Telerama du 22-09-2021
156 pages
Français

Telerama du 22-09-2021 , magazine presse

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
156 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Date de parution 22 septembre 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 21 Mo

Exrait

M 02773 - 3741 - F: F: 3,303,30E
3’:HIKMRH=XUXXU\:?n@h@e@b@k";
MERCREDI 22 SEPTEMBRE 2021021021
HEBDOMADAIREFR 3,30€
BEL, LUX 3,90€DOM 5,50€
CH 5,70 CHFMAR 43 MAD
CPPAP Nº 0621C80864
Nº 3741
DU 25 SEPTEMBRE
ER
AU 1 OCTOBRE 2 2021021
SSÉÉRRIIEESS, D, DOOCCUMEUMENNTTAAIIRREESS, M, MAAGAGAZZIINENESS……
POURUOI
LE CRIME
CRÈVE L’ÉCRAN
codecodes 8s 8000000L’invité
Père bipolaire, blessures d’enfance… Dans ses flms,
le cinéaste belge parle souvent de son histoire
à mots couverts. Admirateur de Christine Angot
et de Jane Campion, il nous confe ses obsessions.
  Joachim
Lafosse
Propos recueillis par Guillemette Odicino Dans ce bureau aux fenêtres ouvertes ranger d’abord avec ce qui m’est arrivé après l’enfance. Dès
Photo  Jérôme Bonnet pour Télérama  sur la rue, le bruit extérieur ne dé- ma première année d’école de cinéma, j’avais écrit que je
range pas Joachim Lafosse tant il voulais raconter ce qui se passe dans l’entourage d’un
psyvoyage profondément dans ses pen- chotique, à travers le regard de sa femme et de son enfant.
sées, ses émotions, pour trouver les réponses les plus
précises et sincères. Le cinéaste belge confe les dessous des Ce neuvième film vient donc de loin ?
Intranquilles, son neuvième et superbe long métrage, en Je me souviens de la dernière hospitalisation de mon
compétition au dernier Festival de Cannes : une genèse pa- père. Je devais avoir 15 ans. Ma mère n’en pouvait plus, et
radoxalement sereine pour ce flm très autobiographique nous a chargés, mon frère jumeau et moi, de son
accompaqui s’inspire de sa propre enfance entre un père maniaco- gnement à l’hôpital. Quand nous sommes rentrés à la
dépressif et une mère qui peine à rester amoureuse envers maison, nous en avons rigolé : ça méritait un flm ! Plus que
et contre, tout contre, la maladie de son mari. De Nue Pro- tout, il y a eu cette parole de ma mère, quand j’avais 7-8 ans,
priété (2006), où deux frères se déchirent, à L’Économie du donc l’âge du petit garçon dans le flm, et que j’ai mis du
couple (2016), sur l’impossible cohabitation d’un couple en temps à comprendre : « Ton père, je l’aime encore, mais la
rupture, en passant par À perdre la raison (2012), avec Émi- maladie, c’est trop dur, je n’en peux plus. » Il m’a fallu des
anlie Dequenne en mère que l’asphyxie familiale rend infanti- nées pour m’arranger avec cette phrase : quand on aime
cide, le réalisateur, admirateur de Maurice Pialat et de Mi- quelqu’un, on reste, non ?
chael Haneke, n’a cessé de flmer la complexité des rapports
fusionnels. De regarder la violence derrière cette porte de À quel moment vous êtes-vous senti prêt ?
l’intime que d’autres préfèrent laisser fermée. Regard tour- Quand je me suis senti entouré de la bienveillance
nécesné vers le ciel, voix douce comme s’il lisait un conte pour saire. Juste avant, j’avais totalement changé d’entourage de
enfants, il confe ses admirations, ses obsessions, et même travail : un nouveau producteur, Alexandre Gavras, et de
ses défauts, avec le calme de celui qui a appris à dompter tout jeunes producteurs belges. Un nouveau départ et une
À voir ses souvenirs et ses démons, mais qui n’est pas près de tran- force nouvelle. J’ai travaillé avec six scénaristes
consécusiger avec le réel et la vérité au cinéma. tifs : chacun leur tour, ils venaient ajouter une pierre à
l’édifce, avant la lumière de la rencontre avec les acteurs. Dès b
Les intranquilles, Pourquoi aborder cette époque de votre enfance sa première lecture du scénario, Leïla Bekhti me dit cette
de Joachim aujourd’hui ? chose magnifque : elle aime autant le personnage que joue
Lafosse. Sortie Je suis bouleversé par la justesse de Christine Angot dans Damien Bonnard que le sien, car tous deux se battent pour
le 29 septembre. son dernier livre, Voyage dans l’Est 1. Si ses mots nous ne pas être fgés. Elle refuse de n’être qu’une infrmière, il
Lire critique touchent si intensément, c’est qu’elle n’a jamais lâché : elle ne veut pas être qu’un diagnostic. Grâce à ces deux
merveildans notre n’a cessé de creuser ses souvenirs, les a sculptés de manière leux acteurs, ce n’est pas un flm sur la bipolarité, mais un
prochain numéro. obsessionnelle. Moi aussi je devais en passer par là, et m’ar- flm d’amour entre mon père et ma mère. ☞
4 Télérama 3741 22 / 09 / 211975
Naissance à
Uccle (Belgique).
2000
Premier
court métrage,
Égoïste Nature.
2004
Premier
long métrage,
Folie privée.
2008
Élève libre.
2012
À perdre la raison.
2016
L’Économie
du couple.s
a
o
s
L’invité Le cinéate Jochim Lafse
☞ Enfants, avec votre frère jumeau, aviez-vous conscience votre père a-t-il vu Les Intranquilles ?
de la maladie de votre père ? Très intelligemment, pressentant toute l’intimité qu’il
Grandis trop vite, nous vivions dans un climat d’inquié- contient, et vigilant, aujourd’hui, sur ses afects et ses
réactude constante, surtout quand il était joyeux, alors que la tions, il m’a demandé de le visionner seul chez lui plutôt
joie des parents, normalement, doit faire plaisir aux en- que dans une salle. Puis il m’a demandé de dire dans
fants. S’il était euphorique, on lui demandait s’il avait toutes mes interviews qu’on peut arriver à vivre avec la
bien pris son traitement. Le soin est un sujet complexe : maladie, car il n’a plus été hospitalisé ni pris de lithium
s’il mène au sacrifce, à l’oubli de soi, il est dévastateur depuis trente ans. J’ai beaucoup d’admiration pour
l’autopour tout le monde. Dans un couple, si l’un se retrouve à nomie qu’il a acquise.
la charge de l’autre, la question de la limite de
l’acceptation se pose. Est-ce que je prends en charge ce qui ne Avez-vous l’impression que la psychiatrie est en retard ?
changera jamais ? Ce qui est incurable ? Question boule- Il suft d’interroger les psychiatres. Le manque de moyens
versante et fondamentale puisque nous sommes tous et d’investissement dans la santé mentale est hallucinant !
plus ou moins malades. Au-dessus de son bureau, Freud Nombreux sont ceux dans la société qui, au sein de leur
avait afché cette phrase : « De tous mes patients, celui qui entourage, ont une personne atteinte de troubles
menme préoccupe le plus, c’est moi. » taux, mais ces problèmes sont mis sous le tapis. Il faut,
bien sûr, des traitements médicaux, chimiques. Mais
l’alDe tous vos personnages, est-ce de vous que vous vous liance est possible avec la psychothérapie. Le Dr Luc
Faupréoccupez le plus ? cher, qui est chef de service à l’hôpital Saint-Anne, à Paris,
Pour accueillir les émotions que des acteurs aussi magni- et qui a beaucoup participé au scénario des Intranquilles,
fques m’ofrent, et ne pas en être gêné, il faut un travail prétend, de plus, que nous avons quelque chose à
appréalable sur moi. Car ce flm n’a rien d’une thérapie. Elle prendre de cette maladie. Il n’y a qu’à voir le nombre de
a été faite avant. Je suis en analyse depuis trente ans, trois chefs-d’œuvre qui ont été peints, écrits, chantés par des
fois par semaine. Lors de ma première séance, quand j’ai maniaco-dépressifs. Aujourd’hui, beaucoup de malades
19 ans, je craque et avoue ma terreur de découvrir que je taisent leur maladie et ils ont raison : dès lors qu’ils parlent,
suis bipolaire, comme mon père et ma grand-mère qui ont on les enferme dans un diagnostic.
été hospitalisés dans le même hôpital psychiatrique. Mais,
en fait, la seule leçon qu’ils m’ont transmise est la
nécessité d’interroger les excès pour trouver l’apaisement. Le dé-  Mon film Les Intranquilles
clic du flm m’est venu, il y a quatre ans, du peintre Gérard n’a rien d’une thérapie.
Garouste et à la lecture de son livre L’Intranquille 2 : je vais
pouvoir m’appuyer sur l’histoire du peintre et de son Celle-ci a été faite avant.
épouse, Élisabeth, devenue une grande designer, qui Je suis en analyse depuis trente
montre que le couple et la vie familiale restent possibles.
Quel soulagement que le récit de cet homme qui a vécu des ans, trois fois par semaine. »
hospitalisations comme mon père, a soufert de la
difculté de sortir du traitement au lithium, qui assomme, mais a
su dompter son hypersensibilité. Dans quel état faut-il se mettre pour créer ?
Lors de mon premier flm, Folie privée, tourné en dix jours,
Au départ, le personnage du père devait l’équipe n’en pouvait plus au bout de sept jours ! C’est avec
être photographe… l’expérience que j’ai compris qu’un tournage est un
exerMon père l’a été. Pour gagner sa vie, il photographiait des cice d’endurance qui n’autorise pas les états extrêmes.
œuvres d’artistes plasticiens pour leurs catalogues
d’exposition. Des artistes belges venaient donc à la maison, et mon vous venez de la grande bourgeoisie flamande…
père passait des nuits entières, dans une énorme joie, à Désargentée. Des entrepreneurs dans le bâtiment public,
éclairer ces sculptures ou ces tableaux pour en faire les plus du côté de ma mère, qui ont tout perdu à la suite d’une
belles reproductions. Damien Bonnard a étudié aux Beaux- énorme faillite. Mais ma mère est une grande romancière
Arts et m’a poussé à faire de son personnage un peintre. J’ai qui s’ignore, donc tout n’est peut-être pas vrai dans ce
d’abord hésité par loyauté envers Gérard Garouste. Mais j’ai qu’elle m’a raconté sur l’histoire familiale.
tellement aimé regarder Piet Raemdonck, le peintre
anversois qui a peint les toiles du flm avec Damien, au travail, Et du côté paternel ?
dans son atelier. J’admire tant cet autre art qui n’a rien à voir Mon arrière-grand-père a inventé le mètre pliable — le
avec le cinéma : les peintres ne regardent pas la lumière mètre Stanley. Malheureusement pour lui, il a dû
recomme nous. Et le décalage s’est révélé magique : cet enfant prendre l’usine familiale, qui a périclité. Souvent, quand
de peintre, c’est moi, mais pas tout à fait. une génération a acquis beaucoup de biens, il est difcile
pour la suivante d’en acquérir autant. De plus, la
généravous avez un frère jumeau mais il n’y a qu’un enfant tion des entrepreneurs oublie souvent de transmettre la
dans Les Intranquilles. force, la confance en soi. La génération qui perd le capital
Jusqu’à un mois du tournage, il y avait deux enfants dans déprime, et c’est encore plus douloureux pour la suivante,
le scénario. Et puis je me suis dit : « Merde, c’est mon histoire, qui fnit par dépenser pathétiquement le peu qu’il reste. La
mon ressenti que je veux partager ! » C’est la première fois quatrième génération, elle, hérite seulement d’une
hisque je passe de « on » à « je ». toire à raconter. C’est ce qui m’est arrivé. ☞
6 Télérama 3741 22 / 09 / 21
 «POUR MARION,
ENSEIGNANTE,
RÉUSSIR SA RENTRÉE
N’EST PA S
UN PR OBLÈME.
Ba nque Po pula ir e et la CASD EN, la ban que coo péra tiv e
de la Fo nction publique, accomp agnent les enseignants pour
une re ntrée scolair e réussie, que ce soit pour leurs besoins
personnels, av ec des offr es dédiées aux agents de la Fo nction
publique, ou pour leu rs pr ojet s pr of ession nel s, av ec la mise à
disposition d’outils cultur els et pédag ogiques.
Document à caractèr e publicitair e et non contractuel.
BPCE - Société anon yme à dir ectoir e et conseil de sur veillance au ca pital de 180 478 270 eur os - Siège social : 50, av en ue Pierre Mendès France - 75201 Paris Cedex 13 - RCS Paris N° 493 455 042 -
CASDEN Banque Populair e - Société Anon yme Coopérativ e de Banque Populair e à ca pital variable - Siège social : 1 bis rue Je an Wiene r 77420 Champs-sur -Marne - Sir en n° 784 275 778 -
RCS Meaux - Immatriculation ORIAS n° 07 027 138 - Crédit photo : Getty Images -
BP_FONCTION_PUBLIQUE_CASDEN_Telerama_20BP_FONCTION_PUBLIQUE_CASDEN_Telerama_20 9x272_39L.indd9x272_39L.indd 11 06/08/202106/08/2021 19:1619:16L’InvIté Le cInÉaste JoachIm LaF osse
Quelle est votre conception de la mise en scène ? Les Français adorent les Belges et leur humour.
Pour chaque flm il faut se laisser embarquer par le fond pour Pourtant, quand on regarde une partie de la famille
trouver la forme. Ressentir soi-même pour transmettre au royale belge, ce n’est pas rigolo. De sales histoires, des
mieux. C’est mon sixième avec le directeur de la photogra- enfants cachés. Un monde de psychoses. En Belgique, la
phie Jean-François Hensgens, et nous n’intellectualisons ja- morale vient tout couvrir. L’insolence et l’humour belge
mais. Nous avons commencé à collaborer pour un documen- existent, en fait, à cause de cela, comme des
échappataire, Avant les mots, sur la journée d’un petit garçon dans toires. La guerre linguistique, la haine réciproque entre
une crèche. Comment théoriser une mise en scène avec un francophones et néerlandophones était folle dans le s
enfant de 2 ans ? Pour Les Intranquilles, je voulais être plus années 1970. Cette histoire-là nourrit encore l’extrême
près des visages. J’avais écrit une scène entre Leïla et Damien droite famande aujourd’hui, qui fait 40 % des voix aux
dans l’atelier, quand le petit Amine est censé dormir, mais élections. Bruxelles réunit, heureusement, dans une
hors champ, dans sa chambre. Il est 22 heures, et Gabriel belle étincelle, des Wallons et des Flamands. Dans ma
Merz Chammah, qui joue Amine, s’est réellement endormi seule comédie, Ça rend heureux (2006), j’ai raconté ma
sur le divan de l’atelier. Qu’y a-t-il de plus beau, de plus vrai, rencontre avec cette ville : je n’en revenais pas de tant de
qu’un enfant qui dort ? Nous avons décidé de modifer la mélange, de joie et de bière ! J’ai coécrit le flm avec Kris
scène pour le flmer dans son sommeil. J’admire les portrai- Cuppens, un acteur néerlandophone, qui ne cessait de
tistes, et c’est avec ce flm-ci que je le suis le plus. me dire : « Allez, on n’a pas un sou, mais on fait du cinéma,
Patate ! » Même la dame des allocations chômage
m’encouQuand êtes-vous devenu cinéphile ? rageait : « Faites des flms ! »
Tardivement, à 20 ans, car il n’y avait aucun flm ni aucun
livre dans ma famille de droite catholique seulement ob- Dès votre troisième, Nue Propriété,
sédée par l’argent. Quand je découvre Jeanne Dielman, de vous dirigez Isabelle Huppert.
Chantal Akerman (1975), je réalise que la banalité de la vie Je n’y crois pas : l’actrice de Maurice Pialat et de La
Piad’une femme peut être vibrante. Après avoir vu Le Garçu niste, de Michael Haneke ! Dès le premier jour du
tour(1995), j’appelle mon père, certain qu’il m’a déjà parlé de nage, Isabelle Huppert me prend à part : « À partir de
mainMaurice Pialat. Il me répond : « Qui ça ? » La lucidité et la tenant, Joachim, c’est toi qui décides. » Avec une telle alliée,
cruauté de son cinéma m’étaient apparues si familières ! on se sent le roi du monde. C’était d’autant plus
émouTout de même, je me souviens d’un flm vu en famille, à la vant de retrouver Gabriel Merz Chammah, son petit-fls,
télé : Kramer contre Kramer (1979), dont nous avions discu- pour Les Intranquilles.
té ensuite. Parler de ce flm nous permettait, en creux, de
parler de nous. Le cinéma était donc une autorisation à Avant Leïla Bekhti, vous aviez dirigé Bérénice Bejo,
s’exprimer. J’ai pu entrer dans une école de cinéma après dans L’Économie du couple.
avoir enfn obtenu mon bac de manière terrifante, comme Bérénice est un soldat : cinquante prises ne lui font pas
je l’ai raconté dans Élève libre (2008). peur. Et, comme Leïla avec Gabriel, elle prenait en charge
« ses » flles dans le flm. Je ne supporte pas de diriger des
Un film sur les abus sexuels d’un adulte sur un enfant… enfants. D’en faire des marionnettes. Sur le plateau, je
Lors de la sortie, il y avait d’un côté un journal qui titrait donne les indications aux acteurs et ce sont eux qui les
di« Fuck le petit prince » et écrivait que le flm montrait une rigent. Je veille juste à ne pas les emmener trop loin dans
liberté à trouver dans l’apprentissage de la sexualité par l’émotion. La mise en scène est une constante interrogation
les adultes ! Et de l’autre des spectateurs qui commen- sur mon pouvoir de cinéaste.
taient « Quelle petite pute, ce gamin, il peut être content, il a
son diplôme »… Et moi, à l’époque, je ferme ma gueule. Je Justement, vous avez la réputation
m’en veux de ne pas avoir su dire le pire, comme Christine d’être un réalisateur dificile.
Angot. C’était bien avant Vanessa Springora et Camille Je le sais, et j’en arrive à dire aux acteurs : je vous en prie,
Kouchner, ces autrices qui ont changé le regard sur les su- n’écoutez pas la rumeur et laissez la chance à notre
renjets du consentement et de la pédophilie. J’entends dire contre. Je dois néanmoins concéder quelque chose : il
que Christine Angot est appréciée parce que le monde a m’est très souvent arrivé de dire oui à des acteurs, même
changé. Absolument pas ! C’est Angot qui a changé le très connus, et de changer d’avis, de les remplacer à l’aube
monde. J’admire trois femmes plus que tout : Christine An- du tournage. Je comprends que l’on m’en veuille et que
cegot pour son courage, Jane Campion pour sa manière de fl- la me porte préjudice. Pour L’Économie du couple, j’ai
démer le désir dans La Leçon de piano (1993), et Joyce McDou- cidé de travailler avec Cédric Kahn quatre semaines avant
gall, la psychanalyste et grande psychosomaticienne le tournage, et la productrice Sylvie Pialat m’a soutenu
néo-zélandaise. avec courage, en dédommageant le très grand acteur
prévu à l’origine. C’est terrible, je sais, mais je ne peux pas
faire autrement quand je réalise à la dernière minute que
« I  l m’est très souvent arrivé de dire cela n’ira pas. Au cinéma, quand on se voile la face, on va
toujours droit dans le mur. Donc, en efet, je suis pénible oui à des acteurs, et de changer
car je refuse de lâcher, ou de me taire. Le cinéma est une
d’avis, de les remplacer à l’aube question de désir, pas de pragmatisme. La justesse d’un
flm pâtit toujours des mariages forcés  •du tournage. Je comprends que
1 Éd. Flammarion.
l’on m’en veuille… » 2 Éd. L’Iconoclaste.
8 Télérama 3741 22 / 09 / 21REV ENEZ AU MO NDE
L’ ANT ARC TIQUE EMBLÉMA TIQUE
Baleines, colonies de manchots, pa ysag es de glac e...
Emb ar que z pour une cr oisièr e expédition à la
déc ouvert e du mythique Continent Blanc.
SP_TELERAMA_ANTARCTIQUE_0921.inddSP_TELERAMA_ANTARCTIQUE_0921.indd 22 13/09/202113/09/2021 13:1713:17
Cont act ez votr e ag ent de voy ag e ou appele z le 04 91 26 71 62. Document non contr act uel. Dr oits ré ser vés PONANT . ©St udio PONANT . IM013120040.PROMO
CA RTE LIBERT É
(2 ) 399 €299€ /A N
TGVTGV INOUI_Liberte_Telerama_2INOUI_Liberte_Telerama_2 09x272-15092109x272-150921 .indd.indd 11 15/09/202115/09/2021 14:1414:14m
a
g
a
t
a
g
o
s
s
r
erDu 25 septembre au 1 octobre ��21 Sommaire
uffre intime
Rarement aura-t-on vu tant d’afaires 29 criminelles portées, réinventées sur
des écrans, des chaînes, des platefor -
mes de toutes sortes. Documentaires,
flms, séries... La télévision aurait-elle
envie de jouer les justicières ? Et
avonsnous tant le goût du sang, pour que se
multiplient ce type de productions à
cause des succès d’audience que nous
leur faisons ? La tragédie des autres
rendrait-elle nos malheurs moindres et
nos vies plus douces ? Nous consacrons 4 notre dossier à cette déferlante
nouvelle. Notre invité, le cinéaste belge
Joachim Lafosse, dont le dernier superbe
opus, Les Intranquilles, sortira bientôt,
a l’habitude lui aussi d’ausculter nos
goufres intimes avec une lucidité, une
vérité quasi policières. Il raconte ici
comment il fait. Et l’acteur André
Dussollier de même, qui, dans son dernier
rôle au cinéma — Tout s’est bien passé, 35 de François Ozon —, est totalement
métamorphosé. Mais avec une quête
absolue de la vraisemblance. Du vrai.
Quel sera donc, au festival Musica de
Strasbourg, le cheminement du jeune
chef alsacien Léo Warynski et de son
ensemble vocal Les Métaboles, dans
leur désir de lier musique et
environnement, de faire entendre la relation
spirituelle qui les rassemble ? Quand l’art
se mêle du réel, il nous donne à voir 32 autrement. — Fabienne Pascaud
Couverture zine 3� il aurait rêvé d’être Belmondo CritiqueS
Photo 4 L’invité acteur fétiche d’alain r esnais, 47 Le rendez-vous
Jérôme Bonnet l e cinéaste Joachim lafosse andré dussollier se voyait dans soutine et de kooning
pour Télérama 13 Premier plan des rôles physiques. r encontre au musée de l’orangerie
l ’oP a de Vivendi sur 35 L’attrape-chœur 5� Cinéma
lagardère et Hachette livre l éo Warynski et son ensemble 58 Musiques
14 Mise à jour vocal l es métaboles 6� Livres
�� Repérée enchantent le festival musica 68 Scènes
la chefe d’orchestre 7� Arts
glass marcano utrement 71 Enfants
ce numéro comporte pour
la totalité des kiosques : 39 Penser
une couverture spécifique
« Paris-idf » pour les LE Do SSiER l es spectacles immersifs : éléviSion
abonnés et les kiosques de
Paris-idf , et une couverture �� À la télé, le crime paie l’avenir de l’art ? 73 Le meilleur de la semaine télé
enationale. Posés sur la 4 de
couverture : un encart de Quand un documentaire 4� Voyager La Caviar Connection, sur arte
2  p école des
loisirsgrandes histoires classiques innocente un condamné À Brest avec Jacques Prévert 84 Programmes
sur la totalité des abonnés ;
une enveloppe cfmm (en à tort aux états-unis ; 44 Découvrir et commentaires
aléatoire) sur les abonnés
des dép. 67, 68, 08, 10, 51, les petits arrangements une « maison-outil », un coup
52, 54, 55, 57, 88, 21, 58, 71,
89, 25, 39, 70, 90, 18, 28, 36, avec la vérité de l’adaptation de pouce aux circuits courts, adio
37, 41 et 45 ; un encart de 8 p
f estival du livre de mouans- par tf1 de l’afaire grégory ; une appli amie de la faune… 14� Le meilleur de la semaine radio
sartoux sur les abonnés des
dép. 13, 04, 06 et 83 ; un l’afaire guy georges Brut d’accordéon,
encart de 16 p r ue des
étudiants posé sur les vue par les femmes qui sur f rance musique
abonnés des dép. 13, 31, 35,
44, 59, 67, 69, 75, 92, 93 et l’ont vécue… 145 Les programmes
94. édition régionale,
Télérama + Sortir, pages
spéciales, foliotée de 1 à 64
jetée pour les kiosques des �9 Les petits livres verts 15� T alents
dép. 75, 77, 78, 91, 92, 93,
e94, 95, posée sous la 4 de comment la littérature s’est 154 Mots croisés
couverture pour les abonnés
des dép. 75, 78, 92, 93, 94. saisie des enjeux climatiques
Télérama 3741 22 / 09 / 21 11
Paul NickleN | Jérôme BoNNet Pour télérama | HuBert c aldaguès | JeaN-fraNçois roBert Pour téléramaBe
* ™Br il li ant
Change z
vo tr e
re gar d
sur l’ audition.
Signia Activ e Pr o
La nouv elle génér ation
d’ aides auditiv es.
Re dé couvrez le plaisir d’ entendre.
■ Design av ant-gardist e, type écouteur high-tech grand public
(1)
■ Re chargeable, jusqu’ à 26h d’ autonomie
®
■ Connectivité Bluetooth , appels, musique, TV , vidéos
Co nn ec ti vi té Re cha rg ea ble In te ll ig enc e
®■ Capteurs de mouvements et Intelligence Artifi cielle Bl ue to ot h et nom ad e Ar tifi ci el le
Co ntact ez un conseiller au 09 78 46 58 18
(2)Service et appel gr atuits
signia.net
* Révélez-vous. (1) Sans str eaming : jusqu’ à 23 heur es d’ autonomie avec 2h de str eaming. (2) Lundi - vendr edi : 8h30-19h. Aides auditives Signia Active Pr o destinées aux personnes soufr ant de tr oubles de l’ audition. Avant toute utilisa tion,
consulter un audiopr othésiste ou tout autr e pr ofessionnel de santé et lir e at tentivement les notices d’utilisa tion. Ce dispositif médical est un pr oduit de santé ré glementé qui por te, au titr e de cet te ré glementa tion, le mar quage CE.
Caractéristiques techniques disponibles sur le site internet du fabricant. Les mar ques et symboles Bluetooth sont la pr opriété exclusive de Bluetooth SIG Inc. utilisés par WSA UD A/S sous permission. Les autr es mar ques et symboles
appar tiennent à leurs pr opriétair es respectifs. Andr oid et Google Play sont des mar ques déposées de Google Inc. Apple App Stor e est une mar que déposée d’ Apple Inc. iPhone est une mar que déposée de Apple Inc., enr egistr ée aux Éta
tsUnis et dans les autr es pays. © WSA UD A/S | 09/2021
InsertionInsertion ss ActiveActive ProPro TeleramaTelerama 209x27209x27 2.indd2.indd 11 17/09/2017/09/20 2121 10:4410:44r
u
t
u
d
Mise à jour
PREmiER PLAN
Le choc
L’esprit
d’indépendance es c Les
du groupe Hachette
survivra-t-il à l’OPA
de Vincent Bolloré ?
France (parascolaire, dictionnaires, livres de poche...). Pour L’histoire ne manque pas d’ironie. En 2002,
Lale reste, les temps ont changé. Hachette Livre réalise
désorgardère mettait la main sur le pôle édition d’un mais plus des deux tiers de son chifre d’afaires à l’étranger,
notamment aux États-Unis et en Grande-Bretagne, qui, de-groupe V ivendi fnancièrement exsangue. Face
puis le Brexit, échappe au contrôle de Bruxelles. Surtout, de
au ris que de concentration, la Commission euro- nouveaux acteurs surpuissants (Google, Apple, Amazon,
péenne n’autorisait Lagardère à conserver qu’une poignée Netfix…) ont mis la main sur le marché du divertissement et
d’éditeurs : Larousse, Armand Colin, Dunod… Les autres on ne tardera pas à entendre Vivendi entonner le couplet sur
furent remis sur le marché sous le nom d’Éditis, et revendus la nécessité de bâtir des géants européens face aux
deux fois avant de revenir dans le giron de… Vivendi. En « monstres » américains. Recevable, mais tout ne se résume
2001, c’est ce même groupe, désormais gorgé de cash et pas à une question de taille et d’argent. Hachette Livre a en
contrôlé par Vincent Bolloré, qui vient de lancer une OPA partie bâti son succès sur le non-interventionnisme de ses
sur Lagardère, lorgnant sur ses médias (Europe 1, Le Journal dirigeants et l’indépendance laissée à ses patrons de fliales
du dimanche, Paris Match), et sa très rentable filiale, et auteurs. Le management de Bolloré est à l’exact opposé
Hachette Livre, devenue le troisième groupe mondial d’édi- de cette culture, com me l’ont récemment appris à leurs
Par Olivier tion. Les autorités de la concurrence s’émouvront sans dépens les salariés de CNews et Europe 1. Avec lui c’est donc
Milot doute de positions hégémoniques dans certains secteurs en une autre histoire qui risque de s’écrire chez Hachette •
Télérama 3741 22 / 09 / 21 13
DENIS/REAy
t
a
t
r
r
w
c
y
s
t
r
Facebook en F lagrant
Délit D e FaVoritis Me
c e n’est pas une fable de la Fontaine :
selon que vous serez puissant ou
misérable, les jugements de Facebook vous
rendront blanc ou noir. on dit souvent
— à juste titre — du premier réseau
social de la planète qu’il est une régie
publicitaire tentaculaire. Mais il s’agit
également d’un gigantesque tribunal
privé. chaque jour, des légions de mo -
dérateurs invisibles épaulés par des
algorithmes approximatifs y rendent
une justice expéditive et
discrétionnaire, décidant dans l’urgence ce qui
peut se dire ou non. Mais ça, c’est pour
le commun des mortels.
c omme vient de le révéler une
enquête toufue du Wall Street Journal,
Facebook a mis au point un
programme pour accorder, toujours en
secret, des passe-droits à près de six
millions de Vip, qu’ils soient artistes
ou personnalités politiques. nom de
code de cet itinéraire bis de la liberté
d’expression : xcheck. ainsi, lorsque
neymar, la superstar brésilienne du
paris saint-g ermain, se défend
d’accusations de viol en publiant des
photos de sa victime présumée nue sans le un talent surexposé ?
consentement de celle-ci, la
plateforme décide délibérément de les lais- Découvertes par hasard en 2007, les l ’œuvre photographique naît en ef -
ser en ligne. elles seront vues par images et l’histoire de Vivian Maier, fet en deux temps : prise de vue, puis
56  millions d’internautes, déclen- nurse secrètement photographe, l’ont tirage. « Le négatif, c’est la matrice,
chant une vague de harcèlement propulsée post-mortem aux côtés des mais ce n’est pas l’œuvre, avertit
Marcontre la jeune femme. plus grands artistes de la photographie ta gili, ancienne directrice du Jeu de
a près l’imbroglio autour du bannis- de rue américaine. Depuis, la mysté- paume à paris, ce qui n’empêche pas
sement surmédiatisé de Donald rieuse nanny a fait l’objet d’un flm, À la de s’émerveiller face à ces images et
t rump, Mark Zuckerberg avait voulu recherche de Vivian Maier (2013), qui a face à l’histoire de cette femme. » radu
laver son linge sale en famille, confant contribué à sa notoriété 1 . et a suscité stern, ex-responsable des pro -
l’afaire à son tout nouvel « oversight pléthore d’expositions, dont sa pre- grammes éducatifs du musée de
board », sorte de cour suprême mai- mière grande rétrospective dans une l’élysée, à l ausanne, est plus
dubitason chargée d’arbitrer les cas les plus institution parisienne, le musée du tif : « Vivian Maier a beau avoir eu un
litigieux. Maintenant qu’on sait que la luxembourg 2. Difficile de dire ce talent incontestable, son impact sur
plateforme industrialise les excep- qu’elle en aurait pensé car l’autodi- l’histoire de la photographie est nul. »
tions à ses propres règles, ça pourrait dacte aux cent vingt mille images n’a une chose est sûre : sa photo
atne pas sufre : un lanceur d’alerte a pas laissé la moindre indication pour tire les foules. en novembre, la
galed’ores et déjà remis les documents expliquer sa démarche. Quant aux ti- rie l es Douches, à paris, battra-t-elle
consultés par le quotidien américain rages développés de son vivant, ils sont son record de 2019 avec sa nouvelle
au c ongrès et à l’a utorité des marchés rares. De là sans doute une certaine fri- exposition ? À l’époque trente mille
fnanciers. — Olivier Tesquet losité des professionnels à son égard. visiteurs s’y étaient bousculés en
14 Télérama 3741 22 / 09 / 21
EsE of ViVian MaiE, courE Maloof collE tion and Hoard GrEEnbE G GallE/nyg
a
b
a
Mise à jour
de nouveaux desseins pour le design ?
l e gouvernement l’avait envisagé veulent en faire un outil de la relance blier les nouveaux territoires de cette
fn 2019, il arrive enfn : la France aura économique, l’une des participantes, discipline : le « micro-urbanisme », les
désormais un Conseil national du de- Constance r ubini, directrice du musée services publics… Ce Conseil national
sign. Cette commission consultative des arts décoratifs et du design de Bor- sera peut-être une auberge espagnole,
s’est construite à la hâte, pendant l’été, deaux, estime que « l’on ne peut pas re- mais sa naissance prouve que l’État a
pour être annoncée à la rentrée. a utour lancer l’industrie comme on l’aurait fait enfn identifé un métier appelé
« ded’un délégué du ministère de la Culture il y a quinze ans » car « la priorité, c’est le sign ». espérons qu’il ait aussi
sincèreet d’un autre de l’Économie, le Conseil développement durable ». ment compris que, dans un pays à la
regroupe organismes de promotion du Thierry Mandon, directeur général recherche de son indépendance
indesign, syndicat, écoles, entreprises, de la Cité du design de saint-Étienne, dustrielle tout en étant confronté à des
designers… ses missions et ses statuts entend de son côté « faire œuvre de pro- urgences sociales et écologiques, il
ne seront pas défnis avant la fn oc- sélytisme » dans un pays ou « seulement peut être utile d’écouter ce que les
tobre, alors chacun voit pour l’instant 11,2 % des entreprises déclarent utiliser porte-parole de ce secteur ont à dire.
midi à sa porte : tandis que les ministres le design ». il ne faudra pas non plus ou- — Xavier de Jarcy
iMages du M onde
Sur les réseaux
sociaux, les femmes
de la diaspora
Autoportrait afghane en font
de Vivian Maier, voir de toutes
(Sans lieu), 1955. les couleurs.
des tentures vertes, rouges, bleues, roses, violettes, larges
ou ajustées, unies ou imprimées, sobres ou ornementées…
des femmes afghanes du monde entier se mobilisent depuis
trois mois et des photos s’étaient ven- le 12 septembre sur les réseaux sociaux sous le hashtag
#dodues entre 3 500 et 7 000 euros, une notTouchMyClothes (« ne touche pas à mes vêtements »), en
cote presque doublée depuis 2013. publiant des clichés d’elles dans leurs robes traditionnelles
« Les acheteurs acquièrent Vivian colorées. l ’objectif ? protester contre la tentative des
taliMaier parce qu’ils aiment ses photogra- bans d’obscurcir un peu plus le quotidien de celles restées en
phies, s’exaspère la galeriste Fran- a fghanistan. lors d’une manifestation organisée par le
nouçoise Morin. C’est un achat sentimen- veau régime le 11 septembre à Kaboul, un cortège de femmes
tal, pas spéculatif. » l e 8 novembre, la parées d’un voile noir de la tête aux pieds laissait craindre le
mairie de paris inaugurera une rue v i- pire en matière d’habillement. un contresens dans ce pays,
vian-Maier. Également à l’honneur de où l’on compte une quinzaine de groupes ethniques qui
posla voirie parisienne, Berenice abbott sèdent leurs propres tenues traditionnelles et partagent un
ou dorothea l ange — deux grandes goût immodéré pour les couleurs vives. « Lorsque j’ai vu ces
photographes bien moins connues femmes porter des habits que je n’avais jamais vus auparavant
du public, mais qui, elles, ont marqué dans le pays, je me suis dit que je ne voulais pas que le monde
l’histoire de la photo. pense que c’est ce que nous sommes, que c’est notre culture, que
— Charlotte Fauve cela représente l’Afghanistan de quelque manière que ce soit »,
1 Le documentaire sera difusé samedi témoignait auprès de France 24 Bahar Jalali, ancienne
pro25 septembre sur LCP à 18h30. fesseure d’histoire à l’université américaine d’afghanistan,
2 Jusqu’au 16 janvier 2022. à l’origine de la campagne. — Louis Borel
Lire aussi la critique de l’exposition p. 70. Twitter @mustafa_bag
Télérama 3741 22 / 09 / 21 15
TwiTTer/@mus Taf_

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents