Telerama du 22-07-2020

-

Français
124 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Date de parution 22 juillet 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 17 Mo
Signaler un problème

M 02773 - 3680 - F: F: 3,303,30E
3’:HIKMRH=XUXXU\:?d@q@i@k@a";
MERCREDI 22 JUILLET 2020
HEBDOMADAIREFR 3,30€
BEL, LUX 3,90€DOM 5,50€
CH 5,70 CHFMAR 43 MAD
CPPAP Nº 0621C80864
Nº 3680
DU 25 AU 31 JUILLET 2020
LA FRONDE CONTRE
AMAZON
S ’OR GA N I S E
DU GARD
À NEW DELHI
codes 8000FUZE_TEA-AP_209x272_Telerama_PP_VEC.pdf 1 29/06/2020 15:36
C
M
J
CM
MJ
CJ
CMJ
NL’invité
Sait-on que le premier musée remonte à l’Italie
de 1471 ? Depuis trente ans, l’historien et
philosophe, ancien déporté en URSS, tente
de percer le secret d’une institution qui, dit-il
avec humour, coûte cher et ne rapporte rien…
Krzysztof
Pomian
Propos recueillis par Xavier de Jarcy Il connaît la tumultueuse histoire eu- Louvre : avant qu’elle ne soit acceptée, nous avons vécu des
Photos Roberto Frankenberg ropéenne pour l’avoir vécue. Né à drames, des disputes familiales, des démissions
fracaspour Télérama Varsovie il y a quatre-vingt-six ans, santes… Pourquoi cette institution éveille-t-elle de telles
pasl’historien et philosophe Krzysztof sions ? S’il ne s’agit que d’un endroit où l’on expose quelques
Pomian a traversé la Seconde Guerre tableaux, quelques sculptures, même très belles, il n’y a pas
mondiale et la période communiste avant de s’installer en de quoi fouetter un chat. Pourtant, il s’y passe quelque
France dans les années 1970. Dans ses recherches, qui vont du chose. J’ai essayé de percer cette énigme.
temps des totalitarismes à l’infuence de l’Europe dans le
monde, il donne une large place à la culture, en particulier votre livre raconte aussi une histoire culturelle de l’europe,
aux collections d’art. Pas à pas, cela l’a amené à écrire une his- dont vous êtes un pur produit…
toire mondiale illustrée du musée. Il en publiera le premier Je dois au camarade Staline d’avoir appris le russe. Car il a eu
des trois tomes cet automne, qui remonte aux trésors des mo- l’« excellente » idée de déporter quelques centaines de
milnarchies chinoises ou égyptiennes. Avec une écriture d’une liers de Polonais au Kazakhstan. Le 5 septembre 1939, mes
limpidité cristalline, il chemine jus q u’à l’Europe où naît le parents ont quitté Varsovie avec une valise en prenant le der -
emusée moderne, entre la Renaissance et le xviii  siècle. Pour nier train pour l’est de la Pologne. Ils pensaient que les
Allelui, cette institution reste une idée neuve : la plupart des mu- mands n’iraient pas jusque-là. Il ne leur était pas venu à
l’essées ouverts dans le monde sont de création récente, et leur prit que les Soviétiques, contre tous les traités, allaient
À Lire existence va de pair avec la démocratisation de la société. Ils envahir le pays. Nous nous sommes donc trouvés dans un
essont donc promis à un bel avenir. pace occupé par l’Armée rouge. Mon père a été emprisonné u
Le Musée, une peu après, et bientôt ma mère et moi avons été déportés au
histoire mondiale, vous travaillez sur ce livre depuis trente ans. Kazakhstan. Elle est partie à l’usine et je suis allé à l’école, ce
tome 1, Du trésor Pourquoi tant d’intérêt pour les musées ? qui avait un avantage : on nous donnait à manger. Car nous
au musée, Je voulais connaître un peu leur histoire, ce qui a pris du vivions dans un état de faim permanent. Quand les pr-e
de Krzysztof temps. Plus je les étudiais, plus ils me paraissaient étranges. mières neiges sont arrivées, je n’avais pas de chaussures
Pomian, éd. Un musée ne rapporte rien ! On dépense de l’argent pour adaptées. J’ai donc arrêté l’école. Mais comme, durant ce
Gallimard, 690 p., l’entretenir. C’est un pur fardeau, mais il est considéré temps, j’avais appris à lire en russe, je lisais tout ce qui était à
35 €. Parution comme indispensable. Dès que vous y touchez, vous provo- portée de la main. D’anciens manuels scolaires, des romans
erle 1  octobre. quez des réactions violentes. Rappelez-vous la pyramide du qui n’étaient pas de mon âge, mais personne ne s’en souciait.☞
Télérama 3680 22 / 07 / 20 3p
s
s
o
t
t
L’invité L’hisorien e phiL ophe Krzyofzt omian
Comment avez-vous vécu cette période ?
La faim a duré longtemps, même quand la guerre a éclaté
avec l’Allemagne, ce qui a immédiatement entraîné pour
ma mère une promotion vertigineuse. Elle était économiste
de formation. Comme tous les hommes ont été réquisition- Quand apparaît le premier musée d’art « contemporain » ?
enés, elle est devenue le chef comptable de l’usine. Cela a un Quelques décennies plus tard, au xvi  siècle, dans la
galepeu amélioré notre ordinaire, pas terriblement, parce que rie des Ofces, à Florence. Les grands-ducs de Toscane
l’utila situation, jusqu’à la bataille de Stalingrad, en 1943, était lisent pour y exposer leur collection de peinture, alors
dure. Et puis, à partir de l’automne, le sort des Polonais s’est qu’elle est prévue pour accueillir des bureaux, d’où le nom
amélioré. Dans la perspective désormais réaliste d’une vic- du musée, les Ofces. Derrière tout cela, et c’est une petite
toire, Staline ne les traitait plus comme des ennemis. découverte historique, il y a un homme que les Français ont
appelé Paul Jove : Paolo Giovio (1483-1552). Il fonde son
Quand êtes-vous retourné en Pologne ? propre musée dans sa villa de Côme, lance le terme
« muEn mai 1946, après avoir passé six ans dans ce charmant seo » et suggère à Giorgio Vasari (1511-1574), l’un des
preendroit. Mon père, lui, est mort dans le camp soviétique. miers historiens de l’art, d’écrire ses Vies des meilleurs
Nous nous trouvions à sept mille kilomètres de la frontière peintres, sculpteurs et architectes. C’est aussi lui qui incite le
polonaise. Le voyage a duré quelques semaines, à travers grand-duc à créer les Ofces.
un pays détruit. Il n’y avait qu’un seul pont sur la Volga,
qui n’est pas un petit feuve. Et dans la partie occidentale, Pourquoi le musée met-il autant de temps
il restait des rails pour aller dans un sens ou dans l’autre, à traverser les Alpes ?
mais deux trains ne pouvaient pas se croiser. Mais parce que, ailleurs, on passait le plus clair de son
temps à se battre ! Il fallait que les atroces guerres de
reliEt comment êtes-vous arrivé en France ? gion se terminent. En 1648, les traités de Westphalie
perEn 1948, ma mère a été nommée à l’ambassade de Pologne mettent aux princes allemands de soufer un peu. Le
preà Bruxelles. J’y suis resté deux ans, ce à quoi je dois mon mier musée au nord des Alpes apparaît à ce moment-là.
français. Mais j’ai tenu à passer mon bac en Pologne, où je Dresde et Brunswick ouvrent la voie. Tous ces princes alle -
suis entré à l’université. Ma thèse de doctorat portait sur la mands visitent l’Italie. Souvent, ceux qui vont investir dans
naissance de la science historique moderne : l’école fran- la peinture épousent des Italiennes et se convertissent au
e eçaise d’érudition, du xvi au xviii  siècle. Et ma thèse d’ha- catholicisme. Car pour un certain protestantisme, surtout
bilitation à diriger des recherches traitait de l’histoire et de calviniste, les natures mortes hollandaises, passe encore,
la philosophie au Moyen Âge. Après l’avoir obtenue, j’ai été mais toutes ces déesses dénudées blessent les yeux. Quand
vidé de l’université, comme je l’avais été du parti commu- on est catholique, plus de problème.
niste deux ans plus tôt car j’avais prononcé un discours dans
une réunion publique sans autorisation. Pour me tenir à Les Français, eux, ne brillent pas tellement…
erl’écart de la jeunesse, on m’a trouvé un travail à la Biblio- Après François I , qui se passionnait pour les arts, les rois
thèque nationale, au département des manuscrits. C’était de France s’en désintéressent. Jusqu’à Henri IV, eux aussi
comme envoyer un rat dans un fromage : j’étais ravi ! Je suis sont occupés à se taper sur la fgure. Les guerres de religion,
ensuite devenu traducteur, un métier bien payé en Pologne, en France, n’avaient rien à envier à ce qu’elles étaient en
Almais qui me laissait peu de temps pour la recherche. Un mi- lemagne : un déchaînement de barbarie, avec, à la clé,
l’enracle s’est alors produit. On m’avait suggéré de poser ma sauvagement de la noblesse, qui a perdu le peu d’intérêt
candidature au CNRS. J’ai envoyé mon projet de recherche, qu’elle avait pour la vie intellectuelle et artistique. Le pays
toute la paperasserie, et un beau jour j’ai reçu une réponse. retrouve enfn la paix, avec l’arrivée d’Henri IV, à la fn du
eLe temps d’obtenir un passeport, je suis arrivé en mai 1973 à xvi  siècle, mais ce dernier est assassiné, et Louis XIII n’a
Paris, et j’ai commencé à travailler au Centre de recherches aucune attirance pour l’art. Les grandes collections seront
historiques, où je suis resté jusqu’à ma retraite. donc constituées par Richelieu et Mazarin. Nous ne savons
pas dans quelle mesure ce cardinal a infuencé Louis XIV.
Et vous vous plongez dans l’histoire des musées, Les spécialistes continuent de débattre pour savoir si ce
dont vous situez l’origine dans l’italie de 1471. Pourquoi ? monarque était un collectionneur passionné, ou s’il
consiÀ ce moment-là naît la première collection publique, au dérait que former une collection incomparable faisait par -
double sens du terme. D’abord, il s’agit d’antiquités of - tie de son métier de roi. D’où cette célèbre phrase attribuée
fertes à la ville de Rome, qui les expose dans le palais de la à Colbert : « Il nous faut avoir tout ce qu’il y a de beau en
Itamunicipalité, au Capitole. Ensuite, cette collection est ac- lie. » Formule qui pourrait ensuite présider au programme
ecessible au public, même si, à la fn du xv siècle, cela ne des prétendues conquêtes artistiques révolutionnaires. Car
concerne qu’une mince couche de la population. Ces an- la Révolution, sur ce point, a essayé de réaliser le
protiquités romaines ont une deuxième caractéristique, ex- gramme monarchique. Le Louvre en est un parfait exemple.
trêmement importante : ce sont des objets païens. Ils ne À partir des années 1740, une pression s’est exercée sur la
pouvaient être exposés dans un temple chrétien. Le mu- monarchie pour la création d’un musée et son installation
sée est donc à la fois une institution publique et séculière. dans ce palais. D’Angiviller (1730-1809), le directeur général
des Bâtiments du roi, a fait avancer le projet malgré la
situation lamentable du budget de l’État. La Révolution est
intervenue avant que la monarchie ne fnisse son œuvre, et les
révolutionnaires ont continué. ☞
4 Télérama 3680 22 / 07 / 201934
Naissance
à Varsovie.
1940
Déporté
au Kazakhstan.
1965
Docteur en
philosophie
à l’université
de Varsovie.
1973
Rejoint le CNRS,
à Paris.
1987
Collectionneurs,
amateurs
et curieux.
Paris-Venise :
e eXVI -XVIII  siècle,
éd. Gallimard.
2008
La Révolution
européenne,
1945-2007 (avec
Elie Barnavi),
éd. Perrin. p
s
s
o
t
t
l
L’invité ’hisorien e philophe Krzyofzt omian
vous parlez d’une coupure en 1851. Que se passe-t-il ? On en compte maintenant plus de quatre-vingt mille.
La « Grande Exposition universelle des travaux de l’industrie Ce nombre va-t-il continuer de croître ?
de toutes les nations », au Crystal Palace, près de Londres, a Oui. Cela va prendre du temps, mais je pense que, tôt ou
plusieurs conséquences. D’abord, il en sort directement un tard, l’espace islamique y viendra aussi. C’est le plus grand
musée, que l’on appelle des arts appliqués, ou industriels, désert muséal, à quelques exceptions près, comme la
Turou parfois des arts décoratifs : le futur Victoria and Albert quie et l’Indonésie.
Museum. Il changera deux fois de lieu avant de trouver sa
place défnitive dans le quartier de Kensington. Ce modèle À cause de l’interdit de la représentation dans l’islam ?
se propage un peu partout. Dans l’espace germanique, Cela joue un rôle, surtout dans l’islam arabe, mais les cours
après 1851, j’en ai compté une trentaine en vingt ans. Il s’agit islamiques du nord de l’Inde ont produit un art superbe. À
aussi d’un tournant dans l’histoire des musées, car il est mon avis, un autre facteur intervient : le mépris souverain
beaucoup plus démocratiquement conçu qu’auparavant. de l’islam pour le passé pré-islamique. De plus, la présence
de musées suppose un certain degré de sécularisation et
De quelle manière ? l’existence de couches sociales aisées pour lesquelles on
Les objets présentés sont souvent d’usage quotidien, alors les ouvre au départ. Or, dans une société comme celle de
que, dans les musées des beaux-arts, ils sont d’origine aris- l’Arabie saoudite, par exemple, aucune de ces conditions
tocratique dans 99 % des cas. Ensuite, ces musées sont plus n’est satisfaite. Mais je pense que l’Islam se sécularisera un
ou moins liés à des écoles qui doivent enseigner les arts dé- jour, ce qui ira de pair avec l’essor des musées.
L’amélioracoratifs, la céramique ou l’art des métaux. Et leurs horaires tion du niveau de vie en Afrique, au sud du Sahara, elle
ausles rendent accessibles. Henry Cole (1808-1882), l’homme si, favorisera leur ouverture.
qui a créé le premier musée d’arts appliqués, venait
luimême d’un milieu relativement modeste et avait cette fbre Quel est l’avenir des grands musées après la crise du Covid ?
démocratique. Si vous n’ouvrez les musées qu’en semaine En obligeant à limiter le nombre de visiteurs, l’épidémie
réet aux heures habituelles, les gens qui travaillent ne duit les recettes de billetterie et impose des coûts
suppléviennent pas. Or, la journée de labeur durait dix heures, mentaires, de désinfection fréquente par exemple. Pour le
parfois douze. Une bataille a eu lieu pour l’ouverture domi- reste, elle ne changera pas grand-chose. L’afuence restera
nicale, condition nécessaire à la démocratisation du musée. forte et il faudra trouver des moyens d’orienter le public
vers les œuvres aujourd’hui moins fréquentées. Il en serait
autrement dans le cas d’un efondrement durable du
tourisme à l’échelle mondiale, mais cela paraît peu probable.
Les musées devront aussi se mettre en réseau pour
multiplier les prêts de longue durée. Il est absurde qu’il y ait tous
ces Picasso à Paris, et pas un seul dans certains pays.
Et les restitutions ?
C’est une afaire beaucoup plus délicate. D’abord, la Seconde
Guerre mondiale n’est toujours pas soldée. Non seulement
en raison des biens juifs qui n’ont pas été rendus aux ayants
droit — nous en avons toujours dans les musées français —
mais aussi à cause de la Russie. Elle s’est emparée d’objets des
musées allemands et de biens issus du pillage opéré par les
nazis dans diférents pays. Et elle en détient énormément.
Pour ce qui est de la Hongrie, de la Bulgarie, de la Roumanie
et de l’Allemagne, une décision de la Douma, le Parlement
russe, qui doit dater des années 1990, décrète que toutes ces
œuvres resteront pour l’éternité en Russie en tant que
compensation des destructions opérées pendant la guerre. Cette
manière de traiter les problèmes par un oukaze est contraire
aux relations internationales civilisées. Et puis, il faudra
trouver les moyens de faire en sorte que l’art africain ne soit pas
visible uniquement à Paris mais aussi à Dakar et dans d’autres
endroits. C’est une question de simple justice.
vous avez participé à un projet de musée de l’Europe.
Où en est-il ?
« Il f  audra faire en sorte que l’art Nulle part. Il existe bien une Maison de l’histoire
européenne, mais elle est une émanation de la bureaucratie africain ne soit pas uniquement
bruxelloise : un monde sans odeur, sans saveur, sans confit,
visible à Paris mais aussi à Dakar alors que notre histoire est faite de confictualité. On peut
espérer qu’un jour l’Europe confera à des intellectuels la et dans d’autres endroits. C’est
mission de créer un musée en toute indépendance. Mais,
une question de simple justice. » pour des raisons d’âge, ce ne sera pas avec moi… •
6 Télérama 3680 22 / 07 / 20AP_UIT_TELERAMA_Exé.inddAP_UIT_TELERAMA_Exé.indd 11 15/07/202015/07/2020 09:1609:16
TBWA\CORPORATE - Getty Imagesa
a
m
r
ç
­
s
e
s
g
s
t
e
s
­
e
Sommaire du 25 au 31 juillet 2020
Le chos heureu
Créée en 1994 par l’Américain Jef Be­3 zos, la pieuvre Amazon commence
peu à peu à nous étoufer sous le poids
de services devenus tentaculaires et
trop intrusifs, menaçant de mort lente
non seulement nos économies, mais
jusqu’à nos identités, de plus en plus
observées, surveillées, utilisées. Heu­
reusement, de par le monde, s’amor
cent les résistances ; en témoigne
notre dossier… Les musées sontils
eux aussi, à leur façon, des lieux de ré­32 sistance ? À la laideur, à l’horreur pos­
sibles du monde et du temps ? L’histo­
rien et philosophe Krzysztof Pomian,
notre invité, nous raconte leur formi­
dable histoire. Collectionner, archi­
ver… À l’université Côte d’Azur, à Nice,
la directrice de projets Samira Karrach
a imaginé avec ses étudiants une carte
interactive et participative où sont ré­
pertoriés tous les effets positifs du
confnement — il y en a… — en termes
de biodiversité. Garder la mémoire
des choses heureuses, riches. C’est
malheureusement plutôt rare. Mais
nécessaire. Alors nous évoquons ici
pour vous des femmes à l’ œu vre ma­
gnifque mais trop souvent o ubliée, ou
tronquée : des artistes du Bauhaus à la
cinéaste Germaine Dulac, en passant
par la romancière Anne Golon, créa­
trice de la rebelle et féministe Angé­36 26 lique… — Fabienne Pascaud
Couverture zine dAnS L’oMbrE dE… (6/7) CritiqueS
tionalena 3 L’invité 24 Gunta Stölzl au bauhaus 39 Le rendez-vous
L’entrepôt l ’historien et philosophe elle était la seule femme Qu’est-ce que le cinéma ?,
d’Amazon krzysztof pomian de ce bastion masculin un essai de germaine dulac
à Rugeley (G.-B.) 9 Premier plan 42 Cinéma
Ben Roberts/ des milliards tombent du ciel 26 Les films invisibles 48 Livres
Panos-Rea 10 Qui ? Comment ? Pourquoi ? pour que revivent certains 50 Musiques
kubrick ou chabrol, il faut ruser 51 Enfants
Couverture niC LE do SSiEr
Samira Karrach 12 La fronde contre Amazon LES inviSibLES dE LA CuLTurE 52 Talents
Olivier Metzger de par le monde, ils sont de (4/6)
pour Télérama plus en plus nombreux à se 31 éric Soyer, créateur de lumière 53 Scènes
rebeller contre l’empire de Jef ses éclairages sont uniques
bezos. Jusqu’à le faire vaciller ? éléviSion
32 un personnage disparaît… 55 Le meilleur de la semaine télé
ce numéro comporte :
une couverture spécifique L ES Anné ES 1920 (6/8) comment les acteurs de séries La Terre du milieu, sur France 3
« paris-ÎdF » pour les abonnés
et les kiosques de paris-ÎdF 16 Les débuts du surréalisme et les scénaristes le vivent-ils ? 60 Programmes et commentaires
et une couverture nationale ;
une couverture 4 pages aragon publie Anicet, un pied
spécifique « nice » pour
les abonnés et les kiosques de nez au roman classique A bouGE En ré Gion (6/6) adio
des dép. 06 et 83. posé sur
ela 4 de couverture pour 36 À nice, une autre géographie 116 Le meilleur de la semaine radio
les abonnés de la France
métropolitaine : un 4 pages 20 La vraie marquise des Anges l ’université côte d’azur Je reviens du monde d’avant,
« collection Le Monde
maigret » sur une sélection anne golon s’inventait un répertorie des phénomènes sur France inter
d’abonnés. édition régionale,
Télérama+Sortir, pages double, guerrière et féministe naturels extraordinaires 118 Les programmes
spéciales, foliotée de 1 à 48
jetée pour les kiosques des 23 Les radios musicales apparus pendant le
dép. 75, 77, 78, 91, 92, 93,
e94, 95, posée sur la 4 de pour faire revenir les 15-34 ans, confinement 123 Mots croisés
couverture pour les abonnés
des dép. 75, 78, 92, 93, 94. elles doivent se renouveler
8 Télérama 3680 22 / 07 / 20
RobeR to FRankenbeR g pouR téléRama | Jean-FRancois RobeR t/modds |  olivieR metzgeR pouR téléRama |  palomaR pictuRes («  le limieR », de Joseph l . mankiewicz, 1972)m
r
u
e
i
l
a
s
e
r
d
o
a
l
Premier Pan
Le Conseil de
l’Union européenne
à Bruxelles,
le 17 juillet.
C’t ’lli s ? 
Par Vincent Remy
gaux (Autriche, Pays-Bas, Suède et Danemark) —, ne par-« Y a pas d’argent magique » : cette réplique
histoviendront pas à freiner cette création monétaire quasi
virique prononcée en avril 2018 par le président rale, dont le but est d’empêcher une nouvelle crise de 1929…
Certes, la contrepartie souhaitable de cette frénésie moné-Macron face à une aide-soignante du CHU de
taire serait que de l’argent rentre enfn dans les caisses des
Rouen semble avoir eu un efet… miraculeux ! États. Cela tombe bien, un petit groupe de millionnaires et
Aujourd’hui, les euros tombent du ciel. En juin, 6 milliards de milliardaires — parmi lesquels aucun Français — a lancé
pour la hausse des salaires des soignants. Le 15 juillet, un appel et implore les dirigeants politiques : « S’il vous plaît,
100 milliards consacrés « à la relance et à l’avenir », et un pa- taxez-nous ! » L’argent n’est pratiquement jamais là où il est
tron du Medef, habituellement rétif à toute dépense pu- nécessaire, rappelle l’économiste Paul Jorion. Ces quelques
blique, impatient que « l’ensemble des entrepreneurs fran- très riches, qui se défnissent comme des heureux du
çais puissent voir la couleur de l’argent ». Enfn, les 17 et monde, montrent une autre voie possible : qu’attendent les
18 juillet, un conclave européen — dont nous ne connais- décideurs politiques pour s’y engager ?  •
sons pas l’issue lorsque nous écrivons ces lignes — doit
entériner un plan de 750 milliards, dont 500 milliards
constitués d’investissements qui ne seront jamais remboursés par
les États ! Oublié le vieil argument néolibéral — « vos enfants
devront payer ! » —, marqué du coin du faux bon sens qui
voudrait que la dette d’un État soit comparable à celle d’un
ménage… Espérons que les « Frugal Four », les quatre
fruTélérama 3680 22 / 07 / 20 9
François lenoir - FPo
b
a
o
t
t
o
e
r
i
j
o
t
a
r
­
a
a
a
Qui ? Comment ? Pour Quoi ?
curité rendent les concerts de facto
défcitaires ? Hervé, dont le premier
album paru en juin de vait s’accompa­
gner d’une tournée, accuse le coup
avec humour : « Le signal est clair, ça
ne sent pas bon, mais j’ai déjà joué
devant une salle vide, un public assis,
on m’a programmé un drive-in, et
sinon je chante devant mon téléphone.
Alors jouer avec un masque, pourquoi
pas… Parfois, pourtant, je me dis
qu’il ne faut pas qu’on accepte tout et
n’importe quoi simplement pour
exercer notre métier. Avec le confnement,
la règle était la même pour tous, feu
vert ou feu rouge. Là, ce feu orange,
c’est compliqué. » Mademoiselle K se
veut plus optimiste : « C’est un moindre
mal, surtout si la mesure permet
d’ouvrir les salles de spectacle, car il y a
urgence. » organisatrice de la tournée
d’Hervé, agathe olivier n’y voit pour ­
tant aucune garantie et regarde la
rentrée s’éloigner un peu plus
chaque jour : « Peu importe le masque
Aux Francofolies de La Rochelle, le 13 juillet, avec Gaëtan Roussel et Raphaël. tant que la question des jauges réduites
n’est pas r églée. Or j’ai peur que les
concerts programmés à l’automne ne Masqués, M ais tout ouÏe puissent avoir lieu, sauf à rendre ses
billets à la moitié du public. » s ’adapter
« Ça divise les émotions par deux. » les artistes sont partagés. et leurs ou s’arrêter ? pour garder la tête hors
« L’avantage, c’est que cela ne bouche tourneurs, peu rassurés. parvien­ de l’eau dans ce marasme généralisé,
pas les oreilles. » Depuis l’annonce par drontils à se plier à cette nouvelle Hervé a fnalement tranché : « Je ferai
emmanuel Macron du port du mas­ contrainte sanitaire, alors que les li­ tout pour ne m’habituer à rien.  »
que obligatoire dans les lieux publics, mites de jauges, et les distances de sé­ — Odile de Plas
RepéR ée Âge 29 ans. montage. elle se fait remarquer en
Profession a ctrice. 2010 dans le téléflm Sie hat es verdient
Actualité Dans Babylon Berlin (My­ (« elle l’a cherché »), où elle joue une
Canal), elle incarne Charlotte Ritter, adolescente accusée d’avoir torturé
« garçonne » dans le Berlin de 1929, se­ une de ses amies. son rôle dans Baby -
crétaire le jour, prostituée la nuit, qui lon Berlin lance sa carrière à l’étranger.
veut gravir les échelons de la police on l’a vue aussi dans Counterpart, sé ­
pour devenir détective. « Lotte n’est pas rie d’espionnage avec J.K. simmons.
ambitieuse, elle cherche une famille, un Signes particuliers Cette amatrice de
cadre où elle se sente utile », analyse la co­ danse contemporaine « rêve d’un
médienne, qui saisit brillamment la vi­ monde où l’on pourrait communiquer
vacité d’esprit du personnage, son éner­ sans parler » et milite pour une forme
gie presque adolescente, où percent les de décroissance, qui s’illustre aussi
traumatismes d’une vie miséreuse. bien dans son jeu, sobre et clair, que
Ascendants Diplômée en philosophie, dans sa vie quotidienne. installée à la
elle approche ses personnages « en campagne, elle explique, non sans hu­
[se] concentrant sur leurs émotions ca- mour : « J’ai décidé de moins jouer et je
chées et leurs impulsions ». elle dé ­ n’ai aucune peur de ne plus avoir de
croche son premier rôle à 16 ans dans rôles. Je préfère dès aujourd’hui imagi-Liv Lisa l’adaptation allemande du roman de ner ma vie d’après, plutôt que de
sucMichel Houellebecq Les Particules élé- comber à une crise de panique à 60 ans. » FRies mentaires (2006), mais est coupée au — Pierre Langlais
10 Télérama 3680 22 / 07 / 20
X Filme Creative Pool nterainment GmbH - De Get Film GmbH - et Film GmbH - Sky Deut SCHlanD GmbH | PHPQ/le PariSien/ma XPPP | tHemb HaDebe/ P/SP | ober Palka - 2019 Film PrDuk C.QuAND Les J t IGN ore Nt L ’AFr IQue
La personnalité africaine à qui les Jt 1 crés parlent de confits et de
géopoliont donné le plus la parole ces dix der- tique, concourant à en donner une
renières années est morte… en 2011. Il présentation chaotique et déformée.
s’agit de l’ancien chef d’État libyen, Ce prisme focalise surtout l’attention
mouammar Kadhaf, qui entre 2009 et sur un nombre restreint de pays, cinq
le jour de sa disparition y est intervenu d’entre eux (Égypte, Libye, tunisie, m
aquarante-cinq fois. Ce qui le situe en li, Algérie) ayant concentré plus de la
e 423 position du classement des person- moitié de l’attention ces dix dernières
nalités les plus médiatisées de la décen- années. enfn, si vous n’avez jamais
ennie. À lui seul, ce constat établi par l’INA tendu parler de la sud-Africaine
Nkosadans une passionnante étude en dit zana Dlamini-Zuma, rien que de très
long sur l’efacement de l’Afrique dans normal. Celle qui dirigea la Commission INter VIew m INute
les Jt . Le continent représente près de de l’union africaine pendant cinq ans
17 % de la population mondiale, mais (l’équivalent de notre Commission eu- LANCeur D ’ALerte
seulement 2 à 5 % des sujets du Jt , les an- ropéenne) n’a eu droit qu’à cinq
pasnées creuses. Il faut que les guerres et sages sur les chaînes françaises durant Au PAys D es so VIets
les soulèvements l’embrasent comme les dix dernières années. Femme et
en 2011, avec les révolutions au magh- africaine, l’invisibilité au carré. L’Ombre de Staline, de la réalisatrice polonaise Agnieszka
reb, en Égypte et en Libye, pour que sa — Olivier Milot Holland, raconte l’histoire vraie du journaliste Gareth Jones :
médiatisation atteigne 12 %. et plus des 1 JT du soir de TF1, France 2, France 3, en s’infiltrant clandestinement en Ukraine, en 1933, il dévoila
deux tiers des sujets qui lui sont consa- Canal+, Arte et M6. au monde entier la terrible famine organisée par le pouvoir
stalinien. Connue sous le nom d’Holodomor, cette
extermination par la faim fit plusieurs millions de victimes.
Initialement prévu le 18 mars, le film est sorti en salles le 22 juin
et rencontre un large public avec plus de deux cent mille
entrées au bout d’un mois. Décryptage de ce succès inattendu
par Alexis Mas, le patron de Condor, distributeur du film.
Quand avez-vous découvert L’Ombre de Staline ?
Lors de la Berlinale 2019 où le flm était en compétition, mais
sans en acheter les droits tout de suite. Quand nous avons
découvert la version remontée et resserrée par Agnieszka
Holland, nous avons signé, à l’été 2019.
Comment expliquez-vous le succès du film, qui traite Nkosazana
DlaminiZuma, ex-présidente d’un sujet si dificile ?
de la Commission Nous avons décidé de proposer le flm au public dès la
réoude l’Union africaine,
verture des salles, le 22 juin. Nous étions alors une des rares trop rare sur les
chaînes françaises. nouveautés [d’autres flms à l’afche, comme La Bonne
Épouse ou De Gaulle, étaient sortis avant le confnement,
ndlr]. Il y a donc eu un efet de loupe, avec un flm très
singuVIVemeN t D emAIN lier dans sa proposition, et l’un des seuls étrangers, en
anglais, même si nous avons choisi de le proposer aussi en VF À peine Le Bureau des afn qu’il soit difusé dans toutes les salles, y compris les
multiplexes. L’Ombre de Staline est un flm historique qui éclaire légendes refermé, Éric le présent et ofre des résonances à ce qu’on entend
aujourd’hui à propos de la société médiatique et des fake news. Rochant prépare sa première Gareth Jones était en fait un lanceur d’alerte avant l’heure.
série américaine qui Qu’est-ce que ce succès va changer pour vous ?
Au moment du confnement et donc de la fermeture des ci-parlera… d’espionnage, sur némas, notre société de distribution, Condor, aurait pu
couler : tous les frais de marketing avaient déjà été engagés sur un terrain de jeu mondial. ce flm, et nous n’avions en face aucune recette. Le 18 mars,
nous aurions dû difuser cent cinquante à deux cents copies… Vive son obsession pour Pendant les jours qui ont suivi la réouverture, nous avons
culminé à sept cents. Dans un contexte de reprise timide, l’univers du renseignement L’Ombre de Staline est aujourd’hui notre plus gros succès, et
nous en sommes très fers.et la géopolitique ! Propos recueillis par Caroline Besse
Télérama 3680 22 / 07 / 20 11s
e
s
e
t
m
i
z
t
e
t
e
t
L’ogr A Aon
L es p pouc