commune, mais qui a fait long feu. « Depuis,
on a changé ; le contexte et les usages
aussi », assure Jean-éric Valli, président
du groupement Les indés radios, qui
réunit cent trente stations Fm. La
La dalle de Saint- preuve : avec lui, cinq autres patrons
Bélec, gravée
d’empires radiophoniques (radio à l’âge du bronze,
serait la plus vieille France, m6, nr J, Lagardère et altice
carte en Europe. média) se sont liés pour lancer radio -
La carte et L a préhistoire player. soit une plateforme (et son ap -
Âgée de près de quatre mille ans, ou- nationale. en 2014, l’objet est fnale- plication) gratuite regroupant « deux
bliée pendant un siècle, retrouvée et ment débusqué dans une cave du châ- cents radios, six cents webradios, et des
décryptée après une quête rocambo- teau. r este à prouver qu’il s’agit bien milliers de podcasts ».
lesque, la dalle de saint-Bélec vient d’un tracé cartographique datant de L’objectif ? « Accompagner les
noud’être ofciellement identifée comme l’âge de bronze ancien. L’équipe de veaux usages », pointe Jean-éric Valli.
la plus ancienne carte en relief en eu- chercheurs la compare à d’autres re- en offrant d’écouter France inter,
rope. sa découverte remonte à l’année présentations du même type, ques- France culture, rtL, europe 1,
nostal1900, lorsqu’un éminent préhistorien, tionne des ethnologues, les cartes gie, radio classique ou rmc , par
paul du chatellier, déterre au creux mentales des t ouareg et des papous, la exemple, sur un smartphone, une
tad’un tumulus, à Leuhan, dans le Finis- présente même à des écoliers : tous blette ou un ordinateur. et aussi en
actère, cette étrange pierre gravée de sont formels, il s’agit d’une carte ! compagnant l’automobiliste sur la
plus de 2 mètres de long. « À l’époque, Le faisceau de preuves converge route, via l’autoradio. avec des
possibil’archéologie préhistorique n’en est qu’à enfn lorsque la géographie rencontre lités nouvelles, ofertes par le
numéses balbutiements et reste coite face à cet l’archéologie : « Des analyses statis- rique : frustrés de ne plus entendre leur
“alien” au pays des mégalithes bre- tiques ont montré une correspondance à émission au milieu d’un tunnel, le
tons », expliquent clément nicolas, 80 % entre les gravures et le relief d’une conducteur et ses passagers pourront
chercheur à l’Université de Bourne- zone de 30 kilomètres de long et 21 de par exemple, dès l’obstacle passé, en
mouth, et Yvan pailler, archéologue à large située entre la vallée de l’Odet, les reprendre le fl au moment même où il
l’institut national de recherches ar- montagnes Noires et les rivières environ- a été interrompu. c e nouvel outil,
grachéologiques préventives (inrap) et à nantes. » or, tous les signes ornant la tuit et sans publicité supplémentaire,
l’Université de Bretagne-occidentale dalle ne sont pas encore décodés : « Au s’annonce pratique pour l’auditeur.
(UBo). eux apprennent son existence milieu, un motif central symbolisant un mais laisse sur le côté les radios
associaau détour d’une publication scienti- lieu de pouvoir reste à localiser. » sus- tives (incapables de payer le « ticket
fque. mais les 1 500 kilos de schiste pense, l’approche pourrait permettre d’entrée » demandé), comme les
webgris-bleu sont portés disparus dans les de révéler les secrets d’autres cartes radios indépendantes ou les studios de
profondeurs du musée d a’rchéologie préhistoriques… — Charlotte Fauve podcasts. — Laurence Le Saux
ViVement demain
Erasmus, le retour. Vingt ans après
L’Auberge espagnole, film générationnel
attachant et joyeusement foutraque, Cédric
Klapisch nous cuisine Salade grecque, série
en huit épisodes attendue sur Prime Video
en 2022. Le cinéaste y contera le quotidien
des enfants de Wendy (Kelly Reilly) et Xavier
(Romain Duris), étudiants à Athènes. Miam.
12 Télérama 3718 14 / 04 / 21
Denis Gliksman, nrap | Tim . WhiT/GeTT ma Ges via FMise à jour
Black l ives Matter donne le la
« Si le talent est partagé, les opportunités l’ennemi à abattre, ce sont les inégalités déjà convaincu. elle travaille avec de
ne le sont pas ! » en une phrase, tout est structurelles dans l’industrie de la mu- nombreuses structures, et le t rinity l
adit. on la découvre en une du site Black sique classique et du jazz, qui font qu’à ban, conservatoire d’excellence
londolives in Music (BliM), et elle fonde l’ac- peine plus de 2 % des enseignants dans nien, vient d’annoncer un partenariat
Le jazzman Xhosa tion de cette association britannique les conservatoires sont noirs ou de long terme avec l’association.
Cole en 2020, au
créée à la mi-mars dans le sillage des d’autres minorités ethniques. Moins « Les réactions vives au sein de notre Ronnie Scott’s Jazz
Club à Londres. mouvements de l’été 2020. Pour BliM, d’un mois après son lancement, BliM a institution à la suite de l’assassinat de
George Floyd ont révélé l’urgence d’un
changement », explique richard h enry,
professeur au t rinity l aban. l
’humilité de la démarche est frappante.
l’institution convient qu’elle n’est pas en
position de questionner seule son
fonctionnement. « On avait besoin
d’aide ! Aucun de nous n’est expert et on
est tous une part du problème », assume
richard h enry. en collaboration avec
le BliM, le t rinity l aban a donc
élaboré un ensemble de mesures destinées à
mettre chacun sur un même pied
d’égalité dans l’apprentissage et la
pratique musicale, indépendamment de
sa couleur de peau. l a liste est longue
et va de séances de formation
antiraciste à l’introduction dans le répertoire
de compositeurs de couleur.
« Si vous avez le moindre doute sur le
manque de diversité, je vous invite à
observer les orchestres », suggère r oger
Wilson, coordinateur de l’association,
qui semble avoir durablement marqué
les équipes du conservatoire en leur
expliquant que, sans modèle à son image,
un enfant ne peut s’identifer et donc se
projeter. il a pour cela une formule
d’une efficacité redoutable : « If you
can’t see it, you can’t be it » (« tu ne peux
pas être ce que tu ne vois pas »).
— Léa Malgouyres
Pour visiter le l ouvre, suivez l’algorith Me !
l e Français qui tape « Joconde » la grand musée du monde s’est construit rythme des algorithmes reste le
meiltrouve en un clic. l ’étranger qui l’ap- une base numérique à son échelle : ver- leur choix pour commencer, comme
pelle « Monna lisa » aura plus de mal tigineuse. Quatre cent quatre-vingt on le ferait su un site de vente en ligne,
s’il l’écrit avec un seul « n », mais fnira mille pièces répertoriées, photogra- dont l’architecture numérique est
par trouver l’œuvre la plus célèbre du phiées en hd , décrites, classées par conçue sur ce principe. un exemple ?
l ouvre. elle fgure au hit-parade des genre, typologies, époques, auteurs, et en bas de chaque page est proposé un
occurrences les plus consultées depuis même par salle (on peut les pister sur onglet « découvrir aussi » pour accéder
la mise en ligne du nouveau site du mu- un plan interactif). À quoi s’ajoutent à des pièces similaires, dans la
thémasée. et quel site ! en agrégeant son an- tout un tas de critères pointus à croiser, tique ou l’époque. dans le registre
« anicienne base (composée des trente rendant accessibles les informations maux », apprécié des enfants, on pour -
mille œuvres visibles en salle) à les plus complètes au néophyte comme ra ainsi passer d’un chacal égyptien
d’autres (ministère de la culture, au chercheur chevronné. (Basse Époque) à un vase chouette grec
œuvres spoliées, etc.) et en y ajoutant devant l’écran, le visiteur virtuel est (400 av. J.-c .) sans gravir de marches ni
l’immensité des pièces non exposées, saisi d’un efroi pire qu’au musée, vu traverser dix salles pour les
accompanumérisées avant le déménagement qu’il y a dix fois plus de choix : que gner où l’on sait. — Sophie Cachon
des réserves à liévin en 2019, le plus faire ? Que voir ? ou aller ? errer au www.louvre.fr/visiter
Télérama 3718 14 / 04 / 21 13s
s
r
n
w
d
r
t
ê
Vu de L ’étranger
Le régime Cubain
a-t-i L peur
des artistes ?
e Les autorités cubaines célébreront, du 16 au 19 avril, le 8 congrès du parti
communiste dans un moment de tension politique inédit provoqué
par un mouvement d’artistes. Depuis plusieurs mois, de jeunes chanteurs,
comme Maykel Castillo Perez dit El Osorbo, mais aussi des écrivains
et des performeurs contestent ouvertement le gouvernement. inter Vie minute
La réponse « Les artistes cubains appellent à en fnir avec la Qui gne-t-e LLe
de Maykel répression et la censure. Ils n’hésitent plus à
s’opCastillo poser au gouvernement et disposent des moyens en b retagne ?
Pérez, de pousser le peuple à se soulever. Il y a quelques
rappeur jours, nous l’avons démontré en organisant une Plus de cinq cents personnes étaient réunies le mardi 6 avril
contestataire. fête populaire dans le quartier de San Isidro à La Havane, où à Rostrenen (Côtes-d’Armor) pour soutenir Morgan Large,
avec les habitants nous avons entonné patria y vida, l’hymne à qui enquête sur l’industrie agroalimentaire en Bretagne.
la liberté que j’ai écrit avec El Funky et des chanteurs cubains en La journaliste de la radio locale Kreizh Breizh (RKB), qui avait
exil, qui connaît un succès fou sur les réseaux sociaux. découvert l’une de ses roues de voiture déboulonnée, s’alerte
On sent une montée du soutien à notre mouvement. Durant des menaces croissantes qui pèsent sur la liberté de la presse.
très longtemps, nous étions endormis, mais la répression dure
depuis soixante-deux ans et, avec les réseaux sociaux, nous dis- Était-ce la première fois que vous étiez prise pour cible ?
posons désormais d’une arme puissante contre le régime. Grâce non, il y a une montée en puissance de l’intimidation. Les
à Internet, nous avons pu nous fédérer entre artistes et nous premières tentatives étaient assez classiques, avec des
inparvenons à réveiller le peuple cubain à coups de performances, sultes sur les réseaux sociaux, des coups de fl anonymes.
de chansons ou de vidéos, auxquelles il se montre sensible. Face puis quelqu’un a ouvert l’enclos dans lequel se trouvent
à nous les autorités ne savent plus quoi faire, parce que ce sont mes chevaux. Les portes de rKb ont été forcées. ma chienne
des militaires et qu’ils ne comprennent pas comment nous, ar- a été empoisonnée — heureusement, elle s’en est sortie.
tistes, agissons. Cette contestation leur fait peur parce qu’ils ne
savent pas comment l’arrêter. Comme nous n’avons pas d’armes, Ces attaques ont-elles entamé votre détermination ?
ils ne peuvent pas nous tuer. Comme nous ne sommes pas des Je ne vais pas m’excuser d’aimer mon métier. on attend des
délinquants, ils ne peuvent pas nous accuser. Le régime en est médias locaux qu’ils relaient les ouvertures de permanence
réduit à agir avec les mêmes méthodes de répression que Castro de la poste. s urtout pas qu’ils aillent mettre leur nez dans des
dans les années 1960, mais nous sommes en 2021 ! Et les réseaux afaires économiques, parce qu’en bretagne, l'économie est
sociaux nous ofrent la possibilité de dévoiler le vrai visage du sacrée. Les grands groupes agro-industriels et les élus ont
régime et non la fction qu’il essaye de bâtir autour de Cuba à fondé une corporation puissante où chacun se rend service
travers le monde. » propos recueillis par Victor Clément et alimente un roman régional agricole. et moi, j’écorne
visiblement ce roman — ce n’est pas tant moi, d’ailleurs, que les
invités de mes émissions.
Continuerez-vous à donner la parole à tous ?
J’invite tout le monde, mais beaucoup refusent de venir.
L’industrie agroalimentaire n’a pas besoin de petits médias
comme rKb pour communiquer. elle peut le faire dans la
presse professionnelle agricole. elle investit aussi
beaucoup de publicité dans la presse quotidienne régionale, qui
ne veut pas se fâcher avec ses annonceurs. par ailleurs, des
communes nous ont déjà privés de leurs subventions. il est
efrayant de constater que l’argent public peut servir à
acheter le silence des médias. J’étais cependant heureuse de la
présence de certains maires à r ostrenen — c’était un
soutien fort, qui signifait que la république se mobilise. Côté
agriculteurs, j’ai eu beaucoup d’appuis anonymes et celui
de la Confédération paysanne. Je vais maintenant porter
plainte avec l’aide de r eporters sans frontières. Je sens que
la violence monte et je refuse que d’autres confrères soient
touchés. Propos recueillis par Louis Borel
14 Télérama 3718 14 / 04 / 21
YAMIL LAGE/Afp | VIncEnt GourIou pour ELEAMA | BrALEY KAAI/GEtt Y IMAGE VIA Afp

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents